Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 23 Avr - 21:21
Le mois qu'elle a passé à l’hôpital était semblable à l'enfer. Les médicaments ont provoqué des illusions. La jeune mafieuse était hanté par le souvenir de son frère jumeau. Mayu. Celui dont elle ignore s'il est en vie ou non.

Lorsqu'elle c'est réveillée de son coma quelques années plutôt, ce fut pour apprendre la mort de son frère. Son monde a basculé avec cette nouvelle. Plus tard, prise en otage par l'ennemi, elle a comprit la mascarade. Mayu est en vie et travaille pour Kira. Et bien plus tard encore, Hadès lui a révélé que c'est lui qui a envoyé son frère jouer les espions.

Au final, la mafieuse n'a jamais su la vérité. Les a t-il trahit ou non ? Connaissant son frère, les deux options sont probables s'il a vu son intérêt quelque part. Après la mort d'Hadès, Mayu a également disparu. Il y a de grandes chances qu'il soit mort lui aussi. Mais .. Son frère est bien trop orgueilleux pour mourir. Non, il est certainement en train de préparer on ne sait quoi, on ne sait où.

Lorsqu'elle a pu quitter l'hôpital, la première idée de la mafieuse fut de trouver l'agence de Mello. Elle savait qu'il allait venir la chercher mais Ella souhaitait le surprendre en prenant les devant. Non, la jeune femme ne pensait pas tomber sur Mayu. Mayu et son sourire énigmatique. Ca, ce n'est pas une illusion. Mais il a tout aussitôt disparu.

Pendant près de trois mois, elle est partie à sa recherche, fouillant Londres puis remontant au dernier endroit où elle l'avait vu vivant, au Japon. Son voyage fut long et éprouvant. Car même si elle est pour le moment tirée d'affaire, la demoiselle a toujours eu une santé très fragile. Le traitement a fait son effet, mais elle n'est pas à l'abri de rechuter. Une greffe de moelle épinière réglerait le problème mais pour le moment personne n'est compatible. Mais Ella ne se fait pas de soucis avant l'heure, pour le moment, ses problèmes sont réglés.

C'est bredouille qu'elle retourna à Londres.

***

Trouver l'agence de Mello ne fut pas difficile. L'approcher en revanche, c'est une autre histoire. Voila maintenant plusieurs heures qu'elle est assise au café non loin de l'agence, l'observant de loin d'un air anxieux. Elle a peur de voir la tête blonde et furax sortir du bureau. Il faut dire qu'elle lui a involontairement posé un lapin. Mello c'est-il inquiété ? Hm. Peut-être. Ou peut-être pas. En tout cas, vexé comme un poux, ça, c'est une forte probabilité.

Finalement, prenant son courage à deux mains, elle se lève et commande un chocolat chaud pour son boss. L'amadouer ? Un peu, tout de même. Elle traverse la rue et longe le trottoir jusqu'à l'agence. Retenant son souffle, elle frappe à la porte. Des cries lui répondirent. Sursautant elle fait plusieurs pas en arrière, avant de comprendre qu'ils ne sont pas adressés à elle. En fait, Mello ne l'a certainement pas entendu frapper. Alors elle ouvre doucement la porte, très légèrement, juste entrebâillé.

"Aaaaaah !" Mais Ella bondit en arrière, juste à temps, alors que la chaise se fracasse brusquement contre la porte. Mauvais timing, très mauvais timing.

La mafieuse est sur le trottoir, sur les fesses, le chocolat à moitié renversé sur elle.

"B-Boss ..."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 425
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 24 Avr - 18:02
La découverte de la chambre vide d'Elliana, un beau matin, alors qu'il venait de dépenser quelques pièces pour un bouquet de fleurs rouges, le marqua considérablement. Par marquer, considérez que l'ancien chef de la mafia fut pendant quelques temps dans un état assez colérique, ne manquant pas une occasion pour agresser amis, clients et quelques vases et classeurs qui ne lui avaient absolument rien. Plus que la colère, c'était, pour la première fois, l'inquiétude qui transparaissait chez Mello : il l'avait quittée en mauvaise santé et elle avait disparu pratiquement juste après. Il ne savait pas s'il devait lier leur rencontre à sa disparition soudaine, mais il était certain que c'était le cas et s'en voudrait considérablement si on retrouvait la fine silhouette d'Elliana Rokudo, quelque part entre un mur dégueulasse et des poubelles minables.

Ce n'était pas qu'il appréciait particulièrement la gamine. Au contraire, il la savait obéissante à Hadès depuis toujours. Elle avait jadis été un élément qu'il devait surveiller et, au mieux, employer pour espionner son confrère. À son réveil et lorsqu'il avait appris l’instrumentalisation de son frère par la résistance, il en avait eu fortement pitié et, dégoûté par l'esprit de Hadès qui lui mentait de la sorte alors qu'il la considérait comme sa fille, avait essayé de l'éloigner de toutes les missions compliquées.

Toutes les missions compliquées, jusqu'à l'incident Harlaown, où, il l'avouait, avait mal mesuré l'importance des protagonistes et des enjeux. Il ne pensait pas, non plus, que cette sorcière irait jusqu'à torturer une gamine qui n'avait de rêve que des relents de vieille liberté.

De la pitié, c'était ça. Juste de la pitié. De la pitié et de l'inquiétude pour quelqu'un qui n'aurait pas dû se retrouver au cœur de ce conflit injuste. Elle était comme Matt, comme tous ceux qu'il avait entraîné dans sa chute alors que sans lui ou d'autres personnes abjectes.

Mello avait eu une journée affreuse. Les clients avaient défilé devant ses yeux sans qu'il ne parvienne à réellement les trouver intéressant. Il le fallait bien, pourtant, et il avouait volontiers que ce boulot ne lui procurait jamais l'affaire du siècle. Ses pensées étaient ailleurs et, à la première heure de l'après-midi, il envoyait la plupart de ses dossiers volant en criant quelques grossièretés qui ne pouvaient sortir que de sa bouche. Les dossiers n'étant pas suffisamment – lorsque le rouge est tombé, il a revu cette affaire de chinchilla perdu et piqua une crise, estimant que ses clients n'avaient rien de plus à foutre que de l'emmerder pour des conneries pareilles. La pauvre chaise, normalement attribuée aux clients de la file d'attente, en fit d'ailleurs les frais car il s'en empara et le jeta contre le mur en face de lui...

...Au grand malheur de la personne qui venait d'arriver.

« Ella. »

Impossible de ne pas reconnaître son timbre de voix, sa démarche ou ses yeux. Elle était ce qui le rapprochait le plus à sa vie d'avant, aussi se précipita-t-il sur elle, à la fois furieux et angoissé. Le verre de chocolat qu'elle tenait dans ses mains s'était renversé sur elle, les mains de Mello s'activèrent donc pour lui retirer son haut, sans vraiment se rendre compte que la situation était assez gênante.

« Tu as mal ? C'est brûlant ? J'ai une salle de bain, mais débarrasse-toi de ça immédiatement ! »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 25 Avr - 13:44
"Boss" murmure Ella en se rendant compte que c'est bien rare que Mello l'appelle par son surnom et non par son prénom entier.

Sans lui laisser le temps de se poser de questions à ce sujet ou même de se redresser, Mello se précipite vers elle. Si vite qu'elle est prise d'un mouvement de recule, ne souhaitant pas être victime de la colère légendaire du blond. Mais s'il c'est rapprocher, c'est bien par inquiétude. D'autant plus déstabilisant. La situation dégénère et en moins de temps qu'il ne faut pour le réaliser, la jeune femme se retrouve en soutif.

"B-b-b-boss !!!!" s'écrie Ella d'une voix aigue. Le teint rouge écrevisse, elle voit le moment où elle va perdre connaissance, mais à la place, ses bras se croisent contre sa poitrine pour se cacher comme elle le pouvait.

Une salle de bain, il ne lui en faut pas plus. Arrachant son haut des mains de Mello, elle se redresse brusquement et rejoint rapidement l'agence ou plutôt la salle de bain de l'agence. Maintenant seule, sa respiration redevient régulière. Un soupire franchit ses lèvres. La mafieuse se penche vers le robinet et se rafraîchit un peu afin de retrouver des couleurs plus naturelles.

Morte de honte, elle se demande encore comment elle va pouvoir se représenter face à son chef. Pas dans cette tenue en tout cas. Se débarrassant rapidement des taches de chocolat sur elle, la brune s'empare d'une serviette propre qu'elle garde contre elle avant de sortir de la salle de bain. Ou plutôt de sortir juste la tête.

"Je ... Il me faut un haut ..."

Même si le vêtement est trop grand, elle est maintenant vêtue plus convenablement. C'est tout de même étrange de se voir flotter dedans. Tout de même plus présentable, elle retourne vers Mello. Il a sans doute eu le temps de se calmer. Doucement, elle redresse la chaise qui par miracle ne s'est pas cassée et la pose en face du bureau. Ella ne se permet pas de s'asseoir. A la place, elle se met un peu en retrait dans un coin de la pièce. Son oeil valide regarde un peu de partout, sans se poser vers Mello. Embarrassée, les joues légèrement rouges, elle ne sait pas trop quoi dire. Ella se frictionne les mains, se tortillant les doigts à moitié cachés par les manches.

"Je .. Je suis désolée .. De mon absence ..."

Elle n'arrive toujours pas à l'affronter du regard.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 425
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 30 Avr - 21:01
Mello, au moment où il s'était rendu compte de ce qu'il faisait, s'était retourné en rougissant presque, la laissant fuir vers la salle de bain pour se rincer. Dans la précipitation, il ne s'était pas vraiment rendu compte de ce qu'il était en train de faire. Il contempla d'ailleurs ses mains pendant quelques minutes, un peu pantois, avant de se reprendre.

Il était Mello, il en avait vu pire...même si, en y pensant, si Ishtar avait été présente dans la pièce, elle ne se serait pas gênée pour l'envoyer d'un gros coup de pied, lorsqu'il avait tâté la poitrine – un peu petite pour lui – de son ex-employée. Comme le gros mufle qu'il était, Mello fit comme de rien n'était, les pommettes pourtant bien rouge, se contentant de sortir une chemise trop grande d'une armoire lorsque Elliana le lui demanda.

« Tssk. »

Il voyait rouge, vert, gris, bleu à la fois, se précipita vers son bureau où il s'assit négligemment sur ce fauteuil si confortable. La seule solution alors que venait de se produire ce phénomène si inattendu, c'était sans doute de faire comme rien ne s'était passé et de se comporter le plus insolemment possible : c'est pour cela que le blond balafré posa ses lourdes rangers sur le bureau à peu près propre. Et qu'il poussa un soupir bien sonore, tapotant, énervé, sur le bois du bureau.

« T'en mets, du temps. T'es irresponsable au possible, t'es au courant ? Putain de merde, Rokudo ! T'étais malade ! T'es conne au point de quitter l'hôpital qui te guérissait ! »

Il y avait de l'énervement dans le ton de Mello, mais aussi du soulagement. Soulagement de la voir ici dans ce bureau au lieu de penser qu'elle était en train de crever au fin fond d'une ruelle. Il se sentait en quelque sorte responsable de ce boulet, maintenant que Hadès lui avait refilé le bébé, et franchement, ce n'était pas un cadeau.

« Putain, mais quoi ! Prends un siège ! Je ne vais pas te bouffer ou te faire crever d'épuisement ! T'as intérêt à tout me raconter depuis le début ou je te bute. D'ailleurs, t'as intérêt de faire super gaffe, parce qu'il y a 90 % de chances que je te bute, vu l'état de mon énervement !!! »

Violemment, il ouvrit un tiroir pour en sortir une dizaine de tablettes de chocolat à la qualité discutable,n'étant plus en contact avec Wonka depuis son départ du Japon. Il déchira le papier de la première avec la brutalité qui était la sienne, et croqua dedans d'un bon coup...Dieu, il eut l'impression de renaître. Il n'avait pas mangé de chocolat depuis quand, déjà ? Au moins dix minutes, probablement. Il laissa le cacao fondre sous sa langue puis, prit de nouveau la parole.

« T'as intérêt à être précise et me cirer les pompes. J'ai p'tete un poste pour toi, mais faut encore que je sois de bonne humeur pour te filer. Et plaire à mon frère DRH. », fit-il, parlant évidemment de Matt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: City :: "Willy and cie", agence de détective-
Sauter vers: