Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Clyde "Meiji" Whitehill - There'll be a golden ladder reachin' down ...

 :: Prélude à la nouvelle ère :: Fiches de présentation :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Lun 26 Juin - 1:45


Fiche de présentation

Informations Générales


Véritables noms et prénoms :
Whitehill, Clyde. Lui seul connaît à la fois ses nom et prénom. Le prénom est réservé à ses plus proches.

Faux noms et prénoms (ou/et pseudonyme) :
Meiji, le Songeur (pour ses partisans), The Man (pour ses ennemis).

Âge :
Incertain, varie selon les papiers.

Convictions politiques :
La lumière. 

Rôle :
Chef de la rébellion.

Descriptions


Physique :
Meiji est en soi une exception parmi les japonais : grand, blond, les tempes souvent couvertes d'une barbe de trois jours. Autre décalage, le garçon est lent. Au milieu des foules pressées de Tokyo, lui marche à son rythme, prend le temps d'observer, et chacun de ses gestes semble réduit à son essence. Cependant, rares sont ceux qui le reconnaissent. Meiji sort rarement ; et quand il sort, c'est un sans domicile fixe que personne ne remarque.

C'est son regard qui frappe. Bleu, vert, gris, parfois doré, personne ne lui donne la même couleur et cela importe peu. Car en vérité, tout est dans la pureté. Les yeux du Songeur sont les miroirs d'un monde éthéré, oublié des Hommes.

Caractère :
Meiji est un être de sérénité. Chacun s'accorde sur ce point : jamais personne n'a vu cet homme perdre son calme. Tout simplement parce qu'il en est incapable. La quiétude est dans ses gènes. Il n'est pas de ce monde, car il en a vu d'autres. Il a l'humilité de reconnaître que tout est éphémère, et que le temps passé sur Terre n'est qu'un passage. Cela lui donne un recul spectaculaire sur n'importe quelle situation. Ainsi, le Songeur trouve naturellement sa place au centre de la toile. L'univers tel qu'il le voit est un entrelacs de fils d'énergie, qu'il ressent et qu'il sait manipuler. D'aucuns appellent cela le “Troisième Œil”, ou encore le don du roi Salomon : cette capacité à percevoir l'âme de l'autre, cette “intelligence du cœur” donnée aux prophètes. Pour ses apôtres – car c'est le nom qui les décrit le mieux, Meiji est un homme d'une suprême sagesse.

Pour ses ennemis, sa politesse royale et son sang-froid à toute épreuve témoignent d'un manque d'empathie : c'est un sociopathe illuminé. Point de sur-intuition, encore moins de pouvoirs médiumniques selon la position officielle de l’État. Meiji est une machine à décrypter les comportements. Son talent affûté par la pratique ne lui sert qu'à mieux manipuler des innocents et à les conduire au terrorisme. Le gouvernement de Kira ne manque pas une occasion de le rappeler – le gourou le plus brillant est le plus dangereux. Car les masses peuvent en faire un dieu. Or il n'y a qu'un seul véritable Dieu sur terre : Kira.


Particularités ?
Son physique pourrait déjà être vu comme particulier pour le Japon. Il en a conscience et limite les apparitions publiques. Lâcheté selon la propagande de Kira, humilité selon ses soutiens.

Histoire

Demande ce que tu veux que je te donne.

- Il est là ? Tu es sûr ?
- C'est l'adresse qu'on m'a donnée.
- Vérifie encore.
- Je n'ai rien noté, idiot. C'est interdit.

Fujiwara fronça le nez et se tut. Dans la barrière, une planche s'était déchaussée. Les deux hommes l'écartèrent et passèrent de l'autre côté. Un vent constant sifflait sur le terrain vague, couchant les buissons épineux et les mauvaises herbes. Les lueurs nocturnes de la ville se reflétaient dans les tessons de bouteille. Le mutisme de Fujiwara ne dura pas.

- Je vois rien.

Son compagnon, un dénommé Ota, inspira à fond pour garder son calme. Tâche difficile : ils n'étaient pas censés être là tous les deux. La milice pouvait passer. Elle n'avait aucune raison de passer par là, mais elle pouvait. Et si elle passait, si elle les trouvait ici, ils auraient du mal à se trouver un prétexte. Fujiwara n'arrangeait rien. Il lui communiquait son stress.

- Tu crois quoi ? grogna Ota.  Qu'il va apparaître dans un flash de lumière, que les anges vont jouer de la trompette ?
- Vu ce qu'on nous a raconté, ça me surprendrait qu'à moitié. Je veux dire, il en fallait un de la hauteur d'Hadès.
- Il paraît que c'est un genre de prophète.
- Il paraît. Si le ciel nous l'a envoyé, alléluia.

Ota retint un soupir. Il parcourut le terrain du regard. Fujiwara parlait toujours.

- C'est vrai qu'il est blond ? Ce n'est pas de la teinture ?
- Il a un grand-père, ou un arrière grand-père … enfin, un mec qui était soldat américain. Il est venu après 45 et ses descendants sont restés.
- D'où est-ce que tu sais ça ?
- Des rumeurs.
- Juste des rumeurs. Super. Ce type est fait de rumeurs.
- On n'a rien de plus et tant mieux. Faudrait pas que la milice tombe dessus. Surtout vu ce qui s'est passé avec l'autre enculé.

"L'autre enculé" était devenu un surnom agréé du Premier ministre parmi les rebelles. C'était presque un nom de code : tous les membres du gouvernement étaient des enculés. Seuls les connaisseurs savaient qui était "l'autre".

- … tu crois qu'il nous recevra ?

Ota sourit à son ami.

- Tout le monde est le bienvenu à la maison du vrai cœur.

Cela, il en était sûr.

- Regarde, lança Fujiwara en tendant le bras.

Ota suivit son geste et repéra enfin quelque chose d'intéressant. Tout au fond du terrain, se dressait une cabane faite de tôles et de cartons. Un drap en masquait l'entrée. Juste à côté, un feu brûlait dans un vieux baril.

- Tu penses que c'est là ? murmura Ota.
- Si oui, c'est du génie.
- Tu m'étonnes que la milice galère.

Ils s'approchèrent de la masure. Elle semblait morte. Derrière le drap qui servait de porte, il n'y avait que des ténèbres.

- Peut-être qu'il n'est pas ici, suggéra Fujiwara.
- L'heure est la bonne, pourtant …

Un chien aboya au loin. Ils sursautèrent comme un seul homme.

- Shin Ota, Tarô Fujiwara.

Ils se retournèrent brusquement. Un homme se tenait devant la cabane, affublé d'un vieux pull à col roulé et d'un jean. Ils ne l'avaient pas entendu arriver. Ota eut la confirmation de la rumeur : le Songeur était blond. Et il avait un regard qui valait deux galaxies.

- Il fait plus chaud près du feu, dit-il.

Sa voix était d'une mélodieuse tranquillité. Les deux novices s'approchèrent par réflexe du baril. Il ne leur avait donné aucun ordre ; la chaleur du feu n'en fut que plus plaisante. C'était un don. L'homme les rejoignit. Il serrait dans ses mains vêtues de mitaines une petite pile de papiers. Les deux amis reconnurent les documents : c'étaient des tracts que distribuaient les partisans de Kira depuis une semaine.

“Yuzuku Ninomiya : enfin une nation propre !”


Feuillet par feuillet, avec une lenteur et une précaution scolaires, Meiji se mit à tout jeter dans le baril. À cet instant, il semblait accomplir l'action la plus importante de l'univers, et rien n'aurait pu l'en détacher. Ota et Fujiwara échangèrent un regard. Ils avaient préparé un long discours de présentation, pour se vendre, le convaincre qu'ils voulaient, pouvaient aider la cause. Ils réalisèrent qu'ils avaient tout oublié. Meiji leur sourit. Des fossettes se creusèrent au coin de ses lèvres.

- Ne vous inquiétez pas. Vous êtes des hommes bons.

Qu'en savait-il ? Quelle terrifiante naïveté lui permettait de ne rien demander, de simplement faire confiance ?

- Vous pouvez nous tester, marmonna Ota. On est sûrs de nous. On s'est entraînés.

Le Songeur se contenta de les observer. Le feu jouait sur son visage, enflammait ses pommettes. Ses cheveux ressemblaient à un buisson ardent – une couronne rayonnante sur sa tête pâle. Les deux amis comprirent alors. La vérité les frappa comme un bâton sur un gong : ce soir, il fallait juste profiter de la chaleur du feu.

Meiji fendit sa pile de tracts en trois. Il leur en donna un tiers chacun, gardant le dernier. Ota et Fujiwara contemplèrent leur pile. Puis, ensemble, au fond du terrain vague où nul n'allait jamais, les trois hommes commencèrent à nourrir le feu.


De l'autre côté de l'écran ?

Vous  ?
 Le même vieux poisson rouge.

Votre âge :
Optionnel, dites-vous ?  

Comment avez-vous trouvé le forum sur le net, que pensez-vous de lui ?
Nul, monstrueusement nul. Je ne pense pas y rester longtemps. 

Quelque chose à ajouter ?
 Do you want a cup of tea ? If it changed, I look cruche.

Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 370
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 26 Juin - 12:40
re-re-re-re bienvenue !

Super fiche ! J'ai hâte qu'on fasse un RP entre tous les chefs de la résistance : on a du boulot !

Tu es validé sans aucun souci, tu connais le chemin des demandes de RPs et de tout sur le forum !

(et Ninomiya n'apprécie pas du tout son surnom :o)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Golden ladder | Kevan & Tywin & Jeyne
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand
» Cinquième édition du Golden Month of Hobby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Prélude à la nouvelle ère :: Fiches de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: