Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

ARTHUR ▬ Four years ? I'll do it in three.

 :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 5 Jan - 22:24

Space, the final frontier. These are the voyages of the starship Enterprise. Her five-year mission : to explore strange new worlds, to seek out new life and new civilizations, to boldly go where no one has gone before. Star Trek — Into the Darkness



Informations Générales

Véritables noms et prénoms : Arthur James Williams
Pseudonyme : Jammy par son cousin. Le bon à rien par le ministre de la censure.
Âge : 27 ans.
Convictions politiques : Pro-Kira. Papa a dit : toujours être du côté du plus fort et du plus puissant.
Rôle : Ministre de la santé. Live long and prosper. Fournisseur officiel de médicaments expérimentaux.


Descriptions

Physique :

Il est grand, blond, avec de magnifiques yeux bleus. Avec ça, il ne faut pas s'étonner qu'il se prenne pour le meilleur. Les gens lui ont longtemps répété qu'en plus de venir d'une famille parfaite, il était beau. Ce ne doit pas être une bonne chose pour sa modestie. Une fois arrivé au Japon, il jurait un peu. Il est anglais après tout, une peau blanche, des traits plus marqués que ceux des japonais. Il a appris à vivre avec, à s'en servir. Au moins, on se rappelle de lui, c'est un atout en tant que ministre. Une autre chose qu'Arthur a gardée de son éducation, c'est sa manie de toujours sortir parfaitement habillé. Toujours propre sur lui, des habits bien repassés. Bien sûr, ça jure un peu quand il arrive au boulot le visage à moitié en sang s'être battu la vieille dans un bar pour une raison dont il ne se souvient plus forcément. Sinon, il a toujours un grand sourire charmeur affiché sur le visage – et une clope à la bouche, tant qu'à faire – parce que c'est de cette façon qu'on obtient le plus de chose, il l'a appris au fil des siècles.

Caractère :

Insolent, un ego surdimensionné. On ne peut pas vraiment dire qu'il soit facile à vivre. Beaucoup de personnes le trouvent d'ailleurs totalement insupportable, à toujours tout prendre à la rigolade même lors des moments de crise. Et si on lui fait la moindre remarque, il devient totalement imbuvable, fait la vie dure à la personne jusqu'à ce qu'elle craque. Comme un gamin. Il a de nombreux défauts, qu'on a pendant longtemps mis sur la faute de sa jeunesse. Sauf que maintenant, il a atteint l'âge adulte et ce serait nécessaire qu'il se calme enfin, qu'il se responsabilise. Il ne semble pas avoir compris qu'il ne peut pas s'amuser toute sa vie. Tous ses collègues s'accorderont sûrement à dire qu'il fait preuve d'une grande immaturité, et pourtant, il sait se montrer très sérieux. Son éducation lui a appris, il est capable de faire le travail le plus parfait du monde. Le problème, c'est qu'il ne veut pas pour plusieurs raisons. S'il le montre aux autres, on lui donnera encore plus de travail, ce qui le répugne. Et puis, il a un souci personnel là-dedans. On lui a volé son enfance, son adolescence. Maintenant qu'il est grand et libre, il s'est mis en tête de profiter de tout ça.

Mais Arthur n'a pas que des défauts, même s'il le laisse penser. Quand il le veut, il peut devenir une personne adorable. Le peu d'amis qu'il a – ou même ses quelques amants – peuvent largement le confirmer mais ils s'attireraient directement les foudres du ministre qui aiment bien se cacher derrière ce masque de gros chieur qu'il s'est forgé au fil des années. Pourtant, ce n'est pas dur de réussir à voir ce qu'il se cache derrière. Il suffit juste de dépasser les apparences, et pas uniquement de le faire boire un peu comme certains croient, ce qui n'est en soi pas très difficile. Dès qu'on le rencontre, on peut facilement se douter qu'il s'agit en réalité d'un gros fêtard, qui prend tout à la légère. La plupart des gens s'arrêtent à cette image en pensant qu'il n'est pas quelqu'un de très intéressant.

La dernière chose qui le caractérise, c'est sa fidélité que certains pensent inexistante. C'est sûrement quelqu'un près à se battre pour ses idéaux, s'il n'a pas le choix et qu'on le force un peu ce qui n'est actuellement pas le cas. Le seul problème c'est que personne ne sait réellement ce qu'il pense, il reste très secret à ce sujet. Il pourrait très bien ne pas être d'accord avec les méthodes du gouvernement qu'il ne dirait rien. À quoi ça lui servirait de se faire virer de son magnifique poste ? Rien. Mais si du jour au lendemain, tout changeait, beaucoup seraient prêts à mettre leurs mains à côtés qu'il changerait de camp plus vite que n'importe qui d'autres. Il trouverait alors une excuse bien travaillée pour s'en sortir, il en a l'habitude.

Particularité :

Depuis qu'il est rentré au ministère, il tente  de cacher tant bien que mal son homosexualité afin de ne pas attirer l'attention sur cet aspect de sa vie privée.



Histoire
« Il était une fois, l'histoire d'une ado à qui on proposa un simple bedo. Il refusa pas, c'était sympa. Juste une seule fois, ça n'mènerait pas au trépas. » Zgroup


Londres, manoir de la famille Williams,  21 ans plus tôt.
— Arthur, mets correctement ta cravate. Il faut que tu sois parfait. Ce soir, tout le monde sera là pour ton anniversaire.
— Je sais maman, les gens les plus importants du pays et je dois faire bonne impression parce qu'il faut toujours faire bonne impression.

Il a six ans et son cerveau est déjà rempli de choses bien inutiles d'après certains. Il connaît tous les protocoles de la haute société, on l'a conditionné pour ça. Alors que tous les enfants de son âge ont le droit de s'amuser, de sauter partout, de jouer aux jeux vidéos, on lui apprend à se comporter le plus parfaitement possible en société. On ne lui laisse pas le choix, personne ne lui a jamais demandé son avis. C'est ça d'être né dans une des familles les plus importantes d'Angleterre, d'avoir parfois le Premier ministre à sa table. Pourtant, il rêve d'autre chose. Il ne se sent pas spécialement aimé. Lui, l'enfant tant attendu pour reprendre la succession de sa famille. Il y a quelque chose de drôle là-dedans mais il est trop jeune pour s'en rendre réellement compte. Tout ça arrivera plus tard. Pour l'instant, il se contente de faire ce pour quoi on l'a préparé, se comporter en enfant parfait, bien élevé et ne s'adresser aux adultes que pour leur dire des choses pertinentes. Il ne le comprend peut-être pas très bien encore mais il assure sa place dans la société en agissant de cette manière. C'est pour ça qu'il ne s'adresse jamais à son cousin, qu'on a tiré de force. Son père lui a formellement interdit. Il paraît qu'il a mal tourné, qu'il sympathise avec des gens de la pire espèce. Des drogués même. Il est est devenu l'exemple même de ce qui ne fallait pas faire, c'est tout dire. Au fond de lui, il l'envie. Son cousin a seulement une dizaine d'années de plus que lui et il paraît si libre avec sa propre opinion des choses, à s'engueuler avec le gérant d'une salle d'opéra à propos de musiques que lui ne connaît même pas. Il aimerait aller le voir, hésite mais se dirige finalement vers son père qui veut lui présenter quelqu'un.


Londres, manoir de famille Williams, 14 ans plus tôt.

— Médiocre, vous êtes médiocre monsieur Williams ! Je vais en informer votre père.
— Comme tous les jours...
— Qu'est-ce que vous avez dit ?

Il sait parler parfaitement anglais, japonais et maîtrise assez bien le français. Il a des connaissances approfondies sur l'histoire de l'Europe et du monde en général. Il sait jouer du piano mais est médiocre en sciences. Son précepteur particulier se dispute avec lui tous les jours pour ça. Il dit que l'avenir de ce monde est dans les sciences et il n'a sûrement pas tort. Mais Arthur lui, s'en fiche. Il a juste treize ans et on lui demande d'être un génie. Ce n'est pas possible. Il fait de son mieux pourtant. Il ne veut pas déplaire à son père ou sa mère. Il ne veut pas briser tous les projets qu'ils ont prévus pour lui. Il en a juste marre de toute cette vie qui ne mène à rien. Il n'a pas d'amis, juste les enfants qui ont le même destin que lui. Il n'a pas le droit de s'amuser non plus, c'est anti-productif. Le moment le plus fun de sa vie est lorsque son cousin l'a attiré à part à son anniversaire et qu'ils ont bu une bière tous les deux. C'était une sensation bizarre mais tellement drôle. Oui, il a eu l'impression d'être heureux à côté de cet homme qu'on lui avait toujours interdit d'approcher. Mais depuis, plus rien. Pourtant, il est fasciné. La liberté. Son cousin est tellement classe, la personne la plus géniale de la terre. Il ne dit à personne qu'il pense quelque chose comme ça, c'est son secret. Son cousin est gentil, il lui a donné son numéro de téléphone, au cas où il en ait un jour marre de tout ça. Il n'osera sûrement jamais l'utiliser mais ce n'est pas si grave. Au moins, il l'a.


Londres, manoir de la famille Williams, chambre d'Arthur, 10 ans plus tôt.

— Arthur, on est ren... Oh mon dieu. Qu'est-ce que c'est que ça ?
— Mère je peux tout...
— De la drogue ? Qui t'a donné ça ? Ton cousin je suppose. Je savais bien qu'on n'aurait jamais dû le laisser s'approcher de toi. Tu t'en vas.

Il est comme tout le monde. Lui aussi a eu sa crise d'adolescence mais alors que certains se contentent de voler quelques verres dans les bouteilles de leurs parents, il a découvert un monde merveilleux. Plus beau que celui d'Alice au Pays des Merveilles. Finalement, il a appelé son cousin, trois ans après que celui-ci lui ait donné son numéro de téléphone. Il est parti le voir dans son appartement en plein Londres. Il est sorti avec lui. Ils ont beau avoir dix ans de différence, la famille est quelque chose de sacrée et le plus âgé a su le lui montrer. Ils sortent ensemble, fument quelques joints. Un autre jour, il lui fait prendre des cachets et Arthur ne peut qu'adorer ça. Il se sent libre. Il ment à ses parents, fait petit à petit tout ce qu'ils lui ont toujours interdit. Il se montre de plus en plus insolent. Tout simplement, il s'affirme en tant qu'être humain et pas uniquement robot programmé par une bande d'aristocrates bien rangés. Mais c'était prévisible. Ses parents finissent par le découvrir, et ça ne passe pas. Il pensait qu'ils allaient le mettre à la rue, qu'il n'allait plus vouloir le voir. Il se voyait déjà déambuler sans nulle part où allait dans les rues froides de Londres. Le contraire l'a bien étonné. Un aller simple pour le Japon, voilà ce qu'il a récolté. Il a un oncle là-bas, le frère sa mère et il a pour mission de s'occuper de lui, de le former à la vie politique et de s'assurer qu'il ne touche plus jamais à la moindre substance illicite. Il a juste le temps de faire ses adieux à son cousin et leur bande d'amis, de boire un dernier verre dans un bar et de coucher avec un dernier anglais mignon.


Tokyo, bureau du ministre de la santé, heure actuelle.

— Monsieur, on a besoin de personnes pour tester ces nouveaux médicaments. Et les affiches sont prêtes pour la campagne anti-drogues.
— Bien. Amenez-moi un formulaire, je vais aller rendre une petite visite au ministre de la censure après ma pause.

Ministre dans le gouvernement de Kira. Comment ? Piston, piston et encore piston. Tout le ministre revient à son oncle et à son nom de famille. Il a fait un bon bout de chemin en dix ans. Il a étudié, encore et toujours. Il s'est fait une place pour parvenir à ce poste malgré les réticences de certains. Il ne le mérite pas réellement, mais à quoi bon. Ses parents sont fiers de lui, viennent le voir de temps en temps. Il a parfaitement répondu à leurs attentes. Cette vie lui convient. Il fait le minimum, toujours le minimum. Il réussit à détourner quelques médicaments à des fins personnels histoire de ne pas avoir à aller quoi que ce soit dans les quartiers sombres de la capitale. Le ministre de la santé qui achète de la drogue, ça ferait moyen, personne ne peut le nier. Tout va parfaitement. Il se sent intouchable, c'est ça d'être du côté du plus fort. Son père avait raison, pourquoi se compliquer la vie en faisant compliqué ? Il a tout ce dont il a besoin, des cigarettes dans une poche de sa veste, assez de bouteilles pour remplir son bar et de suffisamment de personnes au ministère de la santé pour être tranquille en cas de gueule de bois.


De l'autre côté de l'écran ?

Vous  ? Day, again. Parce que Noa est morte.
Votre âge ? 18 ans, ENFIN.
Comment avez-vous trouvé le forum sur le net, que pensez-vous de lui ? Alalala. C'est une vieille, très vieille histoire. (Et je l'aime. ♥)
Quelque chose à ajouter ? NATHAN, TU VAS ME PRENDRE CES MEDOCS RIGHT NOW.
JIM TIBERIUS KIRK EST LE MEILLEUR. ♥

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nathan S. Suzaku
Ministre de la Censure et de la Propagande
avatar
Messages : 318
Localisation : Sur la Toile
Dim 5 Jan - 22:34
"Je ne prendrais jamais ces médicaments !"

Mais voilà, ta fiche est très bien, ton personnage est maîtrisé, c'est bien écrit, un bon successeur à la petite Noa qui a été injustement tuée, et que Williams voulait sans doute récupérer pour avoir de la drogue gratos.

Donc rip Noa, et longue vie à Williams (la poire)

Validé !

Et j'exige un rp dès que tes partiels seront finis !





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 1 Avr - 21:35
A Londres, quelques mois plus tard

Arthur a quitté le Japon à la mort d'Iwa, après avoir fait publier dans le Cavalier Noir une lettre où il dénonçait aussi bien le gouvernement que les rebelles et les journalistes. Tout le monde s'en ait bien pris pour son grade et s'enfuir était la seule solution envisageable.
Il a donc regagné son pays natal, l'immense manoir de la famille Williams où sa famille a bien été obligé de l'accueillir, même après la connerie qu'il venait de faire. Il vit désormais en centre ville, à Camden Town sans travailler. Il se demande bien ce qu'il va pouvoir faire de sa vie maintenant sans jamais trouver de réponse.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 1 Avr - 23:06
Cher ministre,

Choisis un chiffre entre un et dix, pour voir si la fortune te sied.

Cordialement,

Kira
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 7 Avr - 10:50
Je dis 10. o/
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» Une aide innatendu, un interêt étrange... [pv Arthur]
» Arthur Ambre.
» Arthur Lockhart
» Où l'on converse avec sérénité | Arthur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation-
Sauter vers: