Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Lun 9 Nov - 14:33
Fate ne lisait presque plus depuis qu'elle avait quitté le Japon. Elle avait laissé sa belle collection d'ouvrages en tout genre à Tokyo, consciente que le temps et l'attention lui manqueraient sans doute pour se livrer à une telle activité. La seule lecture qu'elle s'accordait était un épluchage matinal quotidien des journaux londoniens. Elle parlait un anglais qui, bien qu'appris il y a bien longtemps, était suffisamment perfectionné pour qu'elle puisse comprendre le Times sans grande difficulté. Chaque jour, elle s'attardait sur chacune des rubriques, plus particulièrement sur les faits divers, à la recherche d'un élément suspect qui glisserait ne serait-ce qu'un maigre indice sur son chemin.

Des indices, justement, elle désespérait d'en trouver un jour. Elle qui pensait pouvoir mener efficacement son enquête seule dans la jungle londonienne avait vite compris que son projet s'était peu êtres avéré un peu trop ambitieux. Snake était parti ; malgré ses capacités de hackeuse, Dafne ne pourrait l'aider qu'une fois le champ de recherche rétréci ; et le froid qu'elle avait jeté entre eux deux ne rendait la collaboration que plus difficile. A cela s'ajoutait son état de santé déplorable : elle souffrait de migraines et de maux de ventre terrible qui la clouaient régulièrement au lit. Fate se moquait pas mal de son hygiène de vie : elle savait que l'alcool et toutes ces choses qu'elle consommait la rendaient heureuse et insouciante. C'était là l'essentiel.

Cependant, le problème restait entier.

Un mois et demi après son arrivée à Londres, Fate n'avait pas avancé d'un cheveu dans son enquête. C'était à son réveil difficile, après une soirée arrosée, qu'elle avait fini par comprendre qu'elle n'y arriverait pas seule. Elle était militaire, pas détective, et ne disposait que de faibles moyens d'actions. En face d'elle, Mello était insaisissable, tout comme Hadès l'avait été à l'époque où elle avait remué ciel et terre pour lui mettre la main dessus. La jeune femme avait finalement trouvé sa solution dans le journal : faire appel à un professionnel, un détective qui saurait l'assister. Les agences de détective privé étaient une de ces nombreuses curiosités dont la ville de Londres regorgeait, certainement un héritage des adeptes de Sherlock Holmes pensa t-elle. Celle qu'elle avait d'abord choisi de contacter était chère, mais de bonne réputation et, puisqu'il fallait bien commencer quelque part, elle prit rendez-vous.

La semaine suivante, elle s'était retrouvée au pied de cette immense building de la City londonienne qui accueillait l'agence de détectives "Willie and cie". Elle se présenta à l'accueil et demanda à rencontrer le directeur de l'agence comme convenu. Quelques minutes plus tard, elle s'était retrouvée assise dans un grand bureau moderne, seule. L'attente était longue : elle eut le temps de resserrer les pinces de son chignon une bonne dizaine de fois.

"J'ai bien failli croire que vous m'aviez oublié." avait-elle plaisanté quand l'homme était finalement entré dans la pièce.

"Fate Harlaown, enchanté, et vous êtes ?"
avait-elle poliment demandé une fois s'être levée en lui tendant une main.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 14 Nov - 21:18
Il avait engagé sa secrétaire à mi-temps, finalement. Il ne fallait pas non plus trop abusé, c'était une toute jeune fille, et Mello se doutait bien qu'elle devait avoir autre chose à foutre que de rester à temps plein au bureau. Et en plus, il souhaitait avoir un agent double pour lui servir de taupe sur le terrain. Fate avait dû croiser la jeune fille en arrivant, sans doute l'avait-elle même saluée, à moins qu'elle n'y ait pas franchement fait attention.

Bref. Mello, lui, revenait justement d'un tour en ville. Il avait suivi pendant quelque temps un de ses présumés suspects concernant un réseau de passeurs de drogues à Londres et, fort de ses certitudes, quelques photos à l'appui, il était revenu par le premier métro. Il avait de plus en plus de clients, mais ce n'était pas pour autant qu'ils se basculaient au portillon : la plupart, désirant être anonyme, ce qui était de plus en plus le cas en cette sombre époque se limitaient à Internet. D'autres lui étaient envoyés par la Wammy's House, et il s'agissait souvent d'affaires plus dures à traiter que la normale...même si Mello savait qu'on ne les lui filait uniquement parce que Near était déjà trop occupé à régler l'affaire Kira.

Sa hargne et sa colère grandissaient de jour en jour. Même si il avait abandonné l'idée de se battre contre Kira, ce qui, pour lui, était devenu un objectif ridicule, Mihael Keehl se sentait de jour en jour plus laissé sur la touche et considéré comme un intervenant en arrière plan. Il faisait pourtant des missions de nécessité publique, et certaines de ses collaborations anonymes avec la police locale avaient conduit à l'arrestation de dangereux criminels, mais...il n'en récoltait aucune gloire. Et franchement, ça, surtout pour lui, c'était difficile à vivre.

Fatigué et un peu affamé, le blond rentrait donc de mission lorsqu'il s'aperçut qu'ils avaient une cliente. Il fit un signe discret à Mysha, lui signalant qu'elle ferait mieux de rentrer chez elle - certaines informations confidentielles concernant les clients ne la concernait pas et Mello ne lui faisait toujours pas assez confiance pour la laisser tout écouter. Surtout ce genre d'information...la venue de cette fille lui rappela qu'elle avait pris rendez-vous, ce qu'il avait pratiquement zappé étant donné qu'il n'avait pratiquement pas dormi depuis trois jours. Il vérifia qu'il avait bien son revolver dans hoslter, puis entra dans la pièce.

Et c'était bien elle, la pute de Hadès. Elle ne dût pas voir son regard assassin et encore moins le comprendre puisqu'aux yeux de tous, il était censé être mort. Mello, le plus tranquillement du monde en apparence, bouillonnant pourtant à l'intérieur, se dirigea vers le bureau et s'assit sur le fauteuil.

"J'oublie personne, moi. Je suis juste très occupé."

Quand ils pensaient à tous les beaux discours que ce traître leur avait fait sur cette blonde : qu'en fait, il allait la tromper, que c'était juste pour récupérer des informations, qu'il la tuerait le moment venu...Quel connard. Si il n'était pas déjà mort, Mello le tuerait lui-même, c'était sûr. Si il y avait quelqu'un qui avait le cran de l'énerver au moins au même niveau que Near, c'était bien ce connard roux qui pensait que tout allait se régler rien qu'en faisant des bisous. Enculé de pacifiste drogué à l'herbe bleue !

"Ouais, OK. Je suis Harry Preston Clarke. Vous pouvez m'appeler Clarke, ça ne me dérange pas. Qu'est-ce qui vous amène par ici ? Et comment avez-vous trouvé cette agence ?"

Le pire, c'était qu'il le savait : il savait qu'elle allait lui demander d'enquêter sur la mort d'Hadès et le pire, c'était que Mello était intimement persuadé que c'était pour se donner bonne mine. Pour lui, Fate était l'assassin du résistant : dernière personne vue avec lui, mort dans son quartier qu'elle connaissait comme sa poche...Hadès avait juste été battu à son propre petit jeu, fin de l'histoire.

Répugnant.

Il restait une question, tout de même : l'avait-elle reconnu ? Avaient-ils des portraits robots de lui plus réaliste que ceux qu'ils avaient quand il avait 15 ans ? Même Near, alors, ne possédrait une information d'une telle valeur !
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Ven 27 Nov - 23:26
Elle s'était bien habillée, bien coiffée, bien maquillée. C'était quelque chose qu'elle avait complètement cessé de faire après la mort d'Hadès. Elle ne sentait plus ce besoin d'être charmante, elle ne sentait plus le besoin de saisir. Fate s'était rendue compte un peu tard qu'elle avait mis à mal son unique atout. Auparavant, elle avait séduit de beaux jeunes hommes au large portefeuille ; aujourd'hui, un serveur borgne aux intentions douteuses venait tout simplement de la jeter. Ca avait été un coup dur pour elle. Elle était tout simplement en train de perdre cette emprise qu'elle avait sur les hommes et qui lui servait d'unique issue. On ne pouvait pas dire qu'elle avait ce désir de séduction d'autrui : l'image d'Hadès était encore bien trop présente, bien qu'elle était presque sûre que, de là-haut, il ne désirait sûrement pas la voir sombrer dans la solitude. Cependant, reprendre sa vie et son enquête en main semblaient essentiel, maintenant que son seul et unique indice était parti. Fate espérait bien sûr de voir Snake revenir, comme elle le lui avait demandé, elle avait compris qu'elle ne disposait pas d'un aussi bon moyen de pression qu'elle ne le pensait.

La jeune femme posa son regard azur sur l'homme qui venait entrer dans le bureau : un drôle de personnage à la chevelure blonde et au visage défiguré par une imposante balafre. Elle ne le trouvait pas spécialement beau, mais il répandait par sa seule présence une aura véritablement charismatique. S'il était aussi bon que les journaux et ses contacts le prétendaient, alors elle aurait besoin de l'aide de cet homme et de son entier investissement dans son enquête. Dans son sac, elle avait déjà prévu de quoi lui offrir un gros chèque et avait déjà en tête ses meilleurs arguments. Maintenant qu'elle avait recommencé à sortir, à fréquenter ces salons privés dans lesquels se réunissaient l'élite londonienne favorable à Kira, elle était en mesure de lui offrir un semblant de pouvoir politique.

« Ce sera donc Clarke. » s'était-elle contentée de répondre, s'asseyant dans le large fauteuil qui trônait devant son bureau.

Elle dénoua le foulard qui recouvrait sa gorge, froid londonien oblige, et le posa sagement sur ses genoux.

« On a assassiné un de mes amis chers, au Japon. L'enquête a été close, on a conclu au suicide. J'ai d'excellentes raisons de croire, même d'affirmer, qu'il s'agit d'un meurtre. Il est invraisemblable que le tueur et son entourage soient rester à Tokyo et je sais de source sûre qu'il s'est réfugié en Angleterre. »

Elle marqua une pause. Elle était bien consciente que le moment n'était pas adéquat pour lui faire part des détails et des avancements de son enquête : encore faudrait-il pour cela qu'il accepte de lui venir en aide. Un détective de sa réputation devait sûrement pouvoir se payer le luxe de choisir ses affaires ; et elle avait beau avoir un volumineux portefeuille, elle ignorait si ça suffirait à le convaincre.

« Cependant, ça fait plusieurs semaines que je piétine et que je tourne en rond. »
avoua t-elle en soupirant « Je tourne en rond et j'ai le sentiment d'être dans une telle impasse que j'ai besoin d'une aide extérieure : je n'ai ni les moyens physiques, ni les méthodes de régler le problème seule. C'est pourquoi je m'en remets à vous. »

La jeune femme ravala sa salive, cachant une moue qui signifiait combien il lui était difficile d'avouer qu'elle était tout simplement incapable de tenir cette promesse qu'elle s'était faite à elle même. De quoi devait-elle avoir l'air, elle qui avait sous longtemps dirigé la traque des résistances et qui ne parvenait pas à mettre la main sur un criminel.

« J'ai vu une annonce dans le Times. On vous a également chaudement recommandé : on m'a dit que vous étiez le meilleur. Je suis prête à payer, bien sûr. Cher s'il le faut. »


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 29 Nov - 15:07
A ce moment, Mello était heureux d'avoir digéré l'information depuis longtemps : il savait qui elle était dans les moindres détails et ce qui l'amenait. Il savait également les crimes exacts qu'il avait commis et qu'elle commettrait par la suite, quand elle se remettrait de son deuil...Et franchement, Mello n'avait aucune envie de l'aider.

Mais bon, pour sa vie, pour le reste, il allait devoir jouer la comédie et être calme, ce qui, pour quelqu'un pour lui, était pratiquement impossible. Il avait déjà repris le chocolat, mais, face à Fate, ne lui ferait certainement pas le plaisir d'en grignoter. Il ne savait que trop que s'ils avaient déjà réussi à localiser sa base, la dernière fois, c'était à cause de sa consommation. Il avait également envie de la frapper, de l'insulter, de la séquestrer, pour qu'elle comprenne son rôle dans l'histoire et à vrai dire, il compatissait même pour Hadès à ce moment en voyant la merde dans laquelle il s'était fourré. Avait-il compris, à un moment dans quoi il s'introduisait, que ce soit au sens grivois de la chose ou non ? Que Fate Harlaown était un agent de Kira et qu'il n'arriverait pas à la faire changer, aussi utopiste soit-il. Que sa mort ne servirait à rien puisqu'au lieu de se retirer de ce monde, sa nana le vengerait sûrement en faisant ce que lui-même ne souhaitait pas : tuer encore plus de résistants.

« Un assassinat, donc ? Ça me changera des affaires de mœurs... », il s'assit en face de son bureau, la main proche de l'un de ces tiroirs où il gardait avec affection un flingue avec silencieux des plus efficaces. Et il visait bien. « Vos amis ont raison sur un point : je suis le meilleur. Qui m'a donc recommandé ? J'aime savoir les noms des personnes qui ont fait passer le message... »

C'était vrai pour tous les clients, mais encore plus pour Fate. Il tenait absolument à savoir qui était en liaison avec elle et qu'il pourrait surveiller avec encore plus d'attention...Sûrement un mec, d'ailleurs, si elle était encore comme elle était au Japon, elle avait dû s'en taper plus d'une dizaine depuis son arrivée. En revanche, si elle avait raison sur un seul point qu'elle avait évoqué : il était le meilleur. Plus fort que les quelconques détectives qui étaient installés dans la région et plus fort que Near, surtout. Near qui était calfeutré, il le présumait, dans un inutile bureau du MI6. Near ne servait à rien, surtout pas à combattre Kira qui leur avait pris à tous une dizaine d'années dans leurs vies.

« Avant de prendre une affaire, je dois savoir l'identité et les raisons de votre venue. », il tira un tiroir, en sortit un contrat standard qu'il lui remit. « Ça, c'est la preuve comme quoi j'enquête bien sur le sujet, comme quoi, vous et moi sommes liés par cette affaire. Ça indique aussi mes tarifs, et le fait que je prenne 50 % à l'avance. Mais avant de le remplir, je veux savoir dans quoi je m'engage : si vous êtes une des idiotes qui se ramènent en pleurs en gueulant « Kira a tué mon mari ! », vous pouvez dégager, je ne prends pas ce genre de cas. S'il est un temps soit peu plus intéressant...prouvez-le. »

Ce serait con qu'elle se doute qu'il sache pourquoi elle était là. Il ne devait laisser aucun soupçon planer, c'était beaucoup trop dangereux. Ceux qui connaissaient le visage de Fate et ce qu'elle trafiquait avec Hadès, ce pouvait être les résistants, ses supérieurs – et encore – ou bien les lecteurs du Cavalier Noir qui avaient percé quelques codes sur des brèves qui se foutaient de leurs gueules. Les londoniens, eux, n'avaient eu accès à aucune info sur le sujet, à moins qu'ils ne soient impliqués dans la résistance et même un enquêteur aussi doué que Clarke ne pouvait pas se douter de cela.

« Une fois que vous m'aurez résumé la situation, je veux savoir ce que vous avez déjà fait : les suspects potentiels, les alibis de tout le monde, vous y compris. »
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Lun 7 Déc - 22:55
Affaires de mœurs ? Fate se demanda soudainement si elle avait choisi la bonne adresse. Elle venait pour enquêter sur un meurtre dont la résolution était une priorité absolue : elle avait besoin d'une action rapide, efficace et professionnelle – en bref, quelque chose dont un enquêteur à qui l'on confiait les bêtes histoires d'adultère n'était pas capable. Elle se mordit la lèvre, s'efforçant de se dire que si on l'avait guidé jusqu'ici, c'est que ce type en valait la peine. Elle avait une terrible envie de griller une cigarette, mais l'entreprise ne lui semblait pas très polie et risquait d'être mal accueillie.

« Qui ? Il me serait bien difficile de remettre un nom sur ces nombreux visages qui m'ont évoqué vos compétences. Dans mon milieu, il est fréquent de rencontrer des inconnus et de les oublier aussi tôt.Vous vous êtes fait une réputation jusque dans la haute société, on dirait. » se permit-elle avec un sourire.

Kira était présent sur toute la surface du globe. Partout s'étaient formés de petits groupes qui soutenaient son idéologie et contribuaient à la démocratiser dans leur pays respectif. Londres, capitale du libéralisme, n'y échappait pas. Il s'agissait souvent du gratin de la société : grandes élites qui cherchaient à conforter leur pouvoir, petits bourgeois qui voyaient en cette entreprise la possibilité de s'assurer un futur brillant, biens à l'abri. Fate n'aimait pas ses gens. A la lumière de leurs intérêts égoïstes et personnels, ils soutenaient Kira pour une raison qui la dépassait et qui la dégoûtait au plus haut point. Néanmoins, ces gens-là étaient nécessaires, tant par leur influence locale que par leur coopération financière, et les fréquenter l'était d'autant plus que Fate avait besoin de contacts, d'informations, bref de pouvoir.

Elle saisit entre ses doigts aux ongles soigneusement manucurés le contrat que lui tendait l'enquêteur. La jeune femme prit le temps d'en lire les termes, longuement et en silence, jusqu'aux lignes les plus infimes et oubliées du contrat. Les tarifs de ce genre de service étaient en règle générale exhorbitant, mais les finances n'avaient jamais été un réel problème pour elle et ses paies à rallonge. Armée du stylo qui traînait sur la table, elle y apposa sa signature. D'un air satisfait, Fate lui retourna le document ; puis croisa les bras sur sa poitrine.

« Vous faites fausse route. » lui signifia t-elle d'un petit sourire narquois.

Kira n'avait pas tué Akira, elle ne le savait que trop bien. Puis d'un geste, elle sortit de son sac à main les papiers qui attestaient son appartenance à l'armée et les fit glisser devant lui sur la table en les tapotant du doigt.

« Kira n'a pas tué mon ami. Pour la simple et unique raison que dans cette affaire, Kira, c'était moi. »

Elle marqua une pause, le temps de signifier à l'homme en face d'elle que le problème était tout autre. Sur sa demande, elle entreprit ensuite de se présenter plus en détails :

« Je suis Fate Harlaown. Je dirigeais la « chasse aux sorcières », comme vous le dites si bien ici, au Japon. L'Inquisition, ça vous dit quelque chose ? Vous les Londoniens êtes en général bien informés sur nos méthodes. Je suis exemptée de mes fonctions le temps de mon passage en Angleterre. Si je suis ici, c'est parce que mon enquête piétine à un point tel que j'ai besoin d'une aide extérieure. Je paie grassement et je me fiche de vos convictions pourvu que vous puissiez m'aider. »

Il y avait dans son sac le maigre dossier qu'elle avait réussi à tirer des archives de la criminelle au Japon : l'autopsie d'Akira, les photos de son cadavre, les compte-rendus des études menées, la liste des pièces à conviction. Des choses qu'elle avait longuement étudié en prenant bien soin de ne pas poser le regard sur ces terribles clichés. Elle les lui tendit, un peu amère.

« Vous trouverez là-dedans tous les éléments liés à l'enquête. Je peux faire venir les pièces à conviction si nécessaire, mais elles n'ont jusque là pas été d'une grande utilité. »

De l'autre main, elle avait sorti du bordel sans nom qui lui servait de sac son chéquier avec lequel elle entreprit de régler les trois quarts de la somme totale qui lui était due. Déchirant le morceau de papier, elle le posa sur son bureau.

« Cet homme était un chef résistant. On l'a tué avec mépris, froideur et cruauté. Ce n'était pas Kira. » se sentit-elle obligée d'affirmer à nouveau, un peu inconsciemment.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Jeu 17 Déc - 19:04
Jouer la comédie face à Fate, c'était facile. Probablement parce qu'aucun de ses sens n'était en alerte, d'ailleurs, et qu'elle le connaissait par des amis d'amis. Ou encore par son dernier amant qui devrait franchement se faire détecter ses MST...De ce que lui disait Fate, Mello en conclut qu'il pouvait enfin parler de plusieurs choses sans avoir l'air suspect : la première était probablement l'identité du mort, à savoir Akira Darkwood. Il était cependant trop éloigné du Japon géographiquement parlant pour connaître son vrai nom, alors il attendrait qu'elle lui parle d'elle-même de son lien de sang avec le ministre de la justice. Enfin l'ex ministre de la justice. Il pouvait cependant avoir entendu parler de leur relation : la presse people en avait touché quelques mots, à son bon souvenir et le résistant lambda était au courant du scandale.

Il fallait tout de même avouer que se trouver, aujourd'hui, en face d'une de ses ennemies les plus acharnées le dégoûtait un peu. Si tout ceci n'était pas un funeste hasard, il aurait presque pu penser que le meurtrier d'Hadès l'avait volontairement mis dans une telle merde et de ça...Mello était profondément énervé. Car oui, l'Inquisition, comme elle le disait si bien, il la connaissait bien. Le groupe le plus touché par ses méthodes avait justement été celui d'Hadès, pas le sien, mais il les haïssait tout particulièrement aussi. Il pouvait encore moins comprendre pourquoi ce connard de roux avait cherché à la mettre dans son lit et non de la tuer.

Le plus dur, probablement, c'était de ne pas faire refléter sur son visage toute la haine qu'il ressentait et, vous le savez sans doute : Mello était aussi intelligent qu'il était expressif. La moindre insulte entraînait une réaction violente de sa part, Near pouvait en témoigner car, voulant l'insulter il y a deux jours, il s'était frotté à ses gardes du corps qui lui avaient laissé une jolie trace violette sur la joue.

Pour faire style, Mello avait pris les photographies, jeté un coup d’œil au cadavre éventré de Hadès et au bilan d'autopsie qui en était fait. Suicide ? Non...Comme elle le disait, personne ne croyait au suicide. Ce qui était plutôt étrange, c'était que, d'après les rapports, Darkwood se trouvait à ce moment-là seul dans la rue. L'agresseur, comme effacé de la pellicule, était-il un fantôme ? Un shinigami ? Mello pouvait fortement en douter, il savait que rien ne valait un témoin oculaire et qu'il était facile de manipuler des bandes magnétiques. Automatiquement, dès qu'il avait appris le décès de Hadès, en fait, il s'était fait une liste de suspects : en premier, il y avait Fate Harlaown, bien sûr. Elle avait le mobile et les moyens de commettre un tel assassinat, puis de faire disparaître toutes les preuves. Elle connaissait même très bien la police japonaise. Lui-même semblait le suspect idéal, mais il se savait innocent et sinon...il avait pensé à Near. Car personne ne parlait de Near et il ne semblait plus trop agir, mais Mello savait qu'il s'agissait d'un faux-semblant. Et, curieusement, Arashi Darkwood – avec un de de doutes – et Matt...son frère Matt, faisaient partie de cette liste qui se rallongeait de jour en jour.

« Hadès, Mello ? Des morts, il y en a eu quelques uns, parmi les chefs résistants. Mais je prends votre affaire. En fait, elle est tellement énorme, que ce soit Hadès ou Mello que je ne peux la refuser. Trop de choses en découlent. »

S'il en avait eu ici, il aurait croqué dans une tablette de chocolat ; à la place, il fit un claquement de dents comme s'il mordait dans le vide. Il sentait qu'il venait de s'engager dans un sentier dangereux et étroit. Harlaown n'était pas n'importe qui et elle le supprimerait sans nul doute si elle venait à découvrir son identité.

« Mes tarifs ne sont pas si hauts, en fait. J'ai besoin que vous me racontiez tout depuis le début. De votre rencontre avec cette personne jusqu'aux principaux suspects. Parce que vous suspectez certaines personnes, je suppose. Vous apparteniez à la police, je ne pense pas que vous seriez venue ici si vous réussissiez à avancer dans votre affaire. J'ai juste ? Et si vous voulez garder tout ceci confidentiel, je peux demander à ma secrétaire de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Lun 28 Déc - 20:59
Ses yeux bleus fixaient ceux de son interlocuteur, évitant tant bien que mal de croiser du regard les photos du cadavre blême d'Hadès. Fate se souvenait un peu trop bien de son corps dans un caisson de la morgue. Il était pâle et froid : elle avait eu le malheur de se saisir de sa main, une dernière fois, et le froid qui depuis l'avait envahi ne l'avait jamais vraiment quitté. Elle ne comprenait pourquoi de tous les souvenirs agréables qu'elle avait gardé de lui, seul lui revenait celui de son visage défiguré et éteint. Si Clarke souhaitait pouvoir étudier son cadavre, celui-ci attendait encore patiemment dans une morgue au Japon, mais pour combien de temps ? Elle l'ignorait. Arashi et elle s'étaient très largement opposés à ce sujet : elle aussi aurait, tout comme son frère, souhaité lui offrir une sépulture digne de ce nom ; mais c'était tout à fait incompatible avec la résolution de son meurtre. Elle n'était pas du genre à vouloir conserver les gens dans du formol, tout de même.

La jeune femme observait patiemment Clarke, assise au fond de son fauteuil. Elle brûlait d'envie d'allumer une cigarette, mais les bonnes manières lui rappelèrent que ça n'était pas correct. Fate espérait que lui, un détective renommé et talentueux, parviendrait à tirer de ce maigre dossier des informations qui lui avaient échappée. Au Japon, on lui avait appris à remonter la piste d'individus qui se faisaient remarquer, qui agissaient et se rendaient ainsi visibles : le meurtrier d'Hadès avait été discret et précautionneux, rien à voir avec les résistants qu'elle pourchassait.

Hadès, Mello ? L'évocation de ces deux noms affirmait que son interlocuteur était bien informé sur la situation au Japon. Immédiatement après son autopsie, le gouvernement avait annoncé la mort d'Hadès sans plus d'explications. Les théories avaient alors fleuri : de l'assassinat par la police lors d'une arrestation musclée, aux rivalités au sein de la résistance en passant par l'acte d'une ancienne amante. Il n'était pas si surprenant qu'il soit au courant, cela confirmait juste qu'il suivait avec attention l'actualité japonaise.

« Mello n'est pas mort. » rétorqua t-elle d'un ton un peu trop sûr de détenir la vérité.

Elle marqua une pause, croisa les bras sur sa poitrine. La jeune femme était certes ravie que Clarke ait accepté sa requête (bien qu'elle ne lui signifia pas immédiatement), mais elle détestait entendre dire unanimement que Mello et ses complices étaient morts. Fate n'y croyait tout simplement pas.

« La victime en question, c'était Hadès, justement. Et mon amant, accessoirement. »

Comme ça, les bases étaient posées. Il lui paraissait nécessaire de lui dire la vérité et toute la vérité, y compris ce qui lui paraissait gênant ou inconvenant. Après tout, sa relation avec Hadès n'avait plus grand chose d'un secret et elle se fichait pas mal de ce qui pouvait se dire maintenant qu'il était mort et qu'il n'y avait plus de danger pour eux. Il n'y avait plus d'eux tout court d'ailleurs.

« Je vous suis extrêmement reconnaissante d'accepter de m'aider. Vous avez vu juste, ni la police japonaise, ni moi-même ne sommes parvenus à résoudre cette enquête : c'est un cul-de-sac. »


Elle poussa un soupir, fatiguée et abattue par ce constat. Ne pas mettre la main sur le meurtrier d'Akira la mettait émotionnellement à mal, mais il y avait autre chose : elle détestait perdre, d'autant plus qu'elle avait relégué sa quête initiale, celle de Kira, au second plan. Sans en demander l'autorisation, elle se décida à transgresser la politesse, glissa une cigarette entre ses lèvres et l'alluma. La première latte lui fit l'effet d'une libération.

« Excusez-moi. Je vais essayer de tout vous dire, ça me paraît essentiel. Ayez juste la convenance de garder vos jugements et vos remarques pour vous. » commença t-elle.

Puis, durant quelques minutes qui lui parurent éternelles, elle entreprit de lui faire le récit de cette drôle d'histoire, de la façon la plus exhaustive possible. Son rôle dans l'armée, sa rencontre avec Hadès, leur opposition, leur rapprochement et, enfin, leur projet commun : la fuite pour s'assurer une nouvelle vie. Fate détestait se confier, même si elle se cantonnait au strict nécessaire. Ces quelques minutes furent pour elle une véritable torture. Quand elle termina enfin son récit, elle écrasa son cigarette dans une petite boîte en métal comme elle en avait l'habitude là où elle n'était pas censée fumer.

« A la fin, Akira ne vivait que par sa crainte de Mello. Il en parlait, en rêvait, en cauchemardait. Mello n'est pas mort : il a fui. Il a fui, et avant de prendre la tangente, il s'est assuré de se débarrasser de ceux qui le mettaient en danger : Akira était de ceux-là. Akira en savait trop et ça lui a coûté la vie. »

La jeune femme enferma son mégot dans la petite boîte qu'elle remit dans son sac. Tant pis si elle passe pour une dégénérée ou une femme sans morale, elle paie ce type pour qu'il enquête, pas pour une thérapie.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Ven 1 Jan - 12:50
Et voilà : Mello n'est pas mort.

C'était aller dans la facilité, c'était beaucoup trop simple. Dans cette affaire, il était le coupable idéal, à se demander pourquoi ses opposants ne trouvaient pas cela trop simple. Il s'était même demandé un jour si ce n'était pas fait exprès, mais étant donné les doutes qu'il avait, rien n'était moins sûr. Si cela ne tenait qu'à lui, il prendrait son flingue pour la buter à distance...Ce qui serait certainement mieux que toutes les situations, à y réfléchir. Maintenant qu'il y pensait, cette connerie risquait de s'empirer de jour en jour. Lui tirer là, maintenant, dessus, elle ne pourrait rien y faire, elle n'avait sans doute pas le moindre doute sur son identité.

Mais le pourcentage de réussite était encore trop faible, il ne fallait pas oublier que Harlaown avait l'habitude du terrain et que lui était plus à l'aise aux commandes. De même, il ne fallait pas sous-estimer Hadès qui lui avait sans doute décrit à quoi il ressemblait. Mello avait toujours fait attention que ce connard ne puisse prendre de photographies de lui, alors il en déduisait que les seules choses qu'il avait pu raconter à sa gonzesse, c'était qu'il était blond, et probablement qu'il était marqué par une cicatrice, voire une brûlure.

En entendant Fate parler de la crainte qu'il inspirait à Hadès, Mello dût se mordre les lèvres pour ne pas ricaner. Les seuls qui avaient peur de lui avaient commis des crimes pour ressentir cette terreur. Hadès avait trahi – et pas qu'un peu – d'après ses informateurs dans la police. Il avait vendu la moindre petite information alors qu'il aurait pu tout simplement mentir ou révéler des choses qui n'étaient pas essentielles. S'en étaient suivies la déchéance de Alpha, mais également bon nombre de rafles qui avaient causé leurs lots de mort. Et après tout cela, il allait se plaindre à sa gonzesse qu'il avait peur de lui ? Au moins, il n'était pas comme tous ces crétins qui le sous-estimaient en pensant que sa gueule d'ange n'oserait pas toucher un pistolet.

« Ouais, je garde mes jugements pour moi. Néanmoins, sachez que je vais tenter d'exposer ici un avis objectif. N'ayant rien à voir dans toute cette affaire, je vais tenter d'exposer des preuves, aussi choquantes puissent-elles être. Je marche grâce aux preuves. Je ne peux croire que cet homme, Mello, soit la cause de tous les problèmes. Les enquêtes sont généralement plus compliquées que cela, je ne peux prédire ce que je vais découvrir à ce sujet. »

Il fit mine de se balader sur son ordinateur, à la recherche de ce fameux classement sur le Cavalier Noir...le tout en version anglophone, bien sûr. Il n'ignorait pas que rechercher le tout sur le web nippon ne ferait que le rendre un peu plus suspect, il était un détective anglais, n'étant surtout pas censé maîtriser la langue japonaise. Le classement actuel des criminels ne l'intéressait pas car son nom ou celui d'Hadès n'y figuraient pas, en revanche, le précédent...il pourrait être plus intéressant. Généralement, on pouvait y retrouver tous les personnages les plus importants. Ceux que Hadès pouvait gêner, mais également présumer un meurtre pour évoluer dans ledit classement.

« Je n'ôte pas Mello de la liste des suspects. Je vais contacter des amis japonais pour mener une enquête un peu plus précise quant aux circonstances de sa mort. J'aime bien les listes du Cavalier Noir. Elles sont un peu abstraites, mais elles me permettent d'évaluer un peu près la situation au Japon. Et en l'occurrence, là, ce que je vois, c'est que Mello ou Hadès ne font plus partie du classement. Ceux qui les ont remplacés sont un certain Otami qui aurait succédé au ministre de la justice et un criminel assez nouveau dont le nom serait « Le grand F »...mais qui pourrait s'apparenter à notre cher Fantomas d'ici, d'après le descriptif de ses meurtres. »

Il eut l'air de se concentrer quelques secondes, mais en réalité, il n'avait pas besoin d'autant de temps pour émettre des hypothèses. Ce dont il avait besoin, en fait, c'était d'idées pour distraire Fate Harlaown et la persuader d'attendre un peu. Le meurtre de Hadès, si le meurtrier était celui qu'il pensait, n'allait pas être résolu de sitôt.

« Vous avez des photographies du cadavre de Mello ? J'aimerai bien les voir ? Hadès vous a dit quelque chose sur lui qui vous persuade qu'il serait encore en vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Dim 3 Jan - 19:17
Fate n'aimait pas cet air de mépris qui animait le regard de Clarke : elle n'y voyait qu'un profond dédain, masqué derrière une attitude faussement attentive. C'était comme si, d'un simple regard, il lui signifiait qu'elle avait faux sur toute la ligne avant même qu'elle ne termine d'exposer ses théories. Elle ne pouvait pas dire qu'on ne l'avait prévenue : après son efficacité, c'était sans doute l'évocation de son fort caractère qui était le plus souvent revenu chaque fois qu'elle se renseignait sur lui. Mais Fate était de ces individus à l'égo surdimensionné qui n'aime pas perdre la face et comptait bien se faire entendre. La cohabitation s'annonçait difficile. Clarke avait beau ne pas être réellement convaincue par ce qu'elle avançait, ce qui était plutôt difficile à supporter à ses yeux, la façon dont il s'adressa à elle acheva de la séduire. Ce type était peut-être un brin prétentieux, mais elle n'avait pas de doute ni sur son efficacité, ni sur sa neutralité dans cette affaire. C'était tout ce qu'elle demandait.

« Je n'en demandais pas moins de votre part. Je vous paie pour résoudre ce meurtre avec tout le professionnalisme qu'on vous reconnaît. »

Se baser sur les preuves, c'était évidemment la condition d'une enquête réussie, mais Fate ne put s'empêcher d'esquisser une petite grimace. Elle était consciente que les preuves étaient peu nombreuses. Pire, la plupart l'accablait. C'était une hypothèse évoquée par la police de Kira, bien qu'il était évidemment exclu de lui reprocher un tel meurtre. La simple idée qu'on puisse la soupçonner l'écoeurait au plus haut point : elle avait pourtant le mobile et les moyens de le faire, était malheureusement la dernière personne à l'avoir vu vivant et n'avait tout simplement pas d'alibi. Seule l'arme du crime, ne correspondant pas au calibre de son arme de service, était parvenue à faire planer le doute. Mais se défendre immédiatement ne la rendrait que plus suspecte, c'est pourquoi elle s'abstint.

« Je dois vous prévenir que vous soulèverez sans doute un certain nombre d'éléments qui vous dépasseront. Mon statut au sein de l'armée y est pour beaucoup. Je vous demanderai donc de ne rien faire qui pourrait vous rendre gênant aux yeux de Kira. »

Dans cette affaire, il y avait certes son histoire tumultueuse avec Hadès, mais aussi l'action du gouvernement : les méthodes d'interrogatoire et de persuasion, son propre « revirement », la cruauté d'Arashi, les expériences pour créer des shinigamis, les saloperies de Williams... Autant de choses qui risquaient d'entâcher la réputation déjà suffisamment salie du gouvernement. Autant de choses qui posaient donc problème et pouvaient faire de Clarke un fouineur un peu trop proche de la vérité.

« Quant à Mello, j'ai de sérieuses raisons de croire qu'il est lié à cette affaire, ne serait-ce qu'indirectement. Que vous émettiez des réserves ne fait que renforcer votre professionnalisme, mais n'écartez pas cette hypothèse trop vite, s'il vous plaît. Mello est insaisissable et ne laisse pas de traces, ça ne fait pas de lui un innocent. »

Fate l'observa se pencher sur la dernière édition du classement du Cavalier Noir avec peu de conviction. Abstrait ? C'était un mot trop faible pour décrire l'amateurisme d'une telle connerie. Le Cavalier Noir avait toujours été un peu « borderline » et ne devait sans doute sa survie qu'au copinage (et plus si affinité) de sa rédactrice en chef avec le ministre de la censure. Ce classement qui mélangeait sans complexe les criminels et ceux qui cherchaient à mettre fin a leurs sévices, c'était juste la cerise sur le gâteau.

Comme elle l'espérait, il semblait qu'il ne veuille pas totalement mettre de côté les sérieuses accusations qu'elle portait sur Mello. Depuis le temps qu'elle travaillait à mettre la main sur ce type jusque là insaississable – car oui, elle était persuadée qu'il y était forcément pour quelques choses, elle avait réuni le peu d'informations dont disposait la police japonaise. C'était bien peu : on n'avait jamais eu de photo réaliste de ce type, ni de témoignages d'un de ses proches ; même la trahison d'Hadès n'avait apporté que des éléments futiles. D'un second dossier, plus fin encore que le précédent, elle sortit quelques clichés. Ceux-ci, elle les regardait sans grande difficulté : on y voyait le corps d'un jeune homme d'une trentaine d'année aux cheveux courts, blonds et à lalarge cicatrice sur le bas du visage. Il ressemblait globalement aux portraits robots établis de Mello : c'était ce qui avait poussé beaucoup de gens à en conclure qu'il était mort, mais c'était bien trop simple.

« Vous trouverez là-dedans les différents clichés du cadavre, accompagnés du portrait robot que nous avions établi de Mello il y a presque trois ans déjà, et le rapport d'autopsie. Le légiste a affirmé qu'il est mort des suites de ses blessures, deux balles dans le sternum. »

En avançant les photos sur la table, Fate prit le temps d'y jeter un nouveau coup d'oeil. Certes, ça ressemblait aussi à la description qu'Akira lui avait fait de Mello, mais des types blonds et balafrés, il y en avait des centaines : la preuve, un juste sous ses yeux. Mello ne pouvait pas être mort aussi facilement : d'une part, parce qu'elle savait que l'armée ne lui avait pas mis la main dessus et n'avait donc pas pu le tuer ; d'autre part, parce qu'il lui paraissait incensé que le chef résistant vainqueur, s'il y avait eu querelle intestine, n'ait pas fait disparaître son corps, rendant la nouvelle de sa mort visible aux yeux de tous. Il aurait été bien plus logique de ne pas révéler sa mort. Mello est une légende, une figure phare de la résistance : sa mort, comme celle d'Hadès, aurait signé le début de l'agonie de la résistance. Fate s'empressa d'ailleurs de faire connaître son raisonnement à Clarke.

« Ca n'a aucun sens qu'on ait aussi facilement pu trouver son cadavre. Ca n'a de sens que si Mello l'a mis en scène pour nous duper. C'est le plan parfait. Tout le monde le croit mort et il disparaît dans la nature... »

Elle marqua une pause, le temps de tirer la dernière latte de sa cigarette et de l'écraser soigneusement dans la petite boîte en acier.

« Et puis nous disposons de trop peu d'éléments sur Mello pour être sûr qu'il s'agit bien de son cadavre. Voyez par vous même avec le portrait robot. On est juste certain de deux de ses traits physiques : il est blond et porte une cicatrice au visage. Moi aussi, je peux vous trouver un cadavre parfait pour jouer ce rôle-là. »

La jeune fille ne résista pas à l'envie d'allumer une seconde cigarette qu'elle porta à ses lèvres. Un léger sourire narquois illumina son visage blême :

« Le vôtre par exemple. Voyez comme c'est facile. » déclara t-elle, faisant référence à son physique anormalement proche de cette vague description.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 16 Jan - 19:32
S'il y allait y avoir deux choses dont il allait devoir s'occuper en priorité, accompagné de Matt, ce serait sûrement son faux meurtre, afin de rendre toutes thèse comme quoi il serait encore vivant – comme semblait le croire cette conne – invraisemblable. Pour qui si elle se pointait devant des autorités compétentes avec sa photographe, ils la prennent pour une grosse malade, une paranoïaque de génie qui avait définitivement besoin d'un petit séjour à l'hôpital psychiatrique. La deuxième, ça allait être de chercher une explication à ce putain de meurtre dans lequel il n'y était strictement pour rien.

Mihael fit mine de s'intéresser aux photographies que lui tendaient Fate. Il s'agissait d'un gars qui avaient à peu près le même âge que lui. Qui lui ressemblait vaguement, également, mais pas assez pour qu'on puisse clamer qu'il s'agissait de son sosie. Pauvre gars. C'était un russe qui se trouvait sur le seul japonais depuis quelques années. Il était mort d'un règlement de comptes entre clans mafieux – Mello s'était rendu compte lorsqu'il avait trouvé le cadavre qu'en plus, ils l'auraient vraisemblablement pris pour lui. Son nom ? Quelque chose en russe. S'il cherchait, il pourrait le retrouver mais pour le moment, cela n'avait pas beaucoup d'importance. Sur les photos de l'autopsie, sa chair semblait ramollie par le séjour qu'il avait passé dans le fleuve. Ses yeux étaient dilatés et il pouvait constater que les légistes n'y avaient pas été de main morte et n'avaient pas fait leur boulot à moitié. Tout ce qui pouvait cacher quelque chose avait été ouvert et tout d'un coup, Clarke s'estima heureux de ne pas avoir été à la place du cadavre.

Mello ne put se retenir de faire une petite grimace, lorsqu'elle lui envoya une pique sur les points communs qu'il pouvait avoir avec Mello, comme ce pouvait être le cas d'une centaine d'autres blonds occidentaux. Au moins. Si elle savait, la pauvre. Si elle le savait, il serait sans doute déjà mort et elle ne se serait pas gênée pour avertir Kira de sa trouvaille.

« Mouais. Enfin je serai vous, je me garderai, ne serait-ce que pour trouver l'identité du meurtrier d'Hadès. »

Il se leva pour aller chercher un classeur et y rangea les premières photos, celles de son prétendu cadavre et celles de celui de Hadès. Sur les deux, l'un était faux, mais elle n'avait pas à le savoir. Vu de haut, comme cela, le sort d'Akira Darkwood en avait fait un martyr. La balle qui lui avait traversée la tête l'avait presque rendu méconnaissable et s'ils n'avaient pas déjà eu son ADN, Mello se demandait combien de temps ils auraient mis à l'identifier.

« Je vais enquêter sur la mort de Mello en plus de celle de Hadès. Comprenez que ce ne sera pas gratuit et que je vous facturerai cette enquête également. Je comprends ce que vous pensez et étant donné que je suis encore étranger à toutes ces affaires, je ne peux me permettre d'émettre de jugement. De la même manière, je vous assure que je sais rester professionnel et que je n'ai pas l'habitude de perturber les gouvernements avec les informations que je découvre. »

C'était un comble, en fait, que les Japonais puissent commettre des choses aussi affreuses et s'en tirer en claquant les doigts. Pendant un moment, il avait bien entendu que l'ONU ou un organisme du genre avait comme ambition d'intervenir, mais Kira semblait s'être mêlé de cette affaire et depuis, plus aucune rumeur.

« Le dossier est clos. Je vous recontacterai dès que j'aurais avancé ou besoin d'une précision. Il est possible que j'aie besoin de codes d'accès aux ministères et étant donné votre position, voyez si vous êtes en mesure de me les fournir. Sinon, si vous n'avez plus rien à dire, vous pouvez disposer, j'ai besoin de mettre tout cela au clair. Passez par ma secrétaire pour lui remettre votre RIB et enregistrer vos coordonnées. »

Mello se posa, semblant réfléchir au pourquoi du comment de l'affaire. Plus rien ne semblait pouvoir le déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Teru Ra' Mello
» Bonjour !!! de paris
» Fallin' for you ~Kaylee Parker
» Kaylee ~ Fallin' for you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: City :: "Willy and cie", agence de détective-
Sauter vers: