Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 30 Sep - 16:36
Dans le sous sol d'un bâtiment dont l'accès n'est autorisé qu'aux scientifiques pro-kiras, dans une pièce pas plus grande qu'un garage, dans un coin de cette pièce, une masse noire semblait s'agglutiner telle une pourriture due à l'humidité. Sauf que cette pourriture semblait de taille, un scientifique qui passait devant la vitre teintée laissant une vue sur la pièce en question nota sur un papier rempli de notes aussi incompréhensives que mal écrites;

''Cellule de 13.2, 30 septembre, troisième jour de dépression.''


Le scientifique en question la compara même à un amas de petits champignons avant de retourner à ses analyses d'échantillons et autres substances sans aucun intérêt. Le bruit de l'interrupteur et des néons du couloir qui s'éteignent firent frémir les oreilles de 13.2.
L'expérience en question était bien dans son cocon. Elle n'avait pas touché à son plat de pommes depuis cinq jours, les laissant pourrir dans le saladier posé sur l'unique table de la pièce, posée au centre de la pièce.
Dans son cocon, Thirteen attend...

Elle attend quelque chose, n'importe quoi de différent. Cette vie qu'elle dont elle ne comprends pas le sens. Cette vie toujours dans la même pièce, ce blanc...ce blanc partout. Du blanc sur la table, du blanc sur les chaises, du blanc sur le plafond et même du blanc sur le sol.

Ce blanc lumineux...la rendait littéralement folle...

Elle s'est enfermée dans une autre couleur qu'elle trouvait rassurante, le noir. Un noir profond, serein, noir nuit...son noir, son noir à elle toute seule. Les lumières ne s'éteignaient jamais dans sa cage blanche.
Le noir, le blanc...à choisir, elle préfère ne jamais sortir de son cocon, plus jamais. L'expérience ne cesse de ressasser encore et encore les regards qui lui ont été lancés, elle a pu les classer en trois catégories.
D'abord les scientifiques; ils ont tous comme un mélange de peur et d'admiration...voire de haine pour certains. Cette haine inconnue qui la ferait trembler si elle en était capable.
Ensuite, le regard de Light Yagami, intentionné, peu indifférent à ses capacités...presque intéressé. Il disait être un envoyé de Kami-sama...il lui avait promis de lui envoyer des vêtements sur sa demande pour le lui prouver...elle n'en avait toujours pas reçu. Certes, son apparence ressemble à celle d'une humaine avec peu de vêtements sur elle...mais il s'agit bel et bien de sa forme nue. Elle n'éprouvait pas encore de gêne à rester nue ainsi mais l'expérience veut absolument se rapprocher de l'apparence humaine pour que la confiance des gens se gagne plus vite...alors qu'avec cette apparence...
Et enfin...le regard de Juni. Elle ne l'a pas remarqué tout de suite mais c'est celui qui la hante le plus. Les yeux fermés, elle peut encore revoir l'étincelle inconnue qui sortait des siens. Si elle se retrouvait de nouveau face à lui, elle ne saurait que demander à rester à ses côtés pour continuer à les contempler.
Elle ne le sait pas encore mais ce genre de comportement, de pensées n'est pas considéré comme purement amical comme le pense l'expérience. Juni est la seule personne qu'elle peut encore considéré comme son ami...son premier et seul ami.

-Juni...san...

Soudain, son oreille frémit quand elle entendit des bruits de pas venant du couloir donnant sur l'ascenseur. Curieux, ce n'est pas l'heure des prélèvements. Surtout quand les lumières dans les couloirs sont éteintes à cette heure tardive...un changement, elle l'attendait et il est arrivé. L'expérience extirpa quelques filaments de son cocon afin que l'espace juste devant son oeil soit dégagé, qu'elle puisse observer quoi que ce soit de nouveau; une lumière, une ombre...n'importe quoi...
De petits pas claquèrent sur le carrelage jusqu'à s'arrêter derrière la porte de sa cage...
Le bruit de la carte magnétique sur la serrure électronique se fit entendre, un ''bzzz'' assez étouffé confirma la validité de la carte, la porte s'entrouvrit...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 30 Sep - 22:12
La nuit était déjà tombée, l’activité humaine dans les rues de Tokyo allait en diminuant, mais Faith était très loin de partager le quotidien des quelques milliers de bienheureux dans cette ville pour qui la journée était finie. Matt l’avait envoyée « jeter un œil », juste pour vérification, dans une bâtisse pourtant protégé du quartier commercial. Bien sûr elle n’avait eu aucune indication sur ce qu’elle était censée trouver là-dedans, elle savait juste qu’il fallait qu’elle aille fouiner un peu discrètement dans les sous-sols, et qu’il s’y tramait peut-être quelque chose de bizarre. Ce ne serait pas la première chose bizarre de son existence, cela dit, et en ce moment elle habitait dans un squat un peu pourri dans lequel elle ne mourrait pas d’envie de rentrer retrouver ses compagnons d’infortune dont elle ignorait à peu près tout. De toute façon on ne lui demandait pas son avis et quitte à avoir une mission à accomplir elle préférait que ce soit de nuit, et une opération discrétion, histoire de ne pas trop avoir à se mêler aux autres êtres humains.

Elle avait donc simplement attendu un peu que quelques scientifiques sortent, en avait intercepté un à l’angle d’une rue, et en faisant semblant de le bousculer avec volé sa carte magnétique qui permettait l’accès aux bâtiments. On pouvait dire qu’elle avait eu de la chance qu’il ne se soit rendu compte de rien et qu’il fût assez inconscient pour laisser ladite carte simplement dans sa poche.

En attendant, elle se trouvait maintenant à l’intérieur même, avait traversé quelques couloirs, emprunté un ascenseur, et était plantée au milieu d’une pièce très sombre ; elle n’en menait pas large. Mais qu’est-ce qu’elle foutait là ? Elle ne savait même pas ce qu’elle devait chercher et ce qu’elle voyait sous ses yeux qui s’habituaient peu à peu à la pénombre ressemblait après tout à un laboratoire de recherche extrêmement normal. Insolemment normal même. Insupportablement normal.

Et puis elle aperçut de la lumière, à travers une porte. Elle n’avait rien à perdre, autant aller regarder pendant qu’elle y était. Au pire, elle tomberait sur une bande de scientifiques encore à l’œuvre qui l’attraperait et la livrerait à la police. Au mieux elle découvrirait enfin quelque chose qui en valait la peine, et elle pourrait sortir de cet endroit où il ne faisait en plus pas franchement chaud. En frissonnant un peu, elle ouvrit la porte doucement, sans faire de bruit, du moins l’espérait-elle, et elle se faufila vers la source lumineuse. Tout semblait silencieux, la bonne nouvelle c’est qu’apparemment elle était seule.

Elle arriva finalement devant ce qui ressemblait à… un genre de cellule. Avec des cloisons en verre. Il y avait quelques notes posées de façon très lisibles, qui spécifiait que l’amas noir qu’on pouvait voir à l’intérieur s’appelait 13.2 et faisait une dépression depuis quelques jours.

Concrètement, ça ne voulait strictement rien dire. Une expérience ne fait pas une dépression, à moins que cette expérience ait une conscience, et jusqu’à preuve du contraire la science n’était pas en mesure de créer une conscience de toute pièce.

A moins qu’en réalité, les quelques grabataires en blouse blanche qui travaillaient ici ne s’amusent en réalité avec des être vivants. Ce qui semblait être une théorie plausible mais tout à fait révoltante.

Il fallait un pass pour ouvrir la porte de la cellule ; Faith en possédait un, la porte se débloqua et elle put se glisser à l’intérieur, sans trop réfléchir à ce qu’elle était en train de faire. Elle se disait simplement que quoi qu’il en soit, si ce qui était là dedans faisait une dépression, ce ne pouvait qu’être à cause du cadre qu’il avait en permanence sous les yeux et de l’enfermement, et qu’il fallait qu’elle l’aide à sortir de là, quoi que ce fût.

Pour l’instant cependant, tout ce qu’elle distinguait c’était un tas.

En plissant un peu les yeux, elle aperçut pourtant un œil, qui semblait percer comme de dessous une couverture. Un œil qui possédait un regard, elle en était certaine, ainsi qu’une conscience, il ne pouvait en être autrement.

« Bonjour », fit-elle à mi-voix, « je m’appelle Faith. »

« Je crois que vous être enfermée. Vous pouvez bouger ? Vous pouvez parler ? Si vous me comprenez faites-moi un signe. Clignez des yeux. »

Tout en tentant d’entrer en communication avec 13.2, elle regardait du coin de l’œil un peu partout et cherchait la présence d’éventuelles caméras de surveillance. Il devait aussi y avoir une alarme, qui ne s’était probablement pas déclenchée grâce au pass, mais elle ne voudrait pas être fichée à vie pour détournement d’expérience. Elle avait pas tout à fait fini ce qu'il lui restait à faire.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 1 Oct - 17:39
L'oeil braqué sur la porte entrouverte, la semi-shinigami attendait presque avec impatience que le (ou la) responsable de l'ouverture de sa cage de lumière se montre, qu'elle puisse le voir de ses propres yeux. Une personne se glissa bel et bien avant que la porte ne se referme derrière elle, un automatisme installé récemment sur la porte.
Durant quelques secondes de silence, 13.2 scruta l'intruse car oui il s'agissait bel et bien d'une femme.
Un visage blanc, des cheveux proches du blanc...encore et toujours du blanc. Cependant, ces taches sombres que forment ses yeux au milieu de son visage l'intéressèrent fortement. Ce noir, cet encre d'un noir presque aussi profond que celui de son cocon...elle aussi devait apprécier cette couleur pour ne pas porter des lentilles comme le font quelques scientifiques encore accrochées à la mode. L'expérience pourrait facilement la comparer à ces poupées fragiles qui se cassent dès que l'expérience essayait d'en saisir une avec ses mains. Elle se souvient encore de la fois où elle avait contemplé pendant plusieurs minutes les morceaux de la poupée brisée quand un scientifique lui expliqua ce qu'était la porcelaine. Cette femme a une peau en porcelaine.
L'expérience se dit qu'elle ne voulait pas à nouveau en casser une, elle ne peut pas sinon on va la gronder et la forcer à subir une fois de trop ces expériences dont elle ne voit même pas l'intérêt. Elle se contenta alors de juste l'observer de son cocon, encore en sécurité et dans son noir absolu dont elle voyait le reflet dans les yeux de cette femme.
Curieusement, cette dernière n'avait pas peur. Peut-être n'avait-elle pas vu l'oeil qui la scrutait au milieu de la masse noire... Certains scientifiques devant tenter de faire des prélèvements de son cocon ont lancé tout haut qu'ils refusaient d'entrer avec une ''chose'' pareille sans assistance. Certes, l'expérience avait une fois et une seule et unique fois fait preuve de violence. Cependant, c'était justifié. Quel être humain ne se met jamais en colère? Pourquoi devait-elle faire exception de la règle? Bien que expérimentale, elle restait à cinquante-six pourcents humaine. Les seules grosses différences étant l'absence de peur et les capacités physiques qu'elle pouvait exercer.

Quelques autres filaments se dégagèrent du cocon pour revenir jusqu'aux mains de l'expérience au centre de celui-ci, montrant un autre œil afin qu'elle y voie un peu plus clair. La lumière lui frappa directement la rétine, la faisant cligner de l'œil droit. Elle les dirigea ensuite au dessus de la tête de l'intruse afin d'y voir son nom complet; Lùa Payet. Un nom tellement différent de celui des scientifiques venant lui rendre visite...si différent de celui de Light Yagami, si différent de celui de Juni...

«Bonjour ...je m’appelle Faith. Je crois que vous être enfermée. Vous pouvez bouger ? Vous pouvez parler ? Si vous me comprenez faites-moi un signe. Clignez des yeux. »

Si elle en était capable, elle aurait sursauté quand elle avait commencé à parler. Elle n'a vraiment pas peur d'elle donc? Fort bien...Thirteen cligna des yeux, deux fois, comme elle le dit et s'arrêta là pour le moment. Certes, l'expérience attendait n'importe quel prétexte pour bouger, parler ou même sourire si elle en était capable, mais pas au point de se dévoiler complètement à la première étrangère venue. Certes, elle semble intéressante, mais ce n'est pas une raison suffisante pour que la semi-shinigami sorte maintenant de son cocon où elle se sentait si bien...jusqu'à ce qu'une intruse la trouble dans son ''presque sommeil''.
Elle continuait à regarder dans sa direction sans vraiment la regarder, elle tentait de voir les scientifiques derrière la vitre teintée, probablement à l'affût de la moindre réaction de l'expérience, mais elle n'entendit rien de particulier. Rien qu'à cette pensée, elle voulut rabattre des filaments sur ses yeux pour ne plus voir à nouveau que son noir intense qu'elle découvrait depuis maintenant trois jours. Pour voir quel serait la réaction de l'intruse face à son mensonge premier, elle lui adressa deux mots, parfaitement audibles au travers du cocon.

-Bonsoir Lùa...

Elle avait peut-être écorché le prénom de l'intruse mais c'était de bonne guerre. Pourquoi lui mentir alors qu'elle semblait vouloir la mettre en confiance? Cela n'a pas de sens... Mais ce n'est pas ce qui importait le plus Thirteen. Sa curiosité voulait surtout savoir pourquoi elle est là et surtout ce qu'elle pense en cet instant précis...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 4 Oct - 11:07
Un instant de surprise prit Faith quand la matière fine qui enveloppait la créature entière se retira d’un pan de son visage pour dégager un deuxième œil. Un œil aussi sombre que le premier, qui la regarda d’une façon à laquelle elle ne s’attendait pas. Un frisson sans doute eût pu lui échapper en toute autre circonstance tant elle avait l’impression que l’expérience 13.2 savait quelque chose de crucial sur elle ; le coin reclus que formait la cage dégageait cependant une sensation de paix et de calme à ses yeux, de silence bienfaisant qu’elle appréciait plus que tout, et qui n’était gâché que par la lumière crue qui semblait ne jamais vouloir s’éteindre. Elle eut l’impression de comprendre pourquoi la séquestrée se réfugiait dans le noir rassurant.

Les yeux clignèrent deux fois, paisiblement ; Faith se dit que peut-être la communication serait possible. Elle se demandait si cette âme en face d’elle parlait une langue, ou si elle s’exprimait par un autre moyen. En tous les cas elle comprenait quand on s’adressait à elle en japonais.

Son attention s’était détournée un instant, un silence pourtant assez bruyant s’était installé, et quand toute sa concentration revint sur l’expérience les yeux étaient de nouveau cachés. La jeune femme éprouva un sentiment difficile à définir. Quelque chose qui pouvait ressembler à du soulagement peut-être, car ce regard ne la sondait plus, mais accompagné de déception. Elle aurait voulu renouveler l’expérience et soutenir encore ces yeux profonds.

« Bonsoir Luà… »

Au premier mot de bonsoir, elle fut surprise d’une heureuse façon de la voix résolument féminine et malgré tout chaude qui indiquait que non seulement elle pouvait comprendre, mais qu’en plus elle parlait sa langue.

Cependant juste après vint ce nom, que l’expérience avec utilisé. Plus personne ne l’avait plus appelée ainsi depuis des années, et elle-même avait pris soin d’enfouir la personnalité, l’histoire et la sensibilité de Lùa loin, très loin au fond d’elle, quelque part  d’où elle était certaine que jamais plus elle ne pourrait ressurgir à l’improviste, et voilà que la simple évocation de ce patronyme la renvoyait dans son passé auquel elle s’efforçait pourtant de ne plus songer. Lui revinrent des images, de la Réunion ou des Etats-Unis, des souvenirs douloureux pour la plupart mais si paisibles pour d’autres, des flashes et des ruptures, le tout en une ou deux secondes qui lui parurent beaucoup plus longues. Un instant le laboratoire n’exista plus, non plus que l’expérience, non plus que ce semblant de dialogue qui commençait à s’instaurer ; un instant durant, il n’y eut plus que Faith qui retrouvait Lùa.

Puis la réalité de la vie revint brusquement, et si Lùa avait fait deux ou trois pas en arrière sous le coup de l’émotion, ce fut Faith qui se demanda alors comment 13.2 connaissait cette facette là de sa personne, cette part dont elle n’avait jamais parlé à quiconque et dont elle avait commencé elle-même à se persuader qu’elle n’existait plus. C’était inconcevable.

« Comment… savez-vous ? »

Incapable d’aligner plus de deux mots cohérents à la suite, elle préféra se taire alors. Si elle essayait de parler, elle allait se mettre à pleurer. Mais qui était-elle ? Qui était-elle donc, et qu’est-ce qui se cachait derrière tout ce noir, tout ce sombre qui irradiait, cette noirceur dont elle avait à présent la sensation qu’il s’insinuait en elle ?

Elle n’avait pas peur, non. Le noir ne lui avait jamais fait peur, au contraire. Mais trop d’incertitudes et de questions dansaient derrière des paupières, comme des flammes insaisissables et dont il lui semblait qu’elles ne la laisseraient jamais en paix et toujours la tourmenteraient.

Et puis à présent que Faith avait refait surface, elle pouvait braquer son regard sur la forme qui avait ainsi en deux mots provoqué tant d’émotions chez elle. S’arrima en elle la certitude absolue qu’il fallait qu’elle la fasse sortir d’ici, et qu’elle devrait lui dire ce qu’elle savait encore d’autre que son nom.

« On va sortir d’ici. Vous êtes prisonnière, n’est-ce pas ? »

Elle ne songeait plus ni à la mission qu’on lui avait confiée, ni aux recommandations de Matt. Seules comptaient Lùa et 13.2. Il fallait qu’elle sache qui elle était, ce qu’elle était peut-être.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 6 Oct - 13:34
Le noir est si beau. L'expérience voulait se noyer dedans, ne plus en sortir. Mais voilà, alors qu'elle avait abandonné tout espoir de sortie de cette cellule, voilà qu'une personne étrangère aux scientifiques, au membres du corps de sécurité et même de cet étrange groupe dont ferait partie Juni et Light Yagami s'était introduite dans sa cage blanche qui la rendait littéralement folle.
Que dire de plus? La situation est ce qu'elle est, l'expérience ne faisait que se poser de multiples questions concernant les possibilités auxquelles elle pourrait avoir accès grâce à cette jeune femme qui n'avait apparemment pas peur de cet étrange cocon.

''Comment...savez-vous?''

Thirteen comprit au son de sa voix que elle ne se sentait pas à l'aise. Il fallait dire que la semi-shinigami n'a jamais été douée pour cela. Ne comprenant pas le sentiment de peur car incapable de le ressentir, l'expérience n'a jamais pu faire en sorte que la personne en face d'elle n'aie pas peur d'elle. Mouvements brusques, paroles sèches, tête relevée et regard passant par dessus la personne en face d'elle, tout ces signes sont précurseurs de la peur des êtres humains. Elle a cependant pu apprendre à adoucir ses mouvements, à prendre une voix se rapprochant de celle des scientifiques s'adressant entre eux, lors des différentes ''pauses café'' qu'ils s'accordaient, ainsi qu'à regarder les humains dans les yeux. Pour ne pas laisser la jeune femme aux cheveux clairs sans réponse, elle finit par lui répondre sur le même ton que celui sur lequel elle l'avait salué.

-Je le sais...c'est tout...

Thirteen n'a pas confiance. Elle n'a été confiante que pour Juni et personne d'autre. Light Yagami aurait-pu gagner sa confiance si il n'avait pas faillit à sa promesse. Faire apporter des vêtements à une expérience, ce n'est pas compliqué pourtant. Cela ne va pas coûter les yeux de la tête aux bureaux des scientifiques. Une simple chemise avec un pantalon, comme tous l'ont ici-bas, elle ne demandait que cela. Peut-être que les scientifiques ne voulaient pas qu'elle soit couverte, pour voir les possibles réactions de son corps avec son environnement? Peut-être avaient-ils refusés par ce que elle était capable de les casser avec facilité au vu de sa force surhumaine?  Pourtant, Light Yagami disait qu'il était proche de Kira-sama, très proche. Alors pourquoi donc ne pas user de son pouvoir pour gagner la confiance d'une créature qu'il pense utiliser par la suite? Cela n'avait pas de sens.

''On va sortir d’ici. Vous êtes prisonnière, n’est-ce pas ?''

Prisonnière... ce mot était tellement lourd de sens pour l'expérience. Jamais elle n'avait pensé à utiliser ce terme pour décrire sa situation. Pourtant, c'était bel et bien ce qu'elle était ici, dans ces locaux. Une prisonnière...

Elle attendit quelques secondes dans le silence avant de se décider à donner signe de vie à nouveau. Elle ramena un des filaments vers l'intérieur du cocon, puis un autre, puis dix autres...jusqu'à ce que le cocon ne ressemble plus qu'à un amas noir grouillant d'on-ne-sait-quoi. Dans la masse noire, la tête fut la première à émerger de la masse, les filaments coulissant sur son visage aux yeux fermés. Ce furent ensuite les bras et les jambes qui se différencièrent de par la blancheur de la peau qu'elle tient de son génome humain. Les filaments s'attardèrent un peu plus sur le torse et le bassin ainsi que les mains, lieu où ils se compactent sous la forme ''normale''. Ensuite, la peinture qui semblait se trouver juste derrière son dos sembla se gonfler pour se différencier du mur et resta derrière l'expérience, grandes ailes noires s'apparentant à des filets selon les dires des scientifiques.
Sa forme en fin de compte revint à la normale sous les yeux de la jeune femme. N'attendant même pas qu'elle ne réagisse, elle lui adressa la parole d'un ton plus décidé;

-Je suis Thirteen, une expérience qui n'a pu voir le soleil ni même apprendre à voler et qui fait fuir toute forme de vie. Crois-tu vraiment que ma libération fera des heureux? Crois-tu vraiment que je ne te fais pas peur? Qu'en est-il de ton bon sens, ton intuition féminine?Je ne peux sortir d'ici...car je ne peux être acceptée des humains comme vous...

Ce n'était pas d'un ton courroucé qu'elle s'était adressée à elle, rien pour qu'elle ne panique. Ces paroles résumaient la situation psychologique de l'expérience, elle voudrait sortir mais ne le peux même si elle en a l'occasion. De plus, elle n'arrive toujours pas à donner sa confiance aux inconnus...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 12 Oct - 12:09
Elle le… savait ? Un peu léger comme explication pour expliquer que cette personne, qui n’avait même pas l’air d’être humaine, sache non seulement son nom mais son véritable nom, celui qu’elle avait caché aux yeux du monde depuis tant d’années. Mais ce n’était pas son genre d’insister, ni de protester. Elle ne prenait que ce que le monde et les autres voulaient bien lui offrir, sans placer trop d’attentes ni d’espérances dans l’un ou dans l’autre. Thirteen ne voulait pas lui donner d’explications, il suffisait de s’y faire et de ne rien ajouter.
Silence is sometimes the best answer.

Le silence qui suivit fut légèrement déconcerté pour Faith. Elle commença à prendre conscience qu’elle aurait dû sans doute avoir peur, ou tout du moins s’interroger un minimum sur la nature exacte de cette expérience, mais elle n’avait à vrai dire aucune envie de mener une expertise scientifique fastidieuse et, au final, assez insultante pour la principale concernée, songeait-elle. Rompre cet instant où il semblait que tout, ou presque avait été dit, où toutes deux avaient montré une partie infime d’elle, révélant sa différence plus ou moins flagrante, où enfin la possibilité de sortir sans rien ajouter, tout remettre en place et choisir la facilité s’ouvrait, rompre cet instant donc lui aurait semblé criminel. Non, elle ne s’en irait pas comme une voleuse, non elle ne partirait pas. Parce que sans qu’elle soit capable de dire quoi, sans qu’elle puisse le qualifier, quelque chose encore la retenait ici ; peut-être l’échange avec Thirteen, peut-être simplement de savoir qu’une âme existait ici et qu’elle était prisonnière de la folie des hommes et de la blancheur éclatante et insupportable qui attaquaient la rétine.

Le silence donc, dura jusqu’à ce qu’enfin les filaments noirs qui la cachaient aux yeux du monde se retirent, petit à petit et sans se presser, et dévoilent une forme que jamais Faith n’avait vue avant cet instant. Elle était humanoïde, aucun doute là-dessus, se tenait debout et droite, et d’une certaine façon elle était belle. Elle avait un maintien, une attitude qui suggéraient une connaissance étonnamment avancée de ce qu’est la nature humaine –peut-être justement parce qu’elle n’en faisait pas partie.

Se tenir à l’écart a toujours été bénéfique à l’observation et à la connaissance.

Ce qui cependant la frappa plus que le reste furent la paire d’ailes puissantes qui soudain se détacha du mur. Mais qui était-elle ? Que faisait-elle ici ?

« Je crois que tu es prisonnière par plus d’un aspect. Ce qui t’enferme, plus que cette cage, c’est les barreaux qu’ils ont tenté de placer sur ton esprit. Tu crois que parce que tu n’as jamais vu le soleil, il est trop tard pour vivre ? Il est toujours dehors le soleil, et si tu ne sors pas maintenant, quand est-ce que tu t’y risqueras ? Tu n’auras peut-être pas beaucoup d’autres occasions, tu sais. »

Son intuition féminine… Elle ne relèverait pas cela, Faith n’avait jamais vraiment été comme les autres dotée de ce que l’on pourrait appeler intuition féminine.

Elle s’assit par terre. Comment faire comprendre à Thirteen que de toute façon, les marginaux avaient toujours existés et qu’elle en faisait partie, tout comme elle ? Certes elle n’était apparemment pas humaine. Mais ce n’était pas en restant enfermée qu’elle aurait un jour une chance de nouer une relation avec quelqu’un, ou de comprendre ce que font les humains.

Malgré tout Faith comprenait un peu son besoin de rester loin de la société. Ici, sous terre, au moins, elle n’avait pas à subir les foules, ni les mouvements populaires, ni les mesquines luttes intestines, ni les grandes mystifications… Elle n’avait pas à subir la vie telle que Faith la connaissait. Elle subissait ici une autre forme de vie, qui sans doute ne valait pas mieux cependant. Quant à savoir laquelle était pire, la question demeurait entière.

« De toute façon, je ne sais pas si les humains en valent vraiment la peine...»
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 14 Oct - 9:17
Face à cette intruse, l'expérience ne savait comment réagir. Elle pourrait volontairement l'effrayer pour qu'elle disparaisse aussi vite qu'elle était apparue...mais elle avait écarté cette possibilité depuis longtemps car une once de curiosité semblait l'attirer. Peut-être parce que elle ne semblait pas du tout avoir peur, peut-être parce qu'elle a décidé de s'asseoir ainsi devant elle pour lui montrer qu'elle ne bougera pas de si tôt, peut-être parce qu'elle semblait...la comprendre. Cette dernière possibilité semblait absurde mais la semi-shinigami ne pouvait cesser d'y penser.

Elles restent différentes physiquement, mais à la recherche d'elles-mêmes dans les deux cas...

Lùa, Faith...13.2, et la personne ayant habité autrefois dans ce corps déformé par les mutations génétiques...
Il n'y a rien d'autre à rajouter. Son destin se devait de rencontrer celui de la jeune femme qui restait assise devant elle. Pour appuyer sa position, elle affirma qu'il n'était trop tard pour vivre, s'exprimer, qu'elle n'aurait pas beaucoup d'autres  occasions de sortir d'ici. Et c'était vrai... que dire de plus?
L'expérience se contentait juste de la fixer pendant qu'elle parlait. Ne voyait-elle pas qu'elle était un monstre? Ne voyait-elle pas que seuls les intéressés par ses pouvoirs voudront d'elle? Thirteen semble certaine que ce n'est pas la plus heureuse des vies qu'elle aura à l'extérieur.
Cette école, dont parlait Light Yagami, aura l'occasion de rendre ses dons banals...

Soit...13.2 devait prendre une décision...

La décision sembla rapide bien que les avantages et inconvénients des deux possibilité sont toutes aussi équivalentes. D'un côté, la liberté immédiate, de l'autre, le mérite d'avoir patienté et de gagner la confiance de la population. Cependant, ce qui la fit trancher la question, ce fut cette promesse restée en suspens de Light Yagami. Apporter des vêtements à une expérience humanoïde, ce n'est pas compliqué en soit... mais cela voulait dire que l'on acceptait sa part...différente ici. Rien de très difficile à comprendre jusqu'ici. Alors, l'expérience lui tendit la main quand elle murmura comme pour elle même que les humains n'en valent peut-être pas la peine. Elle n'en avait cure, la liberté lui suffira pour l'instant. Ses doigts duveteux et pointus se tendirent vers la jeune femmes aux longs cheveux clairs, comme pour l'inviter à se relever en lui saisissant la main.

-Ainsi soit-il, je vous suivrai... Si en chemin nous pouvions trouver des vêtements, que mon apparence ne se perçoive pas trop...

Encore cette manie de vouloir ressembler aux humains, pourquoi la lui reprocher. Si elle avait été mise au courant des faits extérieurs, des criminels tués par Kira et des ''choses'' que font ces criminels, peut-être ne serait-elle pas aussi peu fière d'être ce qu'elle est maintenant.
Elle battit une fois des ailes, soufflant ainsi une petite bourrasque de vent. Cela ne se voit pas sur son visage mais l'expérience se sentit comme surexcitée de pouvoir enfin voir le jour et la nuit comme bon lui semblera. Ses puissantes ailes s'étirèrent de tout leur long, cherchant à se préparer à s'envoler même si elle sait qu'elle ne devra pas s'y faire tout de suite.

-Pourriez-vous me trouvez...un nom?

Parce que c'est assez joli de se faire nommer par un numéro mais la semi-shinigami voulait absolument que cette nouvelle vie ne ressemble en rien à celle qu'elle avait pu vivre jusqu'ici, en rien à ce qu'elle avait pu voir jusqu'ucu, en rien à ce qu'elle avait pu apprendre ici.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 29 Oct - 15:09
Thirteen ne répondit pas tout de suite. Elle semblait réfléchir, penser, peser le pour et le contre. Peut-être –sûrement– y avait-il des données qui échappaient à Faith, dont elle n’avait pas connaissance mais qui rentraient en ligne de compte dans sa décision de s’enfuir ou non. Peut-être aussi y avait-il seulement des ressentis dans cette âme dont elle n’avait même pas idée. Elle était intriguée par Thirteen à vrai dire, intriguée et non curieuse cependant, de savoir ce qu’il se passait vraiment dans cet esprit qu’elle n’arrivait pas à appréhender. Son visage était trop fermé pour qu’elle puisse y déceler quoi que ce soit.
Au bout d’un moment enfin, l’expérience eut un geste étrange. Elle tendit sa main vers Faith, comme pour lui proposer de l’aider à se relever. A dire vrai, ce n’était pas le geste en lui-même qui était étrange, mais plutôt le fait qu’il advienne dans ce contexte si peu habituel. Comme si la banalité semblait à présent incongrue au milieu de tant d’incompréhensible.
Faith n’hésita pas longtemps. Elle se saisit de la main de Thirteen qui lui proposait ainsi ce semblant de contact autre que verbal. Cela lui sembla étrangement naturel, d’ailleurs, ce qui rendait ce fait encore plus… inexplicable. Il ne fallait pas qu’elle tente de trouver du rationnel et du normal ici, se dit-elle alors, elle risquait fort de ne pas y arriver.
Voilà pourquoi la requête qui suivit ne la surprit pas plus que cela : après tout, des vêtements, c’était logique. Thirteen avait de toute évidence un désir profond d’être acceptée des humains, cela passait par l’apparence et l’adoption des coutumes. Dont vestimentaires.
« Bien sûr, on vous trouvera des habits si c’est ce que vous voulez. Au contraire, je pense que c’est une bonne idée. »
Puis elle songea qu’elle avait peut-être sur elle une ou deux pièce de tissu dont elle pourrait se défaire ; elle ôta sa veste et la tendit alors à l’expérience. Elle était grande, elle devrait pouvoir rentrer dedans sans problème. Thirteen eut l’air reconnaissante, peut-être fût-ce ce qui l’enhardit pour sa demande suivante ; un nom, rien que ça ? Pourtant une fois de plus, Faith l’accueillit avec calme, comme si tout ce qui se passait dans ce sous-sol d’un laboratoire douteux n’avait rien d’anormal et pouvait être vécu avec sérénité.
Elle s’accorda le temps de la réflexion. Une telle décision ne pouvait être anodine, plus encore quand la demande avait été faite dans ces circonstances. Et puis une idée lui vint, qu’elle refoula d’abord avec virulence, puis qui petit à petit s’imposa avec de force dans son esprit, occultant tout le reste et l’empêchant d’envisager une autre possibilité. Elle ne sut pas pourquoi elle souffla « Lénaïs », comme avec douleur, en réponse à cette demande. Elle voulut croire que c’était uniquement parce que c’était un prénom qui venait de sa Réunion natale et que cela n’avait plus aucun lien véritable avec sa mère.

« Je crois que ça veut dire quelque chose en rapport avec le soleil… Je ne me souviens plus très bien. »
Puis elle se détourna assez brusquement, elle avait mal à la gorge mais elle ne voulait surtout pas que Thirteen –qui désormais ne porterait plus ce nom, entende sa voix soudainement étranglée. Elle-même ne voulait pas plonger dans un relent du passé et s’y morfondre avec mélancolie et douleur. Ce qui était fait était fait, et à présent il s’agissait d’aller de l’avant comme on pouvait. Elle ravala presque avec rage la boule qui s’était formée au fond de sa gorge et prit une grande inspiration.
« J’espère que tu aimes. Ça vient d’une île, la Réunion, dans l’océan Indien… »
Sans plus s’appesantir, elle reprit soudain :
« Bon, on y va ? »

Et sans plus attendre, lassée de cet endroit, elle se glissa à l’extérieur de la cage, vers la porte de sortie.
Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Nov - 13:49
Thirteen ne connaissait pas ce sentiment qui l'envahissait. Elle voulait courir dans tout les sens à la fois, elle voulait crier le plus fort qu'elle le voulait et...si elle savait ce que c'était, elle chanterait à vive voix pour que tout le monde sache qu'elle est là et qu'elle est un être vivant comme tant d'autres.

Thirteen ne connaissait pas la joie...elle la découvrait.

Quand la jeune femme avait saisit sa main, si différente, si complexe, elle ne voyait pas à quel point elle était proche des humains. C'est comme si elle ne pouvait comprendre la personne qui était face à elle alors qu'elle est capable de réagir de la même façon. Une relation aussi complexe ne peut être que celle d'un shinigami... mais elle n'en est pas un.
Quand elle avait demandé des vêtements, elle reçu une veste noire de la jeune femme. Pour pouvoir la mettre, elle replia ses ailes contre son dos et insista même jusqu'à ce qu'elles s'incorporent, littéralement parlant, dans la peau de son dos. Elle parut un instant semblable à une humaine mais l'expérience savait que elle ne pouvait pas garder cet aspect bien longtemps, à son grand dam. Elle mit la veste que l'on venait de lui passer, elle était parfaitement à sa taille, à croire que le destin se décidait à se montrer assez favorable à son sort.

Lùa semblait hésiter dans son coin, la question que lui avait posé par la suite Thirteen lui trottant dans l'esprit. Elle semblait hésiter, tout comme l'expérience pouvait hésiter sur sa sortie immédiate. La semi-shinigami la scrutait, inspectant chaque mouvement que pouvait exercer son visage, un haussement de soucis, un froncement du nez,... Le visage humain possède bien des grimaces et Thirteen enviait les humains pour cela. Elle était incapable de sourire, de rire, de pleurer, de grimacer,... et cela la rendait triste bien que cela ne se voyait pas.

La jeune femme avait fini par murmurer quelque chose, presque inaudible mais les oreilles sensibles de Thirteen entendirent pour la première fois ce nom qui serait maintenant le sien. Elle dû se le répéter plusieurs fois avant de l'assimiler car la consonance n'avait rien à voir avec celle des prénoms japonnais qu'elle avait coutume d'entendre ou de lire. Elle finit par le répéter, comme pour elle même, pour se le confirmer intérieurement.

-Lé...na...ïs...Lé...naïs...Lénaïs...

C'était assez dur à prononcer comme l'avait fait Lùa mais elle sut rapidement s'y faire. Cette dernière lui annonça que ça a un lien avec le soleil. Quelle bonne idée, elle qui avait demandé à bon nombre d'humains de l'extérieur à quoi pouvait ressembler cet astre si emblématique du bien. Cele viendrait d'une île...l'expérience n'avait pas la moindre idée de ce que cela pouvait être. En effet, elle avait déjà lu ce mot à plusieurs reprises dans les ouvrages qu'elle a pu consulter lors de ses premières années d'existence (consciente)...Mais jamais elle n'en avait compris le sens.
Cependant, le temps n'était plus aux questions et Lùa l'invita à partir avec elle. On ne dirait pas mais ce moment lui parut tellement étrange, tellement douloureux quand elle posa son pied nu en dehors de sa cellule. Certes, elle en était déjà sortie pour faire quelques examens, peu agréables cela dit en passant, alors que cette fois c'était différent.

Elle avait demandé un changement, c'est comme si les Dieux l'avaient entendues.

C'est à l'instant où cette pensée avait traversé son esprit qu'elle remarqué une ombre, ou plutôt une forme très sombre qui se détachait du mur sur sa droite. Elle n'était pas surprise, non. Ce shinigami que elle seule voyait errait souvent dans les couloirs et personne en ces lieux ne le percevait. Il ricanait, tout seul, dans son coin, un oeil dirigé vers elle.
Peut-être était-ce sa façon de dire adieu, c'est ce qu'elle pensait...

Sans plus attendre, elle suivit la jeune femme dans les couloirs sombres des locaux des sous-sols qui la maintenaient captive dans un blanc trop éclatant.

Plus rien n'importait...elle était libre!

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» 1.04 Where is my mind ?
» Shopping Trip [Faith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier commercial :: Laboratoire n°1-
Sauter vers: