Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 18 Oct - 14:15
Cela faisait combien de temps cette carte traînait sur son bureau? Mysha ne savait plus vraiment, peut-être 1-2 semaines. Willy and Cie. Au début, elle n'y avait pas cru, abandonnant ce bout de carton dans une de ses poches. Mais elle n'oubliait pas. Elle n'arrivait pas à oublier. L'idée d'accepter la proposition la poursuivait partout. De pouvoir se mêler d'affaires qui ne la regardent pas, avoir la possibilité de percer le cœur d'une énigme, l’agitation récente de Londres... Alors Mysha tenta de se renseigner. L'agence existait en effet, ayant ouvert depuis peu. Elle passa quelques fois devant, n'arrivant pas à se décider. Ce n'était pas très discret certes, mais la discrétion n'était pas le premier de ses soucis. Autre chose la tracassait : elle ne trouvait rien à propos du mec qu'elle avait rencontré. Amis, Internet, rien. Même en obtenant la permission –difficilement- de fouiller un peu dans les archives de la Mairie. Aucune trace d'un blond avec cette cicatrice. À croire qu'il n'existait pas. De toute façon la jeune fille était bien loin de la vérité sur lui.
Tellement loin que ce mystère l'attirait. C'est ce qui la poussa à poser un premier pied dans l'agence, sur un coup de tête.
Sans même frapper. On ne frappe que lorsque l'on est assuré de ce que l'on fait.

Mysha se faisait toute discrète, l'angoisse et la curiosité lui tordant les entrailles. Elle ne réfléchissait plus vraiment, guidée par une sorte d'instinct. L'inconnu est à la fois si effrayant et si... excitant.

"Hé?"

Elle ne voyait personne. Juste de nouvelles portes qui s'offraient à elle. La jeune fille resta bien plantée quelques minutes au milieu de la salle, sans un bruit. Son cœur battait la chamade. La solitude l’avait refroidit d’un coup.

"C'est... moi?"

Complètement ridicule. Elle parlait comme si il était censé l'avoir attendue depuis toujours. Comme si il allait la reconnaitre au simple son de sa voix, déraillante à cause du stress. Oui elle commençait à être stressée, seule dans un endroit qu'elle ne connait pas. Mais elle ne voulait pas reculer. Il s’agissait peut-être d’une occasion en or, pour côtoyer la Résistance. Cheshire. Pour se rendre utile.

Alors Mysha poussa une porte, au hasard. Il lui avait dit qu'il serait là à toute heure, donc il doit bien être quelque part dans cette baraque. S'il était derrière ou ailleurs, elle ne savait pas. Ce sera sa petite surprise.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Dim 25 Oct - 22:16
Mello n'attendait plus vraiment : il avait donné une invitation, mais ne voyant personne venir le jour suivant, il l'oublia. Non pas qu'il fut vexé ou quoique ce soit d'autre, mais l'homme à la cicatrice avait visiblement d'autres préoccupations dans sa vie, comme échapper à Kira ou bien arrêter des criminels recherchés. L'agence marchait bien : il ne gagnait pas très bien sa vie encore grâce aux seules enquêtes, mais Mello commençait à se faire connaître dans le milieu.

Le jour où Mysha le gratifia de sa visite, le jeune homme faisait justement un tour en ville, collectant des infos chez ses informateurs préférés. On lui avait révélé qu'un petit revendeur de drogue en connaissant pas mal sur le monde souterrain, et il commençait justement à avoir des contacts décents dans la résistance qui pouvaient l'informer sur ce qu'il se passait sans se mouiller. Il ne fallait pas oublier que Mello était recherché par toutes les polices du monde et que se montrer discret était un de ses maîtres mots, en ce moment. Il ne faisait jamais rien en personne, s'arrangeait pour tout faire à distance, tentait de demander le moins possible de l'aide à Matt qui avait, de toute évidence, une signature un peu trop évidente.

Et puis il ne fallait pas oublier que pour le commun des mortels, il était mort et enterré comme l'était Hadès. Sauf que ce dernier copinait actuellement avec les asticots.

Rien qu'à l'idée de ce connard mort et dévoré, Mello ricana. Il n'avait jamais apprécié l'individu qui lui avait piqué sous son nez sa nana de l'époque, sa mort était de toute évidence justifiée et s'il le pouvait, il remercierait mille fois l'homme qui en avait eu le courage...

Lorsqu'il entra dans l'agence, Mello s'aperçut alla s'installer dans son bureau, tranquille. Il n'avait rien à se reprocher et avait conscience qu'il ne courait strictement aucun danger. Il désactiva l'alarme, déverrouilla les serrures qui devaient être verrouillées et s'assoupit un peu dans le grand fauteuil en cuir en face de son bureau. Un peu plus tard, il taperait un rapport sur ce qu'il venait de voir : pour le moment, ça restait stocké dans un coin de son cerveau et il savait qu'étant donné son intellect, ça ne bougerait pas pendant dix ans.

"Bordel, le chocolat..."

Avoir ces bâtiments avait été facile : il devait avoir un bon pactole dans son compte en banque, et en plus, bizarrement, Will Wonka, sa "drôle d'amie de toujours" semblait l'avoir à la bonne en ce moment. Mello avait été la voir à l'hôpital en ce moment, et il ne le dirait jamais en face d'elle ni de personne, mais il avait été ému par sa situation tragique.

Des pas à l'extérieur. Il checka l'intérieur de sa veste : c'était OK, le revolver s'y trouvait. Il devait également en avoir un dans un tiroir, pour plus de sécurité. Ce qui apparut, finalement, ce fut une fille : pas moche, visiblement, puis elle lui disait quelque chose...Mello fronça les sourcils, parce que dire "c'est moi", ça n'aide pas beaucoup, même quand on est un petit génie. Une, peut-être deux minutes de réflexion plus tard, Mello eut une profonde inspiration : il se souvenait.

"Ah. La fille que je voulais embauche. Tu sais que tu as du retard ? Je t'ai attendue, moi."

C'était un mensonge, mais il voulait juste voir ses réactions. Voir si elle était digne du poste qu'il allait la proposer.

Dans son grand Echiquier mental, celui sur lequel il jouait contre Near, il fit avancer un pion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 7 Nov - 1:47
Il était là, elle avait reconnu sa voix.

Mysha eu un léger ricanement.

Finalement, c'était lui qui l'avait trouvée. Elle ne se retourna même pas pour venir lui faire face. Bien que ça l'aurait flattée, elle ne pensait quand même pas que l'on puisse attendre quelqu’un qui avait peu de chance de venir. Parce que Mysha ne comptait pas venir en vrai. Mais maintenant, elle était là, dans cette pièce. Elle était là parce que le blondinet avait attisé quelques curiosités, malgré les risques, tout. Parce qu’avec cette occasion, elle pourrait peut-être se rendre utile. C’était plus fort qu’elle.

La jeune fille tourna la tête, le regard dans le vide. Non vraiment, elle ne le croyait pas. Mais les opportunités s’enchaînaient : avec ce qu’il venait de dire, il ne pouvait pas la refuser. Alors elle lui lança, d’un sourire naturellement niais, une phrase qui allait peut-être chambouler sa vie.

"Puisque tu m'as attendue, ton poste est toujours d'actualité, n’est-ce pas ?"

Si ce n’était pas le cas, il se contredirait en prétendant l’avoir attendue. Ce serait stupide, mais elle était prête à tout. Si finalement il la jetait, et bien... tant pis pour lui. Ses compétences en tout et n'importe quoi auraient pu lui être utile - sauf en informatique, puisqu'il a déjà Cheshire. Une secrétaire multitâche.

« Mieux vaut tard que jamais… Du moins c’est ce qu’on dit. »

Ce n’était pas vraiment adressé au détective, mais plus à elle-même, afin de se convaincre qu’elle avait bien fait de rentrer dans l’agence. Mysha observait la pièce du coin de l’œil, mémorisant rapidement les lieux, si jamais elle devait revenir. Ou plutôt ce qu’elle voyait. C’est-à-dire ces murs vides et la porte d’entrée. Et l’homme à la cicatrice. Ce qui ne contribuait pas à la rassurer.

Elle se rapprocha de lui. Il avait l’air assez raide, derrière ses mèches rebelles. Alors elle essaya de regarder en dessous sa tignasse, pour tenter de choper son regard. Sa cicatrice ne lui faisait plus peur finalement. Elle voulait le faire bouger, détendre un peu. Et faire en sorte qu’il réponde vite, histoire qu’elle aille perdre son temps ailleurs si jamais elle devait essuyer un refus.

« Hey, tu veux pas m’faire visiter ? Puis si tu peux me dire où sont les chiottes, je t’en serais extrêmement reconnaissante »

Petite moue, suivi d’un petit sourire. Certains diront que ses réactions sont bizarres parfois, assez fantaisistes.

Mais après tout, que vaut la vie si elle n’est pas vécue comme un rêve ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Mar 24 Nov - 22:10
Elle avait un caractère de cochon, mais bizarrement, ça lui plaisait. Quand Matt saurait qu'il avait embauché une nana qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam pour lui servir de secrétaire, il soupirerait et l'engueulerait sûrement pour une telle imprudence. Après tout, il n'était pas à ça près. L'offre tenait toujours : il avait besoin que quelqu'un, même à mi-temps, reste ici pour surveiller le secteur quand il partait en ville. Il avait besoin que quelqu'un qui ne ressemble surtout pas à son portrait-robot fasse certains trucs que lui-même ne pourrait pas faire devant des caméras de surveillance.

Elle était une innocente, alors il ne comptait pas la mettre en danger, mais il ne fallait pas oublier qu'il était Mello, l'homme qui avait dirigé pendant plus de dix années une mafia d'une main de fer. Le management d'hommes, il connaissait ça.

"Mieux vaut tard que jamais, t'as raison."

Pour s'apercevoir que toute résistance était inutile. Que ce n'était pas en voulant arrêter Kira qu'il y arriverait, mais en agissant pour que les gens comprennent enfin que l'ancien système de Justice était bien meilleur. Tuer Light Yagami s'avérerait inutile, évidemment, ils l'avaient compris depuis bien des années : l'homme avait maintenant de nombreux disciples, et, pour peu que Washington fasse de nouveau tomber une bombe nucléaire sur le Japon, il y aurait bien un bonhomme ou deux pour le venger ou crier au martyr. Enfoiré de jaune.

Mais le blondin ne lui dirait jamais le fond de sa pensée. Elle ne devait pas savoir qu'il était Mello, tout comme elle ne devait pas comprendre le rapport entre lui et tout ce qu'il s'était passé au Japon : il en allait de sa vie.

"Ici, on m'appelle Harry Preston Clarke. Pas Willy. Willy, c'est une amie à moi, elle ne sait pas que j'ai appelé le cabinet à cause d'elle. Les toilettes, c'est au fond du couloir.", il lui montra la porte de son bras, le même qui n'avait pas tremblé lorsqu'il avait tué des hommes. Mello ne sourcillait toujours pas, mais il se réveillait en sueur la nuit.

Il s'agit sur une chaise, faisant signe à cette nana qu'elle pouvait prendre le temps qu'il fallait, qu'il l'attendait...ce qu'il fit, d'ailleurs, pendant une dizaine de minutes, envoyant quelques textos à Matt pour savoir comment il se débrouillait de son côté : pas de réponses. Enfoiré de roux.

"Ah, t'as pris ton temps, bordel. Bon. J'vais t'expliquer le boulot : t'as la paperasse, la compta', le budget. Pis t'as les clients. T'accueilles, tu briefes si j'suis pas là. Si je ne tiens pas à venir devant eux, tu te fais passer pour le détective : c'pas dur. T'as compris ? Tu travailles 20 heures la semaine, je te paie 1 000 livres par semaine. C'est un peu beaucoup, mais ça t'aidera à t'investir."

...C'était plutôt une somme démentielle, qui aurait convenu à un travail pour un mois, mais pour une semaine...absolument pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 13 Déc - 15:40
Ah les jeunes. Tu leur tends du fric, ils prennent direct.

Surtout une somme pareille, Mysha en avait des paillettes dans les yeux. C’était tellement beau, inattendu qu’elle en avait presque envie d’embrasser le détective qu’elle ne connaît même pas encore, oublier comment il l’a traînée dans un parc.
Certes, elle allait se taper le sale boulot, les clients chiants quand il aura la flemme de bouger son humble fessier. Mais voilà quoi. L’argent, les liasses de billets font tout.
Elle se voyait déjà renouveler son matos, payer ses factures sans se demander où elle pourrait trouver du fric pour les prochaines. Mais malgré ce nouveau souci des impôts et tout le bordel, elle ne regrettait pas d’être partie. Elle était libre, et c’est cette liberté qui lui a permis de rencontrer ce… Willy. Clarke. Ou autre chose si ça se trouve. Qu’importe que ce nouveau nom soit le vrai ou pas, du moment qu’il se reconnait quand elle l’appelle…

Elle se jeta sur un fauteuil en rêvant. Quel retournement étonnant quand même. Elle, étudiante en mathématiques, se retrouve à s’improviser secrétaire. Et en tant que secrétaire, se retrouver à s’improviser fausse détective.

C’était plutôt marrant.

La nouvelle employée faisait tourner une mèche brune entre ses doigts fins, l’air pensif. Voir même carrément absent.
Il faut dire que Mysha est complètement lunatique. A tel point qu’elle se demandait même si elle serait  capable d’assumer ce nouveau taff. N’ayant que peu, ou plutôt, aucune expérience professionnelle, on ne pouvait pas dire qu’elle possédait un sens aigu des responsabilités. Surtout que le montant qu’il lui proposait en était plutôt synonyme. Du moins, c’est ce qu’elle pensait.
Elle n’avait absolument aucune idée quel était l’investissement qu’elle devrait fournir.

Après tout, elle ne savait pas qu’il était Mello. Et que Mello, c’est pire qu’une tornade.


« Ca marche. Je commence quand ? »


Demain, elle n’était pas disponible. Le lendemain non plus. En théorie. Ses études, qui étaient autrefois la deuxième de ses préoccupations, venaient d’être relayées à la troisième place. La première étant conservée par ses activités externes. De toute façon, les cours étant sur Internet, elle pouvait sécher tranquillement.
Enfin, elle verra bien comment s’organiser, quand ils auront conclu tout ça.


« Donc au fait… le contrat ? »


C’était la première fois  qu’elle allait en signer un, et cela devrait presque  lui faire peur. Mais non, elle n’avait pas peur de se faire arnaquer. Mysha se sentait déjà à l’aise entre ces murs, avec son futur patron. Et pourtant, si loin de la vérité.

Dans ce monde, Mysha était comme une brebis égarée, cherchant un protecteur. Une proie facile, pour les grands chasseurs.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Jeu 24 Déc - 16:56
Mello aurait bien le temps de mener une petite enquête sur elle et d'ailleurs, il l'avait déjà un peu fait. Les antécédents de Mysha n'étaient pas vraiment mystérieux, mais il allait devoir un peu pousser l'enquête pour vérifier qu'elle ne soit pas un agent dormant. Si Matt savait ça, il lui taperait probablement sur les doigts car il n'était pas du tout prudent de leur part d'engager soudainement un gars qu'ils ne connaissaient pas du tout.

Un contrat, un contrat.

Mello chercha dans ses tiroirs, entre quelques emballages vides de chocolat et les contrats types qu'il filait à ses clients. Ce n'était pas ce genre de contrat-là, qu'il fallait. Finalement, il se souvint en avoir tiré quelques uns et cachés en haut d'une étagère en se disant qu'il ne trouverait finalement aucun associé. Le papier était à demi froissé mais bien là, avec un cachet de son entreprise qu'il avait fait faire il n'y avait pas si longtemps que ça. Il descendit les deux, lui tendit la feuille.

"Il y a une période d'essai de deux mois et je te préviens, tu es susceptible de bosser plus qu'indiqué, on n'a pas vraiment d'horaire, dans ce métier. Enfin avec ce salaire, je ne pense pas que ça te dérange."

Ce qui la dérangerait plutôt, ce serait sûrement le caractère de chien de Mello, mordant et assassin, surtout qu'en ce moment, il était en manque de chocolat. Très sincèrement, il ne se gênerait pas pour l'agresser, pour la malmener et lui donner tout les plus sales dossiers à constituer tant qu'elle ne touchait pas à aux dossiers concernant la résistance. Ceux-là, il les gardait exclusivement pour lui, malgré tout le danger qu'ils pouvaient constituer.

"Tu vas commencer demain, 8 h, si ça te va. Je reviendrai d'une enquête, je devrais être à l'heure mais ne peux rien te garantir. Tu peux t'habiller comme ça t'arrange tant que tu ne viens pas en loques. Je te filerai les clés aussi, faudra me le faire penser et sache aussi que je déteste être sur le dos des employés. D'ailleurs, tu es la seule. Tu t'en sens capable ?"

Mello, à force de marcher en long, en large et en travers dans l'appartement, avait enfin trouvé quelque chose à bouffer. Il faudrait qu'il rende visite à Matt, d'ailleurs. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu le rouquin et il fallait qu'il constate du fait qu'il était encore en vie. Et puis celui-ci pourrait l'aider par rapport à l'enquête qui concernait Hadès. Enfin, il retrouva la machine à café sous une montagne de paperasse, leur servit deux tasses. Le temps que tout ça refroidisse, il aurait bien le temps de lui faire visiter l'étroit cagibi plein de feuilles de papier que constituait l'agence.

Il l'emmena alors vers l'entrée pour commencer la visite dans l'ordre.

"Les clients entrent là. J'ai fixé un micro dans le coin et mine de rien, ça m'aide à évaluer un peu leur humeur. Tu devrais trouver des oreillettes quelque part, sinon, ça ne sert à rien. Ton bureau va être dans le coin, par là-bas.", il lui montra, dans un coin, un truc qui sembla couvert de papier de toutes les couleurs. Vu la réputation qu'il se tapait depuis quelques temps, il n'avait pas du tout eu le temps de ranger et l'appartement et véritablement en bordel. "Voilà. La porte à côté, ce sont les toilettes, où tu as été. Tu es libre de décorer les pièces, mais pas trop de rose, ou je vais me fâcher. Sinon, ensuite…la pièce principale : mon bureau. Ton job au début sera de me trier toute la paperasse. Evite de tout me déranger aussi, je te jure que tu ne veux pas me voir en colère."

Parce que sincèrement : il y avait-il quelque chose de rangé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 26 Déc - 18:18
Décidément, il l’avait vraiment piochée à l’arrache dans la rue. Son vieux contrat tout froissé, tout poussiéreux en témoignait. Mysha le saisit avec une mine quelque peu dubitative. Elle ne s’attendait pas du tout à cela à vrai dire. Mais tant pis, ça fera l’affaire. Elle le lu en entier : tout, les trucs en petits caractères, entre les lignes, devant, derrière, partout. N’ayant trouvé aucune coquille, elle piqua un stylo pour le signer.

Voilà, c’était fait. C’était étrange comme sensation. La nouvelle secrétaire observait une dernière fois ce bout de papier. Une nouvelle vie commençait, de plus en plus indépendante. Elle était contente.

« Je n’ai pas vraiment d’horaires non plus, ça ira. ».

Elle lui remit le contrat. Elle avait juste des exams de fin d’année. Même pour un bon boulot, la jeune femme ne  tenait pas à abandonner ses études. Elle voulait son diplôme. C’était important. Mais le moment venu, elle s’arrangera avec lui. De toute façon Mysha avait plusieurs mois devant elle.
Quand Clarke le lui proposa, elle accepta volontiers son café. C’était plutôt sympathique, pour commencer. Il avait l’air sympathique. Ou du moins, son ressenti n’était pas mauvais. Même lorsqu’il lui annonça qu’elle était toute seule. Ca l’avait surprise, certes. Ce n'était pas vraiment l'idée qu'elle se faisait de l'agence. Mais ce qu’il lui demandait n’avait  pas l’air impossible.

"Toute seule ?... Ouais. Je m'en sens capable."

Comme un âne à qui on tend une carotte. Le fric la ferait avancer, y'avait pas besoin d'autre motivation. Mais pour combien de temps?
Il lui montra son bureau. Une pièce qui aurait pu être sympa, sans tous ces papiers dont Mysha aurait bien fait des confettis de toutes les couleurs.
Il lui disait de s’occuper de cette montagne.
Ben voyons. Ranger sans tout déranger. Un bordel pareil. Son patron savait ce que c'était de ranger? Y'avait un problème d'organisation énorme, ce n’était pas possible autrement. Il aurait pu les classer vite fait dans des cartons déjà. Mais non, il avait préféré les jeter sur son bureau.
Mysha s'avança pour observer la pile. Tous les documents étaient mélangés dans tous les sens, factures, dossiers, brouillons... Ça allait être sympa.
Elle avait déjà repéré des classeurs, des trucs qu’il avait prévu à cet effet. Et qui ont pris la poussière évidemment.

« Oui. Ce sera rangé. »

Elle se retourna vers lui, d’un sourire plein de confiance et de détermination. Elle allait tout classer, et plus vite qu’il ne l’imaginait. Sa période d’essai allait être très clean, du moins l’employée ferait tout pour.
Une fois le café tiède, elle l'avala d'une traite. Elle était habituée à plus fort à vrai dire, mais il n’était pas mauvais. Un bon point quand on y pense, elle pourra se faire des tasses à longueur de journée, perdue au milieu de ses papiers.
D’ailleurs la jeune femme la lui rendit et s’apprêta à partir. Il était assez tard et Mysha voulait se coucher tôt, pour être à fond le lendemain.

"Merci pour le café. Donc... à demain."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Teru Ra' Mello
» Bonjour !!! de paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: City :: "Willy and cie", agence de détective-
Sauter vers: