Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 1 Fév - 19:07
La playstation portable communément appelé PSP est une console de jeux portable produite par Sony. Plus de 7millions d'exemplaires ont été vendu de part le monde mais l'une d'entre elles nous intéresse plus particulièrement. Il s'agit de celle de Mail Jeevas, un américain surdoué ayant élu domicile dans la capitale nippone. Le centre de ce petit monde en cette charmante époque qu'est le XXIe siècle. En faite, c'est plus son propriétaire qui est intéressant puisque la console en question est éteinte. Il s'agit d'une grande première que cette petite beauté de la technologie soit arrêté depuis plus d'une heure. A vrai dire, elle est en veille depuis le début de cette après-midi de Février.
Parlons donc du fameux propriétaire, cette homme de 28ans que tout le monde appelle Matt. Un rouquin qui avait pris la mauvaise habitude, depuis sa plus tendre enfance, de trop toucher à ce genre de bestiole. De sa première Megadrive à sa toute nouvelle bête de course qu'est la PS3, il ne s'était pas lassé du système et s'était débrouillé pour avoir les nouveauté dans le domaine du jeu vidéo à moindre coût. Je ne vous cache pas que Matt a un certain talent pour marchander et lorsqu'il n'y arrivait pas un certain mangeur de chocolat lui ramenait l'objet de ses convoitises sur un plateau d'argent en échange d'une petite sorti histoire de faire prendre l'air au gamer Car voilà, ce jeune homme n'aimait pas sortir. Il préférait rester à l’intérieur le nez sur sa console. Il a toujours été comme ça et rare sont les personnes qui arrivent à le faire voir du monde. A chaque fois qu'il mettait le nez dehors, monsieur fumait (comme à l’intérieur mais en pire).Il mettait ça sur le dos du stress et allait se réfugier dans le seul domaine, autre que les jeux vidéos, qui l’intéressait:les cigarettes. Il prenait le temps de les choisir, hésiter des heures avant dans prendre un paquet et son petit tour du monde lui avait sans doutes permis de toutes les goûter. Pourtant tout le monde lui disait qu'il devrait arrêter, que c'était dangereux pour sa santé. Mais être le bras droit du chef de la mafia, c'est pas dangereux ça?Il s'en fichait pas mal de l'avis des autres. Son monde tournait autour de la technologie et des cigarettes, qu'il devait se procurer autrement à cause de l'autre taré de Kira qui en avait interdit la consommation .
Alors, me demanderez vous,que fait cette console éteinte et Mister Matt sans rien qui sort de sa bouche ?
La réponse est simple pourtant, il s’ennuie notre petit geek. Inutile de jouer, il avait déjà terminé tout ses jeux et il n'avait pas la moindre envie de sortir pour sans acheter un tout beau tout neuf. Pour les cigarettes, même principe, il était à cours de munitions. Il s'ennuyait à mourir notre gamer et tournait en rond dans son petit bout de chambre, le reste étant envahit d'ordinateurs et de fil électriques.
Que faire?Il n'en avait pas la moindre idée.
Sortir?
Pas envie. Finir Crisis Core?
Déjà fini 6 fois.
Jeter un coup d’œil sur ce qui se passe du côté des douches des filles du lycée?
Non mais faut pas pousser le bouchon trop loin, il avait sa dignité quand même. Bon sang, il en arrivait à imaginer de ses trucs quand même. Jouer les vieux pervers et puis quoi encore?
C'était pas son genre du tout. Et Mello qui lui avait pas fait le rapport de la réunion. Ça faisait trois jours déjà qu'il aurait du l'avoir. Si il avait été là , ça lui aurait fait de la lecture et dans le meilleur des cas, il aurait eu un peu de travail. Pas que Matt soit un grand travailleur mais il préférait le boulot à l'ennui mortel qu'il était entrain de subir.
Si seulement quelqu'un avait la bonne idée de vouloir le traîner dehors, il pourrait faire son chieur. Ça l’occuperait 5 petite minutes au moins.

Toc !Toc !

Deux timides coups sur la porte de son débarras l'avaient sorti de sa rêverie et il ne pouvait que se demandait si il n'avait pas pensé tout haut pour que son souhait se réalise. Il ne se fit pas prier et ouvrit la porte à la nouvelle arrivante :
-C'est pour quoi ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 5 Fév - 17:09
    Day grimaça en regardant l'enveloppe posée sur la table basse devant elle. Elle était assis en tailleur dans son appartement et passait son temps à se demander si elle avait bien eu raison d'agir comme elle venait de faire. Elle qui était une personne habituellement discrète et qui faisait tout pour ne pas se retrouver dans des situations plus ou moins délicates, elle venait de faire entièrement le contraire. Elle soupira écrasant son mégot dans le cendrier déjà plein. Quand l'avait-elle vidé pour la dernière fois ? Il y a une ou deux heures peut-être. Elle fumait trop mais elle en avait actuellement besoin. La pensée de devoir apporter cette lettre, contenant des choses plus ou moins intéressantes, au bras droit du chef de la Mafia n'était pas forcément réjouissante. Elle n'avait que très peu d'informations sur lui, et c'était une chose qu'elle haïssait lorsque cela traitait d'une personne importante, mais elle avait beau se renseigner, cette personne restait mystérieuse et personne n'avait été capable d'en parler vraiment. Elle se leva brusquement afin d'attraper son manteau et en remplir les poches intérieures des objets qui trainaient autour d'elle. Elle attrapa ensuite son couteau qu'elle mit dans une poche spéciale se trouvant à l'intérieur d'une de ses bottines. Elle attrapa la lettre et sortit de son appartement. Elle récapitula rapidement ce qu'elle devait faire en sortant un plan assez chaotique représentait sur un de ses bloc-notes. Le plan en question était quasiment impossible à comprendre pour une personne extérieure. Il était simplement constituer d'un ensemble de lignes, de carrés. On pourrait se demander comment elle fait pour s'y retrouver. Simplement que l'endroit où elle devait aller se trouver dans les bas fonds et qu'elle connaissait extrêmement bien l'endroit à force de s'y balader et d'y vivre. D'ailleurs, c'était quelque chose qui la rassurait. Dans ce quartier de la ville, elle avait souvent moins peur de se faire suivre par un pro-kira qui roderait, car ils étaient tout de même assez rare dans le coin. Elle commença à avancer, en restant prudente comme à son habitude. Rien n'est impossible, et elle le savait très bien. Elle alluma une cigarette et continua sa route d'un air le plus naturel possible.

    Il faisait froid en se début d'après-midi de février si bien que Day resserra encore un peu son manteau contre elle. Ce n'est pas qu'elle craignait extrêmement le froid mais le vent qui réussissait à traverser ses vêtements la glaçait quand même. Elle était maintenant à une rue de l'endroit où elle devait aller et s'adossa contre un mur en allumant une autre cigarette. Elle resta là pendant quelques minutes, le temps d'en fumer deux de plus. Pas qu'elle était parano, quoi que, mais elle avait juste appris que la prudence était la seule chose importante aux temps actuels. Elle se dirigea ensuite vers l'endroit indiquait sur le plan avant de ranger ce dernier dans une des poches de son manteau. Elle monta les escaliers en faisait le moins de bruit possibles pour entendre au cas où quelqu'un montait derrière elle. Personne. Elle arriva alors devant une porte. Et maintenant qu'elle était là, que faire ? Toquer ? C'était le plus logique. Elle n'avait pas fait tout ce chemin pour venir ici, pour repartir aussitôt. Ou alors juste mettre l'enveloppe sous la porte. Non, c'était ridicule. Déjà, elle préférait être sur que celle-ci arrivait entre les mains du propriétaire, et puis cette rencontre pourrait peut-être apporter des renseignement à la journaliste. Elle se résolut donc à taper sur la porte froid. Ses coups étaient timides et Day se demandait si elle avait finalement bien fait de venir.

    La porte s'ouvrir sur une homme plus ou moins jeune. Enfin, elle fut légèrement choquée en voyant que la personne, dont elle n'était même pas sûre de l'identité, avait seulement juste une dizaine d'années de plus qu'elle. Et encore. Elle avait du se tromper de porte, ce qui était impossible comme elle avait vérifié quatre fois. Il lui adressa la parole. Bon, elle n'avait plus le choix de toutes façon. Mais comment formuler sa question ? Ca, elle n'en avait pas la moindre idée, ce qui la gênait énormément.

    « C'est bien vous, le membre plus ou moins haut placés de la Mafia ? »

    Day tiqua. Sa question n'était pas vraiment polie. Elle paraissait plutôt déplacée, surtout de la part d'une inconnue qui pourrait très bien être n'importe qui. C'était sûr que de cette façon, il n'allait pas lui répondre, et elle serait assez embêtée. Elle rajouta donc une phrase de présentation, en se disant que si par contre, ce n'était pas lui, elle serait encore plus mal, comme elle allait révéler sa propre identité, chose qu'elle faisait quasiment jamais.

    « Je suis Day. Je travaille pour le Cavalier Noir, le journal des Résistants. »

    Elle s'alluma une nouvelle cigarette, c'était le seul moyen de la déstresser, même si dans ce genre de situations, cela se révélait inefficace.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 9 Fév - 19:17
Et bien c'est une fille. Une très jolie fille. Quoi d'autre à signaler?Une cigarette. Elle fume une cigarette !?
Ce sont les mots précis qui ont heurté l'esprit du geek qu'est notre petit Matou lorsque la nouvelle arrivante avait sortis de sa poche la chose dont il rêvait depuis plus d'une heure. Avant qu'il n'est put sortir le moindre mot, elle prit la parole :

« C'est bien vous, le membre plus ou moins haut placés de la Mafia ? »

Il fut surpris de sa question. Comment une fille qu'il n'avait jamais vu ni en noir ni en blanc, ni en une tout autres couleurs d'ailleurs, savait cela. Et puis, comme si il allait lui dire ce qu'il était sans savoir qui elle est, elle. Manquerais plus qu'il affaire à un pro-Kira. Il devait nier ou pas. Sûrement si il tenait un temps soit peu à sa peau mais ce serait bien la première qu'il voyait un chien de l'autre tache se promenait dans les bas-fonds et, qui plus est, frapper à sa porte en lui demandant sans dire bonjours ni m**de si il était un membre de la mafia. Le gamer était complètement pris au dépourvu, soit la nana en face de lui ne connaissait pas le sens du mot « tact » soit il l'intimidait au point de lui faire perdre ses moyens. Inutile de dire que Matt cogitait sérieusement à ce qu'il devrait répondre mais son interlocutrice cassa le silence qui s'était installé :

« Je suis Day. Je travaille pour le Cavalier Noir, le journal des Résistants. »
Le cavalier noir?C'est déjà plus clair et ce nom ne lui était pas inconnu. Enfin, il devrait plus tôt dire pseudonyme, puisque la journaliste n'allait tout de même pas lui donnait son véritable nom. Elle n'était pas aussi stupide que ça enfin c'est ce que Mail Jeevas espérait.
Il vérifia rapidement au dessus de l'épaule de son vis-à-vis si personne ne l'avait suivis. Pas l'ombre d'un chat...Et Day qui avait rallumé une nouvelle cigarette. Si Matt n'était pas un tant soit peu polie il lui aurait pris des mains, mais vu que ce n'est pas le cas, il retint son irrésistible envie de fumer. C’est cette chose que les médecins et autres charlatans du genre on appelait nicotine qu'il lui faisait cet effet. Et une nouvelle fois, dans sa réflexion, le gamer n'avait pas cogité au faite que la résistante attendait, extrêmement stressé, une réponse du roux. Même si ce pseudo lui disais quelque chose, il n'était pas sur à 100% que ce qu'elle avançait été vrai. Le mieux à faire, était sens doute de la laisser entrer :

« On peut dire ça si on veut, entre »

Il poussa la porte, invita la brune à entrer et referma derrière eux. Le point que ce pauvre Matt avait complètement zappé, c'était le carnage qui lui faisait office de chambre, cuisine, bureau et j'en passe. Ils étaient obligés de tenter un dangereuse progression parmi les fils et autres dérivés dans le genre. Matt s’asseye lourdement sur une chaise un peu prêt libre en reprenant la question qu'il avait posé un peu plus tôt :

-Alors Day. C’est ça?Qu'est que tu me veux ?


Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 21 Fév - 16:33
    L'expression de son interlocuteur faisait tout sauf rassurer Day qui stressait de plus en plus. Elle sentait sa main tremblait un peu, comme quand elle était manque de cigarettes. Et comme à chaque fois qu'elle vérifiait cette sensation, elle savait très bien qu'elle la haïssait. Ce stress, cause de tous ses soucis actuels en plus ne faisaient qu'augmentait vu le temps de réponse et l'étonnement de la personne en face d'elle. D'ailleurs, elle se demandait si elle avait raison d'être venue. Pas qu'elle rechignait contre un quelconque travail, ni qu'elle ait peur d'une possible mort, mais la situation lui paraissait bizarre. Comme il était largement trop tard pour reculer, elle attendit donc patiemment une réaction pas assez rapide à son gouts. Quand elle le vit regarder derrière elle, elle fut à moitié rassurée, à moitié inquiète. Le premier, parce que s'il se méfiait de l'extérieur, c'est qu'il était sûrement la personne qu'elle était venue voir, mais deuxièmement, il pensait peut-être qu'elle était venue accompagner de quelqu'un pour le tuer, et ça, n'était pas des plus rassurants.

    Sa réponse fut par contre plutôt rassurante pour la journaliste qui entra dans l'appartement plus ou moins, en bordel. Elle se plaignait pour le sien, plein de paquet de cigarettes vides, de papiers qui trainait et de fringues en désordre. Non, celui-ci est mil fois pire, et encore. Des fils qui parcourraient le sol. Voilà la première chose que l'on pouvait voir. Et s'il n'y avait que ça. Elle ne s'attarda pas plus à la description de l'appartement, c'était totalement inutile. Il ferma ensuite la porte derrière elle. Le plus choquant est que à ce moment là, le stress tomba d'un cran. Il était encore extrêmement pressant, mais ça commençait à aller un peu mieux. La voix du garçon qui lui demandait ce qu'elle lui voulait la ramena à la réalité.

    « Qu'es-ce qui me prouve que tu es la personne que je recherche ? »

    Day n'avait pas tendance à être paranoïaque, enfin, c'est ce qu'elle disait. Mais elle voulait seulement être sûre que la lettre qu'elle venait remettre ne se trouvait pas entre de mauvaises mains. Bon, si elle était en présence d'un imposteur qui la tuait, il l'aurait sûrement, mais au moins elle n'aurait sur la conscience le fait d'avoir mal fait son travail. Day essaya alors de passer dessus les fils reliés à de nombreuses machines électroniques très récentes. Elle s’assit sur la chaine la plus proche d'elle et éteignit son mégot de cigarette dans le cendrier qui trainait à côté. La présence de l'objet lui fit se demander si elle avait affaire à un fumeur. Elle pesta intérieurement de ne pas avoir trouver de renseigner sur cette personne, car ce sont des petits détails comme ça qui pouvait, d'après elle, être important. Elle ralluma une cigarette avant de tendre son paquet à l'homme un peu plus vieux qu'elle.

    « Tu en veux une ? »

    Elle commença alors à le détailler rapidement, tout en essayant de se faire discrète. Des cheveux roux, une peau claire et pas de cicatrices visibles, ce qui paraissait bizarre pour un membre de la mafia. Mais bon, c'était peut-être pour ça qu'elle n'en avait pas vraiment entendu parler avant d'avoir le papier à lui remettre. Elle soupira intérieurement en regardant le garçon en face d'elle.

    Spoiler:
     
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 22 Fév - 14:35
Dans la chambre, ou plutôt le débarras se rapprochant d'avantage du champ de bataille, Matt alluma l'un des nombreux PC qui avait élu domicile ici même. Alors qu'il avait appuyé sur le bouton démarrer, Day lui avait posé une colle. Une sacrée colle pour le geek qui n'avait pas cogité à chercher à justifier son identité. Il recevait tellement peu de visites autres que Mello qu'il n'avait même pas pensé à ça. Et on le qualifie d'intellectuel alors que le rouquin était incapable de faire preuve de politesse.
Il tourna le dos à son interlocutrice, s'asseyant en tailleur sur sa chaise de bureau et tapant rapidement sur le clavier.

Divers dossiers s'ouvrirent, dont deux que le rouquin avait laissés de côté. Quoi de mieux qu'un dossier bourré d'infos pour se justifier, avec une jolie photo d'identité en prime. Magnifique me direz-vous, même s’il tirait une sale tronche sur celle-ci parce qu'on l'avait contraint à enlever ses précieuses lunettes. Sans, il n'était plus vraiment lui-même, c'est comme si le chef de la mafia se séparait de son chocolat, et qu'il se mettait à porter du rose. Sans vouloir portaient les choses à l'extrême, c'est un peu prés ça.

Et le deuxième dossier alors ? Que contient-il ? Tout simplement les informations qui affirmeraient les dires de la charmante demoiselle. Pas qu'il ne lui faisait pas confiance, au contraire sinon elle ne serrait jamais entrée mais Matt est quelqu'un de prudent et on est justement jamais trop prudent.
Il se retourna pour refaire face à Day, d'un vif coup de pied sur le sol pour faire tourner la chaise en position initiale. Il croisa les bras sur le dossier celle-ci. Il porta son regard sur la demoiselle, prenant le temps de la détailler avant de remarquer quelque chose. Dans sa main ? Une missive ? Elle devait sûrement être la raison de sa venue. Et elle l'intriguait cette enveloppe, il voulait savoir ce qu'elle contenait alors il avait décidé de montrer patte blanche. Notre petit geek devait pourtant savoir que la curiosité est un vilain défaut et il l'avait appris plus d'une fois à ses dépens. Surtout avec Mello et Ishtar.
Non, je ne ferai pas d'avantage de commentaires sur cette affaire, voyais avec Matt s’il veut bien vous racontez.

Alors qu'il s'amusait à faire légèrement tourner la chaise d'un côté puis d'un autre à l'aide de son pied, il fut ramené à la réalité. Day s'était assise sur une chaise à peu près libre et avait éteint son mégot dans un cendrier étonnamment vide. Il ne l'avait pas entamé lui ? Le fumeur qu'il était n'a pas les munitions nécessaires pour, remarque, et sa santé s'en portait que bien mieux. En revanche sa main s’était mise à trembler lorsque la brune avait rallumé une cigarette, et, miracle, avait tendu son paquet pour en proposait une à son interlocuteur. Les mots avaient défilé dans la tête de Matt pour la remercier de toutes les manières allant jusqu'à le qualifier de "sauveur" de son humanité personnel parce qu'il était à deux doigts de courir dehors sans crier gare pour s'en procurer au moins une.

Il ne se fit pas prier plus longtemps et en prit une en remerciant son "sauveur".
Il s'écarta de l'écran et incita Day à le regarder. Il y avait des tas d'infos sur lui, pas qu'il aimait ça mais il fallait bien se justifier s’il voulait connaître le contenu de cette enveloppe. Il regarda la missive avec plus d'insistance et questionna son invitée du regard avant de passer aux aveux :

Et y a quoi là-dedans ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 24 Fév - 18:58
    Day n'en revenait pas. C'était quoi ce mec ? Depuis quand une personne aussi haut placé qu'il était sensé l'être dans la mafia faisait des choses pareilles. C'est-à-dire montrer à une inconnue des dossier classés confidentiels. Elle regardait l'ordinateur qui venait juste d'être allumé par le garçon. Vu comment il avait l'air de le manier, il devait être expert dans ce domaine, ce qui expliquerait beaucoup de chose. Elle détailla les informations qui venait de s'afficher sur l'écran. Il avait laissé seulement deux dossiers. Le premier contenait un élément sur lequel elle s'attarda quelque seconde. Une photo du roux sans ses lunettes. C'est vrai qu'il les portait à l'instant et que cela faisait bizarre de voir ses yeux en photo et non en vrai. Décidément, elle était face à quelqu'un de bizarre. Elle garda cette constatation pour elle car elle était mal placé pour vexer quelqu'un d'aussi important. Déjà, elle était chez lui, ce qui était déjà une raison suffisante pour ne pas le traiter ouvertement de personne bizarre. Mais en plus de cela, elle n'allait faire des reproches à une personne placé à un point aussi important qu'elle dans la hiérarchie.

    Elle regarda le deuxième dossier qui s'ouvrait à l'écran. D'autres photos de lui sans ses lunettes ? Elle rigole intérieurement à cette pensée. Mais ce n'était pas du tout le cas en fait. D'ailleurs, ce qu'elle vit la choqua un petit peu. Elle s'était présentée avec son pseudonyme, Day, et avait mentionné l'endroit où elle habitait. Mais là, elle comprit pourquoi, au contraire d'elle, ne posa pas plus de question, ce qui l'avait étonné. Non, maintenant, elle ne se posait plus de questions. Elle avait devant elle la preuve que si elle était là, dans cette important, c'est parce qu'il avait des informations sur elle. Bien sûr, elle s'en doutait quand même un peu. Ce genre de personnes ont des infos sur tous les Résistants, ou quasiment. Alors elle, qui travaillait pour le Cavalier Noir, ça paraissait même logique. Mais de là à voir la preuve de cela devant elle lui fit quand même un petit choc.

    Il regardait la lettre qu'elle avait dans la main. Logique, surtout qu'il devait se douter qu'elle ne l'avait pas sorti pour faire joli et qu'elle lui était donc destinée. Elle regarda sa cigarette. Il en avait accepté une et l'avait remercié. Il était donc fumeur. Bizarrement, ça ne l'étonnait pas du tout, surtout à cause de l'odeur de l'appartement, semblable à cette du sien, qui rappelait une forte odeur de tabac. Bon, au moins c'était une bonne chance. Elle pouvait fumer sans le gêner, parce que c'était ce qu'elle haïssait le plus quand elle rencontrait quelqu'un d'important non fumeur. Elle le regarda.

    « Bon, je pense avoir la preuve de ton identité. De toute façon, si tu m'as menti, je vais mourir dans les minutes qui suivent, n'es-ce pas ? »

    Elle avait dit ça d'une ton normal, calme et sans faire transparaître la moindre émotion, comme à son habitude. La cigarette qu'elle avait commencé juste un peu plus tôt l'avait déstressée et de voir les dossiers lui avait entièrement rappelé qu'elle devait lui remettre une lettre. Elle lui tendit.

    « Ce qu'il y a dedans ? Je sais pas, désolée. »

    Elle réfléchit. Elle stressait vraiment pour un rien, et c'était au moment le plus important, qu'elle était entièrement calme. Elle en sourit, avant de se rececir en espérant que la personne en face d'elle n'aurait rien vu. Elle écrasa son mégot avec regret. Les cigarettes n'éteint jamais assez longues.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 25 Fév - 15:28
Il ne fallait pas sortir de saint cyr pour voir que Day, ici présente, angoissait. Moins que tout à l'heure mais quand même.La tension avait descendu d'un cran pour elle alors que Matt, au calme presque légendaire, trouvait cette situation amusante. Tellement hilarante qu'il avait une confiance aveugle en cette fille qu'il ne connaissait quasiment pas. Ca n'a aucun lien pourtant mais comprenez que les anciens pensionnaires de la Wammy's house ont un esprit tordu et il n'y a pas d’exception. Pourtant on a des exemples flagrants, Illness par exemple.Visage d'ange qui cache bien son jeu, tout le monde a gardé un mauvais souvenir d'elle sauf ceux qui ont eu la chance de ne pas la côtoyer. Alpha est un bon exemple, aussi aimable qu'une porte de prison alors qu'avant il était quasi impossible de lui enlevait son sourire, comme collait à la glu sur son visage. Elle fait d'ailleurs partis des rares à avoir les idées un peu prés en place. Côtoyer Matt et Mello en est peut être la cause, ces deux-là ont toujours la tête à peu près sur les épaules. Near est sa passion des jouets aussi, c'est un cas ce Near, il a une bonne place dans le classement des bizarreries. Le pire reste Beyond Birthday, c'était une tête celui-là, dommage qu'il est mal tourné. Il y en a plein d'autres exemples, Zéro ou L aussi.
Mais là n'est pas là question, n'es pas ? Celle qui nous intéresse sort de la bouche de la collaboratrice du journal résistant, je cite le cavalier noir, qui reste toujours aussi anxieux et va jusqu'à demander si elle va y passer. Drôle de fille, le gamer n'est pas comme Mello, il n'a pas la gâchette facile et il n'a même pas la moindre gâchette dans son appart. On applaudit, niveau prudence on a fait mieux. Ce n’est pas avec une psp qu'y va se défendre le Matty :

-Met pas tous les mafieux dans le même lot, on n'est pas tous des impulsives qui tire à la moindre tuile.

Il n'y avait pas le moindre reproche dans sa voix, il voulait juste qu'on ne le mette pas dans le même sac que s'est abruti qui on prit un malin plaisir à lui pourrir la vie pendant tout ce temps.
La jeune femme lui tendit la missive, s'excusant d'ignorer son contenu. Il ne se fit pas prier et se saisit de l'enveloppe avant de l’ouvrir. Rapide coup d'œil sur le tas de feuille avant de le remettre dans l'enveloppe et de poser celle-ci sur le bureau :

-Rapport de réunion, Mello aurait pu le faire lui-même.

Ce n'était qu'une pensée dite toute haute, suivi d'une question qui lui avait traversé l'esprit et qu'il n'avait pas tardé à poser :

-Et tu y étais ?

Simple supposition. Il s'avait que Mello n'était pas imprudent et que les infos dans ce genre de rassemblement, très rare d'ailleurs, ne devait pas être mis entre de mauvaise main. Il les aurait forcement confié à quelqu'un de confiance, ou a une personne présente à la réunion.
Pas pressé pour deux sous, il se contenta de poser sa tête contre le dossier qui lui faisait face une nouvelle fois et d'observer plus en détail les réactions de son invitée.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 26 Fév - 16:17
    Plus elle observait le mafieux, plus elle avait l'impression que la situation actuelle le faisait rire. Ou du moins quelque chose dans le genre. C'est vrai que ça doit être marrant de voir une fille hyper stressé qui pour faire passer ça, fumer comme un pompier. En tout cas, ce garçon était calme. Et s'il y avait quelque chose à remarquer chez lui, c'était sûrement ça. Day continua d'observer rapidement l'appartement. Là aussi, ça changeait de ce qu'elle aurait pu imaginer. Elle ne voyait pas d'armes trainant partout. Et déjà ça, c'était soit un choc, soit quelque chose qui la rassurait, elle hésitait encore car les armes pouvaient très bien être sur lui. D'ailleurs, il répondit à la réplique plus ou moins déplacé qu'elle avait dit juste avant. Celle comme quoi elle allait sûrement mourir dans les minutes qui suivaient. C'est vrai que dire des choses pareilles pouvaient être considérer comme de la provocation dans cette situation. Surtout quand la personne en face vous explique que la cruauté de la mafia n'est pas une généralité. Comme quoi, elle accumulait les gaffes parce qu'après ça, quoi de mieux pour regarder la personne face.

    « D'accord, désolée. C'était pas pour te vexer. »

    Elle avait dit ça d'une voix monotone et maintenant, elle observait le garçon lire rapidement la lettre qu'elle avait apportée. Elle en profita pour rallumer une cigarette. La réaction du garçon la choqua, elle ne savait pas pourquoi. Peut-être parce que si c'était vraiment le rapport de réunion qu'elle venait de lui amener, il n'y avait aucune raison pour que ce soit elle qui ait ce rôle. Surtout que, d'après la phrase qu'il venait de prononcer et son rôle au sein de la mafia, il devait avoir une relation plus ou moins importante avec Mello, le chef et l'organisateur de la réunion. Comme quoi, sa présence ici était totalement inutile et sans raison. Elle leva les yeux de sa cigarette lorsqu'il lui demanda si elle était à la réunion. Tiens, bizarre que ça ne soit pas dans son fichier.

    « Oui, j'y étais. Enfin, ma chef m'y a envoyé car il fallait un représentant du journal et qu'elle était occupée. »

    La réponse était plutôt logique. Enfin, cette réunion étant sensé être un minimum gardé secrète, le rapport n'allait pas être confié à la première personne venue, même si dans son cas elle n'avait pas lu le rapport. Pas qu'elle n'en avait pas eu envie, si au contraire, mais c'est surtout qu'elle n'allait pas donner une missive déjà ouverte, ça serait trop voyant et elle aurait risqué d'avoir des problèmes. Parce que oui, même si elle passait sa vie à tenter de récolter des informations, elle savait tout de même restait à sa place quand elle devait le faire. Elle laissa tomber son paquet à côté du cendrier pour faire comprendre à la personne en face d'elle qu'elle pouvait se servir si elle voulait.

    « En fait, je viens de me rendre compte, tu connais mon pseudonyme alors que moi, je ne connais même pas le tien. Je trouve pas vraiment ça équitable. »

    Elle esquissa un sourire en regardant le garçon. Son stress avait quasiment entièrement retombé, ce qui était une bonne chose car ça lui permettait de parler plus naturellement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 2 Mar - 22:12
Day s'excusa rapidement, avant de répondre à la réponse du rouquin. Comme quoi elle était à la réunion à la place de sa chef pour représenter le journal.
Un léger, je dis bien léger, sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'il écoutait la jeune femme attentivement. Une grimace que Matt faisait tous les 36 du mois. En plus d'être associable notre rouquin n'est pas souriant, mais c'est déjà mieux que certains. Mais son sourire s'étira un peu plus, caché par le dossier de sa chaise, lorsque celle-ci lui posa une question. Intriguant question que Matt s'était lui-même étonné de ne pas entendre. Elle avait pris son temps pour lui demander don pseudonyme qui, bizarrement, ne figurait pas sur la fiche d'information qui trônait encore sur l’écran. Les deux seules infos qu'il nie avait pas était son vrai nom, je cite Monsieur la poste ou Mail Jeevas, et son pseudonyme.

"Ce n’est pas équitable et malpoli de ma part ouais. Moi c'est Matt."

Il dégagea son bras de sous son menton mais se rendit compte bien vite que lui serrer la main n'était pas une bonne idée. D’un, il n'avait pas envie, réflexion faite, et deux ce n'est pas après plus d'un quart d'heure de discussion qu'on sert la main à quelqu’un. Comme quoi sortir ne lui ferait pas de mal au petit roux, pars que niveau sociabilité on a vu mieux.
Day sourie à son tour, son anxiété était redescendu. Elle parlait plus calmement et laissait plus de répit à ses cigarettes. Matt y songea furtivement, aux cigarettes à côté du cendrier mais n'y pensa pas d'avantage, se contentant de finir la sienne. Ca faisait plus d'un quart d'heure qu'il l'avait au bec mais que voulez-vous, le pompier du dimanche ne se serre que très peu de son cendrier. On le voit rarement écraser des mégots, il peut garder ses clopes des heures sans les entames. Quand je vous disais que les bonhommes de la Wammy avait une case en moins je ne vous mens pas. Et ça va de mal en pire puisque notre ami Matty, ici présent, à la simple vue du paquet sur la petite table songea au cavalier noir. C’est quoi comme ambiance là-bas ? Ils doivent prendre pas mal de risque quand même.
Et c'est ainsi que Matt et sa curiosité étonnamment de sortis se mit à se faire son petit questionnaire à l'intention de la journaliste. Aujourd’hui c'est lui celui qui pose les questions et il n'allait pas laisser son invité surprise lui filer entre les doigts. Il ne savait pas grand-chose sur le cavalier noir autant aller à la pêche aux infos :

"Et, sans vouloir être indiscret, c'est qui ta patronne ?"

Il avait un très mauvais pressentiment, comme si l'aura de la dite patronne était présente en train de menacer le gamer. Et des mauvais souvenirs d'enfance remontèrent à la surface, telle le sirop au fond de l'eau, surtout cette nana qui terrifier tout le monde. Pourquoi pensait-il à Illness ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 11 Mar - 18:54
    Day aurait pu se baffer mentalement pour la question totalement idiote qu'elle venait de poser à son interlocuteur. C'est vrai qu'elle ignorait son pseudonyme, mais comme il s'agissait d'un personne importante, elle n'avait pas à lui demander de cette façon, voire à pas lui demander tout court. D'ailleurs, il devait bien se moquer d'elle, assis tranquillement sur sa chaise. Comme elle ne voyait pas vraiment son visage, il y avait beaucoup de chance qu'il était en train de rigoler intérieurement. Bref, la journaliste eut un des chocs de sa vie quand le garçon lui répondit. A croire que pas tous les membres de la mafia n'étaient pas que des bourrins qui adoraient la prendre de haut à cause de sa profession soit disant facile de journaliste. Et non, elle avait affaire à un membre de la mafia gentil ? Comme quoi tout était possible. Elle sourit.

    Matt. Pseudonyme ou prénom, elle s'en fichait, même si elle penchait plutôt pour le premier. Mais c'était tellement banal que s'en était choquant. Enfin, de nos jours, elle savait très bien que tout ce qui avait un rapport avec les appellations était sans aucune logique.

    Il abusait peut-être un peu en qualifiant ça de malpoli. C'est vrai, d'une certaine manière, il lui avait un peu montré comme sa carte d'identité avec les fichiers. Bon, il manquait l'information principale, mais elle n'allait pas vraiment se plaindre. Juste que pour avoir une conversation, sans connaître le nom de la personne à qui tu parles, c'est plutôt compliqué.

    « Mais non, c'est pas malpoli... »

    Ne pas savoir quoi répondre, c'est chiant.

    Elle écrasa son mégot de cigarette dans le cendrier et regarda Matt. Il avait encore sa cigarette dans la bouche et ne l'avait pas fumé. Bizarre. Enfin, Day savait qu'elle ne pourrait jamais supporter ça. Déjà qu'en avoir une dans la main sans pouvoir la fumer la stressait énormément, alors là. Ce garçon était vraiment bizarre même si d'un côté ça ne l'étonnait pas du tout. Sur les informations qu'elle avait vu à l'écran, elle avait vu qu'il venait de la Wammy's House, et la mention de cet orphelinat était un peu comme une alarme pour la journaliste. Une alarme synonyme de bizarrerie et de personnes pas bien dans leurs têtes. En même temps, avec la chef qu'elle avait...

    Juste au moment où elle pensa à Illness, il lui posa une question sur le Cavalier Noir, ou plutôt, l'identité de sa patronne. Day rigola. Avait-elle le droit de le dire ? D'un côté, elle allait donner le nom de la plus grosse psychopathe au monde, qui pourrait la tuer en prenant ça pour prétexte. D'un autre, ça ne gênait pas parce s'il voulait vraiment le savoir, il n'avait qu'à demander à n'importe qui de bien placé et il aurait sa réponse.

    « Ma patronne ? Tu dois la connaître si tu es allé à la Wammy's, c'est Illness... »

    Elle attendait la réaction du garçon. Bizarrement, elle ne s'attendait pas à quelque chose de joyeux du genre enfance tranquille et calme avec Ill comme amie. Non, ça, ce n'était pas possible. Déjà, parce qu'on ne peut pas avoir Illness comme amie, à moins d'être masochiste, et encore. Bref, cette personne faisait peur à tout le monde, et ça étonnerait énormément Day que Matt fasse exception.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Avr - 16:06

Et paf! Dans le mille mon petit rouquinou d'amour. Matt devrai être devin, parce que niveau
voyance monsieur est so' excellent.
Rien que la pensée de cette folle le faisait trembler, fin' à peine c'est un homme tout de même mais il en avait la chair de poule.Il se sentait presque coupable du calvaire que devait subir cette pauvre fille. Il jetta un furtif coup d'oeil aux ongles de Day, ils avaient l'air encore en place.

-Et bin...

Il aurait presque voulu la garder ici, même être sequestré ne peut pas être pire.Il compatissait maintenant, et bah, il était tombé bien bas. Mais faut dire, il ne pouvait pas être aussi bas dans l'echelle des horreurs que cette tarée. Attendez, même Ultimecia elle est lucide à côté, ouais la grande méchante de Final Fantasy VIII.
Nan mais imaginez le truc, cette nana c'est toute les horreurs du monde reunis dans un corps.Tout ce qui peut être de plus affreux personnifié nana aux gouts vestimentaires douteux. Si Playstation a besoin d'un nouveau mechant, qu'il vienne se servir parce que là y a un jolie specimen question cruauté et shizophrenie aigu. Le pire c'est comment elle se valorise en permanence, brrr. Spec' de folle va...
Le cerveau du rouquin se reconnecta en mode reality on un bref instant, assez pour se rendre compte que son heroique "et bin..." ne repondez pas vraiment à la question, qui n'était pas vraiment une question, de la demoiselle.Il se rectifia de maniere un peu pret civilisé en contenant son envie d'offrir un shootgun à cette pauvre fille:

-Disons qu'à la Wammy c'était pas triste avec elle.

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 22 Avr - 9:59
    Day avait raison par rapport à la réaction de Matt. En observant bien le garçon, elle réussi à apercevoir qu'il avait un minimum la chair de poule. Et d'ailleurs ça répondait à une de ses questions. Illness était-elle devenu folle à lier en vieillissant ou c'était depuis l'enfance ? Là, elle avait plus ou moins sa réponse. Cette femme était flippante depuis toujours. Bref rien de réellement rassurant. Mais ensuite c'était à savoir si elle s'était empirée ou calmée. Calmée, elle ne l'espérait pas pour Matt. Le pauvre, il avait du souffrir à la Wammy's House.

    Le souvenir de Illness avait l'air de perturber le garçon en face d'elle car il lui répondit par deux mots complètement hors sujet qui ne collait pas du tout avec la conversation. Et bin. Bon, il ne fallait pas lui en vouloir, c'était pas donné à tout le monde de pouvoir vivre avec Illness. C'est vrai, la journaliste avait du s'habituer, même si ça reste dans domaine de l'impossible, à vivre avec l'idée que sa chef était plus que folle. Et du coup, elle ne la détestait pas, non elle détestait les hôpitaux psychiatrique qui n'avait pas voulu d'elle car elle en avait quand même extrêmement peur. Mais après elle ne pouvait mettre en cause son travail au sein du journal. Parce que même si elle était folle, Day voyait la rédactrice en chef comme la personne qui gérait le journal. Et ce dernier marchait, c'était le plus important.

    Le roux réussit enfin à articuler une réponse basique qui ne disait pas grand chose en elle-même, à part qu'elle avait sûrement traumatisé tous les gosses de la Wammy's. Day essaya de lui lui sourire.

    « Le pire je pense, c'est quand tu te dis qu'elle sait où tu habites. La peur de la voir débarquée un matin chez toi, et tout. »

    Elle avait essayer de dire ça en rigolant, mais le cœur n'y était pas. C'est vrai que au début de son travail au Cavalier Noir, ça avait été une de ses plus grandes peurs. Et même si ça l'était aussi aujourd'hui, elle avait préféré ne plus y penser. Day avait toujours eu du respect envers ses supérieurs, elle refusait donc de critiquer Illness, même si des fois ses peurs prenaient le dessus, comme dans la phrase qu'elle avait prononcé à Matt. 

    Elle profita de la tension assez froide qui régnait dans la pièce à cause du sujet plutôt mal choisi pour continuer à jeter un œil dans le logement de Matt. A part des câbles d'ordinateurs qui couraient partout. Et ce qu'elle n'avait pas remarqué auparavant, des nombreuses consoles, des boîtes de jeux vidéos, et beaucoup de Final Fantasy. Elle avait donc pas seulement à faire avec un pro de l'informatique mais un vrai geek en réalité. Cette pensée la fit quand même sourire alors qu'elle sortait une nouvelle cigarette de son parquet qu'elle reposa sur la table au cas où le roux en revoulait une. Elle l'alluma et soupira. Ca faisait du bien de fumer, surtout après avoir parlé de quelque chose de stressant.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)
» Just to start shit [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Hors RP :: Archives (numériques)-
Sauter vers: