Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Fév - 0:09

    Fiche de présentation





    Informations Générales
    Véritables noms et prénoms: Réduisez votre vie par deux et vous le saurez.
    Faux noms et prénoms (ou/et pseudonyme) : H et/ou Ambre.
    Âge : Entre 10 et 40. Précision? Ce mot ne fait -malheureusement- pas parti de mon vocabulaire.
    Convictions politiques : Kira? Rien que son appellation me dégoûte. J'aime pas trop la politique, j'vote que par obligation. Ou par dignité, je sais pas très bien. J'aime l'égalité etj'aime l’illégalité aha. Sinon, je suis plutôt de gauche.
    Rôle :
    Aucun... En tout cas, pas pour le moment. Et pas à ma connaissance. De tout'façon mon rôle est de vivre et il me coûte déjà beaucoup d'énergie.


    Descriptions
    Physique : Rapport premier, sujet; H. Niveau de précision; Élevée.
    Corpulence; Maigre, on peut y voir de la chaire manquante. Surtout au niveau des doigts ou de ses bras. Mais la plupart du temps le jeune homme est couvert. Cheveux; Brun foncé avec reflets rouges. Coloration capillaire; Inconnue, probable. Yeux; brun clair, noisette. Doré à la lumière. Lentille de couleur; Aucune information sur ce point. Problème de vue; Aucune. Traits du visage; Plutôt fin chez un homme, on pourrait presque dire féminins dans ce cas-ci. Signes particuliers sur le visage (piercing, tatouage, bandeau, etc...); Un tatouage recouvre à demi sa joue gauche, signification inconnue. L'homme peut l'avoir recouvert, caché. Le même tatouage arbore son poignet gauche. Style vestimentaire; Extrêmement banale. Souvent habillé de noir. Quelques bracelets fins sont glissés à ses poignet et chevilles, aucune signification connue pour ceux-ci. Caractéristiques physiques plus ou moins importantes sur le reste du corps (tatouages, piercing, cicatrices, etc...); Comme dit précédemment, il possède un tatouage à son poignet semblable à celui de sa joue. Sur son dos se trouve une cicatrice de la taille d'un bras, sûrement une blessure mal soignée. Aucune information concernant la cause. Autre; Rien de plus à ajouter.
    Caractère : Rapport second, sujet; H. Niveau de précision; Élevée.
    Points importants; Ne peut se permettre de perdre, possède une intelligence hors-norme, va droit au but, n'a pas de tact, vit dans un univers bien à lui. Relation avec autrui; Complexe. Il se coupe vite du monde mais n'a aucun problème cependant au niveau de la sociabilité. Lorsqu'il veut, il peut tout de suite plaire au gens. Ou au contraire, se faire directement et irrémédiablement détester. Son cas est complexe, comme dit plus haut. Il aime se faire détester le plus souvent. Habitude (troublante ou non); Rien d'anormale, appart le fait qu'il se touche souvent les doigts nerveusement. Ou qu'il ne puisse pas tenir en place sur une chaise; il se doit de bouger. Autre; Il est souvent stressé, nerveux ou anxieux . Et de forts troubles du sommeil.

    Particularités ?
    -A une prestance étrange, mettant souvent les gens mal à l'aise.
    - A beaucoup de facilité à parler. Seulement quant il veut.
    - Joue souvent la comédie.
    - Est un excellent comédien, justement.


    Histoire
    Rapport numéros trois, sujet; H. Niveau de précision; non demandée.

    Journal d'H.

    Je ne sais pas quel jour nous sommes et si vous lisez ses lignes je suis probablement (ou très prochainement) sous terre ou très haut dans le ciel. La cause de cette mort n'est pas simple, pas très gaie. Comme toutes morts me direz-vous. J'espère tout de même que ce journal ne tombera pas entre de mauvaises mains et que vous me connaissez ne serait-ce qu'un peu. J'espère aussi qu'il ne fait pas trop froid dehors, peut-être neige-t-il? Les oiseaux chantent? Les herbes du parc sont-elles bien vertes? Et les arbres, ne meurent-ils pas par ce froid? Ou ont-ils assez d'eau? Le ciel est bleu ou rempli de nuages? La pollution est-elle toujours aussi dense? Aussi j'espère que vous avez payé votre loyer et que vous n'avez pas trop de problèmes financiers. Ou alors d'administration. Ca m'a toujours embêté ça, vous savez, quand vous rendez pas un papier, ils vous lâchent plus... Mais trêve de bavardage, je vais vous confier ma vie et cela avec l'aide de quelques autres journaux.
    Alors, s'il vous plait, maintenant que vous avez commencé à lire, finissez.

    "Ambroise Hiyo, que nous a dit ce petit bonhomme. Même pas âgé de 8 ans qu'il était! Tout sale et tout amoché le bébé. Encore un peu il n'aurait pas pu arriver jusqu'à notre porte ! A ça non, vous pouvez me croire! Et quand cet enfant a sonné à ma porte, bien-sûr que je me suis précipitée pour lui faire couler un bain bien chaud et lui faire une bonne soupe. Et jamais je l'oublierai ce petit, à ça non, c'est impossible! Il avait un regards perçant. Presque rouge on aurait dit! Jamais j'aurais cru qu'il était si gentil après l'avoir débarbouillé. Il m'a dit merci celui-là puis il est partit. Pouf! "Je ne veux pas vous causer le moindre soucis Madame Ma Sauveuse." 8 ans, pas plus et il parlait comme un homme! A non, pas un homme de la campagne ce garçon! Il ne m'a rien dit de son passé, rien du tout. Que nenni! Je l'ai logé et il est partit. Rien qu'une nuit mais je ne l'oublierai jamais. Non, jamais. "
    Madame Kishiya, premier témoignage concernant H. un 23 octobre.

    Moi non plus, cette femme, je ne l'ai jamais oubliée. Elle m'a vraiment sauvé. Non, jamais je ne l'oublierai. Je me souviens de ce repas qu'elle m'a mis dans un petit récipient et que j'ai mangé ensuite sur le chemin. Jamais je n'ai mangé quelque chose de si bon.

    "Vous savez, je ne pense pas être fou.
    Je viens dans cette maison de vacances pour avoir un peu de paix de temps à autres pour écrire mon livre. Vous savez, lorsqu'on est écrivain, on a besoin de tranquillité pour que notre esprit se détende un peu. Et puis j'aime bien cette courte trêve que la vie m'offre lorsque je viens ici. Dans cette petite maison aux murs jaunes. Et appart écrire mon livre ici, je cherche de l'inspiration. Et pour tout vous dire, je n'ai même pas commencé mon livre, rien que l'histoire, rien. Alors souvent, le soir, je regarde par la fenêtre. Le paysage n'est pas vraiment complexe, je n'ai pas de mer qui s'étend au delà de tout ou autre. Juste quelques vastes champs, des collines, et des railles de train. Vous penserez sûrement au bruit dans ces cas là mais aucune inquiétude; le train ne passe plus. Mais alors que je regardais le ciel éclairé d'une lune gigantesque qui s'élevait peu à peu mais qui embrassait toujours l’horizon, je vis une ombre passer lentement le long de cet horizon. J'ai d'abord pensé à un animal ou autre, vous savez, je n'ai pas de bon yeux alors je les ai plissé. Et j'ai vu ce jeune garçon. Pas très grand, sûrement pas très robuste, ce jeune garçon, là. Marchant sur les railles abandonnées. Avec un sac contenant un récipient pas très grand non plus. Il portait un gilet noir et un pantalon de la même couleur, des chaussures noires et blanches. Si je peux si bien vous le décrire alors que j'étais peut-être à 1km de là c'est que j'ai enfilé mes jumelles. Je ne voulais absolument pas raté cela. Ce petit homme, pas plus haut que trois pommes avec son sac en plastique. Lorsqu'il quitta mon champs de vision, je peux vous dire que toute mon inspiration est revenue et que je peux enfin débuter mon livre; "L'homme qui marchait sur les railles abandonnées."
    Monsieur Anderson, deuxième témoignage, le même jour que le premier.

    Je me souviens lorsque cet homme m'a vu. Ou non, je ne l'ai pas vu me regarder mais plutôt je vois à peu près où il m'a vu. Je marchais en direction de la gare abandonnée. Je devais aller là bas. Non loin de cette gare se trouvait un village. Je me souviens avoir marché plus longtemps que prévu mais j'y suis arrivé. Un village avec un grand marché.

    "C'était un jour de marché, mon mari et moi on venait de déballer les pains pour les mettre en vitrine. 5H pile. Jamais on ne rate cette heure. Et puis les jour de marché notre boulangerie marche encore mieux. Notre chiffre d'affaire explose. Alors, comme d'habitude, j'avais mis par ordre de couleur les petits gâteaux, les pains au chocolat à gauche et les gâteaux à droite. Mon mari m'enguirlande vu que, pour lui, les Marie-Noël à la fraise devrait être plus en avant car ce gâteau là se vend mieux. Alors que je rétorquais que non, c'était mieux, je vis un jeune garçon qui se tenait devant la porte fermée de notre boutique. J'ai regardé ma montre à cet instant, ne pouvant croire qu'on avait dépassé l'heure et j'avais raison; 5H15. J'ai regardé ensuite à la porte et ce même petit se tenait là, et ne regardait pas vers nous. Mais soufflait une fumée de froid. Lorsque j'ouvris la porte, il eut un sursaut. Et il m'a regardé avec ses beaux yeux. Il n'a pas bougé les lèvres. Il tenait un sac vide, un sac en plastique, alors que mes yeux s'étaient attardé sur celui-ci, ils ne purent s’empêcher de regarder ses basket usées. Des basket noires et blanches en sale état. Cependant, il n'était pas vraiment sale le bonhomme, mais il grelottait de froid. Enfin non, il ne laissait rien paraître. Mais il faisait tellement froid que n'importe qui claquerait des dents et puis il était tellement peu vêtu que j'en eu pitié. Et je l'ai invité à entrer. Mais il n'a pas bougé, il n'a rien dit. Il regardait les gâteaux dans la vitrine intérieur. Je me suis donc précipitée de prendre un pain au chocolat et une baguette. "Tient mon enfant." Et il m'a soufflé un merci très sincère. Ce genre de merci qu'on n'oublie pas facilement. Je lui ai demandé son nom et il m'a dit "Ambroise", je lui ai dit le mien. Puis il est parti et je ne l'ai jamais revu. Je pense qu'il n'était pas de ce village."
    Madame Olga, 3ième témoignage. Aucune date spécifiée.

    "J'en ai eu des collègues, toujours plus moches, toujours plus ravagés, ah ça oui, ravagés ils le sont tous. Et puis vieux mais vieux ! Je vous dit pas ce que j'ai vu dans ma vie, des vertes et des pas mûres, ahahaha, des vertes et des pas mûres... Mais là, j'ai vu un collègue pas trop dans la norme, si vous voyez ce que je veux dire. Le petit il s'est mis à quelques mètres de moi et il a commencé à mendier, comme ça, à 6h du mat' ! Le petit ben je l'aimais bien. Enfin, je le connaissais pas hein, jamais vu de ma vie, jamais même aperçu mais je l'aimais bien. Pourquoi? Ha bah y a des choses qui s'explique pas . Des choses qui s'explique pas... Comme le fait qu'il ai amassé plus d'argent que moi le môme ! Les gens passaient sans me voir moi ! Alors que ça se voyait que j'allais mal, ah ça oui! J'allais mal. Et toujours, oui... Au début de l'après midi, quand le marché, ils sont tous partit. Le petit s'est levé, et il m'a regardé, de ses yeux qu'il avait celui-là ! J'avais envie de les lui faire bouffé tellement j'avais l'impression qu'il me narguait. Alors il s'est approché de moi et m'a posé deux Kilar dans ma petite boite. Je l'ai regardé avec étonnement et il m'a souri sans montrer ses dents, comme ça, un joli sourire."
    Monsieur Hoshino, 4ième témoignage, aucune date spécifiée.

    Le fait de mendier m'est venu à l'esprit grâce à ce Monsieur... Si je n'avais pas vu une pièce tomber dans sa petite boite, je n'aurai jamais eu l'idée et je n'aurai jamais pu continuer mon voyage. Il me devait donc de le remercier.

    "Oui, il y a bien un petit garçon qui est venu me voir ce matin, très tôt, juste après que la grille se lève et que j'annonce la vente des tickets. Il avait des cheveux presque noir et des yeux noisettes. Il avait un sweat noir. Puis lorsqu'il ma tendu toutes ses petites pièces, il m'a dit; "Jusque où je peux aller avec ceci Monsieur?" Il m'a pas donné beaucoup, alors je lui ai demandé par où il voulait aller et il m'a dit, très sincèrement. "Tout droit vers la mer." J'ai presque failli lui demander quelle mer, parce que bah... Mais non, j'ai pas osé. Et puis il lui manquait un Kilar pour aller jusqu'à la station de gare qui "allait tout droit vers la mer" alors je lui ai dit; "Voilà ton ticket, quais numéros 3 il est à 7H34 ton train, direct pour la mer." Et je lui ai donné, il m'a dit merci. Et il est parti. Je l'ai regardé aller jusqu'aux escalators, vérifier qu'il allait vers le bon quais et puis quelqu'un m'a sorti de ma rêverie."
    Monsieur Tagashima, 5ième témoignage, le 25 octobre.

    "Il faisait frais ce jour là, et le vent me faisait du bien. J'avais le sourire aux lèvres, j'étais seule, sur la plage. Mes roues laissaient des traces dans le sable, les vagues faisaient un beau bruit. Une douce mélodie que beaucoup d'écrivain on essayé d'expliqué, d'amadouer, d'aimer. Oui, essayer d'aimer pour mieux l'écrire par la suite. Vous savez, à 89 ans on a vu beaucoup de personnes, vécu de merveilleux moments comme des pires, et puis il y a ses moments magnifiques. Le silence. J'ai toujours aimé le silence et ma vie n'a été qu'un brouhaha que je ne pouvais contrôler. Ce silence, cet enfant le possédait lui aussi. Il regardait l'horizon. Un jeune qui deviendra vieux. Je suis restée là, et un joggeur est passé. Je suis partie dans la foulée. Passant mes mains sur les roues de ma chaises. Laissant des traces dans le sable."
    Madame Hokina, décédée, 6ième témoignage, 25 octobre.

    La mer, vous savez, j'en rêvais. Je n'avais jamais vu celle qui donnait aux ciel des crises de jalousie par son intense bleu. Celle qui le reflétait. Celle qui menait les bateaux vers l'autre rive. La si douce et calme mer. Qui peut devenir si dévastatrice. J'y suis resté longtemps. Très longtemps. Il faisait déjà nuit lorsqu'ils m'ont retrouvé. Je vais donc vous donnez le document qui trace ma vie depuis le début. Jusqu'au point où je vous ai laissé. J'espère que vous lirez jusqu'au bout, mais maintenant que vous avez commencé; ne lâchez pas ce carnet.

    (encore à approfondir)















    De l'autre côté de l'écran ?
    Vous ?
    Votre âge : Plus jeune que vous, je présume.
    Comment avez-vous trouvé le forum sur le net, que pensez-vous de lui ? Je l'ai trouvé complètement par hasard, j'aime beaucoup le graphisme et puis les gens ont l'aire géniaux!
    Quelque chose à ajouter ? Je vous aime déjà très fort!

[right]
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Fév - 12:03
Bienvenue à nouveau :D

Eh ben...il est bien mystérieux ton personnage. Ça me donne envie d'en savoir plus.
J'aime bien ta fiche (et tu vois, je viens à peine de me réveiller donc c'est sincère). La manière dont tu présentes son histoire est inhabituelle. J'aime :D

Sinon mon petit, tu sais que je te tends les bras avec amour, alors si tu es perdu, viens me voir <3

Bonne continuation et à trèèés bientôt 8D
MOI AUSSI JE T'AIME !


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Fév - 13:36
Allez viens.. Rejoins nous.... *prépare le petit dej' en petite tenue 8D*
Re-bienvennue sinon *^*
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 25 Fév - 18:25
Bienvenue !
J'aime bien ta fiche moi aussi ! Elle est intéressante, et c'est vrai, comme dit Dieu, on veut en savoir plus. Si tu voudras bien te faire un Rp plus tard se serait volontiers ~
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Billie Brave
Sixième sens
avatar
Messages : 366
Age : 23
Lun 25 Fév - 21:02
Bienvenue mystérieux jeune homme !

J'aime beaucoup ton personnage, j'ai hâte dans savoir plus =)


Spoiler:
 


Merci Light pour ce beau carnadage =p
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 16:13
Bienvenue Ambre, comme les autres j'ai beaucoup apprécié ta fiche et non je ne lache pas le carnet ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 817
Age : 20
Mar 26 Fév - 17:56
Bienvenue ! :D

Ton personnage m'intrigue moi aussi ! J'espère rapidement en savoir plus ;)

Bonne chance pour ta fiche !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 18:41
Bienvenuuuue ! ~
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation-
Sauter vers: