Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Demain et la résistance ne mourront jamais [Arashi]

 :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Jeu 14 Fév - 13:58
Il avait tenté d'éviter – aussi bien que possible – le regard inquisiteur de Junichiro Iwa, premier ministre de Kira qui, avec toute sa folie, ne mettrait pas trois secondes avant de le démasquer. Lorsqu'il avait ramené son premier rebelle, il avait croisé la route de Fate Harloawn, et, bien que très stressé, se souvenant de leur dernière rencontre qui aurait pu fort mal se passer, il avait joué son rôle avec application. C'était stressant, que de vouloir s'appeler Arashi Darkwood, il fallait tout le temps être sur ses gardes, penser comme lui, ne regarder que les fesses de la secrétaire...ce dernier point était loin d'être le plus difficile, Hadès était plus qu'attiré par la gente féminine. Il eut tôt fait de repérer le regard de la jeune femme, et, un soir, la plaqua même contre l'armoire pour la – et se – satisfaire...cadeau bonus.

Mais c'était tout de même stressant, étant donné qu'il devait faire de l'espionnage industriel et ne pas se faire choper. Il récolta deux ou trois papiers officiels laissés dans la poubelle de la salle de pause – les gens ne faisaient parfois pas attention au rôle important qu'ont les poubelles, c'est dingue – fouillait le bureau d'Arashi à la recherche d'une quelconque preuve...Pour l'instant, il n'avait rien trouvé : mais où se cachaient ces putains de papiers qui prouvaient que les pro-Kiras avaient quelque chose à faire avec ces êtres bizarres ailés ? Plus le temps passait, plus Hadès se disait qu'il se tramait quelque chose de très grave, et, par conséquent, qu'ils allaient devoir prévoir un autre plan d'attaque. Qui marche. Là, tout de suite, il était encore dans le bureau d'Arashi, assis sur le siège de celui-ci. Une personne qui entrerait dans la pièce pourrait le voir, installé sur le confortable siège en cuir, feuilletant un dossier, le rangeant, en sortant un autre. Il ne voulait laisser tomber aucun détail, mais pour la plupart, il s'agissait de rapports certes intéressants mais qui, dans l'immédiat, ne concernait que des rafles passées. Les documents secrets étaient sans doute tenues...en lieu sûr, et Hadès n'avait absolument pas envie de se glisser dans le bureau du Premier Ministre.

« Non...je ne trouve rien... », chuchota-t-il.

À son oreille, il y avait toujours ce dispositif très discret caché en partie par ses cheveux lui retombant sur ses épaules, et lui permettant de communiquer avec Alpha. Celle-ci avait dit qu'ils resteraient en contact pendant son investigation...ils avaient établis quelques codes pour rompre le contact : tousser une fois si une personne importante arrivait, prononcer le mot « secret » si quelqu'un le surprenait dans sa mission...ainsi, il ne risquait pas de tout faire foirer s'il était pris d'une quinte de toux. La porte s'ouvrit et la secrétaire entra. Hadès la regarda dans les yeux, sourit : au fond de lui, il plaignait cette femme, et il ne comprenait vraiment pas pourquoi elle restait au service de son frère. Elle posa un café sur la table, s'en alla en dandinant des fesses.

« On se reverra ce soir ! »

Elle partit et Hadès put se reconcentrer sur la fouille du bureau, cherchant cette fois un compartiment secret dans les tiroirs, bureau, murs. Déplaça les rares tableaux pour voir s'ils ne cachaient un coffre, enleva les papiers des tiroirs pour voir s'il n'y avait pas un double-fond, à tout hasard, mais il ne trouva rien d'important.

Il souffla.

« Quelle galère. »


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 15 Fév - 12:56
-Monsieur nous sommes arrivés au Japon, veuillez attacher votre ceinture nous allons commencer notre descente.

Enfin les terres Nippon à perte de vue, ces hauts building, son air polluée, et Kira, avant tout Kira. Arashi avait du mal à cacher sa joie, malgré les seize heures de vol, avec une escale en Ukraine pour faire le plein, il allait devoir faire avec le décalage horaire et ses heures de sommeil à récupérer, mais rien ne lui ferait plus plaisir que de retrouver son bureau, ses appartements, son monde à lui.

Une fois l'avion posé en douceur, Arashi se dirigea vers Dominik ainsi que le pilote et les remercia chaudement, ils avaient fait un excellent travail et n'hésiterais pas à refaire appel à eux le cas venu. Une chose le surprit d'autant plus c'est qu'il n'y avait aucune présence journalière aux alentours, s'agitent comme des singes pour amasser des news toutes fraîches sur un dirigeant de Kira qui serait revenu dont ne sais-où. Juste une voiture et son major d'homme, il examina les alentours, pensant qu'"il s'agissait là d'un rêve mais non il n'en était rien, il était enfin revenu.

-Monsieur c'est un plaisir de vous revoir, j'ai pris soin de changer de voiture l'autre devenait un peu trop commune pour les goûts de monsieur.

-Merci beaucoup, moi aussi je suis heureux d'être de retour, j'imagine que personne n'est au courent de mon arrivée ?

Il donna un bref coup d'oeil à la voiture et vit qu'il s'agissait d'une Audi R8 Blanche, magnifique modèle il devait l'avouer.

-Non monsieur, j'ai pour ordre de vous amener à votre bureau, il faut que vous voyez certaine chose par vous même. Un dossier vous attend sur les fauteuils arrière.

Il lui ouvrit la portière et avant même de terminer son geste Arashi venait de s'introduire comme une fusée à l'intérieur de l'Audi, goûtant au plaisir du cuir et du confort encore une fois. Les vitres étaient teintées ce qui lui faciliterait la tâche quand à son arrivée discrète au QG. On referma la porte derrière lui, et le major d'homme se plaça au volent, démarra la voiture, et le bruit qui en sorti fut magique aux oreilles d'Arashi, magnifique oui.

-Quelles sont les nouvelles ? demanda-t-il

-Les rebelles ont mené une attaque au QG monsieur, mais forte heureusement peu de dégât et de partes monsieur. Il semblerait que Junichiro Iwa en était la cible on me tien à l'écart de tout cela, je ne possède que de fines informations sur ce sujet, mais je pense que l'enveloppe vous en dira un peu plus à ce sujet monsieur.

-C'est gentil à vous, bon voyons voir ce qu'elle renferme alors cette mystérieuse enveloppe...il l'ouvrit et en sorti une liasse de document, il monta les yeux au ciel comme pour interroger le bon dieu à savoir " pourquoi tu t'acharne contre moi?"

La voiture se frayait un chemin dans la circulation, ils avaient pénétré le coeur de la ville il y avait de cela dix minutes peut-être un peu plus, et la cime du QG pointée au bout du quartier, mais Arashi était septique quand à ce qu'il venait de lire, il comprenait certes mais mal, des comptes à rendre ainsi que des bourre pif étaient au menu de la journée. Heureusement que derrière tout ça l'idée d'être enfin sorti de ce guêpier et d'être de nouveau le ministre de guerre lui permettait de garder un certain sourire, où était-ce un rictus ?

La voiture s'arrêta devant l'entrée, mais Arashi resta un moment à l'intérieur, pourquoi ? Pourquoi n'ouvrait-il pas la porte, pourquoi ne se précipitait-il pas dans le grand Hall et afficher sa stature comme pour dire, Louez moi ! je suis de retour. Non c'était différent cette fois, il voulait faire les choses de manières fines. Il demanda à ce qu'on ne lui ouvre pas la porte mais qu'une fois qu'il serait sortie la voiture devrait rentrer à son garage et vérifier les lieux avant son retour, puis elle devait revenir une fois son coup de file passé, comme signale.

-Allait mon grand ton come-back est enfin arrivé ... Chuchota-t-il.

Ouvrant la portière et se glissa a l’extérieur, l'air frais, le bruit de la circulation, des discussions, des pas, la vie de ville. Leva les yeux aux ciel, et après avoir inspiré une grande bouffé, se dirigea l'air sérieux vers le Hall principale.
Il était enfin de retour, et les regards qui se posaient sur lui étaient, soit interrogateurs, envieux, craintifs, et admiratifs. Une fois devant l’ascenseur, il avait reprit sa confiance en lui, il était prêt.
Une fois arrivé les portes s'ouvrir mais ce n'est pas la bonne réaction qu'il lu sur les visages de ses employés. La secrétaire se dressa en sursaut ne sachant plus où regarder, et alla frapper à la porte de son bureau, bizarre celui-ci n'était-il pas censé être resté vide durant son absence ?
Il se dirigea d'un pas sur et vif, ouvrit la porte en grand et ne laissa pas le temps à la secrétaire de l'annoncer à cette inconnu qui n'en était pas vraiment un...

-Je ne suis pas si surpris que ça après tout... Laissez nous ! (tonna-t-il à la secrétaire qui sursauta et déguerpie aussi tôt)... Je vois que tu as bien géré mes affaires durant mon absence, je me demande comment tu as peu leurrer autant de monde, vas'y j'ai hâte de t'entendre parler ...Mon Frère.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Mar 19 Fév - 22:17
Chercher, chercher, encore et toujours chercher...mais quand donc réussirait-il à trouver ? Il avait mis plus de deux fois le bureau de son frère sans dessus-dessous et pourtant...pourtant rien. À croire qu'on avait prévu l'éventualité que lui puisse fouiller et tenter de renseigner la résistance. C'est alors que la poignée de la porte s'abaissa...mouvement impromptu et imprévu par Hadès. La secrétaire étant partie, il se releva tout d'un coup, tentant de se montrer aussi digne que possible, et pas la tête sous le bureau en train de chercher une porte secrète.

Surprise.

C'était une silhouette rousse et majestueuse. L'homme portait des cheveux longs, on aurait dit que sa peau avait quelque peu bronzé sous un hypothétique soleil, mais c'était lui. C'était lui et Hadès le dévisageait avec stupeur, presque avec horreur. Il était de retour, lui, le grand, le terrible Arashi Darkwood, celui qui n'avait pas hésité un seul instant avant de torturer son propre frère. Donc ça y était, on l'avait pris ? Ça n'avait pas duré longtemps, finalement, et avec Arashi dans le secteur, il ne pouvait pas compter sur la stupidité des pro-Kiras pour s'envoler discrètement. Sans compter que Fate Harlaown lui en voudrait de l'avoir trompée.

« Ha...Bonjour, je ne m'attendais pas à te revoir si tôt, Arashi. Nous ne devrions pas avoir de secrets l'un pour l'autre. »

Ça y était, il avait prononcé le mot qu'il fallait prononcé pour que Alpha comprenne qu'il avait été pris sur le fait et qu'il valait mieux éteindre toute communication et brouiller le plus rapidement possible les pistes. Mais ce n'était pas fini, Akira tenait à faire tourner chèvre son frère, et personne ne lui avait dit qu'il n'avait pas le droit de mentir. Il n'avait pas prévu son frère, à vrai dire, cela allait devenir beaucoup plus compliqué, maintenant, mais il avait déjà programmé quelques petites histoires des fois que quelqu'un grille sa couverture. Alors voilà : Akira rentra la chaise vers le bureau, comme s'il lui faisait ses adieux. Il s'avança ensuite vers Arashi avec un grand sourire, prêt à déclamer son mensonge.

« Tu vois, tu étais absent un peu trop longtemps...alors Kira m'a demandé de te remplacer...non que tu sois remplaçable, mais il voulait éviter la surcharge de boulot à ton retour. Donc voilà...je t'ai fait des p'tits dossiers et j'suis même allé capturer des résistants, il y en a dans les cachots. Les autres ne savent pas que je ne suis pas toi, évidemment, ç'aurait été trop long à expliquer...et pas la volonté de Kira de le divulguer. »

Il s'arrêta de parler et prit la petite bouteille d'eau sur le bureau pour boire un peu. Il la tendit ensuite à Arashi. Son retour, la mission dont il ignorait l'existence, il avait dû beaucoup voyager.

« Et toi, tu as fait quoi ? Ha, pas la peine de tirer les menottes ou de ne pas me croire...j'ai changé de bord. Fate...Fate est très attirante...c'est l'une des raisons. »

N'importe qui aurait pu dire que les deux frères se ressemblaient maintenant plus sur le plan du mental. Hadès, il aurait vraiment été capable de changer de bord pour Harlaown...pour être pardonné lorsqu'il la plaquerait contre un mur et l'étranglerait petit à petit, lorsqu'il pourrait enfin, enfin l'approcher sans être pris en chasse par des sbires ridicules. Pensant à cet objectif complètement noirci par la haine, Akira Darkwood rit, s’ébouriffant les cheveux, puis les attachant en queue de cheval, comme il le faisait avant, lorsqu'il ne jouait pas ce rôle de Général.


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 26 Fév - 20:33
"Tu vois, tu étais absent un peu trop longtemps...alors Kira m'a demandé de te remplacer...non que tu sois remplaçable, mais il voulait éviter la surcharge de boulot à ton retour. Donc voilà...je t'ai fait des p'tits dossiers et j'suis même allé capturer des résistants, il y en a dans les cachots. Les autres ne savent pas que je ne suis pas toi, évidemment, ç'aurait été trop long à expliquer...et pas la volonté de Kira de le divulguer."

Est-ce qu'il se foutait ouvertement de sa gueule ou bien est-ce la vérité, pendant une fraction de seconde cette idée passa en travers de son esprit, mais non son frère ... se joindre au pro-Kira alors que lui même ... tout son être n'est que contradictions avec les idéaux de Kira, et il ne serait pas permis qu'un fouineur comme lui sabotent et salisse l'honneur de Kira et le sien par la même occasion. Il n'avait pas changé pour un sous ou du moins c'est ce qu'il laissait croire aux autres, mais entre frère, même si on se renie... le lien de sang est toujours présent et c'est ce petit quelque chose entre Arashi et son frère qui allait faire pencher la balance, du moins c'est qu'espéré Arashi.

Son frère, était dans son bureau, il devait chercher quelque chose de précis, forcément, si cette attaque avait été mené c'était certainement dans un but précis, mais comment avaient-ils tous peut être aussi crédule, Il n'est pas du tout du genre à faire le méchant, est-ce que les gens étaient aussi naïfs pour croire qu'Hadès pouvait prétendre à prendre sa place ? Tous ces plus fidèles sujets, sa secrétaire, comment avaient-ils tous peu le trahir de la sorte, c'était un manque de sérieux mais il allait y remédier.

"Et toi, tu as fait quoi ? Ha, pas la peine de tirer les menottes ou de ne pas me croire...j'ai changé de bord. Fate...Fate est très attirante...c'est l'une des raisons."

Fate il n'y pensait même plus, il était tellement enragé qu'il avait envie d'une seule chose, descendre une bouteille de saké à froid pour lui remettre les idées en place, ... il faut le tester, voir si il dit la vérité, c'est ce qu'il se disait, où voulait-il se convaincre que cette réalité n'était pas envisageable, que son frère puisse ... virer de bord... tout ça pour une femme ... Une idée lui vint à l'esprit.

-J'étais en vadrouille ici et là, mais je suis là maintenant, et on m'a assigner une mission, tu te souviens non ta copine, comment s’appelait-elle déjà ? Ah tu sais bien celle avec cette belle tignasse noir qui nous donne une seule envie c'est tirer dessus, ... et cette chute de reins ... je m'en souviens comme si c'était hier ... une vrais tigresse au passage... Et bien je vais devoir m'en occuper une bonne fois pour toute, mais je vais donc avoir besoin de ton aide, du moins si tu n'y vois pas d'objections...

Essayer de le mettre en rogne est-ce que cela allait suffire pour lui faire tomber le masque... Arashi en doutait, son frère était un rusé, et fort de sur-croix, il ne laisserait certainement ses émotions prendre le dessus. En levant les yeux vers sa bibliothèque il s’aperçut que quelques dossiers avaient été très légèrement bougé, que cherchait-il si ce n'était des informations sur ... Voilà ce qu'il cherchait donc, les dossiers sur le laboratoire, c'est ce que disait le mot dans la lettre "changer de position" est-ce que ça faisait vraiment référence aux dossiers, il fallait qu'il en soit certain...

-Heu tu sais si tu voulais certaines informations relatives aux laboratoires, tu aurais du t'adresser à Fate ou à ma secrétaire, Oh suis-je bête j'ai parlé trop vite... Bon finit la plaisanterie soit tu me dis ce que vient foutre ton petit cul ici, dont je n'ai qu'une seule envie c'est de le réduire en charpie ou soit c'est à la sécurité que tu devras faire face, ou pourquoi pas les sous sols... Oh tu te souviens des bons moments qu'on y a passé tous les deux ?
Allé Frérot vas'y craque je n'attends que ça ...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Mer 27 Fév - 18:54
Calme et zen ? Bien sûr que le Akira Darkwood d'il y a quelques mois serait resté de marbres devant ces paroles, mais...depuis, il s'était tout de même passé beaucoup de choses : le viol d'Ishtar, sa propre remise en question. Il avait aussi été confronté à Fate et son interrogatoire musclé, vu encore plus d'âmes innocentes mourir entre les mains de Kira...et Hadès ne croyait pas que l'on puisse rester de marbre après avoir vu ça.

Et maintenant, il lui parlait d'Ishtar...il lui parlait d'Ishtar et du plaisir qu'il avait pu avoir à la violer. Comment...comment pouvait-il dire ça, savait-il au moins ce que la jeune femme avait enduré, ce qu'il avait dû faire pour l'empêcher de se suicider, elle qui semblait être manifestation de la vie ? Non, son frère ne savait pas, c'était pour ça que, ses poings serrés, ses ongles commençaient à rentrer dans sa peau et...il serrait les dents comme un chien enragé qui attendait le bon moment pour sauter sur son adversaire. Cette chute de reins, cette chevelure, lui avait déjà eu l'occasion de les toucher. Longtemps, alors même qu'elle était encore avec Mello. Mello avait-il seulement ressenti ce qu'il ressentait en ce moment envers Arashi ? À savoir l'envie de commettre un fratricide, lui qui était plutôt, d'habitude raisonnable et tranquille ?

Trop, trop, c'était trop. À l'image d'Ishtar, les insidieuses paroles d'Arashi, se superposait le portrait de Fate Harlaown, pro-Kira un peu trop voluptueuse pour son bien-être, venant hanter quelques uns de ses cauchemars les plus noirs.

« Ne parle pas.. ! »

Son frère venait de parler des laboratoires, alors il l'interrompit...donc il savait quelque chose ? Comment ça, sa secrétaire ou Fate savaient quelque chose ? Pourquoi n'avait-il pas pensé à questionner la secrétaire, l'autre nuit, lorsqu'il lui faisait du bien, pourquoi ? Là, Hadès se glissait pile dans l'entonnoir que lui tendait Arashi, s'enfonçant au fur et à mesure dans le piège. Il avait du mal à se concentrer sur son objectif initial, les images de Fate lui criant « pitié » et d'Ishtar, les veines ouvertes se mélangeant.

« Tu n'as aucune idée de quoi tu parles ! Mon amie, comme tu l'appelles ! Elle s'est ouverte les veines ! Tu n'es qu'un idiot, Arashi, un idiot ! À cause de toi, elle...elle n'est pas morte mais, elle aurait pu, tu ne sais pas dans quel état elle est maintenant, et elle disait que c'était sa faute ! Mais pire, à cause de toi...elle ne me voit plus comme avant ! Je le vois bien ! »

Il s'avançait vers Arashi tandis qu'il parlait, articulant chacun de ses mots pour bien fait passer le message, ses yeux reflétant toute la haine qu'il pouvait bien avoir pour ce comportement qu'il jugeait indigne de son frère. Et les labos ? Ce n'était plus dans ses objectifs...il ne pensait plus qu'à Ishtar, était devenu aussi borné qu'un taureau. C'est pourquoi il leva le poing, et frappa Arashi.

« Tu as idée du mal que tu fais aux gens ? Tu as seulement idée du mal que les pro-Kiras font aux gens ? »

Concrètement, à ce moment précis, il venait de se trahir. Mais il s'en foutait, à ce moment-là, il voulait juste le frapper sans plus jamais s'arrêter. Il le renversa d'ailleurs par terre, profitant du phénomène de surprise et recommença les coups. C'était redevenu comme lorsqu'ils étaient enfants...deux gosses se roulant sur le sol, les coups qui pleuvaient. La plupart du temps, c'était Arashi qui gagnait, il était le plus fort, le moins doux, surtout, mais aujourd'hui, les yeux d'Akira avaient perdu toute tranquillité, toute douceur.

« Tu sais, tes labos, tu sais où tu te les mets ?! Je n'irais plus jamais aux sous-sols, plus jamais, tu m'entends connard ? »

Et comme pour confirmer sa décision, il se mit à lui mordre très fort l'épaule.


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Mar - 14:20
Douleur, douleur et encore douleur... Son frère avait décidément prit du galon depuis la dernière fois qu'il l'avait vu ou bien était-ce les propos qu'il venait d'énoncer qui l'avait mis dans cet état , les deux certainement. Encaisser les coups pour le moment c'est tout ce que pouvait faire Arashi, jusqu'au moment où il peut enfin attraper la tignasse de cheveux de son frère alors que celui-ci était en train de le mordre à l'épaule, l’enchaînement n'était pas facile, forcer alors que la pression de la mâchoire se faisait de plus en plus forte créée une douleur telle qu'Arashi ne peu retenir un grognement.D'un coup de pied remonté au sternum de son frère il réussit à s'en défaire et le projeta contre le bureau, se relevant maladroitement Arashi exerça une pression sur son épaule meurtrie, sentant un liquide chaud qui descendait le long de son bras.

-Je suis impressionné, vraiment... Je vois que tu tiens vraiment à elle alors, si je te disais que je suis désolé pour elle, tu me croirais ?

Rictus sadique, Arashi ne pensait pas un traître mot des paroles qu'il débitait, et il aimait ça le mener à bout, faire du tapage, plus il en fera et plus il y aura d'action pas la suite.

-Tu vois si je fais ce boulot c'est parce qu'il faut bien que quelqu'un se salisse les mains pour le faire, et je suis cette personne, et comme tout travail je m'applique dans celui-ci, y prenant du plaisir, une certaine joie, bien sûr ceux que je ramasse ne sont certainement pas du même avis que moi, mais il faut y passer par là un jour au l'autre... Mais tout ça tu le sais déjà n'est pas alors pourquoi est-ce que je m'embête à te le redire...

Arashi déchira un pan de sa chemise et l'enroula tant bien que mal autour de la morsure à l'épaule, une fois le bandage finit, il s'avança vers son frère et sorti son téléphone de sa poche intérieur située dans sa veste de smoking.

-Tu vois ce boutons si j'appuie dessus tu pars et je ne te revois plus, te ne revois plus ta copine, tu ne revois plus la résistance et tu ne revois plus le jour, tu seras avec des gens comme toi... Où bien ....

Regardant autour de sois Arashi eu un petit sourire en coin, et si il faisait durer ce jeu du chat et de la souris ? Après tout son frère avait été assez malin pour s'introduire chez lui, pourquoi ne pas faire continuer la chasse, voilà quelque chose qui excité au plus haut moins Arashi, preuve de son addiction à la violence?

- Tu m'emmène avec toi, j'aimerais bien vous rencontrer tous qu'est ce que tu en penses hein ça serait sympa, vous avez fait un sacré remue ménage ici, il serait normale que l'on vous rende l'appareil non ? Allé juste pour cette fois !!

La machine était lancée, Arashi voulait de l'action et de l'excitation, et il espérait très bientôt en avoir...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Jeu 7 Mar - 19:22
Savez-vous la douleur que peut causer un coup au sternum ? Il était en train de mordre sauvagement Arashi, lui foutant des coups comme il le pouvait...oh, bien sûr, il savait qu'il ne serait pas facile de se débarrasser de son frère, mais il voulait au moins lui faire du mal, beaucoup de mal...ne serait-ce que pour lui faire regretter ce qu'il avait pu dire sur Ishtar. Il allait s'attaquer à plus gros que l'épaule lorsque le coup l'envoya ailleurs, l'impulsion l'envoyant carrément sur contre le bureau.

Le sternum est un endroit fragile, aussi pendant quelques secondes – étaient-ce seulement des secondes ? – Hadès eut l'impression d'avoir perdu conscience. Lorsqu'il arriva à voir à peu près ce qu'il y avait en face de lui, même si il voyait trouble et parvenait avec grand peine à comprendre ce que son interlocuteur disait, sa tête dodelina. Il aurait été bien en peine de se lever, et d'ailleurs, ses membres tombaient, las. Le coup qu'il avait reçu l'avait anéanti. De quoi parlait, pourquoi disait-il des choses ? Un instant, Hadès crut comprendre qu'Arashi regrettait de s'être attaqué à son amie, disait qu'il n'avait pas le choix de faire tout ça, qu'il fallait bien que quelqu'un fasse tout ça...Et son cul, c'était du poulet ? Tout le monde avait le choix, il suffisait de faire le bon. Si Arashi ne voulait pas torturer des gens, il pouvait arrêter, disparaître dans la nature, de toute façon, un autre type probablement encore plus horrible que lui viendrait sans doute prendre le relais.

« Bou...ton. »

Il tendit vaguement la main vers son frère, ayant l'impression qu'à chaque fois qu'il tentait de prendre une respiration, un marteau lui écrasait le poitrail. Hadès avait la bouche grande ouverte, essayant de stabiliser son état autant que possible...il savait que c'était perdu, qu'il ne gagnerait pas ce combat. Terminé avant même d'avoir commencé, que c'était comique. De son oreille distraite, une grimace sur la figure, il écoutait les paroles d'Arashi : alors, la disparition ou le fait d'être un traître ? Hadès se souvint tout d'un coup des paroles d'Alpha, celle-ci insistant sur le fait qu'il risquait de mourir...en effet. En effet, il s'était préparé à cette possibilité...la mort. Ou du moins, comme avait l'air de le prétendre Arashi, l'emprisonnement à vie. Que comptaient-ils faire de lui ? L'isoler dans un endroit tellement reculé qu'on ne pourrait plus le retrouver ? Le torturer, lui faire subir des séances d'hypnose pour le forcer à parler ? En tout cas, ce qui était sûr, c'était que Akira en savait trop sur la résistance : Kira ne pouvait le tuer, ou alors du moins le manipuler pour le forcer à parler avant sa mort...et dans ce cas, il louperait sans doute beaucoup de choses intéressantes que l'on peut obtenir de quelqu'un en le manipulant proprement.

Il se pencha brusquement en avant, cracha du sang.

« Crève...je...préfère...encore mourir que...que trahir mes...valeurs. »

Il s'arrêta de parler pour reprendre son souffle : le coup reçu n'était, encore une fois, pas anodin. La bouteille... il avait toujours la bouteille près de lui ? Peut-être que boire un peu d'eau l'aiderait à retrouver ses esprits, là. Même si ça lui semblait vraiment mal parti, et que son cerveau semblait faire de la résistance.

« Je peux...jouer ton rôle...mais tu serais...incapable de jouer le mien, Arashi...parce que tu es ignoble...tu es...horrible, sanguinaire, accroc au sang...quand j'ai...j'ai agressé Harlaown, elle n'a plus...eu de doutes sur mon...identité. As...as-tu été tout le temps comme ça ? »

Il tenta de rire, mais un truc bizarre sorti de sa bouche, avant qu'il ne soit de nouveau pris d'une quinte de toux, plaçant son bras sur la poitrine pour tâter et évaluer les dégâts. Pas de sang, ni rien, sans doute un beau bleu d'ici demain. Il avait déjà eu des chocs à cet endroit, il savait que ça pouvait rapidement être mortel, mais s'il avait repris conscience, là, cela signifie que tout irait bien. Il pensait à Arashi enfant, à son frère tel qu'il était avant le conflit. À tout ce qu'ils avaient raté.

« Père aurait eu honte de toi. Je choisis de ne plus jamais les revoir...ils comprendront. »


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 19 Mar - 9:46
Spoiler:
 

"Famille" ce terme là avait cessé d'exister depuis qu'il était entré dans la sphère personnelle de Kira, c'était lui sa famille à présent, et le monde qui l'entourait ne méritait gère son attention si ce n'était pour les rafles et autres descentes. Mais il restait encore une personne qui arrivait à lui faire ressentir, non pas de la nostalgie mais une sorte de tristesse, obligé de constater qu'il y avait encore des gens capable de remettre en doute la foi de Kira, cela le désolé, encore plus quant il s'agissait de son frère. Même si pour lui il s'était rangé aux côté des rebelles il restait malheureusement son frère.

Malheureusement parce qu'à chaque fois qu'il y a confrontation entre les deux, ce n'est pas un simple rebelle à qui il pourrait enfoncer son point dans la gueule et le matraquer de coup jusqu'à lui rompre le cou, mais bien un porteur du même sang que le sien et c'était certainement le dernier avec lui qui pouvait perpétuer leur lignée.
Arashi était bien du genre à faire attention à la descendance et à l'héritage qu'elle recevrait, cela devait être la raison pour laquelle il n'avait toujours pas pu tuer son frère, et il ne pensait pas le faire en réalité, il préférerait que quelqu'un d'autre s'en charge à sa place.

Pourtant il restait là stoïque, à regarder son frère qui reprenait tant bien que mal son souffle, et qui continuait de vociférer des injures et des menaces, oui c'est vrais il était tout ce dont il l'accusait, mais il était devenu pour Kira, il le voulait et il en était fière car maintenant il n'était plus le petit garçon dans son enfance qui se faisait taper dessus à cause de sa couleur de cheveux mais bien lui qui tapait sur ceux qui avaient osé dans le passé lui faire du mal, il y avait une part de vengeance dans tout ça et il en était conscient même si il préférait la mettre en fin de liste des causes pour laquelle il avait rejoint Kira.

-Sais-tu seulement combien j'ai galéré pour en arriver là? Sais tu toutes les épreuves que j'ai due traverser pour gagner ma place et la confiance de Kira? J'en doute fort et c'est pour ça que tu ne comprendras jamais, j'ai une vie sûr, je suis respecté comme il se doit de l'être, et ce n'est pas toi, mon frère qui avec tes paroles venimeuses me fera fléchir le genoux car j'y ai dépensé beaucoup trop de sang et de sueur pour revenir en arrière ou perdre ce que j'ai maintenant.
*Il se passa la main dans les cheveux signe de nervosité, et trépigna du pied*

C'est comme si il se lançait un monologue intérieur, lançant de temps à autres des regards à son frère il ne savait comment conclure cette affaire, il avait l'air de se parler à lui même, des murmures, des chuchotements, comme si c'était un combat intérieur qu'il menait contre quelque chose ou quelqu'un qui était en désaccord avec lui.

-J'en ai fini avec toi tu m'entend j'en ai FINI !! *hurla-t-il*

Il se tourna rapidement vers son frère voulu s'en approcher, recula, tourna les talons vers la porte et au moment de l'ouvrir, s'arrêta, reparti en direction de son frère, s'agenouilla et le prit par le colback, le regard dans le sien.

-Tu vas connaître la maison puisque c'est ça que tu es venu chercher. Je ferais en sorte qu'on soit toujours ensemble et tu vas adorer ça...

Le lâcha brutalement, et d'un pas vif se dirigea vers la porte qu'il ouvrit à grand fracas, il gueula un ordre et une minutes plus tard ils étaient là, et prêt à l’emmener, mais ou ?

-Allons rendre visite à un vielle ami, tu veux bien, tu dois te souvenir de Junichiro Iwa, il est de retour tu ne le savait pas ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Jeu 28 Mar - 19:01
Spoiler:
 

Akira Darkwood est, à l'intérieur, complètement terrifié. Son frère lui fait peur, il est angoissé à l'idée qu'il ne connaisse pas ses limites, qu'il ne sache pas ce qu'il fait. Qu'il le tue, le laisser crever, le torture comme l'autre fois. Il s'en veut, maudit de putain de thorax qui lui fait mal après ce coup, maudit son impuissance. S'il avait été Arashi, il se serait probablement frayé un passage parmi la foule, dézinguant une ou deux personnes au passage, mais serait sorti. Il n'était Arashi, il n'était que Akira, le rouquin de la rébellion, celui que Mello honnissait tant – pour de bonnes raisons – et qui allait bientôt se battre pour ne pas devenir un traître.

Là où Hadès se figea encore plus, ce fut lorsque, Arashi, comme énervé, en pleine tournante vint soudainement l'agripper par le col pour lui susurrer à l'oreille que de toute façon, il serait toujours avec lui...toujours. Le rouquin fut soudainement pris d'un grand frisson, avant de retomber brusquement sur le sol, ne retenant pas une grimace lorsque ses genoux heurtèrent les premiers le sol. Mal. La situation lui échappait, vraiment. Depuis que Arashi était entré ici, c'était de toute évidence perdu, alors il aurait dû s'y résoudre, jeter l'éponge, avouer, parler...faire en sorte d'avoir de la valeur pour les pro-Kiras qui n'avaient aucune idée de son rôle pour la rébellion.

À l'ordre lancé par son frère, des hommes entrèrent dans la pièce au trot. Ils jetèrent un regard allant de Arashi à lui, puis de lui à son frère, avant de le relever de force et de lui lier les mains derrière son dos. Hadès poussa un soupir de dépit puis hallucina de nouveau lorsque son tendre et cher jumeau évoqua Iwa et la petite visite qu'ils lui rendraient tout de suite : là, il s'arrêta de respirer pendant deux secondes, fixant Arashi comme s'il avait vu la vierge. Et puis il se souvint du massacre qui avait eu lieu, de l'attitude de ce fou, des enfants, femmes, vieillards, hommes qui étaient morts sous ses balles ! Et pourtant, il avait tenté de le contenir ! Hadès n'aimait certainement pas cet homme, et plus qu'aucun autre pro-Kira. Il lui inspirait de la haine, de la souffrance et du remord. Il avait peur de ses yeux, peur de son comportement lorsqu'il disait qu'il l'intéressait, peur de ce qu'il pouvait faire ! Il cria un « Non ! » en réponse à la phrase d'Arashi, mais se prit un coup dans le ventre de la part d'un des hommes, cela l'assommant un peu plus.

Nous ne savions pas et pourtant...lorsque nous sommes entrés, nous l'avons vu, lui et Monsieur le Ministre. Arashi Darkwood tient bien son nom, il est digne, fort, impressionnant. Nous avons compris ce qu'il se passait dès que nous l'avons vu, en costume, face à cet homme qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau. Il a été remplacé, et le pire, c'était que personne ne se doutait de rien, trop aveuglé par cette ressemblance.

Conformément à ses ordres, nous l'avons alors baladé dans l'étage, le menant au bureau de Monsieur le Premier Ministre. Cet homme est un rebelle, le premier ministre prendra la bonne décision si Monsieur Darkwood se juge trop subjectif pour émettre un quelconque jugement sur l'ignoble rebelle qui doit être son frère. Le nouvellement nommé « prisonnier » parle, gesticule ; nous le frappons, l'empêchons de faire quoique ce soit comme fuir. Dans ces circonstances, alors que l'homme est complètement HS, il aurait été drôle de dire « toute résistance est inutile ». Ha ha ha ha.

Nous arrivons à la porte du premier ministre. Et le prisonnier ? Nous le jetons littéralement sur le sol, lui, il s'éclate sur la moquette, il relève les yeux lentement vers la personne qui lui fait face et...


« Iwa...Bonjour...Comment allez-vous ? »

Horreur, la silhouette de Iwa est en face de lui. Il tremble, il a peur.

« Mon frère m'envoie...ici...Sans raison, il est bête hein ? Ha ha ha ha. »

Rire nerveux.


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 29 Mar - 14:09
« Iwa...Bonjour...Comment allez-vous ? »

On me tire de ma rêverie, j'étais pourtant bien tranquille pour une fois, j'avais même mis de la musique classique en fond sonore on dit que ça adoucis les meurs, moi j'y crois pas vraiment mais la mélodie est jolie elle ressemble à ma mère, toute aussi épanouie que touchante et séduisante... Lakmé acte 1, oui c'est tout à fait elle... Je n'ai pas envie de lui répondre, ils m'agacent tous, parce qu'ils ne me comprendront jamais, ils ne savent pas ce que c'est que d'être l'oeil de Dieu, la responsabilité qui m'incombe mais tout cela je le fais pour Lui, pour notre Dieu à tous, Oh toi Kira entend mes prières ...

« Mon frère m'envoie...ici...Sans raison, il est bête hein ? Ha ha ha ha. »

Il parle encore, personne n'a donc pensé à lui mettre un bâillon, je lui arracherais bien la langue si ça pouvait l'empêcher de parler, mais il se mettrait à crier alors... Que de souffrance, mais c'est encore une épreuve du tout puissant, il me teste et je vais le rendre fière de moi.

Tout en se levant de son siège, Iwa faisait le tour de sa pièce, grande, spacieuse, avec une belle vue, un panorama de la ville toute entière qui se déployait sous ses yeux. Il arrêta la musique, une chaîne Hifi posé dans une de ses bibliothèques. Il regarda une photo sur celle-ci, caressa un visage du doigt et détourna vite les yeux quand il s’aperçut dans le reflet du verre protecteur du cadre. Il détestait le passé et les photos, il n'aimait pas les miroirs car ils lui renvoyaient trop de souvenirs, et il avait tendance à tous les briser du poing, ce qui lui avait valu nombreux point de suture sur les mains.

Il daigna enfin regarder la chose qui était sur le sol, c'était bien vivant ça respirait, ça bougeait, et ça avait les cheveux roux.... Ce n'étais pas Arashi quand même ? Il n'aurait pas osé lui faire ça, il était si beau et si fort et surtout très respectueux envers Kira, Il s'accroupi devant celui-ci et chercha à croiser le regard avec l'homme roux, quand enfin il se souvenu le café, la descente, le lien qui les unissait, c'était lui il était revenu et en vit surtout. Un sourire se dessina sur son visage on aurait dit qu'un ange venait de passer, puis il se rapprocha de celui-ci, plus près encore plus près, jusqu'à pouvoir entendre sa respiration et la rythme de son coeur.


-Bonjour Akira Darkwood... Comme cela faisait longtemps que je n'avais pas eu le plaisir de savourer ta présence... Comment vas-tu depuis tout ce temps je t'en pris redresses toi...

Ah mais peut-être que ses liens l'en empêche, je ne vais pas prendre le risque de les lui enlever et qu'il me saute dessus pour me mordre à la gorge et me vider de mon sang, non je tiens trop à ma gorge pour ça, bon tant pis, mettons nous à l'aise veux-tu, je pense que l'on sera mieux dans le fauteuil.

-Akira Akira .. Akira, par où commencer, j'imagine que si tu es ici dans mon bureau, c'est pour une raison particulière, voudrais tu me l'énoncer ? Si tu ne l'as connais pas alors je t'en ferais inventer une, et je m'amuserais avec toi, et pourquoi tu ne viendrais pas avec nous en bas, je te montrerais mes créations, mes beautés, comme je les appelle.

L'ambiance était trop pesante à mon goût alors nous avions décidé moi et moi de remettre la musique à volume bas, pour que je puisse entendre cette voie si douce qui m'avait manqué, et cette fois c'était du Beethoven, je n'en écoute pas souvent mais il est dit comme étant un très grand compositeur.

-Tu aimes la musique classique, moi j'adore l'écouter quand je joue dans mes laboratoires, c'est très relaxant, mais mes compagnons ne l'apprécie pas à sa vrais valeur, dommage... Bon alors, tu fais quoi ici foutu rebelle ...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Sam 30 Mar - 14:45
Le premier ministre s'était rapproché de plus en plus de lui, causant chez le rebelle un espèce de malaise latent, et surtout, l'envie de fuir. Mais tout n'était planifié, et...et il n'y avait pas de parachute, tout comme il ne pouvait pas distraire tous ces gardes – Arashi avait vraiment prévu large – et le premier ministre. Il se mordit les lèvres, se demandant comment il allait pouvoir s'échapper, cette fois-ci, observant avec appréhension le visage de cet homme qui le fixait. Iwa. Ce qu'il le détestait, ce qu'il...avait envie de le tuer. L'homme qui avait exécuté une partie de son camp se trouvait là, en face de lui, et le pire, c'était qu'il ne pouvait rien faire, pas même bouger le petit doigt. Lui arracher la gorge, lui cracher dessus, souiller son corps plein de sang, pleurer, se vider de ses larmes, encore pleurer puis appeler Zen à la rescousse.

Le pire, sans doute, c'était que Iwa le narguait : il connaissait son nom et ne se gênait pas pour le menacer, à mots à peine voilés. Il voulut faire un mouvement pour le mordre, mais Iwa s'était déjà relevé pour s'asseoir sur le fauteuil. Il continuait la conversation sur des créatures qui seraient au sous-sol, ce qui fit tout de même dresser l'oreille de Hadès. S'agirait-il de créatures comme celle qu'il avait rencontrée l'autre jour ? Avec des ailes et des pouvoirs bizarres ? Il retint son souffle, mais ne perdit pas à l'esprit qu'il ne valait sans doute mieux pas qu'il vit ce que cachait la boîte de Pandore, ou il risquait de se perdre lui-même.

« Ne m'appelle pas par mon prénom, connard... », grimaça-t-il.

L'appelait-il déjà par son prénom la première fois qu'ils s'étaient vus ? Curieusement, Hadès ne parvenait pas à se souvenir de ce détail qui lui échappait. Ou alors, c'était Fate qui le lui avait transmis, quelque chose comme cela.

« Je suis ici dans ton bureau car...je n'ai pas le choix, ça se voit pas ? Je ne veux pas voir tes sous-sols, par contre, si tu pouvais me montrer le chemin de sortie, ça me ferait plaisir ! »

Comme en réponse à cette phrase insolente, un de nos pieds vint s'abattre sur la tête de l'homme, tapant son nez contre le sol et étalant la crasse de l'une de nos godasses sur sa belle chevelure. L'un de nous le souleva et le força à s'assoir sur le fauteuil que Monsieur le Premier Ministre avait désigné. Pour Kira, il était nécessaire que cet interrogatoire se passa bien. Monsieur Iwa n'avait pas la réputation d'être très patient, aussi nous voulions lui épargner quelques émotions pas vraiment nécessaires. Nous le prîmes entre six yeux, lui écrasant les joues et lui grognèrent qu'il ne fallait pas tutoyer le Premier Ministre.

Bandes de malades. Ces types devaient se faire soigner, vraiment.

« ...Merde... J'ai voulu être gentil, alors j'ai remplacé Arashi pendant son absence... pour pas que vous vous inquiétiez quoi ! Et vous, tout ce que vous trouvez, c'est me trimbaler dans tous les sens et me foutre des coups ! Je me passerais vraiment de venir en bas. Vraiment vraiment. »

Il y avait toujours ce truc, cet écouteur dans son oreille. Si on le trouvait, si on le fouillait, il serait encore plus dans la merde, mais Hadès savait que les personnes qui l'avaient conçu ne les laisseraient pas remonter jusqu'à elles. C'était comme ça, et puis il savait que son rôle était plus ou moins kamikaze. Il s'attendait à la mort, il s'attendait à être torturé, c'est pourquoi il pouvait plus ou moins tolérer être en face d'Arashi...mais faire face à Iwa, ça, non. Iwa était incontrôlable, fou. Iwa pouvait changer, se mettre à faire tout d'un coup totalement autre chose que ce qu'il avait prévu. C'était pourquoi il appréhendait tant le premier ministre.

« Je préfère Gershwin à Beethoven. Comment va...Harlaown ? »


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 18 Avr - 15:24
Spoiler:
 

- Te montrer la sortie bien sûr que je peux le faire, je les connais même toutes, et il y en a un paquet crois moi, mais il va falloir gagner le droit de sorti et pour ça j'attends de toi que tu sois mon gentil chien chien et que tu fasse ce que je te dis de faire, quand, où et comment, et si ça ne me plais pas ou la façon que tu as de me regarder, de me parler ou encore ton attitude je te ferais regretter le jour ou tu es sorti du ventre de ta mère.... Tu vois je pourrais très simplement te tuer là maintenant, il me suffirais d'écrire tes petites lettres pour qu'en quelques secondes tu trépasses, mais comme j' estime que tu représente un atout, je vais donc en jouer, et ce n'est pas la peine de jouer au frère protecteur avec moi, Arashi est tout le contraire de toi, il est le plus beau ... Je m'égare ...

Il faut que je garde mon calme, même si ça monte en moi et que j'ai envie de lui ouvrir sa tête pour voir si son cerveau est différent de ceux des adorateurs de Kira et du mien par la même occasion, mais si je fais ça je le tue et moi aussi, et je suis sûr que cela causerais tout de même un pincement au coeur du merveilleux Arashi et je ne voudrais pas le faire souffrir n'est ce pas ? Non loin de moi cette idée...

Iwa fit signe aux gardes de le mettre à son aise sur un fauteuil en face du bureau de celui-ci, et de partir, malgré la perplexité des gardes et leur mécontentement ils n'allaient tout de même pas oser et risquer de se frotter au premier ministre à moins je connaître une mort atroce ou pire encore ... Une fois les garde sortis, il s'enfonça dans son siège, fixant le rebelle de ses yeux, se demandant bien comment est ce qu'il allait procéder.

-Cela ne t'a jamais traversé l'esprit que nous avions besoin d'une taupe chez les rebelles ? Parce que bon je dois dire que ta couverture ici c'est plutôt bien passé, même si à la fin il y a eu du laissé allé je trouve ... Mais je te pardonne, tien regarde ce son des photos que j'ai prise je ne sais pas si ces gens te disent quelque chose, moi j'aime beaucoup celle ou tu te balade dans les couloirs en évitant les caméras, un vrais agent secret hein ?

Iwa éclata de rire, il ne pouvait plus se contenir, il avait le temps contre lui à croire qu'à chaque fois qu'il se retrouvait devant un rebelle il avait comme une sorte de bombe psychédélique à retardement dans la tête.

Je veux qu'il souffre je veux qu'il endure une torture telle qu'il me suppliera pour que cela s'arrête et alors je le transformerait en ma chose, une nouvelle beauté beaucoup plus utile qu'il ne l'est aujourd'hui, je le veut avec moi je suis sur que cela fera souffrir Arashi mais c'est pas la bonne cause...

Dans tous les cas tu es piégé j'espère que tu t'en étais rendu compte et comme tu es ici autant en profiter pour nous amuser, j'ai en effet quelque projet pour toi, j'aimerais les partager avec toi tu veux bien ? J'en suis sûr que oui, tu vois tu m'as l'air convainque que ta cause et la bonne alors que je pourrais t'offrir une nouvelle vie beaucoup plus palpitante et lourde de sens, mais il faut faire des sacrifices tu vois, renoncer à des choses à des personnes, tu vois je sais être clément par foi et je vais te le montrer je t'accord de voir la personne de ton choix une dernière fois avant que tu ne tombe dans l'oubli qu'est ce que tu en penses ? c'est louable de ma part je sais.

Il s'attarda sur cet étrange spécimen qui se trouvait devant lui, et se demanda, pourquoi, pourquoi est ce que je ne suis pas comme lui, parce qu'il avait suivit le droit chemin justement, et rien qu'à cette idée, un sourire se dessina sur son visage immature dirait-on, mais tellement brillant !!!
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Mort et enterré
avatar
Messages : 874
Age : 26
Localisation : Pas là où se trouve Arashi
Ven 26 Avr - 22:19
Se conduire comme un gentil chien-chien ? Lui obéir ? Hadès regardait le premier ministre comme s'il avait peur de ne pas comprendre...et pourquoi, l'information lui montait au cerveau. Plus que bien, même. Il avait eu une chance, il s'était déjà enfui d'ici. Deux fois même. La troisième, l'organisme qu'était le dogme des pro-Kiras avait déjà dû préparer son corps à son intrusion. C'est comme cela que le corps humain rejette le virus de la grippe aussi, après tout. Il pensait qu'il allait le tuer, le torturer – cela, ce n'était pas encore prouvé – mais en faire son esclave, non. Hadès en restait bouche-bée et, après tout, ne savait même pas s'il préférait la mort à ce sort de félon, de brigand qui allait sans nulle doute devoir trahir son propre camp. L'avaient-ils prévu, ça ?

Il ne voulait pas mourir, finalement, il ne le voulait plus. Il avait raté sa vie, n'avait même pas de petite amie, et combien de pays lui restait-il à visiter ? Combien de vies n'avait-il pas vécu ? Tout d'un coup, la résistance ne lui parût plus si importante par rapport à tout ce qui lui restait à faire. À force de vivre comme Arashi, il avait fini par prendre le rythme. Depuis des semaines qu'il jouait ce rôle, il n'était plus qu'un intermédiaire, qu'une taupe. Il avait très peu de contact « en personne » avec les membres de la résistance, et, il fallait l'avouer également, moins d'ennuis dans les pattes. Cependant, il n'aurait souhaité jouer le rôle d'un pro-Kira pour toujours...c'était stressant, immoral, et en plus, un jour ou l'autre, il aurait dû tuer et quelqu'un, n'importe qui se serait rendu compte de la réalité.

Alors être une taupe chez les rebelles, alors qu'il en était précédemment une chez les pro-Kiras...cela le mettait presque mal à l'aise, mais pour une autre raison qui lui échappait pour le moment. Quelle important il y avait-il à la fin, peu importait son camp, il ne serait qu'un traître pour tous. Et puis, s'il y avait une chose que Hadès le sensible avait bien compris en travaillant ici, c'était qu'il y avait des employés qui faisaient leur travail. Ils étaient peut-être pro-Kiras, il était peut-être du côté du mal, mais ils faisaient leur travail en essayant de faire ce qui leur paraissait être juste. Et Akira avait apprécié cela.

Hadès détourna le visage lorsque Junichiro Iwa lui montra la photographie qui le montrait en train d'éviter les caméras : il était vrai qu'il était particulièrement stressé, ces derniers temps, mais ce n'était vraiment pas la peine d'en faire une tonne.

« Je n'ai pas le choix, c'est ça ? Vous dites que vous pouvez me proposer des projets, que vous pouvez m'offrir une nouvelle vie, mais ce n'est pas vraiment un choix, hein ? »

Akira Darkwood ne croyait pas aux serments inviolables. Il savait que toute promesse pouvait être rompue et qu'avec de l'aide, ce que l'on trouvait facilement lorsque l'on connaissait tous les réseaux de Tokyô, on pouvait facilement trouver des amis. C'est pourquoi il releva la tête, prêt à faire face avec sa réalité de prisonnier désirant un maximum éviter les conflits et la chambre de torture. Junichiro était un fou, il n'avait aucune raison de le provoquer, surtout parce qu'il avait déjà vu ce que pouvait donner un Iwa en pleine crise de démence, et que l'effectif de son quartier général personnel avait diminué fortement depuis cet événement.

« C'est d'accord, je vais vous obéir sans discuter. Tous les prisonniers n'ont, après tout, pas la chance d'être menés au premier ministre, non ? Je me trompe ? J'accepte donc votre offre. Et je sais déjà quelle personne je veux voir. »

Le choix n'avait pas été trop dur à faire et, à vrai dire, il y avait pensé depuis le début. Ce choix avait même été réalisé pour plusieurs raisons : une des premières, tout simplement parce que cette personne était « l'homme de la situation » et qu'il lui évitait justement d'appeler Ishtar, Mello ou Near. Comme cela, il ne risquait pas de mener la résistance à sa perte. Ensuite, il savait que cette personne disposait de nombreuses ressources, qu'elle était capable de forcer la porte des pro-Kiras et de s'enfuir sans trop de problèmes. Enfin, si son journal continuait de vivre jusqu'à présent, ce devait être parce qu'il informait tout de même un minimum les pro-Kiras sur la résistance...sans, comment feraient-ils ? Il devait être d'une précieuse aide.

« J'ai choisi Lady Illness. Patronne du Cavalier Noir. Je pourrais demander à ce que cette personne ne soit pas retenue dans vos locaux de force pour crime, mais ce n'est pas la peine. Elle se débrouillera toute seule, après tout, c'est une grande personne. Vous avez son numéro ? »

Pendant qu'il parlait, Hadès retrouvait un peu de couleurs sur son visage. Il n'avait toujours pas la moindre intention de trahir la résistance ou qui que ce soit – sinon il aurait dit que cette nana jaune avait quelque chose à voir avec l'évasion (enlèvement!) forcée de Beyond Birthday.

« Pourrais-je savoir quels sont vos projets pour moi ? »

Il se frotta le torse, essayant de faire passer la douleur que lui avait causé le coup d'Arashi, il y avait de cela déjà quelques minutes.


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Xander & Bridget]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain (Narcisse)
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain.
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Pv. Leslie]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira-
Sauter vers: