Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 412
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 28 Juin - 18:38
Un cri muet sortit de la bouche de Mihael. Un cri d'horreur, un cri de dépit, de consternation et de tristesse. Deux secondes plus tôt, elle l'avait embrassé. Elle semblait pressée, triste, en colère. Elle avait rapidement accusé le gouvernement et Ninomiya et lui-même avait eu du mal à comprendre tellement la situation était irréaliste.

Nils s'était mis à pleurer et il avait pris la main de son môme en criant des choses diverses à Ishtar « Putain, qu'est-ce que tu as ! Tu peux pas nous faire ça, putain arrête ! » Ishtar s'était éteinte comme si Dieu avait décidé de leur jouer une farce. Mello avait vu son corps se tordre de douleur, puis se raidir irrémédiablement. Tout était présent et, autour de lui, tout le monde s'affairait. Il avait cru voir une des copines d'Ishtar, celles qu'il insultait toujours, prendre son pouls, il les avait vu pleurer, crier, comme il entendait son gamin pleurer et crier.

Mello avait du mal à comprendre le réel de la situation.

J'aurais préféré rester à Londres.

Il avait encore du mal à le comprendre, il avait même du mal à distinguer le cadavre flou de celle qui avait partagé son lit. Ses mains tremblaient comme jamais elles n'avaient tremblé et pourtant, Mello avait été confronté à de nombreuses morts au cours de sa vie. Il avait du mal à respirer, à voir, à entendre, à sentir les larmes chaudes qui coulaient sur son visage dur de mafieux, à sentir la main de Nils serrer la sienne comme si l'enfant ne réclamait qu'un câlin inespéré de son père.

Cinq secondes. Cinq secondes, à moins que ce ne fut une minute ou cinq, où Mello resta complètement immobile, la bouche entre-ouverte, dans un état catatonique. Lorsqu'il reprit conscience, il se rendit compte qu'il était entouré des potes d'Ishtar et que le corps avait été déplacé.

« Bordel...elle est où ? ELLE EST OU ? », fit-il d'une voix qu'il lui paraissait trop faible alors qu'en réalité, il gueulait.

C'était un rêve ? Il se maudit à cet instant d'être un génie pour ne même pas pouvoir imaginer une réalité où il aurait pu rêver, ne serait-ce qu'une seule seconde. Il avait le souffle court lorsqu'il agrippa son revolver. Ninomiya, qu'elle avait dit, dans ses derniers instants ? Très bien, il allait se jeter dans la gueule du loup, tant pis : ils ne l'attendraient sûrement pas aussi tôt. Mello voyait rouge et, faut de mieux, s'était littéralement mis en pilote automatique. La crosse de son beretta ne lui avait jamais parue aussi dure, comme si son bras était attiré vers le bas et qu'il ne pouvait plus supporter son poids.

Les bruits autour de lui étaient encore indistincts, mais il se sentit bloqué contre un mur et qu'on lui enleva son arme des mains – avec la force qu'il avait de toute façon, ce n'était pas comme s'il pouvait faire grand chose.

« Je veux rentrer. PUTAIN LACHE-MOI SALE PUTE !!! »

Le cri avait surgi du plus profond de ses entrailles, tandis qu'il avait donné un violent coup au visage à la nana qui l'avait retenu d'aller faire une connerie. Il avait toujours détesté les potes d'Ishtar – les furies, comme elles s'appelaient. Maintenant qu'elle était morte – Ciel, il avait encore du mal à l'admettre – Mello pouvait encore moins supporter leur présence. Elles étaient un rappel net de leur présence.

« Viens Nils. On y va. », fit-il en prenant son fils dans ses bras, regard menaçant vers les nanas qu'il n'hésiterait pas à buter si elles osaient se la ramener. « ...Vous dites la moindre chose, vous prononcez le moindre de mot sur mon fils, je vous bute. C'est OK ? Vous n'êtes pas leur mère. Vous n'êtes que de sales putes lesbiennes qu'elle a ramassé dans la rue ! »

Mello était un cas désespéré : il quitta l'appartement aussitôt. Il était peut-être courageux, mais dans l'état où il était, il n'avait absolument pas envie d'affronter ces hydres à mille têtes et leurs phrases féministes du dimanche à la con. Son cœur bouillonnait de douleur.

J'aurais préféré rester à Londres.

Il mit le gamin sur le fauteuil enfant de sa voiture et prit le volant.
Au terme d'une conduite plutôt délicate et de violents coups de frein, Mello finit par arriver dans les appartements qu'il squattait avec Matt pour s'occuper de la mafia. Il prit Nils dans ses bras et se rendit directement dans la chambre du geek. Posa le môme sur son lit.

Mello ne ressemblait à rien : ses yeux étaient rouges, il semblait être ailleurs et ses cheveux, habituellement coiffés comme s'il était une diva, avaient l'air d'avoir été frappés par un orage tellement il se les était frotté. Quelque chose de grave s'était passé, c'était sûr.

Sans un mot pour Matt, il partit immédiatement dans la cuisine voler une dizaine de tablettes de chocolat : il allait en avoir besoin.

J'aurais préféré rester à Londres.

C'était sa faute. C'était sa faute, et il le savait. Il voulait l'avoir sous son nez à tout moment et ne supportait pas qu'elle soit trop loin. C'était lui qui lui avait demandé de revenir à Tokyô, et cela avait causé sa mort.

C'était lui.

À ce moment-là, le poing de Mello fracassa un verre posé sur la table de la cuisine et il s'ouvrit la main. Son souffle était court et il regarda la blessure, le sang couler à flot sans ressentir la douleur qui, normalement, aurait dû être présente.

Il prit un torchon et se l'enroula autour de la main. Revint dans la chambre de Matt : le gosse était sage.

Mello s'assit sur le lit sans un mot.

« Ca va pas, bordel. »

Il se mit à chialer comme un gosse de trois ans.

« Elle est morte. Il l'a tuée...C'est ma faute. »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Age : 23
Localisation : Dark web
Mer 28 Juin - 21:45
Matt jouait à Star Wars Kotor II sur son pc, tranquillement installé dans son fauteuil, les pieds sur le bureau, la manette entre les mains. Il s’accordait un petit quart d’heure de pause, où il pouvait juste poser son cerveau et s’abrutir sur un jeu vidéo en toute tranquillité. Son vaisseau quittait la planète de Dantooine pour rejoindre Nar Shaddaa quand Mello  entra en trombes dans l’appartement, le regard dans le vide, tenant son gosse par la main. Il déposa le petit d’un geste mécanique sur le lit de Matt, et se barra dans la pièce voisine sans un mot, avec la démarche fragile, comme s’il allait s’effondrer dans la minute. Le hackeur haussa un sourcil, se sentant soudainement mal. Quelque chose s’était passé, quelque chose de grave. Il éteint son jeu, et donna une peluche du chat de Cheshire qu’il avait sur une étagère à Nils, qui s’empressa de jouer avec, restant sagement sur le lit. Matt avait un étrange pressentiment. Un pressentiment horriblement mauvais, lui retournant l’estomac. Mello avait jamais eut une aussi sale gueule qu’aujourd’hui. Y’a qu’une chose qui pourrait potentiellement foutre en l’air le blond. Mais ça semblait trop irréel... Il avait juste dû se disputer avec Ishtar, encore, et il avait décidé de ramener le gamin à la maison durant quelques jours pour une raison quelconque. Après tout, c’était déjà arrivé une fois…

Matt entendit un bruit de verre s’éclatant au sol. Ca failli le rassurer, sur le coup: Mello devait péter sa crise de nerfs, et se vengeait sur la vaisselle. S’il laissait éclater sa colère, c’est que c’était pas si grave… Ses cheveux décoiffés, ça pouvait être le vent dehors. Et ses yeux rouges… Nan. Il devait y avoir une autre raison. Mello ne pleurait pas. Mello ne pleurait jamais. Pas vrai…?

Le blond finit par revenir, la main enroulée dans un torchon taché de sang, et s’assit aux côtés de son fils, dans le silence le plus total. Il resta amorphe pendant ce qui sembla une éternité, avant de lâcher que ça n’allait pas. Et d’éclater en sanglots.

« Elle est morte. Il l'a tuée...C'est ma faute. »

Ca eut l’effet d’une douche froide sur Matt. Comme si le monde s’était arrêté de tourner, juste un instant. C’était l’une des pires choses qui pouvait arriver, outre leur propre mort à tous les deux. Comment pouvait-il protéger Mello de ça? Comment il pouvait le sortir de là? Il pouvait pas ramener Ishtar à la vie. Il pouvait pas juste lui dire “ça va aller”, parce que non, ça n’allait pas aller. Et ça lui brisait le coeur de savoir qu’il n’y avait rien qu’il puisse faire pour le soulager. Il se leva, manquant de s’effondrer à son tour tant ses jambes tremblaient sous le choc de la nouvelle, puis serra Mello dans ses bras, ses pleurs soudainement étouffées contre le pull de Matt. Le hackeur avait la gorge nouée, et les yeux humides. Putain il allait pas se foutre à chialer lui aussi! Ca n’allait pas du tout! Il inspira profondément, ravala un sanglot qu’il n’avait pas eu conscience d’avoir avant, puis après avoir ébouriffé les cheveux de Mello, il recula, et pris Nils dans les bras.

« Ton père est fatigué, on va le laisser se reposer, dac? Que dirais-tu de regarder pokémon? »

Le gamin avait l’air d’adorer l’idée. Matt le déposa sur le tapis face à la télé du salon, et lança un épisode de l’anime depuis son disque dur. Depuis sa chambre, il pouvait le surveiller si la porte restait ouverte. Il n’avait pas envie que le gamin les entende parler, ni qu’il s’inquiète pour son père. Les gamins, ça sentait les choses. Il était bien placé pour le savoir… Il revint sur le lit avec un bandage et du désinfectant, et entreprit de dérouler le torchon de la main de Mello.

« C’est pas ta faute. On peut jamais prévoir ce genre de choses. Tu vas m’ôter ça tout de suite de ta p’tite tête blonde. »

Il appliqua du désinfectant sur la plaie. Le con s’était pas raté. Ca lui apprendra à casser des trucs (comme ses consoles, par exemple…). Il mis une compresse sur la blessure, puis lui banda la main.

« Peu importe qui l’a tué, j’te jure qu’on aura sa peau. J’te jure qu’il paiera au centuple son geste. »

Il sortit un paquet de cigarettes de sa table de nuit, en prit une, et laissa le paquet sur le lit, entre eux, si jamais le blond en voulait une. Ah, oui, le gosse. Il se leva et ouvrit la fenêtre, avant de revenir auprès de son Alice. Il fit cliqueter le briquet, puis pris sa bouffée de courage. Il cherchait désespérément les mots qui pourraient sauver Mello… Mais il n’y en avait malheureusement aucun. Il choppa un cendrier sur son bureau qu’il posa au milieu du lit.

« … Mais il est hors de question que je te laisse te suicider en fonçant à sa rencontre comme un con. Je sais très bien ce que t’as en tête, et j’te jure que moi vivant, t’en feras rien. Nils a besoin de toi, plus que n’importe qui, et surtout maintenant. Alors vas-y, décharge toi sur moi. Hurles. Explose tout l’appart si ça te chante. Mais j’te laisserai pas te foutre en l’air. »




Be kind, rewind. ♥️ Merki Mellofée ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 412
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 28 Juin - 22:29
Depuis quand Matt était-il son ami ? Une dizaine d'années, peut-être même plus. C'était très sûrement la seule personne en face de laquelle il se serait totalement lâché.

Les larmes mouillaient le pull de Matt et les mains de Mello, après quelques secondes, bougèrent pour aller prendre le pull de Matt et l'étreindre de ses bras. Malheureusement, Mello se prit un vent car le roux se leva pour amener Nils devant la télévision. Il ne le vécut pas mal. Il rit tout seul pendant quelques secondes, passa sa main sur son visage pour essuyer ses larmes de crocodile. Depuis quand était-il comme ça ? Depuis quand laissait-il ses émotions prendre le dessus ? Mello se mordit les lèvres : il connaissait la réponse, mais il n'avait aucunement envie d'admettre qu'il était impulsif, surtout à ce moment-là.

Le gamin était maintenant dans le salon et Matt de retour. Mello le regarda dans ses yeux cachés par les lunettes de pilotes : s'il n'était pas myope comme une taupe, il les lui aurait enlevées. Il souffla, se frotta à nouveau les yeux de sa main valide pendant que Matt lui bandait l'autre.

« Mail... »

La douleur avait fait son grand retour. Mello serra les dents, refusant de s'humilier à nouveau en faisant couler ses larmes. Ça lui faisait comme si on lui avait arraché un putain de membre, une brûlure énorme, voire comme si on lui avait recousu un bras à vif. Le blond regarda Matt s'affairer comme s'il n'était pas là, comme s'il était un témoin de l'extérieur. Pensait-elle encore à elle, ou était-il trop choqué pour réagir de nouveau ? Tout ce qu'il pensait, pour le moment, c'était qu'il aurait besoin de quelques points de suture pour ne pas s'infliger une autre cicatrice.

Il prit le paquet que Matt avait posé sur le lit, se cala contre le mur et l'alluma. Pensait-il réellement à ne pas se tuer ? L'idée ne lui avait jamais traversé l'esprit et il espérait la venger en écartant Ninomiya du pouvoir, mais le faire en se sacrifiant ne lui paraissait pas être une mauvaise idée. Il éviterait de le dire à Matt, celui-ci n'accepterait sûrement pas l'idée foireuse d'avance. Il n'avait surtout pas envie, non plus, que son frère se mette à nouveau en danger pour lui.

Mello expira une bouffée de cette cigarette.

« Je ne vais pas me suicider. J'avais plutôt dans l'idée de lancer une attaque contre le con qui a écrit son nom : Yuzuku Ninomiya...Notre cher premier ministre. »

Sa voix tremblait et il était évident qu'il avait encore du mal à accepter l'idée même qu'Ishtar était morte.

Ishtar, morte...ça n'avait pas de sens, non ? L'Indienne était la vie même. Il l'avait sauvée d'une condition horrible et, malgré leurs disputes continues, avaient toujours trouvé un moyen de se remettre ensemble. Il en était fou. Il était amoureux de sa peau de chocolat, de son accent suave et de la manière dont elle faisait l'amour. Il aimait se disputer, parler, agir avec elle. Penser que Ishtar était morte, c'était comme...

« ...L. C'est comme L. On a un seul truc cher et ce connard vous l'enlève loin de vous. Il me visait, Mail. Il me visait, je le sais ! Il ne l'a pas tuée pour ses actes, il l'a tuée par que c'était ma cop-. Parce qu'elle....bordel. Enfin tu vois ! »

Il écrasa sauvagement la cigarette dans le cendrier, cet acte causant un brève grognement de sa part car il le fit de sa main blessée.

« J'ai menacé les furies. Je les ai insultées. Elles le méritaient. Je suis sûr qu'elles auraient gardé mon fils si je ne l'avais pas fait. Elles risquent de revenir à la charge. C'est dangereux, mais je veux le garder. Il est mon sang. Mes...mes...p-p-parents, si on peut qualifier ces connards comme ça, m'ont abandonné. Je ne veux pas qu'il pense ça de moi. Je veux qu'il soit heureux, bordel ! Si ces connards rappliquent et que je ne suis pas là, tu les menaces, tu les insultes, bref, tu les vires ! Je ne veux même pas voir leur gueule ici ! »

Mello était abattu, mais ses yeux avaient retrouvé une certaine ferveur, comme un lion qui défend son petit.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Age : 23
Localisation : Dark web
Ven 30 Juin - 1:55
Matt sourit à l’entente de son vrai prénom. Il l’oubliait presque, parfois. Ca lui rappelait son arrivée à la Wammy’s. Son imprudence à révéler son vrai nom à Mello, alors que Watari lui avait formellement interdit de le dire à qui que ce soit. Mais il avait eu besoin de le confier à quelqu’un, au cas où lui même viendrait à l’oublier…

« J’parlais de suicide, dans le sens, te jeter dans la gueule du loup pour obtenir ta vengeance immédiatement. Mais tu sais ce qu’on dit. La vengeance, c’est un plat qui se mange froid… »

L. Ca faisait longtemps qu’ils n’avaient pas parlé de ce type. Celui qu’ils étaient voués à remplacer, à une époque. Le fruit même de l’animosité entre Mello et Near. Dans d’autres circonstances, peut être que les deux lascards auraient pu s’entendre. Après tout, si Matt avait voulu concourir aussi, nul doute qu’il aurait adoré foutre une raclée à Mello ET Near par le biais de meilleurs résultats aux examens de la Wammy’s. Mais Matt s’en foutait. Il avait d’autres ambitions. D’autres priorités. Mello en était devenue une.

Avoir des proches était une faiblesse quand on était dans la résistance… Et chaque perte dans son entourage lui rappelait, jour après jour. S’il arrivait quelque chose à Mihael… Non. Mieux valait ne pas y penser. Et puis, s’il avait été seul, il n’aurait pas survécu jusqu’ici. Son attachement pour Mello, c’était aussi une force. Ce qui le sauvait de la dépression, et lui faisait bouger son cul de geek flegmatique.

Le blond passait du coq à l’âne, pensant la moitié des choses, disant l’autre moitié à haute voix. C’était la première fois qu’il parlait de ses parents à Matt. La première fois qu’il exprimait ses doutes en tant que père, et cette volonté de vouloir protéger Nils à tout prix. Le hackeur était tellement fier de lui, tout à coup.

« Mello. Tu n’es pas tes parents. Tu ne reproduiras pas leurs erreurs, parce que tu sais ce qu’il en coûterait à Nils. Tu ne l’as pas abandonné. Tu l’as ramené ici. Qu’elles viennent, ces harpies. J’les flanquerai dehors en deux-deux. Elles toucheront pas à un cheveu d’mon neveu. »

Matt avait jamais aimé les furies, de toute façon. Une femme à la fois, ça apportait assez de problèmes comme ça. En plus, elles n'appréciaient pas trop Mello, et n'hésitaient sûrement pas à le critiquer auprès d'Ishtar... Il se ralluma une cigarette, parce qu’une seule ne suffisait jamais, et ébouriffa les cheveux de Mello.

« Dis, faudrait p’tet lui trouver un pseudonyme. S’il reste avec nous, on va pas pouvoir l’appeler Nils devant tout le monde. »

Il jeta un rapide coup d’oeil au gamin. C’était le portrait craché de Mello plus jeune. Une copie conforme. Il se demandait si ça le serait aussi caractériellement parlant…




Be kind, rewind. ♥️ Merki Mellofée ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 412
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 1 Juil - 18:57
Mello grogna : Matt touchait toujours le bon point car c'était précisément ce qu'il avait prévu, d'aller faire une attaque suicidaire contre les pro-Kiras. Ça ne marchait pas depuis si longtemps, alors pourquoi pas cette fois-ci ? Il serra les poings, ne pouvant s'empêcher de penser dès maintenant à un plan pour capturer Ninomiya : en premier lieu, ils devaient avoir le maximum d'informations sur lui. Il pensait recruter quelqu'un pour le suivre, devenir un de ses proches, une taupe parmi les taupes. Il ne mettrait pas Matt dans la confidence et serait le seul à gérer cet homme, jusqu'à ce qu'il ait la confirmation que Ninomiya soit suffisamment esseulé pour abattre ses femmes, enfants, famille. Le chef de la mafia était loin d'être un gentil : comme le disait Matt, la vengeance était un plat qui se mangeait froid et dans son cas, elle allait s'exécuter très lentement, jusqu'à ce que le concerné le supplie et qu'il en jubile.

La folie se lisait dans les yeux de Mihael ; il avait pris une deuxième clope pour tenter de se calmer, mais ne réussissant pas à trouver de réconfort dans l'âpreté du tabac, chercha une tablette quelque part dans ses vêtements. Il déchiqueta le papier qui l'entourait et mordit dedans en un coup sec. La chaleur que lui procura le cacao eut un effet similaire à une drogue : il eut l'impression de penser plus vite, de pouvoir faire plus de choses, d'être plus puissant, que le chagrin était un vague sentiment qui pouvait être reporté à demain.

Et pourtant. Et pourtant, malgré la douceur du chocolat, son cœur se sentait toujours oppressé. Il y avait ce sentiment de haine sourde qui restait et qui l'empêchait de se détendre. Mello était à la limite de se lever pour préparer quelques uns de ses hommes à infiltrer le camp de Ninomiya lorsque la voix de Matt le radoucit.

Mail avait un talent certain, lorsqu'il s'agissait de le radoucir. Mello se sentit respirer plus lentement et son regard s'orienta vers son fils, en train de regarder un épisode de Pokemon.

En effet, il ne pouvait plus mourir gratuitement : il y avait Nils. Mello eut un triste sourire, imaginant Matt foutre un coup de pied dans le derrière de ces sales connasses : au moins, il savait sur qui compter. Maintenant que Ishtar n'était plus là, il devrait faire encore plus attention à ses amis et ses ennemis, et ceux qui étaient présents dans cet appartement n'appartenaient que à la première catégorie. Pour les autres, il était Zelda, un type chiant qui hantait vaguement Wonderland en insultant les autres. Il était un des représentants officiels de la mafia et il valait mieux pour tout le monde qu'ils n'aient pas de doute sur son identité.

« Putain. »

Son regard divergea à nouveau de Matt à Nils.

Il venait de penser à quelques choses de super important, juste après que Matt lui ait fait cette remarque sur le pseudonyme qu'il fallait trouver au gosse...sage à présent, mais qui n'hésiterait pas à foutre le boxon qu'ils cessaient de le surveiller.

« ...Comment j'ai pu ? ...Son prénom, il commence par un « N » ! Putain !!! Comment j'ai pu !!! Mais je suis con ou quoi ??? C'est moi qui ai choisi son nom, et je ne m'en suis même pas aperçu !!! Un « N » !!!! PUTAINNN !!! »

Cette petite crise de nerfs était sans doute bon signe : Mello redevenait Mello. Il était toujours autant blessé par la mort de celle avec qui il avait partagé sa vie pendant tant d'années, mais il commençait à redevenir lui-même...et un Mello qui était lui-même, il se caractérisait par une haine de Near très élevée. Une jalousie omni-présente qui rendait très difficile toute coopération avec celui qui avait pris la place de L.

« ...Comment tu veux que je choisisse un pseudo en N qui ne me rappelle pas ce petit con !!! J'en sais rien ! On prend un « M » ! Le troisième mousquetaire ! T'as une idée de mot en « M » ? Je pensais à May, mais ça fait vachement fille...Y'a Madness aussi, mais j'ai pas envie qu'il finisse comme ce gros con de B. Ou Maze. J'aime bien Maze. Y'avait un type de tes jeux vidéo qui s'appelait comme ça*. »

Il avait commencé à recroquer dans ses tablettes, comme si, petit à petit, il commençait à guérir grâce à la présence de Matt.

*Un personnage important dans Fable I



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 60
Age : 23
Localisation : Dark web
Mer 13 Sep - 23:34

Matt ne pu se retenir de rire. Il s’était demandé combien de temps Mello mettrait à se rendre compte de ça. Il n’avait pas osé lui faire la remarque quand il lui avait annoncé le choix du prénom. Le pouvoir de l’inconscient devait vraiment être fort pour que ça mette des années à faire son chemin dans le cerveau du blond. Une énième preuve qu’il ne détestait pas autant Near que ça…. Mais il ne l’avouerait jamais, même sous torture. Mail le savait bien.

« Maze ça claque. Un nom qui le tiendra à l’écart du monde hostile… Comme le labyrinthe de Wonderland. »

Ca le rapprochait un peu plus de Nils, quelque part. Ca renforçait sa volonté de le protéger. Les trésors de Mello étaient aussi les siens, après tout. Et il l’aimait bien ce gamin. Même s’il était chiant et brayait pas mal, comme tous les gosses. Comme Mello, aussi, tiens. Matt le regardait passer ses nerfs sur le chocolat, rassuré de voir un retour à la normale de son comportement. Même si ça n’allait être que temporaire, ça lui donnait le sentiment qu’il serait capable de l’aider à ne pas perdre pied, et à garder la tête hors de l’eau. Depuis qu’il le connaissait, il avait passé son temps à le soutenir, à le protéger. Il ne pouvait pas se l’expliquer: Mello faisait écho à quelque chose en lui, quelque chose qui le poussait à tout faire pour le préserver, tandis que le blond semblait redoubler d’efforts pour provoquer la grande faucheuse. La cicatrice sur son visage rappelait chaque jour à Matt que quoi qu’il fasse, ça n’était jamais suffisant… Qu’un jour, sûrement, Mello arriverait à se foutre en l’air. Et qu’il ne pourrait rien y faire.

Il regarda Nils, puis Mihael. Mail s’était toujours dit que si Mello disparaissait, il n’aurait plus rien à quoi se raccrocher. Mais c’était avant qu’il n’y ait un clone miniature du blond, une raison supplémentaire de se battre pour libérer le monde d’une oppression grandissante, de ne pas se faire chopper par le gouvernement. La seule chose au monde qui pourrait le sauver s’il devait arriver quelque chose au mafieux.

Il avait envie d’étreindre ce frère de coeur à l’en étouffer, après avoir réfléchi à tout ça. L’émotion lui serrait le coeur comme un putain d’étau. Mais il n’en laissa rien paraître, et s’alluma une énième cigarette. Il ne savait pas se mettre en danger aussi bien que le blond, alors une petite barre de nicotine le rapprocherait peut être du même taux de survie que ce partenaire suicidaire.

On dit que le deuil se fait en cinq étapes. Le déni, la colère, les négociations, la dépression, et l’acceptation. Il allait avoir besoin de tout le tabac du monde pour survivre à Mello durant cette longue période sombre qui s’annonçait...




Be kind, rewind. ♥️ Merki Mellofée ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Matt Finnegan
» Signature de contrat - Matt Moulson
» suite de : le coin de Matt'
» War Thunder
» Palmares Of Matt Morgan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Bas-fonds :: Repaire principal de la mafia-
Sauter vers: