Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 31 Oct - 14:39
V r a i . N o m :: Rosenfield

V r a i . P r é n o m :: Théodore


N o m :: ( Faux . Facultatif ) McManus

P r é n o m :: ( Faux . Facultatif ) - Richard

S u r n o m :: Machiavel

 g e :: 39 ans

R a n g :: Criminel

:: D e s c r i p t i o n s ::


P h y s i q u e ::

On demande toujours aux gens de ne pas juger leurs semblables sur le physique. C'est une grave erreur. Le physique de quelqu'un donne
généralement une idée assez précise de la façon de penser de cette personne. Théodore Rosenfield fait cependant exception à règle. Quand on parcourt une pièce des yeux on ne pense absolument pas à arrêter son regard sur lui. Il fait partie du décor. Autrement dit, ou qu'il se trouve, il a le parfait physique du type qui semble toujours avoir été là et dont personne ne se méfie tant sa présence semble tout à fait négligeable. Des cheveux châtains mi-longs, des joues creuses, un nez droit, des yeux marrons sans éclat particulier et un menton fuyant.La banalité incarnée. Pas de piercings ou de tatouages, pas de coiffure extravagante, rien qui puisse supposer une once d'excentricité.
Un homme terne et triste. Le seul détail intriguant est sans les poches sombres qu'il a sous les yeux. Le manque de sommeil ne fait pas de cadeaux. Son mètre soixante-quatorze n'a rien d'exceptionnel pour ses 68 kilos et sa musculature est à peu près aussi impressionnante que celle de Ronnie James Dio après deux chimio-thérapie.
Évidemment, cette lamentable normalité apparente est le plus précieux des atouts pour un espion ou un assassin, deux professions qui conviennent l'une comme l'autre à Théodore Rosenfield.
Maître du déguisement, il n'a aucun style vestimentaire précis. Il peut se vêtir d'un jean/T-shirt ou d'un costume trois-pièces, sans pour autant évoquer autre chose que du désintérêt à ceux qui l'entourent.
Quand il n'utilise pas cette façade à son profit, Théodore peut néanmoins devenir assez charismatique.
Autant dire que celui que l'on surnomme Machiavel est un artiste du paraître et que donner une définition précise de son physique alors qu'il peut en changer comme de chemise, que ce soit par le déguisement, le maquillage ou simplement par la modification des expressions de son visage, se révélerait une tâche quasi-impossible.


C a r a c t è r e ::

Qu'importe le nombre de déguisements que peut revêtir un homme, sa personnalité profonde ne change pas. Le caractère se forge sur les expériences et sur ce que nous transmettent nos ainés. Ainsi, Machiavel n'a pas choisis son surnom au hasard. Tout comme son illustre prédécesseur de la renaissance, Théodore Rosenfield est un philosophe et un idéaliste qui croit fermement en la liberté et au libre-arbitre. Il voue un dégout profond aux tyrans et à leurs régimes et voue sa vie à la défense de la liberté à travers le monde.
Bien que dans sa jeunesse il fût impulsif et irréfléchi, ses expériences du monde lui ont appris à garder son calme en toutes circonstances. Aujourd'hui, il est donc un homme stoïque et froid, capable d'appréhendé n'importe quel situation avec calme et réflexion.
Le point fort de Machiavel réside dans sa volonté inébranlable. Lorsqu'il s'est fixé un objectif, chacun peut être sûr qu'il l'atteindra, quelque soit la manière ou le temps que cela prendra.
Si sa banalité le fait passer inaperçu auprès de ses ennemis, Machiavel sait utiliser les mots. Son savoir de la langue et ses multiples expériences d'orateurs en font un leader charismatique en lequel les gens se reconnaissent. En outre, il n'ignore rien de la psychologie humaine, ce qui fait de lui un fin manipulateur.
Chacun s'attend à ce que l'intelligence soit un point important du caractère de chacun. Machiavel n'est pas génial. Il ne prévoit jamais ce qui va se passer, il n'a pas de mémoire extraordinaire ni de sens de l'analyse ultra-développé. En revanche, c'est un homme pragmatique. Il réagit vite et bien selon la situation et ne perd jamais de temps à tourner autour du pot.
Dans la vie privée, Machiavel est un personnage extrêmement
courtois, qui apprécie l'art, le vin, la bonne cuisine et toutes les
formes de raffinements. Il pourrait presque paraître sympathique si il
ne paraissait pas sans cesse sur la défensive. En effet, nul ne peut
discuter librement avec Théodore Rosenfield à moins d'avoir gagné
pleinement sa confiance, ce qui peu prendre très, très longtemps.
Machiavel a plusieurs défauts. Mais le plus grands de tous est sans doute celui-ci : Il se voile la face. Il se considère comme un libérateur, un serviteur de la justice et du libre-arbitre. Mais sous le couvert d'agir "pour le bien de tous", il n'hésite pas à tuer, à torturer et à faire montre de cruauté envers ses ennemis ou ceux qui lui résistent. En résumé, il utilise son combat moral comme prétexte pour commettre des atrocités.



:: H i s t o i r e ::

L'histoire d'un individu est vaste. En ce cas par ou commencer ? Par le début ? Pourquoi pas.
C'est dans le manoir de Crowheaven, au nord de l'Angleterre qu'émerge, entre les bras tachées de sang et de placenta du médecin, l'être grisâtre et vaguement humanoïde qui deviendra plus tard Théodore Rosenfield.Nourrisson choyé dès la naissance par une famille aisée, son enfance se déroula de façon extrêmement conventionnel. Il étudia au collège privé de St. Bartheulby, comme tous les garçons de la famille depuis des générations. Très tôt, on lui inculqua des valeurs morales très rigoureuses : Tous les Rosenfield, et en particulier le père de Théodore, vouaient un véritable culte à la liberté de corps et d'esprit.
La défense du libre arbitre était la priorité absolu de tous les
résidents au manoir. C'est à peu près à cette époque que Théodore, alors âgé de onze ans, se mit à lire les grands philosophes protecteurs des droits de l'homme : Nietzsche, Marx, Voltaire, Montesquieu, tous y passèrent...Mais le jeune homme fut marqué par un ouvrage en particulier. Le Prince, rédigé par le philosophe florentin de la renaissance Nicolas Machiavel.
Théodore dégusta avec adoration le cynisme et l'ironie dont l'italien faisait preuve en s'adressant à Laurent de Médicis ou à César Borgia, le tyran romain, fils illégitime du pape Alexandre VI.
En poussant plus loin ses recherches, le jeune garçon découvrit que son idole de la renaissance, bien plus qu'un simple écrivain, avait été un des intrigants principaux du contexte politique de cette époque. Il s'était battu pour la liberté, quitte à avoir recours à l'espionnage ou même à l'assassinat. Théodore ne pouvait
qu'admirer la bravoure de cet homme qui avait tout risqué pour ses idées avant-gardistes.
Lorsqu'il eu 17 ans, son père, Bartholomé Rosenfield le convoqua dans son bureau. En 17 ans, Théodore n'avait jamais mis les pieds dans cette pièce du manoir. Il y pénétra donc avec une certaine appréhension :


************************************************************* The Legacy Is On***********



Un étrange mélange de senteur régnait dans le couloir du manoir. On y sentait le cirage noir, le laurier, et les cigares aromatisés à la
vanille. Théodore connaissait cette odeur. Il l'aimait. C'était l'odeur
qui le rassurait, celle qui lui donnait l'impression d'être chez lui, en
sécurité. Face à lui, la porte sombre, lisse, immuable du bureau de son père semblait attendre qu'il y frappe. Mais il hésitait. Il était passé devant cette porte des centaines de fois, pour se rendre dans différentes pièces de la maison ou lors de parties de cache-cache avec son grand-frère, mais jamais il ne l'avait franchit. Et aujourd'hui,alors qu'il y été pourtant convié, Théodore n'était pas sur d'avoir envie de l'ouvrir. Trois ans plus tôt, le jour de ses 17 ans, son frère avait reçu une invitation semblable. La nuit suivante, il avait quitté la demeure sans que nul ne l'ai revu depuis.
Une goutte de sueur perla sur le front du jeune homme. Il inspira
profondément et frappa trois coups secs sur la surface du bois ouvragé.

_Entrez.

Théodore s'exécuta. Même si la voix qui venait de résonner derrière la porte lui avait ordonné de faire le poirier sur une main, il aurait obéit. Car cette voix, grave, lente et rassurante, était la voix de son père.
La pièce sentait la vanille à plein nez. Derrière un bureau victorien,
assis dans un luxueux fauteuil Empire, Bartholomé Rosenfield tirait de grandes bouffées de fumée sur l'un de ses cigares aromatisés.
Il ne leva pas les yeux lorsque son fils entra.

_Père ? Vous m'avait fait demandé ?

Bartholomé daigna lui accorder un regard, puis se replongea dans la note qu'il était en train de lire.

_Ah tu es là. Entre. Nous avons beaucoup à parlé. Sais tu pourquoi tu es ici ?

Devant l'air de franche curiosité qu'affichait son fils, Bartholomé poursuivit :

_Tu es là parce que tu es un Rosenfield. C'est à dire un homme doté de principes, d'idéaux, d'une morale. Peux-tu me rappeler, Théodore, quel héritage les Rosenfields défendent-ils ?

_La défense de la liberté, à n'importe quel prix, répondit le jeune homme sans la moindre hésitation. Ces mots, il les
connaissait par cœur depuis sa prime enfance. Il savait qu'un jour, il
aurait à les réciter dans cette pièce.

_Exact, reprit Bartholomé. La liberté, à n'importe quel prix. Regarde autour de toi. Que vois-tu ?Est-ce cela la liberté dont rêvaient nos ancêtres ? Bien sur que non. Aujourd'hui le monde n'est plus qu'un ignoble jeu de massacre, ou les forts martyrisent les faibles et ou les grands dominent les petits. La liberté que nous chérissons tant n'est plus qu'un concept à l'abandon dont les gens ont oublié jusqu'au sens. Cela doit changer Théodore. Depuis des générations, notre famille œuvre pour la paix et la liberté à travers le monde. A leurs dix-sept ans, les jeunes Rosenfields sont confrontés à un choix. rejoindre notre cause, ou nous quitter pour de
bon. Il y a bien longtemps, mon père m'a tenu le même discours dans la même pièce. J'ai accepter de le suivre.Il y a trois ans, ton frère a décliner l'invitation. L'accès à cette demeure lui est maintenant interdite.

Le chef de la famille marqua une pause. Il écrasa son cigare dans le cendrier d'argent de son bureau, puis releva la tête en direction de son plus jeune fils.Théodore déglutit. La surprise n'était pas totale. En y réfléchissant, il n'avait jamais vraiment su quel était le travail de son père et pourquoi celui-ci était si souvent absent de la maison. Il n'avait jamais compris le secret qui entourait la disparition de son frère, ni les mensonges grossiers de sa mère pour expliquer le départ de tel ou tel membre de la famille .

_J'accepte.

Bartholomé sourit. Il alluma un autre cigare. Les rides qui entouraient ses yeux se plissèrent. Des yeux qui, contemplant Théodore, semblaient pétiller de fierté. La relevé était assuré.

***************************************************************************************


Ainsi, à l'âge de 17 ans, Théodore Rosenfield eut accès à l'énorme réseau d'influence que ses ancêtres avait mis des générations à bâtir. Politique, économie, religion, crime organisé,partout les Rosenfields avaient des agents, et partout ils agissaient discrètement pour la liberté à n'importe quel prix.Bartholomé appelait ce réseau "l'Ordre".
L'Ordre contait plusieurs centaines de membres, espions, assassins,
financiers, militaires, disséminés dans le monde entier.
C'est avec son père et quelques autres élus que Théodore appris le métier d'intrigant de l'ombre. Il étudia les sciences sociales et économiques, mais également l'espionnage et le meurtre.
En quelques années, il devint une figure connu du monde souterrain, un véritable symbole qui ralliait de plus en plus de gens à sa cause.
C'est avec une immense fierté que Bartholomé suivit l'ascension de son fils, avant sa mort causé par un cancer de l'estomac alors que Théodore n'avait que 23 ans.23 ans, c'était trop peu d'années pour diriger l'Ordre. Cependant, un Rosenfield avait toujours été à sa tête et Théodore avait accompli des choses hors du commun pour son âge...
Il devint donc le plus jeune maître de l'Ordre, qu'il dirigea d'une main de fer. Son combat porta ses fruits. Partout à la surface de la planète, on observait le retrait des grands dictateurs, le soulèvement des foules, l'éradication de la corruption....
Du moins jusqu'a ce que Kira s'en mêle.Kira. Le nouvel ennemi numéro 1 de l'ordre. Kira et ses règles démentes. Kira et
sa profonde intolérance. Kira et son obsession de tout contrôler. Sous son règne, le monde bascula dans la peur et la folie et la liberté redevint le concept vague et inconnu que Bartholomé redoutait. Théodore Rosenfield ne pouvait tolérer cela. Sous ses directives, l'Ordre abandonna peu à peu tous ses autres projets de par delà le monde pour se concentrer sur Kira et sur le japon.
Le 1er janvier 2010, Théodore grimpa dans un avion pour Tokyo. Avec une seule idée en tête : La liberté, à tous prix.

**************************************************

Lettre codée de Machiavel à l'un de ces agents en Europe :

" 10 ans. Déjà 10 ans que l'idéal de mon père s'est écroulé. 10 ans que le combat que nous menons semble incongru, vide de sens...La situation est plus désespéré que jamais. Kira à la main mise sur le monde et le simple fait de penser que ce n'est pas juste est un délit fédéral grave. A travers le monde,le pouvoir qu'exerçait autrefois notre Ordre se fissure. Chaque jour apporte son lot de morts et de disparitions. Chaque jour, la peur nous vole nos hommes, quand ce n'est pas la mort qui les emportent.
Moi aussi, j'ai peur. Peur de perdre espoir. Peur de me rendre compte que face à la puissance de l'injustice, tout combat est vain.
Et si nous échouons, les générations à venir auront-elle la force de se dresser face à Kira ? J'en doute fort...C'est donc à nous de faire brûler la flamme de la rébellion. A nous de l'entretenir afin qu'un jour elle mette le feu à la colère du peuple. Oui, un jour les martyrs du monde entier se lèveront et uniront leurs voix pour défier le pouvoir de la terreur.
Mais pour que tout cela ai une chance d'arriver demain, c'est à nous de nous battre aujourd'hui. En tant que dernier descendant des Rosenfield et chef de l'Ordre, j'interdis dès à présent l'usage du mot "résignation."






:: V o u s ::



P s e u d o . o u . p r é n o m :: Il fut un temps ou on m'appelai Artemis.

 g e ::: ( Facultatif ) 15 ans.

Co m m e n t . a v e z - v o u s . t r o u v é . l e . f o r u m ? ::: C'est un très longue histoire.


S o n . d e s i g n ? :: Assez désagréable en fait. Je n'aime pas trop la nouvelle mise en page et la ChatBox mobile me met limite mal à l'aise.

D e s . c h o s e s . à . a m é l i o r e r ? :: ça reste à voir.

R è g l e m e n t :: Je procrastine ce passage.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 262
Age : 27
Localisation : Somewhere..
Sam 5 Nov - 0:36
Bienvenue à toi!
Dis moi, ton personnage est il dans un camps de Rebelle ou oeuvre t'il en civil?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 5 Nov - 10:28
Merci =)

En le créant, je voyai l'Ordre comme une société extrêmement étendue, antérieur à l'avènement de Kira. Un Ordre qui possède des planques ainsi que des QG partout à travers le monde. Depuis que Kira est au pouvoir, le nombre de planques disponible a largement baissé mais il en existe toujours. Machiavel les visitent régulièrement et y vit par alternance. ça répond à la question ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 877
Age : 26
Localisation : Dans le QG du gouvernement
Sam 5 Nov - 18:52
Bienvenue !

Hum...si ma cervelle a bien compris, tu te situes donc dans les rebelles. (et dieu sait combien elle a du mal à fonctionner quand mon estomac grimace...)
Tout cela me va, cependant, un dernier détail reste à régler. Ton avatar ! Je ne sais pas si tu l'as remarqué, mais le règlement préconise un avatar de la taille 200*400. Parce que je suis un maniaque du graphisme, sans aucune raison valable, juste pour t'embêter gratuitement.

Alors tu peux me passer une image (même celle-là, si tu l'as en plus grand ou même, j'essaierai de faire quelque chose) et me dire globalement ce que tu veux, ça m'aidera.
Petit Arty a bien évolué depuis son départ !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 5 Nov - 23:16
Dois-je comprendre que tu m'acceptes ?
Oui, je suppose que j'ai évolué. Après tout c'est le but n'est-ce pas ?
Si tu es capable de me faire un avatar au format adéquat, je te fais confiance, quelque que soit l'image que tu souhaites utiliser. Je te fais confiance pour trouver quelque chose d'approprié à partir de ma présentation, mon cher Hadès. (Au fond, tu seras toujours mon cher Mello ^^)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Archives (numériques) :: Anciennes fiches de présentation-
Sauter vers: