Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Lun 3 Juil - 12:26

« Est-ce que … v-vous avez vu cet homme ? »

Mello lui passerait un savon s'il savait ce qu'elle fait. Parcourant les rues de Tokyo, elle montre la photo de son frère, a qui veut bien regarder. Montrer la photo d'un membre de la Résistance. Cela pourrait attirer de graves ennuis. Mais soyons honnête, au point où elle en est, Ella se fiche d'être arrêtée. Et même si ça arrive, elle ne trahira pas la Résistance. Préférant mourir plutôt que parler. Peu importe la douleur. Ils ont déjà essayé après tout.

De plusieurs heures, elle est dehors. La nuit est tombée. Mais pas assez tard pour le couvre feu. Alors, elle reste, elle cherche. Le froid se mélange au désespoir. Personne n'a vu Mayu. Il ne peut pas être mort. Il ne peut pas. Elle le sait. Quand les résistants arrêtés ces dernières années ont été exécuté par le premier ministre … La mort dans l'âme, elle a consulté la liste. Mayu n'y était pas. Il est en vie. Ou mort depuis bien avant.

Chaque pas est une torture. Chaque regard sur ce sourire figé lui donne envie de mourir. Les sourires de son frère, aussi perfide soient-ils … Ils lui manquent. Son absence est un trop gros fardeau sur ses frêles épaules. Il hante ses pensées, ses journées, ses nuits. Après tout, Mayu a toujours été sa raison de vivre. Son jumeau. Son âme sœur. Oh ce n'est pas un lien dans la tendresse, de deux frères et sœurs si proches qu'ils se confient tout. Non, Mayu est la personne la plus malsaine qu'elle connaisse. La plus dangereuse. Un sociopathe qui lui a privé de sa vie, créant une dépendance, la privant de tout entourage pour qu'il n'y est que lui, et toujours que lui. Ella en a bien conscience mais ne s'en formalise pas. C'est leur manière de vivre, de fonctionner.

Il faut qu'elle le retrouve. Les recherches ne donnent rien. La mafieuse refuse d'accepter que tout ce qu'elle peut faire, c'est de prier pour qu'il soit en vie. Il faut qu'elle le trouve. Peu importe ce qu'il se passe, elle doit le trouver.

La fatigue commence à se faire ressentir. Ella chancelle mais ne lâche rien. Elle continue de marcher et d'interroger les passants. En vain. S'autorisant une micro pause dans une ruelle, Ella perd l'équilibre, prise d'un vertige et tombe à genoux sur le sol. La photo lui échappe des mains, tombant dans une flaque d'eau. D'un geste précipité, elle veut s'en saisir, mais un nouveau vertige la prend. Ella se fige et crache du sang. Non non non non … pas maintenant. Ce n'est pas grave, tout va bien. La brune inspire un bon coup et nettoie sa bouche d'un revers de la main. Tout va bien.

Tout va … Mayu. Mayu. Mayu. Il faut que tu reviennes.

Des bruits de pas se font entendre. Son cœur bondit dans sa poitrine. Rapidement, elle attrape la photo et se relève. Plantée devant la jeune femme qui vient d'apparaître dans la ruelle, Ella brandit sa photo sous son nez.

« Je ch-cherche cet homme .. Vous l'avez v-....... Qu'est-ce que vous faites ? »

Ella remarque un peu tard les affiches déchirées dans les mains de la jeune femme. Tout comme elle remarque trop tard que le couvre feu à sonné depuis un bon moment maintenant.

« C'est du … van-vandalisme ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Localisation : Au pays des Cochons d'Inde.
Mar 4 Juil - 10:08
Coucou la nuit. C'est l'heure du saccage. L'heure où le vandalisme à petite échelle saute de sa fenêtre et se fond dans les ombres, un sourire sur ses lèvres masquées par une écharpe aussi noir que la non-lumière dans laquelle il évolue.
Haruko est là, dehors, dans les rues, goûtant l'air froid d'un après-couvre-feu qu'elle connaît si bien depuis le temps qu'elle le fréquente.

_" Tu te souviens quand Kira n'avait pas encore pris le pouvoir ?"
_"Non, j'étais trop petite à l'époque."


En l'honneur de ces années sans souvenirs et de ceux qui en portent encore la mémoire, pour ceux qui rêvent de retrouver leur liberté et pour ceux qui ne peuvent la découvrir, Haruko court, portée par la légère brise qui souffle dans son dos.
Cette nuit, comme toutes les autres nuits depuis six ans déjà, les affiches de Kira vont tomber. Dans quelques jours, d'autres les remplaceront. Et elle sera là pour les détacher. Aujourd'hui, elle a choisi un grand panneau du style panneau publicitaire, portant une large affiche.
Celle ci porte le slogan de Yuzuku Ninomiya, et montre un côté si avantageusement hypocrite de Kira que la jeune femme a vaguement envie de vomir. Mais son esprit se ragaillardit bien vite alors qu'elle observe le circuit d'escalade qu'elle va emprunter pour atteindre le haut de l'affiche.

D'abord s'éloigner un peu pour rejoindre le muret à côté du mur sur lequel est exposée la honteuse propagande. Puis attraper le petit arbre pour s'aider de ses branches et atteindre le haut du grand mur. De là, elle se tiendra au rebord, face à la surface plane et se laissera tomber contre l'armature carrée qui fait office de cadre. Ainsi elle pourra en massacrer une bonne partie tout en restant agrippée au mur. Peut-être recommencera-t-elle deux fois pour s'assurer de bien l'abîmer.
Et si le bruit attire quelque policier, elle disparaîtra aussitôt du bon côté du mur avant de s'échapper en passant par un toit. Mais surtout, elle restera en hauteur.

De toute façon, pour le moment, elle s'attaque au bas de l'affiche. A l'aide d'un couteau et d'une petite truelle métallique parce qu'on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a, elle s'emploie à déloger le papier du cadre, le décollant méthodiquement avant de le déchirer pour laisser les morceaux aborder une vie de liberté temporaire à travers les rues de la ville. En attendant de se retrouver dans une poubelle.
Plus ou moins accroupie par terre, la jeune femme s'extasie en silence sur le grand pan de papier qu'elle a réussi à retirer à la verticale rien qu'en tirant dessus. Bon, il y a une bonne partie qui est restée collée mais on n'y voit plus la couleur de l'encre d'imprimerie. C'est à ce moment là qu'un bruit sourd parvient à ses oreilles, puis un autre. Quelqu'un qui s'étrangle ? Pas très prudente pour le coup, ses outils à la main ainsi que le papier chiffonné qu'elle a pu retirer, elle abandonne sa besogne pour aller donner vérification quand à ce qui se passe.

Bien vite, elle aperçoit une jeune fille, adolescente à première vue, à quatre pattes sur le sol humide, qui s'empresse de se relever pour lui mettre une photo sous le nez.

_"C'est de la famille à vous ? Jamais vu, je le crains..."

Sincèrement désolée, elle hausse les épaules avant de froncer les sourcils, prenant note de la question et d'un petit quelque chose bien étrange. La main se lève doucement pour poser ses petits doigts frais au coin des lèvres de l'inconnue.

_"C'est du vandalisme. Et ça, c'est quoi ? Vous êtes résistante et vous avez tagué des messages anti-Kira sur le sol avec de la peinture plus naturelle que les teintures chimiques ? Ou bien, et je pencherais pour cette solution là, vous auriez plus votre place au chaud à l'intérieur qu'ici dans la rue à aggraver l'état de ce qui ne va pas dans votre corps ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Présent] - Premier contact [Pv : Tenshi]
» Premier contact ~ « affaire de faussaire »
» Havrias, le premier contact.
» Premier contact
» Le premier contact depuis votre arrivé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Tokyo - Zone RP :: Vieille ville-
Sauter vers: