Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 74
Localisation : Dans les laboratoires.
Lun 31 Juil - 16:40
Deux cachets avaient sauté de sa main droite à sa bouche, et il avait vidé un verre d'eau, le regard à peine expressif.

La pluie tombait dehors, réveillant sa vieille douleur au genou qui le faisait toujours boiter, le mettant dans une humeur plus que passable envers ses employés, ses secrétaires et les autres.

Devant lui, malgré l'heure tardive, un paquet de photographies et de dossiers qu'il épluchait précautionneusement au fur et à mesure. Le premier cas concernait la traque d'Hadès de son vivant. Dans ses archives, il y avait des extraits de conversation entre le capitaine Fate Harlaown et le ministre de la censure de l'époque, évoquant un plan pour attirer ce résistant si malléable de leur côté. Dans le deuxième tas, des documents, extraits de conversation en prison qui rapportaient principalement ce que Hadès avait pu dévoiler en prison et les détails de son incarcération : malgré le temps qu'il y avait passé, il était malheureux de se dire qu'ils n'avaient finalement pu que très peu avancer. Les informations données sur Alpha, Mello ou Cheshire n'étaient que de très faibles qualité, surtout que l'on soupçonnait actuellement que certains postes de chefs résistants changeaient avec le temps.

Quelques photographies de personnes importantes étaient posées sur son bureau.

La première, celle d'une jeune fille qui avait été captive en même temps que lui, Ella Rokudo, reconnue coupable de l'assassinat d'un ancien ministre. Son cas n'avait pour le moment pas été réglé et Ninomiya se retenait d'écrire son nom dans le cahier : il se doutait qu'il pouvait l'utiliser plus intelligemment que prévu.

La deuxième avait été barrée, mais malgré le feutre épais, on pouvait deviner le visage d'une jolie femme d'origine indienne. Ninomiya l'avait lui-même rencontrée il y avait plusieurs et on ne pouvait pas dire que leur rencontre s'était très bien déroulée.

Attrapant la pile de photographies qu'il avait encore, il se leva, prit une boîte de punaises et un stabylo rouge, marchant en boitant vers la surface vierge en face de lui. Il accrocha en plein centre le polaroïd d'Akira Darkwood refroidi tout en précisant, de sa minuscule écriture un petit « Hadès » en dessous. Sur les côtés, il mit les photos de Harlaown et de Ishtar en précisant un petit « Amante ? » comme lien, puis le portrait robot de Mello à proximité, orné d'un énorme point d'interrogation. La fille, Rokudo, y eut également sa place, ainsi que les photographies de la dizaine de filles qu'ils avaient retrouvé comme l'ayant fréquenté avant sa mort.

Vu de loin, ça avait de la gueule et ça l'aidait à se concentrer : il était évident que cette mort avait été causée par Mello...de son point de vue. Il avait d'ailleurs mis certains de ses hommes sur le coup pour lui tirer les vers du nez et le retrouver. Il ne croyait pas à la thèse du suicide, populaire, et était bien placé pour savoir que le meurtre n'avait pas été commandité par son prédécesseur.

Ninomiya regarda sa montre : elle devrait bientôt arriver.

Il s'assit sur un des sièges, tapotant l'un des accoudoirs pour faire un peu passer le temps.

Harlaown était revenu d'Angleterre depuis quelques mois à peine, ils n'avaient jamais eu l'occasion de se rencontrer mais il savait, d'après les rapports officiels, qu'elle était une capitaine émérite et qu'elle avait prouvé qu'elle savait diriger des hommes. Il aurait cependant aimé éclaircir avec elle certains points qui concernaient l'affaire Hadès et permettre à son équipe de boucler un dossier qui handicapait le travail de certains de ces hommes.

Ninomiya toussota.

Avait-elle au moins reçu sa charmante invitation ?
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 826
Age : 20
Dim 10 Sep - 17:26
Fate prit une grande inspiration. D’un geste précautionneux, elle épousseta une énième fois les épaules de sa veste d’uniforme repassée avec soin. Elle croisa son reflet dans le miroir accroché au mur : elle était pâle comme la mort.

Il fallait dire que ce qui l’attendait derrière cette porte s’annonçait difficile. La jeune femme avait été extrêmement surprise de se voir réaffectée à son poste originelle dès sa première demande de nomination au Japon. Elle savait qu’elle ne faisait clairement l’unanimité : elle avait certes fait ses preuves par le passé, mais l’affaire Hadès avait eu l’effet d’un tsunami sur sa réputation dans le milieu très fermé des partisans de Kira. Aux yeux de beaucoup, elle était une traîtresse, abusée par la faiblesse de sentiments. Et les pro-Kira n’étaient pas beaucoup plus tendres avec leurs éléments perturbateurs que les résistants.

Aujourd’hui, elle allait rencontrer celui qui, contre tous, avait choisi de refaire d’elle une personne importante au sein de l’Etat et elle était parfaitement conscience qu’elle allait devoir payer le prix de cette faveur. La question était de savoir lequel. De ce qu’elle avait pu entendre, Ninomiya était un homme intelligent, tellement malin qu’il avait escaladé les échelons du pouvoir et prit la place de Iwa là où personne ne l’attendait. La politique gouvernementale avait pris un nouveau tournant sous sa gouverne : stricte et hypercentralisée, mais d’une efficacité redoutable. Sous aucun prétexte elle ne devait s’attirer ses foudres.

Elle avait repris mille fois ses justifications face au miroir de sa salle de bain. Oui, il avait été amoureuse d’Hadès. Oui, elle avait été conciliante en ce qui le concernait. Mais elle n’avait jamais perdu de vue cet objectif de le faire changer de camp et d’en faire un précieux allié. Ninomiya ne serait sans doute pas dupe, inutile de reproduire ce mensonge selon lequel cette histoire n’avait été qu’un savant piège orchestré de toute pièce : elle avait donné bien trop de sa personne pour ça.

Nouvelle inspiration. Tout se passerait bien. Et si par malheur les choses tournaient à son désavantage, la botte Mello serait sa porte de salut. Un peu de courage, puis elle se jeta dans la fosse aux lions.

Ninomiya l’attendait là, assis le plus calmement du monde. Il ressemblait en tout point au portrait que renvoyait les photographies : un visage inexpressif, un regard perçant qui transpirait l’intelligence. Elle salua avec toute la rigueur qu’imposait l’officialité de cette rencontre, aussi secrète soit-elle.

« Monsieur Ninomiya. Je suis honorée par la tenue de cette rencontre. »

Son regard tentait tant que mal de se concentrer sur le visage de son interlocuteur, bien qu’irrésistiblement attiré par ce curieux étalage au mur qui donnait malheureusement déjà le ton de la rencontre. Elle devinait de sa place le visage livide entouré de cheveux ternes d’Akira, un spectacle qui l’avait déjà mise en émoi et face auquel elle peinait encore à rester de marbre. Vite, se concentrer sur l’essentiel.

« Je tiens à vous remercier de la confiance que vous placez en moi Monsieur, sachez que je saurai présenter des résultats en conséquence. »


Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 74
Localisation : Dans les laboratoires.
Sam 23 Sep - 21:50
Le premier ministre eut un drôle de sourire en voyant le capitaine Fate Harlaown franchir la porte de son bureau. C'était une belle femme qui n'avait pas été gâtée par la vie. Il avait parcouru son dossier avant de la convier à venir par ici, et Dieu savait comme son parcours n'avait été évident. Un vrai petit miracle qu'elle se soit hissée jusqu'ici : l'affaire Hadès était le seul défaut dans cette carrière parfaite. Défaut ou coup de maître d'ailleurs, car si elle savait ce qu'ils en avaient fait, elle pourrait comprendre qu'elle avait agi pour Kira.

Ninomiya désirait donner à Fate Harlaown une nouvelle chance. Il n'était pas de ceux qui chuchotaient qu'elle avait trahi, et n'appartenait pas au groupe des traîtres jaloux de la place qu'elle avait réussi à se faire au gouvernement. Non, et au contraire, il savait que s'il lui accordait sa chance, elle ne lui serait que plus fidèle : et en ce moment, il avait bien besoin d'un nouveau pion.

Il suivit son regard jusqu'à l'image d'Hadès, blanchâtre, sur le mur. Sur cette photographie, il était difficile de reconnaître l'homme vivant et joyeux qu'il avait pu être. Lui-même avait du mal à identifier l'homme comme étant le jumeau d'Arashi Darkwood, c'était dire.

« Capitaine. »

Si le personnel du gouvernement le croyaient inoffensif à ses débuts, ils n'avaient pas tardé à comprendre qu'il serait plus actif que le précédent premier ministre et comptait bien éliminer tout trace de la résistance. À ce sujet, il se déplaça jusqu'à son bureau pour se saisir du petit carnet où il notait scrupuleusement toutes les informations qu'il avait eu un jour et le tendit à Fate, ouvert sur la page concernant Ishtar, ornée d'une grosse croix rouge.

« Vous devez vous douter que si je vous ai convoquée ici, c'est que j'ai mes raisons. Il y a quelques jours, j'ai rencontré cette demoiselle, réputée pour être la compagne de Mello. Au Japon, alors qu'elle avait été localisée à Londres par nos agents. Il y a quelques jours, vous êtes également rentrée, alors que depuis...Mh...Ce tragique événement, vous vous étiez exilée à Londres. J'en déduis que vous avez fait une découverte et je vous avoue que tout cela m'intéresse énormément. »

Ninomiya s'assit rapidement sur l'un des fauteuils dédiés aux invités, soufflant un peu : se reposer trop longtemps sur sa jambe fragile le fatiguait, il n'était pas un sportif. Regardant toujours le portrait d'Hadès, son esprit s'égara pendant quelques secondes sur le semi-shinigami qu'ils avaient recruté récemment : il allait devoir faire attention à toutes ses futures réactions, surtout si Fate était dans les parages. Il nota dans sa tête de demander à sa secrétaire une dizaine de rendez-vous pour le concerné au cours des prochains mois. Si c'était nécessaire, ils lui effaceraient régulièrement la mémoire, les souvenirs inconscients qu'il avait gardé concernant la résistance étant bien trop importants pour l'éliminer.

« Ne vous faites pas de souci concernant l'incident Hadès. J'ai eu vent de votre correspondance avec Suzaku. Enfin une chose pour laquelle il aura été utile...En revanche, Capitaine, j'aurais une proposition pour vous... », il s'interrompit quelques secondes afin de laisser un petit suspens, temps pendant lequel il enleva ses lunettes et les essuya minutieusement. « Une promotion. Un poste de ministre. De la Justice, très précisément. »

Sourire attendu, l'air totalement innocent, comme s'il avait oublié qu'il s'agissait d'un poste actuellement oublié par un élément gênant : Arashi Darkwood.
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 826
Age : 20
Jeu 5 Oct - 11:40
Ninomiya était de ce genre bien particulier d’individus dont on ne pouvait sonder la pensée. Sa moue légèrement amusée, quoi qu’il devait sans doute s’agir de ce qu’il pouvait produire de plus proche du sourire, aurait tout aussi bien pu vouloir la détruire que l’élever d’un simple paraphe sur un formulaire quelconque. Impossible de savoir à quelle sauce elle allait être manger. D’une certaine manière, l’arrivée de Ninomiya représentait une nouvelle chance pour elle. Il n’était pas homme à juger si hâtivement et n’avait dû suivre l’affaire Hadès que de loin au moment de son déroulement. C’était un pragmatique : tant qu’elle lui apportait de quoi huiler sa monstrueuse machine étatique, il continuerait de la traiter avec respect et bienveillance.

Elle saisit entre ses doigts qui peinaient à ne pas trembler le petit carnet tandis par le ministère et l’écouta patiemment parler. Oui, elle reconnaissait cette femme : celle qu’Hadès avait aimé, qu’elle avait cherché à contacter et qui avait tout simplement refusé toute discussion. Le problème de cette entrevue, c’est qu’en quelques secondes Ninomiya venait de lui prouver qu’il en savait bien plus qu’elle n’avait pu l’imaginer et que ses chances d’apporter des éléments nouveaux s’amenuisaient au fur et à mesure qu’il prenait la parole. « Rencontrer », c’était un bien joli mot pour faire comprendre qu’il l’avait tout simplement envoyé rejoindre son ancien amant : de son côté aussi, les nouvelles allaient vite.

Bien sûr qu’elle n’était pas revenue de Londres sans raisons. Là-bas, elle avait appris bien plus que ce qu’elle espérait et elle disposait désormais d’éléments qui pouvaient très clairement changer la donne dans la lutte contre la résistance. Et pourtant, après des années de service loyal, elle ressentait un besoin ardent et bien plus fort de venger Hadès de ses propres mains alors même qu’elle disposait de presque toutes les données permettant une mort propre et distanciée de Mello comme Kira savait les provoquer. Alors que le jeu du Ministre se dévoilait petit à petit, Fate se retrouvait tiraillée dans un nouveau conflit : choisir la voie de l’ordre et de la réhabilitation ou celui de sa vengeance personnelle.

« J’ai fait de nouvelles découvertes conséquentes à Londres, je pense qu’il est inutile de vous le cacher Monsieur le Ministre. » commença t-elle, les yeux rivés sur le carnet. « Excusez mon insolence, mais je ne crains cependant qu’en supprimant la dénommée Ishtâr Nagîna vous ne nous ayez privés d’un outil d’importance capitale. Qu’avez-fous fait du fils ? »

Elle reposa le carnet d’un geste calme et mesuré sur le bureau du Premier Ministre, en prenant soin de l’aligner dans l’angle, elle connaissait sa rigidité. Elle s’apprêtait à reprendre la parole quand sa proposition l’arrêta en plein vol. Ses grands yeux bleus plein d’incompréhension vinrent rencontrer le regard cristallin et perçant de son supérieur :

« … Je… Je suis honorée par votre proposition, Monsieur le Premier Ministre. Je crains cependant devoir la refuser. Darkwood fournit un travail qui, je l’espère, vous satisfait et dont je suis admirative. Je ne suis qu’une modeste femme de terrain et pense manquer des compétences nécessaires à la gestion de telles responsabilités. »

Une belle pirouette pour masquer son étonnement et désamorcer cette bombe que le Ministre venait très littéralement de lui jeter entre les mains. Arashi était la dernière personne avec laquelle elle pouvait se permettre d’avoir des complications, son dernier rempart contre la tempête administrative et ministérielle qui voulait sa tête. De plus, rien dans cette proposition ne sonnait vraiment juste : Ninomiya ne la connaissait que de réputation (et celle-ci était désormais largement entâchée) et accepter cette nomination la lierait sans doute à lui dans des proportions qu’elle imaginait dangereuse.

« Laissez-moi faire mon travail là où je suis la plus utile et compétente, je ne vous décevrai pas. » termina t-elle dans une énième courbette protocolaire.


Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 74
Localisation : Dans les laboratoires.
Lun 16 Oct - 12:00
En écoutant Harlaown s'exprimer, Ninomiya commença à tapoter lentement son bureau : cet acte lent avait tendance à le calmer, surtout lorsqu'il sentait poindre une trop grande excitation. Mello avait donc eu un enfant : il ne savait pas par quel moyen il n'avait pas été mis au courant de ce fait exceptionnel, mais, très franchement, il s'agissait d'un renseignement capital qui lui prouvait bel et bien que Fate, malgré son refus pour prendre la place de Darkwood, avait bien sa place ici.

Il s'attendait bien évidemment au refus du Capitaine pour prendre la place du ministre de la justice, mais, à vrai dire, il aurait espéré que celle-ci ait plus d'audace. C'était un poste important et malgré toutes ses compétences, Arashi Darkwood traînait derrière lui tout un paquet de casseroles toutes plus encombrantes les unes que les autres.

« Très bien, restez la Capitaine que vous étiez avant votre départ. Travaillez le double que vous le faisiez auparavant, vous devez justifier de votre départ auprès de vos collègues. »

Il était tout à fait sérieux en lui disant cela, conscient de l'état de panique causé par le départ de cette femme pourtant compétence. Rien que le fait de savoir qu'un résistant avait peut-être réussi à débaucher un de leurs agents, avant qu'il ne réussisse à mettre la main entre les échanges de courrier entre Suzaku et Harlaown, était scandaleux. Il pouvait facilement imaginer ce que pouvait ressentir ses collègues, et si Harlaown montrait des faiblesses, tout allait également lui retomber dessus.

« Par contre, ce que vous me dites là, c'est très intéressant. Mello a donc un fils ? ...Dorénavant, vous êtes sur ce dossier en priorité. Je veux savoir quel âge il pourrait avoir, si il est en âge, quelles écoles ont accepté un gamin eurasien récemment. Je veux tout savoir, dans les moindres détails, c'est actuellement notre seule piste pour remonter jusqu'à cet enfoiré qui nous nargue depuis bien trop longtemps. »

C'était un aveu évident pour lui signifier que pour lui, la mort de Mello n'était qu'un canular. L'ADN retrouvé sur le cadavre ne correspondait même pas à celui qu'ils avaient retrouvé dans plusieurs QG : d'ailleurs, Mello semblait être un fantôme car l'ADN qu'on lui attribuait était à chaque fois différent. L'échec de ses propres troupes le mettait dans l’embarrât, malgré une victoire flagrante et provocatrice concernant sa femme.

C'était un jeu d'échec géant dans lequel l'ennemi devait se croire acculé et presque capturé, dans lequel on tuait au fur et à mesure ses proches pour le coincer dans un coin comme une bête blessé. Les diverses attaques destinées à sa personne lui avait prouvé qu'il avait visé juste et, patiemment, Ninomiya tendait le piège, en attendant une plus grosse où Mello se livrerait tout seul.

« Je peux vous prêter quelques hommes qui sauront vous aider dans votre enquête. »

Son regard était perçant et il était évident qu'il faisait allusion à la troupe d'élite qui le suivait partout. Parmi eux, quelques uns avaient des souvenirs manifestes de la résistance et, malgré une mémoire totalement effacée et des précautions prises par sa part, ils pourraient mener Fate vers la bonne voie. Lui confier le sort de Saitô était sujet à dilemme, étant donné qu'il était tout à fait conscient du passé de son garde du corps, mais l'enjeu était encore plus grand.

« Monsieur Saitô. », appela-t-il, pour que la porte s'ouvre sur un homme entre 30 et 40 ans. « Si le Capitaine est d'accord, vous l'aiderez dans ses déplacements. »

C'était maintenant que toute observation allait être primordial : l'expérience pouvait enfin commencer.



Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 826
Age : 20
Dim 12 Nov - 12:27
Fate Harlaown savait pertinemment qu’elle venait de laisser passer la plus grosse promotion de sa carrière. Et pourtant, elle n’en était pas si attristée. Comme si sa vengeance, le cas Mello qu’elle ne pourrait gérer qu’indirectement à ce nouveau poste, venait de dépasser ses ambitions professionnelles sur son échelle des priorités. Elle était un esprit revanchard : le genre qui se construisait dans la frustration et l’attente du juste retour des choses, le genre qui n’avançait pas sans avoir fait totalement fi du passé. Le mépris de Ninomiya ne lui échappa pas pour autant. Elle n’avait sans aucun doute pas pris la meilleure décision pour continuer de brosser le Premier Ministre dans le sens du poil comme elle tentait de le faire depuis son arrivée.

« J’ai conscience du trouble que j’ai semé et m’emploie d’ores et déjà à le réparer, Monsieur le Premier Ministre. Je ne tolérerai pas que ma longue absence puisse nuire à l’efficacité de nos troupes d’une quelconque manière. » lui répondit-elle en osant, pour la première fois dans leur rencontre, défier son regard.

Ninomiya l’impressionnait, mais elle savait qu’il n’était pas ce genre d’hommes à vouloir éliminer l’insolence ou l’arrogance chez ses subordonnés. Les résultats du régime étaient sa priorité, et il continuerait sans doute de la tolérer, si ce n’était l’estimer, tant qu’elle y contribuerait. D’autant plus qu’elle venait, par une simple erreur, de se rendre indispensable. Fate était persuadée que l’existence du fils de Mello n’avait pas échappé au Ministre, et pourtant l’expression d’excitation naissante apparue sur son visage témoignait qu’il s’agissait d’une information nouvelle. Et en moins de temps qu’il ne lui en fallut pour s’expliquer, elle se retrouva chargée d’une enquête dans laquelle elle était pourtant personnellement impliquée et dont elle avait indirectement été écartée quelques mois auparavant.

« Je suis honorée par votre confiance et ravie de voir que le gouvernement a finalement cessé de fermer les yeux sur la prétendue mort sans histoires d’un grand chef résistant. » déclara-t-elle avec un sourire entendu, consciente de ce que les paroles de Ninomiya laissaient sous-entendre. « Et si vous me laissez constituer une équipe faite d’hommes de confiance, je vous promets des résultats concluants dans les plus brefs délais. »

Un élément continuait cependant de déranger la Capitaine. Ninomiya semblait insister pour inclure dans ce tout nouveau groupe d’enquête dont elle aurait la charge des éléments de son choix. Et le simple fait que l’un d’entre eux se soit caché derrière cette porte pendant tout ce temps témoignait du fait que le Premier Ministre orchestrait une manœuvre savamment planifiée. Fate dévisagea le fameux Monsieur Saitô qui venait de pénétrer dans la pièce d’un regard mauvais. Elle lui trouva d’abord l’air un peu benêt : il avait beau être carruré, sa taille moyenne et son visage un peu perdu lui donnaient l’air inoffensif. Et soudain, la manœuvre de Ninomiya lui parût évidente. Ce type serait sans doute là pour surveiller le moindre de ses faits et gestes et s’assurer qu’elle ne déborderait pas à nouveau. A ce jeu-là, elle ne pouvait perdre : elle serait la pire des hypocrites.

« Enchantée Monsieur Saitô. » déclara t-elle avec un sourire faussement accueillant et un poli signe de tête.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 908
Age : 26
Localisation : Dans le QG du gouvernement
Lun 20 Nov - 14:29
Ninomiya lui avait demandé de se mettre à côté de la porte comme il en était l'usage en cas d'infiltration et desfois que la rencontre orchestrée tourne mal, aussi avait-il obéi sans se poser de questions. Saitô ne se posait que rarement des questions : il obéissait, pressentait, mais c'était tout ce qu'il faisait. Le reste lui importait peut tant qu'au bout, il avait un lit douillet et des femmes régulièrement.

Il écoutait donc le premier ministre parler à cette femme qu'il n'avait aperçu que trop rapidement, plongé dans un journal au moment où elle était passée. De temps à autre, il grimaçait et se disait qu'il n'aurait pas aimé l'avoir comme ennemi : c'était tout ce qu'il détestait avec Ninomiya. Il était ce genre de type à te glacer le sang, à savoir tout de toi pour pouvoir te considérer comme une marionnette des plus manipulables à la fin. Il le terrifiait et cette peur que lui inspirait son patron l'empêchait de fuir, probablement parce qu'il se disait que personne ne l'aurait compris ou qu'il n'avait aucune réelle raison de ressentir tout cela.

Lorsque le premier ministre lui demanda d'entrer dans son bureau, la main du brave soldat appuya sur la poignée et la baissa. Il fit quelques pas en avant, puis esquissa un droit salut militaire, lui montrant que même s'il se relâchait un peu trop souvent, il savait se tenir.

Il comprit la demande du premier ministre, aussi son regard se fixa-t-il sur la blonde.

Il ne comprit pas ce qu'il se passa, mais il eut un moment d'absence. Comme un étourdissement, quelque chose qui le mit loin derrière tout ce qui pouvait exister.

Son corps n'était pas la sien et quelque chose qui semblait endormi loin au fond de lui se réveillait petit à petit. Il voulut réagir, mais aucun de ses membres ne lui obéissaient. Il voulut crier, mais le son ne sortait plus de sa gorge.


Takeshi cligna des yeux et sourit à la jolie blonde. Il lui adressa un salut discret, comme un gentleman l'aurait fait pour sa belle il y avait quelques années. Conscient de la présence toujours infortune de Ninomiya, sa bouche s'ouvrit pour prononcer quelques mots : il n'avait pas beaucoup de temps et il était épié, il en était conscient.

« Enchanté, Mme Harlaown. Je serai ravi de collaborer avec vous pour attraper Mello. »

Il prit une inspiration pour dire autre chose lorsqu'il comprit qu'il avait dépassé son temps. Hadès sombra de nouveau dans son sombre sommeil.

Respiration.

Takeshi sembla se réveiller après quelques secondes de sommeil. Il n'avait aucun souvenir de ce qui venait de se passer, mais son premier regard fut vers Ninomiya.

« Je ne veux pas le faire. »


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 74
Localisation : Dans les laboratoires.
Mer 27 Déc - 21:53
L'échange qui se déroula devant ses yeux était très intéressant et il fallut avouer que Ninomiya n'en manqua pas une miette. Depuis le moment où son employé était entré dans la pièce à celui où il avait salué le capitaine avec toute l'attention dont il était capable, donc dévorante et passionnée, le regard de Ninomiya devint médical, scientifique.

Avait-il eu raison de faire ce choix ? Son spécimen n'allait-il pas lui glisser entre les doigts ? Ninomiya estimait cependant qu'il avait pris toutes les précautions valables avant de se lancer dans ce projet et qu'il n'y avait aucune raison pour que Saitô redevienne ce qu'il avait été. La présence de Fate Harlaown devenait un sujet d'expérimentation, elle serait ce qui ferait annuler le projet Hadès si jamais le cobaye commençait à un peu trop se réveiller.

« Vous repartirez ensemble pour vous mettre d'accord quant aux modalités. Saitô a déjà collaboré avec la police de Kira concernant des arrestations, vous bénéficierez aussi de son instinct hors du commun. »

Les mots sortaient de sa bouche comme si ce discours était chiant au possible : en même temps, étudier les réactions de Saitô était mille fois plus intéressant et il était au moins sur son terrain : la science.

« Vous pouvez autrement constituer l'équipe de votre choix. Il n'y a que cet élément que je vous impose, et ne pensez pas que c'est pour avoir la main sur vous. Cela me décevrait que vous pensiez ça. »

Ninomiya tapota sur son bureau pour la énième fois. Son regard lâcha Saitô pour la première depuis qu'il était entré et il croisa les doigts. Il sourit doucement, comme s'il était en train de préparer un piège, ce genre de piège auquel vous ne pouvez pas échapper. Il voyait comment Fate était regardée, déchiffrée. Il savait que l'autre l'observait avec des yeux rêveurs : pire, des yeux qui avaient envie d'elle. En aucun cas, il n'aurait eu envie d'être à la place de son capitaine.


« Vous pouvez partir et vous mettre en action. Si possible, je le veux vivant pour lui faire un procès exemplaire. Si possible, bien sûr, je sais combien il est difficile de respecter ce genre de contraintes. »
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 826
Age : 20
Mer 7 Fév - 16:39
Fate Harlaown lorgnait sur le nouveau venu comme la troupe d’un cirque examinerait un animal fraichement acquis. Déjà parce qu’il lui semblait important de voir quel type d’élément on lui attribuait pour une mission si importante, ensuite parce que si son instinct ne la trompait pas, elle allait devoir apprendre vite à repérer les faiblesses et les failles de ce simili espion pour au pire s’en préserver, au mieux le renvoyer entre les jupons de Ninomiya à la première faute facilement imputable.

Et cela s’annonçait plus facile que prévu. Il y avait d’abord ce salut échappant à toute règle protocolaire et ce sourire benêt qui en disait long. Et puis soudainement, ce revers inattendu. Fate haussa le sourcil gauche, conservant avec toute la facilité qui la caractérisait son fasciès empli de mépris et de jugement.

« Vous ne voulez pas ? Je ne saurai tolérer aucune entorse aux règles de la hiérarchie Monsieur Saitô. » commença t-elle en prenant un soin tout particulier à accentuer son nom. « C’est un ordre doublé d’un honneur que Monsieur le Premier Ministre vous adresse. »

Elle avait pris le devant du Ministre pour corriger cette jeune recrue, consciente qu’il s’agissait là d’une forme d’insolence mais que son zèle ne pouvait que séduire Ninomiya dans cette situation où elle avait tout à prouver et que chercher l’approbation du Ministre comme un enfant le fait auprès de son professeur était sans doute la meilleure stratégie à adopter.
A partir de ce moment, elle se détourna complètement du rouquin pour se concentrer sur son supérieur hiérarchique. Etrangement, elle n’observa aucune réaction quant à ce qui venait de se passer. Presque comme si le Ministre s’y était attendu. Etait-ce parce qu’il s’était trouvé satisfait de sa réponse ? Elle l’espérait, mais désormais, tout dans cette collaboration sonnait comme un terrible traquenard.

« Son instinct hors du commun » ? Publicité mensongère ou véritable mise en garde ? Rien chez cet homme ne laissait deviner d’extraordinaires capacités d’investigation. Mais Ninomiya n’était pas fou. Ce type était là parce qu’il avait sa place dans ses desseins. Fate se contenta d’approuver les ordres du Ministre sans rechigner. Ses dires ne manquèrent pas de lui rappeler qu’il était un fin observateur : bien sûr qu’elle allait s’en méfier, se voir imposer ce seul élément sans claires explications n’avait aucun sens. Cependant, elle bénéficiait tout de même de la liberté de choisir le reste de ses collaborateurs et cette confiance placée en elle ne pouvait être que bénéfique.

Une fois les consignes du Ministre entendues, Fate attendit de se voir congédiée pour se lever poliment. Elle esquissa un sourire à ses derniers dires : Mello vivant ? Elle comptait bien aviser de son sort elle-même, malgré toutes les conséquences que cela pouvait engendrer. Avec toute la rigueur nécessaire, elle salua Ninomiya.

« Venez Monsieur Saitô. » lui lança t-elle alors que, le dépassant, elle l’invitait à lui emboîter le pas. « Il y a de nombreuses choses que vous et moi allons devoir mettre au clair. »

Elle ferma délicatement la porte du bureau du Ministre, traversa en silence le long couloir qui menait à l’ascenseur, s’avança la première et ordonna à l’appareil d’entamer sa descente fulgurante vers le sous-sol. Là seulement, elle entreprit d’accorder ce qui n’était que son second regard à cet élément perturbateur. Compensant sa petite taille par son regard bleu perçant, elle fit un pas vers lui avec un air de menace et ne lui adressa que ces quelques paroles :

« Je ne vous ferai pas de cadeaux, Saitô. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 908
Age : 26
Localisation : Dans le QG du gouvernement
Dim 4 Mar - 20:26
Takeshi était stressé, très stressé. Il avait le sentiment que quelque chose qu'il ne maîtrisait absolument pas venait de se passer, en témoignait la manière dont le premier ministre le regardait. Il aurait voulu se faire tout petit, partir à mille lieues d'ici, c'était pourquoi il avait manifesté son refus face à une telle équipe, en fait.

Il avait le sentiment qu'il allait changer, s'il restait avec cette femme. Il sentait sa personnalité se faire avaler et s'il n'avait eu que quelques secondes d'absence, qui pouvait lui garantir que ce ne serait pas plus la prochaine fois ? Takeshi Saitô était fébrile, pour une des premières fois de son existence. Ses mains tremblaient légèrement et son teint étaient un peu plus pâle.

« Je vais le faire. Pardonnez-moi pour mon insubordination. », fit-il avec maladresse. Il n'en pensait pas un mot, mais il était terrifié par son supérieur, de cette figure à l'apparence calme mais qui savait un peu trop de choses à son goût.

Ninomiya ne tarda pas de les congédier. Il ne put s'empêcher de grimacer lorsqu'il l'entendit vanter ses qualités « exceptionnelles », jouant habilement avec les mots. Il la suivit jusqu'à l'ascenseur, se dépêchant pour arriver à sa hauteur : elle était plus petite que lui, mais elle avait une contenance et se déplaçait vite. Saitô entra à ses côtés dans l’ascenseur et ferma de nouveau les poings en entendant sa menace.

« C'est à cause de ce que j'ai dit avant, Capitaine ? »

Il était complètement perdu. Il comprenait que tout n'était pas de son côté et qu'il avait dû apparaître comme un élément rebelle au sein de ce gouvernement si normé, mais ce ne devait pas être la seule raison. S'attendait-elle à se voir confier l'intégralité de cette traque ? Vivait-elle sa venue comme celle d'un espion de Ninomiya dans son camp ? Si c'était le cas, Saitô pensait qu'il avait le devoir de la rassurer, il était un agent à part entière et n'avait pas pour devoir de faire des rapports de ses activités chaque soir. Sa seule contrainte envers le premier ministre était un rendez-vous une fois par semaine où il devait parler de lui. Et sans doute devrait-il lui parler d'Harlaown, certes.

« Je compte mettre mes capacités pour traquer cet homme. Ne pensez pas que je suis un espion du premier ministre ou quoique ce soit. J'ai déjà été sur des missions de la sorte et j'ai réellement une bonne intuition. Ninomiya veut avancer vite. Il a besoin d'un fait marquant pour rendre encore plus officielle sa nomination. Certains partisans de Junichiro Iwa l'estiment trop mou. »

La politique était compliquée dans les couloirs des ministères comme elle l'était dans ceux de la mafia. Si Ninomiya s'était fait remarqué par des exécutions massives de résistants au début de son mandat, il avait préféré aller plus vers la prévention par la suite et ses méthodes manquaient de résultats selon des membres influents du gouvernement proches de Kira. Il était pressé.

« Je ne vous l'ai pas dit, donc officiellement : Enchanté, Mme Harlaown. Je serai ravi de collaborer avec vous pour attraper Mello. », répéta-t-il sans savoir qu'une autre bouche avait prononcé ces mêmes mots quelques minutes plus tôt.


Join us !



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Warhammer 40K
» [MOSELLANS] Nouveau RADAR fixe (Pont de Beauregard)
» Nouveau Tapis de Bataille Citadelle
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira-
Sauter vers: