Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Arashi Darkwood
Invité
avatar
Arashi Darkwood
Sam 26 Nov - 0:30
A la suite de son échec lamentable, une rencontre fut organisé avec un membre des pro-Kira, une dénommé Fate Testarossa von Hückebein mais que tout le monde appelait Fate, Arashi lui avait du mal à se remettre de son échec cuisant, ce cette humiliation, il n'avait envie que d'une chose mettre la main sur le salaud qui s'était échappé, qui avait réussi à quitter le pays sous son nez, il voulait maltraiter la chaire de celui qui avait osé le défier, il voulait du sang tout simplement. Il se projetait des images de torture dans sa tête, faisant monter en lui une sensation de bien-être, l'âme du guerrier sanguinaire revenait au galop, et heureusement que son sabre était resté dans ses appartements sinon il l'aurait certainement déjà planté dans le corps de quelqu'un.

- Combien de temps je vais encore patienter dans cette pièce ?

Regardant autour de lui, il se souvenait de la réunion qu'il avait eu, au sujet de l'émetteur, de sa surveillance et du faite qu'il était quasi sûr de trouver la planque des rebelles, mais quelle belle connerie quand même pensait-il, il se mordit la lèvre jusqu'au sang, mais arrêta au moment où la douleur se faisait trop présente.
En quoi cette nouvelle recrue était-elle spécialisée, que pouvait-elle donner de plus à Kira et à Arashi, être productif c'est la seule chose qui importait aux yeux d'Arashi.
Bien sûr, Arashi était un homme est la chaire est toujours appétissante si elle est bien présenté, déjà qu'avec la secrétaire, leur petit manège faisait des va-et-vient, mais ce n'était pas le style d'Arashi, cela froissait son honneur de samouraï.
Il était sûr d'une chose c'est qu'il ne voulait plus décevoir Kira, son Dieu à qui il pouvait donner sa vie, et l'union fait la force alors pourquoi pas, peut-être qu'elle pouvait lui être utile en fin de compte.

Il tira une cigarette de son paquet qu'il tira de sa poche de veste et l'alluma, prit une grande inspiration, cela le calma, cette vilaine chose avait le don de le calmer dans les moments les plus critiques, même si actuellement la situation n'était pas d'un extrémisme sans pareil, il se sentait juste stressé.
Arashi Darkwood
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Sam 26 Nov - 14:40
Aujourd'hui. Ce n'était absolument pas un jour où se foirer. On ne m'avait annoncé la nouvelle que la veille et très franchement recevoir ce genre de convocation si tard ne m'avait pas enchanté. En effet, je crois que je n'avais jamais été convoqué par une personne aussi important. La veille, alors que je m'apprêtais à rentrer chez moi après une dure journée -oui encore une- qui avait encore été rythmée par des interventions sur de petits groupes de rebelles armées pour mes hommes et par des recherches actives de mon côté, ma secrétaire m'avait remis une lettre cachetée du haut ministère militaire de Kira... Étonnée, je l'avais ouverte et avais découvert une convocation en salle de conférence le lendemain pour dix heures et le tout sur ordre et pour rencontre avec Arashi Darkwood. Le général suprême en personne... Tout d'abord, je me demandais ce que l'on pouvait bien me reprocher. Je faisais mon travail de manière plutôt réglo et ne posais actuellement aucun problème. Je me dis donc que le fruit d'un tel rendez-vous était sûrement plus important et qu'il s'agissait sûrement d'une mission. En effet, j'avais cru comprendre qu'il y avait quelques problèmes concernant une personne capitale qui avait pu s'enfuir du territoire au nez et à la barbe de nos autorités.

J'étais cependant de bonne humeur malgré le fait d'avoir été prévenu si tard. J'avais beaucoup entendu parler de cet Arashi Darkwood, placé au plus haut grade des armées de Kira, connu pour son habileté et sa force au combat ainsi que pour guider les armées de Kira d'une poigne de fer. De tout les supérieurs que 'avais rencontré, j'avais été assez déçue. Beaucoup n'était que es hommes riches, qui servaient Kira pour l'argent et le pouvoir, machiste comme pas deux, et assez courageux pour envoyer ses hommes au front lors d'une attaque en se cachant perfidement pour observer la scène. De plus, ils n'appréciaient en général pas trop de voir une personne féminine avoir des responsabilités comme les miennes. Bref des gens qui auraient bien tâté de ma lame s'ils n'avaient pas été si haut placé et s'ils n'étaient pas en mesure de me renvoyer à l'état de simple soldat ou même de me renier des armées. Jusque là, je m'étais donc montré irréprochable, forte de caractère, mais obéissante aux ordres. Dieu sait pourtant que cela me coûtait d'avoir à obéir ainsi à ce genre de personne!

Ma déception était donc grande de ce côté là mais en ayant reçu cette invitation, j'espérais réellement rencontrer un homme plus charismatique et qui se rapprochait un peu plus de ma vision des choses. Je pense que sa réputation me permet d'y croire un peu, peut-être pourrais-je enfin côtoyer du moins professionnellement quelqu'un d'un peu près mature... Je me devais cependant de rester irréprochable car si je lui déplais, il me coulera directement et assez facilement. Donc restons dans mes habitudes. Je ferme ma grande gueule s'il me cherche, je rentre dans son jeu s'il me teste et s'il se montre un peu plus ouvert que les autres, je me permets de rester celle que je suis habituellement en dehors de ma profession.

Je m'étais donc levé tôt le lendemain à l'issu de ses rendez-vous, m'étais préparé histoire d'être parfaite même s'il m'était réellement difficile d'abandonner mes habitudes provocatrices quand je portais l'uniforme. J'enfilais donc ce dernier, attachais mon arme à ma ceinture comme d'habitude, me chaussais, coiffais mes cheveux que je laissais lâché dans mes dos, les laissant ainsi retomber jusqu'à mon bas-dos et appliquais mon fort maquillage habituel. Puis prenant quelques autres affaires, je me dirigeais donc vers le bâtiment principal, lieu d'où partait toutes les opérations pro-Kira. J'arrivais à l'entrée de la salle de conférence où l'on devait m'attendre. J'étais à l'heure. Je reçus l'ordre de remettre mes armes à quelqu'un par mesure de précautions et l'on me débarrassait de mon manteau. Je poussais alors la porte et découvrais cette salle de conférence dans laquelle j'avais dû mettre les pieds quelques fois. Là m'attendait un homme seul. Cela devait être lui, il correspondait à la description que l'on m'en avait fait. Il était assis à la table. Il possédait de longs cheveux d'un rouge sang et de grands yeux cyans. Peu commun. Plutôt bel homme me dis-je en souriant intérieurement de mes réflexions. Je me décidais enfin à réagir et esquivais une révérence tout en me présentant comme le demandait le protocole :

"Fate Testarossa von Hückebein alias Fate Harlaown. Capitaine de la troisième division des armées de Kira affiliée à l'élimination du mouvement rebelle. Enchantée général suprême."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 26 Nov - 23:57
"Fate Testarossa von Hückebein alias Fate Harlaown. Capitaine de la troisième division des armées de Kira affiliée à l'élimination du mouvement rebelle. Enchantée général suprême."

"Arashi Darkwood, vous me connaissez déjà de nom, ou de réputation, enfin passons, si je vous ai convoqué ici, c'est pour une raison bien particulière. Essayez-vous, j'ai beaucoup entendu parler de vos actions pour la justice de Kira, enfin bref passons je ne suis pas là pour vous faire des compliments mais pour vous proposer un post j'ai besoin de quelqu'un sur qui compter et pour le moment je n'ai personne dans mon entourage qui soit capable de faire un travail aussi bien que moi je le fais. Je n'ai pas peur de me salir les mains, de verser du sang, de tuer, peu importe tant que c'est pour la cause de Kira notre Dieu !"

C'était dit avec une telle ferveur, une telle passion qu'il avait du mal à rester assis tranquillement sur sa chaise, il avait son sabre à côté de lui, accoudé sur sa chaise il regardait attentivement celui-ci n’espérant qu'une chose, c'était de pouvoir s'en servir très prochainement.

"Dites-moi, quelle est la pire chose que vous ayez faite pour notre dieu Kira, avez-vous déjà tué pour lui, j'ai ici un dossier comportant plusieurs fiches de délinquants, de criminels, qui en ce moment même sont dans nos cellules au sous-sol, je vais vous demander d'en choisir un, ou une, et de me dire tout ce qui vous aiderez, si jamais cette personne était en liberté, que feriez-vous pour l'arrêter, comment précéderiez-vous ? Et une fois en cellule, que lui feriez-vous subir si celui-ci faisait partie de la résistance, des rebelles pour lui extraire des informations ?"

Il l'a fixé dans les yeux, de bougeant pas un sourcil, il fulminait intérieurement, repensant à son entrevu avec son frère, à tout ce qu'il lui avait fait subir et à son échec.

"Par la suite, une fois tout ça finit, je vous demanderais de me suivre, j'aurais quelque chose à vous montrer et vous allez devoir participer à une sorte de ... mise en pratique ... A vous de jouer tout est entre vos main, alors je vous écoute ..."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Dim 27 Nov - 12:26
"Arashi Darkwood, vous me connaissez déjà de nom, ou de réputation, enfin passons, si je vous ai convoqué ici, c'est pour uneraison bien particulière. Essayez-vous, j'ai beaucoup entendu parler devos actions pour la justice de Kira, enfin bref passons je ne suis pas là pour vous faire des compliments mais pour vous proposer un post j'ai besoin de quelqu'un sur qui compter et pour le moment je n'ai personne dans mon entourage qui soit capable de faire un travail aussi bien que moi je le fais. Je n'ai pas peur de me salir les mains, de verser du sang, de tuer, peu importe tant que c'est pour la cause de Kira notre Dieu!"

Sur ses premières paroles, je prenais place en face de lui avec un poli merci et croisais les jambes avant de me baisser, de croiser mes mains sous mon menton, coudes sur la table et de commencer à écouter ses paroles et surtout la raison de cette convocation. De tout ce que j'entendis, je crus comprendre qu'il semblait assez déçu de ceux qui l'entouraient et qui semblaient -du moins comme le laissait-il croire- être de véritables incapables et qu'il cherchait un nouvel homme de main pour pouvoir l'assister dans son travail de manière efficace. Il semblait que le bouche à oreille avait fini par faire en sorte qu'il eut vent de mes actions et que son jugement se posa justement sur ma personne. C'était une certaine éloge que l'on m'adressait là d'une certaine façon. Assister le général suprême en personne! C'était une chance ïnouie et une sacrée montée en grade. De plus, en ces quelques paroles, j'avais pu comprendre qu'il était bien différent de certains autres militaires. En effet, ses dernières phrases avaient été dites sur un ton courageux, plein de fierté et de façon si élancé qu'on aurait cru qu'il ne vivait et ne mourrait que pour Kira. C'était certainement vrai d'ailleurs. Et il ne semblait justement pas avoir peur de la mort que beaucoup de rebelles lui réservaient et tenait intimement à ses convictions. C'est ce qui me plaisait bien. On voyait bien qu'il avait du mal à tenir en place et que s'il avait pu, il se serait levé sur la table pour offrir une hymne à Kira. Bon faut que j'arrête mes délires moi. Bon tout ça pour dire qu'il semblait lui vouer une véritable passion.

Il fixait également son sabre de façon insistante comme s'il espérait l'attirer à lui et décapiter la première chose qui lui viendrait sous la main. J'espère que ça n'arrivera pas. La première chose ici, c'est moi. Bah je lui proposerai une petite descente à la suite, peut-être cela le calmerait-il?...

Il me demanda ensuite la pire chose que j'avais faites pour Kira, si j'avais tuer, et tout simplement ce que je ferais si un des criminels enfermés ans nos prisons s'échappait, comment réagirais-je pour le rattraper, et quelles sentences et supplices lui appliquerais-je si nous le rattrapions. Je n réfléchissais pas et entamais directement ma réponse. Car réfléchir, c'était lui prouver qu j'avais besoin de temps avant de me mettre en action, c'était une preuve de faiblesse et de lenteur. Je commençais donc après m'être détendue et redressée vers l'arrière :

"Très bien. En ce qui concerne ce que j'ai fait pour Kira, cela va faire plus de six ans que je suis sous ses ordres et j'ai toujours appliqué les mêmes pratiques concernant es rebelles. J'a commencé soldat, je suis capitaine. Mais mes méthodes n'ont pas changé, j'ai simplement plus de pouvoirs. Si j'ai tué pour Kira? Bien sûr. De tout, des hommes, des femmes, des vieillards, des enfants. Tout ceux qui croisaient mon chemin et s'opposaient à mes actes. Je suis dans l'incapacibilité de vous en dresser la liste. J'ai trompé, j'ai détruit, j'ai mis sur la paille, j'ai torturé, j'ai vendu... J'ai toujours privilégié ce que j’appelle la "destruction intérieure", je m'arrange tout simplement pour semer la zizanie au milieu des rebelles qui finissent souvent par s'entretuer ou se vendre. J'ai fait pas mal d'infiltration à l'époque où on visage n'était pas encore connu et j'ai utilisé pas mal d'autres techniques... Plus ou moins disons... Louches et luxurieuses~"

A ce moment j'affichais un sourire, je faisais bien évidemment référence aux quelques actes sexuels auxquels j'avais eu recours pour obtenir quelques informations mais qui s'étaient révélés utiles. Coucher avec l'ennemi ne e dérangeait pas. Il y avait une issue positive et de toute façon, cela restait purement physique.

"Quant à votre deuxième question. Je pense que quelque soi la personne sur qui je tomberais, je ne changerais rien. Tout d'abord il faudrait tout simplement liquider les rebelles qui se sont vendus et qui sont nos prisonniers lors d'une exécution publique. Cela donnerait l'exemple et calmerait je pense beaucoup de monde particulièrement s'ils y voient des femmes, vieillards et jeunes. Si une personne s'échappait? Tout dépend des compétences connus de la personne. Dans tout les cas, je passerai une rançon et une recherche. Puis je recommencerais les exécutions publiques car ses rebelles sont bien trop liés entre eux, c'est ce qui fait leur faiblesse, et c'est ce qui les perdra, si sa conscience le rattrape, il se vendra. Je multiplierais aussi le nombre de taupes infiltrées chez eux et qui sauraient peut-être nous dire où ils se réfugient. Je verrouillerais également les frontières. Et quand je le localiserais enfin, je lancerais une grande opération pendant laquelle je simulerais la mort d'une figure emblématique de la rébellion et m'arrangerais pour que cette bataille victorieuse de nos troues reste gravée dans la mémoire de ces idiots. Mais si vous voulez mon avis, ce genre d'opération serait inutile si nous avions un unique réflexe qui nous éviterait tout ce travail... Il suffirait de pucer tout les rebelles recensés sans leur faire savoir. Il serait vite retrouvée. Bien évidemment, ces puces seraient détectables aux frontières, gares et aéroports ce qui empêcheraient toutes fuites~ Le travail est réglé."

Je marquais une pause et affichais tout à coup un sourire sadique à la seule pensée de ce qui suivrait.

"Et s'il revient dans nos prisons. Je le ferais parler... Parler jusqu'à sa mort et la mort de ses proches s'il le faut. Tout d'abord, je commencerais par de la torture physique, puis morale, car Dieu sait qu'elle est plus violente, je menacerais sa famille, ses proches, je l'humilierais le plus profondément possible jusqu'à ce que son état psychologique cède... Là il parlera, puis je l'extermine publiquement ou en privé. Si cela ne marche toujours pas, je retrouve sa famille et en extermine une partie sous ses yeux. Il parlera. S'il ne parle toujours pas, je prends le dernier membre de sa famille et menace de tuer ce prisonnier. Cette personne parlera alors et nous dira le peu qu'elle sait, ce sera mieux qu'est rien. Au lendemain, il n'y aura plus trace de personne. Ils auront parlé. Nous aurons récupéré les informations. Et la mort aura opérée..."

Telles furent mes paroles. J'affichais toujours ce large sourire qui montrait que cela m'amusait presque. Espérons que cela ne le dérange pas trop il va falloir s'y habituer~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 27 Nov - 22:41
"Au lendemain, il n'y aura plus trace de personne. Ils auront parlé. Nous aurons récupéré les informations. Et la mort aura opérée..."

Tels étaient les mots qu'Arashi avait retenu, à croire que le mot "mort" pouvait tout signifier pour lui, de tout façon c'est ce qu'il voulait entendre, du moment qu'elle était prête à tuer c'est tout ce qui lui importait.

-Dans ce cas vous ne verrez aucun inconvénients à ce que je vous demande une petite démonstration, nous avons dans notre sous sole, quelques récalcitrant qui ne demande qu'à parler entre des mains expertes. Je serais bien sûr avec vous, car il nous faut nous assurer, et surtout que je m'assure que vous êtes bien la personne qu'il me faut.

Arashi se leva prit son sabre de la main gauche, remis ses habilles droit, et marcha en direction de la porte, avant de l'ouvrir il s'arrêta, se retourna et regarda de haut en bas Fate.

-Détachez vos cheveux, j'ai pour habitude d'offrir à mes prisonniers des visions plutôt alléchantes avant de les ramener à la dur réalité, vous comprendrez pourquoi.

sur ce, il se retourna, ouvrit la porte et attendit que sa nouvelle recrue le suive, ils marchèrent ensemble jusqu'à l'ascenseur, une fois celui-ci arrivé, il appuya sur le bouton -2, le -1 étant le parking, le -2 était le sous-sol, que personne même pas les fonctionnaires qui s'occupaient de la paperasse osaient s'aventurer par curiosité, de toute façon, que pouvaient-ils bien y faire. Ce n'était pas réservé aux âmes sensibles.
Une fois l’ascenseur arrêté, les portes s'ouvrèrent, laissant remplir la cabine d'une atmosphère pesante, la mort était présente en ces murs et elle enlaçait n'importe quel individu qui s'y aventurait. Arashi aimait par-dessus tout cet endroit, une fois dehors de l'ascenseur, deux gardes étaient postés à chaque côté de celui-ci, les entrées et sorties étaient toutes très surveillées, si quelqu'un tentait de s’échapper ce n'était certainement pas le chemin à prendre.
Les deux gardes firent un salut militaire à Arashi avant de reprendre leur position de repos.

Tout en étant suivit de sa jeune recrue, ils marchaient le long des couloirs le long desquels on pouvait entendre dans certaine cellule, des cris, des gémissements, des paroles, des implorations. Ça ne faisait que redonner de la conviction à Arashi par rapport à ses deux derniers échecs.
Ils arrivèrent devant une cellule gardé par un garde, celui-ci en voyant Arashi marcher droit vers lui, fit un pat vers lui, le salua, puis lui expliqua la situation, lançant un regard derrière lui, celui-ci vit la silhouette de la jeune femme, mais Arashi le remit instantanément en place, pour qu'il revienne sur terre en tant que simple soldat.
Glissant doucement à l'oreille de Fate:

-Fate, entrez dans la pièce, je termine de régler quelques détails avec le soldat et je vous rejoins, je vous laisse prendre compte vous-même de la chose.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Mar 29 Nov - 21:07
Il l'avait écouté d'un air assez indifférent mais pourtant intéressant. Je m'étais légèrement laissé emporter dans mes idées peut-être? Il était vrai que j'étais parti dans mon speach et mon point de vue sans prendre réellement garde à ce qu'il pouvait en penser. Cependant, il était sûrement éclairé sur ma personne... J'étais une véritable tarée et je ne l'avais jamais caché. Et toutes les personnes avec qui je bosse se doivent de le savoir. Après tout, j'avais beau bien caché celle que j'étais réellement, en me voyant à l'oeuvre sur le taré, mes hommes se rendaient assez vite compte que tout n'était qu'un jeu en lequel je prenais un malin plaisir et qui avait pour vertu de soulager mes besoins de sadisme.
Il me demanda alors clairement de bien vouloir lui faire une petite démonstration, je ne sais pas si il doute de mes capacités mais je suppose qu'il est en droit de voir les talents de ses "candidats". Il me proposa tout simplement d'effectuer l'interrogatoire d'un résistant détenu dans les prisons situées au sous-sol du bâtiment. D'un poli sourire, j'acceptais, expliquant que ce n'était pas un problème et que j'aurais vite fait de le faire cracher les quelques informations qu'il détenait. Il se lève alors, saisit son sabre et se dirige vers la porte. Il s'apprête à sortir lorsqu'il se retourne et me regarde avant de me dire d'un air autoritaire :

"Détachez vos cheveux, j'ai pour habitude d'offrir à mes prisonniers des visions plutôt alléchantes avant de les ramener à ladur réalité, vous comprendrez pourquoi."

J'ignorais si c'était pour sa vision personnelle ou celle de ce prisonnier mais cela ne me dérangeait pas. En effet, j'avais pris l'habitude d'utiliser mon corps comme une arme ou un outil de travail plus que comme une caractéristique physique quotidienne. Il faut dire que le charme vaut parfois la meilleure des armes quand il est bien utilisé. Je fais alors ce qu'il demande avec un sourire, détachant mes cheveux, je n'en restais pas là et accentuais alors mon attitude provocante en remontant légèrement la jupe de mon uniforme pour laisser entrevoir mes bas et en défaisant les trois premiers boutons de ma chemise pour offrir une jolie vue à celui qui aurait le malheur de passer par là. Cela pouvait paraître peu orthodoxe mais c'était une de mes méthodes de travail préférée et elle était en général assez efficace... Je le suivais ensuite.

Après quelques minutes de marche à travers ce gigantesque bâtiment et d'attente dans les ascenseurs, nous rejoignîmes le sous-sol. A travers les murs, j'entendais des plaintes, des cris, des appels à l'aide, des "Pitié!" répétitifs... A travers les barreaux, ce sont des hommes en sang que je vois. Mais rien ne me fait défaillir. Je reste stoïque, presque amusée. Paradoxalement... Nous rejoignons finalement une petite cellule devant laquelle un garde attend. Je remarque ses quelques regards déplacés et affiche un sourire. Arashi me demanda alors d'entrer tandis qu'il règle quelques problèmes avec le garde au regard baladeur. J'obéissais et me munissant du dossier spécifique à l'homme emprisonné, j'entrais.

La pièce était simple. Muette, on n'entendait rien en dehors, les personnes à l'intérieur ne pouvait rien voir à l'inverse de ceux à l'extérieur ce qui rendait l'attente dans cette salle insupportable. Il y avait pour seuls meubles une table et deux chaises. Le prisonnier occupait la première. C'était un homme de taille moyenne, d'assez forte carrure, cheveux noirs, yeux marrons et qui torturait ses mains tout en essayant de se donner un air valeureux même s'il savait intérieurement sa fin proche. Je m'assis en face de lui, adressais un sourire presque rassurant, me baissais légèrement pour jouer de mes atouts et ouvrais le dossier de la personne en question...

"Voyons voir~ Kenichi Murasaki~ Arrêté pour atteinte à Kira et à ses ordres et lois, rébellion par la violence, usage des armes contre notre Dieu, espionnage..."

Un casier banal. Celui du résistant de base. Je souriais à nouveau et m'adressais à lui :

"Vous savez ce que vous risquez si vous ne dites rien?~"

Pas de réponse. L'homme restait stoïque, petite moue apeurée qu'il tentait de cacher au visage, triturant toujours ses mains d'un air légèrement stressé.

"Je prends cela pour un oui. Très bien. Je suis cependant dans l'obligation de vous faire parler. Pourquoi? Tout simplement parce que vous en savez beaucoup trop pour rester muet... Et mieux, nous savons que vous savez. Ce qui ne vous laisse aucunes issues. Pour vous aujourd'hui, ce sera la vérité ou la mort... Alors parlez. Et vite c'est un conseil, vous voir résister et m'obliger à vous faire parler par la force me plongerait dans une certaine lassitude qui risquerait d'entrainer mon irritation. Vous comprenez~"

L'homme se lève alors, frappe du point sur la table et me hurle qu'il se fiche de mon avis, qu'il ne dira rien à des "chiens de ce manipulateur" comme nous et que nous pouvions aller au diable, moi en particulier. Je souriais et commençais d'un air sulfureux :

"Du calme~ Du calme~ Vous êtes endetté n'est-ce pas? Vous avez besoin d'argent pour nourrir votre foyer? Une coopération vous apporterait peut-être une petite aide financière qui sait?~"

Avec un sale sourire hypocrite j'ajoutais :

"Après tout, Kira est si bon~"

C'était de la pure provocation. Mais c'était tellement amusant~ Il s'énerva, refusa, encore une fois, et était à deux doigts de détruire la table à la force de ses coups. Comprenant que parlementer ne servait à rien, je sortis la technique au dessus. D'un geste simple, je sortais un poignard de ma veste et le plantais sur sa main, la transperçant ainsi en le clouant à la table. Un cri de douleur retentit tandis que je négociais toujours :

"Et là?~ Toujours pas envie de se montrer généreux?~"

Toujours la même réponse. Un non systématique. Je souris, voilà mon moment favori~ J'ouvre à nouveau le dossier, parcoure quelques pages avant de commencer sur un autre chemin :

"Marié~ Deux enfants de cinq et deux ans et demi~ Très bien ça! Une petite famille! Qui sait ce qui pourrait leur arriver si vous continuer à vous montrez aussi borné~ Et si l'on passait un petit coup de fil?~"

Sortant mon portable, je commençais à numéroter le téléphone du dossier et portais le téléphone à mon oreille. Quelques minutes... Ma voix claire et changée retentit :

"Madame Murasaki? Oui. Oui. Ici le commandant Fate Harlaown affilié aux armées de Kira. Oui. Je tenais juste à vous signaler la présence de votre mari dans nos locaux. Oui. Non non! Rien de grave voyons! Juste un petit contrôle! Bien sûr. Tout va bien oui. Cependant nous ne pouvons le laisser partir comme cela. Oui. Non rien de bien difficile. Il vous suffit de venir le chercher. Quand? Maintenant enfin quand vous voulez! Tout dépend de la patience de votre mari! Oui. Oui à tout de suite Madame ^^ Oui. Au revoir."

Je raccroche. Un sourire. Il a compris. Il a beau s'être lamenté derrière moi au téléphone, rien n'y fera. Je m'approche un nouveau, me lève, et m'approche de son épaule, lui chuchotant à l'oreille :

"Bon, vous avez exactement une heure pour choisir~ Vous balancez tout à la prochaine personne qui vous interrogera, ou je me charge personnellement du meurtre de votre femme puis de l'exécution publique de tout les membres de votre famille, un à un~ Une petite heure. Allez, bonne réflexion mon cher ami~"

Je me lève alors, reprends mon portable et le dossier, laissant cet homme, à deux doigts de la crise de nerfs, qui pencherait très certainement dans les dix minutes qui suivront pour une coopération totale. Fière, souriante, je sors de la pièce après avoir refermer la porte et tend au soldat le dossier.

"Il craquera. Je lui laisse dix minutes~"
dis-je alors en rangeant dans ma poche un portable, éteint, batterie vide, pour la simple unique raison qu'il n'avait jamais servi à appeler qui que ce soit... Mais plutôt à simuler un appel~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Nov - 1:44
Arashi venait à peine de terminer avec le soldat de garde que la jeune femme sortit de la pièce dans laquelle elle entra 10 minutes plus top, Arashi avait pris soin de se placer devant la porte de la cellule pour entendre tout ce que Fate avait peut dire ou fait à ce cher cobaye, un test réussit ma foie, se dit-il en voyant sortir la jeune femme, sourire aux lèvres, rangeant son portable, l'ayant utilisé comme moyen de dissuasion sur l'homme de la cellule, car pour Arashi peut lui importait que ce soit celui-ci ou un autre, le résultat aurait été le même, elle aurait su jouer de son intelligence et de ses charmes.

"Il craquera. Je lui laisse dix minutes~"

-Vous avez fait vite, mais à ce que je voie ce fut efficace, je laisse le soin à ce bon soldat d'aller prendre sa déposition, nous lanceront l’opération dans le court de la soirée si tout ce passe comme vous l'avez dit.

Il devait avouer que ses méthodes étaient différentes des siennes, lui avait plus l'habitude d'y aller franco, d'attaquer directement en utilisant la force, certainement parce qu'il était né Homme et que de ce faite il pensait que le seule moyen de montrer sa domination, sa supériorité, son emprise, son pouvoir et de ce faite, faire parler ses victimes devait être par la force, les paroles, il les laissait volontiers à la gente féminine qui elle devait certainement mieux en user que lui.

- Je veux que dans dix minutes comme vous l'avez dit, les choses soient bouclées et qu'on lance les procédures, est-ce bien clair ?

Arashi n'avait aucun doute quant au déroulement de la suite, cependant il ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine crainte, on va dire que depuis ces deux dernières opérations, il avait décidé de rester et demeurer pessimiste, tout simplement. Fate ferait du bon travail, il n'avait aucun doute là-dessus, c'est bien pour ça d'ailleurs qu'il l'avait choisi. Dans le cas contraire, il pensait tout simplement à prendre sa retraite ou alors à se faire hara-kiri seppuku, pour se punir de ses fautes et pêchers commis durant sa vie d'être humain.

-Je voudrais que vous me suiviez dans mon bureau mademoiselle, allons-y.

Il prit le même chemin dans le sens inverse qu'à son arrivée, pour arriver devant l'ascenseur, la jeune femme remit en ordre des vêtements et rattacha ses cheveux, on pouvait tout simplement dire que son accoutrement et sa façon d’agir attirait l'œil de tout homme normalement constitué.
Une fois arrivée à son bureau, Arashi ouvrit la fenêtre en contre-bas, puis tira une cigarette de son paquet situé dans sa poche de veston, l'alluma... Quelle délicieuse sensation, mais dévastatrice pour le corps humain. Il s'étira et s'assit dans son fauteuil.

-Vous trouverez dans cette enveloppe votre nouveau badge ainsi que les choses à savoir absolument sur le bon fonctionnement de vos opérations et du reste de staff si on peut l'appeler ainsi.

Le téléphone sonna deux fois avant qu'Arashi ne décrocha:

-Arashi ... Très bien vous savez ce qu'il vous reste à faire je serais des vôtres ainsi que la personne que vous avez eu la chance de rencontrer... Très bien.

Après un silence de quelques secondes et une cigarette de finit, il s'adressa à la jeune femme.

-Je dois avouer que vos talents ne vous ont pas fait défauts, ... Vous êtes officiellement des nôtres. Bienvenue parmi les élus de Kira.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Mer 30 Nov - 19:37
En sortant de la salle d'interrogatoire, c'était un large sourire sadique que j'affichais. Sourire de victoire, celui de savoir que j'avais roulé cet homme dans la farine en deux coups de cuillères à pot, qu'il allait parler et que par la suite, il serait sûrement tué de façon aussi cruel que s'il n'avait rien dit~ C'était peut-être horrible mais c'était le dur sort réservé à ceux qui choisissaient de s'opposer à Kira. Ils ne pouvaient pas prétendre ne pas le savoir, tout les résistants avaient connaissance de ce que nous, la milice, leur réservions... Je souriais donc à mon supérieur qui semblait assez étonné de ma rapidité :

"Vous avez fait vite, mais à ce que je vois ce fut efficace, je laisse le soin à ce bon soldat d'aller prendre sa déposition, nous lancerons l’opération dans le cours de la soirée si tout se passe comme vous l'avez dit."

L'opération? Quelle opération? Je me demandais vraiment de quoi il était question... Une intervention? Ou peut-être mieux qui sait?~ J'ai hâte de le découvrir. Il est vrai que cela fait longtemps que je ne me suis pas permis quelques meurtres et que mes pulsions meurtrières se manifestent assez violemment. J'ai besoin de me défouler... Et d'après le stress et l'énervement ainsi que l'irritation que ce cher Arashi Darkwood laisse paraître, lui aussi... Cela tombe bien, c'est l'occasion de montrer mes talents sur le terrain... Sa voix autoritaire retentit lorsqu'il m'ordonna clairement qu'il souhaitait que tout soit bouclé avant ce soir ce à qui je répondis d'un humble sourire et d'une révérence :

"Bien sûr~ Tout sera prêt. Vous pouvez compter sur mon humble personne."

J'avais lâché d'un air respectueux mais quelque peu narquois. Je ne savais pas ce qu'il en pensait et peu m'importait, tant que je fais ce qu'il demande. Il me demanda alors de le suivre dans son bureau ce que je fais. Dans l’ascenseur, j'ai le réflexe de me rendre un peu plus descente, rattachant les cheveux en queue de cheval, rabaissant ma jupe et désaccentuant mon décolleté. C'était peut-être provoquant mais cela m'avait sûrement aidé comme l'attestait le regard constamment baissé de ce cher petit rebelle~ Nous entrâmes quelques minutes plus tard dans son bureau où il me pria de m'asseoir, ouvrit la fenêtre et prit un paquet de cigarettes dont il fuma une des clopes. La douce odeur du tabac me montait au nez... Cela faisait longtemps que je n'avais pas fumé. Deux jours je crois. Bien trop. Et je n'avais qu'une envie : me servir. Mais cela ne se faisait pas c'est pourquoi je me retenais... Malgré la tentante odeur qui m'enrobait de son parfum nocif... Retiens toi~ Retiens toi~ Il s'étire et me tend une enveloppe me disant qu'elle contient tout les effets nécessaires à ce qui ressemble à une montrée en grade. Puis il eut une courte conversation téléphonique et me dit alors :

"Je dois avouer que vos talents ne vous ont pas fait
défauts, ... Vous êtes officiellement des nôtres. Bienvenue parmi les
élus de Kira."


Un autre sourire s'affiche sr mon visage tandis que je me rabats sur mon fauteuil, soulagée et heureuse. J'incline la tête en signe de remerciement et d'honneur et déclare :

"C'est un honneur d'entrer sous vos ordres et dans la très fermée sphère des élus. Je saurais vous aider par un travail compétent. Merci de votre confiance envers ma personne."

J'étais réellement fière. Jamais en venant ainsi je ne me serais douté d'un tel privilège! J'entrais désormais dans les plus hauts gradés des armées de Kira et m'approchais de mon but... Le pouvoir est à portée de main. Servir Kira coûte que coûte. Telle serait ma devise. Et j'étais également fière de savoir que j'avais pour patron un homme courageux et non peureux comme les autres -du moins le laissait-il paraître- qui risquait de se montrer plus intéressant que les autres~ J'avais hâte de commencer... De voirl e sang couler, les morts s'écrouler, les cris retentirent sous mes coups au nom de Kira... C'était le commencement d'une nouvelle ère...

Cependant j'avais besoin que l'on m'éclaire un peu sur mes premiers travaux à venir, c'est pourquoi je demandais :

"Et... Concernant cette "intervention" dont vous me parlez depuis tout à l'heure et les opérations de ce soir ainsi que sur ce que vous attendez de moi, seriez-vous en mesure de m'éclairer que je m'organise ne serait-ce qu'un peu?~ Le moindre travail que vous me donneriez au nom de Kira serait un véritable honneur dans son exécution? Je suis tout à votre écoute~"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Nov - 20:45
"Et... Concernant cette "intervention" dont vous me parlez depuis tout à l'heure et les opérations de ce soir ainsi que sur ce que vous attendez de moi, seriez-vous en mesure de m'éclairer que je m'organise ne serait-ce qu'un peu?~ Le moindre travail que vous me donneriez au nom de Kira serait un véritable honneur dans son exécution? Je suis tout à votre écoute~"

-L'homme que vous avez interrogé tout à l'heure nous a donné des informations comme quoi, il serait à la tête d'un groupe terroriste, un groupe très restreint cependant, mais il est une menace pour l'ordre suprême de Kira, il nous faut donc l'irradier sur le champ, c'est pourquoi ce soir, à 22heures précise, le groupe selon les informations retenues, nous irons sur place les réduire à l'état de silence éternel. Et vous êtes bien sûr des nôtres ce soir, j'ai besoin de votre appuis car c'est vous qui avez réussi à lui extorquer ces informations. Pour vous c'est certainement la première grande opération à ce jour, mais ne vous en fait pas il y en aura bien d'autre, mais avant je dois être sûr de pouvoir me libérer car j'ai d'autre projets en cours, j'ai une mission qui est toujours sur le feu concernant la traque d'un émetteur qui s'est envolé pour les États-Unis, donc suivant les ordre que je recevrais de Dieu, C'est Iwa Junichiro qui sera votre co-équipier, montrez-vous à la hauteur car il est encore plus dur que moi, et ne vous laissez attendrir par ses histoire ou son comportement c'est un véritable danger, je tiens à vous le préciser .
Je crois que je vous ai tout dis, ... Excusez-moi !


Le portable d'Arashi vibrait dans sa poche de veste, il décrocha.

-Arashi ... Oui je suis avec elle, ... Très bien, entendu... Oui je lui dis. * raccrocha*
-C'était Iwa, il me charge de vous dire que c'est avec lui que ce déroulera les opérations de ce soir, tenez-vous prête à 22h dans le grand hall vous y retrouverez votre bataillon d'homme, vous remarquerez Iwa parmi eux, il est comment dire ... Facile à reconnaître, sur ce je vous laisse, je dois prendre le prochain vol pour New York, votre bureau et une porte plus loin, je vous laisse le découvrir, et prendre vos repère, vous pouvez dès à présent grâce à votre badge circuler librement dans les différent bâtiment du gouvernement, mais ne vous perdez pas, et rappelez-vous 22h !


Arashi prit sa veste, raccompagna la femme jusqu'à sa porte, ferma celle-ci et se dirigea vers l'ascenseur, adressant un dernier regard respectueux à Fate, il entra dans l'espace clos, et attendit que les portes de ferment pour appuyer sur le bouton numéro 0. Une fois en bas une voiture l'attendez avec un chauffeur, sur les sièges arrières était disposé une enveloppe comprenant ses billets d'avions et son visa, tout était préparer dans les moindres détails, épatent non ? Mais surtout très effrayant.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Jeu 1 Déc - 9:34
J'ai enfin droit à quelques explications, c'est parfait. Alors apparemment, ce jeune homme que j'avais interrogé à peine quelques minutes plus tôt avait avoué. J'avais réussi mon coup et il avait même été plus rapide que ce que je n'avais prévu. De plus, il avait vendu des informations capitales et s'était prétendu chef d'un groupe terroriste du réseau rebelle. Un homme si simple! Je ne l'aurais jamais pensé si important, mais peu importe, il est parlé, et grâce à moi. C'est un atout. Bref, malgré la petitesse de son camp, il représentait un danger pour Kira et comme l'avait dit ce cher général, devait être réduit au silence. J'étais convié à "l'événement" si on peut appeler cela ainsi. Enfin, pour moi -ou nous qui sait, je ne connais encore absolument rien des personnes qui m'entourent, de leurs méthodes et surtout, du plaisir qu'ils prenaient à leurs actes aussi barbares soient-ils- cela l'était, mais pour cet homme, pauvre victime qu'il était, j'en doutais un peu plus~ Enfin bref, j'étais comblé par cette proposition. Travailler avec des Pro-Kira, des vrais, pas des de pacotille, cela risquait d'être intéressant... Il me dit aussi qu'il avait quelque chose à faire et qu'il nous rejoindrait après et que pour l'occasion, je ferais équipe avec un certain Junichiro Iwa... Junichiro Iwa.. Junichiro Iwa... Ah mais oui! Quelle cruche! Comment aurais-je pu oublier ce nom?! Le premier ministre en personne, l'oeil de Dieu comme on l'appelait, le bras droit de Kira... Et bien! Que de beau monde que je rencontre aujourd'hui! Je suis vraiment impatiente de le rencontrer, je le savais fin stratège, mais pas homme de terrain. Cependant d'après celui qui était désormais mon supérieur m'avait mis en garde en me conseillant de ne pas me détendre face à son comportement, qu'il était un véritable danger et qu'il était bien plus dur que lui. Je n'en doute pas. Un faux pas et tu sors Fate. Tu marcheras droit aujourd'hui.

Il s'apprêtait à partir quand son téléphone sonna à nouveau, avec de tells responsabilités comme les siennes cela parait normal. Après une conversation que je ne compris pas réellement, il recommença la conversation déclarant que c'était cet "Iwa" comme il l'appelait et qu'il souhaitait me faire parcourir quelques informations sur l'opération de ce soir. Il fallait que je sois prête à vingt-deux heures dans le grand hall où je retrouverais un bataillon d'homme et où je pourrais reconnaître cet Iwa assez facilement. J'en déduis qu'il est quelqu'un d'excentrique ou d'imposant? A voir. Il me désigne alors mon bureau à quelques pas du sien et part après un salut respectueux que je lui rends. J'utilise alors ce fameux badge et entre dans mon bureau.

C'était une grande pièce, largement plus grande que celle dans laquelle je travaillais avant, spacieuse, éclairée d'une immense baie vitrée qui du haut de ce je ne sais trop combientième étage laissée entrer une magnifique lumière. Les murs couverts d'étagères étaient tapissés de livres et d'archives en tout genre et au centre de la pièce trônait un magnifique bureau d'ébène laquée accompagnée d'un fauteuil et de trois chaises. Je souriais. Enfin des locaux appréciables >_< Je m'asseyais alors dans mon fauteuil et admirais le tout. L'horloge indiquait dix-sept heures. Nous avons parlé un moment apparemment. Il me reste cinq heures à attendre, je ne sortirais pas, hors de question que je sois en retard!

Je passais donc ces quelques heures à travailler, à organiser mes dossiers, à ranger mes affaires, bref à m'installer. Quand je finis, l'horloge indiquait ce coup ci vingt-et-une heures quinze. Hum~ Je vais y aller, le temps de me préparer, j'aurais un peu d'avance mais au moins je ne serais pas en retard. Je prends donc mon manteau, mon arme de service, mon arme personnel, sort, ferme derrière moi et traverse le bâtiment. Je rejoins le grand hall assez rapidement. Personne. Tant mieux, je suis en avance, mais j'ai près d'une heure à attendre. Je m'adosse alors à un mur, saisit une cigarette de mon paquet et en fume une. Enfin! L'attente fut longue et cela fait du bien. Reste à attendre Monsieur le Premier Ministre~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 1 Déc - 19:17
Une mission, ce soir c'est une mission, s'amuser il faut que je m'amuse le plus possible, je ne suis plus allé sur le terrain depuis quelques semaines, je commençais sérieusement à m'ennuyer je dois dire! En plus je vais être en bonne compagnie ce soir, ça aurait tellement génial si Arashi avait peut venir ... Qu'est-ce que je dis, c'est moi qui l'ai envoyé en mission, ahaha du coup je suis seule avec des soldats et une femme ... une femme ... Une FEMME !!! Oho ça promet, Fate ... Fate comment déjà ? Roh sut j'ai oublié, enfin quelle importance, c'est qu'un nom et je le verrais bien assez top de toute façon.
Depuis bien quelques heure j'étais assis dans la salle d'attente du grand hall du bâtiment, c'est comment dire l'endroit où je me sens le mieux, peut-être parce que je peux être avec tout le monde, même si je ne les connais pas forcement, je les rencontre grâce à mes délicats et précieux yeux, cadeau que j'ai bien sûr volontiers donné à Kira en échange de quoi je peux tout voir, tout, tout oui vous avez bien entendu, je peux tout voir sur vous !
Vous m'avez vraiment cru hein ? Je ne peux voir que votre nom et prénom, avec par moment votre date de mort, enfin je fais plus attention à votre prénom, c'est la seule chose dont je me souviens la plus part du temps, ... C'est pas que j'ai un mauvaise mémoire ou que je sois bête loin de là, je suis même très intelligent, c'est juste que j'ai tellement de nom à retenir que par moment j'ai l'impression que ma tête va exploser, et donc cela m'empêche de dormir...

Tien quelqu'un vient d'arriver dans le Hall, il est que vingt et une heure vingt, ... une femme, c'est une FEMME, ah ... Mais c'est elle Fate, je m'en vais de ce pat lui souhaiter la bienvenue au sein des élus de Dieu !!
Tout doucement je me dirigeais vers elle, essayant de ne pas me faire remarquer, j'aimerais bien la surprendre, ... Mais elle fume, mauvaise habitude qu'Arashi à aussi, et on a du mal à s'en défaire à ce qui parait ! Voilà je suis juste à côté d'elle, c'est le moment de se glisser derrière son oreille et ....:

-Fumer tue ou ne vous le répète déjà pas assez souvent ? Alalala les gens ne sont plus ce qu'ils étaient il y à 30 ans de cela, enfin c'est ce qu'on me dit à moi aussi, parce que bon, je ne suis pas aussi vieux que ça. J'ai l'aire vieux vous trouvez Fate ? Oups je me suis vendue, comment je connais votre nom, c'est bien normale, je suis celui qui connait tout ici !

Tout en me reculant je fis une sorte de révérence à l'ancienne, j'aimais quand les choses étaient misent en scène comme au théâtre, mes parents m'y emmenaient souvent ... Enfin bref passons.

- Iwa Junichiro, l'œil de Kira en personne, et je dois dire que je suis tout simplement ravis de faire votre connaissance!

Je me redressais histoire de faire face à mon interlocuteur, elle était plutôt pas mal comme nouvelle, est ce qu'Arashi pensait se l'envoyer en l'air ou je pouvais le faire à sa place ... Mais qu'est-ce que je dis là, continuons.

- Je vois que vous êtes en avance, c'est trèèèèèèès bien, comme un bon soldat vous semblez obéir docilement aux ordres que l'on vous donne ... Il y a un Hic, je déteste ceux qui font tout ce qu'on leur dit de faire, donc si vous ne voulais pas que je vous déteste, ne faites rien de ce que je vous dis à la lettre, sinon je vais me fâcher et je suis sûr que vous ne voulez pas me voir fâché ...

Elle était là à fumer sa clope mais elle ne semblait pas trop perturbé par ce que je lui disais, est ce qu'Arashi lui avait déjà parlé de moi, le salaud s'il avait osé dire des méchancetés sur moi, je vous jure que je lui ferais payer !!

-On parle on parle, mais l'heure tourne, bientôt l'heure de retrouver nos chiens qui en nous voyant vont tout simplement remuer la queue pour montrer qu'ils sont content de sortir et de voir leur maître adoré, je parle de moi bien sûr, vous il ne vous connaisse pas encore, vous allez voir comment je les dresse ces chiens, je suis tout ... simplement... sans pitié ...!

Le mot pitié me faisait monter un large sourire sur le visage, ça me faisait le coup à chaque fois, dès que je le prononcé c'était parti, vous pouviez être sûr que j'allais sourire comme un idiot, ... Mais je ne suis pas idiot, c'est juste parce que vous ne comprenez pas encore de quoi je parle, vous verrez plus tard.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Dim 4 Déc - 22:07
Attendre... Attendre... Et encore attendre... Je n'étais pas quelqu'un de spécialement patient mais je savais attendre justement quand l'occasion en valait le coup. Et justement c'était le cas... Une petite descente amusante, quelques meurtres, beaucoup de sang, d'amusement pour moi, d'horreur pour mes victimes... C'était l'occasion de montrer mes talents en matière d'action sur le terrain et donc de prouver ce que je valais... Mais voilà, avec mes quarante cinq minutes d'avance, j'allais devoir attendre.. Quarante-cinq minutes à rien faire dans un hall sans la moindre occupation... Cela s'annonçait long. Heureusement que j'avais mon paquet de clopes. Il ne m'occupait pas mais me détendait... Car en effet, avoir rencontré le général suprême et l'oeil de Dieu en quelques heures, ce n'était pas rien, et j'étais vraiment stressée... Stressée à l'idée de faire un faux pas qui ferait s'écrouler tout mon travail... Je devais plaire. Forcément. Par tout les moyens s'il le fallait. De toute façon, j'avais de quoi faire, autant physiquement que moralement, j'avais jusque là trouver des moyens de monter plus haut et plus vite dans les grades. Car il était clair que malgré mes talents, je n'aurais jamais pu à mon âge et en étant une femme, en arriver là si tôt sans avoir utiliser de mes quelques outils persuasifs. M'enfin bref. Fumer me détendait donc... D'ailleurs, je remarquais que je développais une véritable addiction à la cigarette... Il suffisait de voir ma réaction dans le bureau d'Arash où ce dernier s'était mis à fumer... JIl m'avait été difficile de me retenir et de ne pas céder à l'envie que me commandait cette irrésistible odeur de lui prendre la cigarette à la bouche. Mais bon, je pouvais enfin fumer, c'était l'essentiel...

La clope a la main je me détendais donc tandis que le doux parfum du tabac montait dans l'air, m'apaisant, me déstressant, avant cette opération décisive. Je réfléchissais alors... Je m'en étais plutôt pas mal sorti avec le général suprême, mais qu'en serait-il du premier ministre? Arashi me l'avait prédit comme plus dur que lui qui était quand même en proie à un certain besoin de respect et d'autorité. Alors j'avais de quoi avoir peur. Non. Je n'ai peur de rien. Sauf peut-être de la perte. Or, échouer serait une forme de perte. Alors je n'échouerais pas... Et puis comment vais-je l'appeler? Junichiro? Iwa? Monsieur? L'oeil de Dieu? Non, ce sera très neutralement Monsieur le Premier Ministre. Plongée dans mes pensées je réfléchissais donc...

"Fumer tue ou ne vous le répète déjà pas assez souvent ? Alalala les gens ne sont plus ce qu'ils étaient il y à 30 ans de cela, enfin c'est ce qu'on me dit à moi aussi, parce que bon, je ne suis pas aussi vieux que ça. J'ai l'aire vieux vous trouvez Fate ? Oups je me suis vendue, comment je connais votre nom, c'est bien normale, je suis celui qui connait tout ici!"

Je sursaute, surprise. Un visage pâle, des yeux rouges injectés de sang, de longs cheveux noirs, qui est cet homme pour se permettre de me susurrer ainsi à l'oreille ces paroles sans queue ni tête?... Qui est-il pour connaître mon prénom? Et pour prétendre connaître tout le monde? Un membre de notre milice? Un haut placé? Il n'en a pas l'air pourtant. Un rebelle? Sûrement pas. Qui est-il alors? Je m'apprête à lui faire une remarque selon laquelle cela n se fait pas d'aborder ainsi le gens sans raisons et qu'il risquait de payer fort un affront fait à un élu de Kira moins magnanime que moi lorsqu'il s'écarte et me fait une respectueuse révérence en se présentant comme étant... Junichiro Iwa... Le premier ministre... L'oeil de Dieu en personne... Mon étonnement est grand et je suis bien heureuse d'avoir fermer ma gueule sur le coup... Arashi m'avait prévenu qu'il était assez spécial et qu'il ne fallait pas se fier à ses histoires mais alors à ce point... C'est un personnage plus qu'excentrique! Mais il doit bien cacher son jeu... Je cache donc moi aussi mon étonnement au maximum et me présente à mon tour de la même façon qu'à Arashi avec un respectueux salut :

"Fate Testarossa von Hückebein alias Fate Harlaown. Capitaine de la troisième division des armées de Kira affiliéeà l'élimination du mouvement rebelle. Enchantée Monsieur le Premier Ministre."

Il remarque que je suis en avance et souligne le fait que c'est un bon point mais ça remarque suivante me parait bizarre. Il dit détester les gens qui écoutent et obéissent trop aux ordres et prétend espérer que ce n'est pas mon cas. Ola... Est-il si particulier que cela? Si différent? Ou est-il seulement en train de me tester?... Il n'aime donc pas les gens dits "soumis" aux ordres... Je ne le suis pas trop. Enfin, sauf quand le choix est décisif. Cela s'annonce plus compliqué que prévu... Entre Arashi est son besoin d'autorité et Iwa qui se montrait plus "laxiste" ou du moins différent dans ses méthodes de travail. J'allais devoir plaire au deux... Et donc jouer sur deux tableaux. Montre donc toi plus détendu avec lui... Je souriais alors et m'inclinais légèrement :

"Bien évidemment... Si par là vous sous-entendez des prises de décisions intempestives et personnelles du moins dont l'issue sont positives alors ne vous en faites pas. Je saurai vous plaire."

Il changea par la suite de sujet.

"On parle on parle, mais l'heure tourne, bientôt l'heure de retrouver nos chiens qui en nous voyant vont tout simplement remuer la queue pour montrer qu'ils sont content de sortir et de voir leur maître adoré, je parle de moi bien sûr, vous il ne vous connaisse pas encore, vous allez voir comment je les dresse ces chiens, je suis tout ... simplement... sans pitié ...!"

A ces mots un large sourire c'était dessiné sur son visage... Il est vraiment bizarre... Il a presque l'air psychopathe et laisse clairement deviner une attitude schizophrène... Je n'en attendais pas moins du plus haut responsable de l'autorité de Kira après Kira lui même... Et puis cette allusion concernant ns hommes... Belle métaphore. Particulière, mais réaliste. Il m'a l'air vraiment intéressant... Je vais voir ce que cela va donner ce soir. Je jette alors ma clope, désormais fini, à terre et l'écrase. Je lui souris alors, me redresse et me décide à le suivre à la rencontre de nos hommes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 4 Déc - 23:30
"Bien évidemment... Si par-là vous sous-entendez des prises de décisions intempestives et personnelles du moins dont l'issue est positive alors ne vous en faites pas. Je saurai vous plaire."

Elle est plutôt marrent celle-là, j'aime bien, Arashi ne la pas choisit pour rien, je pense comprendre... un peu. Les soldats sont enfin arrivés, ils ont dû entendre que ce soir c'était moi leur chef, ils ont l'air plutôt en forme, 2, 4, 6 ... 24 ça en fait pas mal de quoi faire deux bons groupes, 12 et 12 oui c'est parfait, bon par contre ... comme toujours ils sont tous en rang, on a presque l'impression qu'ils ne respirent pas. M'enfin on ne va pas les changer de toutes façon, ils ne comprendraient même pas ce que je veux d'eux.
Ma collègue me précédait, regardant tout comme moi ces soldats, il fallait que je lui explique mes précédentes paroles, le "chien" et le "sans pitié", je m'approchais donc de la première ligne de soldat, les regardant un à un, ils se ressemblaient tous de toute façon...

-Alors bande de fainéants vous vous êtes bien reposés avec Arashi, sachez qu'avec moi vous n'allez pas chômer, c'est le travail qui vous attend, et pas des moindres. Cette jeune femme que vous voyez que vous voyez, là, ... Ce soir c'est sa première fois, alors je vous demande de faire bonne impression, et de donner le meilleur de vous-même, ceux qui ne le feront pas se verront être battu de mes propre mains, que vous le vouliez ou non, sachez une chose c'est que ce soir c'est la fête, alors éclatez-vous, on extermine, on ne fait pas de prisonniers, on ne pose pas de question, on fonce, je me fou de savoir comment vous le faite du moment que vous accomplissez votre putain de devoir de soldat de mes deux ça me va... Je pense avoir suffisamment parlé, on y va maintenant, j'ai demandé 2 grosses fourgonnettes on va faire comme ça, 12 hommes avec moi et 12 hommes avec Fate, le premier qui ose lui dire un mot de travers vous devrez en assumer les conséquences, ce n'est pas moi qui vais vous venir en aide.
Hé bien qu'est-ce que vous faites encore là, allé hop hop hop on y va, on n’a pas toute la nuit, les chauffeurs ont déjà l'adresse, pour ceux qui seront avec Fate elle vous expliquera le tout dans la voiture, ... Allé on y va!


Je me mis en route avec les 12 hommes, tous marchèrent derrière moi, dans une sorte de file indienne, je fis un petit clin d'œil à Fate en passant devant elle, du genre juste pour lui dire que tout ce passerait bien, ces grands dadais ne sont pas de mauvais bougres en fin de compte.
Une fois à l’extérieur, je les fis monter dans la fourgonnette, comme si il s'agissait d'enfants sur lesquels on ne devait relâcher notre attention, au risque de les voir s'agiter et s'éparpiller au moindre faux pat. Je le voyais à leur visage, que je les embêtais, mais c'était un mélange entre l’ennui et l’inquiétude, ils avaient l'habitude, avec moi, de s'attendre à ce qu'à un moment où à un autre je pète un câble et que je me mette à les taper ou à les insulter, ou je ne sais quoi d'autre comme à mon habitude de pense. Puis ce fût à mon tour de monter, je fermais les portes derrière moi, et le premier fourgon était prêt à partir, j'entendis les portes de l'autre fourgon se fermer quelques secondes après que le moteur se mette à vrombir, nous étions parti pour la planque située dans les bas-fonds mal famés de la ville de Tokyo.

-Allez les gars, un petit topo de dernière minute, selon les informations que j'ai reçu, il s'agit d'un groupe de terroriste, pas très connu mais dangereux, comme tout groupe indépendantiste, ils s'en prennent directement à l'autorité de Kira Dieu, et nous ne pouvons tolérer une telle chose, le principale leader du groupe a déjà été réduit au silence et je pense que le reste du groupe doit certainement commencer à se poser des questions, nous n'allons pas leur laisser le temps de trop penser, en réduisant ce qui leur sert de cerveau à l'état de charpie, méconnaissable, je veux que ce soir, encore, la loi de Kira raisonne dans les rues et glace le sang de tous ceux qui auraient un jour l'intention de s'en prendre à lui où à sa justice. Je veux que ce soir le mot terreur ne fasse plus qu'un avec le mot répression et que Kira soit le dernier mot qu'ils prononcent. Alors que la fête commence...
Durant le reste du voyage, c'est à dire pas plus de cinq minutes, je restais silencieux, me préparant intérieurement à joindre la fête armé de mon plus beau sourire.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Sam 10 Déc - 21:12
Après quelques secondes à peine de marche assez active, nous étions arrivés dans une salle adjacente au grand hall. Là, nous attendaient ceux qui seraient ce soir nos hommes, nos armes, pour cette descente. Comptons. Vingt-quatre? Effectif minime mais sûrement plus efficace que le mien en général. J'avais beau guidé une cinquantaine d'hommes habituellement, ce n'était en général que des bons à rien ayant des bras, mais pas un gramme de sens stratégique... Ceux-là semblaient différents, surarmés, surentraînés et sûrement plus efficace... Enfin à voir. L'habit ne fait pas le moine. En les regardant, je compris alors la métaphore de ce cher premier ministre tout à l'heure... Il était vrai qu'ainsi "rangés", alignés en rang d'oignon -aucun ne dépassait sur le mètre carré vital de son voisin-, portant le même uniforme, arborant la même arme à la même ceinture et effectuant ce même salut respectueux, il avait vraiment l'air de chiens... De chiens qui ne vivaient que pour leur maître : Kira. Et ce salut qu'il effectuait, c'était leur queue qui s'agitait à notre vue qui annonçait le commencement d'un petit jeu. Belle comparaison de sa part. Cependant, pour les qualifier, j'aurais plutôt parler de robots. C'est cela. De robots, programmés pour obéir... Obéir à nos ordres. Même si la mort en était l'issue... Mais bon. Ce n'étaient que les apparences. Après tout, nous savons tous que ces soldats ne sont peut-être pas tous des fervents pro-Kira, mais juste des gens qui se sont conditionnés à la société et aux lois de ce Dieu et qui voyaient en l'acte de rejoindre ses rangs, pouvoir être tranquille et peut-être vivre un peu mieux que les autres. Rares étaient les véritables fervents près à se sacrifier pour Kira... Mais passons.

Iwa les regardait avec un air assez condescendant. Bienveillant, mais hautain. Qui montrait bien qu'ils n'étaient que des points et que quand certains tomberaient, il y en aurait toujours d'autres pour les remplacer. Il commença donc son discours, comme tout guide, il se devait de réveiller ses hommes. Il l'avait fait de façon assez rapide, autoritaire et persuasif. S'ils n'avaient pas compris, il n'y avait plus rien à faire pour eux. Mais je restais étonné par ses paroles. Iwa s'était montré un homme tout autre que celui qui m'avait adressé la parole... Il avait aussi dévoilé le fait que c'était ma première fois, enfin, en tant qu'élue en tout cas, des descentes, j'en ai fait d'autres! Il leur ordonna de me respecter et indiqua qu'il avait fait venir deux véhicules et que nous allions nous séparer en deux groupes. J'héritais donc du contrôle de douze hommes tandis qu'il s'occupait des douze autres. En partant, il m'adressa un clin d’œil furtif et rassurant ce à quoi je répondais par un sourire. Il partait alors avec ses hommes dans la première fourgonnette vers le point de rencontre donné.

Adressant un sourire aux douze autres hommes qui restaient sous mon commandement, j'ordonnais qu'on entre dans le deuxième véhicule. M'installant la première et les lissant grimper sagement un à un tandis que le dernier fermait la porte. Je tirais alors mon paquet de cigarettes de ma poche, en prenais une et l'allumais pour la fumer. A moi de commencer mon discours, faisons vite et expliquons cela rapidement...

"Pour commencer, je vais être claire. Pas de Madame, ni de Mademoiselle, ni de Capitaine, ni quoi que ce soit d'autres. Je vous demanderai de vous en tenir au vouvoiement habituel. Ici je sis Fate, vous me devez le respect autant que je vous le dois. A la seule différence, vous êtes sous mes ordres. Ici, je décide. Et vous m'obéissez... Comme l'a dit ce cher premier ministre, vos méthodes importent peu. Ce que je veux c'est du résultat. Et du résultat positif qui plus est. Une erreur de votre part peut être fatale c'est pourquoi je vous demanderai de réfléchir à vos actes avant de tenter quoi que ce soit. Vous vous êtes engagez, vous mourrez peut-être pour Kira, alors soyons clairs, le premier qui se dégonfle, qui fuit, ou qui préfère encore abandonner maintenant sera humilié par ma propre personne et sachez que je sais y faire. Ce n'est pas parce que je suis une femme que je n'ai pas autant d'autorité que tout les supérieurs masculins que vous avez servi."

Je marquai une pause pour tirer une bouffée de ma cigarette :

"Parlons donc de cette mission. Pour tout dire, je n'en sais pas beaucoup plus que vous. Cet après-midi, un homme meneur d'un réseau terroriste a été arrêté et tué de suite. Ses actes attentant à la loi de Kira, nous nous devons de détruire ses locaux et les autres membres de cette organisation, voici donc le fond de l'histoire alors je vais faire vite. Pour ce soir. Je veux vous voir détruire tout ce qui bouge. Pas de pitié. Tuer les tous. Femmes, enfants, vieillards... Tous. Faites de ces gens des exemples. Que la population voie ce qui attend ceux qui s'opposent à Dieu. La moindre trace de pitié envers la moindre personne sera pour moi un signe de faiblesse voire de rébellion de votre part. Je n'hésiterais pas à vous réservez le même sort qu'à eux, sachez qu'un corps de soldat de Kira parmi ceux de rebelles ne se verra absolument pas et que ce n'est pas les sanctions qui en suivraient qui me font peur. Un faux pas et c'est la mort assuré. Faites votre devoir. Je ne vous demande pas de réfléchir, d'innover ou encore de vous montrez intelligents... Je veux juste une chose. Faites. Des questions?"

Sur ces quelques paroles, je continuais ma cigarette et attendais la faim de ce voyage en répondant aux quelques questions diverses de ces hommes. Le trajet dura vingt bonnes minutes quand soudain le moteur s'arrêta. Le chauffeur nous indique alors que nous sommes arrivés. Je repousse la porte. Reste désormais à prouver ce que je vaux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 2 Jan - 18:59
suite ici .

http://deathnotes-rpg.forums-actifs.com/t105-que-la-partie-commence-pv-fate-arashi#597
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» promenade de nuit dans une salle d'entrainement . (libre)
» Obama en chute libre ...
» La Salle du Feu
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira-
Sauter vers: