Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 15 Juin - 15:32
Ce n’est pas vrai !! Il est parti, parti !
Ella était venue à l’agence de Mello pour lui montrer son dossier d’inscription à la fac. Mais l’agence est fermé, Mello est parti. En lisant les journaux, elle comprend où est son ancien chef. Lui qui lui a fait la moral pour être partie sans un mot … Faites ce que je dis, pas ce que je fais hein ?

La petite brunette est restée figée. Au fond, Mello déclaré publiquement mort, elle a cru qu’elle pourrait mener une vie tranquille, entamant des études, sans avoir besoin de se soucier de Kira ou de la Résistance. Un nouveau départ, une vie qu’elle n’a jamais eue, son existence toujours guidée par Mayu. Vivre pour elle-même. Un grand pas en avant qui lui fait terriblement peur, mais qu’elle pensait pouvoir surmonter grâce à la présence, aussi agaçante soit-elle, de Mello.

Mais Mello est parti. En s’accrocher, en étant forte, elle pourrait continuer. Mais est-ce vraiment ce qu’elle veut ? Est-ce vraiment le plus important ? Alors Ella a couru dans son université pour annuler sa candidature validée et se faire rembourser la première échéance de ses frais de scolarité déjà payée. Puis elle a pris le premier avion pour le Japon.

Un coup de fil paniqué à Zen lui permet de localiser le nouveau QG de Mello où elle s’empresse de se rendre. Immédiatement arrêté par les nouveaux hommes de mains du mafieux, elle ne se laisse pas faire pour autant. Elle tente de passer de force mais se retrouve rapidement par terre.

« BOSS !!! BOSS BOOOOOSS !! » Hurle-t-elle à plein poumon, du moins autant que sa fluette le lui permet.

Elle tousse, peu habituée à élever la voix. Lorsque le premier coup de matraque touche sa tête, sonnée, elle se retrouve contre le mur. Bon.

Ella sent l’agacement monter. Dans son délire, elle peut presque voir le sourire de son jumeau, Mayu. Allons, qu’est-ce qu’il aurait fait lui ? La réponse est évidente. Quand Mayu veut quelque chose, il l’obtient. Soit par la ruse, soit par la violence. C’était comme s’il lui soufflait la réponse à l’oreille. Elle se met en position offensive, trident dans les mains.

Les bloody twins … Tout le monde a oublié ce nom ou quoi ? Ella espère juste ne pas avoir perdu la main.

« BOSS ! SI … SI VOUS NE VENEZ PAS, JE … JE VAIS LE FAIRE ! …. VOUS M’ENTENDEZ ? … JE V-VAIS …. VRAIMENT LE FAIRE ! »

Les mafieux la regardent, ahuris, puis éclatent de rire.

« …. C’est pour de vrai ! BOSS !! Ce n’est pas une plaisanterie ! »

Où est Mello bon sang. Bon. Le trident s’abat et la première main est tranchée. Qui aurait cru qu’Ella allait vraiment le faire ?


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 429
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 17 Juin - 21:26
Il était vrai que Mihael Keehl s'était enfui de Londres à l'annonce de la nomination du premier ministre et de ses premiers amendements. Il n'avait pas oublié Ella, mais l'avait volontairement laissée sur place, jugeant qu'elle était en pleine convalescence et que revenir au Japon maintenant serait beaucoup trop violent pour elle.

Il était comme cela, Mello. En apparence, il avait l'air de pas mal s'en foutre, mais il y avait certaines personnes, parmi lesquelles Ishtar, Matt et Ella qui importaient. Touchez-les, et vous vous seriez exposé à de lourds soucis. Insultez-les, et vous auriez déclenché une guerre nucléaire. Le sujet d'Elliana était quelque chose d'assez sensible et Mello s'était même rapproché de son médecin pour récupérer son dossier médical et surveiller son cas – il savait, à 90% que cette tête de mule finirait bien par revenir vers lui et il faudrait anticiper à ce moment les éventuels inconvénients, du genre frère psychopathe ou maladie à la con.

Toujours est-il qu'il avait retrouvé un nouveau quartier général et pleins de nouveaux autres de rechange. Il avait pris ses petites habitudes, avait établi pas mal de cachettes à chocolat tout du long des bâtisses et retrouvé pas mal de ses contacts qui donnaient de l'argent pour faire avancer la mafia.

Ce jour-là, Mello était, comme d'habitude, en train de travailler sur un dossier. Il avait eu, il y avait quelques heures, la visite de Matt concernant Sayu Yagami et...franchement, il n'était pas dans un très bon état psychologique. Il se sentait même coupable et inquiet pour le geek, mais le dire à haute-voix aurait sûrement été trop pour lui : beaucoup trop. À la place, il travaillait comme un malade : là, il avait remonté la piste d'un groupe de taupes des pro-Kiras chez eux. Il s'était ingurgité une petite vingtaine de plaquette de chocolat en deux heures. Dès qu'il les aurait déterrées, il pouvait garantir que ça chaufferait sec pour leur cul.

Un bruit de voix l'interrompit dans sa prise de note et le blond releva la tête. Qui ? Il fut pris d'un mauvais sentiment et se précipita vers l'endroit d'où les cris venaient.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il vit Elliana Rokudo, son trident de nouveau à la main, un de ces employés à terre, la main coupée nette, n'ayant que son sang pour pleurer. Mello sortit par réflexe son revolver : Ella avait beau être une de ces « préférées », elle n'en restait pas moins dangereuse, et en s'attaquant à l'un de ses hommes, on s'attaquait à lui. Toutes les possibilités étaient à envisager : savait-elle pour Hadès ? Avait-elle décidé de trahir une fois pour toute la mafia, furieuse qu'il l'ait abandonné à Londres ?

Tout cela ne collait pas avec son caractère, plus gentil et collaboratif ? À moins que Mayu ne soit revenu à son tour ?

« Lâche ce trident, Ella, ou je tire. C'est une déclaration de guerre que tu viens de faire là...et lève les mains doucement en l'air. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 21 Juin - 23:26

Si elle ne l'entend pas venir, en revanche, Ella voit nettement l'arme pointée sur elle. Les paroles de Mello firent écarquiller son œil valide, sous l'incompréhension, apeurée. Ouais hein ? Combien de ses hommes Mello avait déjà tué ? Et ce n'est pas comme si elle ne les avait pas prévenu … Non, Ella n'a aucun regret pour ce geste. Pas qu'elle manque d'empathie. Mais même si elle n'aurait pas du faire ça, il lui fallait bien avancer ….. Pour se retrouver dans une situation compromettante. Stupide, Ella ! Stupide. Mayu ne se serait pas fait prendre, lui. Elle peut presque entendre son frère rire d'elle et lui disant d'être plus discrète.

Le trident tombe immédiatement sur le sol, et comme demandé, Ella lève lentement les mains. Reculant de quelques pas, elle se retrouve contre le mur et ne peut bientôt plus reculer. Piégée.

« J-Je leur ai dis que vous me c-connaissiez … I-ils n'ont pas voulu m'écouter … Je ... » Elle avait manqué beaucoup trop de contenance pour être prise au sérieux. Ils lui ont rit au nez. Et Mello ne l'a pas entendu. Mais si aux yeux de son supérieur, c'est une déclaration de guerre, la petite mafieuse sait que ce ne sera pas un argument valable pour lui.

Mais quand bien même … Ayant reprit contact avec le clan des civils, des rumeurs sont allées jusqu'aux oreilles de la fille d'Hadès. Ce dernier aurait été abattu par Mello. Parce qu'il était devenu dangereux pour la Résistance. Parce qu'il les avait balancé. Et Ella n'est pas stupide, elle sait dans quelles conditions le chef des Civils a parlé.

Bien entendu, elle ne croit pas que ce soit Mello. Il est une cible bien trop facile vu son nombre de désaccord avec Hadès. Mais cela ne signifie pas qu'il l'ait tué. Pas aux yeux (à l'oeil?) d'Ella. Pas Mello. Pas son précieux Boss. Le soupçonner ne lui a même pas effleuré l'esprit malgré les rumeurs. Non, c'est bien autre chose qui la détruit.

« Si … Si vous voulez m'arrêter a-alors faites .. M-Mais j'ai une question … Je dois savoir la vérité. » Panique Ella.

La mafieuse reste les mains en l'air montrant bien qu'elle n'est pas dans l'hostilité. Elle ouvre la bouche mais encore fois, rien ne sort. Comment ? Comment demander ça ? Comment mettre des mots à ses pensées, à ses peurs ? Son corps tremble et elle s'efforce de le maîtriser. … La maîtrise ? … Comme si elle était en position de maîtriser quoi que ce soit. Comme si elle avait le droit à des traitements de faveurs. Il ne faut pas prendre des pincettes avec elle. Parce qu'elle ne le mérite pas. Pas si ses craintes s'avèrent réelles.

« B-Boss ... » Des larmes coulent sur ses joues. « Est-ce que Monsieur Hadès a été exécuté à cause de moi ? »

Elle se mord les lèvres et baisse la tête. Ses mains sont toujours levées, ses doigts tremblent. Si Hadès a balancé des infos sur la Résistance, c'est parce qu'elle avait été torturée par Arashi, sous son nez. Si elle avait été plus résistante, ça ne serait pas arrivé. Hadès n'aurait pas eu besoin de lui venir en aide.

« Si j'avais été …. un meilleur élément … Monsieur Hadès serait toujours en vie … Et vous, et vous Boss, vous ne seriez pas soupçonné …. Boss ! Mes actes vous mettent dans l'embarras … Et s'ils continuent de penser que c'est vous, alors la résistance sera en péril. Vous serez en danger. Alors … Alors dites moi ? Dites moi ce que je peux faire pour réparer ça ? Je ferais le nécessaire. Je ferais de mon mieux et plus encore. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 429
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 28 Juin - 23:00
C'était évident : même pour un génie comme lui, c'était quelque chose qui ne demandait pas à être réfléchi : Ella allait lui demander la vérité. Elle allait chercher à savoir qui était celui qui avait pointé une arme sur le guignol qui lui servait de père et qui avait tiré. Mello baissa son arme – il savait que malgré ses paroles et le fait qu'elle ait tranché la main d'un de ses hommes, elle n'était pas vraiment dangereuse. En revanche, il ne pouvait pas lui permettre de faire sa loi toute seule alors qu'elle n'était qu'un simple sous-fifre : si tout le monde se mettait à faire la même chose, il allait se retrouver avec un massacre de masse à gérer.

« Suis-moi. », fit-il en soufflant.

Il ne la prit pas par le col, mais prononça juste ces deux mots d'une manière assez calme. Il commença à esquisser quelques pas dans le couloir jusqu'à attendre qu'elle l'accompagne.

Mello se mordait les lèvres. Il n'aimait pas ce qu'il allait faire de la même manière qu'il n'aimait pas voir des larmes couler sur le visage d'Elliana. Il était vrai que Hadès était mort à cause d'elle, mais était-ce une bonne idée de lui dire tout de suite ? Était-ce également une idée merveilleuse que de lui mentir à ce sujet ? Lorsqu'elle découvrirait la réalité, ce qui ne saurait tarder, elle lui en voudrait sûrement de lui avoir menti à ce sujet : et Mello ne voulait pas qu'Elliana lui échappe. C'était un élément bien trop précieux pour qu'elle cesse de lui obéir.

« Si je ne t'avais pas remise sur le terrain, tu n'aurais jamais été capturée. Arrête de penser avec des alternatives. Tu as fait face à Harlaown et elle est dangereuse : c'est un fait. Tu ne peux pas lui tenir tête et niveau force armée, j'aurais du mal de tenir un duel honnête contre elle compte-tenu de son expérience du terrain. »

Il se tut et ses pas rythmèrent le silence qui suivit.

« Hadès est mort parce qu'il avait parlé. S'il avait parlé seulement lorsque tu étais menacé, ça aurait pu passer, mais ce n'était pas la première fois qu'Hadès parlait ou était accusé de trahison. J'en suis sûr, tu le sais. Nous ne considérons pas que sa relation avec Harlaown était la raison de cette traîtrise, mais je suis sûr qu'elle a très fortement participé à le faire participer à cela...Ce n'est pas parce qu'il te souriait ou qu'il te disait des mots gentils qu'il était nécessairement gentil et mignon. Cet homme était une sangsue, Ella. Si nous l'avions gardé dans la résistance, il l'aurait faite couler. »

Ils avaient dévalé des escaliers, il lui avait montré quelques directions : il était clair qu'ils se trouvaient dans les sous-sols.

« Entre. Je te suis. »

Il poussa légèrement son épaule pour qu'elle rentrât dans la cellule et la suivit, gardant précieusement la clé.

« Je ne peux pas faire autrement. Si je te laisse sortir tranquillement, je cours droit vers une mutinerie de mes hommes, après ce que tu as fait. Tu resteras ici deux jours. », fit-il. Il poursuivit très lentement, lui montrant le sol pour qu'elle s'assied. Mello savait que la santé de sa petite protégée était toujours très délicate. La prison était une épreuve qu'il n'aurait pas souhaité lui infliger. « J'ai tué Hadès. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 29 Juin - 13:07

Suivre Mello alors qu’elle vient pratiquement de tuer un homme … lui semble loin d’être raisonnable. Au moins a-t-il baissé son arme. Ce n’est pas comme si elle avait le choix. Etre avec Mello est également la raison de sa présence. Mais les choses n’étaient pas censées se passer ainsi. Pas dans des flots de larmes et de détresses. Malgré tout, elle le suit, d’un pas lent et mal assuré, agrippé à son trident qu’elle a récupéré entre temps. Ou plutôt cramponnée à ce dernier comme si sa vie en dépendait. C’est peut-être le cas... Songe-t-elle alors qu’ils rejoignent les sous-sols.

Ella reste silencieuse, mais elle n’est pas d’accord avec lui. Mello est en aucun responsable de son emprisonnement. A l’époque, c’est elle qui l’avait forcé la main pour qu’elle retourne sur le terrain, se montrant intrusive, têtue et envahissante. Elle peut être collante lorsqu’elle l’a décidé. Et Mello avait fini par céder. Il s’en est suivi … ce qu’il s’en est suivi, mais son chef est en aucun cas responsable. Mais il a raison sur une chose, avec des suppositions, on peut refaire tout un monde.

La brunette baisse la tête aux paroles du mafieux. Hadès est bien mort parce qu’il a parlé, mais apparemment pas qu’une seule fois. Elle ne comprend pas … Elle ne voit pas ce chef de la Résistance les trahir. Monsieur Hadès avait bien des défauts, mais il n’était pas un traitre. Et pourtant … Elle se souvenait parfaitement des dernières paroles échangées… Faire leur vie loin d’ici. A quel prix serait-il parti ? Est-ce qu’il aurait trahit la résistance pour pouvoir fuir ? Elle n’ose y croire. Ses membres tremblent, Ella resserre d’avantage son étreinte sur son trident, gardant ses sombres pensées pour elle.

Akira Darkwood. Qui est-il derrière son sourire ? Pourquoi a-t-il été accusé de trahison à plusieurs reprises ? Mello semble penser que Fate n’est pas le seul facteur qui justifie le rôle d’Hadès. Rôle ou double rôle ? Ella se rend compte qu’au final, elle ne connait rien du tout de cet homme qu’elle considérait comme un père. Maintenant, il est trop tard pour s’investir. Elle sourit tristement, défaitiste. Allons Ella... Tu as été une bien mauvaise fille. Dire qu’elle ne s’est pas intéressée à Akira ? Ce n’est pas le cas. Mais réservée et distante, elle ne sait pas vraiment communiquer. Alors poser des questions sur lui ? Elle ne le fait avec personne. Que ce soit Mayu. Boss. Monsieur Matt. Non, elle n’interroge jamais qui que ce soit. Aujourd’hui, cela l’empêche de comprendre qui était son père ou ce qu’il a fait. Des regrets ? Il est sans doute trop tard pour en avoir.

Plus ils s’enfoncent dans les sous-sols, plus elle s’enfonce dans les ténèbres et la solitude. Elle est seule. Malgré toutes ses tentatives de rapprochement. Mayu. Monsieur Hadès. … Mello. Au final, elle a toujours été seule. Ce sentiment se confirme lorsque son supérieur ouvre la porte d’une cellule. Ella se fige. Pourtant, elle avait compris. Cette direction ne pouvait signifier qu’un seul endroit. Sans un mot, docile, elle entre, luttant contre son envie de s’effondrer et pleurer. Elle force son corps à cesser de trembler. Toujours sans rien dire, elle l’écoute dire qu’il n’y a pas d’autres solutions, qu’il ne peut pas prendre le risque d’une mutinerie.

Est-elle blessée ? Compréhensive ? Furieuse ? Va-t-elle protester ? Se défendre ? Attaquer ? Elle baisse son œil sur le trident toujours dans ses mains. A vrai dire, elle ignore comment elle se sent. Il n’y a simplement que cette impression de vide. Incompréhension et incertitude. La solitude est un sentiment bien pesant et difficilement compréhensif.

Alors non, Ella n’a pas dit mot. Que ce soit sur les révélations par rapport à Hadès. Que ce soit sur son soudain emprisonnement. Que ce soit sur … sur Mello qui lui avoue avoir tué Hadès. Quelques petits mots qui bouleversent son cœur. La gamine reste figée pendant une longue minute qui lui parait être une éternité. Plus que le sens, elle comprend l’impact de telles paroles. Son cœur se soulève dans sa poitrine. Le trident tombe par terre. Prise d’un vertige, Ella manque de trébucher mais une fois encore, elle oblige son corps à lui répondre et rester sur ses deux pieds.

Non. Tout mais pas Mello. Pas lui. Quelle horrible trahison. Elle voudrait hurler. Hurler aussi fort que sa voix le lui permet. Crier contre Mello. Crier contre Hadès. Crier contre le monde entier. Mais aucun son ne sort de sa gorge. Une seule et unique larme coule le long de sa joue. La réaction reste physiquement presque neutre. Mais moralement .. C’est comme un poids trop gros qui lui tombe sur les épaules. Une horreur et une injustice. Des émotions diverses la transperces. Peur, colère, incompréhension, tristesse, souffrance. Ne sachant pas quoi en faire, elle ne peut que les contenir.

Finalement, elle avance d’un pas. D’un deuxième. D’un troisième, mal assuré et tremblant. Comme si chaque pas était d’une difficulté insurmontable. Elle arrive à la hauteur de Mello. Son regard violacé se lève vers lui. Elle a juste envie de pleurer. Ses lèvres se crispent, forçant ses émotions à se freiner. Mais pas assez pour empêcher sa main de se lever et de s’abattre vers Mello. Du moins, c’est ce que cela laisser croire. Le geste n’arrive pas à son terme. Ella a pris conscience de ce qu’elle faisait au moment où son cœur c’est soulevé de nouveau.

Boss. Non.

Sa main se stoppe avant de toucher la joue du blond. Sa respiration est de plus en plus précipitée. Elle écarquille son œil valide. Elle voudrait le frapper. Lacérer chaque partie de son corps avec son trident. Elle voudrait lui tirer une balle dans la tête. Ella voudrait lui hurler qu’elle le hait.

Mais ce serait le plus offensant des mensonges. C’est bien ce qui lui rend l’histoire encore plus cruelle. Ne pas être capable de détester Mello. Ne pas avoir suffisamment de volonté pour venger Hadès. Ne pas … Ne pas … Ne pas vouloir blesser Mello, tout simplement.

Sa main part. Touchant sa joue. Ce n’est qu’une légère tape, pas assez forte pour laisser une marque. Pas assez forte pour ressentir la moindre douleur. C’est tout ce qu’elle peut faire. Toujours autant silencieuse, ses sentiments lui donnent envie de mourir. Pourquoi ne peut-elle pas crier ? Pourquoi refuse-t-elle de s’exprimer ? Brusque-le. Pousse-le au moins. Insulte-le. Mais c’est Mello. Mais tu souffres. Fais quelque chose. Si ça ne sort pas, tu en mourras.

Les larmes coulent de plus en plus sur ses joues. Ses dents se referment entre le cou et l’épaule de Mello. Elle mord, de plus en plus fort. Sa mâchoire serrée contre la peau du mafieux ne suffit pas à faire taire ses petits sanglots, discrets. Ses épaules tremblent, Ella plaque ses mains dans le dos de Mello, se collant à lui. La détresse est trop forte, elle l’a fait passer en resserrant d’avantage sa prise sur l’épaule de son supérieur. Mord. Mord encore plus fort. Ne le lâche pas. Ne le laisse pas te lâcher. Le sang coule sur le T-shirt du mafieux, mais elle ne s’en préoccupe pas. Elle ne lâche pas prise. Ses bras se referment encore plus contre lui, de peur qu’il disparaisse. Peu à peu, les sanglots se tarissent. Doucement, elle retire ses dents du corps de Mello. Les yeux toujours clos, il lui fallut encore une longue minute avant qu’elle ne se décide à lâcher Mello.

Sans un mot, Ella s’éloigne de l’autre côté de la cellule. Loin de son trident, loin de son Boss. S’asseyant à même le sol, contre le mur … Elle remonte ses genoux contre elle, les entourant de ses bras, y déposant sa tête. Ella ferme les yeux et attend. Les oreilles à l’écoute, elle attend simplement, à la recherche du cliquetis de la porte qui devrait bientôt se verrouiller, la laissant seule avec ses pensées.

Parce qu’Ella est seule. Elle l’a toujours été.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 429
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 1 Juil - 15:56
Mihael était conscient qu'il lui faisait du mal et par là, il savait qu'il devrait s'apprêter à se défendre contre quelques coups de sa part. Ella avait toujours vu Hadès comme son père, même si lui ne la considérait sûrement que comme un petit objet utile pour manipuler Mayu Rokudo. Il préférait ainsi être le seul qui lui annonce en face qu'il était le meurtrier d'Akira Darkwood et ne pas attirer l'animosité de la protégée d'Hadès sur Matt. S'il y avait un coup, deux coups, des blessures psychologiques à se prendre, Mello préférait encore que ce soit pour lui. Quelque part, Hadès avait été assassiné par sa faute et il en prenait aussi bien que Matt la responsabilité. Il avait également que le roux avait bien trop souffert : pour rien au monde, il ne souhaitait que quelqu'un d'autre l'accuse de ce méfait.

Alors, Mello la regardait en silence.

Il aurait préféré qu'elle lui dise un mot, deux mots. Qu'elle s'exprimât, qu'elle l'insultât ou le frappât.

Rien ne vint, et soudain, tout explosa. Ella bougea et lança son bras vers lui : Mello ne bougea pas. Il laissa cette sentence venir à lui comme s'il la méritait : il n'en fut que plus surpris lorsque le bras d'Ella, arrêté dans son mouvement par une volonté divine, se posa sur sa joue sans qu'il n'eut aucune douleur.

Quelle surprise, alors, que de la sentir lui sauter dessus comme pour se rapprocher de lui, le mordant si fort qu'il sentait déjà le sang couler. La douleur était présente, mais elle n'était rien face à ce qu'il avait déjà pu ressentir. Un bref instant, il revit, comme un tableau biblique, la silhouette de Matt, fidèle et calme, le sortir des flammes. Mello reprit son souffle comme s'il sortait d'une apnée en profondeur. Elle ne voulait pas lâcher, elle mordait comme une sangsue accrochée à son corps. Ses pleurs mouillaient ses vêtements et plus que jamais, elle semblait en situation de détresse. Le souffle lui manquait. Il aurait voulu lui dire de se calmer, qu'il allait remplacer Hadès, que tout irait bien pour elle et qu'ils allaient retrouver son frère. Il avait tellement de choses à lui dire en trop peu de temps et ses mains si fortes d'habitude lui semblaient bien moites et faibles.


« Shh. »

Au bout d'une minute qui lui sembla être une éternité, elle le lâcha pour se recroqueviller au fond de la cellule.

La première minute qui suivit cet assaut, Mello resta immobile à l'endroit où il avait été agressé, sentant la sang vermeil couler le long de son vêtement. La bouche entre-ouverte et le souffle court, il avait du mal encore à comprendre ce qu'il venait de se passer.

Pourquoi était-il aussi attaché à Elliana Rokudo, en fait ? Pourquoi l'avait-il recrutée au fond de la mafia, alors qu'il savait qu'elle était un élément que Hadès désirait dans son camp ? Pourquoi avait-il continué à s'attacher à elle ? Certaines questions n'ont pas de réponses...peut-être lui rappelait-elle le garçon qu'il avait été juste après la mort de L. Peut-être qu'il voulait lui éviter les différentes erreurs qu'il avait commises.

Mello bougea, un pied l'un après l'autre. Il aurait pu faire machine arrière, mais il ne le fit pas. Sa silhouette avança jusqu'à surplomber Ella de sa taille. Il se baissa, suffisamment pour pouvoir l'atteindre.

Ses mains s'accrochèrent à la jeune femme et, au lieu de la projeter contre un mur, de la frapper ou de la traiter de folle, ce qu'il aurait fait pour toute autre personne en temps normal, Mihael Keehl la prit dans ses bras et la resserra contre son cœur. C'était sauvage et certainement pas tendre, car il ne savait pas faire dans le tendre. Il serrait, comme on le fait pour calmer un nourrisson ou un animal affolé. Il la maintenait contre lui et n'avait pas l'intention de la lâcher.

Sa voix sortit soudainement de sa bouche, après une éternité à se taire.

« Je te lâcherai pas. Exprime-toi. Je resterai avec toi autant qu'il le faudra, Elliana. Je ne te lâcherai pas. Je suis avec toi. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 3 Juil - 11:43

Contrairement à ce qu'elle pensait, la porte ne se ferme pas. Au contraire, les bruits de pas se rapprochent. Elle n'a pas besoin de relever la tête pour savoir que c'est Mello. Quand le blond s'accroupit devant elle, la surplombant de tout son charisme, Ella soutient son regard sans rien dire. Aucune peur, aucune provocation, aucune appréhension. Un regard éteint qui n'attend rien de Mello. Rien de personne.

Quel fut donc son choc quand elle sent les bras de Mello se refermer autour d'elle. Avant même qu'elle ne le réalise, elle est dans ses bras, son corps frêle protégé par l'étreinte du blond. Absolument pas habituée aux contacts physiques, autrement que par Mayu, elle se raidit complètement. Son corps tremble contre celui de Mello. Pour finalement se calmer. Lentement, ses bras remontent contre le dos du mafieux. Elle ne comprend pas pourquoi il fait ça. Pourquoi un tel intérêt ? Mais une chose est sûre : elle ne veut pas le lâcher. Ella ne veut pas être seule.

S'exprimer. Pourquoi est-ci si difficile ? Pour dire quoi exactement ? Qu'est-ce qu'elle avait le droit de dire ? Qu'est-ce qui était interdit ? C'est difficile de savoir le juste milieu … Prendre exemple sur Mello ? Il n'était pas très propre de paroles ? Mayu ? Chaque parole de son frère est un mensonge, une illusion perfidement bien choisie. Hadès ? Un menteur. Un manipulateur.

Alors qu'est-ce qu'il lui restait à dire ? Au milieu de tout ça. Où est sa place ? Comment se positionner ? Non, ce qu'il lui reste … C'est la vérité.

« Je … Je suis en colère. » C'est terrible pour Ella d'avouer ça. Les larmes coulent de nouveau sur ses joues. La colère. Elle ne pensait pas connaître ce sentiment. Mayu l'avait empêcher de la ressentir. Même lorsqu'il avait tué leurs parents. Il avait dicté chaque sentiment qu'elle devait éprouver. Il avait dicté toute sa vie. Mais maintenant, Mayu a disparu. Et Ella est perdue.

« Je suis en colère. Contre Monsieur Hadès. Il … Il savait qu'il allait mourir. Ce n'était pas soudain pour lui. Il le savait. Il me l'avait fait comprendre. Il était … Il était venu me dire qu'on partirait vivre avec Mademoiselle Fate. Qu'on formerait une famille. Ce n'était pas vrai. C'était un … un mensonge. C'était un message d'adieu. »

Ella ressert son étreinte contre Mello.

« Monsieur Hadès … C'est vous qui avez tiré, mais c'est lui qui a décidé de partir. Il a choisi la mort plutôt que d'affronter ses choix. Il m'a donné son poste … Parce qu'il savait que je ne quitterais jamais la résistance. Il savait que je ne vous quitterais pas, Boss. Alors il lui restait deux options, Mademoiselle Fate ou la Mort. Dans les deux cas, je ne faisais pas partie de l'histoire. »

Son corps se décale de celui de Mello, mais ses mains serrent son haut, ne voulant pas lâcher prise. Elle n'a sans doute jamais autant parler de sa vie. La machine est lancée et maintenant, ne veut plus s'arrêter. Des paroles qu'elle n'aurait jamais penser dire à haute voix. Des pensées qu'elle avait laissé dans un coin, s'empêchant même d'y songer trop longtemps. Et maintenant, tout déferle. Mais à quoi bon ? Qu'est-ce que ça lui apportera ? Rien du tout. Mais il est trop tard pour s'arrêter.

« Monsieur Hadès était un manipulateur et un menteur. Tout le monde pense que parce que je ne dis rien, je ne comprends pas. Tout le monde se moque, me traite de manipulable, d'arriérée, de retardée. Mais ce n'est pas vrai ! Je comprends beaucoup, beaucoup plus de choses que tout le monde semble le penser. Ce n'est pas parce que je les ai laissé faire que je ne me rend compte de rien. Mais … Mais Monsieur Hadès m'a privé de Mayu. Il m'a enlevé mon frère, ma seule raison de vivre. Je lui en voudrais toute ma vie pour ça ! Et après il m'a privé de lui même !! C'est un monstre ! RIEN D'AUTRE QU'UN MONSTRE ! Il m'a brisé le cœur. Et laissé seule avec les conséquences de ma vie. »

Ella lâche enfin Mello. C'est dit. C'est enfin dit. Hadès l'a privé de tout. Et à cause de ça, elle s'est retrouvée seule. Seule à l'hôpital, sans aucun soutien, ignorant si elle allait vivre ou mourir. Seule jusqu'à que le Messie arrive, sous les traits de Mello.

« Boss … Qu'est-e que je vais devenir maintenant ? Je … Je suis si fatiguée. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 429
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 11 Juil - 18:08
Mello s'était un peu éloigné lorsqu'elle l'avait lâché et essuyé distraitement les morsures qu'elle lui avait infligées sur le cou. Sur ses doigts, le liquide était poisseux et il l'avait étalé distraitement sur ses vêtements plutôt que son le mur. Il avait bien trop mauvais caractère pour qu'on lui demande qui avait causé cette blessure.

Il entendait la haine qu'elle déversait à l'encontre de Hadès, haine qui n'était pas la même que la sienne et qui le rendait presque triste de la mort de ce connard de roux. Il la sentait triste d'avoir perdu l'homme qui lui servait de père et qui lui avait fait perdre tant de choses dans sa vie : Hadès était celui qui l'avait privée de frère, qui l'avait emmenée dans ses histoires sordides. Hadès avait de mauvaises mœurs et ce n'était pas un exemple et là-dessus, Mello espérait juste qu'il n'avait pas nourri de pensées sordides à son image.

Mihael Keehl ne rajouta rien à ce qu'elle disait sur Hadès. Il n'était pas là pour enfoncer un mort, encore moins pour détruire encore plus l'image piteuse qu'il avait réussi à se construire. Il l'avait serrée tout le temps où elle avait été contre lui, mais elle s'était soudainement éloignée, comme pour décider des choses d'elle-même. Mello était fière de ce qu'elle était devenue, même si elle allait passer quelques jours au trou. Elle s'était battue contre la maladie, l'avait vaincue et l'avait rejoint, ici, au Japon.

Mello était en train de penser à quelque chose qui le turlupinait depuis quelques temps déjà, sur le fait de garder Ella dans la mafia. Il voulait garder la jeune fille à ses côtés, mais il n'aimait pas du tout le fait qu'elle puisse fréquenter des personnes extrêmement peu fréquentables et soit amenée à tuer des gens. Prenant ses aises, il s'assit sur le sol, sortit un carnet et commença à griffonner quelques mots, puis quelques phrases de son écriture cursive et plate, ressemblant à s'y méprendre avec celle d'un docteur. Une fois qu'il eut fini, il relut d'un air assez satisfait les quelques paragraphes qu'il avait pu rédiger et sourit.

« N'insulte plus les morts, déjà. Hadès est mort, il ne pourra pas te répondre. N'insulte jamais un mort ou tu vas te faire encore plus de mal. Je n'aimais pas Hadès personnellement, ce n'est pas pour autant que je le fais. »

Il s'avança vers elle et lui mit le papier dans sa main.

« Quand tu sortiras, dans deux jours, tu iras voir N. », il ne pouvait pas l'appeler « N », c'était plus fort que lui. « Il t'expliquera la situation et ton nouveau rôle. C'est avec lui que tu agiras désormais, mais tu seras également en relation étroite avec moi ou Matt. Considère ça comme...mh...une promotion. »

Le chef de la mafia se cala contre un mur, le temps que Ella finisse de lire la note.

Le contenu de la note : a écrit:
N,

Moi, M, considère qu'Elliana Rokudo est tout à fait apte à tenir le rôle de Alpha, de part ses connaissances de la résistance japonaises et de ses relations personnelles avec les différents chefs.

Ses compétences sociales de médiation pourront réussir là où les précédentes Alpha ont échoué. Elle sera amenée, non seulement, à amorcer d'éventuels conflits qui pourront naître entre nous (ta faute), mais également à gérer des conflits entre d'autres résistants qui ne sont pas forcément des chefs, de prévenir par la non-violence.

Réponds-moi par mail.

M.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» impossible d' actualiser l' assedic par la toile
» Le rêve est impalpable, impossible, comme la lumière. le 26 janvier, à trois heures.
» « Un amour impossible Qui devient possible, C'est tout un monde qui s'écroule. »
» Impossible de sauvegarder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Bas-fonds :: Repaire principal de la mafia-
Sauter vers: