Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Axel Haru, cogneur avec cervelle please! [Finit]

 :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 21:23

    Fiche de présentation



    Informations Générales

    Axel Haru
    Faux noms et prénoms (ou/et pseudonyme) : «Le passe partout».
    Âge :30 ans
    Convictions politiques :(dites ici où vous voudriez placer votre personnage, quelles sont ses convictions)Pro-kira
    Rôle : Policier haut gradé si possible


    Descriptions
    Physique : (7 lignes minimum)

    Comment suis-je? Mais j'ai pas envie de me décrire moi.. Vous avez des yeux non? Ah quoique oui maintenant que je regarde mieux non. Enlevez ce couteau de sous ma gorge que je me décrive correctement s'il vous plaît. Voilà qui est mieux. Donc pour commencer je suis un homme, de ce fait j'ai la carrure qui va avec. Je suis grand, je dois mesurer 1m85. Non on ne compte pas les cheveux. Mais on parlera de ma coupe de hérisson plus tard, revenons en à ma carrure! Je suis grand et, de ce fait, mes épaules sont larges et puissantes, merci papa. J'ai les bras musclés mais pas trop, quand on me regarde on voit sans mal que je m'entraîne quotidiennement mais en même temps ça ne saute pas au visage. Je ne suis pas un gros baraqué de deux mètre avec les bras qui font 20 cm de diamètre. Tout a une limite n'est-il pas? J'ai un torse bien dessiné, des abdominaux en acier et une poigne de fer. J'ai de grandes mains avec les doigts fins. Ils ont été taillé par la musique, mais nous y reviendront plus tard. J'ai une peau blanchâtre. Étrangement je prend bien le soleil, pas de soucis là dessus et je peux bronzer également. Mais ma peau finis toujours par redevenir blanche ou légèrement argileuse. J'ai une couleur de peau assez space je sais et je vous em..prie. Après ma peau.. J'ai une taille bien dessiné, pas non plus égale à celle d'une femme mais j'ai pas un pet de gras. Je fais pas gaffe à ma ligne pourtant, je mange un peu de tout et parfois je ne mange pas pendant plusieurs jours. Je suis assez irrégulier là dessus. Si j'ai du boulot je suis capable de ne boire ou manger que du café jusqu'à ce que j'ai tout bouclé. Si personne ne me le rappelle je ne sent pas ma faim. Mais passons, venons en à mon visage! J'ai un visage d'asiatique. Mais typiquement quoi. Mettez moi à côté d'un anglais vous verrez de suite la différence. J'ai les yeux plissé, pas non plus au point qu'on ne voit pas mes pupilles mais assez pour qu'on sache mon origine ethnique en les regardant. J'ai de belles pupilles jaunes. Ou ambre. Tout dépend de la luminosité en fait. J'ai menton ovale et un visage fin. Comme tout ceux de mon beau pays, le Japon. Passons aux cheveux! Ils sont rouge. Un rouge vif, pas sang, presque flamme en fait. Et ils sont d'un naturel.. Piquants. Je suis coiffé en hérisson en toute circonstance! Il n'y a que lorsque je sort de la douche qu'ils sont plaqués sur ma tête, et lorsqu'ils ont séchés et bah ils se redressent.. Revenons rapidement au visage, j'ai un nez fin et une bouche relativement normale. Mes dents sont blanches et assez pointues. Ouais, j'ai un beau corps et j'en suis fier! Par contre j'ai quelques cicatrices un peu partout, je ne prend pas soin de moi et je suis du genre bagarreur. Quand je suis lancé je suis capable d'aller jusqu'à tuer l'autre. Je deviens comme fou, ivre de sang. Ivre de mort. Ivre de sensations que me procure les bonne grosses bastons..

    Caractère :(7 lignes minimum)

    Le caractère maintenant? Vous devez vraiment m'idolâtrer c'est pas possible de me demander autant d'infos sur moi! Rangez-moi ce couteau, j'ai dis! Donc mentalement parlant.. Je suis un gros flemmard. Ça, déjà, c'est dit. J'aime pas rendre service, j'aime pas travailler, j'aime pas m'activer, j'aime pas avoir des choses à faire. Je fais parti de ceux qui se porte mieux lorsqu'ils en font le moins possible. Pourtant je suis une vraie bête de somme! Comment vous expliquer.. Je ne vais rien faire de mon plein grès, ça c'est un fait établit, mais une fois qu'on m'a collé sur quelque chose je n'en décolle que lorsque j'ai finis mon taff. Et que j'en suis fier! (Ce qui, cela dit en passant, est très rare.) Je suis une vraie bête de somme et un acharné. Je n'aime pas laisser quelque chose en plan. Comme dit plus tôt je suis capable de me priver de boire, manger, de dormir également, jusqu'à ce que j'arrive à la fin de mon travail. Je suis quelqu'un de très expressif, même si on dirait pas comme ça au premier abord! Mon visage s'adapte sans mal à mes humeurs, ce qui fait que je suis quelqu'un dont on peut prévoir les revirement de sentiments (j'utilise les mots que je veux d'abord). Quand je suis en colère ça se voit assez vite, démoralisé vous pouvez pas le manquer et joyeux, soit la plupart du temps, ça se voit aussi. Je suis quelqu'un, malgré mon air zen, d'assez impulsif. Il m'est déjà arrivé de foutre un coup de poing à quelqu'un que je ne peux pas sentir et qui me cherche des puces par exemple. Mais en règle générale je suis quelqu'un de plutôt calme. Je part au quart de tour et j'ai le sang chaud, ça je ne peux pas le nier mais bon, je sais me contenir et faire preuve de diplomatie. E suis du genre à m'attacher assez vite et à prendre les nouvelles recrues sous mon aile. Je ne pleure jamais, je ne connais pas ce genre d'expression. Même aux portes de la mort je dois sourire, encore et toujours sourire. C'est devenu un principe chez moi. Je suis protecteur et paternel, n'ayant pas connu mon père ou réellement très peu je ne veux pas que d'autre subissent la même chose que ce que moi j'ai du endurer. Je suis à l'écoute de mes amis et sarcastique avec mes ennemis. Mis à part ça je suis pas non plus très tendre, je prône l'amitié virile! Celle où on se fout des coups de poings parce qu'on s'aime! Je suis pas une brute non plus mais bon, pour la sensibilité on repassera! J'aime quand ça va vite mais je suis également un fin stratège. Je ne suis pas le genre à se faire avoir par le piège de la corde dissimulée sous des feuilles! Je suis quant même un haut gradé de la police au service de ce qu'eux appelle Dieu et de ce que moi je nomme Kira. Ou Letruc. Ou encore Boss. Enfin, chacun ses appellations non? Pour ce qui est de mes motivations.. J'ai le droit de tuer, ça me va. J'ai des hommes sous mes ordres et un flingue à la main, elle est pas belle la vie? Pour ce qui est de mes croyances de crois en moi même. Mon meilleur ami idolâtre Kira, c'est son choix. Moi je ne crois qu'en moi, comme ça au moins je suis sur que je ne risque pas d'être déçut. Ah avant que j'oublie, je vais vous parler de quelqu'un qui ne vous dira sans doute rien. Il s'agit d'un demi-shinigami. Il s'appelle Zakuro Daemon. Il s'agit là d'un jeune homme traumatisé. J'en parlerais plus dans mon histoire, sachez juste que c'est là le nom complet de celui que je considère comme mon frère. Un frère de cœur bien sur, je suis le dernier porteur de mon sang maudit, mais un frère tout de même. Je l'aime et même si je me montre brusque parfois, il s'agit de mon protégé.

    Particularités ?
    J'ai pas mal de cicatrice sur le corps, dont une très grande qui me déchire le dos. Mis à part ça j'ai les cheveux rouge flamme en hérisson tout le temps, c'est naturel chez moi.


    Histoire

    Mon histoire maintenant? Elle est assez spéciale. Au début vous ne comprendrez pas d'où vient le fait qu'elle est différente des autres. Mais très vite vous allez voir. Tout est écris à l'avance? Foutaise, tout s'écrit petit à petit..

    Tout a commencé dans le Japon actuel. En fait depuis ma naissance rien n'a changé. Lorsque je vis le jour, dans les bras de ma mère, Kira ne régnait pas encore. Mais cela arriva bien vite. Quand j'avais dix-neuf ans il y avait déjà des résistants depuis un petit moment. Et franchement c'était pas des petits joueurs. C'était des gens qui, depuis le début de l'affaire Kira, c'était endurcit. Ils avaient fait en sorte de parer à cette éventualité. Celle de Kira prenne le pouvoir. Mon père était un américain et ma mère une japonaise pure souche. Ma sœur avait la carrure de notre mère, et une vraie tête d'américaine. Quant à moi j'avais la carrure de mon père mais une vraie tête de japonais. J'avais les même traits de visage que ma mère et sa couleur de cheveux aussi. À l'époque j'avais les cheveux noirs. Il étaient comme ils le sont maintenant par contre. Dressés en pics sur ma tête. Sans doute cela venait-il des gênes de japonais dont j'avais hérité? Nul n'aurait su le dire. Je grandis donc entouré de deux frères et une sœur. Mon père était souvent absent. Je l'ai vu je crois deux fois dans ma vie. Il ne mangeait jamais à la maison et quand maman avait besoin de le voir elle sortait tout le temps. Ne voulait-il pas voir ses enfants? Mais parfois j'entendais une voix se mêler à celles de mes frères. C'était soit tard le soir soit tôt le matin. Jamais je n'était réveillé. C'était une voix grave, une voix que j'entendais très rarement. Sans doute celle de mon géniteur. Il venait tôt le matin et tard le soir. Quand moi et ma sœur on étaient couchés. Mais mes deux grands frères, âgé d'au moins 15 ans tous les deux, pouvaient le voir. Plus je grandissais et moins je comprenait le comportement de mon père. Lorsque j'atteignais mes trois ans je fu envoyé chez ma grand mère avec ma sœur. On avait une grande famille là bas. Des cousins par dizaine, des oncles, des tantes, des grands-oncles, des grandes-tantes... On était pas une famille en fait. C'est mamie qui m'expliqua un jour qu'on était en réalité un grand clan très respecté au temps des samouraï. Et d'ailleurs que même si les temps ont changé on étaient toujours très respecté.

    «-Écoute mon petit Axel, car c'était mon nom, tu dois être fier d'être un Haru. Dans la famille on est tous des puissant. Des êtres fiers. Mais généreux et doux. On est avant tout les protecteurs de Tokyo. Ton père, Shibu, est quelqu'un de fort et respecté. Il protège Tokyo tu comprends? Plus tard, tu devras être comme lui mon petit.. Plus tard..»

    Et je n'ai jamais su pourquoi mais mamie s'endormait toujours après m'avoir expliqué quelque chose. Peut être était-ce l'âge? Enfin, moi j'aimais bien quand ma grand mère me prenait pour un grand alors que j'avais un maximum de cinq ans. Mais ce que j'aimais le plus c'était quand elle me racontait les aventures fabuleuse de Shibu! C'était mon père, d'après elle, mais je ne la croyait pas. Mon père il ne pouvait pas être aussi cool. Et puis même, je ne l'avais jamais vu, il n'avait jamais pris soin de moi... Dans ma tête un héros aussi magnifiquement classe que ce Shibu ne pouvait pas être celui qui m'avait donné la vie mais pour qui elle comptait si peu. Alors je m'étais fais une raison. C'était tout simplement mon héros. Pas mon père. Je faisais croire à mamie que j'avais foi en elle, mais je ne faisait qu'admirer quelqu'un que je considérais comme mon héros. Un père? Oui j'en avais un. Un qui me savais chez ma grand mère et qui n'appelait jamais. Il ne prenait jamais de mes nouvelles alors que moi j'étais curieux. Je demandais à ma mère pleins d'informations mais je n'obtenais jamais rien. Alors à force je finis par oublier mon père. Au fond, je ne me souvenais même plus que ma grand mère avait raison. J'avais effacer dans ma tête le fait que mon géniteur s'appelait bien Shibu. Ma sœur, elle, elle croyait tout ce que disait notre mamie. Peut être qu'au fond, elle était plus intelligente que moi. Elle avait, en même temps, deux ans de plus que moi. Oui deux ans c'est pas beaucoup m'enfin elle était plus ouverte d'esprit que moi aussi! A l'époque j'étais tout dans les poings et pas grand chose dans la tête. J'aimais me battre. Je raffolais de ça. Et pourtant je n'avais que cinq ans. Je désespérais mes proches. Ma sœur était la seule à me comprendre. A essayer de me raisonner. A tout faire pour que j'essaye de penser, même lorsque je me battais. Tout ceux qui se moquaient de mes cheveux ou de ma soeur, qui la traitaient mal, je leur sautaient à la gorge. Et pourtant je devais faire mine d'être un gentil, doux et tendre garçon. Je ne voulais pas attirer d'ennuis à ma famille. En gros je devais fermer maggle. Quelle vie.. N'est ce pas Anaïs?

    Ma sœur fête ses treize ans. Moi je fête mes onze ans. On a beau avoir deux ans d'écart on est toujours aussi proches. Moi je suis au collège et elle aussi. Mais contrairement à elle je suis dans les petites classes. Je ne l'embête pas quand elle est avec ses amies, moi je parle avec mes copain ou j'observe les animaux. Ou je me bastonne. Vous allez me dire en tirant une tronche pas possible que je ne changerais décidément jamais. Et bien détrompez vous. J'ai grandement changé. Déjà, grand pas en avant, j'ai des zamis! Avant je refusais tout contact avec les autres. Parce qu'ils étaient bêtes. Ou du moins je les voyais comme tel. Pas que je me sois cru supérieur mais ceux de mon âge je les aimaient pas parce qu'eux étaient normaux et que moi, avec mes cheveux, j'étais tout sauf normal. J'ai appris, avec le temps et avec de l'aide, à être hypocrite moi aussi. J'ai appris à faire semblant d'aimer qu'on me taquine sur mes cheveux, alors que j'avais juste envie de leur foutre mon poing dans laggle. Et cela m'a attiré la sympathie des autres, ceux de mon âge. Ils ne sont pas si bêtes que ça quand on les connais bien. Du moins mes amis étaient de vrais amis. Quand ils sentaient que le sang me montaient à la tête ils faisaient tout pour qu'il en redescende aussi sec! Grâce à eux, à ces années passées en leur compagnie, j'ai réussit à calmer cette envie de baston incessante. Je devenais plus sage avec le temps mais je continuais de demander, comme un vrai gamin, les histoires de Shibu à ma grand mère. Refusant toujours de croire que c'était mon père. Mon quoi d'ailleurs? J'ai oublié. Tout. Un père ne sert à rien. J'avais mis un verrou sur cette partie de ma tête et de mon cœur. Et ça, tout le monde l'avait bien compris. Même ma grand mère, qui pourtant s'endormait en me contant ses histoires, l'avait vu. Mais moi je m'en fichais qu'ils le voient ou pas. Shibu c'était pas mon père, mais mon héros. Ma sœur ne savais plus quoi faire par rapport à ça, car même elle je ne l'écoutait pas. Elle décida que me faire rencontrer notre père serait sans doute la meilleure chose à faire. Je refusais tout d'abord. Quel intérêt pour moi de rencontrer quelqu'un qui n'a jamais voulu me connaître? Mais ma chère Anaïs insistait.

    «-Allez Axel! Tu vas voir, il n'y aura pas beaucoup de dialogue.»

    Pas beaucoup de dialogue? Mon géniteur était-il muet? Mais non, je me souviens bien de ces soirée que je passais dans ma chambre à écouter mes frères et mon père discuter. J'étais certain de sa voix, je m'en rappelait encore. Un violent mal de tête s'empara de moi lorsque je tentais de me souvenir de sa voix. Ma mère, qui était là pour une fois, compris tout de suite. Elle m'assomma et me coucha. Je n'ai aucun souvenir de cette après midi, c'est ma sœur qui m'a conté ce qui m'est arrivé. Mais ce mal de crâne n'était pas ordinaire. Il ne l'était même pas du tout. Question mensonge je devenais de plus en plus fort. Bah oui, comment vous expliquez à votre mère, et accessoirement tout votre clan de pratiquants japonnais accès sur la réussite sociale et le maintient du clan, que vous vous êtes battu comme un chiffonnier juste parce que quelqu'un à sorti le mot de travers? Bah le fameux «je suis tombé dans les escalier» marche toujours mieux que «il m'a pété les couille alors moi je lui ait pété les dents». A chaque baston une nouvelle excuse bidon. Mais je remarquais que ma grand mère et ma mère ne s'entendaient plus. Un sujet revenais toujours dans leur prises de tête. L'une, ma mamie, voulait me faire ouvrir les yeux et l'autre, ma maman, ne voulait pas. Un jour ma grand mère me prend à part. Elle nous enferme dans une pièce. Et là elle tente de faire resurgir tous les souvenirs que j'ai enfouit dans la partie fermée de ma tête. Ces souvenirs sur mon lâche de géniteur. Sur mon «père» comme ils disent tous.

    En sortant de là j'étais plus mal que jamais mais je me souvenais de tout. J'acceptais tout... C'est à partir de ce jour que je suis devenu un fin stratège. J'ai arrêté de me battre en première ligne. J'ai délaissé le combat simple avec les poings et j'ai cessé de compter sur la chance. Je suis devenu intelligent oui en somme. Ou adulte peut être. J'avais quinze ans. Quinze putain d'années. J'en avais vécus des choses. Et maintenant je voulais en vivre une en particulier. Je vais vois ma sœur et je lui demande de me conduire auprès de Shibu. J'avais beau avoir accepté le fait qu'il s'agissait de mon père, comment pourrais-je l'appeler papa? Il n'avait rien d'un père. Il était mon héros, soit, mais pas mon père. Enfin biologiquement si, et je le reconnaissait. Mais faut pas pousser mémé dans les orties! Anaïs sourit. Elle ri ensuite. Une vraie crise de rire. Jee ne savais pas quoi faire alors je devint tout rouge, comme une pivoine, et j'attendis qu'elle se calme. Une fois sa sérénité reprise elle me serra fort dans ses bras. Toujours le sourire aux lèvres elle me pris la main:

    «-C'est la première fois qu'on va le voir tous les deux, il sera sans doute très content! En plus toi il ne t'as pas vu souvent...»

    Moi? Parce qu'elle elle le voyait tous les jours peut être? Je commence alors à avoir des doutes sur ce que me disais ma sœur et ce qui se passait réellement. Mais je mis ça de côté, j'avais déjà assez mal au crâne comme ça! Elle m'embarque donc avec elle. Sur le chemin elle décida de s'assurer que je savais tout de mon géniteur. Elle me posa quelques questions. Je lui répondait parfaitement à toutes. Que mon père était un des plus hauts gradés de l'armée de la résistance. Qu'il se battait tous les jours contre ceux du clan Kira, du côté de ce Dieu à deux balles. Ma sœur me sourit. Un beau sourire, que je ne veux jamais oublier. C'est pourquoi j'ai écris sur une photo de ma sœur et de moi, où elle fait ce même sourire, «I'll never forget». Mais revenons à nos moutons. On arrive enfin dans un grand champ que je reconnais. C'est là qu'on allait courir quand on habitaient encore notre petit maison familiale. Une croix se dresse sur la plus haute des collines. Mon sang se fige et je comprend immédiatement. Le «voilà notre père» de ma sœur arrive bien après que je ne comprenne. Je m'approche de la tombe. Ci-gît Shibu Haru. Je compris alors, pourquoi quelques années plus tôt ma sœur m'avait assurée qu'il y aurait peu de dialogue. Après tout, on dit bien muet comme une tombe. Je m'assoit devant la dernière demeure de mon père, celui qui n'aura jamais prit soin de moi. Celui qui ne m'aura jamais connu. Celui dont même le nom m'était inconnu lorsque je ne vivais pas chez mamie. Celui qui nous a défendu, sans même nous connaître. Comme tout le Japon.

    Je suis resté un petit moment à parler là. A cette tombe qui ne répondait pas. A cette tombe qui ne m'entendais pas. A cette tombe qui ne réagissait pas. Mais j'avais besoin de ce dialogue avec moi même. Je ressassait le peu de souvenir que j'avais de cet américain. Qui fut, en un temps lointain, celui qui me tenait dans ses bras. La nuit tomba. Ma sœur était rentrée depuis longtemps et je reçut un appel de ma mère sur mon portable. Je ne répondit pas et me mis en route pour chez moi. Je rencontrais alors un jeune homme. Il était plus jeune que moi visiblement. Il semblait pas très net.. Mais vous me connaissez maintenant, moi et ma sale manie de me fourrer dans tous les traques-narres et autre. Je m'approche donc. Au font il à l'air doux et pur comme un ange. Il est tellement beau, avec ses cheveux bleu. Les miens ne sont plus ce qu'ils étaient. Ils sont toujours dressés sur ma tête, je suis toujours «le hérisson» mais ils ne sont plus noirs. J'ai fait une teinture qui ne partira, normalement, pas. Ils sont rouges flammes maintenant. Ma mère était dégoûté de voir ça. Mais c'était pour moi une promesse. La promesse d'être fort. La promesse d'un jour guérir Anaïs. Je l'aimais plus que tout, ma grande sœur, et parfois les rôles s'inversaient. Mais revenons à notre ange. A le regarder de plus près il n'est pas comme les autres... Déjà ses habits sont couverts de sang. Mais pas le sien puisqu'il n'est ouvert nul part. Il a le regard perdu dans le vague.. Viendrait-il de tuer quelqu'un? Je décide de le ramener chez ma grand mère. Il n'y restera pas longtemps. Juste le temps que je déménage. La veille j'avais justement demandé à ma famille si je pouvais prendre un studio. Il serait plus près de mon collège. Et j'emmerderais moins mon monde. A ce deuxième argument toute ma famille à dit oui sauf ma mamie et ma mère. Elles ont acceptées à conditions que je reviennent les voir à toutes les fêtes familiales et que je leur donne des nouvelles tout le temps. Le nouveau venu fut une condition en plus. Si il devait vivre avec moi il devait faire parti de la famille. Manque de bol, il s'appelait déjà Daemon en nom de famille. Je ne lui en parlait pas tout de suite mais de toute façon ça lui ferait une famille. Et puis bon, venir aux réunions familiales c'est pas une plaie non plus! Surtout que ma famille est loin d'être chiante comme moi! Au contraire ils sont tous très gentils et doux. Et il ne doit pas savoir pour ma sœur.. Je ne veux même pas qu'il la connaisse. Tu ne dois pas approcher Zakuro, d'accord Anaïs? Jamais.

    Les années passent, je ne suis pas très bon en cours. Enfin comme vous dire ça.. J'ai un très joli 18 de moyenne générale et une appréciation de merde. Je passe mon temps à me battre. Tout le temps et ça gonfle mes profs là où mes potes se bidonnent. Moi je m'en fout, je l'ais toujours dit qui me cherche me trouve. J'ai pas peur de me blesser. J'ai pas peur de blesser mon adversaire, je part du principe qu'il sait qu'il va finir à l'hosto en me défiant moi. On me demande dans quoi je veux me spécialiser. Je dois être au service de Kira... Alors je choisi la police. Au moins là je pourrais tuer qui je veux, me battre tout le temps. Et j'aurais les bases pour défendre celui qui, en quelques années de cohabitation, est devenu mon frère. Zaku. Je dois tout faire pour être à la hauteur, maintenant je dois protéger et guérir Anaïs mais protéger également mon Zaku adoré. Je m'endurcis. Je suis toujours aussi doux mais un peu plus masculin quoi. J'essaye d'apprendre à Zaku que si il a deux balloches dans le pantalon c'est pas pour la déco extérieure. Ça marche quand ça veut mais ça marche. Avec ma sœur par contre, comme c'est une fille et mon aînée, je ne suis pas aussi trash. J'ai finalement 25 ans. Je viens de commencer mon boulot de policier. Je fume. Je vois parfois. Je suis accro au café. Le policier parfait non? Je suis violent et personne ne me marche sur les pieds. Mais un fin stratège qui réfléchit (presque) toujours avant de cogner. Je compte évoluer dans le métier, pour le moment je suis petit homme de terrain. Sachez que cinq ans plus tard si moi je me suis à peine un peu assagit ma position, elle a nettement changée. Je suis un chef important dans la police maintenant. J'ai les épaulettes et tout et tout! J'ai 30 ans. Bah oui, 25 + 5 = 30. Quand je vous disait que j'étais un génie. J'ai tenté 6 fois d'arrêter de fumer, ma sœur déteste l'odeur. Le café je vis quasiment avec ça dans mes veines. Mes cheveux sont plus long, on dirait une rock stars! Je vis toujours avec Zaku dans notre petit studio. Ma mamie est morte. J'ai beaucoup pleuré. Je l'aimait sincèrement. C'était la plus douce personne de ma famille et la seule que je respectais beaucoup. Ma mère, elle, s'en est retournée dans sa famille dans les campagnes japonaises. Tokyo, au final, ce n'était peut être pas fait pour elle. Anaïs vit chez une amie à elle. Je me fais du soucis même si je ne le montre pas. Mais je suis un grand garçon. Quand je m'inquiète trop je vais l'embêter un peu. Tout ça dans le plus grand secret. Jamais Zakuro ne devra connaître ma chère Anaïs, jamais. Quitte à tout perdre, je ne laisserait jamais quelqu'un de la sphère divine approcher ma grande sœur. Plutôt crever.
     

    De l'autre côté de l'écran ?
    Vous  ?Moi?
    Votre âge :(question optionnelle)199 ans
    Comment avez-vous trouvé le forum sur le net, que pensez-vous de lui ?  Grace à une amie, pas vrai Zaku?
    Quelque chose à ajouter ? J'ajouterais bien du sel moi.. //PAN//

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 21:55
Bienvenue ma belle =D

Superbe fiche *-*

Et c'est grâce à qui si t'es là hein hein ? XD

Hâte de rp avec toi *-*

Bisous !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 22:00
Encore bienvenue ~

Bon, il y a juste un petit problème dans ta fiche. Ton personnage a 30 ans et au début de ton histoire tu dis que Kira régnait déjà, ce qui n'est pas possible. Dis toi, sur ce forum Kira a 27 ou 28 ans... Mais à part ça, pas d'problèmes. (:
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 22:15
Mieux? ^^ Et merci Zaku. :D
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 22:33
Validé ! ~
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 824
Age : 20
Mar 3 Juil - 22:49
Bienvenue parmi nous! :3


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 3 Juil - 23:03
Bienvenue officiellement cher compatriote !

Eh oui j'ai 27 ans huhu. Tu oses prétendre que j'en fais plus ? e_ê
Je te taquine :D Ravi de t'avoir dans mes rangs !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 4 Juil - 1:10
Ouaaais ! Un collègue ! Félicitation~ :D
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 4 Juil - 16:33
Double bienvenue avec mon deuxième compte :D
Devine qui je suis èwé

Comme ça je peux voir ma nouvelle signature. *sort*
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Léon, homme-poisson avec une carapace[Finit]
» Une prof de français. [RP PV AVEC SHIDO.]-> FINIT
» Mets moi un flingue sur la tempe, et décore les murs avec ma cervelle... (Destinée et Rich)
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» ForumHaiti: Pour en finir avec les débats sur Aristide et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation-
Sauter vers: