Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

De retour aux origines [PV Mayu]

 :: Hors RP :: Mini RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 10 Sep - 21:31
Voila maintenant quelques semaines qu'Hadès, un de chefs de la Résistance, s'était échappé du cachot où il était retenu prisonnier par les ministres, avec sa complice, Elliana Rokudo. Depuis, ils étaient activement recherchés. Arashi avait mit son équipe sur le coup, Fate et Mayu. Après tout qui d'autres qu'eux étaient les mieux placés pour les retrouver. Fate avait un lien ambiguë avec Hadès et Mayu … Le frère jumeau d'Ella. Il était le plus apte à retrouver cette dernière.

Dans la planque qu'ils s'étaient trouvé, l'ambiance était de plus en plus froide. Ella se montrait très distante avec l'homme qu'elle considérait comme son père, déçu par sa trahison. Oui, Hadès avait divulguer des informations importantes sur la Résistance, à Arashi Darkwood. Pour la protéger, elle. Inutile de préciser qu'elle avait un fort sentiment de culpabiliser. Jamais elle n'avait voulu qu'Hadès fasse cela pour elle. La petite Rokudo se sentait bien incapable de lui parler comme si de rien était. Alors elle se contentait de rester silencieuse, répondant vaguement lorsqu'il lui posait des questions. L'ambiance de plus en plus pesante, elle avait prit une décision. Ellianna attendit que son père adoptif dorme pour mettre quelques affaires dans son sac et quitter la planque. Sa veste à capuchon dissimulant son visage, elle ne séparait cependant pas de son trident. Son trident … Non, celui là n'était pas le sien, mais celui de Mayu, la seule chose qui lui restait de son frère jumeaux. Elle soupira alors que ses doigts se crispèrent sur son trident.

Oui, elle savait où aller. L'adolescente ne mit pas longtemps à atteindre les taudis. Ce lieux qu'elle cherchait et qu'elle connaissait si bien. Malgré le temps qui était passé, rien ne semblait avoir changé. Les enfants sales jouaient dans les rues en riant, les genoux et coudes écorchés. Elle retient sa respiration en ouvrant la porte abîmé de son ancienne maison … reste de maison, qui à la base n'était déjà pas glorieuse. Si elle s'attendait à ce qu'elle soit squattée depuis le temps, elle fut surprise de la voir vide … Quoi que dans un sens, déjà enfant, Mayu terrifiait tout le monde, mineur et adulte … Surtout qu'il avait tué leurs propres parents …. Personne ne devait oser mettre les pieds ici …. Personne n'allait la déranger. C'était la cachette idéale. Ella traversa le couloir à petits pas hésitants. En entrant dans la cuisine, elle se figea … Oui personne n'était venu ici. En plus de la poussière, de la moisissure et des débris …. Il y avait toujours ce sang séché qui avait viré sur le marron … Là où Mayu avait tué leurs parents. Il lui semblait encore voir les deux corps ensanglantés sur le sol. Ella secoua la tête. Elle était toujours restée passive avec Mayu, ne lui ayant jamais fait le moindre reproche. Dépendante de lui, elle l'avait suivit comme un robot, une enveloppe charnelle dépourvue de volonté propre. Elle s'agenouilla face à ce sang et posa deux doigts dessus. Penchée vers les taches, une larme coula de son œil unique pour tomber sur le sang.

« P-pardon … P-Papa … M-Maman ….. Pardon de ne pas avoir arrêté Mayu-sama …. Pardon de … De ne jamais avoir cessé de l'aimer …. »

En effet, malgré cet acte horrible, pas un seul instant, elle n'avait haït son frère. Lui qui lui avait piqué son enfance, son adolescence, sa vie, leur parents, les amis … Il lui avait tout prit pour la garder rien que pour lui. Et en effet, Ella n'avait jamais regardé une autre personne que Mayu, son frère jumeau, sa moitié, une partie d'elle même. Et aujourd'hui, il n'était plus là … Elle était obligée d'apprendre à se débrouiller seule. Elle pourrait le haïr pour tout ce que Mayu lui avait jalousement infligée mais … Mais non, elle l'aimait plus que tout et jamais il ne lui avait autant manqué qu'aujourd'hui.

La seule personne à qui elle avait accepté d'ouvrir son cœur, c'était Hadès. Elle avait pensé, qu'avec lui, elle pourrait vivre en tant qu'Ella, en tant que jeune fille, en tant que SA fille. Mais il avait trahit la Résistance. C'était certainement injuste de lui en vouloir, alors que Mayu avait fait pire. Mais c'était plus fort qu'elle. Alors elle était partie. Ella s’accroupit sur le sol, jambes remontées et croisée, la tête sur ses genoux, les bras fermés autour d'elle. Et maintenant, elle était seule … Qu'allait-elle faire ? … Elle ne savait pas encore mais une chose est sur, jamais personne ne viendra ici.

Et pourtant, comme pour la contredire … Un bruit retentit. Un bruit de pas qui venait de passer la porte de la maison. Un bruit léger mais sûr de lui. Ella retient son souffle et se redressa en se collant contre le mur. Elle enleva ses chaussures pour avancer silencieusement dans le couloir, rasant les murs. C'est dans un virage qu'elle leva son trident, et lorsque le bruit de pas fut suffisamment prêt, elle attaqua. Son trident fut bloqué …. par un autre trident, identique au sien. Elle le reconnu sans peine. Le cœur battant à toute allure, elle releva la tête avec hésitation. Son œil unique s'écarquilla de stupeur, alors qu'une larme limpide se forma au bord de ce dernier, sous l'émotion. Elle vit tout d'abord ce sourire si confiant, sûr de lui, un brun provocateur et terrifiant. Un œil bleu et l'autre rouges la scrutait avec cet amusement presque malsain. Sa chevelure bleu aux mèches inégal et rebelle, la raie en forme de plusieurs Z, et ses mèches se dressant au dessus de sa tête, semblable à l'ananas. Oui, elle connaissait chaque trait de son visage, chaque détail, chaque expression, elle connaissait tout de lui ….. Sa main se mit à trembler, ses lèvres se plissèrent dans une moue d'infinie tristesse, des larmes coulaient sur son visage.

« Ma …. Mayu …. »

Ce n'était pas possible, il n'était pas …. Sa main libre s'éleva pour toucher son visage. Elle s'attendait à voir sa paume traverser sa joue, comme si elle avait affaire à une illusion, mais le bout de deux de ses doigts effleurèrent la peau de Mayu. Se sentant comme électrifiée, elle laissa tomber brusquement son bras le long de son corps, tout en poussant un petit glapissement confus. Ella lâcha son trident qui tomba sur le sol, en raisonnant dans le couloir. Elle sentit ses jambes la lâcher et elle perdit l'équilibre, tomba sur le torse de Mayu, rendant ce contact encore plus réel. Son propre corps se mit à frissonner alors qu'elle ferma son œil unique.

« Mayu … sama …. »

Et pourtant, elle se souvenait parfaitement de ce jour là. Le piège qui avait été tendu. Le ministre que les Bloody Twins -eux- devaient tué …. Ce fichu ministre qui étaient accompagnés d'hommes de mains qui les attendaient pour les exécutés. Mayu et Ella (enfin plus Mayu qu'Ella) les avaient tous tué, mais impossible d'en finir indemne, voyant sa sœur gravement blessée, il l'avait protégée pour ne pas qu'elle se fasse tuer, sacrifiant sa propre vie. Mayu était mort et Ella était restée dans le coma pendant un an, perdant au passage un œil, d'où le cache-oeil qu'elle portait aujourd'hui.

Mais … Mais Mayu était là aujourd'hui … Bouleversée, elle ne savait pas quoi en penser, et elle était bien incapable de bouger, figée contre le torse de son frère.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 31 Oct - 2:05
Dans tout ce cortège d'incompris, je suis chef de cette triste assemblée. Sauras-tu suivre mon pas ? Je suivrai le tien sans que tu en ai la moindre  conscience. Toujours vers toi. Toujours cette pensée me ramenera à toi. Etait-ce la destinée ? Ou bien la sottise ? Qui pourra me le dire ? Je ne le sais, alors je me contente de t'aimer comme je l'ai toujours fait loin de tes yeux, près de ton coeur.

Toujours le même train de vie, toujours devoir jouer le même jeu stupide et idiot. Tout cela pour survivre. Non, tout cela pour vivre au milieu de tous ces idiots. Personne ne pouvait connaître la joie de préserver un être aussi cher que sa soeur. Il se souvenait de tout ou presque, de cette peur qu'il avait eu, de cette volonté de vouloir se sacrifier pour elle. Rien n'était assez beau pour la protéger. C'était ce qu'il pensait tandis qu'il plongeait le poignard dans la gorge d'un homme. Il arrivait parfaitement à isoler ses pensées de ses actes, action nécessaires pour se préserver. Sa petite soeur hantait ses pensées comme il dévouait sa vie à la protéger en jouant ce double jeu plus que douteux. Tiraillé par deux camps ne pouvant cohabiter en bons termes, il avait choisi de n'être pour elle qu'un fantôme qui s'effacerait sans doute de plus en plus... Le bruit étouffé d'un souffle qui s'éteint une fois perçu, il ôta son arme et s'éloigna aussi simplement que s'il venait de cueillir un fuit trop mûr. Les taudis devenaient bien mal fréquentés, ma foi. Depuis qu'il n'était pas revenu, il avait croisé des hommes hardis de foncer vers lui. Son rire avait résonné jusqu'à ce qu'il s'estompe avec ce dernier corps au sol.

Mayu se traîna d'un pas lourd à travers un chemin étroit vers une mansarde bien triste pour s'y reposer. alors qu'il s'y engageait un pied derrière l'autre de façon alerte, il vit une jeune femme pénétrer dans ce logis si misérable. Une seule personne pouvait faire un tel acte. Les vols et les cambriolages étaient des lots communs par ici. Il ne suffisait pas d'être riches pour attiser la convoitise d'un voisin, juste de détenir un objet qu'il n'avait pas. Elle était petite, portait quelque chose à sa main de brillant. Titillé par son désir d'en savoir plus, il partit à sa suite et ne tarda pas à pénétrer à son tour par cette porte qui semblait vouloir s'écrouler dès qu'on la poussait. Personne dans ce long couloir. Et pourtant si, une voix retentit. Une personne toute tremblante lui apparut. Il se contenta de lui adresser ce petit sourire en coin dont il avait le secret, ce sourire fier, qui ne témoignait d'aucune chaleur. Il leva son bras vers elle comme pour l'inciter à le rejondre, car elle ne pouvait faire que le rejoindre en cet instant. Mayu aimait le pouvoir qu'il avait toujours eu sur elle et comme de juste son appel marcha. Ella marcha péniblement vers lui, ne put rester debout sans retomber contre lui. Il baissa la tête en regardant ce corps contre lui. Tandis qu'elle se trouvait contre lui, il passa ses mains dans ses cheveux et finit par en mettre une sur ce bandeau qui lui avait fait si mal quand il l'avait aperçu.

" On ne t'a jamais dit que les yeux étaient précieux, tu ne pouvais pas en prendre soin", la réprimanda t-il gentiment.


En vrai, ses mains tremblaient, il avait envie de défonser celui qui lui avait infligé une pareille blessure. Sa bouche se tordait dans une grimace effrayante, de celle qui signifiait tant de choses. Il sifflota pour se détendre, surtout pour pas se mettre à hurler.

" Je suis mort pour arriver là où tu étais. Chaque nuit, j'ai rêvé qu'un fantôme se trouvait à côté de moi..."

Ces paroles résonnaient dans sa tête comme autant de clochettes que de minutes qui s'étaient écoulées sans savoir si tout se passait bien pour elle. Bien qu'il ait des échos, il craignait toujours que l'on lui fasse une entourloupe.

"Pas sama voyons, j'ai pas cet âge encore, tu aurais oublié ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Fév - 13:20
Ce fut au tour de Mayu de bouger. Il leva lentement sa main pour effleurer le cache oeil de sa jumelle, toujours contre lui. Elle se crispa alors qu'il la réprimanda gentiment. Un long frisson parcouru tout son corps et ses mains chétives se refermaient avec plus de force contre son haut. La référence à sa blessure lui rappelait cette horrible soirée où elle avait tout perdu, son jumeau, son âme soeur, sa raison de vivre. Mayu avait toujours été tout pour elle. L'un n'allait pas sans l'autre. Plus qu'une équipe, plus que ça, c'était un équilibre de vie. Si Ella ne pouvait pas vivre sans lui, elle savait que c'était réciproque.

Et pourtant, durant toute cette année ... Il était bien en vie. La larme qui coulait le long de sa joue se fit plus amer, sa tristesse se développait en certaine colère. Il lui avoua n'être que l'ombre que lui même, une âme perdue qui vivait sans sa moitié, dans les ténèbres qu'est le gouvernement. Car maintenant, elle venait soudainement de le comprendre. C'est là que Mayu c'était réfugié. Pour ça qu'il venait d’apparaître soudainement auprès d'elle. Parce qu'après avoir été arrêtée et torturée, elle avait réussi à s'enfuir avec l'aide d'Hadès. Hadès .... Mayu ....

"Le monde n'est-il composé que de menteurs ?" demanda-t-elle d'une voix remplie d'amertume avec un culot dont elle ne se serait jamais douté avoir en elle.

Marquée par la vie, la petite fille grandissait et prenait de l'ampleur, comme si elle voulait fuir cette dépendance qu'elle avait toujours eu envers Mayu. Malgré la douleur évidente de son frère, elle ne pouvait le tolérer ... On n'a toujours le choix et il avait fait le sien, leur laissant porter les conséquences à tous les deux.

Avec une violence insoupçonnée, elle le repoussa avant de reculer d'un pas pour ramasser son trident qu'elle pointa sous la gorge de son "aîné", le menaçant avec.

"A qui la faute ? Ta solitude ... Notre solitude ... C'est toi qui l'a voulu. Tu as toujours été un menteur, un froid calculateur, la personne la plus cruelle que je connaisse .... Mais jamais avec moi ! Pourquoi ? Pourquoi tu m'as fais ça à moi ? A nous !!! Nous ne méritions pas ça ...."

Sa poigne se relâcha légèrement sur le trident qu'elle abaissa d'elle-même. Son corps tremblait et des larmes coulaient sur son visage, incapable de se stopper, évacuant le stress de ces derniers temps, la tristesse qu'elle ressentait depuis son retour du coma. En y repensant .... Elle avait voulu se montrer forte et ne pas pleurer la mort de cet être qu'elle chérissait tellement. Mais maintenant qu'il se trouvait devant elle, toute l'ampleur de sa disparition revenait brusquement, refaisant sur face. De toute façon, face à Mayu, elle n'avait jamais pu se maîtriser, elle n'avait jamais été maîtresse de ses émotions, car c'est lui qui la guidait, lui qui décidait des sentiments qu'elle pouvait avoir. Des sentiments pour lui et pour lui seul.

Pendant son absence, Ella avait enfin pu s'ouvrir au monde extérieur, Hadès-Sama, Mello, Matt, Billie .... Ce sont tous ses amis. Mais au final, on en revenait toujours à Mayu. Au final, il n'y avait toujours que lui. Maintenant qu'il était là devant elle, elle se rendait compte qu'encore une fois, rien n'était plus important. Et elle détestait cette sensation. Trahison, mensonge et manipulation. Voila dans quoi elle vivait. C'est un cercle infernal et sans fin.

Mon dieu ... Qu'est-ce qu'elle le détestait .... Elle n'avait jamais haït autant Mayu qu'aujourd'hui. Et pourtant, elle l'avait détesté maintes fois, notamment au meurtre de leurs parents qu'il avait abattu lui même. Mais rien ne pouvait gagner sur cet instant. Sa main partie sans vraiment qu'elle ne s'en rende compte, claquant contre la joue de Mayu.

"Nous ne méritions pas ça ! Comment tu as pu mettre en scène ta propre mort ? Comment tu as pu me mettre en danger de la sorte ? Sais tu que je suis rester dans le coma pendant un an ? C'est ce soir là que j'ai perdu mon oeil. Mais je me fiche de ça, Mayu ! Mais surtout .... Comment tu as pu nous séparer ? Tu es un monstre Mayu .... Un monstre que j'aime !"

En larmes, elle lâcha de nouveau son trident et ses petits poings virent frapper le torse de son frère, sans véritable force.

"Je t'aime, idiot !!"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 29 Avr - 15:07
Le mensonge, tu savais le manier. Tu l'avais fait pendant tant d'années et tu pouvais continuer ça ne te gênait pas. En fait, tu ne vivais que pour satisfaire ton égoïsme et la protéger elle. C'était tout ce qu'il voulait le petit Mayu, mais qu'avait-il dû sacrifier ? Trop de choses, bien de trop de choses ! En même temps, il avait eu plein d'informations à procéder ainsi. Oui, le monde était rempli de menteurs, il n'en faisait pas tout un plat comme elle. Elle était beaucoup plus sensible que lui, elle avait besoin qu'on prenne soin d'elle, que l'on soit un peu le rempart face au monde et c'était ce qu'il avait voulu être. Alors il ne répondit pas à ce qui était pour lui une affirmation, un constat de vie. Elle était perdue, aussi perdue qu'un petit oisillon tombé du nid, cela faisait de la peine à voir. Mayu était aussi tactile qu'un hérisson en rébellion, quand elle le pointa de son trident, il lui sourit. Elle ne seraot pas capable de le tuer. Il ne pouvait vivre sans elle tout comme elle ne pouvait vivre sans lui. Ils étaient pris dans une spirale infernale et ça elle le savait. Elle l'avait repoussé, il la toisa avec hauteur et reproche.

" Je ne m'attendais pas à un tel accueil. Trop d'amour, je suis comblé", se moqua t-il. " Tu veux savoir ce que ça fait de tuer, dis donc tu as bien changé !", rit-il.

Elle tremblait devant lui alors qu'il agissait comme il avait fait avec un regard figé, bien qu'étant assez impitoyable. C'était bien malgré lui, mais dès qu'on le menaçait il avait ce regard froid et sans pitié. Comme il s'agissait d'elle, il se tenait là calme sachant qu'elle ne ferait rien de toute façon. Il pencha la tête en l'écoutant parler de l'idée de solitude, mais qui avait été seul. Dans sa tête, elle ne l'était pas.

" Ella... calme toi."

Mayu ne supportait pas de voir ces larmes, il aurait eu envie de la secouer pour qu'elle arrête de couler tel que c'était le cas. Son unique oeil faisait glisser de grosses larmes tandis qu'elle le fixait avec rancoeur. Il ne regrettait rien tout comme il ne regrettait pas d'avoir tué leurs parents. C'était fait, il lui semblait alors pourquoi revenir en arrière. Il en avait pris du plaisir en plus alors bon. Alors là, ce fut la goutte d'eau, elle s'avança vers lui, il ne se méfia pas comme d'habitude mais elle lui claqua la joue puis se mit encore à se plaindre de la situation. Bienb sûr qu'il s'en voulait tout de même, il était inquiet de l'avoir laissé à de royal inconnu, mais s'ils étaient là ensemble c'était que ce n'était pas un total fiasco n'est ce pas ? Il lui saisit les mains, puis approcha sa tête de la sienne.

" J'ai dit on se calme. "

Le simple fait de lui tenir ces deux poings serrés, il souriait doucement. Il adorait sa soeur à un point que personne ne saurait lui apporter plus de bonheur qu'elle, mais la voir ainsi lui faisait étrange tout comme le fait de le voir face à elle. Il avait disparu depuis tant d'années.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour aux origines [Arawen, libre]
» Eomer de la Marche, retour aux origines
» Retour aux origines
» Retour aux origines: de nouvelles perspectives en vue! [PV Zack McGowen, Marissa E. Iselk]
» Retour aux origines [Myrdhinn et Killian]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Mini RPs-
Sauter vers: