Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

All work and no play make Jack a dull boy { pv Aidan

 :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 69
Localisation : Dans les laboratoires.
Lun 17 Juil - 0:15
Yuzuku Ninomiya était installé dans un bureau immense, lui-même situé au milieu d'une pièce d'une taille assez peu raisonnable et il avait l'air d'attendre.

Les mains croisées par dessus quelques dossiers, il attendait patiemment la prochaine visite qui viendrait agrémenter son après-midi. Pour l'occasion, il avait acheté une nouvelle canne et avait pris un rendez-vous chez le médecin pour la soirée : il n'était pas frileux, mais concernant ce genre de rencontre, il préférait faire attention.

Depuis qu'il était premier ministre, Yuzuku Ninomiya avait vu ses formules scientifiques se transformer en sinistre blabla diplomatique. Dans un premier temps, il avait eu un peu de mal à se faire au poste, mais il avait vite compris qu'il pouvait donner un certain prestige à la fonction du fait de sa froideur de scientifique. Il avait fait entrer le corps de semi-shinigamis qu'il avait lui-même composer au sein du gouvernement, les faisant passer auprès du commun des mortels comme une brigade spéciale, comme l'était celle de l'ancien premier ministre.

Les hommes – ou plutôt les êtres – qu'il avait engagés étaient tous parfaits, et pour cause : il en était leur créateur. Il avait ouvert chacun de leurs corps pour y implanter des améliorations nécessaires, en faire des créatures parfaites. Bien sûr, beaucoup étaient morts des conséquences impromptues de ces greffes, mais au moins, ils avaient eu le mérite de faire avancer la science dans le bon sens.

Le premier ministre était en forme : il avait eu une visio-conférence avec le président des USA qu'il avait réussi avec brio un peu plus tôt dans la journée, tournant assez habilement ses menaces pour dissuader ce petit joueur de contacter l'ONU – il n'était pas idiot, il savait que derrière leurs dos, les occidentaux complotaient pour « délivrer le monde du joug de Kira ».

Yuzuku décroisa les mains pour ranger un peu les dossiers qui étaient sur son bureau, jusqu'à ce que quelqu'un toque à sa porte. Ha, c'était la secrétaire.

« C'est l'heure, faites-le entrer. »

Tout le monde n'avait pas accès au cabinet du chef du gouvernement. Sa montre affichait 11 h 30 et il hocha lentement la tête, sortant de la pile de dossiers un assez épais au nom de l'homme en question.

Aidan Priest était un drôle de semi-shinigami. Par « drôle », il l'était à cause du lien qui les liait : expédié dans un plafond lors d'une opération, Yuzuku avait mis des mois de rééducation avant de pouvoir remarcher. Il boitait encore aujourd'hui et son genou lui faisait terriblement mal les jours de pluie.

Il ne le détestait pas, mais il ne prétendait pas être clément avec cet homme qui avait gâché sa vie non plus.

Apercevant sa silhouette, il lui fit signe de s'asseoir.

« Bonjour...Nous allons commencer l'entretien mensuel. Comment vous sentez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Lun 17 Juil - 0:59
Son évaluation mensuel était aujourd'hui. Plus le temps passait et plus il trouvait celles-ci inutile. Aidan n'étant pas dupe, il savait que ce n'était qu'une manière pour son père de gâcher sa vie aussi discrètement et légalement que possible. Il entra dans le bureau guidé par une femme d'à peu près son âge qui l'appelait monsieur et qui portait des vêtements à la fois élégant et révélateur. Une fois à l'intérieur, la jeune femme quitta la pièce en fermant derrière Aidan.

- Salutation Père... nous nous sentons de mieux en mieux depuis notre transformation. Dite moi... es-ce que chacune des chimères que vous avez créé me ressemble ? Es-ce que chacun de ces êtres est destiné à se demandé qui est "Aidan" et qui est "l'ombre" ? Si je fais de mieux en mieux la différence entres-nous deux, je dois avouer qu'il y a des jours ou nous sommes d'une telle symbiose que nous nous sentons mélangé. Au fait comment va notre mère ? Celle que j'ai sauvé avant de... d'être apporté ici.

Ombre s'étira jusqu'à être vis-à-vis la secrétaire trop curieuse qui m'avait amené ici. La seule chose qui les séparais l'un de l'autre était une fenêtre. Ombre regardait avec fascination la secrétaire qui ne semblait pas se rendre compte qu'elle était observé. Ombre cogna bientôt délicatement le verre afin de signaler sa présence à la secrétaire. La secrétaire pencha l'oreille pour mieux entendre faisant d'elle une proie parfaite.

- Non petit frère, nous ne sommes pas ici pour assouvir tes fantasmes salaces.
Pourquoi on peut pas frapper sur papa comme on l'a déjà fait...c'était amusant. Pourquoi ne peut-on pas faire rougir cette femme qui ne se mêle pas de ce qui la regarde.

- Bon alors Père quel genre de tests inutiles vais-je passer aujourd'hui ? Car nous savons tout les deux que si je suis autant surveiller par vous ce n'est pas car je suis inquiétant n'es-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 69
Localisation : Dans les laboratoires.
Lun 17 Juil - 10:07
Il était vrai que certains semi-shinigamis l'élevaient au rang de Père. Ce n'était aucunement lui qui leur avait ordonné de l'appeler comme cela, il pensait même que cette appellation était un petit blasphème à elle-seule. Ninomiya regarda dans le blanc des yeux l'homme qui avait failli le tuer. Même si son nom, Aidan Priest, figurait sur le dossier, il n'en aurait eu besoin pour se rappeler le pourquoi du comment il était ici.

Toutes ses expériences n'avaient pas le droit à un suivi mensuel. En réalité, seuls quelques éléments récalcitrants ou en passe de le devenir en bénéficiaient. En apparence, Aidan avait l'air d'un garçon extrêmement normal : des traits qui transpiraient la normalité, ni trop grand, ni trop petit pour son âge. Il était l'élément parfait à envoyer en mission lorsqu'on voulait rester discret. S'il n'y avait pas eu ce pouvoir, cette espèce d'Ombre qui se matérialisait en dehors de lui, contrairement aux autres, cet élément aurait été parfait. Terriblement exploitable.

« Semi-shinigami. Ce que les laboratoires ont créé ne s'appelle pas « chimères » »., fit-il en secouant légèrement la tête. Les chimères n'existaient pas, ou seulement dans leurs rêves les plus fous. Ce que Kira leur avait permis de créer était bien plus. « Tu es...Mh...Tu es unique. Tous les autres ont des capacités différentes des tiennes. Ton cas est...ma foi...très intéressant. Quant à ta « mère », il semblerait que cette femme soit sauve, mais je n'ai point de détails. »

Ne jamais attirer l'attention d'une expérience sur quelque chose d'autre trop tôt. Maintenir sa sécurité ici était déjà assez préoccupant, surtout avec un tel monstre à ses côtés. Ninomiya sentit brièvement son genou qui le relançait.

« Laissez-la tranquille. Elle est nouvelle, elle n'a pas l'habitude des choses étranges. Vous risquez de la faire mourir de peur. »

Il ouvrit le dossier comme s'il ne s'était rien passé, reprenant le formulaire depuis le début. Il ne fit pas attention à la remarque d'Aidan car il était le chef et lui le cobaye.

« Bon. Tu as dit que tu ressentais une confusion avec la capacité que tu as eu. Que parfois, tu ne savais plus qui était qui. As-tu trouvé un moyen pour vous dissocier, précisément ? Un souvenir qui n'appartiendrait qu'à toi ? Un objet avec qui tu aurais une certaine affinité. »

Ninomiya se leva, puis boîta jusqu'à lui.

« Matérialise-le, fais-le disparaître plusieurs fois. Je veux voir si tu peux contrôler ses apparitions. Recommence une dizaine de fois. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Lun 17 Juil - 10:51
- Ce n'est peut-être pas le nom que vous nous donnez mais c'est ce que nous sommes. Le résultat insoupçonné de scientifiques obéissant travaillant sur la création d'un être parfait selon vos critères. Nous, nous sommes les échantillons tests subvenu avant le bon résultat. Du moins... c'est ma théorie. Peu importe le nom que vous nous donnez, nous restons des abominations créé par l'homme et non par la nature. Puis je pris une pause. - Ne me prenez pas pour un con. Nous sommes deux à réfléchir dans ce corps je vous rappel et même le plus basique des humains se retrouvant dans ma situation aurait l'intellect nécessaire pour savoir que si vous nous surveillez autant et bien vous devez surveiller vos associés d'encore plus près...du moins ceux qui sont dans la confidence de notre existence.

Lorsqu'il me demanda de la laisser tranquille, j'eu un sourire en coin. Un rire retenu. - La laisser tranquille ? Savez vous tout ce qu'elle représente pour mon ombre ? Un objet de désir. Pas sexuel vous vous doutez bien, mais plutôt comme un jouet destiné à se faire malmener ou bien comme les fourmis qu'on grille à la loupe. Il se produit un phénomène étrange dans son esprit lorsqu'il est tenté.C'est comme si au début il voyait la beauté et qu'ensuite il voudrait exploré celles-ci en profondeur pour qu'à la toute fin... ce jouet se retrouve brisé. Bien sure que je le retiens, c'est ce que je fais chaque fois qu'il pose son regard sur une tentation d'ailleurs. Faite attention à votre manière de formuler vos phrases père car pour ombre la faire mourir est surement son objectif quoi qu'involontaire.

Lorsqu'il me demanda si j'avais un souvenir auquel me raccroché, je levai les yeux pour le regarder direct dans les siens.
- Je n'ai plus aucun souvenir clair. J'imagine que c'est un effet secondaire plus qu'appréciable pour vous n'es-ce pas ? Quoi qu'il en soit, père votre humour me fera toujours rire. Vous nous traitez comme de véritables armes ou c'est tout du moins mon cas et ensuite vous me demandez de faire appel à mon humanité ? Y a t-il plus ironique comme comportement ?

Lorsqu'il expliqua ce qu'il désirait de moi, je souris du même sourire que lui. - Voyez vous père... Ombre n'est pas comme un troisième bras mais plutôt comme un siamois. Il n'obéira toujours qu'à condition de le désirer. Chanceux que vous êtes, nous travaillons très bien en équipe.

Ombre sortit de terre et engloba mon bras puis le nuage noir engloba tout mon corps créant ainsi un être hybride entre moi et lui. Mes yeux se superposant aux siens et mon corps en entier au sien. Puis bientôt sans explication, Ombre alla se réfugier dans mon ombre et le bruit de la porte se fit bientôt entendre. C'était la nouvelle secrétaire.

- Je...hum... monsieur j'ai cru voir une masse noir dans toute la pièce, es-ce une panne d'électricité ? Dois-je appeler un réparateur. Dès qu'elle claqua la porte suite à la réponse de Père, je repris. Ombre se plaça devant moi et se plaça entre moi et Père allongeant ses mains en griffes et laissant des marques sur le bureau de Père. Ombre regardait père directement dans les yeux. - Nous sommes maintenant presque en parfaite symbiose... et je suis d'accord avec lui qu'il est nullement nécessaire de le prouver en jouant les singes savant.
Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 69
Localisation : Dans les laboratoires.
Mer 19 Juil - 21:29
Ninomiya hochait lentement la tête en écoutant Aidan, notant dans sa tête quelques unes de ses paroles et se promettant d'y revenir. Qu'il ne compte pas sur lui en tout cas pour lui expliquer les pathologies des autres semi-shinigamis : c'était classé secret défense, mais par contre, ce que pensait la chose l'intéressait. Qu'elle ait une conscience propre, c'était tout à fait inédit : après, rien ne garantissait que ce n'était pas le cobaye qui lui prêtait une conscience et n'animait en conséquence.

« Tout va bien...N'appelez personne et n'entrez pas ici. Combien de fois dois-je vous le répéter ? », fit-il en se tenant l'arrête du nez en réaction à l'arrivée de la secrétaire. Elle ne resterait pas longtemps ici, à fourrer son nez un peu partout, celle-ci. Il ne pouvait malheureusement pas les recycler dans les laboratoires, mais elle n'avait pas connaissance d'assez de dossiers sensibles pour être foutue à la porte d'un coup de pied.

Ninomiya secoua légèrement la tête en voyant que l'Ombre manifestait sa colère en frappant son bureau. En tant normal, il aurait trouvé cela très intéressant et l'aurait sans doute consigné dans un rapport, mais là, ça n'allait pas du tout : il avait donné des ordres et on ne les avait pas activé. Et, justement, le fait que cette créature manifeste ses émotions de la sorte était la preuve qu'Aidan ne la contrôlait pas – ou n'avait aucune volonté de la contrôler.

Le premier ministre s'assit sur un des confortables fauteuils normalement destinés aux visiteurs. Il tapotait ses doigts contre un des accoudoirs d'un air assez impatient.

« Je crois que nous ne nous sommes pas bien compris, Aidan. Je ne suis pas ton ami ou ton père. Je suis ton supérieur hiérarchique. Je suis celui qui commande. Je donne un ordre, tu obéis. », distraitement, il décala la tête vers la droite afin d'adresser un regard assez flou à l'un des tableaux qui décoraient son bureau. « ...Tu sais ce qui arrive à ceux qui n'obéissent pas ? »

Son regard s'était fixé de nouveau sur l'expérience de laboratoire. Honnêtement, Ninomiya n'aurait aucun scrupule à le renvoyer de nouveau de là où il faisait pour lui faire retravailler sa mémoire et effacer l'étrange souvenir qui le hantait. Ce n'était pas rare, les semi-shinigamis qui commençaient à avoir des souvenirs de leurs vies antérieures et qui devaient rapidement se faire opérer.

« J'attends. »

Ninomiya ne bougea pas, attendant qu'Aidan fasse ce qu'il lui avait dit un peu plus tôt, soit s'entraîner à maîtriser cette ombre dont la personnalité était un peu retorse.

« Et ne t'avise pas de me toucher, il y a au moins une patrouille complète qui observe tes mouvements. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Jeu 20 Juil - 0:57
- J'ignore quel genre de famille ou d'amis vous avez, mais si je vous aurais un jour considéré comme mon ami, je ne crois pas que votre jambe serait en si mauvais état aujourd'hui. Puisque vous nous voyez comme des outils, j'imagine que ce qui nous arrives lorsqu'on est jugé défectueux est tout simplement d'être jeté. Je n'ai nul besoin de réfléchir pour savoir cela soyons honnête. Cessez de vous jouez de moi. L'intimidation et la maltraitance psychologique ne mènera toujours qu'à un seul et unique résultat aussi bien chez les hommes que chez les animaux dressés : des blessures pour celui qui a tiré le plus fort des deux sur la corde. Ombre réagit non seulement à ma volonté mais à mes émotions alors me mettre en colère ne le rendra jamais plus obéissant. Maintenant que j'ai été clair avec vous "Cher supérieur hiérarchique" Je fermai les yeux afin de ralentir mon rhytme cardiaque.

Ombre se matérialisa devant moi tel un reflet. Un reflet noirci sans trait distinct si ce n'est qu'il avait ma grandeur exacte et qu'il se tenait debout. Bien qu'il n'avait pas de yeux ou d'orifice susceptible d'être comparé à des yeux, il posa son regard sur moi puis sur père. Il disparu dans le sol comme si il aurait marcher dans un trou.

- Voilà une fois. Ombre se matérialisa de nouveau mais cette fois-ci il apparu du plafond la tête en bas comme si il cherchait quelque chose puis il rentra la tête de nouveau dans le plafond. - 2 fois... Je me leva et me mis au milieu de la pièce. Ombre apparu de mon dos bien que toujours attaché. On aurait dit des ailes décharné. Les ailes décharné disparurent-3ième fois. C'est bon ça vous va ? Je le contrôle assez bien pour vous ? Je pourrais faire ça toute la journée à condition d'être calme un minimum

Revenir en haut Aller en bas
Yuzuku Ninomiya
Premier Ministre
avatar
Messages : 69
Localisation : Dans les laboratoires.
Mar 25 Juil - 19:40
Les doigts de Ninomiya tapotèrent l'accoudoir de son siège jusqu'à ce que, énervé, il décide de se lever d'un pas pressé.

Sa mauvaise humeur était aussi flagrante que son énervement face à un semi-shinigami qui échappait à tout contrôle de sa part. Et en tant qu'ancien directeur des laboratoire et surtout actuel chef du gouvernement, Ninomiya haïssait tout ce qui pouvait s'échapper de son contrôle.

Bon.

Il avait fait un discours digne de Hollywood  sur les conditions de traitement des cobayes récalcitrants – bordel, il savait qu'il aurait dû se la fermer, là-dessus, ce type attendait toujours le bon moment pour ouvrir sa bouche et le lasser irrémédiablement.

En vérité, face aux semi-shinigamis récalcitrants, le gouvernement n'avait pas 36 000 solutions. La première et sûrement la plus utilisée était le lavage de cerveau. C'était rapide, efficace à 100 % des cas et pour cause : c'était également la technique qu'ils utilisaient pour leur faire oublier toute leur vie antérieure. La deuxième, et à ce jour jamais expérimentée, c'était l'exécution pure et dure. Étant donné que les semi-shinigamis étaient pour le moment resté dans leurs laboratoires, ils n'avaient jamais expérimenté la cour martiale, et pourtant...Songeur, Ninomiya pensa que Priest devrait un peu se calmer s'il ne voulait pas être arrêté pour le motif de « trahison envers Kira ». C'était clair, net et précis, surtout de nos jours.

« Bon, déjà, tu vas arrêter de te foutre de ma gueule. Je n'ai pas besoin que tu me sortes un discours digne des pires films sentimentaux. Un petit rappel donc. Tu fais partie de la milice privée du premier ministre...Donc moi, si tu t'en rappelles. Comme tu appartiens à ce corps d'élite, tu dois obéissance et respect à Kira, au premier ministre et à l'armée. Je ne pense pas te maltraiter sur ce coup-là, vu la manière dont tu m'as parlé, il serait tout à fait justifié que tu subisses le même sort que n'importe quel employé de Kira si tu lui parles avec insolence ou ne fais pas ton devoir. Dis oui ou non, mais ne réponds pas plus, je prendrais cela comme un manque de respect si tu t'exécutes. »

Il posa ses coudes sur son bureau et joignit ses mains, pensif. S'il était quelque chose qu'il devait travailler avec Aidan Priest, c'était sans doute sa relation avec la colère. Comme il l'avait dit tout à l'heure, il méprisait moins l'Ombre dès qu'il était animé par des sentiments extrêmes. D'après Ninomiya, c'était quelque chose qui pouvait tout à fait se contrôler, du moins si le semi-shinigami admettait qu'il avait un problème. Yuzuku était loin d'être fin psychologue, mais il fallait bien commencer par quelque chose.

« Bon. Revenons à cette séance. Assis-toi. »

Il attendit quelques secondes que l'autre s'exécute.

« La colère. Je souhaite que tu me parles de ta colère. Depuis quand est-elle présente ? Te quitte-t-elle parfois ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Quartier d'affaires :: QG du gouvernement de Kira-
Sauter vers: