Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lovin' you is more than just a dream come true { Ish <3

 :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Covent Garden Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Jeu 21 Jan - 19:13
Il faisait froid.

Un fringuant blizzard qui lui faisait poser des regards froids sur les couples heureux avec des enfants et ceux qui arboraient un sourire joyeux.

Mello était seul et ne le vivait pas bien. Le souvenir de cette gamine assassinée, Maelys, ne cessait de lui revenir, encore et encore, et la pensée comme quoi elle avait dû mourir dans d'atroces souffrances ne contribuait pas au fait qu'il se sente mieux. Au contraire, même.

À Londres, la vie continuait son cours, avec son lot d'injustices, de crimes et d'enquêtes. Il avançait petit à petit dans ce qu'il appelait « trouver un meurtrier pour le meurtre d'Hadès » et était satisfait de la manière dont les évènements se déroulaient. Sa secrétaire avait peut-être démissionné, mais il avait persuadé Matt de s'occuper d'une partie de ses affaires de manière informatisée. Mello ne désespérait pas non plus d'enfin trouver quelqu'un de fiable et de compétent pour ce boulot qui était bien plus dangereux qu'il n'en avait l'air.

Même s'il avait du mal à l'avouer, Matt avait raison. Il avait embauché Mysha sur un coup de tête et celle-ci lui avait avoué sa relation avec le Chat de Cheshire alors même que l'homme qu'elle avait en face d'elle aurait facilement pu être un émissaire de Kira. Dans le monde dans lequel traînait Mello comme Matt, il n'y avait pas de place pour de hasard, et la paranoïa était plutôt une bonne chose : combien de fois s'étaient-ils fait avoir par des taupes et combien de fois lui-même avait-il dû descendre des agents de Kira qui avaient enfin vu à quoi il ressemblait ? Trop, à son humble avis.

La neige avait recommencé à tomber, laissant les jeunes londoniens fous de joie à l'idée d'enfin pouvoir faire des bonhommes de neige. Dans le parc dans lequel il se trouvait, Mello en voyait courir partout, joyeusement, pas du tout touché par la dureté de ce monde. Là où il n'y avait pas de carottes, des bâtons les remplaçaient allègrement pour constituer leurs nez, et les bonhommes de neige semblaient partout être assez monstrueux, dans ce paysage d'une blancheur étonnante. Bien sûr, sous sa capuche, emmitouflé dans ce chaud manteau, Mello n'était pas dupe : ce soir, à peine, tout redeviendrait boue et tout ce beau monde aurait chopé une putain de grippe.

Lui s'en foutait, il semblait suivre son bonhomme de chemin, pensant à tout et rien à la fois. À son passé, à son futur. À Matt et à tout ce qu'ils venaient de vivre pour s'installer ici, à Londres. Il avait maintenant une réputation en tant que détective, alors que voulait-il de plus ? Pourquoi ressentait-il toujours quelque chose de vide dans son cœur, qui, depuis la disparition d'Ishtar, avait arrêté de battre ?

Le vide.

Il avait à la fois envie de retrouver celle qui avait été son amante et de l'ignorer. Il ne savait pas comment se comporter, s'il ne devait pas hurler, s'il ne devait pas pleurer le fait qu'elle l'ait trahi tant de fois. Parce que bordel, quoi...Combien de fois était-elle allée chez Hadès pour renifler son cul et combien de fois avait-il été déçu par ce comportement ? À croire que ce n'était pas lui qui s'était investi corps et âme pour la sortir du merdier dans lequel elle était, à croire que, jusqu'aux derniers mois, elle n'avait été rien pour lui.

Il l'avait peut-être fait par fierté, du moins au début. Il ne supportait guère de voir un autre être humain dans des conditions misérables. D'esclave. Certes. Mais Mello, il en était tombé amoureux. Lentement, parce que tout ça prenait son temps, mais sûrement ; et la participation de Hadès dans cette affaire ne l'avait que plus blessé.

Il avait froid. Ses mains étaient d'un blanc effarant et il alla les mettre dans ses poches pour tenter de les réchauffer. Il s'assit sur un banc public, en face d'un petit parc de jeux d'enfant. En face de lui, ce qui était auparavant un bac à sable et qui semblait être un bac à neige. Des petits loups semblaient s'en donner à cœur joie. Mello sortit une clope et l'alluma : cela semblait être le seul moyen de se réchauffer...

...Pourquoi se sentait-il observé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 260
Age : 27
Localisation : Somewhere..
Jeu 21 Jan - 20:11
"Ouiiiiiiinn!"

Un écho nasillard, criant, sortait du téléphone de Ish. Axelle était en ligne et exhortait Ishtar à rentrer au plus vite. Elle était sortie chercher en urgence du lait et des couches. C'est fou comme il mangeait ce petit et comme il salissait vite ses linges. Grelotant de froid, Ishtar répondit d'un ton saccadé, entre quelques claquements de dents et échappée de buées, qu'elle faisait au plus vite. C'est qu'il voulait sa mère ce petit et surtout, c'est qu'il avait une faim de loup.
La belle indienne s'était faufilé à toute vitesse au supermarché du coin. Elle en était ressortie les sacs pleins de couches, d'un biberon neuf et de lait maternel. Essayant de ne pas tomber, car tout était gelé, évidemment, elle se précipitait à travers les ruelles, hantée par mille pensées.

Elle était mère désormais. Les courbes plus voluptueuses, le visage plus mur, plus serein et cette beauté exotique qui ne la quittait jamais. Elle se trouvait belle. A travers les reflets qu'elle percevait sur les vitrines gelées...Elle se trouvait belle, là ou autrefois elle avait besoin de mille artifices pour se trouver potable. Avant pourtant, elle avait tout d'une pin-up, maintenant c'était une pin up...milf? Oui on pouvait dire ça.Sans doute cette nouvelle vie, plus "paisible", bien qu'elle continuait à oeuvrer contre Kira, peut-être cet enfant l'avait-elle changé?

Emmitouflée dans son manteau en laine, elle arpentait les rues, jusqu'à le voir lui.

Malgré ce froid intense qui rendait ce paysage si blanc, malgré tous ces individus qui se ressemblaient derrières leurs fourrures et leurs bonnets, elle ne pouvait que le reconnaître. Elle le voyait errer comme un fantôme, comme si son regard était vide. Figée dans son esprit, son corps avait pris le relai. Ish s'était mise à le suivre sans réellement le vouloir. Les souvenirs venaient la poignarder comme un mauvais psychopathe aime à vous torturer avec les éléments du passé. Elle sentait un goût amer à ses lèvres, la rancoeur qu'elle nourrissait envers elle-même, une passion brutale qui refaisait surface, la douleur de tous ces instants périlleux, la tendresse. C'était trop, elle devait savoir. Elle croyait qu'il était mort! Comme annoncé dans les journaux. Non c'était un rêve, elle avait du rêver, à travers le froid, le brouillard, son esprit s'était égaré.

Mais plus elle le suivait, plus elle en était sûre. Il était en vie. Le père de son gamin était en vie. Elle se souvenait de cette dernière nuit, doucereuse, tendre, passionnée. Elle l'aimait et c'était comme si elle avait voulu l'oublier.
Il s'était assis sur un banc, dans un parc d'enfant. Parc où régulièrement elle promène Nils, leur fils, dans sa poussette. Il lui ressemblait tellement. Il avait ses yeux, vifs et émerveillés. Il avait des touffes de cheveux bruns, mais il lui ressemblait tant.

Elle retenait ses larmes avec peine. Des gouttes de cristal perlaient sur sa joue. Elle ne pouvait s'empêcher de le regarder. Il allumait une cigarette...Elle eut un sursaut.

Hello, it's me

Sa nouvelle sonnerie. L'avait-t'elle fait exprès? Au elle avait été touché par la chanson d'Adèle. Ces mots étaient percutant et correspondaient à ce qu'elle ressentait, encore plus maintenant...Sauf que la, c'était Axelle qui l'appelait et cela tombait fort mal...

* Merde, pas maintenant...*

I was wondering if after all these years You'd like to meet


*Raaah, nooon, c'est un message des dieux là ou quoi!*

To go over everything...

* Maiiis ouiii, continue de m'appeler Axelle, je vais me mettre à la fredonner cette chanson, pour de vrai!*

"They say times supposed to heal ya but I aint done much healing..."

Sa voix chaude avait accompagnée la sonnerie. Elle l'avait fait sans réellement sans rendre compte. Elle plaisantait lorsqu'elle avait eu cette pensée, mais quelque chose de plus fort avait prit le relai. L'indienne se sentie bien bête et décrocha le téléphone, tournant la tête, faisant genre que ce n'était pas elle.

"Ouiiii j'arrive! Mais je sais que mon fils à faim, désolé...j'arrive..."
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Sam 23 Jan - 18:54
Il faisait froid. Mello était un pur glaçon et son regard ne pouvait s'empêcher de fixer ce petit jardin d'enfant, comme s'il tentait de s'imaginer une enfance qu'il n'avait pas vécu.

Que se serait-il passé s'il avait eu une mère ou un père correct ? L'état du monde serait-il pire qu'il était à présent, ou bien Kira aurait été battu depuis bien longtemps ? Matt...aurait-il trouvé un autre meilleur ami, par dépit, et Near n'aurait-il jamais été premier, faute de stimuli pour la première place ?

Mello savait très bien qu'il était inutile de penser à tout cela : parce que cela ne s'était jamais passé et qu'il était un homme très pragmatique. Les rêves et les autres trucs dans ce genre, ce n'était pas son dada. Il voulait une solution tout de suite, du pratique, du pragmatique...quitte à se casser la gueule car il se précipitait dans la merde. Alors de voir ces mamans avec leur petit, il grimaçait tout juste de dégoût parce que les gosses tomberaient sans doute malade dès le lendemain – parents irresponsable – mais aussi parce que ça, il n'aurait jamais la chance de le connaître. Mais est-ce que cela lui manquait vraiment ? ...à vrai dire, Mihael Keehl s'en foutait : tout ce qu'il lui importait vraiment, désormais, c'était que Matt soit en vie et en bonne santé.

Derrière lui, la sonnerie de quelqu'un retentit. À l'oreille, Mello reconnut la chanson de Adèle, sortie pour un de ses derniers CD lors de l'hiver 2015. Donc il y avait neuf ans. Un titre qui n'était pas des plus jeunes, mais il se souvenait qu'une de ses ex adorait particulièrement l'artiste. Il était donc sur le point de partir, un peu irrité que tout le monde, ici, ait une belle vie parfaite lorsqu'il entendit sa voix, et c'est alors qu'il se retournait.

Lorsqu'on était Mello, que votre cerveau carburait à cent à l'heure pour un même but et que vous faisiez une déduction, le doute n'était pas permis. En l'occurrence : c'était la voix d'Ishtar. Donc, à moins qu'elle n'ait un clone – il n'y croyait absolument pas – ou que ce soit un enregistrement de sa voix – ce qui n'était pas logique, puisque la voix d'avant était différente...C'était donc Ishtar.

Inutile de vous décrire le tourbillon de sentiments qui achevait de faire se lever Mello. Il était lui-même un homme assez réactif et on le disait souvent...très susceptible et émotif. Entendre la voix d'une ex qu'il croyait perdue, voire morte, était le genre de truc qui pouvait le faire bouger. Il écrasa d'ailleurs sa cigarette – merci Matt pour la manie – contre le banc, la balança par terre car il n'en avait rien à foutre de l'écologie, et se dirigea vers la belle.

La belle. Et lorsqu'il la vit, il savait que tout était comme avant et que rien n'aurait changé. Elle n'avait pas changé, elle, et lui n'avait qu'enlevé des vies en plus. Mello ne savait plus comment réagir ; il était tout simplement sans voix...C'était pour cela qu'il tentait de s'empêcher de faire les plus grosses conneries : lui foutre la gueule dans la neige, prendre son téléphone pour répondre à la nana qui lui parlait – probablement Axelle, qu'il aimait bien emmerder. Ça, c'était ce qu'il aurait fait avant, lorsqu'il pouvait encore lui tenir la main. Maintenant, Mello ne pouvait que la regarder et...

...Attends, bordel ? Elle a dit que son fils à faim ? Mello exclut tout de suite la probabilité qu'il soit de lui. Il lui semble qu'Ishtar se protégeait, d'ailleurs.

Un gamin ? ...Putain, et s'il était d'Hadès ?

« Salut. Tu m'as suivi ? ...Je... », bordel, lui, Mello, le grand Mello, il bafouille, et son cœur bat à toute volée comme n'importe quel adolescent boutonneux.

« T'as un gosse ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 260
Age : 27
Localisation : Somewhere..
Mer 17 Fév - 21:55
Bravo Paro, tu as gagné le gros lot! La jeune indienne raccrocha rapidement en voyant arriver le beau blond dans sa direction.  Il semblait si différent. Autrefois, dans ce genre de situation, qui étaient déjà arrivé par le passé, il aurait péter un plomb. Il lui aurait arraché le téléphone, traitant Axelle de nom d'oiseaux, où que sais-je quoi d'autre. Mais là, c'était comme si il arrivait d'un autre monde, redécouvrant la femme qu'elle était.

Lui aussi ne semblait pas avoir changé...Bien qu'elle le trouva plus pale que d'habitude. Sans doute le froid de canard, ou encore une indicible fatigue, qu'elle seule arrivait à percevoir dans ses traits qui se voulaient indéchiffrables.
Il se pointa devant elle, comme un être perdu, déboussolé. Il marmonna quelques mots avant d'écarquiller ses yeux et de sortir la phrase fatidique: "Tu as un gosse?"


C'est maintenant qu'intervient la Grande Déesse de l'univers roleplay( pardon, mais c'est trop bon), lancement de dès pour savoir comment Ishtar gère cette situation fort gênante. On remet le contexte: Son ex qu'elle croyait mort et qui est le père de son fils, vient de lui sortir "Tu as un gosse?", alors que leur môme attend ses couches et qu'il fait un froid digne de l'Hiver perpétuel de Westeros. Nous avons donc un modificateur de -4 en vue de la situation actuelle.

* Ishtar lance deux dès de 10*

*roll roll roll*

* double 1, - 4....FUMBLE*


"Mais c'est ton gosse!"


L'indienne ne trouva rien de mieux à répondre, sous l'effet de la panique, que c'était le sien, le tout assez fort pour que tout le monde l'entende, évidemment. Les quelques passants présents se retournèrent vers le couple. Il y eut quelques murmures puis ils vaquèrent à leurs occupations. Ishtar s'enfonça un peu plus dans son manteau, tentant de cacher sa honte et essayant en vain de ne pas croiser le regard du blondinet.


*Roll Roll*

Ish: MERDE, ça suffit!!

*Retour à l'intrigue*


La belle indienne ne savait clairement pas où se mettre. En plus elle savait que Nils avait besoin de ses couches et connaissant Axelle, elle n'allait pas tarder à débouler tant sa patience était légendaire. Sans réfléchir, elle attrapa Mello par le bras et l'embarqua à vive allure en direction de sa voiture, sans même attendre de réponse de sa part. Le sol étant une véritable banquise, elle manqua à plusieurs reprises de se ramasser au sol. Mais fort heureusement pour elle, la déesse du roleplay à décidé de ne pas lancer les dès, d'autant qu'ils sont truqués...(Mais chut, il ne faut pas le dire).

La neige redoublait d'effort pour transformer les rues de la ville en un tapis de poudreuse compacte. Zigzagant entre les collines blanches qui s'amoncelaient sur les abords du trottoir, elle tenait avec détermination le bras de Mello tout en serrant contre elle ses différents achats débordants des sacs, pour le bout de chou.

Arrivé au niveau du parking, elle fit une pause. La voiture noire, une Honda fort pratique quand on a un enfant, était à leur portée. Arrivés à celle-ci, Ishou ouvrit le coffre et y rangea ses emplettes, puis elle se tourna vers Mello, qui devait sérieusement se demander quelle mouche avait piqué la jeune femme. L'indienne le regarda un instant, puis elle soupira et s'exprima enfin.

"Je suis désolé...je...je croyais que tu étais mort...Et j'étais tombé enceinte de toi..."

Fermant le coffre, elle se frotta les épaules, souffrant du froid qui s'intensifiait. C'est fou ce qu'il pouvait geler dans ce pays. Elle ouvrit la portière du passager.

"Si tu veux, on en parle à l'intérieur, j'ai froid, et je pense que toi aussi..."
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Sam 27 Fév - 22:07
Les pas, les battements de cœur qui séparaient Mello du parc lui permettaient de réaliser ce que son cerveau tordu avait encore du mal à encaisser.

C'était bruyant, c'était délirant, mais il s'agissait de la réalité. Plus de : mais pourquoi n'avait-elle pris la pilule à ce moment-là, pas d'engueulade sur si ils allaient le garder ou non. C'était un fait : il était papa.

Il était père, merde.

Il était père, lui qui n'en avait jamais connu, lui qui avait grandi sans personne autour de lui que de multiples frères et sœurs. Il n'avait aucun modèle à part ceux qu'il avait brièvement vu dans des films. Il avait vu ses petits camarades ou non pleurer (ou non) l'absence de leur paternelle, pleurer sur les coups qu'ils avaient reçu, mais lui ne pouvait que se raccrocher à l'absence de souvenir. C'était tout juste s'il se souvenait d'une ombre, ou de quelques paroles. Et encore, le blondin était certain de se les être inventées : c'était plus que probable.

Il était père, bordel. Alors il se laissait traîner par celle qui avait été sa compagne pendant des années et des années.

Mello revoyait sa vie, en même temps que la neige tombait, qu'elle se glissait insidieusement à l'intérieur de ses yeux et qu'il croyait mourir de froid. Il avait beau être un génie, ce genre de nouvelle n'était statistiquement celle à laquelle il s'attendait le plus. Il se surprit même à se demander si Near était au courant de l'existence du petit, s'il le surveillait pour voir ce qu'il allait devenir. Comment Matt le prendrait.

Mello reprit son souffle. La dernière fois qu'il avait vu Ishtar avait été à la fois violent et sensuel. Ils avaient commencé par s'enlacer, s'embrasser comme s'ils ne s'étaient pas vus depuis des mois, avaient très rapidement fini dans le lit et...il ne savait plus pourquoi, sans doute à cause d'Hadès – tout était de la faute de ce connard – Mello avait fini par s'énerver, par lui gueuler dessus. Il l'avait accusée de le trahir, de lui dire qu'il ne voulait plus la revoir avant de se tirer. À l'époque, l'enfant qu'ils avaient tous les deux venait de mourir. Ils étaient tous les deux blessés, l'une le montrait sans doute plus facilement que l'autre...plus violent que jamais, Mello était parti, refusant de la revoir, elle, et la faisant renvoyer par ses gardes du corps à chaque fois qu'elle pointait le bout de son nez. Le regard d'Ishtar lui rappelait trop Maelys.

« Bo... »

Pourquoi, Ishtar ? Pourquoi était-ce sa main gantée qui s'agrippait à la sienne, pourquoi s'étaient-ils retrouvés par hasard à Londres et pourquoi avait-elle été enceinte...surtout de lui ! Qu'Hadès ait réussi à lui faire un enfant aurait été compréhensible, mais que lui...Non. Il ne pouvait pas l'accepter et, plus que tout, il avait besoin d'aller en parler avec Matt.

« ...rdel... », finit-il par articuler lorsque, gelé, il finit par atterrir dans la voiture.

Si demain ou le surlendemain, il n'était pas malade, il se ferait bien moine.

La voiture était moins froide que l'extérieur, mais ce n'était pas encore ça : il avait le bout des doigts de pied gelés, les mains glacées et le visage tellement pâle qu'il ressemblait à un fantôme. Sitôt qu'Ishtar ferma la porte, il se permit de mettre le chauffage au maximum.

« Bordel de merde, tu es vraiment malade. Bon. Reprenons au début : nous avons un fils, à moins que je ne sois teubé. Tu me l'apprends maintenant...et il est élevé, je le présume, par ta bande de lesbiennes. »

Il aurait pu demander pas mal de choses : il va bien, il est blond, comment s'appelle-t-il ? Non. Au lieu de cela, il posa la seule question qui lui était pertinente.

« Near est au courant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 260
Age : 27
Localisation : Somewhere..
Lun 19 Déc - 16:32
Tout était aller si vite. Leur énième dispute, sa disparition supposée, son envol à Londres et ce petit tombé du ciel. Et il était là, congelé, complètement paumé. Au fond d’elle-même, Ishtar rêvait d’un peu de calme, d’une vie sans Kira, d’une famille complète et heureuse, avec ses amies et un mari tendre et aimant. Aimant, ça Mello l’était, tendre cela dépendait des moments. Lui et son sâle caractère. Remarque il fallait bien ça pour faire face à la Furie qu’était Ishtar. Elle s’était rendue compte a quel point elle avait besoin de faire face quelqu’un qui pourrait lui tenir tête, au risque de s’énerver inutilement sur quelqu’un de trop doux.

Mello s’exprima finalement. Il faisait un récapitulatif. Toujours aussi pragmatique dans sa façon de penser. A moins que ce ne soit un moyen de prendre du recul. En même temps elle pouvait comprendre. Le pauvre bougre, qui n’avait jamais vraiment eut de famille, apprenait, là comme ça, qu’ill était désormais père. Il y avait de quoi le secouer. La belle indienne grimaça lorsqu’il évoqua le fait qu’elle élevait leur enfant avec sa bande de lesbiennes. Mello avait toujours eu du mal avec elle. Il les tolérait mais sans plus et encore. Soupirant, elle allait répondre, quand il lui posa la question qui manqua de l’étouffer de rire. Il voulait savoir si Near était au courant. Non mais franchement, comme si cela lui venait à l’esprit d’envoyer un fair part à ce blanche neige en pyjama.

« Ahaha, biensur que non voyons, je lui ai pas envoyé un faire part de naissance, manquerait plus que ça. »

Alors qu’elle soupira d’aise alors que le chauffage commençait à faire effet, elle demarra la voiture, prenant la direction de son appartement. Il était important pour elle de prendre différents chemins, histoire de faire perdre en bourrique un potentiel suiveur. C’était une habitude bien ancrée chez elle.
Roulant relativement doucement, à cause de la neige, elle tilta. Même si elle s’était bien gardé de prévenir Near, ce fichu nain blanc était capable d’obtenir toutes les informations qu’il désirait.

« Par contre, faudrait vérifier qu’il n’ait pas fouiner de mon côté. »

Elle grinça des dents, s’en voulant quelque peu. La belle furie savait qu’elle aurait du penser à ça, après toutes ces années. Après elles avaient toujours fait attention à ne pas être suivie ou espionner, mais on ne sait jamais.

« Toujours est-il que nous sommes rester prudentes, on a souvent changer d’appart et on brouille les pistes à chaque fois. »

Plissant son regard pour ne pas se faire éblouir par les phares d’un imbéciles qui a oublier que la neige reflétait la lumière puissance mille, elle se concentra pendant quelques minutes sur la conduite. Quelques longues minutes durant lesquelles le silence s’installa. Au bout d’un moment, elle glissa sa main qui ne tenait pas le volant sur celle de Mello.

« Tu...tu m’as manqué tu sais... »
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Mar 3 Jan - 21:34
Mello avait entrepris de se frotter les mains : à vrai dire, effectuer des mouvements répétitifs lui permettaient de ne pas se concentrer sur quelque chose d'autre, comme s'énerver parce que Ishtar ne parlait pas assez vite, qu'il voulait connaître d'autres détails et tout de suite.

Maintenant qu'il savait que Near n'était pas au courant – même si ça, ça restait à prouver : Near avait certainement fait surveiller Ishtar dans son dos, en tant que son ancienne amante et chef d'un groupe rebelle. Near n'était pas le genre de personne – ou d'enfoiré – à lâcher un élément capital dans une enquête, il pouvait lui faire confiance concernant son professionnalisme.

Tout doucement, la voiture se réchauffait. Le russe eut la prétention de tirer la fermeture de son manteau pour l'entre-ouvrir, laissant apparaître la peau plus que blanche qui était cachée en dessous. La main de celle avec qui il avait partagé sa vie et tout danger frôla la sienne : c'était comme si rien n'avait changé, comme si Hadès n'avait pas péri de la main de Matt, comme s'il n'avait rien à lui caché. Pendant quelques secondes, le regard de Mello resta sur la route qui défilait, pensif : allait-il lui annoncer un jour ou lui poserait-elle la question ? Et que répondrait-il, dans ce cas-là ? Ishtar était mieux placée que quiconque ici pour savoir quand il disait ou non la vérité.

Il fallait qu'il arrête d'y penser, c'est pourquoi il se retourna vers Ishtar et s'assit un peu mieux sur son siège.

« Cherche pas, il est au courant. Sinon, ce ne serait pas le meilleur. »

Encore une fois, difficile de ne pas deviner d'ironie dans les paroles de Mello en ce qui concernait Near. Ce connard avait néanmoins raté un truc : il avait eu une vie de famille avant lui, et ça, il ne pourrait pas lui enlever.

« Tu m'as manqué aussi, mais tout le monde devait penser que j'étais mort. Le plan ne pouvait pas marcher sans cela, tout le monde connaissait notre relation. », marmonna-t-il comme s'il n'était pas super fière du plan qu'il avait pu échafauder. Et puis, pensa-t-il sans pour autant en parler, alors que Hadès venait d'être assassiner, il préférait s'éloigner d'Ishtar pour qu'elle tombe peu à peu dans l'oubli et que ses agresseurs oublient qu'elle avait été la nature exacte de leurs relations.

« J'suis plus Mello, ici, mais Clarke. Harry Preston Clarke. Détective chez Willy & Cie.  Je fais une coloc' avec mon meilleur ami, j'ai pas de famille, pas de femme, pas de fils. Si tu veux encore de moi, je serai discret, il s'agit de ne pas bousiller ma couverture. »

Il en avait presque de la peine pour Ishtar et pour cause : c'était ce sentiment qu'il ressentait au plus profond de lui. Il la retrouvait à peine et la prudence lui criait de s'éloigner de cette femme pour ne pas attirer l'attention d'Harlaown et de tous les autres qui pouvaient savoir par quelque source que ce soit que Mello sortait avec une belle indienne.

« Parle-moi de mon fils, si tu veux. Je veux tout savoir. Depuis sa naissance. Il ressemble à quoi ? Il est intelligent ? Tu as eu un copain en mon absence/mort ? Il dit des mots ? »

Mihael Keehl ne pouvait s'empêcher de la dévorer dans yeux, elle, la femme qu'il avait tant désiré. Il la redécouvrait mieux que tout à l'heure car il n'était plus congelé par le froid : il voyait ses yeux chauds, ses formes attrayantes et ses lèvres appétissantes. Un bref regard autour de lui lui permit de voir que la circulation s'était calmée et que la route était déserte. Sans qu'Ishtar ne s'y attende, il prit en main le volant, donna un grand coup sur la droite et un grand coup de frein à main : stationnement de fortune.

Un peu secoué, mais revigoré par l'action, il lui sauta dessus et commença à l'embrasser.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 260
Age : 27
Localisation : Somewhere..
Mer 4 Jan - 21:58
La belle se tendit au volant. Elle avait oublier ce que ça faisait, un Mello interrogateur qui veut tout savoir au plus vite. Elle le sentait bouillonner, la regarder...Il fini par conclure que Near devait savoir. Ce qui n’était pas impossible. Dans le fond, Near était capable de tout pour avoir toutes les informations. Bien qu’elle doutait que le fait que Mello ait un fils soit une information intéressante pour lui. Quoi que…

« Hmm tu ne m’avais pas parlé d’un héritier à choisir pour L ? Cela aurait pu faire l’objet d’une enquête pour Near... »

Elle ne pu pas vraiment continuer qu’ils lui posaient déjà d’autres questions. Ishtar retint un soupir. Quel moulin à parole, c’était tout l’opposé du petit blanc qui parlait que lorsque cela était nécessaire et encore, selon ses critères. Mais elle se disait qu’elle aurait eu du mal à le supporter si il était identique à Near. La route était aussi blanche que le ciel cotonneux au dessus de leur tête. La belle brune désirait restait concentrée le plus possible mais c’était compliqué avec Mello qui parlait pour rattraper le temps. Il lui expliquait qu’il avait une couverture, qu’ils devront être discrets. Cela ne la gênait pas tant que cela. Elle aussi au fond avait une couverture…

« Je comprends Mell, nous aussi on a de fausses identités et avec les filles et le petit on vit dans une grande maison dans les environs de Covent Garden. On a toutes des boulots et on fait comme on peut... »

Au fond elle ne pouvait que lui en vouloir tout en le comprenant. La rébellion c’était un sacré bordel et ça l’était toujours. Voilà pourquoi elle et celles qu’elle considérait comme ses sœur avaient pris du recul sur tout ça. Le calme londonien leur allait bien.

« Ton fils ? Et bien il a deux ans et demi, il a les yeux bleus et semble très vif pour son âge, il ne parle pas encore mais il marche très bien, il crapahute même... »


Encore une fois elle n’eut pas le temps, mais elle fut carrément prise par surprise. Mello avait attrapé le volant pour faire tourner la voiture et les faire se garer sur le côté de façon totalement anarchique. La dernière fois qu’il avait fait ça, c’était quand il était venu la chercher chez Alpha, alors qu’elle avait été séquestré par un grand malade pro-Kira. Sauf qu’aujourd’hui, il ne lui avait pas lancé un flot d’insulte. Juste des questions et un baiser volé et fougueux. D’abord sous le coup de la surprise, elle répondit au baiser, qui réveilla en elle d’ancienne sensation. Une passion exaltée, des parfums lui revenant à l’esprit, des souvenirs. Très vite elle l’enlaça de ses bras tièdes, se rassurant durant quelques secondes du peu de monde sur la route. Il aurait pu provoquer un accident. Sans doute avait-il profité de l’heure peu fréquenté par les voitures en ce moment même. Après un moment de caresse et de baisers elle recula un peu son visage.

« Tu sais on est pas très loin d’être arrivé à Hellen’s House, la maison ou je vis. »

Elle esquissa un sourire mutin tout en jouant avec une mèche de ses cheveux. Le lieu était surement pas le plus indiqué pour ce genre de choses, à croire que son compagnon aimait les endroits improbables...
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 322
Age : 25
Localisation : Dans ton...
Lun 9 Jan - 22:00
Il avait envie de la prendre là, tout de suite, dans cette voiture. Il avait envie de lui arracher ses vêtements comme il aurait arraché l'emballage d'une barre de chocolat. Ishtar avait le goût, la couleur du cacao et c'était ce qu'il avait toujours aimé chez elle. Elle était aussi sauvage que les tourments du chocolat noir, aussi indomptable que du 100%. Elle était amère, douce, sucrée car les chocolats orangés, bonne comme le sucre. Ses mains caressaient ses joues, comme s'il ne pouvait se remettre de voir de nouveau son visage et s'effondrer si près du but.

« Bientôt arrivé ? Tout tiens dans le bientôt. Il n'y a personne, on risque pas de choquer les esprits innocents. »

Il aurait pu s'arrêter là car le froid les congelait tous les deux, mais il ne sentait plus ses doigts glacés par l'air. Il sentait Ishtar, il sentait la chaleur de sa peau, sous les vêtements qu'il soulevait. Il sentait ses formes rondes, les douceurs de son corps et se plaisait à le retrouver. Si elle avait clairement dit « non », il se serait retenu, mais son regard mutin et son attitude l'avait poussé à continuer.

La voiture était grande. Il poussa Ishtar jusqu'à la banquette arrière et l'aima comme au premier, comme au dernier jour. Il l'aima malgré les cicatrices que l'accouchement avait pu lui causer – il les caressa d'ailleurs d'un doigt tendre, il l'aima comme il ne l'avait jamais aimée, comme si cette séparation avait accéléré son désir de la retrouver. Il l'aima comme jamais ne l'avait aimé Hadès lui, presque nu et si exposé qu'il aurait pu s'en sentir blessé.

Elle pouvait voir ses cicatrices, les blessures impitoyables causées par l'explosion qui avait causé la mort du père Yagami, elle pouvait voir ses faiblesses et les concessions qu'il avait fait pour être maître de son avenir. Il était plus maigre que lorsqu'elle l'avait rencontré, avait pratiquement la peau sur les os malgré cette consommation accrue de chocolat et de sa bouche sortaient de graves râles. Ses cheveux lui rentraient dans la bouche, lorsqu'il n'embrassait pas Ishtar et il suait par tous les pores de sa peau.

Dix minutes plus tard.

Mello sentait le vent froid contre sa peau, malgré le chauffage de la voiture. Il s'était blotti contre Ishtar, comme si rien ne s'était passé, comme si il était toujours Mello, comme si Hadès n'était pas mort. Au moins, plus jamais il ne pourrait lui faire de crise de jalousie à ce sujet. Décidant qu'il était temps, il s'empara de ses vêtements et les enfila sans un mot. Il regardait toujours Ishtar avec cette passion sauvage dans le regard.

« Alors, Hellen's House ? J'ai hâte de rencontrer mon fils. Ce n'est pas grave s'il ne parle toujours pas...il n'a qu'à prendre son temps. Et ne t'en fais pas pour lui. Je peux comprendre, mais la Wammy's House a déjà un héritier en lice et notre fils est beaucoup trop jeune. »

Il l'embrassa sur le front, inhabituellement doux. Tout était inhabituel, en fait. Il découvrait qu'il était père, lui qui avait été abandonné si jeune dans une neige qui aurait pu ressembler à celle-ci si elle n'avait été russe.

« Il me tardait de te retrouver, Parvati. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Explicite] Californie - A dream come true
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Covent Garden-
Sauter vers: