Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Retour à la ville. Moins de fleurs, plus de chaussures - [PV Day]

 :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: Le Cavalier noir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 19 Jan - 23:38
*Paf*

Ça, c'était le bruit qu'avait fait la chaussure de Yuno quand elle s'était posée sur le quai de la gare de Tokyo. La jeune fille avait poussé un soupir mélancolique et avait continué à produire ce bruit en direction de la sortie, mais sans y faire attention cette fois. Elle revenait de quelques jours passés dans le village qui l'avait vue grandir, et là bas, même la gare était minuscule, le quai avait été retapé bien sûr, quelques années auparavant, il était même en gravier ! Un luxe pour la région, normalement c'était de la terre battue, mais leur village restait le plus fréquenté du coin, et la terre battue quand il pleut, c'est pas vraiment très classe...

Ces quelques jours loin de l'immense fourmilière hyper-active qu'était la ville lui avaient fait un bien fou... mais il fallait bien revenir un jour. Elle avait ses études de photo, ses boutiques favorites... et le boulot que lui avait déniché sa cousine aussi, ça faisait à peu près deux ans qu'elle y travaillait, mais à chaque fois qu'elle prenait des vacances elle avait le même stresse qui la prenait. C'était comme un premier jour, sauf que c'était pire parce qu'elle savait ce qui l'attendait. Attention, ne vous trompez pas, Yuno adorait son travail, elle adorait bosser pour le Cavalier Noir... seulement elle connaissait trop bien la faune qui peuplait les bureau pour se sentir rassurée c'est tout. Elle avait eu envie de se teindre les cheveux en bleu électrique toute la mâtinée, mais avait réussi à s'en empêcher. Elle se disait que ça ne serait sans doutes pas du meilleur effet pour recommencer le boulot que d'arriver avec une couleur de cheveux aléatoire, une tenue probablement assortie et des chaussures type moon boots avec des diodes bleues branchées partout... ouah, bonne idée tiens. Il allait falloir qu'elle se trouve des pompes comme ça... des diodes bleues avec les cheveux de la même couleur... sérieux, c'est géant comme idée ! Elle s'arrêta net, se fit percuter brutalement par le pauvre gars qui marchait derrière elle et qui n'avait rien demandé à personne, sorti son calepin spécial "jour sans" et nota ses nouvelles idées. Après tout on ne sait jamais hein...

Il lui restait quelques heures avant d'aller au bureau. Elle voulait passer déposer ses affaires à la "coloc'" et faire un coucou chez elle avant d'y aller.

Arrivée dans son appartement, elle fut brutalement assaillie par les plaintes de ses cinq colocataires mâles. Elle n'était partie que quelques jours, mais ils s'étaient si bien habitués à sa présence douce et agréable... et à sa cuisine... qu'ils crevaient la dalle. Elle leur adressa un sourire amusé, laissa tomber son sac de voyage et alla leur cuisiner quelque chose. Rien de bien long où de bien compliqué, elle se contenta de leur faire caraméliser un peu de poulet sauce teryaki, de faire revenir des petites pointes d'asperge au wasabi en poudre et au sésame, de lancer l'autocuiseur pour le riz, et de préparer quelques mocchis. Ravis, ils papillonnaient autour d'elle en lui racontant les derniers potins, les prochaines soirées où il faudrait ABSOLUMENT qu'elle vienne, les derniers articles de la revue de photographie qu'ils lisaient... elle resta longtemps à parler et manger avec eux, puis elle alla se changer.

Elle était stressée, mais dans un état normal. Sa tenue était donc assez simple : un débardeur blanc cassé flottant avec des bretelles plutôt épaisses, un jean taille basse légèrement en mode "pattes d'éléphant" mais pas trop, et une paire de tennis blanches en toile. Elle prit quand même une petite veste qu'elle fourra dans son sac au cas où, se coiffa rapidement sans attacher ses cheveux, et se maquilla très légèrement les yeux. Sa peau était si pâle de toute façon que ses lèvres n'avaient pas besoin d'être mises en valeur par quoi que se soit, et de toute façon elle avait la flemme.

Elle s'en alla tranquillement, retrouva sans soucis les bureaux du Cavalier Noir, entra... et resta plantée là comme une conne, se demandant quoi faire, où aller, par quoi commencer...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 17 Fév - 0:30
Elle est stressée. Elle doit au moins avoir une tonne de choses à faire et elle n'a aucune idée de par où elle doit commencer. Ce qui est sûr, c'est que le travail de rédactrice en chef n'est pas pour elle. Elle n'arrive pas à se faire respecter. Si seulement, les gens pouvaient faire l'effort d'essayer de lui simplifier la vie, ce ne serait pas de refus. Mais non, il faut toujours que les gens en font qu'à leur tête. Ils ne peuvent pas tous réagir pareil, ce serait trop simple pour la pauvre petite journaliste. Minyu est parfait. Il tente de l'aider le plus possible dans tout ce qu'elle fait. Il est génial pour ça. Il cherche à lui donner le moins de boulot possible, elle ne l'a sûrement jamais vu aussi indépendant dans son travail. Nightmare est détestable. Bien sûr, il l'est au quotidien donc ça n'a rien d'étonnant. Mais là, il est simplement pire. Il fait tout pour la mettre à bout, lui rappeler qu'elle n'est pas aussi douée qu'Illness pour la gestion du journal. Il est presque à lui dire que la rédaction va couler par sa faute. Et il ne fait rien, ou alors le strict minimum. Si elle ne connaissait pas son importance pour la boîte, elle l'aurait mis à la porte dès le premier jour, dès la disparition d'Illness. Mais une fois encore, elle a pris sur elle, sans rien raconter aux autres.

Elle comprend enfin l'obsession d'Illness pour le travail parfaitement fait. Elle a toujours eu du mal à comprendre pourquoi sa patronne haïssait autant le retard – même de cinq minutes – mais là, elle se rend compte que c'est le début de l'apocalypse. Elle regarde les dossiers s'empilant devant elle, sa tasse de café vide. Non, elle ne va pas en boire un supplémentaire, ni prendre une pause cigarette. Ce n'est pas de cette façon qu'elle va s'en sortir. Elle barre d'un trait marqué une des choses marquées sur le post-it devant elle. Une tâche de plus de faite. Elle verrait la fin. Le Cavalier Noir serait publié et parfait. Mais pour ça, elle avait besoin d'aller voir Yuno pour récupérer des photos. La photographe fait partie de la troisième catégorie de personnes. Après ceux qui font tout pour l'aider, mais avant ceux qui l'enfoncent. Ceux qui prennent des vacances. Day se refuse de juger, elle a dit oui alors que ce n'était simplement pas le moment. Elle aurait largement préféré voir toute l'équipe rester au bureau travailler. Illness aurait dit non. Illness est forte, pas elle.

Elle arrive devant le bureau de Yuno. Vide. Non sérieusement. C'est une blague. Ça devait forcément en être une organisé par cet abruti de Nightmare. C'est toujours de sa faute de toute façon. Elle soupire, ferme rapidement les yeux avant de se reprendre. Elle doit forcément être quelque part, ou alors elle n'est pas encore arrivée. Dans tous les cas, ça ne facilite pas les choses. Elle doit maintenant partir à la recherche de Yuno dans les bureaux. Donc, pour la peine, elle va se prendre une pause clope. Il n'y a pas de raison. Les gens ne sont jamais à travailler quand elle en a besoin, elle peut très bien prendre quelques minutes pour elle. Elle descend au rez-de-chaussée, bien motivée à sortir du bâtiment quand elle la voit. La rousse est là, il semble qu'elle vient tout juste d'arriver. Bon, c'est déjà ça. Au diable la pause clope, ça pouvait bien attendre quelques minutes de plus. Elle travaille depuis tellement tôt qu'elle n'est plus à ça près.

« Yuno ! Tu tombes vraiment bien. J'ai absolument besoin des photos, tu sais celle pour l'article sur le centre culturel. »

Elle s'en fiche de savoir comment elle va, qu'elle ait passé de bonnes vacances. Ça paraît méchant dit de cette façon mais à quoi bon faire des efforts. Elle est surmenée, elle n'a pas le temps de penser aux formules de politesse.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 12 Mar - 12:19
Yuno fit un bond monumental en arrière en laissant un petit couinement de terreur s’échapper d’entre ses lèvres. Son ridicule petit saut la fit rencontrer un peu trop brutalement le battant de la porte qui était restée ouverte, du coup un autre petite couinement se fit entendre… de douleur cette fois. La jeune fille finit sa course par terre, à demi sonnée, une douleur sourde en train de naitre au niveau de sa tête et de son fessier, elle leva des yeux paniqués vers Day… et fut soulagée de constater que ça n’était que Day. Day n’est pas effrayante… Day est stressée… Day est toujours stressée, pressée et mécontente parce que les autres le sont moins, mais au moins Yuno était capable de comprendre ça. Elle avait été surprise d’être abordée de la sorte mais avait sans doutes eu beaucoup plus peur que cela puisse être Nightmare, par exemple… où un autre membre du Cavalier Noir tout aussi flippant…

- Je… euh… Bon… bonjour Day… j'ai cru... bref... et je… les photos c’est ça ? Je les ai sur moi…

Elle se remit debout en chancelant un peu et chercha fébrilement son dossier dans son sac… pas là, évidemment. Elle était pourtant sure de l’y avoir laissé avant de partir en vacances.

- Ah euh… attends… j’ai dû le laisser dans mon bureau, tu viens avec moi ? Ça ira plus vite quand même.


Elle entraina Day dans les couloirs et les escalier sans vraiment lui demander son avis, poussa la porte de son bureau et grimaça en voyant le bordel qui y régnait. Quelqu’un avait dû venir chercher quelque chose, où simplement faire chier, c’était possible aussi…. CERTAINES PERSONNES aimaient bien la faire tourner en bourrique. Étrangement, le simple fait de voir ce bordel et de savoir que c’était sans doutes fait exprès la fit craquer. Elle se mit à pleurer… bêtement…

- Je suis désoléééeeeee ! Je v… vais… vais… vais…

Elle cherchait son dossier tout en sanglotant comme une gamine. Les vacances c’était bien… le retour, ça faisait mal. Le stress, la peur constante de se faire sauter dessus par Nightmare et autres monstres… tout ça commençait à être difficilement supportable par la pauvre petite campagnarde pas encore réhabituée à son rythme de croisière. Ça irait mieux dans quelques heures, quelques minutes même peut-être… mais là… là… Il lui fallait de nouveaux vêtements.

Mettant enfin la main sur le dossier, elle voulu le tendre à Day… mais elle ne le tenait pas assez fermement et toutes les photos s’éparpillèrent sur le sol. Redoublant de vigueur au niveau de ses sanglots, la jeune fille se mit à les ramasser en répétant qu’elle était désolée, tellement désolée, si désolée et terriblement désolée d’une manière à peu près aussi compréhensible qu’un homme bourré essayant de parler en grec ancien. Au final, elle réuni le tout, se redressa… et se calma d’un seul coup. Elle se racla la gorge, essuya ses yeux et offrit un petit sourire navré à Day.


- Voilà, t’as tout ici. Mes clichés sont classés par ordre d’importance et de pertinence, tu n’as qu’à les utiliser comme ça. Les derniers sont des bonus, au cas où il y aurait des pages pas pleines, mais tu n’es pas obligée de les mettre. J’ai pris toutes les photos qui étaient dans la liste de toute façon donc tu n’as qu’à te servir comme tu le sens…

Elle lui fourra le tout dans les mains et se mit à sourire comme une gamine devant un bonbon.


- Dis… on pourrait reparler de cette idée d’article que j’ai eu ? Tu sais, à propos des ours polaires…

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 21 Avr - 15:57
Elle est arrivée à la certitude qu'elle est sur le point d'atteindre ses limites. Elle n'en peut plus, elle est de plus en plus fatiguée.  Elle a tellement de choses à faire qu'elle en devient presque improductive. Elle a veillé très tard pour terminer son article à temps et elle ne peut même pas se poser deux minutes avec une tasse de thé pour se détendre. Elle doit courir partout pour réparer les bêtises de tout le monde, ce qui commence par leur retard de personnes non organisées. Ça la déprime complètement. Elle n'a pas l'impression de voir la rédaction du Cavalier Noir. Tout est trop désorganisé, Illness n'aurait jamais permis ce genre de comportements nuisibles. Mais elle, personne ne l'écoute pour la simple raison que personne n'a peur d'elle. Même Yuno n'est pas réellement effrayée, même si on pourrait à première vue croire le contraire.

Elle la suit en soupirant. Cette fille est une catastrophe ambulante. Elle prend des vacances quand tous les employés du journal doivent se mobiliser pour être plus compétents que jamais. Elle n'est même pas capable de savoir où elle range son travail, surtout que s'il était dans son bureau, ça veut dire qu'elle aurait pu lui donner avant de partir. Tout aurait été bouclé depuis quelques jours et la japonaise n'aurait pas à courir autant si ce détail était réglé. La journaliste grimace en voyant le bordel qui règne dans le bureau de la photographe. Comment peut-on espérer travailler avec un rendement correct dans un endroit pareil ? Si elle doit chercher pendant des heures quelques choses avant de pouvoir continuer le travail, c'est sûr que ce n'est pas très productif.

Elle ne peut pas s'empêcher d'avoir de la peine pour Yuno en la voyant dans cet état. Elle a été étonné en entendant les sanglots. L'empressement n'est jamais bon pour personne. Elle aussi en a marre. Elle aurait se poser dans un bar, commander une bonne bière en fumant une cigarette. Mais elle doit remettre cette idée à plus tard pour se concentrer sur la tonne de travail qui l'attend. Elle soupire encore une fois. Cette fille a le don de l'exaspérer. Ce n'est pas une personne méchante, loin de là, elle semble juste avoir un sens des choses différents du sien.

« Bon Yuno, arrête de sangloter comme une gamine. Tu as le dossier, c'est le plus important. À partir de là, je vais pas t'en vouloir pour un peu de retard, fais juste en sorte que ça se reproduise plus. Comme prendre des congés dans ce genre de moment d'ailleurs. – Un peu d'amabilité la tuerait sûrement, oui. Elle n'est pas d'humeur à faire attention à la sensibilité de chacun. Ce n'est pas son travail après tout. Elle attrape le dossier et le regarde rapidement. Bon, si elle avait à faire un compliment c'est que le travail est bien fait. Et juste pour ça, Day finit par se calmer lentement. Si la moitié des clichés avaient été bons à jeter, ça aurait été trop pour elle là. – Parfait, c'est parfait. T'as fait du bon travail, vraiment. »

Elle lève les yeux pour voir son sourire. Bizarrement, elle sait parfaitement que c'est à ce moment qu'elle devrait quitter le bureau sans se retourner, et surtout sans faire attention aux paroles que peut prononcer sa collègue. Elle n'est pas folle, elle connaît parfaitement les idées farfelues de celle-ci qui viennent d'ailleurs souvent après ce genre de sourire. Mais pourtant, elle reste en l'entendant prononcer le mot article. Elle est très conciliante après tout, elle fait toujours en sorte que tout le monde soit content que dans la rédaction de ce journal. Bien sûr, il y a des limites, tout de même assez dures à franchir. Et pourtant, Yuno vient de le faire.

« Non. Mais sérieusement, des ours polaires ? Tu te fiches de moi ? – Elle essaye de reprendre son calme même si c'est un échec. Plus elle regarde le visage de la photographe, plus elle se rend compte que celle-ci ne plaisante pas du tout. – Bon, on va reprendre depuis le début. Ici, c'est le Cavalier Noir, tu sais le soi-disant dernier journal neutre de ce foutu pays ? Pas une revue animalière. Alors tu vas me faire le plaisir d'arrêter tes conneries. C'est pas parce que Illness est absente que vous devez proposer n'importe quoi. »

Elle la regarde avec un peu de tristesse. Elle a toujours considéré Yuno comme une personne fragile à préserver. Ce n'est pas Nightmare, elle ne peut pas se permettre de lui crier dessus comme ça en espérant que ça va aider. Elle a conscience que dans son cas, ce n'est pas une solution.

« Bon, je suis désolée, j'aurais pas dû te parler comme ça. Mais tu dois comprendre que les ours polaires, c'est pas forcément un sujet intéressant ou pertinent pour le journal. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Aoû - 11:40
Yuno fronça les sourcils. Elle était peut-être pathétique et souvent totalement dispercée, mais elle était toujours sérieuse quand elle voulait quelque chose ou qu'elle avait une idée bien précise en tête.

- D'abord, c'est pas des conneries. Tu ne me laisse jamais finir de t'expliquer ce que j'ai en tête parce que t'as trop de boulot et que t'es trop pressée mais en fait c'est pas juste un documentaire hein... je suis pas si stupide quand même...

Euh...


- J'ai l'air de l'être ?


La seule personne au monde qui lui donnait vraiment l'impression de n'être qu'une ridicule et stupide petite conne, c'était Nightmare... elle fut parcourue d'un long frisson de dégout et reporta son attention sur Day. Day était nettement moins flippante que Nightmare. Stressante, mais pas spécialement effrayante.

- Bref.

Cette fois-ci elle la tenait, Day avait visiblement au moins deux minutes devant-elle, sinon elle serait déjà en train de se ruer dans un couloir pour aller gueuler sur quelqu'un d'autre.


- Les gens ont besoin de lire des trucs plus légers, plus doux, pas spécialement à propos des potins de quartier ou de la mode non plus on est bien d'accord, mais écrire un article complet qui parle des membres du gouvernement, où de la résistance, comme tu préfère je m'en tape, en faisant un lien détourné avec les animaux ça peut-être sympa !


Elle réfléchit une seconde.


- J'en sais rien, ça serait comme faire un article visiblement dédié à la vie des animaux dans la jungle, avec le roi des animaux, les zèbres, les antilopes et tout ça, tout en se débrouillant pour qu'il soit évident qu'on parle de Kira, de ses subalternes, de son gourvernement etc... tu vois ce que je veux dire ?

Elle était photographe, son taff c'était ça : prendre des photos, sauter sur chaque occasion de cliché pour le glisser ensuite dans les pages du journal... mais elle voulait écrire des articles politiques. Ses tendances étaient plutôt pro-résistances en ce moment, mais elle se considérait comme neutre et elle voulait écrire sur le gouvernement et sur la résistance, sur tout ça... et elle savait qu'elle avait de bonnes idées.

Certes, celle des ours polaires était loin d'être la meilleure, mais elle ferait sourire les lecteurs, et les gens normaux, les citoyens qui se retrouvaient pris entre deux feux en permanance, ils avaient bien besoin de sourire un peu...


- Je voudrais aussi aller interviewer des gens importants... des trucs comme ça...

Et avoir le temps de passer un coup chez son coiffeur préféré aussi... mais bopn, ça c'était autre chose. Elle aurait bien voulu parler de ce genre de choses là aussi avec Day, mais c'était pas franchement le style de personne qui semble aimer papoter de tout et de rien... loin de là.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 3 Sep - 16:55
Ce qui est bien, c'est qu'elle arrive à un moment de sa vie où elle pense avoir tout entendu de la part des employés du Cavalier Noir. Et que Yuno, fraîchement de retour de vacances arrive encore à la surprendre. Ça paraît tout bête, mais pour quelqu'un aussi sensible à la crise de nerf quotidienne que Day, c'est une vraie catastrophe. Elle a peur de ce que la photographe est capable de lui sortir en fait. Elle a toujours des idées délirantes, très souvent avec des ours polaires, mais Day n'a jamais fait le moindre effort pour l'écouter. Aujourd'hui, elle ne semble pas avoir le choix. La fille aux cheveux roses a l'air un peu trop déterminée à lui expliquer en détail son idée. Comme si elle avait du temps à perdre avec ce genre de folie. Elle avait du boulot elle. Mais Day n'est pas Nightmare, elle a un côté gentil, elle n'est pas encore capable d'envoyer chier une personne de façon à la faire pleurer pour avoir la paix. Parfois, elle se dit que c'est dommage, que si elle en était capable, les choses seraient plus simples.

Elle se retient de se taper la tête contre un mur. Les animaux de la jungle qui correspondent au gouvernement. Elle trouve ça stupide. Elle ne croit pas qu'ils ont suffisamment à faire avec la disparition d'Illness. Bien sûr, en l'absence la véritable rédactrice en chef de ce journal, il faut faire attention aux articles. Il faut éviter la polémique. Mais écrire un article pareil, c'est n'importe quoi. Alors peut-être qu'elle ne comprend pas totalement ce que Yuno veut dire, mais elle trouve tout simplement l'idée grotesque. C'est le Cavalier Noir ici, pas un nouveau journal censuré qui tente de contourner les lois du ministère de la propagande. S'ils veulent dire quelque chose, ils le disent. De façon nuancée, certes, mais ils le disent. Pas la peine de se cacher derrière des animaux pour clamer des vérités que tout le monde connaît. Les vices du gouvernement ne font plus vraiment de bons articles, c'est trop banal. Et puis, même si elle le déteste, à quoi bon parler d'un système qui fonctionne plutôt correctement.

Il y a une hiérarchie au Cavalier Noir, comme partout. Elle l'a toujours su Day mais avant qu'Illness soit obligée de lui laisser sa place, elle ne se rendait pas compte à quel point c'est important. Maintenant plus que jamais, il est crucial que chacun reste à sa place, fasse le boulot pour lequel il a été embauché. Elle a déjà du mal à tout gérer, elle n'a clairement pas l'autorité d'une chef, si les gens se mettent à en faire qu'à leur tête, elle meurt. Une grimace apparaît sur son visage quand Yuno parle d'écrire des articles politiques. Une autre quand elle mentionne les interviews des gens importants. Yuno est gentille, une personne sur qui on peut compter en matière de photographie. Mais pour le reste, Day ne va pas déclarer qu'elle est bonne à rien, elle n'a pas les informations pour ça. Seulement, elle ne lui confiera jamais ce genre de travail.

« Tu... Tu te fiches de moi c'est ça ? – Elle tente de reprendre son calme, et surtout de chercher les mots justes. Le but n'est pas de blesser la photographe, juste de lui faire comprendre que ce n'est pas le moment pour l'ennuyer avec ce genre d'idées grotesques. – Yuno, ton boulot ici, c'est photographe. Point. Tu prends de bonnes photos, ça je te l'accorde. Mais tes autres idées, non. Tu crois quoi ? Que j'ai le temps d'écouter tes conneries ? Tu les oublies, tu ranges ton bureau, Nightmare m'a dit qu'il y a mis un dossier expliquant ce qu'il veut comme photo. Et tu t'en occupes. Fin de la conversation. »

Elle se rend compte qu'elle est peut-être un peu directe. En temps normal, elle aurait tenté de régler ce problème avec plus de calme. Elle aurait pris des pincettes, Yuno est le genre de personnes avec qui on utilise des pincettes. Mais là, elle abandonne. Autant être directe, sinon personne ne comprend rien ici. Elle finit par réaliser pourquoi Illness est aussi dur avec les employés. Ce n'est pas par plaisir, ni par sadisme. Elle n'a juste pas le choix.

« Et si tu y tiens vraiment, tu pourras soumettre ton idée à Illness quand elle reviendra. Avec un peu de chance, elle sera plus conciliante que moi. »

La blague. Elle quitte la salle. Non sérieusement, elle n'a pas que ça à faire. Elle a du travail Day, il faut qu'elle aille voir Nightmare pour parler de son prochain article. Et ça, c'est beaucoup moins facile que refuser en bloc les idées de Yuno.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Pétition pour Retour Titid en Haiti
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: Le Cavalier noir-
Sauter vers: