Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Hi, I just want to talk to you ~ (Yuno ♡)

 :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: Le Cavalier noir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 21 Jan - 8:20
Il était assis, dans l'un des bureaux du Cavalier Noir. Il avait du mal à se concentrer.
Le temps passait vite. Si vite. Comment imaginer que cela faisait déjà trois ans qu'il était au Japon ? Trois ans à la résistance, trois ans pour se rebeller contre un criminel dans un pays qui n'était même pas le sien. Parfois, il repensait à la Corée, le village dans lequel il avait vécu, sa famille, ses amis, les gens qu'il détestait... Cela faisait beaucoup. Beaucoup de souvenirs. Mais depuis qu'il était au Japon, il avait également fait de nouvelles rencontres. Elles n'étaient pas toutes positives, mais pour la plupart, il ne pouvait que s'en réjouir. Tout d'abord, il y avait ses collègues du Cavalier Noir. Ce n'était pas comme des collègues ordinaires, car ils se rebellaient, ils résistaient, comme lui. Il avait souvent l'impression de faire partie d'une grande famille, avec eux. Puis, pour aller plus dans les détails, il y avait Day. Day... Si belle, si adorable... Il ne savait pas vraiment ce qu'il ressentait pour elle, et il n'avait pas envie de le savoir.
Il y avait aussi Yuno. Yuno, elle était gentille comme tout. Il l'appréciait énormément, la voyait comme un bonne amie, bien que pour lui, les amis étaient rares, et choisis avec soin. Ça ne se voyait pas comme ça, mais il était très renfermé, et il était dur d'atteindre son vrai lui, ainsi que sa confiance. Mais Yuno, elle, elle l'avait, sa confiance. Il la connaissait depuis deux ans. Cela faisait déjà beaucoup de temps... Mais tout passait si vite. Trop vite. Il avait l'impression d'être encore nouveau, d'être encore fragile, d'être encore innocent et naïf comme auparavant, parfois, alors que pourtant, il n'avait fait que progresser durant les trois années passées au Japon.

Ses pensées s'embrouillaient, il se sentait fatigué, comme s'il était déjà tard, et qu'il n'avait pas dormi la veille. C'était assez étrange comme impression, et très désagréable. Il sentait presque sa tête lui tourner, et ses yeux se fermer tout seul au bout de quelques secondes à rester immobile. En même temps, il travaillait tout de même dur, au journal. Ensuite, il fallait ajouter à cela le stress et la confusion qui flottait dans toutes ses pensées. Oui, il était anxieux à l'idée de travailler dans la résistance. C'était son choix, mais parfois il ne pouvait s'empêcher d'avoir peur. Et s'il était confus, c'était tout simplement parce qu'il ne comprenait plus rien à ses propres sentiments. C'était troublant. Il devait travailler, il devait continuer à résister, mais parfois il avait juste envie de tout abandonner et de retourner dans son pays d'origine, de revoir sa mère qu'il avait si froidement quittée, de revoir son frère, de revoir Aku, de revoir tout le monde. De repasser devant la maison de son ancienne petite amie, Hanae, et de fondre en larmes sans pouvoir se contrôler, de rester dans le traumatisme constant que lui avait provoqué l'annonce de sa pendaison...
Mais il était au Japon, et il ne quitterait pas le pays. Il voulait se battre contre l'enflure qui avait tué Hanae et qui l'avait rendu si perdu et si renfermé, lui. Il avait l'impression que tout n'était qu'une blague, lorsqu'il voyait les gens, tous pareils, tous à se prosterner devant Kira, tous à l'appeler "Dieu" en bavant, alors que Dieu n'existait pas.

Soupirant longuement, il finit par se lever et quitter la salle dans laquelle il avait essayé de travailler, en vain. Il n'y avait pas grand-monde, sûrement parce qu'il était encore tôt. Mais il savait que Yuno était déjà présente, et il comptait aller la voir. Il n'irait pas parler à Day, celle-ci semblait débordée par le travail, et la perspective de devoir faire le premier pas le terrifiait. Il se demandait d'ailleurs pourquoi il avait tant de mal à lui parler en étant naturel. En tout cas, il était sûr que discuter avec Yuno lui remonterait le moral, quoiqu'il arrive. Il se dirigea vers le bureau dans lequel elle travaillait, marchant silencieusement dans les couloirs. Il avait l'impression de se cacher, constamment, dans cet établissement où étaient réunis plusieurs rebelles de la société de Kira, comme lui. Il était tellement fatigué qu'il avait l'impression de marcher des kilomètres pour atteindre la porte qu'il voulait ouvrir. Enfin arrivé. Il avait l'impression d'avoir fait un trajet de plusieurs centaines de mètres. Il soupira longuement. Comme d'habitude, il n'avait pas fait très attention à son apparence. En temps normal, il y prenait gare, c'était même assez important pour lui de donner l'image qu'il voulait donner de sa personne, mais en ces moments épuisants, il se contentait de s'attacher les cheveux en une queue de cheval, et de porter des vêtements noirs et blancs. De toute façon, Yuno ne le jugerait sûrement pas, même s'il devait débarquer en pyjama chez elle. De toute façon, là n'était pas l'important.

Il pénétra dans la salle, et ne pût empêcher un petit sourire de venir se poser sur ses lèvres lorsqu'il aperçut la jeune fille. Il se rendait peu à peu compte qu'il était très important d'avoir des proches, et de pouvoir voir librement les gens que l'on aime. Elle était tout de même son amie, et une amie, ce n'était pas rien, déjà.

« Salut Yuno. » murmura-t-il, espérant ne pas la déranger dans son travail.

Il se rapprocha légèrement, soupirant en sortant quelques feuilles sur lesquelles étaient rédigées des notes pour un article. Après tout s'il venait la déranger il devait au moins lui parler un peu de travail, bien qu'à la base il soit venu simplement pour chasser ses mauvaises pensées.

« Comment tu vas ? Sur quoi tu travailles en ce moment ? »

Il n'en dit pas plus, se contentant de rester debout près d'elle, son sourire si discret qu'on pourrait ne pas le remarquer. Il était toujours comme ça. Introverti, du genre à toujours cacher ses sentiments. Ce n'était pas de sa faute, simplement de celle de Kira, il en était certain.

Just breathe in and out.
'Cause all I want to do is just talk talk talk to you.
Please hear me out.
'Cause all I want to do is just talk talk talk to you.


HRP:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 21 Jan - 10:16
Un matin comme les autres... enfin pas tout à fait en fait. A peine quelques jours loin de Tokyo, et elle avait l'impression d'être redevenue la petite campagnarde qui débarque dans la plus grande ville du monde... ou presque. La Yuno qui était partie quelques jours plus tôt passer une petite semaine chez ses parents avait du mal à se lever le matin, elle grimaçait en regardant le soleil se lever sur les immeubles de la ville et les nuages gris dans le ciel. Celle qui était revenue se levait d'un bond, un grand sourire sur les lèvres en chantant joyeusement sous la douche. En partant ce matin, elle avait même embrassé tous ses colocataires sur la joue ! Chaque jour depuis son installation au milieu de ces garçons, ils la harcelaient pour qu'elle le fasse... et là ils n'avaient même pas eu à demander. Décidément, l'air de sa campagne natale lui faisait un bien fou... et lui manquait déjà.

Poussant un petit soupir nostalgique mais résigné, après tout... on ne trouve pas toutes ces boutiques de fringues magnifiques à la campagne, elle afficha une grande photo qu'elle avait prise là bas pendant ses vacances, juste devant son bureau. Elle retourna s'assoir et contempla le résultat d'un air satisfait : le cliché avait été prit depuis une colline qui surplombait son village. On y voyait pratiquement toute la vallée, avec la petite route de terre qui serpentait près de la rivière, les champs... et le petit attroupement de maisons dans un coin. Un petit rayon de soleil perçait à travers le nuage qui semblait s'être déposé juste au dessus du village sur la montagne... non, vraiment, Yuno était très fière de sa photo. Bien prise, bon angle, bonne lumière, beau paysage, un goût de chez-soi qui lui réchauffait le coeur dans la fraicheur matinale de son bureau... mais ça c'était de sa faute. Elle avait oublié de fermer la fenêtre la veille au soir... c'est con quand même.

Elle ne s'était remise au travail, emmitouflée dans un gros pull de laine tout simple et vraiment chaud que lui avait offert sa mère, que depuis quelques instants quand Minyu passa la porte. Elle lui adressa un sourire quand elle le vit, elle aimait bien Minyu, c'était l'un de ses seuls collègues "normaux"... enfin, au moins il ne lui faisait pas peur, il était gentil, et il donnait l'impression de lui faire confiance. Yuno, qui avait tendance à faire confiance beaucoup trop facilement et qui en avait fait les frais très vite en arrivant en ville, n'était pas certaine de lui donner entièrement la sienne, mais il faisait partie des rares personnes à qui elle aurait confié la plupart de ses secrets... si elle en avait eu. Mais sa vie avait été plutôt banale jusqu'à présent, et elle n'avait pas grand chose à raconter. Par contre, elle était très forte pour écouter, et ne racontait jamais rien de ce qu'on lui confiait. Jamais.


- Salut Minyu, t'es vachement matinal aujourd'hui !


Toujours cette image de vague sourire flottant sur la physionomie du garçon à peine plus jeune qu'elle, comme si on pouvait sentir qu'il souriait sans vraiment le voir. Yuno avait toujours été fascinée par cette expression faciale très précise qu'il avait toujours plus ou moins accroché sur son visage. Elle aurait trouvé ça amusant, voir même mignon... s'il n'y avait pas cette sorte de tristesse qu'elle voyait systématiquement au fond de ses yeux... parfois elle était très présente, parfois juste un tout petit peu... mais elle était toujours là. Et ce matin, particulièrement.

- Ça va merci, j'étais en train d'essayer de commencer à pondre la structure d'une interview que je n'aurais surement jamais...

Elle sourit.

- Mais comme j'ai vraiment envie de la faire, j'imagine que ça contribue à me faire espérer. J'ai aussi pas mal de photos à classer, on en aura besoin un jour pour des articles mineurs. Et il y a ce type là, tu sais, celui qui fait des articles pro-Kira... j'ai oublié son nom... il m'a commandé une demi douzaine de clichés qu'il faudra que j'aille faire d'ici la fin de la semaine... mais on ne peut pas dire que je croule sous le boulot en ce moment... et toi ? T'avais besoin de mes services ?

Elle avait vu les papiers qu'il avait emporté avec lui, peut-être que c'était important... mais elle avait bien plus l'impression qu'il était venu la voir pour se changer les idées que pour autre chose. Ce garçon était hanté par beaucoup trop de pensées désagréables pour aller vraiment bien... elle avait envie de le voir sourire franchement, mais c'était rare, et encore plus rare quand il y avait d'autres personnes...

- Oh ! Pendant que j'y pense ! Les garçons organisent une petite soirée à l'appart ce week end. Rien de bien extraordinaire, un genre de bonne bouffe entre potes avec quelques amis en plus en quelque sorte. Tu veux venir ?

Avant qu'il ai pu avancer l'argument du "je suis pas invité" ou autre connerie du style, elle lui lança un grand sourire et des yeux brillants genre "chat potté".

- S'teuplais ! Et puis c'est ton tour de me dire comment tu vas... t'as encore l'air triste ce matin. Si tu continue je vais être obligée de t'offrir une barbe à papa...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 23 Jan - 16:30
Oh que oui, il allait mal. Un peu comme d'habitude, depuis trois ans. Mais là, c'était pire. En fait, la douleur était présenté par vagues. Parfois, il se sentait mieux. Il avait l'impression qu'il allait finir par tout oublier et redémarrer, au Cavalier Noir, sans plus de haine et de tristesse quant à son regard sur le monde. Mais à certaines périodes, tout semblait plus sombre, plus malheureux dans ce pauvre univers qu'était devenu le monde. Le monde de Kira, à présent. Heureusement qu'il y avait encore des gens pour se rebeller et empêcher cette ordure de prendre complètement le pouvoir. Toute cela serait bien trop facile, d'influencer tout le monde, tous ces gens idiots qui n'avaient pas de personnalité, qui bavaient devant un homme qui s'était lui-même proclamé comme étant Dieu. Jamais il ne serait comme ça, lui. De toute façon, il était persuadé que Dieu n'existait pas. Hanae n'avait rien fait, et pourtant Kira l'avait poussée au suicide. C'était la preuve même qu'il n'était pas du tout bienveillant.

Mais il y avait une chose qu'il avait envie de faire, ce matin-là. Aller voir Yuno. D'après ce qu'elle lui avait dit, elle venait de rentrer d'un voyage en
Campagne. Il ne se souvenait plus vraiment, mais savait juste qu'en tout cas, c'était bien loin de Tokyo et du Cavalier Noir. Et la voilà qui revenait, apparemment. Il avait besoin de parler à quelqu'un. De voir quelqu'un. Quelqu'un d'autre que Day, car lui parler lui faisait du bien, mais devoir la quitter ensuite était douloureux. Il essayait d'éviter de trop la croiser, de trop penser à elle. Il avait l'impression qu'elle devenait sa drogue, ses médicaments, et qu'il risquait l'overdose très facilement. Alors il l'évitait. Il n'était même pas capable de s'avouer qu'il l'aimait. Il se persuadait de vouloir la détester, alors que son cœur ne demandait qu'à l'aimer plus. Il était donc allé voir Yuno. Des gens comme elle, il n'en existait pas partout. Il pouvait tout lui dire, il le sentait, bien qu'il n'aient jamais eu de discussions de confidence, tous les deux, il savait qu'il pouvait lui faire confiance. C'était une sorte de ressenti. Une impression. Peut-être une part du Minyu innocent et naïf qui était toujours là.

- Salut Minyu, t'es vachement matinal aujourd'hui !

Il se sentit gêné de la voir aussi joyeuse, aussi souriante, alors que lui ne pouvait même pas réussir à avoir l'air content de la voir. Pourtant il l'appréciait beaucoup, mais c'était comme ça, il était incapable de montrer sa joie, encore moins devant les gens. Il n'était pas vraiment doué avec les relations extérieures, et ce depuis quelques années déjà. Il avait toujours été assez timide, mais là ça n'avait rien à voir. C'était juste que depuis qu'il avait commencé à être malheureux, il lui était devenu impossible de sourire, de rire, de pleurer, d'aimer... tout ça normalement. Il se sentait comme traumatisé par les expériences relationnelles, comme s'il n'était plus capable de ressentir des choses comme tout le monde pour les autres, comme s'il en avait trop peur.
Yuno rajouta qu'elle allait bien, qu'elle était en train de travailler sur un interview. Elle souriait. Ce qui n'était pas son cas, à lui. Certes, un léger sourire flottait sur ses lèvres sans vraiment être là, mais ce n'était pas comme elle.

Apparemment, elle avait remarqué qu'il était venu la voir pour lui parler. Elle lui dit qu'elle n'était pas trop occupée, et qu'elle avait de nombreuses choses à raconter pour ses articles, avant de lui demander ce qu'il voulait. Il serra ses feuilles contre son torse. Il allait dire quelque chose. Il ne savait pas quoi.

- Oh ! Pendant que j'y pense ! Les garçons organisent une petite soirée à l'appart ce week end. Rien de bien extraordinaire, un genre de bonne bouffe entre potes avec quelques amis en plus en quelque sorte. Tu veux venir ?

Une soirée ? Il ne savait pas. C'était normal après tout. Tout le monde savait qu'il n'aimait pas trop les réunions entre "amis". Il aurait aimé pouvoir les qualifier d'amis. Mais il n'était pas capable de comprendre les liens proches qui l'unissaient à ses collègues du Cavalier Noir. Mais de toute manière, il aurait aussi aimé pouvoir sourire sincèrement. Et rire. Pouvoir vivre dans le présent sans divaguer sans cesse sur le passé.
Il allait protester, dire qu'il ne pouvait pas venir, mais elle fit de gros yeux suppliants et lui annonça qu'il n'avait pas l'air heureux. Encore une fois. Et qu'elle voulait qu'il vienne. Il lui sourit d'un air tendre, attendri.

_ Hum... Je vais...

Il voulait dire qu'il allait bien. Que tout allait bien. Qu'il était parfaitement heureux. Mais il n'y arrivait pas, il avait l'impression de mentir. Non, il mentait. Tout simplement. Il soupira, et posa sa main sur son front, sans savoir quoi dire, quoi faire, quoi rajouter. Il voulait mentir. Il voulait mentir en disant qu'il n'y avait pas de problèmes. Mentir en disant qu'il détestait Day. Mentir en disant qu'il ne ressentait rien du tout, qu'il ne venait que pour travailler. Il voulait que sa vie soit un mensonge. Mais non. Une autre partie de lui ne voulait pas ça. Ses lèvres se mirent à trembler. Presque inperceptiblement. Il se força à rester calme.

_ C'est juste que... Je... Je sais pas ce qui m'arrive en ce moment... soupira-t-il, fixant le sol, sa voix tremblant un peu plus à chaque mot.

Il ne savait pas quoi lui dire. Il voulait se confier. Lui dire que cela faisait trois ans qu'il ne se reconnaissait plus, qu'il ne savait plus qui il était, ce qu'il devait faire. Il sentait qu'il n'allait pas pouvoir se contenir bien longtemps, et il avait peur de montrer un signe de faiblesse... Mine de rien, il avait complètement oublié le sujet de la soirée organisée par les autres garçons.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 29 Jan - 7:59
En voyant son expression faciale changer légèrement pour lui donne un air soudain encore plus triste, Yuno se dressa sur ses pieds, franchis le petit espace qui les séparait d'une foulée et le prit dans ses bras. Elle n'avait encore jamais fait ça avec Minyu, mais elle était plutôt coutumière de ce genre de réactions... Yuno détestait voir les gens être triste, elle ne pouvait pas s'empêcher de tout faire, tout, pour qu'ils se sentent mieux. En l'occurence, elle n'avait pas la moindre idée de quelle serait la réaction du jeune homme, mais elle n'y avait même pas réfléchit. Elle le tenait serré contre elle avec une douceur presque maternelle. La jeune fille avait toujours fait ça, aussi loin que remonte sa mémoire elle avait sauté au cou des gens qui se sentaient tristes, vulnérables où simplement mal... même quand elle était plus jeune et encore à l'école. Au début, ses camarades de classe avaient trouvé ça un peu osé et étrange, surtout au collège et au lycée, mais ils s'y étaient fait rapidement et avaient même finit par apprécier ça. Yuno était simplement spontanée et entière, elle agissait souvent avant de réfléchir et ne se demandait que rarement "qu'est ce que les gens vont penser de moi si je fais ça ?". La seule chose qu'elle voyait, c'était que Minyu était triste, réellement malheureux au point d'en souffrir en permanence.

- J'suis désolée Min', j'aurais pas dû dire ça... j'suis désolée...

Elle n'avait jamais voulu le pousser à exposer sa souffrance à ses yeux, il n'avait peut-être tout simplement pas envie d'en parler, peut-ête même qu'appuyer sur ce point l'avait rendu encore plus triste... La jeune fille le poussa doucement vers le canapé qui trônait contre un mur de son bureau (super pratique pour faire la sieste) et le fit s'y assoire. Sans cesser de le tenir contre elle, elle s'y installa aussi... et le lâcha doucement sans vraiment rompre le contact. Elle gardait sa main posée sur celle de Minyu et lui adressait un petit sourire timide. Vous noterez que dans le "feu de l'action", la jeune fille avait affublé son ami d'un surnom... ce qu'elle n'avait encore jamais fait. Probablement un genre de réflexe...


- Je ne sais pas ce que c'est Min', mais ne dis pas "en ce moment" d'accord... ça fait longtemps que c'est comme ça et que t'essaye d'avoir l'air de péter la forme.

Elle leva la main et repoussa doucement une mèche qui tombait sur le visage du jeune homme.

- Être fort c'est bien... mais ça ne veut pas dire "prendre sur soit jusqu'à ce que ça explose". C'est bon pour personne ça... si tu continue comme ça tu vas finir par t'enfermer dans un genre de boucle sordide et il ne restera plus que toi et ta douleur, rien d'autre n'aura d'importance et tu vas finir par te perdre. C'est pas bon ça...

Elle avait entendu sa voix faiblir, avait vu son visage se décomposer et ses lèvres trembler... il était tout simplement impossible désormais qu'elle le laisse partir comme ça. Tant pis pour le travail, tant pis pour le reste... la seule chose qui comptait là maintenant tout de suite, c'était de rendre le sourire à Minyu, de alléger un peu le coeur, au moins pour un temps, et de lui faire plaisir.


- Tu veux un bonbon ? J'en ai plein, des trucs à la fraise, des sucettes à la pomme et euh... des trucs acides et sucrés je sais plus à quoi... c'est cool les bonbons et ça fait du bien au moral... le chocolat aussi, mais j'en ai pas... et pour ta barbe à papa faudra attendre de sortir, j'ai pas vu de stand dans les bureaux... gave manquement d'ailleurs, quel bureau n'a pas son stand de barbapapa hein... euh... enfin bref. Pardon...

Elle lui sourit timidement à nouveau et regarda encore ses yeux tristes... n'ayant pas la moindre idée de comment faire pour les rendre brillants de joie, elle le prit à nouveau dans ses bras et déposa un petit baiser sur sa joue.

- T'es pas tout seul Min'... et si tu l'as été c'est fini.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 8 Fév - 13:06
Cela faisait longtemps qu'il se sentait mal, c'était vrai. Parfois, il avait l'impression que ça allait un peu mieux. Que Day, que Yuno, que tous les autres lui avaient "reconstruit" une vie mieux, ou différente. Mais aussi, à certains moments, la douleur revenait. Plus forte, plus sourde, plus irrationnelle, plus folle. Il avait envie de crier, de pleurer, de hurler, tant il se sentait malheureux. Mais aussi d'un autre côté, il avait l'impression qu'il n'avait pas le droit de se sentir aussi mal, qu'il ne devait pas se permettre de pleurer... Il y avait des gens bien plus tristes, dans la vie, non ? Des gens qui étaient malades, qui n'avaient pas de famille... Et moi je me sentais misérable, à me plaindre. J'avais juste perdu un être cher à mon cœur, et je ne m'en remettais pas... Juste ça. Il avait beau se répéter cela, ça ne lui semblait pas anodin du tout. Et pourtant, il tentait d'oublier et de se concentrer sur autre chose. En vain. Sa vie n'était plus qu'une ombre. Il voulait rire et sourire mais il n'y parvenait jamais sincèrement, et dans ses yeux subsistait une lueur de tristesse.

Yuno s'excusa platement, l'air inquiet. Il remarqua qu'elle l'avait appelé "Min'" et non "Minyu". Il ne releva pas. Elle le poussa vers le canapé, et s'y assit également à ses côtés. Il sentait la chaleur de la main de la jeune fille sur la sienne, ce qui, dans un sens, le réchauffait, lui et son cœur. Comme si c'était déjà une source de réconfort, de savoir, de sentir que quelqu'un était là pour lui. Il restait pourtant silencieux, calme, immobile. Il restait les yeux fixés sur le sol morne. La jeune fille murmura qu'il ne devait pas prétendre être malheureux "en ce moment", et qu'elle voyait bien qu'il était comme ça depuis qu'elle le connaissait, depuis longtemps. Elle était observatrice. Elle avait comprit qu'il ne faisait que semblant, elle avait raison lorsqu'elle murmura qu'il faisait comme s'il était en forme. De son côté, il ne répondait pas. Elle avait raison, et ce jour-là, ce n'était plus le moment de jouer la comédie. Elle passa sa main sur son visage pour remettre en place une de ses mèches blondes, gentiment.

- Être fort c'est bien... mais ça ne veut pas dire "prendre sur soit jusqu'à ce que ça explose". C'est bon pour personne ça... si tu continue comme ça tu vas finir par t'enfermer dans un genre de boucle sordide et il ne restera plus que toi et ta douleur, rien d'autre n'aura d'importance et tu vas finir par te perdre. C'est pas bon ça...

Il releva la tête vers elle et lui sourit. Elle visait juste à chaque fois... Ses paroles étaient pleines de bon sens et ne reflétaient que la réalité. Il allait lui répondre, s'apprêtant à lui sourire faiblement, mais celle-ci lui proposa un bonbon, rajoutant qu'elle devrait mettre un stand de barbe à papa dans son bureau. Cette phrase s'ensuivit d'un "pardon" humble, qui cette fois-ci, fit sourire le garçon sincèrement. Elle était gentille et attentionnée, elle était amusante et sympathique. Il se rendait compte que c'était une grande chance de l'avoir comme amie. Il se sentit mieux lorsqu'elle le prit dans ses bras, déposant un baiser sur sa joue.

- T'es pas tout seul Min'... et si tu l'as été c'est fini.

Ces paroles le réchauffèrent de l'intérieur. Il n'était pas seul. Il avait perdu un être cher, était parti de son pays, quittant sa famille et ses anciens amis. Mais à présent, il y en avait d'autres, des amis, une famille. Des gens sur lesquels il pouvait compter, en tout cas il l'espérait. Il avait du mal à s'ouvrir, du mal à pleurer ou à sourire, il avait l'impression d'être constamment enchaîné à lui-même, dans une cage séparée des autres et du reste du monde. Il sourit sincèrement, acceptant avec joie le bonbon qu'elle lui tendait.

_ Tu es adorable Yuno... Mais tu sais, je sais que vous êtes tous là pour moi... C'est juste que... Je suis comme ça, c'est pas de votre faute simplement de la mienne...

Il ne savait pas s'il pouvait en dire plus, s'il pouvait se confesser. Mais c'en était trop, à présent qu'il avait commencé, s'arrêter serait encore plus dur que de continuer. Il murmura d'une voix qu'il tentait de garder neutre :

_ J'avais une... Amie.... On l'a retrouvée pendue chez elle.

Il sentit ses yeux commencer à le piquer. Il ne devait pas pleurer... Même si les images persistantes du visage de la fille continuait à hanter son esprit. Elle était morte, elle ne reviendrait pas. Mais il avait besoin d'en parler...

HRP : Désolée pour le retard j'espère que ça te va >___<
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 12 Mar - 17:36
"_ J'avais une... Amie.... On l'a retrouvée pendue chez elle. "

- Hop ! Attends !


La jeune fille se leva d'un bond, traversa la pièce comme une flèche et ouvrit une porte de placard à la volée. Elle en sorti une bouilloire, une théière, des tasses, un fouillis innommable de sachets de thé divers et variés, du sucre, des cuillères, un harmonica, du café soluble, encore des bonbons, des feuilles de thé vert et un petit sachet de thé impérial. Elle fourra le tout sur un plateau, tel quel (à part la bouilloire évidemment... quand même), et apporta le tout vers eux sur la table basse. Elle brancha la bouilloire, la remplit d'eau... et posa l’harmonica sur un autre meuble parce qu'il n'avait rien à faire là.


- Voilà pardon... c'est juste que je pense qu'on va avoir besoin d'un remontant, et qu'à part la vodka, je n'en connais pas de meilleur qu'un bon thé... j'ai pas de vodka au bureau désolée. Au pire si t'en veux on va chez moi, mes collocs en ont des placards pleins. Ils ont d'autres trucs aussi mais je m'y connais assez mal donc je ne saurais pas te dire ce que c'est...

Elle sourit au jeune homme.

- Et arrête avec tes "gnagnagna c'est ma faute"... non. C'est juste que tu n'as pas la moindre idée de comment t'y prendre... Je vais t'expliquer. Là par exemple tu as besoin de raconter ton histoire. Eh bien fais-le, ne t'arrête pas au bout d'une seule phrase comme si elle expliquait tout ce que tu es et tout ce que tu fais. Parle moi de toi, de ton amie, explique moi comment et pourquoi ça te fait autant de mal... tout. Je n'aurais peut-être pas la moindre solution, mais au moins tu auras entièrement vidé ton sac... t'as pas idée d'à quel point ça peut faire du bien Min'...

Elle leva le bras pour lui caresser doucement la joue et l'obliger à la regarder dans les yeux pendant quelques secondes. Elle lui adressait un regard doux et légèrement espiègle, comme toujours, mais dans lequel on voyait qu'elle était sérieuse pour une fois, et qu'elle ne jugeait jamais personne... à part Nightmare... mais ça ne se voyait pas dans ses yeux ça... et puis Nightmare était un grand malade psychotique, ça ne comptait pas du coup...

- Et ne te retiens pas de pleurer... ça fait du bien de pleurer et il n'y a que moi pour te voir faire ici... En plus ça n'est pas une marque de faiblesse comme ce que la plupart des gens disent. Moi je pense qu'il faut beaucoup de force pour accepter de laisser couler ses larmes... mais ça libère Min... promis, ça libère. Pas entièrement, parler non plus... mais ça soulage au moins un peu, et c'est un premier pas vers un "mieux" progressif... parce que ça ira mieux Min'... ça finit toujours pas aller mieux tu verras. Promis aussi !


Elle retira sa main de la joue de son ami et lui montra la grande quantité de choix de thé qui s'étalaient sur la table de façon totalement aléatoire.

- Tu veux lequel ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 13 Avr - 2:52
Il lui a tout dit. Ce qui lui fait si mal. Et elle, elle se lève en lui demandant d'attendre, allant manifestement chercher quelque chose dans ses placards. Elle semble si légère et naturelle qu'il se demande même si elle a entendu ce qu'il a dit. Finalement, elle se rassoit à ses côtés. Elle s'excuse, toujours de son air amical et presque nonchalant, mais c'est justement plutôt réconfortant et rassurant. Elle tente de se justifier, il n'essaye même pas de comprendre pourquoi. À vrai dire, il l'écoute seulement d'une oreille. Il n'aurait pas dû dire ce qui ne va pas. À présent le traumatisme l'envahit. Le vide s'imprime dans son regard. Son souffle se fait plus court, il repense à cet instant, alors qu'on lui a annoncé la nouvelle.
"Elle est morte. Elle s'est suicidée."
Il sent une sorte de fièvre qui le fait déjà pâlir et transpirer. La haine envers Kira se renforce, il est certain que tout est de sa faute. Mais un autre sentiment, encore plus fort, prend le dessus. La peur. Oui, il a peur. Il est terrorisé, même. Il peut mourir, il le sait. Mais pire encore, sa famille et ses amis de Corée dont il s'est éloigné volontairement peuvent disparaître aussi. Et Day. Day, Day, toujours Day. Il a peur de devoir un jour faire face à l'horreur d'une autre perte. Rien que d'imaginer, il en meurt, le cœur brisé.
"Elle est morte. Pendue. Tuée par Kira."
Il se mord la lèvre, les larmes se mettent à couler sur ses joues pâles. Il ne se rend même pas compte qu'il divague, qu'il mélange tout. Cette fille. Et Day. Day. Et cette fille. Ce sont même pas la même personne. Il entend Yuno qui tente le rassurer. Il sort de son état second, clignant des yeux plusieurs fois.

Elle lui dit que ce n'est pas de sa faute. Qu'il a besoin de raconter son histoire, et qu'elle sera là pour l'écouter. Elle lui caresse la joue. Il sourit faiblement, l'espace d'une seconde... Et il éclate en sanglots pour de bon. Elle est si gentille. Elle a raison, il n'est pas tout seul. Elle lui dit qu'il ira mieux, qu'elle lui promet que ça lui fera du bien. Il la prend dans ses bras, et il reste plusieurs minutes, le corps agité de pleurs, les yeux fermés. Il tente de se calmer. Il n'y arrive pas du tout. Il a l'impression que tout est trop dur. Il se sent égoïste. Après tout, il n'a pas eu une vie si atroce. Et pourtant, il se sent si malheureux. Il sent sa haine pour Kira augmenter chaque jour, mais en même temps, il ne sait plus. Il ne sait plus si se venger de lui le soulagera. Il a l'impression que même s'il le tue de ses propres mains, même s'il répand son sang sur ses mains, même s'il le fait hurler et supplier, il n'en tirera rien, au final. Il a l'impression de se retrouver dans une impasse. De ne rien pouvoir faire pour aller mieux.

Et il aime Day. Il la déteste pour cela, ou plutôt, il se déteste de l'aimer. Parce qu'il a peur de la perdre, et parce qu'il sait qu'il ne devrait pas. Ils sont censés entretenir une relation professionnelle. L'aimer ne fera que le faire souffrir. Et pourtant, il ne peut pas décider ce que fait son cœur n'est-ce-pas ? Il a envie de demander conseil à Yuno. De tout lui expliquer. Il finit par se calmer. Il se mord la lèvre pour empêcher d'autres sanglots de s'échapper. Les larmes coulent toujours sur ses joues, mais il se maîtrise mieux. Il soupire légèrement.

_ Je... Je me sens perdu, Yuno... Depuis longtemps déjà...

Il la regarde, les yeux toujours brillants de larmes. Il ne s'est jamais confié à personne. Ça lui fait bizarre. Il ne sait pas comment exprimer ce qu'il ressent, il a déjà pleuré, il ne veut plus le refaire devant elle. Il arrête de se mordre la lèvre, il baisse les yeux et fixe le sol, esquissant un sourire faible et légèrement forcé.

_ Je ne sais plus ce qui est bien ou non... J'ai peur de l'amour depuis que cette... amie est morte... pendue... tuée par Kira, j'en suis sûr.

Il sent la détresse remonter en lui comme un prédateur enfoui dans son cœur qui s'apprête à lui bondir dessus. Il retient une nouvelle vague de larmes, et se contente d'inspirer le plus calmement possible. Ce n'est pas facile de se confier. Mais garder tout pour lui est encore plus dur. Simplement, il a peur que ça n'aille pas mieux après ça. Mais il ne bouge pas, il ne se remet pas à pleurer.

_ Alors pourquoi a-t-il fallu que Day... murmure-t-il, les yeux fixés au sol. Pourquoi faut-il que je l'aime, elle ?

Il relève ensuite son regard vers Yuno. Ses yeux sont toujours brillants mais les larmes sont parties. Il lui sourit, et prend un sachet de thé vert sur la table. Il ne dit rien. Mais du regard, il la remercie. Il aimerait tant lui dire à quel point elle est en réalité devenue importante à ses yeux. Pas comme Day, d'une autre manière. Elle est son amie.

HRP : Désolée du treees long retard >_< j'étais super débordée IRL avec des problèmes de santé et tout. Ça ne se reproduira plus. ♡
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Aoû - 13:23
- Mmh... perdu hein...

La jeune fille contempla longuement les divers sachets de thé, puis se mit à sourire, rayonnante.


- Bon ben dans ce cas tu vas prendre celui là. C'est un thé noir aux agrumes avec une pointe de bouton de roses, tu vas voir tu vas adorer. Il fallait le dire tout de suite que tu ne savais pas quoi prendre, ça aurait été plus simple... tu te focalise trop sur les détails Min'.

Bon d'accord, elle avait tout à fait compris qu'il ne disait pas qu'il était perdu à cause du thé... mais même si cette conversation était importante pour Minyu, enfin visiblement du moins, elle avait besoin de davantage de légèreté. Les grands étalages de sentiments la mettaient mal à l'aise et elle avait juste envie de l'attraper par les épaules et de le secouer jusqu'à ce que qu'il se bouge le cul d'arrêter de déprimer pour un truc qui s'était passé longtemps auparavant et pour lequel il culpabilisait alors qu'il n'était pas supposé le faire.

Elle poussa un soupir, mit le thé à infusé et se tourna vers lui, l'air grave.


- Bon, alors écoute moi bien parce que c'est important. Ce qui est arrivé à cette fille, ça n'est pas ta faute. Si tu pense que c'est à cause de Kira, très bien, c'est sa faute à lui dans ce cas, méprise le, déteste le, engage toi dans la résistance, trouve-le, tue-le... mais t'en vouloir à toi, plus encore que d'être ridicule, c'est pathétique et ça n'a rien de constructif. Après, si tu aimes te morfondre et t'effondrer pour les histoires des autres alors c'est différent, amuse toi bien... mais je ne crois pas que se soit ton kiffe.


Et puis merde à la fin quoi, pourquoi les gens s'en voulaient toujours quand quelque chose arrivait à quelqu'un qu'il appréciaient ? Si jamais ses parents avaient un accident et crevaient demain, elle serait triste, inconsolable même, mais elle n'allait pas s'amuser à s'en vouloir pour ne pas avoir fait trois cents bornes sur un coup de tête pour aller les saluer histoire qu'ils ne prennent pas la voiture, c'était complètement con ! Des gens mourraient, ça arrivait tous les jours, là en l'occurence elle avait été butée par Kira... ça aussi ça arrivait tous les jours. C'était triste, mais la responsabilité de Minyu n'était engagée nulle part !

- Pour le bien et le mal c'est simple, ce qui est bien c'est ce qui te fait du bien, ce qui est mal c'est l'inverse. Manger une glace au chocolat : c'est bien. Culpabiliser pour rien, c'est mal... tu comprends ? Ce qui est important c'est toi Min, pas le reste, t'as juste besoin d'être un peu égoïste de temps en temps et ça ira très vite mieux. Ressasser les mauvais souvenirs ne fait de bien à personne ! Jamais !

Elle rejeta ses cheveux en arrière et reprit.


- Pour Day, j'en sais rien. Je veux dire, c'est une fille stressée et stressante, elle m'engueule tout le temps et n'écoute jamais ce que j'ai à dire... à côté de ça c'est vrai qu'elle est sympa et plutôt jolie, faudrait qu'elle s'occupe un peu plus de sa peau mais j'imagine qu'elle n'en a pas le temps. Personnellement je ne suis pas amoureuse d'elle donc non, je ne sais pas pourquoi tu l'aimes autant, et alors ? C'est ça l'amour non ? On to!mbe sur quelqu'un, ça flashe comme un coup de tonner, on est amoureux et on ne sait pas pourquoi mais on s'en tape, on aime et c'est tout et c'est ça qui est si bon et qui fait tellement mal à la fois. Arrête de te poser des questions bordel, tu perds ton temps et ta vie dans des questions existentielles ridicules Min ! Si t'es amoureux, fonce, fais toi plaisir, fais lui plaisir et vivez joyeusement, engueulez-vous, réconciliez-vous... pourquoi c'est tellement compliqué ? Ne me dis pas que tu as peur de t'attacher parce que tu as peur de souffrir et de la perdre un jour, parce que oui, on perd les gens, on finit toujours par les perdre un jour, alors on souffre comme jamais et on ne s'en remet pas. Et alors, si c'est le prix à payer pour avoir eu l'occasion d'aimer quelqu'un si fort, d'accord. Moi je l'accepte, parce que c'est quand on aime autant qu'on a vraiment l'impression de vivre, c'est quand on souffre comme ça qu'on sait qu'on était sincère, et que la vie continue même si ça fait mal. Il n'y a que la mort qui aie vraiment quelque chose de définitif. La vie c'est éphémère, l'amour aussi. Alors profite pendant que tu peux, autant que tu peux, et attête de te complaire dans cette noirceur alors que tu pourrais que tu pourrais irradier de lumière merde !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: Le Cavalier noir-
Sauter vers: