Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Infiltration à l'hôpital [PV Mello & Matt]

 :: Tokyo - Zone RP :: Périphérie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sayu Yagami
Sarah Connor
avatar
Messages : 119
Ven 20 Oct - 21:33
Depuis combien de temps est-elle dans cet hôpital ? Quelques semaines ? Des mois ? Sayu ne saurait le dire. Mais elle peut s'estimer heureuse que Light ne l'ait pas tué. Pas bête, hormis la mort, la faire déclarer folle est sans doute le seul moyen de ne plus l'avoir à travers sa route. C'est un cadeau qu'il lui fait en quelque sorte. Une manière de dire « tu vois, je suis Kira, mais je ne te tue pas, je sais faire preuve de compassion, je veux croire en toi. » et une autre manière de dire également « Sayu je ne suis pas Kira, je t'enferme pour ta propre sécurité. » Oui, Light est assez intelligent pour semer le doute dans son esprit.

Ce n'est pas facile de savoir où est la réalité maintenant qu'elle est enfermée entre quatre murs, droguée par des médicaments. Malgré tout, Sayu veut continuer de croire qu'elle ne se trompe pas. Rien n'est son imagination. Et si c'est le cas, alors c'est ce qu'elle a choisi.

Pendant des semaines, elle a joué la fille sage, observant pourtant tout ce qu'il se passait. Du moins autant que son cerveau sous alimenté pouvait lui permettre. Le temps de passer à l'action est venu. Elle connaît les tours des gardes à la minutes près, les rendez vous de chacun. Le psychologue de l'hôpital a une demi heure d'absence. Pendant ce temps d'absence, un garde passe au bout d'un quart d'heure dans ce couloir. Encore faut-il arriver à y accéder sans se faire prendre par les autres gardes au sein de l'hôpital.

Pour cela, Sayu sait quel médecin elle doit assommer, quand et où. Quelques semaines plus tôt, suite à un trafique entre patients, elle a réussi à se faire faire un badge en tant qu'infirmière qu'elle garde caché dans sa chambre.

***

Si on oublie le corps de l'infirmière sans connaissance dans un placard à balai, le plan c'est déroulée dans encombre. Sayu sait que le temps est contre elle. Ils vont vite s'apercevoir qu'il manque un membre du personnel, dans tous les cas, elle finira par se faire chopper, il faut juste qu'elle ait le temps de faire ce qu'elle veut avant.
Vêtue, d'une blouse blanche de médecin, le badge autour du cou, Sayu est sur l'ordinateur du psychologue. Elle ressent déjà la fatigue causée par les médicaments du matin mais se force à garder les idées claires et rester éveillée. Ce n'est pas la première fois qu'elle travaille en étant fatiguée ou stressée.

Hackant l'ordinateur, elle ne tarde pas à envoyer un mail à Matt avec simplement le nom de l’hôpital. Elle n'a pas le temps de faire plus.

L'alarme se déclenche brusquement, la faisant sursauter. Vite, dernière phase du plan à exécution. Elle se sert de la chaise pour casser l'ordinateur et tout ce qu'il y a dedans afin qu'on ne remonte pas au mail qu'elle vient d'envoyer. Et pour être sur, Sayu met le feu dans la pièce, et monte sur la table au moment où les vigiles et les médecins entrent dans la pièce. Les flammes commencent à s'élever autour d'elle. Sayu se met à rire, à la folie, dans un jeu d'actrice douteux.

« ON VA TOUS CRAMER ! TOUS !! ON VA MOURIR DANS UNE EXPLOSION COMME PAPA !!! »

Et bien quoi ? Light l'a fait enfermer en plaidant la folie, autant qu'elle joue son rôle. Cela évite qu'ils comprennent ce qu'elle a fait. De toute manière, il n'y a plus aucune preuve. Se dit Sayu, avant de se faire assommer par un garde.

Matt, à toi de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 453
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 2 Jan - 18:55
Essayez de voyager après vous être pris une balle dans le bras, avoir été recousu par un médecin. Essayez d'avoir l'air discret en étant sous morphine – quoique c'était une excellente idée pour rentrer dans un hôpital, en fait. Matt l'avait briefé sur la situation de Sayu Yagami, cette nana dont ils n'avaient plus aucun signe de vie depuis quelques mois. Pour Mello, c'était clair : elle avait fini par émigrer sous les ordres de grand-frère ou de sa mère et avait quitté le pays. Il ne s'était jamais fié à Sayu Yagami et ce n'était pas parce qu'elle était enfermée dans un institut psychiatrique qu'il le ferait un jour.

Au contraire, il était désolé que Matt semble y accorder autant d'importance et avait envie de ruiner ses espoirs une bonne fois pour toute en lui prouvant que Yagami les avait tous trahi. Il se sentait aussi un peu morose car lui-même, aussi égoïste qu'il pouvait l'être trouvait que c'était vraiment cruel d'enlever à Matt une des seules choses auxquelles il tenait et avait un peu envie d'y croire aussi à reculons. C'était la raison de sa présence, ça et le fait qu'il ait précédemment fait le con qui faisait que son frère de chambrée était d'aussi mauvaise humeur.

Ils avaient lâché Izû dans un endroit dans lequel il ne devrait pas avoir trop de soucis s'il ne faisait pas le con et avaient filé aussitôt vers l'endroit où était retenu la dulcinée – bordel, il lui en foutrait des dulcinées – du rouquin.

C'était un hôpital psychiatrique. Depuis que Sayu avait envoyé un message à Matt par il ne savait quelle stratégie providentielle, elle avait dû être calmée et envoyée dans sa chambre. Au pire, elle avait été attachée et dormait. Au mieux, ils l'avaient juste secouée un peu et conduite dans la chambre.

« Sérieux, mec. Si L voyait qu'on risquait notre vie pour cette pétasse, alors que je l'ai kidnappée y'a des années, il s'en étoufferait de rire. Si la morphine n'annihilait pas mes sens, je m'étoufferai de rire. »

Il avait attrapé une perruque, s'était maquillé très grossièrement à l'aide du rétroviseur, était rentré dans un uniforme avant de sortir de la bagnole. Dehors, il caillait. C'était ce genre de période qui dissuadait les gens de sortir de chez eux, ça et le fait on était très tôt le matin et que le couvre-feu était de vigueur. Ce qui tombait bien, c'était que la justification sur leurs papiers allait leur donner le prétexte d'entrer n'importe où : le plus dur allait d'en sortir, car Sayu Yagami n'était pas la sœur de n'importe qui et qu'ils rencontreraient sans doute plusieurs obstacles. Pour pallier à ce problème, Mello avait plusieurs solutions, le pire d'entre eux étant sûrement l'utilisation de la force, mais il était dans un tel état que même lui trouvait cela peu raisonnable.

« Je te préviens, il doit me manquer deux bons litres de sang. Je carbure à la morphine : si je m'évanouis et qu'ils l'ont foutue sous Xanax, prépare-toi à devoir sortir par le trou des chiottes avec nos deux corps. Putain. Worst idea ever ton plan. Je déteste ça, bordel ! J'ai un putain de mauvais sentiment ! »

Il n'avait cependant pas dit non et s'était déguisé sans trop poser de problème, sachant à quel point Matt y tenait. Râlant, il s'approcha du premier barrage de sécurité en tendant des papiers :

« Bureau du contrôle de l'hygiène. Nous contrôlons de manière aléatoire toutes les institutions psychiatriques sous les ordres du ministère de la santé. Je vous prie de nous ouvrir. »

Il vit la personne à qui il s'était adressé passer quelques coups de fils, mais Matt avait sans doute déjà fait le maximum pour embaucher des hommes et les mettre sur le coup. Il n'osa pas lui adresser de sourire soulagée, de toute façon, il avait toute confiance en son frère de cœur.


La porte s'ouvrit et ils la franchirent. Le plus dur restait à venir.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 83
Age : 23
Localisation : Dark web
Ven 5 Jan - 17:00
Matt s’imaginait le pire. Il avait passé trop de temps sur The Evil Within, et les hôpitaux psychiatriques lui donnaient la nausée. Des murs trop blancs. Des gens déshumanisés. Une odeur de détergent qui pique la gorge. Des regards vides. Bon sang même la mort n’était pas un pire sort que de errer pour l’éternité dans ces couloirs… Perdre la tête terrorisait Matt. Il préférerait avoir n’importe quoi qui débloque dans son corps plutôt que de perdre ses facultés mentales…
Il conduisait de manière brusque, en allant bien trop vite, manquant de griller un feu rouge à un carrefour; ce qui ne devait pas du tout être confortable pour Mello. Pourtant, le blond ne s’était pas plaint de tout le voyage, et avait gardé le silence jusqu’à leur arrivée. Le rouquin ne releva même pas l’insulte, de toute façon avec Mello, toutes les femmes étaient tôt ou tard surnommées “pétasse”. Tout ce qu’il remarqua, c’était que le russe parlait beaucoup de L, ces derniers temps. A croire que la mort de Ish avait réveillé le souvenir de ce qu’il aurait dû devenir…

« Plutôt crever que de vous laisser ici, quoi qu’il arrive. On ressortira, d’une manière ou d’une autre. Que vous soyez conscients ou non. »

Il en était bizarrement convaincu. De toute façon ça ne pouvait pas se passer autrement. Il ne le permettrait pas.
Il s’était mis une perruque brune sur la tête, une paire de lunettes rectangulaires lui donnant un air très sérieux, et pour une fois, sa barbe était plutôt courte. Il s’était rasé quelques jours auparavant, dans un sursaut de vitalité où il avait lâché son clavier pour se nourrir et buller dans un bon bain. Qui aurait crû que ce serait Ragnarok cinq jours après. A croire que Mello et Sayu se passaient le mot. Hey, j’vais faire le con ce jour-là, si toi aussi y’a moyen qu’on fasse faire un AVC à Matt!

C’était relativement simple, du moins en théorie.
Il avait soudoyé quelques membres du personnel de l’hôpital. A 15h30 précises, un employé “oubliera” de verrouiller l’accès au couloir de l’unité pour “malades difficiles” lors de sa pause, ce qui leur permettra de s’y infiltrer. Le psychiatre ne repassera dans le couloir que vers 15h45, ce qui leur laissait un quart d’heure pour s’infiltrer dans le bureau de ce dernier, piquer le trousseau de clefs, déverouiller la porte de la chambre A730, récuperer Sayu, et se barrer. Pour la dernière partie du plan, il avait prévu plusieurs scénarios, selon comment se déroulera le plan jusque là… Il comptait beaucoup sur son petit appareil électronique censé brouiller l’image des caméras sur leur passage. Il l’avait bricolé il y a peu, et avait hâte de le tester. Quoi que maintenant qu’il y pensait, il aurait préféré le faire dans une situation moins périlleuse...

Matt laissa Mello parler, trop concentré à se remémorer le plan de l’Hôpital, pour retrouver rapidement la chambre où était enfermée Sayu. Evidemment, après son acte de pyromanie, ils l’avaient mise en isolement. Sûrement était-elle attachée, avec comme seul passe-temps le fait de fixer le plafond. Il sourit poliment aux types de la sécurité, qui les laissa passer après vérification auprès de leurs supérieurs. Les contrôles de l’hygiène étant aléatoires, nul doute que leur couverture était en béton. Du génie. Il ne savait même pas comment l’idée lui était venue. Son cerveau avait fonctionné à 200% depuis le SOS de la jeune Yagami. Il était passé en mode automatique et n’avait plus vraiment conscience de ce qu’il faisait.

Ils entrèrent donc, l’atmosphère se faisant plus pesante, comme s’ils entraient dans une autre dimension. Ils passèrent l’accueil, répétant l’opération de présentation. Bonjour. Contrôle de l’hygiene. Merci, bonne journée à vous également. Porte de gauche. Par la fenêtre, ils pouvaient apercevoir certains patients se balader dans la cour, avec une démarche quelque peu titubante dûe aux médicaments. Matt en eût un frisson de dégoût. Il trouvait la façon dont on s’occupait des pathologies mentales bien trop arriérée pour l’époque actuelle. Des années et des années de recherche: d’un côté on avançait grandement en terme de biologie, et de l’autre, on ramait. Toujours aucun traitement efficace pour la dépression, la schizophrénie. C’était quand même dingue, non?

Il indiqua discretement à Mello le couloir menant à l’unité qu’ils cherchaient. Ils attendirent qu’il y ait moins de passage avant de s’y engouffrer, puis de pousser la porte qui avait bien été laissée déverrouillée. Ils récupérèrent les clefs, puis parcoururent le couloir à la recherche de la bonne chambre. On pouvait entendre les plaintes de certains patients, en bruit de fond. Heureusement, Matt était trop occupé par la recherche de Sayu pour y prêter attention. Selon le plan, la chambre A730 était au bout du couloir. Ils s’arrétèrent devant la porte en question...




Be kind, rewind. ♥️ Merki Mellofée ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Unité d'infiltration en formation !!!
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» infiltration a midi
» Hôpital de Caen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Périphérie-
Sauter vers: