Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Animation Mini RP : le Fuji Rock Festival

 :: Tokyo - Zone RP :: Vieille ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 150
Mer 16 Juil - 20:00
Voilà, c'est le jour J, le Fuji Rock Festival n'allait pas tarder à débuter. Un évènement tant attendu par le public, mais qui laisse une grande appréhension aux membres de la Résistance. En effet, quelques jours plus tôt, Smokey Smoke, un criminel, c'est introduit dans le forum des hackeurs pour lancer un défit à la Résistance. Trouver une bombe qui serait placé au festival, avant qu'elle n'explose.

Ils ont toutes les raisons de prendre cette menace au sérieux, c'est pourquoi la Résistance a contacté anonymement les membres du personnel du festival pour les avertir. Mais par manque de preuves concrètes, ces derniers ont refusé d'annuler le dit festival.

La Résistance n'a donc d'autres choix que de se mêler aux civils, afin de trouver la bombe ainsi que Smokey pour qu'il la désamorce. De plus, ils doivent être discrets pour ne pas attirer l'attention de la police de Kira. Personne ne sait à quoi ressemble Smoke.

Lorsque nos protagonistes arrivent, la bonne ambiance est déjà au rendez vous, les civils rient et dansent, animés par différents chanteurs. Il est difficile de s'entendre et de se déplacer. Comment chercher une bombe avec un tel monde ? Le mieux serait d'essayer de faire évacuer les civils, sans pour autant oublier de les interroger. De même pour les membres du personnel.

Arriverez-vous à trouver la bombe avant qu'elle n'explose, emportant vos vies avec elle ? Résistants, serez-vous arrêté par la police de Kira ? Civils, vous rendez-vous compte de ce qu'il se passe autour de vous ? Et surtout, Smokey Smoke, où es-tu ?

Venez donc le découvrir … C'est à vos risques et périls !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 16 Juil - 20:14
Billie n'avait pas voulu qu'elle se joigne à l'équipe de recherche, ce à quoi, Sayu c'était montrée têtue. Elle faisait partie du forum des Hackeurs et avait partie de l'échange de mails, il n'était donc pas question qu'elle reste tranquillement chez elle, alors qu'elle pouvait se rendre utile ! Alors, elle venait, point final ! ... Bon évidemment, elle ne le préciserait pas à Matt. Bien sur, il finirait pas le savoir, mais une fois qu'elle sera sur place, donc ...

Veste à capuchon pour dissimulée son visage, Megumi Takeru, alias Noriko, car c'était l'identité qu'elle prenait aujourd'hui, était déjà sur place. Le bruit des instruments de musique, ainsi que la voix des chanteurs, la rendaient nostalgique. Elle avait l'impression de retrouver une vie normale. Depuis combien de temps ne s'était-elle pas rendue à un festival avec ses amies ? Tellement longtemps qu'elle se demandait si ce n'était pas dans une autre vie. La rousse secoua la tête, ce n'était pas le moment de penser au passé !

Par où commencer ? Il y avait tellement de monde, comment trouver une bombe là dedans ? Et où était Smoke ? Il devait trouver un endroit stratégique pour avoir la vue sur tout le monde non ? Car trouver la bombe, c'était bien, mais il faudrait Smoke pour la désamorcer. Il n'y avait pas de temps à perdre. Sayu couru donc sur le toit du bâtiment derrière le parc où avait lieu le festival. Ici, elle avait la vue sur tout ...  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Billie Brave
Sixième sens
avatar
Messages : 366
Age : 24
Mer 16 Juil - 22:24
Lorsque Billie arriva au festival, elle avait opté pour une tenue très Rock & Roll avec un maquillage charbonneux et top noir avec le logo d'un groupe de rock de son époque, veste et pantalon en cuir et une paire de chaussure adapté, au cas où elle devait courir. Enfin, avec le monde qu'il y avait, courir était impossible. Elle se demandait encore comment elle et les autres allaient réussir à retrouver cette fichue bombe et capturé en même temps Smoke.

Elle ne savait pas du tout où était passée Sayu mais Billie la retrouverait sûrement à un moment ou un autre. Elle avait refusé catégoriquement que Sayu y participe et Billie avait fini par céder au minois de la jeune femme. Elle s'en voulait et elle espérait que rien de fâcheux n'arriverait à Sayu.

Ne sachant pas trop quoi faire, Billie se mit à penser à son passé. Il y a plusieurs années déjà, elle avait participé à ce même festival lorsqu'elle était adolescente. Elle y était allée avec son petit-ami et les rares amis qu'ils avaient. Elle avait passé une soirée fabuleuse et le lendemain, elle avait eu la voix cassée à force de crier.


Spoiler:
 


Merci Light pour ce beau carnadage =p
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Mer 16 Juil - 23:01
Apollo a écrit:
Apollo courait, les cheveux au vent. Ses vêtements étaient assez amples pour qu'elle soit à l'aise dedans, mais elle avait l'air d'une intruse avec ses habits trop mis, trop repris, trop tout. Elle était à bout de souffle, mais elle savait que si elle ne trouvait pas cette bombe, il y aurait un million de morts...au moins !

Lorsque Smoke avait annoncé que ce désastre aurait lieu ici, au Japon, Apollo s'était sentie tout de suite moins impuissance. Elle avait mis un revolver dans son manteau - marché noir merci - et s'était tout de suite rendue dans le festival en plein air. Le prix lui avait fait mal au cœur - plus de nourriture pendant une semaine, peut-être, à moins de se faire entretenir - mais la jeune femme croyait en ses convictions : ils allaient le retrouver, retrouver ce criminel infâme !

Elle se trouvait actuellement près de la scène où le guitariste, l'autre, avait eu sa crise cardiaque. Là, il y avait un peu moins de monde..quelques badots contemplaient juste la stèle en l'honneur du mort, et des victimes du concert. Apollo soupira. Elle n'allait pas tout fouiller, si ? Toute seule, c'était trop dur. Alors elle envoya un sms aux adresses mails trouvées dans la base de données du forum des hackeurs.

Apollo a écrit:
Vérifiez les points stratégiques. Ancienne catastrophe, bâtiments vides, coulisses peut-être pas. Je suis à la stèle.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan S. Suzaku
Ministre de la Censure et de la Propagande
avatar
Messages : 318
Localisation : Sur la Toile
Jeu 17 Juil - 19:30
La silhouette aplatie et vêtue de noire surveillait les environs. Nathan Suzaku se trouvait au dernier étage du bâtiment abandonné vers lequel se dirigeait Sayu, l'équipement de son fusil sniper juste à côté de lui. Il avait beau faire horriblement chaud, le ministre ne paraissait pas ressentir la température. Ce qu'il voyait au travers de la lunette de son fusil, c'était tous ces jeunes en petite tenue qui se trémoussaient au rythme du rock et des guitares. La lèvre de Nathan se retroussa un peu : il était énervé.

Aujourd'hui, tout le quartier général était en émoi. Les effectifs avaient été réquisitionnés et ils devaient couvrir un maximum la ville aujourd'hui : le criminel qui s'était échappé n'était pas loin. Comme il était auparavant incroyablement doué au fusil sniper, on lui avait parlé de ce festival et du risque d'attentat qu'il pouvait y avoir...Alors Nathan attendait, une cagouille cachant son visage. Le soleil tapait sur le tissus et dessus, il était en sueur comme ce n'était pas possible.

Tout geste suspect, toute indication suspecte, une chevelure rousse. Nathan était autorisé à tirer à vue et il ne manquerait pas sa cible.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 821
Age : 20
Ven 18 Juil - 10:02
Elle était là, enfermée sous son lourd uniforme noir qui lui tenait si chaud l'été. Jamais le quartier général ne manquait de l'envoyer participer à ce genre de mission. Pourtant, la petite tête de Fate Harlaown manquait d'exploser ces derniers temps. Trop d'informations, trop de choses à penser, trop d'inquiétudes. A commencer par l'énième fuite d'Hadès et de son poulain que personne ne parvenait à expliquer. Mais aujourd'hui, il était question de tout autre chose. La situation était grave et c'était sans doute pourquoi Fate avait accepté d'être affectée ici sans rechigner.

Une bombe. Elle ignorait si la menace était réelle ou s'il s'agissait juste des élucubrations d'un corbeau fou qui avait voulu terrifier les organisateurs du festival et foutre un beau bordel. Dans tous les cas, il était nécessaire de faire son maximum pour éliminer ce potentiel criminel et son arme - s'ils existaient bien sûr. Évidemment, la zone de recherche s'était avérée difficile à exploiter. Un immense festival de rock où pouvait facilement se mêler aux amateurs de véritables criminels. Elle scrutait la foule en silence, le regard sombre : elle savait que les métalleux avec une tendance accrue à s'opposer au régime. De temps en temps, la vue de ces jeunes lui arrachait un sourire. Des concerts, elle en avait fait plus jeune. Et étrangement, elle avait presque envie de réitérer l'expérience.

Avec elle, il y avait plusieurs de ses hommes qu'elle avait immédiatement envoyé fouiller les lieux. Tout devait être examiné : si bombe il y avait, elle ne serait pas facile à trouver. Elle avait également demandé à effectuer un contrôle de papiers dans la foule qu'elle suivait du haut de son estrade. Il y avait Suzaku aussi, à son grand désespoir. Il fallait dire que l'imaginer faire joujou avec un fusil au dessus de sa tête, aussi expert soit-il, ne la rassurait pas tellement. Faisant fi de ses différends, elle entama elle aussi la procédure en s'approchant d'une jeune femme rousse :

"Bonjour. Nous aimerions vérifier vos papiers d'identité je vous prie."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 19 Juil - 12:07
Akira c'était enfuit, avec sa petite protégée. Au moins, il avait maintenant la certitude que Mayu Rokudo était bien des leurs, puisqu'il n'avait rien à voir avec cette évasion, alors qu'il savait que sa jumelle était enfermée. Mais la colère du rouquin n'était pas des moindres. Pourquoi être parti alors qu'il avait enfin parlé ? Arashi aurait pensé que pour une fois son frère jouerait la carte de la sûreté et se rangerait à ses côtés. Quelle douce illusion ...

Il soupira pour la énième fois, cachant au mieux sa frustration, avant de finalement se rendre à ce fameux festival. Non non, ne rêvez pas, il ne va pas noyer sa tristesse en dansant sur du Rock, bien que l'image vous fait certainement sourire.

Il était là pour une toute autre affaire, une alerte à la bombe. Harlaown était déjà sur place, lui semblait-il, à en juger par les hommes qui fouillaient les lieux et contrôlaient les gens. Arashi esquissa un rapide et fin sourire, pas mécontent qu'elle soit de nouveau opérationnelle et efficace. Quant à lui, il patrouillait depuis l'évasion de son jumeau, et avait décidé de faire un petit tour au festival, histoire de régler le problème, tout en se disant qu'Hadès n'était pas assez fou pour se montrer ici. Et puis d'après ses informations, il aurait également des rebelles.

C'est alors qu'il fit une jeune femme brune -aux vêtements douteux- courir à toute vitesse, apparemment affolée. Il fronça les sourcils et attrapa son bras pour la stopper dans sa course. Son regard froid se posa dans le sien.

"Vos papiers, s'il vous plait."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 245
Localisation : Dans ton...
Dim 3 Aoû - 11:08
C'était vraiment de la musique de merde. Mais pas ce genre de musique, où l'on se mouche dedans pour la jeter ensuite. C'était plus particulier, car c'était fondamentalement mauvais. De la musique de moutons, avec un genre de rock pour faire « rebelle ». Ce qui lui tapait fortement sur les nerfs. Cette nuit-ci, Crazy Snake songea qu'être sourd aurait été plus préférable que d'être borgne, au moins son cerveau aurait échappé aux introductions de trois minutes, dans lesquelles il n'y avait qu'un seul accord. D'un regard blasé, le borgne essayait de s'enfuir de la foule, ça lui faisait mal au crâne. Ces trucs d'ados, ce n'était plus de son âge, et encore moins de son époque. Crazy Snake aurait dû naître trente ans en arrière, ce qui le tourmentait.

La jeune femme qui l'accompagnait était plutôt jolie. C'était elle qui l'avait poussé à se rendre ici, prétextant que remonter le temps serait bon pour eux. Alors que Crazy était habillé comme à son habitude ; jeans délavé, t-shirt à manche longue, et une veste de cuir sur le dos. Son style à elle était plus travaillé. Elle portait un mini-short, des bas résille, et une paire de bottes à talons. Elle n'avait pas de décolleté, mais un col roulé en cachemire, qui mettait en valeurs sa jolie poitrine. C'était une jeune femme splendide, Japoanise — en plus —, qui lui plaisait bien. Toutefois, il sentait que ça ne durerait pas.

Derrière lui, sa copine le suivait en observant la scène derrière elle. Disparaissant dans la foule, Crazy Snake s'arrêta devant le monument pour commémorer les morts de l'émeute. La demoiselle alla se blottir contre lui, elle passa ses bras autour de son cou, et lui réclamer un baiser. Au moment où il posa ses lèvres sur les siennes, il raffermit sa prise sur ses hanches, et il ouvrit grand son oeil bleu. Derrière la jeune femme, il ne voyait pas une rousse, mais deux rousses, dont une avec air japonais. Eh bah ! C'était rare ça ! Même si ces derniers temps, il croisait trop de jeunes femmes à la chevelure de flamme. Étonné, il ne poursuivit pas son baiser, et sa copine se retourna vers Billie et Noriko.


« Euh... »

Elle croisa les bras, jalouse, puis elle lui envoya une magistrale claque dans la figure, en criant :


« T'es pas différent des autres mecs, Daniel, toujours en train de regarder ailleurs !»

Ahuri, Crazy Snake ne sut quoi répondre, il frotta sa joue endolorie. À bout de patience, sa future ex-copine lui tourna le dos avant de se faufiler dans la foule. Grognant, le borgne soupira, et remua les épaules. Quand une jeune femme blonde lui demanda leurs papiers, il ne réagit pas. Et voilà, la soirée s'annonçait calamiteuse. Il avait envie de se barrer.



« J'en étais où ? Ah oui... Le Chaos... ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 11 Aoû - 20:44
Alors qu'elle montait sur le toit du bâtiment qu'elle avait choisi pour avoir la vue sur tout ce qu'il se passait, une silhouette attira son attention au dernier étage. Un homme portant une cagoule avec un fusil sniper, visant l'assemblé ... Le coeur de Sayu s'emballa et elle se crispa. Cet homme ... Est-ce que c'était lui le tueur qu'ils recherchaient ? En tout cas, un homme armée d'une telle manière, ce n'était absolument pas normal. Il n'avait pas le comportement d'un vigile présent pour surveillé le festival.

La rouquine aurait certainement du envoyer un message à Billie pour ne pas être seule dans ce moment délicat, mais l'urgence de la situation lui fit perdre ses moyens. Elle s'approcha silencieusement de l'homme et sortie son revolver de sa poche arrière. Maintenant tout prêt :

"Lâchez votre arme, tout de suite. Décalez vous sans gestes brusques .... Vous êtes Smokey ? Où est la bombe ? Je vous conseille de coopérer ... Vous comptiez faire quoi ? Tuer tout le monde ? Ca ne va pas, non ?"

Les mains de Sayu se crispèrent sur son arme, ce qui n'empêchait pas pour autant son bras de trembler. Après tout, elle n'était pas une professionnelle, et la seule fois qu'elle avait tenue une arme -et tiré- c'était contre Light, son frère, qui n'était autre que Kira. Forcément, les souvenirs revenaient à la surface. Le doute, la peur, l'angoisse ... Et pourtant, elle fit de son mieux pour rester stoïque mais ... Mais qu'est-ce qu'elle aurait donné pour que Matt soit là pour la soutenir dans ce dangereux moment.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Apollo
Perséphone
avatar
Messages : 161
Age : 26
Localisation : Sur la toile
Lun 11 Aoû - 23:27
Ses papiers ? Dafne Heliakis jeta un coup d’œil à l'homme qui les lui avait demandé. Il présentait bien, dans un costard acheté au minimum à 1 million de Yens dans un des magasins les plus chics de la ville. Curieusement, alors qu'elle était auparavant obsédée par l'idée de cette bombe qui allait exploser sur une des scènes, son regard était figé sur les cheveux étranges de l'inconnu.

Ils étaient roux, pas d'un de ces orangeâtres ternes, mais un de ces roux flamboyants et magnifiques. Il les portait dégagés sur les épaules et elle se surprit à penser à quel point il pouvait être classe, avant de se demander pourquoi il ne les coupait pas plus courts.

Elle posa doucement sa main sur celle de l'homme, cette main qui retenait captif son bras avant de lui adresser un de ces sourires de sorcière comme elle en avait le secret.

- Moi pas comprendre. Moi étrangère., bafouilla-t-elle avec un accent grec surfait. Peu importe le fait qu'elle le trouva sacrément charmant, elle savait également qu'elle ne pouvait montrer ses papiers à quiconque du gouvernement, pour la bonne raison qu'ils étaient périmés depuis quelques temps déjà.

Alors, ne le lâchant pas du regard, Dafne s'élança et lui mit un énorme coup de pied dans les burnes, profita de la surprise pour s'enfuir en courant.

Le criminel, vite ! La situation devenait urgente !
Revenir en haut Aller en bas
Nathan S. Suzaku
Ministre de la Censure et de la Propagande
avatar
Messages : 318
Localisation : Sur la Toile
Mar 12 Aoû - 0:28
Il fait chaud et la sueur qui lui coule sur le front l'empêche de se concentrer correctement. Que voit-il, là-bas ? Ne serait-ce pas des gens qui se disputent ? ...Bien...le lot de tous festivals, quoi, et Nathan Suzaku n'est pas là pour régler les petits soucis tous juste dignes d'un policier ordinaire. Que faisaient-ils, au juste, tous ses collègues fantoches ? ...Une silhouette rousse vint l’interpeller avant qu'il ne comprenne qu'il s'agissait d'Arashi Darkwood, le jumeau de l'homme recherché.

« Pardon ? »

La voix derrière lui ne tremblait presque pas, mais Nathan se retourna tout de même, laissant le lourd fusil sniper là où il était. Il enleva son masque avant de mieux appréhender ce qui l'attendait et tomba nez à nez avec cette fille...une rouquine qui était armée d'un revolver. Si à ce moment-là, Suzaku avait été suicidaire, il se serait probablement jeté de le vide, tellement la situation était débile. En attendant, il continua à fixer Sayu d'un air hébété, ses cheveux bruns bouclés lui collant au visage à cause de la sueur.

« Smokey ? La bombe ? Oh...je vois...Vous faites partie du forum des hackeurs...Je suis Nathan Suzaku. Pardonnez l'expression mais vous êtes dans la merde. Votre nom. Immédiatement. Vous possédez une arme et je suis un ministre. Vous comprenez le problème. Lâchez immédiatement ce revolver. »

Il leva les mains lentement, tentant de ne pas l'inciter à tirer.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billie Brave
Sixième sens
avatar
Messages : 366
Age : 24
Lun 18 Aoû - 17:24
Billie eut l'idée de faire un tour sur le groupe des hackeurs. C'était une bonne idée car Apollo avait posté un message. Son regard se posa sur la foule et fit rapidement le tour. Elle poussa le monde et reçue des insultes mais elle s'en fichait pas mal. Ce qui comptait, c'était de trouver la bombe et de la désamorcer. Billie se trouvait à proximité d'un monument. Un couple arriva juste devant elle et pour une raison qu'elle ignorait, la jeune femme embrassa son compagnon. Celui-ci la remarqua et la fixa. Elle le fusilla du regard mais avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, sa copine lui foutu une gifle et s'en alla. Billie pouffa. Une femme blonde arriva et leur demanda leurs papiers.

- Tenez madame.

Elle donna rapidement sa carte d'identité - la véritable car de toute manière, Kira savait déjà qui elle était et cette jeune femme le savait peut-être. Et même si elle ne le savait pas, Bi n'avait pas le temps de chercher une fausse carte planquée dans son sac. Après avoir repris sa carte, elle se détacha du groupe et préféra aller plus loin. Elle s'assura que la jeune femme blonde ne la suivait pas. Où planquerait-elle une bombe et qui permettrait de faire pas mal de dégâts ? Sur les toits ? Les bâtiments pourraient s'effondrer et tuer pas mal de personnes. Sous la scène ? Autant de dégâts.

Elle faisait peut-être fausse route. Peut-être qu'elle était ailleurs. Billie se dirigea alors vers la scène le plus discrètement possible.


Spoiler:
 


Merci Light pour ce beau carnadage =p
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 821
Age : 20
Lun 18 Aoû - 18:40
Elle détestait tout simplement ce genre de situation. La foule grouillait comme une horde d'insectes autour d'elle et les individus venus écouter la musique étaient si nombreux qu'elle ne parvenait à arrêter tous ceux qui lui paraissaient louches. Son uniforme passait inaperçu dans cette immense fourmilière et personne ne semblait se préoccuper de son courroux qui pouvait s'abattre potentiellement sur le premier venu. Elle était sans cesse poussée et bousculée par les jeunes qui cherchaient à se rapprocher de la scène.

Seule la femme rousse lui avait tendu ses papiers et la foule se faisait si violente autour d'elle qu'elle n'avait eu le temps que d'y jeter un bref coup d’œil avant que la jeune femme récupère son bien et que les mouvements de populace ne les séparent. Fate poussa un long soupir. A ce rythme là, ils n'y arriveraient jamais... Et elle doutait que le joujou grand modèle de Nathan soit réellement utile puisque l'on n'avait absolument aucune idée de l'apparence physique de la personne recherchée.

La grande blonde remarqua cependant qu'un de ceux qu'elle avait interrogé cherchait à s'écarter d'elle. Elle n'eut que le temps d'attraper le jeune homme à la chevelure couleur flamme par le bras et de l'attirer hors de l'essaim :

"Excusez moi Monsieur, il me semble vous avoir demander de me présenter vos papiers. Inutile de vous détourner, ce n'est qu'un simple contrôle de routine."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Aoû - 20:44
Arashi fronça les sourcils devant la jeune femme qui tenait de s'expliquer. Il faillit lui dire d'apprendre à parler, mais se retient pour ne pas être impoli. Le ministre n'était pas raciste mais il détestait qu'on ne s'explique pas clairement. Il aimait l'efficacité et la rapidité.

Et avant qu'il ne puisse répliquer, la demoiselle ne tarda pas à lui prouver qu'elle pouvait être en effet comme il le souhaitait, rapide et efficace …. En lui donna un bon coup de pied bien placé avant de détaller comme un lapin. Pendant plusieurs secondes, Arashi resta figé à cause du choc -et de la douleur, il faut bien l'admettre - la main suspendue sur un endroit qui n'était pas à mettre en public. Il se mordit les lèvres, une expression de douleur sur le visage, puis de surprise, avant de finalement se transformer en colère. Un flot de sentiments physiques qui n'étaient pas habituels chez le rouquin. Mais aussitôt, il se reprit avant de poursuivre son agresseur d'un pas rapide, se mettant même à courir.

Arashi l’attrapa par la taille et la plaqua dos contre son torse, la maintenant en passant ses bras autour des siens pour l'empêcher de gigoter. Et afin d'éviter qu'elle agite ses jambes – oui parce que maintenant, il se méfiait-, il la plaqua contre un mur, le temps de la maîtriser.

« Mais vous allez_vous vous calmer oui ? La furie ! » Il la retourna pour qu'elle lui faire face et fronça les sourcils, son habituel air sévère au visage. « Vous avez une idée de qui je suis ? Arashi Darkwood, ministre de la Justice, vous venez de vous mettre dans de beaux draps, mademoiselle. »

Il soupira, tout de même impressionné par ce qu'elle avait osé faire. Et au final, il se retrouvait plus surpris et perplexe qu'en colère. Un fin sourire étira ses lèvres.

« On peut dire que vous ne manquez pas d'audace. Ce n'est pas pour me déplaire, mais sachez que moi aussi je peux être féroce. »

Le ministre se fichait pas mal de savoir si elle le comprenait ou non. Il la plaqua de nouveau contre le mur et se dépêcha de la fouiller. Bien entendu, il se doutait que cette personne n'était pas le poseur de bombe, mais vu sa façon d'agir, elle était forcément une sans papier. Arashi ne savait pas encore ce qu'il allait faire d'elle, mais il restait un homme d'action. Et il fini par trouver ce qu'il cherchait … Les papiers d'identités de cette femme. Il y jeta un coup d'oeil et laissa échapper un ricanement.

« Alors, mademoiselle Dafne Heliakis ? On dirait que votre séjour ici est terminé depuis plusieurs mois. Vous risquez l'expulsion. Je n'ai pas le temps ce soir de m'occuper de votre cas mais … Je ne vais pas vous quitter d'une semelle et … Je vais faire en sorte que vous ne preniez plus la fuite. »

Soudainement, Arashi sortit une paire de menotte -qu'il avait toujours sur lui, ça pouvait servir, la preuve en est- qu'il accrocha à son poignet et l'autre moitié au poignet de la jeune femme. Et voilà, maintenant, ils ne risquent plus de se lâcher.

« Maintenant … J'ai un tueur à trouver, si vous me le permettez. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 245
Localisation : Dans ton...
Ven 29 Aoû - 21:57
Crazy Snake se retourna vers la jeune femme. L'air agacé, il la dévisagea un bon moment, en silence. Dans le bruit, il peina à discerner ce qu'elle disait, et ce fut avec son incroyable esprit de déduction qu'il comprit. D'un signe du menton, le borgne approuva, puis il fouilla dans sa poche. La foule était pressée, elle se formait, et se déformait comme une fourmilière. Ça lui donnait envie de l'écraser, ou de la brûler. En serrant les dents, l'homme fronça les sourcils, et il plissa le front. Pendant deux minutes, il chercha dans la poche de sa veste, puis dans son jeans. Ses papiers étaient dans la poche arrière. Il mordit sa lèvre, puis il donna ses papiers à Fate.

« J'ai pas spécialement l'temps, c'pourquoi ? »

Crazy connaissait bien sûr la réponse, mais il vérifiait au cas où. Méfiant, il trouvait l'ambiance étrange. Évidemment, il était conscient que le festival était étroitement surveillé, mais que son troll sur le forum des hackers avait un peu débordé. Il ne s'était pas imaginé qu'on emploierait autant de monde pour sa jolie gueule. Néanmoins confiant, il savait qu'il ne se ferait pas attraper. On devait d'abord trouver la prétendue bombe, la désamorcer, et... éventuellement lui faire les fesses. Et au pire, il avait un nouveau nom dans son carnet d'adresses. Un nom capable de faire frémir de haine Fate. Nathan Suzaku. La main tendue vers la jeune femme, Crazy Snake attendait qu'elle lui rende ses papiers. Dans la foule, il remarqua un autre rouquin, en train de tripoter une étrangère — comme lui, s'amusa-t-il — à la chevelure d'ébène.  Avec un certain dépit, Crazy lâcha à Fate :


« Pourquoi j'ai pas l'droit à ce genre de traitement ? »

Il lui désigna Arashi du menton, eh ! Quoi ? Il ne reconnaissait pas son visage, à cause de l'obscurité, percée par les faisceaux de lumières. Il n'avait pas la moindre idée de l'identité de la jeune femme, et pourtant... il ne se gênait pas pour la draguer — un peu. Surtout que dans son portefeuille, il avait glissé le bout de papier, sur lequel Nathan lui avait noté l'adresse mail de Fate.


« J'en étais où ? Ah oui... Le Chaos... ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 5 Sep - 11:51
Suzaku ? … Suzaku … Nathan Suzaku … Ce n'était pas le ministre que Matt avait humilié pendant l'inauguration de la foire, il y a quelques temps ? Ce même ministre sur qui il s'acharnait depuis cet événement. D'après ce qu'elle avait compris, il serait responsable de l'arrestation d'Illness ou un truc comme ça. En fait, Sayu ne s'en était pas mêlée, elle avait d'autres chat à fouetter.

Évidemment, le ministre compri immédiatement que Sayu faisait partie du forum des hackeurs puisqu'elle avait foiré en parlant de Smokey. Et pourtant, la rousse garda son sang froid ainsi que son arme levé vers le ministre, qui lui disait quelle était bien dans la merde.

« Ouais c'est le bon mot, j'ai sauté pieds joints dedans. » Faire de l'humour quand elle était dans une situation inquiétante, c'était du Sayu tout cracher. Mais au moins, ça lui permettait de ne pas paniquer et de garder le contrôle.

Le ministre leva lentement les mains et lui demanda de lâcher son arme. Elle hésita avant de coopérer, non sans avoir reculé de quelques pas. Sayu lâcha son arme sur le sol et remonta sa veste pour montrer qu'elle n'avait pas d'autres armes. Évidemment, Suzaku lui demanda son nom.

« Megumi Takeru. » fit-elle sans hésitation.

Ses faux papiers ont été fait par Light ou par les connaissances de Kira. Peu importe, on ne risquait pas de voir que ce sont des faux. Et si le ministre faisait des recherches sur ce nom, il verrait rapidement qu'elle était recherchée pour avoir eu une alliance avec la Résistance, et probablement pour avoir tiré sur un policier, tout dépend de ce qu'à dit Light. Mais au moins, c'est toujours mieux que d'attirer l'attention avec le nom de Sayu Yagami qui est censée être morte et enterrée depuis bien longtemps.

Elle tendit ses papiers d'identité tout en restant le plus loin possible de l'arme du ministre. Non parce que si elle tentait quoi que ce soit -n'ayant pas l'attention de se faire arrêter- elle n'avait pas envie de finir fusiller. Donc le plan est que Nathan se rapproche d'elle et que ce ne soit pas le contraire.

« Ecoutez …. Vous ne pouvez pas m'arrêter pour le moment. Je ne suis pas la priorité pour le moment. Si vous avez peur que je m'enfuis, et bien je reste à proximité. Mais il faut retrouver Smokey, il n'y a pas de temps à perdre, sinon c'est le sang de beaucoup d'innocents qui coulera ce soir … Ainsi que probablement le notre. Je ne tenterais rien et j'obéis à vos ordres, après tout, vous êtes bien plus professionnel que moi. »

Pour le moment en tout cas … Pour son évasion, elle improviserait plus tard. Et puis quoi qu'il arrive, Light ne prendra pas le risque que le nom de sa petite sœur sorte publiquement. Il la fera sortir de là. Finalement, elle n'avait pas trop à s'en faire pour le moment.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Apollo
Perséphone
avatar
Messages : 161
Age : 26
Localisation : Sur la toile
Sam 20 Sep - 16:57
C'était bien ce que Dafne se disait : il aurait pu être agréable, mais ce qu'il se passa, en moins de temps qu'il en faut pour traumatiser une personne adulte, Apollo se retrouva bloquée contre un mur et menottée. Ça n'était pas vraiment agréable, et alors qu'elle sentait le poids et la pression qu'exerçait Arashi sur ses poignets, elle grimaçait tout en tâchant de rester aussi fière que possible : non, il ne l'aurait pas. Elle ne se permettrait pas de montrer le moindre signe de faiblesse, de se trahir et d'avouer qu'elle était ici pour Snake. Elle avait frappé le ministre de la Justice...bordel. Parmi tous les gens qu'elle aurait pu frapper, parmi tous les flics non importants, elle avait visé le ministres de la justice...

Darkwood : elle connaissait son nom, et si ses pressentiments étaient bien, il ne s'agissait ni plus ni moins que de cet être abject que son amie Day avait dénoncé à travers un de ses éloquents articles. Lorsqu'elle sentit le froid métal des menottes sur ses poignets, Dafne comprit qu'elle était fichue : elle qui avait toujours fui comme la peste la police, elle qui choisissait ses itinéraires en fonction de leurs rondes...ce qu'elle était belle ! Juste pour la forme, elle tenta de faire un pas sur le côté, puis lui sauta dessus pour tenter de voler la clé. Arashi l'évita prestement, et elle eut juste l'air un peu ridicule.

Ridicule.

Peut-être avait-elle peur de cet homme, oui. Darkwood avait violé une femme, et le fait qu'il lui dise si ouvertement vouloir « s'occuper de son cas » ne la rassurait pas du tout. Ridicule. Peut-être, au fond d'elle-même, se disait-elle qu'il était sans danger. Elle essayait de retrouver tout le calme qui la caractérisait, le courage qui ne lui faisait pas défaut. Et s'il tentait de mettre une main là où il ne le fallait pas, ce n'était pas que cinq secondes, qu'il se tiendrait les roubignolles.

« C'est ridicule. J'allais me faire régulariser bientôt. Vous n'avez aucune raison pour me retenir captive, je ne suis pas une criminelle ! J'allais juste à ce festival parce que j'aime la musique...vous chassez un criminel ? ...Mais libérez-moi ! Je ne veux pas être blessée à cause de vous ! »

C'est ce qu'aurait dit quelqu'un d'innocent, du moins, elle le supposait. La présence d'Arashi était inquiétante : si près, et si loin à la fois. Il était de taille moyenne, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir sûre d'elle, et en sécurité, de part sa présence. Si jamais Smoke l'attaquait, ou si jamais Smoke faisait exploser une bombe, que ferait-il ? Il n'avait pas d'indices pour retrouver la moindre piste, il n'avait pas ses compétences et elle ne pouvait pas non plus se dénoncer auprès d'un type qui l'enverrait droit dans les geôles de Kira pour cette simple raison.

« Darkwood. À votre droite, il y a une de vos collègues. À trois, je hurle au viol et vous vous retrouverez tout droit en cession de discipline ou je ne sais quoi. Tu as peut-être des jolies fesses, mais permets-moi de te dire que je refuse d'être tuée à cause de tes conneries ! », lui murmura, cette fois, Apollo, franchement en colère, son accent ressortant tellement qu'il devenait parfois compliqué de comprendre ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan S. Suzaku
Ministre de la Censure et de la Propagande
avatar
Messages : 318
Localisation : Sur la Toile
Sam 20 Sep - 17:16
Il ne tenait aucune arme et la seule qui aurait pu lui servir à menacer Sayu était l'imposant fusil sniper, là, juste derrière lui. Sa seule arme, au fond, c'était sa bouche qui n'arrêtait pas de se fermer et de s'ouvrir pour n'importe quoi. Il n'avait pas peur, et tout ce qu'il voyait, c'était une gamine qui le prenait pour un criminel – ce qu'il était, sûrement, mais pas celui qu'elle recherchait actuellement.

Ses hackeurs lui avaient rapporté l'incident qui s'était passés sur le forum des hackeurs : Nathan Suzaku connaissait donc tous les détails qui pouvaient importer, même les pseudos des principaux intervenants. Il était toujours l'ennemi juré de Cheshire, mais pour une simple question de stratégie, il savait que contre leur ennemi commun – ici le criminel Smokey – ils ne devaient les arrêter ou même leur bloquer le chemin. Si les émissaires de Kira étaient professionnels et connaissaient leurs boulots, les hackeurs étaient avant tout des civils, souvent des pacifistes. Ils avaient des capacités qu'eux n'avaient pas et, en agissant côte à côté, Suzaku ne doutait pas du fait qu'ils pourraient arrêter le prévenu.

« Je ne compte pas vous arrêter, Takeru-san. Si j'étais sur le terrain comme simple agent, je l'aurais fait, mais voyez-vous, cela dépasse mes fonctions. Actuellement je suis chargé de surveiller la foule, et je ne pense pas que vous agissiez contre nous...Je vous laisse donc partir selon vos désirs, mademoiselle. »

Elle lui disait quelque chose : sa tête, sa manière de penser, tous son corps, comme une photographie qu'il aurait regardée pendant des heures, comme une personne qui aurait existé sans qu'il ne se rappelle de qui il s'agissait. Qui ? La mémoire de Suzaku ne lui avait pourtant jamais fait défaut : il se souvenait des bonnes choses aux bons moments, comme un robot, une chose bien automatisée. Qui, bon sang ?

« ...En revanche, je veux que vous transmettiez un avertissement de ma part à Cheshire. Son forum n'est plus aussi sûr qu'il le pensait et si vous étiez tombée sur mon confrère Darkwood, par exemple, je pense qu'il ne vous aurait pas laissée fuir. », il jeta un coup d'oeil dans la mirette, lâchant Sayu du regard un instant et put voir la silhouette de Darkwood emmener cette fille...une étrangère, a priori.

À ce moment-là, une étrange idée vint naître dans le cerveau de Suzaku, bien loin de Sayu et du reste : une idée de vengeance. Hadès n'était-il pas le frère jumeau de Darkwood ? S'il prétendait avoir vu Hadès, il aurait une excuse...et même...il voulait venger Illness. Pas le tuer, non...juste lui faire assez mal pour qu'il se remette en question, et il était connu que Suzaku était un tireur d'élite qui ne manquait jamais sa cible.

« Ne parlez pas. Je l'ai vu. »

Nathan plissa les yeux tandis qu'il réglait le fusil et visait la jambe droite de Darkwood. En une seconde qui lui parut toute une vie, son doigt appuya sur la gâchette et la balle, envoyée à des centaines de kilomètres par heure, vint se loger dans la jambe de Darkwood.

Un sourire sur la face de Nathan qui paraissait être un peu dément.

La foule, en bas, s'agitait comme dans une fourmilière menacée, à la pensée d'un tireur anonyme embusqué. Il ne voyait plus Darkwood. Il y avait trop de personnes autour, mais il se retourna vers Sayu, le regard à la fois décidé et plein de désespoir.

« Et c'est ainsi qu'Hadès se fit de nouveau arrêter... », cracha-t-il, menteur comme il le fallait.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billie Brave
Sixième sens
avatar
Messages : 366
Age : 24
Dim 28 Sep - 21:51
Avant même d'avoir pu inspecter la scène, un bruit de tir se fit entendre. Billie se retourna rapidement et chercha des yeux un quelconque tireur mais elle n'arrivait pas à voir grand-chose car les personnes se mirent à crier et à partir dans tous les sens. A cause de ça, ce n'était même plus la peine de chercher cette fichue bombe. La meilleure chose à faire, calmer tout le monde et faire ensuite évacuer la foule. Billie se demanda si quelqu'un avait été touché par cette balle. Elle jeta un rapide regard vers la scène et remarqua les artistes quitter rapidement la scène et de s'enfuir vers la sortie.

Bon, il fallait prendre les choses en main. Billie monta sur scène et chopa le micro.

- Je vous demande de rejoindre les sorties dans le calme. Je demande aux autorités présentes de faire en sorte que personne ne soit blessé et de les faire sortir le plus rapidement possible.

Elle remit le micro à sa place et descendit de la scène. Elle aida les autorités de faire sortir en sécurité les personnes présentes. Elle jeta un regard partout. Il n'y avait pratiquement plus personne. Elle regarda vers les toits. Personne. Billie sentait une boule dans son ventre. Elle stressait. Elle avait peur aussi. La bombe pouvait exploser à tout moment. Elle remarqua la personne qui s'était fait tirer dessus. Elle s'approcha de lui. Apparemment, seule sa jambe avait été touchée.

- Je vais vous aider, appuyez-vous contre moi.

Elle demanda à la jeune blonde qui lui avait demandé ses papiers de venir l'aider à l'emmener rapidement vers la sortie avant que la bombe n'explose.


Spoiler:
 


Merci Light pour ce beau carnadage =p
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 28 Sep - 22:41
Elle allait faire régulariser ses papiers ? Arashi n'avait aucune raison de la croire. Et si elle c'était tenue sagement, elle n'aurait pas eu besoin d'être menotté à lui. Lorsqu'on commet des erreurs, il faut tout simplement les assumer. Qu'elle soit là pour écouter la musique, ou pour autre chose, ce n'était pas son problème. Pour l'instant, il n'avait pas encore décidé ce qu'il allait faire d'elle. Il pourrait très bien la renvoyer dans son pays en la faisant exclure du territoire, mais pour le moment, ça n'était pas sa priorité.

Et pour pour être honnête, le franc parlé de cette femme, son caractère rebelle l'intriguait beaucoup. Il ne savait pas si cela l'irritait ou l'amusait. Un mélange des deux sans doute. Mais malgré sa force de caractère, elle ne restait qu'une femme effrayée à l'idée qu'il puise lui faire du mal. Arashi se crispa, contrarié. Il n'était violent que leurs des interrogatoires mais en plus, il avait l'impression que cette histoire de viol avait fait le tour du Japon. C'était un acte qu'il ne voulait pas assumer, on l'avait drogué. C'est un coup monté.

« Vous êtes hors de danger avec moi. Pour l'instant je ne vous laisserais pas partir. Tenez vous tranquille et n'aggravez pas votre cas. Peut-être que je vous laisserais partir sans vous demander des comptes. Si jamais je le fais, tachez cependant de régulariser votre situation au plus vite. »

Il n'était portant pas du genre à être clément et encore moins empathique. Et même si cette femme avait attiré l'attention, il n'était certainement pas du genre à mélanger vie professionnelle et vie privée. Mais c'est qu'elle continuait de râler, menaçant de crier au viol vers sa collègue. Arashi tourna la tête vers cette dernière et sourit légèrement en reconnaissant Fate, alors que la brune continuait de piailler en le tutoyant.

« Et bien vous ne manquez pas d'audace. Et pour votre gouverne, cette femme travaille pour moi donc je doute qu'elle fasse quoi que ce soit pour vous aider. Pour terminer, je peux en effet vous arrêtez pour agression envers un ministre. Mais encore une fois, je n'en ferais certainement rien, alors calmez vous, je n'ai pas l'intention de vous faire le moindre m- »

Arashi n'eu pas l'occasion de terminer sa phrase. Il se prit une balle dans la jambe et tomba à genoux sur le sol en grognant de douleur. Il écarquilla les yeux et d'un geste rapide, il plaqua la sans papier sur le sol, se couchant sur elle pour la protéger de son corps. Car s'il était prit pour cible, elle risquait en effet de se prendre une balle perdue. Ignorant volontairement leur proximité gênante, il reprit la parole, d'une voix calme et posée malgré la douleur à sa jambe, le sang qui coulait, et la situation alarmante. Alors qu'il risquait de se faire abattre à tout moment, il gardait son sang froid.

« La clé est dans ma poche, attrapez la, libérez vous et partez le plus vite possible. »

Il entendit une voix féminine à l'estrade, à travers le micro. Une femme prenait les choses en mains, alors que Dafne se libéra. Il ferma un instant les yeux, essayant d'oublier le monde paniquer qui prit la fuite ainsi que la douleur de plus en plus vive sur sa jambe. Celle qui était intervenu ne tarda pas à venir les aider, tout en appelant Fate.

« Ne vous occupez pas de moi. Faites partir cette femme. » Il parlait bien entendu de Dafne. « Fate, Smokey va en profiter pour agir maintenant. C'est trop tard, allez vous en aussi. MAINTENANT !! »

Dans la précipitation, il ne s'en rendait pas vraiment compte, mais c'était la première fois qu'il l'appelait par son prénom. Arashi se redressa tant bien que mal.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 821
Age : 20
Sam 4 Oct - 23:06
« Contrôle de papier. » avait autoritairement répondu Fate en soupirant.

C'était le genre de questions débiles qui avaient le don de la fatiguer pendant ses contrôles. Les vérifications administratives faisaient sans doute parties des pires tâches qu'on pouvait confier à un agent de Kira : c'était long et particulièrement ennuyeux. Quand la jeune femme détourna les yeux vers ceux que le rouquin semblait lui désigner, Fate esquissa un sourire. Arashi savait sensiblement mieux choisir ses cibles qu'elle.

« Vous voulez que je le fasse venir peut-être ? Je suis sûre qu'il sera ravi de vous fouiller intégralement. » avait-elle lâché, un petit sourire narquois aux lèvres, en réponse à sa remarque lourde et soi-disant séduisante.

Pourtant, son sourire s'éteignit aussitôt et laissa place à une expression teintée de surprise et d'incompréhension. Elle tenait entre ses doigts un bout de papier sur lequel avait été griffonné son adresse mail à la va vite. Fronçant les sourcils, elle avait relevé les yeux vers l'homme et l'avait questionné du regard. Fate s'apprêtait à ouvrir la bouche, mais elle n'en eut pas le temps : un coup de feu retentit, Arashi s'écroula.

« Tout le monde à terre ! »
hurla t-elle dans un élan autoritaire.

Sans se préoccuper de l'homme dont elle contrôlait les papiers, elle s'était immédiatement faufilée dans la foule en panique, en direction d'Arashi, désormais à terre. Sensiblement, une femme rousse avait entrepris de prendre les choses en main : sage décision, pensa t-elle. Elle s'accroupit auprès de son supérieur à toute vitesse, ordonnant à la femme qu'il interrogeait précédemment de fuir.

« Mes hommes ont la situation en main. Ne vous inquiétez pas, général. Vous devez être évacué au plus vite, vous étiez sans doute la cible de ce tireur. S'il a manqué son coup, il ne tardera pas à recommencer. »

Déjà, des soldats de Kira se dispersaient à travers la foule pour évacuer les lieux tandis qu'un autre groupe se dirigeait vers l'origine du coup de feu. D'un geste, la grande blonde arrache le tissu qui recouvrait la blessure de son supérieur, quitta sa veste et entreprit de déchirer quelques pièces de sa propre chemise pour contenir l'hémorragie.

« Je commence à me demander si cette histoire n'était pas un énorme canular. C'était peut-être vous, au fond, la véritable cible. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 245
Localisation : Dans ton...
Sam 25 Oct - 16:08
Crazy Snake grimaça devant la proposition peu engageante de la jeune femme, il ne pouvait voir que quelque chose de particulièrement dégueulasse. Il préféra chasser ça loin de son esprit, et il s'intéressa à la silhouette qui était montée sur l'estrade. Blasé, il continuait de fumer, en songeant que cette grognasse * était sur le point de briser son petit plaisir. Et les petits plaisirs de Crazy étaient importants, sans ça, le borgne se serait sans doute suicidé depuis longtemps. Quand il avait perdu son oeil, alors qu'il comprenait que manier un pistolet lui serait pénible, il s'était imaginé plusieurs fois presser la détente sur la tempe. Il avait tenu, pourtant, en s'accrochant au vain espoir de conquérir Maria, la femme dont il était toujours amoureux. Toutefois, au fil des années, il s'était transformé en un véritable puits de haine. Il détestait le monde, il détestait les gens, et il méprisait les infirmes. Alors au centre de la foule, il fixa cette affreuse grognasse, qui allait foutre en l'air ce qu'il avait organisé à la hâte.

Néanmoins, alors que Crazy Snake ne comprenait pas qu'il avait en face de lui Fate, dont il avait noté l'adresse mail sur le papier qu'elle tenait, il décida que la soirée ne devait pas lui être gâchée à cause d'une rousse. Il détestait les personnes portant comme lui cette particularité génétique, ça le rendait mal. Il n'était pas roux, il était rouge, comme le feu. Et le feu était en train de lui dévorer l'estomac. Alors qu'il était sur le point de reprendre la parole, il décela dans la foule un coup de feu. Étonné, il mordit dans sa cigarette, et il observa les gens devenir fous. On criait, on se basculait, on se poussait. Si un malheureux s'écroulait au sol, on le piétinait sans prêter attention à sa souffrance. Vraiment... comment pouvait-il aimer un monde aussi pourri ?

La jolie femme lui échappa des doigts, elle fonça vers l'homme roux que Crazy fusilla du regard. Il devait avoir l'habitude, pourtant, de se faire voler toutes les filles qu'il voulait. Agacé, il se sentait oppressé dans la folie générale, alors il décida de s'éloigner. En fixant la scène, il vit que l'autre poufiasse était partie. Toutefois, son petit spectacle n'avait pas été suffisamment bon pour persuader tout le monde du danger. Et alors que la foule hurlait, le groupe qu'il prenait pour cible entrait en scène. Crazy Snake regarda sa montre, il était 23 h 59.

Dans une minute, les réjouissances commenceraient.

L'homme avala la fumée, ses poumons se grisèrent de la nicotine, c'était pire qu'une drogue. Comme les exposions, il ne pouvait pas s'en passer. Son oeil allait de sa montre à la scène, les musiciens prenaient place. Dans leurs accoutruements ridicules, il ne savait pas lequel était une véritable femme, tandis que le chanteur coiffé en hérisson s'avançait vers le micro. Tenu de cuir, chaînes en argent pendant aux hanches, et bracelets à pointes, il était tout ce que Crazy ne supportait pas. De plus, sa musique était la plus mauvaise qu'il avait entendue. On monta sur scène, on tenta de l'arrêter, mais il faisait son chanteur capricieux, et recouvert d'attention, il lança de sa voix enrouée :


« Boooooonnnn... »

Minuit sonna.

Crazy Snake retint un rictus, mais il ne perdit pas une miette de ce qu'il se passa. Les projecteurs braqués sur le groupe brillèrent une dernière fois, puis ils explosèrent brusquement. Le verre éclata de toute part, d'abord, il recouvrit en une pluie fine le groupe, tandis que le feu prenait forme sur scène. Lentement, il s'extirpa des projecteurs, il déambula jusqu'aux musiciens dont on ne voyait que les silhouettes tordues. Mais ce n'était que le commencement. Cette fois-ci, c'était les projecteurs du bas qui éclatèrent, la scène trembla. Un bruissement sourd résonna dans les oreilles du borgne, tandis que les explosions continuaient. C'était comme un superbe feu d'artifice, ça se déployait dans tous les sens, et ça faisait trembler le sol.

On comprit vite ce qu'il se passa, et au lieu de s'armer de sang-froid, on laissa la folie agir. Contemplant la scène, ravie, comme un enfant sur le point de saisir son cadeau tant attendu, Crazy Snake admirait la scène s'écrouler sur ce groupe de merde, alors que le feu s'embrasait, et grossissait. S'il avait pu, il aurait filmé cet instant, il était superbe ! La nuit était devenue une toile sur laquelle, artiste furieux, Crazy Snake avait jeté du jaune et du rouge. L'obscurité ne faisait que donner de la beauté aux flammes, qui avides se jetaient sur les gens. On perdit de vue les musiciens, l'homme avança d'un pas. Il devait voir... le Chaos... il était en lui, il était à deux doigts de craquer, et de rire, tant l'excitation était grande. Mais à ce moment-là, on lui percuta brutalement, et il s'écroula comme une merde dans la foule, il devint la victime de sa démence.


* Pardon Bi... ><


« J'en étais où ? Ah oui... Le Chaos... ! »
Revenir en haut Aller en bas
Nathan S. Suzaku
Ministre de la Censure et de la Propagande
avatar
Messages : 318
Localisation : Sur la Toile
Mar 2 Déc - 8:24
Spoiler:
 

Nathan regarda les petits points de la foule s'agiter vainement. Qui aurait cru que l'espèce humaine était si futile, si idiote ? Après ce coup, il ne regarda plus dans sa lunette, alors les gens qui croyaient à avoir affaire à un sniper fou ne risquait rien...le ministre se trouvait juste face à Sayu Yagami, pâle comme un mort.

Qui était-elle, déjà ? Pourquoi se trouvait-elle ici ? Il commença à démonter méthodiquement l'imposant fusil, jusqu'à le ranger dans son étui, ayant l'impression soudainement que le monde était une bulle, et qu'elle l'entourait, empêchant les sons de lui parvenir. Il avait tiré sur Darkwood, consciemment : c'était la fin, même s'il disait dans les rapports s'être occupé de Hadès. Il y avait une différence entre un mec en cavale et un ministre en exercice : le costume.

Sa respiration se voulait calme, mais elle ne l'était pas du tout. Suzaku avait bien conscience que sur lui planait le regard plein de pitié de Sayu, et il aurait voulu lui hurler d'arrêter ça, de...il mit le sac ultra lourd sur une épaule, s'apprêtant à enfiler la deuxième bretelle, mais fut déstabilisé lorsque l'explosion eut lui.

Sur le coup, Suzaku eut l'impression que ses tympans explosèrent. Il était trop loin pour être touché de toute façon, mais se mit à hurler. Des larmes assez pathétiques coulèrent sur ses joues...cela devait être son dernier souvenir avant de se retrouver chez lui, par il ne savait trop quel miraculeux hasard. Il alla effacer les traces de suie noire sur ses mains et se présenta, miraculeusement propre, à sa dulcinée.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Billie Brave
Sixième sens
avatar
Messages : 366
Age : 24
Mer 17 Déc - 15:03
Billie était rassurée car les personnes qui étaient venues assister au festival étaient toutes hors d'atteinte. Du moins, elle espérait. Elle jeta un dernier regard derrière elle, s'assurant que plus personne n'était dans les parages.

Elle vit un homme, elle hurla, lui disant de partir d'ici immédiatement mais il ne semblait pas l'entendre. Elle vit aussi les membres du groupe. Mais que faisaient-ils encore là ! Billie ne savait que faire. Elle regarda sa montre et préféra ne pas risquer sa vie pour rien. Il était trop tard.

Une explosion assourdissante se fit entendre qui explosa les tympans de Billie. Elle cria. Les projecteurs explosèrent et la scène s'écroula. La jeune femme était couchée sur le sol, les mains sur ses oreilles en sang et regarda les dégâts. Elle avait réussi à déjouer le plan de Snake, du moins, en partie. Cette fois-ci, il n'y avait eu presque pas de victime.

Billie se releva et partie en souriant. Demain, elle allait devoir prendre rendez-vous avec un O.R.L.


Spoiler:
 


Merci Light pour ce beau carnadage =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» Rock My World
» FESTIVAL du jeu a istres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Vieille ville-
Sauter vers: