Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les grands discours aux petits dessins || ft. Mello

 :: Tokyo - Zone RP :: Périphérie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 33
Mer 20 Sep - 19:30
Ça fait combien de temps, depuis leur dernière entrevue en « tête à tête » ? Six mois,  plus ? De quoi parlaient-ils, exactement ? Near avait l'impression que, vu les circonstances actuelles, ça n'avait plus d'importance. La réunion des Chefs venait de se terminer, et durant celle-ci, tout les deux avaient dû mettre leurs différents de côté – rien de plus simple pour lui. Ils avaient beaucoup de choses à se dire, et en même temps, presque aucune. Ce n'était pas dans le caractère de l'albinos de vouloir nier absolument tout de son rival, mais si Mello n'était pas autant partageur avec lui, comment en avoir envie ? Il le laissait faire comme il le voulait, libre comme l'air.

À la fin de la réunion, Near avait regardé Mello sans rien dire, mais insistait clairement sur le regard pour lui rappeler qu'ils avaient à faire, maintenant. Plutôt que de prendre le risque de se faire entendre dans un couloir, ou de perdre du temps en allant chez l'un ou l'autre (si ça se trouve, il n'aurait pas accepté), ils se limitèrent à la voiture du Russe. Patiemment, ils avaient attendu que tout le monde s'en aille, afin qu'on ne les surprenne pas.

Assis sur le siège passager, Near se sentait quelque peu à l'étroit, voire même légèrement mal à l'aise à cause de la proximité avec l'ex-mafieux. Il inspecta avec discrétion l'intérieur, une jambe repliée contre lui et l'autre étendue. Ce n'était peut-être pas le meilleur des coins pour discuter, mais au moins, on ne les entendrait pas.

Surtout que sujet importants comme personnels pouvaient y passer. Et le silence pesant témoigna d'une certaine gêne à commencer la conversation. Near le regarda du coin de l'oeil, mais décida de ne pas attendre plus longtemps.

Je te parlais d'Alpha, tout à l'heure, mais il n'y a pas que ça.

Ne restait plus qu'à savoir ce qu'il pouvait dire sans s'en prendre une ; de toutes évidences, il s'y préparait, ça pouvait arriver n'importe comment et quand. Alors... par quoi allait-il commencer ? Les affaires, ou le reste ?

Je n'ai plus entendu parler de toi depuis l'accident.

Car inutile de lui rappeler sur des mots plus directs la mort d'Ishtar.
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 472
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 20 Sep - 21:52
La réunion s'était à peu près bien déroulée, du moins de ce que Mello pensait, et il n'oubliait pas la promesse qu'il avait fait à Near au début de celle-ci. Un tête à tête avec lui, car, plus que des comptes à régler, ils auraient sûrement des contrats confidentiels à signer.

Honnêtement, il était de mauvaise humeur. Plus que d'habitude sans doute, il était bien connu qu'un des principaux traits de caractère de Mello était son caractère de cochon. Penser qu'il devait rencontrer Near seul à seul n'arrangeait rien au problème, et le récent SMS d'Ella démissionnant de ses fonctions suite à la réaction de Near n'avait rien pour arranger la situation.

Une tablette de chocolat au bout du bec, il avait confié Maze à Matt, lui adresse un signe comme quoi il était calme et qu'il avait toutes les munitions pour pouvoir le rester. L'air apparemment complètement zen, il avait descendu les treize étages pour se cloîtrer dans sa petite voiture, foutant des stores à ventouses – cadeau pour Maze, ils étaient sombres mais représentaient des pandas – sur les vitres de la voiture. Il dégagea un peu le bordel sur le côté, que ce soit les jeux, les peluches de Maze, une grimace à l'idée que Near les prennent en otage pour son plaisir personnel.

Enfin, il s'assit à côté de lui, un sentiment de malaise aux lèvres à l'idée d'être aussi proche de lui. Il se rapprocha pour la forme de sa propre portière se pencha légèrement en avant, portant un nouveau coup de dents dans sa tablette. Dieu ce que Near et ses réflexions à la con avaient le don de l'énerver !

« ...Ouais. Parce que j'étais avec ta mère. »

C'était gratuit, méchant, il s'en voulait déjà à peine avait-il prononcé cette phrase. Tous avaient eu des relations un peu particulière avec leurs parents, aussi avaient-ils appris à ne jamais s'agresser mutuellement avec ce sujet...Mais c'était Near. C'était Near, il ne s'excusait jamais lorsque le sujet était l'ancien premier du classement.

Mello baissa légèrement les yeux : il était blessé, évidemment, il était en train de saigner à blanc. Tous les jours, en se réveillant, il avait envie de se jeter dans la gueule du loup, et il devait se retenir, tout le temps, pour ne pas aller le faire : Ishtar lui manquait tellement.

« Ella a démissionné. Content ? Elle aurait été bien à ce poste, elle sait comment me calmer, elle. », il siffla entre ses lèvres, signe de reproche. « Tu me fais chier, Near. Le poste d'Alpha était vacant, tu voulais que je fasse quoi !!! Ishtar est morte, tu sais autant que moi que toi et moi...on ne peut pas collaborer ! On se fout sur la gueule tout le temps et sans Alpha, c'est la merde ! Plus encore depuis la mort de Hadès, tu en es parfaitement conscient !!! »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Mer 20 Sep - 22:13
Le truc avec Near, c'est que les vulgarités sur les pères et mères ne lui faisaient rien. Pas parce qu'ils avaient disparu de sa vie, non, ça c'était commun à tout les gamins de la Wammy's. Mais parce qu'il n'avait jamais connu l'amour maternel ou paternel. Si l'un n'aimait pas l'autre, alors l'autre ne pouvait pas aimer. Near savait ce qu'était le rôle de parents, mais pas le sentiment d'être désiré par ces derniers, car il ne l'a jamais été. Alors Mello pouvait y aller franco sur la vie sexuelle de sa mère ou les parentalités de lamas avec son père : il s'en fichait éperdument.

Ses yeux restèrent donc collés dans le vide, quelque part, au hasard, lorsque le blond annonça la démission d'Alpha. S'il était content ? Ce n'était pas le problème. Et il voudrait bien le lui dire, mais le Russe enchaîna sur leurs disputes passées. Sur tout ce que n'était que leur relation.

Tu, Mello.

Il regarda devant lui, comme s'il observait le paysage à moitié caché derrière le pare-soleil.

Tu « me fous sur la gueule. » Ce n'est pas un reproche, je rectifie simplement la vérité. Je veux bien que tu me cites une fois où c'est moi qui m'en suis prit à toi.

Il savait qu'il ne pouvait pas. Car Near ne lui a jamais rien fait. Alors, il y a une différence entre se laisser faire et se porter victime. Near ne défendait jamais Mello, donc il n'approuvait pas son comportement, et d'ailleurs, il ne manquait pas de lui faire savoir lorsqu'il était dans la même pièce. C'est pourquoi il ne s'était pas gêné de faire une remarque sur la présence d'une Alpha qu'il n'avait pas choisit. D'ailleurs, maintenant que le poste est vacant de nouveau, il pensa au fait qu'il allait falloir rapidement trouver une remplaçante. Que cette fois, il aura choisi.

En baissant les yeux, Near remarqua un bout de tissu dépasser de sous le siège où il est assis. Il l'attrapa du bout des doigts pour en sortir un lapin en peluche, qui avait dû glisser pendant que le blond s'occupait de débarrasser l'espace des jouets. En regardant le doudou, il reprit :

Si tu voulais bien te montrer coopératif ne serait-ce qu'une seule fois, je n'aurais même pas besoin de trouver une nouvelle Alpha. Du moins, pas pour ce qui est de nous deux.

Mais il était tout de même important d'en engager une, afin que la communication entre les Chefs ne s'effrite pas. Mais si celle qui vient de démissionner est partie seulement parce que L l'avait mal jugé, alors elle n'en valait peut-être pas aussi bien la peine. Pas de force mentale, ni de volonté. Et le fait de pouvoir calmer Mello ne suffit pas sur le CV.

Ce qu'il essayait de lui expliquer sans que le Russe ne pète un plomb, c'est qu'il devait lâcher un peu de lest sur sa nervosité afin de mieux s'entendre. C'est tout ce que Near aurait toujours bien voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 472
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Jeu 21 Sep - 21:36
Évidemment qu'il lui foutait sur la gueule ! Évidemment qu'il était toujours en colère contre lui sans même un geste volontaire de la part de Near ! C'était évident, il le faisait exprès, d'être si impassible ! D'un côté, imaginez-le hyperactif et désirant se faire remarquer du nouveau – peut-être même avec l'envie de s'en faire un copain, à la fin – et, à côté, l'attitude si neutre de Near. Les mois avaient passé, Mello avait chuté dans un classement qui n'était qu'éphémère. Les petites blagues étaient devenues un bizutage sérieux et il avait centralisé sur Near son propre échec.

C'était sa faute, c'était lui. C'était un robot, il trichait, il connaissait les réponses d'avance ! Personne ne le voyait jamais travailler, du moins comme lui le faisait, nuit et jour, dans l'enfer des livres d'un niveau universitaire. C'était sa faute.

Mello mordit sa tablette de chocolat d'un coup sec : il avait 36 ans maintenant, mais la haine ne s'était pas résorbée. Pire que cela, Near portait officiellement le titre de L, qu'il avait par le passé refusé de partager en binôme avec lui : plutôt mourir, avait-il hurlé à l'époque. Comment des adultes pouvaient-ils annoncer si froidement à des mômes la mort de leur idole et ensuite espérer qu'ils feraient un choix censé ?

« Putain !!! »

Il était excédé, mais au fond, il savait bien que Near avait raison : il ne s'en était jamais pris à lui, malgré tout ce qu'il avait pu lui faire par le passé. Mello prit sa tête entre ses mains, et soupira : dieu, ce qu'il se sentait las. Depuis la mort d'Ishtar, tout lui semblait dur à supporter, même le conflit avec Near qui avait orchestré sa vie lui semblait mou et sans saveur.

« Fais comme tu veux. »

Il jeta distraitement un regard sur le lapin que Near venait de tirer : il y avait quelques minutes aussi, il s'était dit que si ce petit trou du cul touchait à un des jouets de Maze, il lui foutrait la gueule et pourtant...pourtant rien. Il se contenta de grimacer, mais ne lui arracha pas la peluche des mains.

« Monsieur Muzzy, le lapin préféré de Maze. Ce gamin est une perle. Bref. », il fit mine de se reprendre. « On restera avec une Alpha. Ou un. Tu fais ce que tu veux, je pensais rendre service, mais puisque tu estimes que je fais tout mal, va te faire foutre. En revanche, je dois te parler de quelque chose de préoccupant. »

Petite pause. C'était quelque chose que Near savait partiellement étant donné qu'il lui en avait déjà fait part lors de leur dernière petite entrevue. En espérant qu'il s'en souvienne, surtout vu le coup qu'il s'était pris à la fin.

« Fate Harlaown est revenue au Japon et je dirais que ça pue. Pour resituer, je l'avais envoyée poliment promener lorsqu'elle avait tenté de me relancer sur l'affaire Hadès. Elle est toujours persuadée que « Mello » en vie, que Mello a tué Hadès. Bref. La mort d'Ishtar tombe donc très mal et je ne crois pas aux coïncidences. Ninomiya est le genre de petit sadique qui aime bien torturer longuement ses proies avant de les tuer. Donc, pour en venir rapidement aux faits, tu peux considérer que si Fate a fait le raisonnement Mello = Harry Clarke, tu peux facilement imaginer qu'elle a pu obtenir des photographies de ma personne. Et, comme Connard Ier dispose de mon nom, que je dispose dès à présent d'un préa-vie. »

Rire noir.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Mar 10 Oct - 11:17
Near voyait bien venir le pétage de plombs du blond. Cependant, il fut plutôt surpris du soudain laisser-aller qui le prit après son juron. La mort d'Ishtar l'avait affecté à un point que l'albinos pouvait difficilement imaginer : lui, il n'avait jamais aimé personne, et ne s'en sentait pas particulièrement capable – tout simplement parce qu'il n'a jamais vécu avec des optiques de trouver quiconque pour lui prendre le cœur. D'ailleurs, comment Mello a-t-il pu trouver chaussure à son pied dans une telle mascarade, entre Kira, le gouvernement et les Rebelles... ? Une chose était sûre, au moins : Ishtar le détestait, elle aussi. Sans blague.

Il nota le nom du lapin de Maze, mais ignora presque la suite lorsqu'il évoqua encore Alpha et son invitation à aller se faire foutre. Ce langage fleuri, il le connaissait si bien... Il voulait rétorquer avec un « Ce n'est pas que tu fais mal les choses... », mais Mello enchaîna sur beaucoup plus important.

Il l'écouta attentivement, reposant peu à peu le lapin en peluche là où il l'avait trouvé. Near, comme pour avaler mot par mot les informations, triturait une de ses mèches de cheveux comme s'il ouvrait une trappe de son cerveau pour enregistrer. Il ne répondit pas tout de suite après le rire sarcastique de son rival.

Tu aurais dû réfléchir à autre chose avant de considérer que refroidir Hadès était la meilleure option.

Évidemment, il se devait de critiquer ce qui avait foiré avant d'étaler ses analyses et éventuelles idées.

Très franchement, Mello, si tu es vraiment au bord du précipice à ce point, il n'y a rien que je ne puisse faire sans me faire remarquer.

La prudence, toujours le bien et la prudence en premiers...

Concernant Ninomiya, je ne peux rien faire, tu penses. Je ne suis pas en mesure de l'atteindre, pour ne pas dire « plus ». On ne dirait pas, mais il avait mal digéré le fait de ne plus avoir le SPK pour faire des recherches officielles sans passer pour un Rebelle à éliminer. Harlaown, en revanche...

S'il pouvait retrouver une équipe, une vraie qu'il pourrait consolider, avec des agents surentraînés, et surtout, sans devoir se cacher dans l'ombre, les progrès redeviendraient ce qu'ils étaient. Cependant, Near ne croyait pas au Père Noël – et  il n'y avait d'ailleurs jamais cru. Un silence un peu plus long l'interrompit, et il acheva :

Il n'y a aucune preuve qui indique que ce soit toi, ou Matt, qui ait tué Hadès. Le soucis s'est aggravé à partir du jour où Fate Harlaown a décidé de mettre la main sur le meurtrier. Et comme elle n'a eu le doute qu'avec ton mail... – dans lequel tu aurais pu mieux répondre, en passant... - Il nous faut une troisième personne qui joue le coupable.

L'essentiel qu'il pouvait faire, pour le moment, c'était de secourir un minimum Mello.
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 472
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 15 Oct - 19:01
Mello avait du mal à accepter la probabilité de sa propre mort. Il s'imaginait faire quelque chose de grandiose avant de la provoquer, alors, qu'elle soit aussi incontrôlable était véritablement frustrant. Il pensait à son fils, à sa femme qui était morte en sentant les fils du destin influer sur sa personne. C'était horrible, de savoir qu'on ne pouvait pas y échapper.

Il grogna en entendant Near lui parler de la mort d'Hadès. Si seulement c'était lui qui avait tué ce connard, ou même ordonné sa mort, il ne râlerait pas de la sorte. Il ne pouvait cependant pas insulter, ou même battre, celui qui l'avait tué étant donné qu'il s'agissait de son meilleur ami et probablement la seule personne qu'il considérait comme un frère de sang.

Calmement, c'était même presque inhabituel pour Mello, le blond écouta Near parler, fouillant ses poches pour trouver une des rares tablettes de chocolat qui lui restait. Les idées que Near lui suggérait, il les avait déjà eues, mais il avait peut-être mal exécutée. Un petit vent de colère monta dans son cœur, tandis qu'il redescendit aussitôt : non, ils étaient tous les deux dans un espace relativement petit, et Near avait sûrement des gardes du corps à proximité, cela ne servirait à rien que de lui foutre un pain dans la gueule, même si la tentation était grande.

« Putain, Eau de javel. Je n'ai pas refroidi Hadès ! Combien de fois devrais-je le répéter à tout le monde ? Et même si Matt a appuyé sur la gâchette, considère que j'aurais préféré le faire moi-même plutôt qu'il devienne lui-aussi un meurtrier ! »

Il se tut. Il savait combien son frère avait souffert de cet assassinat sommaire et l'avait vu augmenter sa quantité de cigarettes de jour en jour. Cela l'avait bien énervé et honnêtement, il en avait plus voulu à Hadès pour Matt pour, même dans sa mort, parvenir à bien gâcher sa vie.

« Je l'ai fait. Je l'ai orientée vers Gazelle, une nana qui était dans le camp d'Hadès. C'était la plus susceptible à mon sens d'avoir un alibi pour l'assassiner, étant donné que lors de son évasion, il avait également trouvé refuge chez elle. On aurait pu insister sur le crime amoureux ou que sais-je encore, mais Harlaown est obtue. Même si je suis sensé être mort, elle insiste : je suis le coupable, pour elle. Tu parles du mail dans lequel je l'insulte, mais si elle avait eu un doute à Londres, je pense qu'elle serait venue m'arriver. En vérité, je ne sais pas si elle sait ou non...Mais sa venue à Londres me fait penser qu'elle sait. Au pire des cas, je vais devoir entrer chez elle pour lui pointer un revolver sur la tête. Si tu n'as pas d'autre solution, c'est celle que je vais devoir adopter. »

Mello s'arrêta de parler pendant quelques instants pour observer Near. Pour la première fois de sa vie, il commença à se poser des questions : il allait bien ? Il avait des proches qui avaient été tué dans la bataille ? Que ressentait-il, en fait ? Il se rendit compte qu'à part l'insulter et le détester pour ce qu'il était, il ne savait en réalité rien sur Near.

Il s'en voulut un peu, sans doute pendant quelques fractions de secondes, se mordit les lèvres mais n'osa rien rajouter. De quoi aurait-il l'air, si, après toutes ses années, Near l'entendait le traiter comme un être humain ? Sa fierté en prendrait un coup, c'était sûr ! Et puis, il était sûr que dans quelques secondes, ce petit vaurien lui sortirait une de ces répliques dont il avait le secret et qui le mettrait bien hors de lui.

Sûr, comme sûr du fait que son nom était Mello.

« Je n'ai pas dit à Matt que ma situation était aussi délicate. Je te remercierai de la fermer, je ne souhaite pas qu'il fasse de connerie, je tiens à lui. »

Il fit une pause, et quelque chose de presque gentil lui échappa.

« Et toi ? Comment ça va ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 33
Mar 10 Avr - 12:41
Near aurait presque rit en entendant Mello défendre la réalité où Matt ne serait pas un meurtrier... comme si le rouquin n'avait jamais tiré sur personne au point d'ôter la vie. Même Near l'avait fait, enfin, pas directement... Le travail contre Kira rendait sale, c'était inévitable. Être L, c'est être sale.

Il écouta son rival lui énoncer l'autre idée. Avant de répondre, Near se répétait à grande vitesse ce qu'il allait lui dire. Pas parce qu'il voulait prendre des pincettes (lui, avec Mello ?) mais plutôt parce que le plan devait être fignolé, tout le temps. Et ne dit-on pas qu'il faut tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de déblatérer des bêtises ? Autant bien les dire.

Essayer de sauver les meubles à ce niveau-là est risqué. Je n'ai jamais aimé tes manières trop brusques de faire, mais je suis d'accord pour le côté pratique : l'essentiel, c'est le résultat.

Quand on sait qu'on doit devenir sale pour ce que l'on est, on accepte plus facilement de devoir causer des dommages collatéraux si c'est avant tout pour bien faire.

Puis, Mello lui posa la question à laquelle il ne s'attendait pas, venant de lui. Comment il allait ? Near tourna un peu plus la tête vers lui, aussi surpris que désemparé : on lui avait rarement demandé ça, et de ce fait, jamais il n'avait à répondre. Hormis des « ça va » sans émotions à Linda de la Wammy's, il n'a jamais eu a être plus précis. Mais c'est Mello, et sans doute un « ça va » allait plus l'agacer qu'autre chose.

Je vais bien.

Bon, un mot de plus, si avec ça il était pas content... Pouvait-il vraiment élargir sa réponse ? N'était-ce pas parler pour ne rien dire, et prendre le risque de vexer ? Mello se vexe de tout, il suffit qu'il prenne un mot de travers, et c'est le drame. Il tripota à nouveau sa mèche de cheveux en regardant vers le rétroviseur, dans lequel il n'apparaissait pas.

Tu le sais sans doute, mais j'agis seul, depuis la chute du SPK. Je quitte rarement mon appartement.

Et il n'avait rien à dire. C'était comme ça, et puis c'est tout. Il n'avait pas de pertes importantes à déplorer au niveau des amis – car il n'en a pas – et toutes ses mauvaises relations, Mello devait les connaître. La vie de l'albinos n'était que travail et organisation, et il n'avait jamais pu réfléchir autrement. Comme quoi l'opposition entre eux se creusait encore plus, là où le Russe avait pu se trouver une petite-amie et même concevoir un enfant – peut-être pas si désiré, bien qu'étant une « perle ». D'ailleurs, puisqu'il n'avait plus rien à ajouter sur lui-même...

J'espère, commence-t-il par politesse. que ton fils ne gêne nulle part, au point de l'emmener aux réunions ou... d'occuper ta voiture.

Si Near connaissait mal Mello, il aurait sûrement déjà commencé à tripoter les jouets qui les entourent ; et pour être honnête, réfléchir l'a démangé à le faire. C'est ce qui matérialise ses pensées et lui procure le bon chemin de mots pour s'expliquer, après tout. Il se sentait comme les mains vides – ce qui est le cas – s'il ne faisait rien de se dix doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» BARAK OBAMA : NI JESUS-CHRIST, NI FIDEL CASTRO
» Mes maigres petits dessins .
» Gaël • haribo c'est beau la vie, pour les grands et les petits
» Les grands Pas des petits Loups | Blake & Swiftkill
» Mes petits dessins. : )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Périphérie-
Sauter vers: