Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partenaire particulier cherche partenaire particulière <3 { pv Aaron

 :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Westminster :: St Mary's Hospital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 27 Nov - 21:05
À côté de l'hôpital, il y avait tout un monde que les hommes normaux ne se seront pas ravis de connaître : grands conteneurs dans des hangars verrouillés où étaient jetés par précaution bandages usées, seringues vides et tout le bordel que pouvait connaître les établissements du genre.

Mello errait. Il avait fracassé un gros bidon qui avait eu le malheur de se trouver sur son chemin, ajusté d'une main le grand manteau qui lui tenait chaud et constaté qu'il faudrait sans doute qu'il change le bandage de son poignet foulé. Le grand chef de la mafia avait l'air pâle, en cette matinée à peine commencée. Il traînait des cernes et ses cheveux, normalement si bien coiffés étaient noués à la va vite en queue de cheval et lui retombaient, en partie, dans la figure.

Le blondin enquêtait en ce moment sur un trafic de médicaments qui lui avait été reporté dans cet hôpital : c'était la raison de sa présence ici, alors que pas un chat n'était réveillé. Il notait, scrutait tout élément qui pouvait être réveillé à cinq heures du matin dans cet endroit si inhabituel. Jusqu'à présent, il avait pu croiser, interroger une femme de ménage qui semblait un peu trop louche pour qu'il la laisse tranquille, un clodo qui avait élu domicile dans une des ailes discrètes du bâtiment – n'a-t-on pas idée, ça puait les déchets nucléaires, ce bordel, et deux ou trois personnes qui semblaient plus paumées qu'autre chose à cause de l'heure et de l'immense dédale que constituait cet hôpital.

Son contact – donc le MI6 quand il l'avait briefé sur l'affaire – avait bien insisté sur le fait que les échanges se déroulaient à cet endroit et, n'ayant pas confiance en son intermédiaire, le blond avait cherché des preuves. En effet, dans différentes chiottes, il avait trouvé des messages codés menant vers la direction indiquée par Near. Putain d'albinos, il détestait quand il lui prémâchait le travail de la sorte et qu'il ne le considérait pas comme un détective à part entière ! Mello trouva un poteau suffisamment confortable pour lui servir d'appui et se permit de se relaxer quelques minutes sans pour autant fermer les yeux.

Si un jour il trouvait Near seul, dieu savait ce qu'il pouvait lui infliger, et, là-dessus, Mel' hésitait entre différentes formes de tortures très spécifiques : foutre le feu à ses jouets ou lui raser entièrement la tête. Jusque là, rien de très nouveau à l'horizon et il était amusant, sinon consternant de constater que Mello était toujours bloqué et poussé à haïr Near dans une étrange obsession qui finissait constamment par lui mettre des bâtons dans les roues.

Mello entendit un bruit et releva la tête : quelqu'un arrivait dans le secteur. Par réflexe, il checka sa veste, lui confirmant que son revolver n'avait pas changé de place depuis qu'il avait fait ce mouvement pour la dernière fois. Depuis l'attentat raté contre Light Yagami lors du carnaval, il était alerte et un peu paranoïaque, surtout que plusieurs sites internet craignos avaient prophétisé son retour. Bandes de cons.

Bon. Un pas, deux pas.

Survêt' dégueulasse.

« Bonjour. Je fais une petite enquête. Vous pourriez répondre à quelques questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mer 30 Nov - 4:21
Une, deux, trois quatre pas. Le bruit des chaussures se frottant contre le sol asphalté alors que le brun marchait résonnait dans la ruelle où il se trouvait. Son foulard était remonté au niveau de la bouche, protégeant son cou et la partie basse de son visage du froid matinal de Londres. Le soleil n'était pas encore levé, ce qui faisait que les alentours étaient plutôt sombres et peu illuminés. Les rares néons qui s'allumaient commençaient peu à peu à s'éteindre. Ses yeux bleus se posèrent un peu partout. Rien a l'horizon. Les gens n'étaient toujours pas réveillés, sembleraient-ils.

Tant mieux. Il était bien que le monde soit silencieux comme ça alors qu'un chaos y régnait. Les récents événements étaient encore présents dans son esprit, comme s'ils le hantaient. Il n'avait plus vouloir y penser un peu plus, ils revenaient toujours sous forme de successions d'images rapides dans son esprit. Le rythme de ses pas augmentaient et il jeta un regard sur la montre accroché à son poignet, une montre de bien piètre marque, mais qui fonctionnait quand même. Il y avait encore du temps.

Pour un travail, il devait se rendre à l'hôpital. En espérant que les acheteurs seraient présents. Il devait agir en tant que garde du corps et il avait été averti que l'échange pouvait tourner mal vu la tension entre l'acheteur et le vendeur. Cela se passait toujours comme ça, généralement. Quelque chose tournait toujours mal, mais il trouvait toujours le moyen de s'enfuir pour se cacher un moment. Il réussissait toujours à s'enfuir. Toujours. Mais la sécurité avait été renforcer depuis quelque temps depuis le carnaval. Les forces de l'ordre semblaient plus anxieuses et patrouillaient plus fréquemment. C'était devenu risqué.

Il mit le pied dans une ruelle sombre, comme convenu, ses yeux bleus se démarquant facilement dans le noir ambiant de la ruelle d'une hôpital. Alors qu'il marchait, il s'arrêta soudainement. Une voix. Puis il tourna son regard vers l'origine de la voix. Un homme, d'après ce qu'il voyait. Il ne l'avait jamais vu, mais pourtant, quelque chose lui disait dans le fond que cette personne lui était familière.

''Drôle d'endroit pour faire une enquête'' répondit Aaron en croisant les bras. ''Tu enquêtes sur quoi ? La lutte contre les déchets toxiques ?''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Ven 2 Déc - 12:18
Ce type en survêtements ne lui était pas inconnu : et pour cause. Il inclina sa tête vers la droite, là de penser que c'était cet idiot du carnaval qui pensait qu'il avait la meilleure répartie du monde. Il fit également une moue lorsqu'il entendit ses paroles, se disant qu'il était évident qu'il avait l'air louche et qu'il devait enquêter sur le pourquoi du comment il était ici.

« J'enquête sur les types qui prennent ce coin pour un raccourci. J'en ai pas chopé beaucoup vu l'heure, mais tu vois, c'est comme de gros poissons. »

En tant que détective, il n'avait pas les mêmes droits que les flics, et pourtant, quelque part, il était moins coincé qu'eux concernant les restrictions dues au système. Pas de loi ni de consigne à qui se fier : quel bonheur et si les criminels n'étaient pas contents, ils devraient se sentir heureux de s'en tirer en vie.Sur le coup, il se demanda si vraiment ce type était lié au trafic de médicaments sur lequel il devait enquêter : la réponse était sûrement positive car, à part des femmes de ménages, les gens qui passaient ici n'étaient pas légion. Et qu'avait-il comme vêtements, tout au plus ? Il ne put retenir un sourire goguenard en voyant comme Aaron était habillé...ça, on pouvait en rire, c'est pas le fric qui devait couler dans sa baraque.

« En fait, j'suis détective. Harry Preston Clarke. Ce serait dommage pour toi de fuir, tu as été filmé. Et si tu refuses que je te pose des questions, ce serait un peu considéré comme un délit de fuite et tu seras encore plus suspect. »

Pour la caméra, c'était vrai : il avait pris ses précautions et avait vérifié avant de venir auprès du personnel où étaient placées les caméras de surveillance. S'était placé à un point stratégique où les suspects, dans tous les cas, seraient dans l'angle de vue. Tout ce qu'il lui manquait – et si Aaron était coupable, il le savait aussi – c'était une preuve. Quelque chose qui lui permette de relier la personne interrogée au crime et même s'il fuyait, cela rendrait Aaron encore plus douteux pour lui mais n'en ferait en aucun cas un coupable.

Un suspect, c'était comme un animal dangereux : ça s'apprivoisait, doucement, calmement. Fallait lui donner un peu de viande pour qu'il lâche le morceau et se repaisse.

« Alors, on commence. Rassure-toi, t'es pas encore le coupable définitif pour le moment et les deux personnes passées avant toi y ont eu le droit aussi. Je veux ton nom, ton âge, ta nationalité, la raison de ta présence ici, et ce que tu faisais la nuit du 30 août. »

Le 30 août, il y avait eu une disparition énorme de médicaments, lui avait signalé le directeur de l'établissement. Il s'adossa contre un grillage, chercha une tablette de chocolat dans sa poche et croqua dedans à pleines dents.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Sam 3 Déc - 4:14
Plus il regardait l'homme, plus son esprit essayait de localiser la provenance du sentiment de familiarité qu'il avait avec cette personne. Son esprit farfouillait dans chaque recoin de sa sombre conscience, mais même avec tous ses efforts, il ne semblait pas pouvoir retracer les origines de cette personne. Peut-être avait-il été un compagnon de travail dans le passé ? Aaron avait pas mal travaillé au noir et pour plusieurs types de boulots, comme garde du corps ou bien racketteur. Ce type de travail semblait correspondre à son physique. Le visage impassible, le regard froid et calculateur, l'attitude neutre, mais combattant. Il avait le parfait type du criminel louche. Qui ne roulait pas sur l'or.

''J'imagine que tu as raison. Les sans-abris qui doivent venir ici s'abriter doivent faire de bon suspect, n'est-ce pas ?'' Répondit-il après qu'il ait répondu à sa première question.

Il vit des dents blanches se former dans le noir. Un sourire, et pas des plus charmeurs. Restant impassible, il ne put s'empêcher de penser qu'il devait surement se moquer de son accoutrement. Peu lui en importait. Ce qui comptait, chez lui, c'était ce qu'était la personne. De beaux habits ne font pas une belle personne. Puis il se présenta sous le nom d'Harry Preston Clarke, détective. Qui avait des caméras en plus. Fort bien.

''Geralt Roger Eric du Haute-Bellegarde, trente-deux ans, français. Je vis ici depuis un moment déjà. La nuit du 30 août, j'étais dans un gym en train de m'exercer comme a l'habitude. Si tu ne me crois pas, j'ai des tas de témoins avec moi qui seront plus que ravis de vouloir... Aider dans cette enquête.''

Ce qui était un mensonge. Cette nuit, il était ailleurs avec des collègues de travail... À faire une certaine chose en leur compagnie... en rapport avec des marchandises assez spéciaux.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 5 Déc - 21:21
Il s'était mis dans une position comme s'il faisait un tant soit peu attention à ce que Aaron pouvait bien lui dire comme mytho. Concrètement, il n'était aucun moyen de savoir si ce que lui racontait ce putain de clodo était vrai ou pas. Pas de papiers d'identité, aucune preuve, même s'il se ferait un plaisir d'aller vérifier son alibi au gymnase.

Même si...à quoi bon, ce connard serait déjà loin, si c'était lui qui avait fait le coup. Pour le moyen, il avait son visage comme preuve. Avec deux ou trois éléments en plus, il pourrait aller plus loin, comme pour tous les autres qu'il avait interrogés avec minutie.

« Les déchets radioactifs...chouette comme planque. T'as caché où ton troisième bras, mon cocu ? Bon, pour l'alibi, ça me suffit. J'pense que t'as autre à foutre qu'aller chercher des putains des médocs et les échanger à des mafieux. Te nourrir, par exemple. », fit-il, de pas trop mauvaise humeur contre toute attente.

Le bras gauche toujours emballé dans un paquet surprise, il finit la tablette de chocolat qu'il avait vulgairement entamée, puis jeta distraitement l'emballage dans son sac. Il faisait froid, il avait une paire de gants en cuir qui convenaient tout à fait à un motard comme lui...du moins il serait toujours un motard si un fils de pute ne lui avait pas marché sur la main pendant le carnaval. Comme si Roger Eric (bordel, quel nom pourri, rien que pour ça, ce type méritait de se faire arrêter) avait soudainement gagné au gros lot, il sortit du sac un bouteille de vodka, pas trop lourde, mais suffisamment pour réchauffer le clodo qu'il était.

« Tu veux partager ? ...Importé directement de Russie, t'as du pot, mon chou, je reviens de chez mon fournisseur. »

Toujours très tranquillement, il lui tendit la bouteille de sa main qui n'avait subi aucun dommage. Là, contre ce grillage, il ressemblait presque à un détective corrompu, s'emmerdant de son propre boulot.

Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mar 6 Déc - 4:47
La pénombre des lieux lui faisait défaut comme il lui donnait l'avantage. En cas de pépin, il pourrait toujours s'enfuir, puisqu'il semblerait que ce détective n'ait pas vu plus en détail son visage et son foulard allait lui cacher au moins la partie inférieure du visage. Restait que ses cheveux, ses yeux et ses vêtements a s'en occuper. Ce qui ne serait pas trop difficile non plus, le problème sera par contre ces caméras si jamais il décidait de vouloir pousser l'interrogatoire à un niveau ou Aaron ne voudrait pas répondre. Par chance heureusement, il ne décida pas de vouloir pousser son interrogatoire plus loin, disant que son alibi était plus que correct. Tant mieux. Il ne voulait pas de victimes collatérales. Il y a eu déjà assez de morts comme ca.

Son visage resta toujours impassible lorsqu'il lui fit part d'une pique. Il était habitué à ce genre d'insulte. Ses vêtements laissaient en effet à désirer sur ce qu'il était et franchement, ce n'en était que trop vraie. Il n'avait aucun diplôme, avait eu une vie presque merdique et surtout, peu était prêt à l'embaucher. La voie du crime lui offrait pourtant de beaux paquets d'argent. Surtout ici. Ce que c'était fou ce que les gens étaient capables de payer pour avoir ne serait-ce qu'un peu de marchandise magique. Allait-il recevoir un paiement aujourd'hui ? Sans doute que non. Il va falloir lui trouver un autre travail.

''Je me nourris sans problème, merci. Ce que c'est incroyable ce que l'on peut trouver dans des poubelles.'' Répondit-il sur un ton monotone.

Car oui, le sarcasme était aussi un attirail secret d'Aaron.

Le détective sortit d'un sac une bouteille d'alcool et lui en proposa un peu. D'un geste de la main, il refusa.

''Non merci. Je me suis déjà assez saoulé hier soir. Je ne veux pas trop réitérer l'expérience, surtout avec un pareil matin.''

Il sortit d'une poche un téléphone bon marché et s'accota à un mur proche de lui et envoya un texto au fournisseur qui devait venir. Puis il le referma et le rangea dans sa poche après l'avoir supprimé et regarda une nouvelle fois Harry.

''Dis moi, que fait donc un détective pour ne pas se faire chier en attendant d'attraper un bon poisson ? Il boit tout le temps ?''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 7 Déc - 22:20
Mello rangea la fameuse bouteille de vodka en haussant des épaules. Pour sa part, il n'en prit pas une seule goutte, le stratagème étant à l'origine destiné à faire tenir la bouteille par le clodo et prélever dessus ses empreintes par la suite. Il se contenterait de passer le lieu au peigne fin et ce type avait l'air tellement suspect, de son nom qui était le plus bizarre de l'univers au fait qu'il envoyait un sms là, sous son nez, alors qu'il était interrogé par un détective, que même lui voyait qu'il y avait quelque chose de louche.

Par chance, cette bonne vieille ville de Londres était merveilleusement bien équipée en caméras de surveillance et son très bon ami Near lui en donnerait l'accès. Bien sûr, il pouvait compter sur lui sans trop s'énerver, même si en ce moment, il avait plus qu'envie de lui coller une dérouillée, surtout après la petite affaire qu'ils avaient eue tous les deux et qui s'était terminée en deux jours de cellule pour le blond.

Putain.

De toute sa vie, on ne lui avait jamais fait subir pareille humiliation.

Il n'irait pas jusqu'à demander à Near l'accès aux caméras de surveillance. Il irait soit lui-même dans les services concernés et s'assurerait de détruire les vies des employés s'ils ne lui obéissaient pas, ou au pire, demanderait à Matt qui, depuis qu'il avait chassé à grands coups de fouet la secrétaire, était devenu la mascotte hyper mignonne de la boîte.

« Ouais, j'avoue. Refuse la bouteille si tu veux, j'l'offrirai au secours populaire ou à un pote mafieux. Tant pis pour ta gueule, Paul-Emile. »

Tant pis si ce n'était pas son vrai nom. Ce clodo ne méritait que qu'on se foute de sa gueule, après avoir refusé de faire avancer son enquête.

Le pire, c'était qu'avant qu'il ne bouge ici, il n'aurait sûrement pas été bloqué dans une enquête vulgaire comme celle-ci. Pire, il en aurait probablement été l'instigateur, c'était pourquoi qu'il regardait Aaron avec ces yeux las du mec qui connaît un peu trop bien le milieu du crime.

« Je bois pas, je pêche, comme tu dis, mon Pierre-Emile. Le gros poisson. T'as pas idée du poisson qu'on pêche dans les hôpitaux. On dit qu'un commissaire important japonais qui s'est fait agresser lors du carnaval est hospitalisé ici. Ça te dit quelque chose, ou ce n'est pas à ton niveau ? Sinon, le trafic de médocs, c'est un gagne-pain ou ? J'imagine que ça doit pas gagner bézef', un clodo, mais j'peux te rencarder sur une affaire plus juteuse. »



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Jeu 8 Déc - 4:53
Il sentait le regard du détective peser sur lui, le regardant en retour droit dans les yeux. Aaron n'aurait pas pu faire plus suspect, en effet, que d'envoyer un texto après qu'on lui ait demandé s'il était au courant d'un quelconque trafic de médicament ici. La subtilité n'avait jamais été son fort et son apparence plus que louche jouait contre sa faveur. Mais Aaron faisait toujours avec et ne se plaignait que rarement de ces faits. Il était ce qu'il était, un outil, ni plus ni moins. Mais c'était que le détective Harry continuait toujours de le considérer comme un sans-abri. Il ne broncha pas, néanmoins. Il ne fallait jamais perdre son calme, si l'on voulait gagner un combat. Fières paroles de son cher père.

''C'est bien, Potter. Allège ta conscience avec des actes de... Charités'' Répliqua-t-il cependant en retour.

Encore une fois, il fut victime d'accusations bien que mérités cependant. Il resta impassible tout le long mais l'image de l'homme se faisant poignarder devant lui flasha dans son esprit. Il en eut presque des frissons. La mort, très peu pour lui.

''Non, j'étais encore au gym à ce moment-là. Il faut bien avoir des muscles pour protéger ses poubelles, tu vois. Et non, tu vois...'' Il jeta des regards aux alentours avant de dire. ''Tu vois, je fais du trafic de poubelles. Je me fais un gros paquet avec ça chaque semaine. Parfois, d'autres pauvres que moi sont même prêt a donner leur carton pour en avoir un. Tu en veux un ? Je te le fais pas chère puisque tu m'avais si gentiment offert une gorgée de ta sagesse liquide. Mon fournisseur vient de m'en fournir d'Arabie Saoudite, recouverte d'or.''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 13 Déc - 17:07
Mello eut un petit rire nerveux difficile à contrôler avant de se souvenir de son rôle de type zen qui laissait passer deux ou trois crimes si c'était pour faire bouffer un clodo.

« Ouais ouais, le club de gym. »

Pour protéger ses poubelles : c'était si drôle que Mello avait failli ouvrir grand la bouche pour montrer à quel point il trouvait cela désopilant. Dans un autre temps et un autre pays, ce type aurait sans doute était son allié...d'ailleurs, notez qu'il ne comptait pas en faire son ennemi, combien même il trouvait son niveau d'intelligence équivalent au zéro absolu. Il comprenait avec difficulté cet homme qui, lors du carnaval, l'avait insulté au point de risquer sa vie, et, alors qu'il lui avait prouvé qu'il avait clairement plus de pouvoir que lui, se permettait un jeu de mot évident sur son nom de famille.

Potter. Ce n'était pas particulièrement drôle, surtout que « Harry » était un prénom courant en Angleterre, un peu comme Paul et Pierre chez les francophones. Il décida de ne pas relever la remarque, surtout qu'il avait pourri lui-même le nom de son interlocuteur.

« Et donc, Charles-Henri ? Cette sagesse liquide, je crois que tu ne l'as pas fumée. »

Il se détacha de sa grille pour se mettre à la hauteur du clodo. Il ne comptait ni le frapper, ni lui faire du mal, c'était simplement un vieux tour de mafieux pour se montrer impressionnant. De sa seule main libre, il sortit une clope de sa poche, se l'alluma et expira la fumée en plein sur le visage du « pauvre » clodo. L'enfoiré puait, et il aurait parié, vu la qualité de ses cheveux, qu'il n'avait pas subi de shampoing depuis quelques semaines.

« Ces poubelles, Charles-Henri, elles sont à moi. Alors tu les touches pas ou j'te bute. OK ? Il paraît qu'on ne peut parler que comme ça aux types comme toi. En revanche...Un de mes clients a des soucis avec une bande qui squatte les docks de la Tamise, un peu plus loin que la cathédrale. J'te demande pas d'aller les buter, tu te ferais du mal, juste d'aller jeter un œil ou deux. Tu seras grassement payé, et si t'es gentil pépère, y s'pourrait même que je te fasse un dossier pour t'obtenir un des logements gratuits de la ville. J'suis gentil, non ? »

Il lui tendit sa main, et en même temps, une clope.

« J'pourrais juste te descendre, comme ça, mais t'es pas con, hein ? Prouve-moi que tu peux te rendre utile. »



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mer 14 Déc - 21:27
Les lieus n’offraient guère de perspective des plus pacifiques et des plus sécuritaires. Deux hommes seuls dans une allée sombre derrière un hôpital, peu fréquenté alors que le jour se levait peu à peu. L’ambianceétait chargée de suspicion et d’hostilité cachée entre ces deux personnes, lourd et peu enclin aux parlements pacifiques. Mais tout cela avait peu d’effet sur Aaron, hormis un doute : ses employeurs allaient-ils venir malgré tout ? Il leur avait envoyé un message quelques instants plus tôt, mais ne voulait pas regarder s’il avait reçu une réponse en retour. Il était déjà assez suspicieux comme ça, surtout qu’il se trouvait dans un lieu où il y avait eu des trafics de médicaments de masse selon l’inspecteur.

Son regard ne changeait toujours pas, impassible et froid, silencieux, dur. Son visage en était de même, gravé sur de la pierre. Le vent souffla une nouvelle fois, jouant dans ses cheveux, rafraichissant l’air des lieux. L’hiver approchait et bientôt viendrait les premières neiges. En hiver, Londres était comme une sorte d’énorme chambre froide, surtout dans les appartements peu couteux et bon marché. Il semblerait qu’il allait devoir prendre des couvertures avec lui durant cet hiver alors. Son appartement était peu efficace contre le froid et il y avait même une poêle à bois dans un coin du salon.

L’inconnu se détacha de sa grille de métal et s’avança vers le brun. Ses muscles se raidirent imperceptiblement en retour. Se tenant prêt pour un combat s’il le fallait. Mais il n’y eut point de combat. Une fois devant lui, l’homme prit une bouffée d’une cigarette et lui en souffla sur le visage. L’odeur âcre de la fumée lui parvint au nez, mais gardait son calme. Perdre son calme reviendrait à perdre un combat. Ensuite, il lui parla d’une manière des plus raffinés, concernant une petite bande sur la Tamise, sur les docks, dans une cathédrale. Puis il lui tendit une cigarette.

Aaron la prit doucement entre ses doigts… Puis le mit entre son poing, serra fort et la laissa tomber au sol, tout écrabouillé avant de remettre sa main dans les poches de son survêtement.

’J’ai déjà un logement, des cartons Fedex. Résistant et sacrément grand, donc je n’ai pas à me plaindre. Je pense que, si tu peux me buter comme tu le dis, tu l’aurais fait depuis un sacré moment, mais ce serait une idiotie. Même si on se trouve derrière un hôpital, je pense que je mourrais soit au bout de mon sang, soit que tu aurais touché un organe important. Je doute que tu fasses partie de la police… Donc je suppose que non seulement si tu me butes, tu te feras coffrer pour meurtre. Les caméras aux alentours le prouveraient, n’est-ce pas ? Ils sont techniquement reliés au centre de sécurité de l’hôpital et donc, même si tu les détruis, il y aura toujours la base de données pour vérifier. Très peu de moyen existe pour pouvoir visionner la base de données: faire partie de la police et avoir un mandat, y entrer par effraction, ce qui serait difficile vu les caméras a l'intérieur et les employés ou bien tout exploser en espérant que la salle de données partirait mais des patients mourraient dans l'explosion. Ce qui serait regrettable. ’’

Il soupira doucement ensuite et le regarda dans les yeux.

‘’Je ne suis pas con, en effet. Les menaces que tu viens de me faire, je peux les retourner contre toi et je pourrais aussi te tuer. Ce ne serait que de la légitime défense, ne trouves-tu pas ? Si tu peux me tuer, tu peux donc aller t’occuper aussi des mecs dont tu parles. Moi, je dis toujours qu’on est toujours mieux servi que par soi-même. Qui sait ? Peut-être qu’ils me repéreront, me feront parler et s’occuperont de ton cas d’une manière des plus spéciales ensuite.’’

Aaron cligna lentement des yeux. Tout le long, son ton était inexpressif et son regard l’était toujours.

’Ma foi, tu ne trouves pas qu’il fait froid ? On sent que l’hiver arrive, hein ? Mes boites sont heureusement résistantes. Alors, toujours intéressé par mes poubelles d’Arabie ?’’


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 1 Jan - 11:33
C'était le genre de type qui se foutait de la légalité : Mello ne pouvait pas dire qu'il ne comprenait pas. Il savait très bien que si, dix ans auparavant, on l'avait gêné à faire copain copain avec les mafieux, il aurait soigneusement buté tous ceux qui l'auraient bloqué. Lorsque la cigarette qu'il avait passé fut écraser, puis jetée sans autre considération par terre, le blond eut tout de même un rictus très lui-même. Si il avait été le Mello d'il y avait quelques mois, celui qui ne devait pas changer les couches d'un bébé et n'avait pas le bonheur d'avoir retrouvé sa meuf, il l'aurait sans doute défoncé à coups de poings. Voire même d'un simple tir au revolver, puis s'économiser un peu. Aaron avait de la chance, il ne mesurait juste pas à quel point.

En l'écoutant déclamer sa tirade, le blond explosa de rire. Aaron – ou Louis-Eustache, comme il l'avait prétendu – pensait vraiment qu'il avait l'intention de le tuer ? Tenir quelqu'un par le col, voire même lui souffler sa fumée de cigarette au visage, dans le monde d'où il venait, c'était vraiment le minimum !

« T'es trop mignon, on dirait un mini moi. », lui fit-il en se reculant d'un pas, profitant encore de la chaleur que la clope lui apportant.

Quelque part, Aaron avait raison : il ne faisait pas partie de la police. Il n'avait par conséquence aucun mandat recensé nul part. C'était un peu le piège, d'autres auraient pu gueuler leur appartenance au MI6 comme pour se justifier, mais si le groupe aimait quelque chose, c'était justement de rester très discret. L'affaire du trafic de médicaments de l'hôpital St Mary les concernait parce qu'elle avait des conséquences internationales et avaient retrouvé des traces du matos jusqu'en Chine. Quant à , comme Aaron le suggérait, détruire la base de données pour n'en laisser aucune trace sans provoquer d'explosion, ce n'était pas un souci. Lui-même avait déjà commis des meurtres et lorsqu'on était Mello, les caméras de surveillance n'étaient qu'un menu détail.

« T'as raison, j'ai peur. Je vais me tenir tranquille. Mais toi, tu n'as l'air suspect autant que ma tante Jodie dans une affaire de trafic de shit. Je pense par là que t'es le seul type qui se balade là avec une excuse aussi pourrie, qui couche dans les déchets nucléaires de l'hôpital combien même le passage est bouclé, tu refuses de collaborer alors que la moitié des SDF, vu le froid, se seraient contentés d'une bonne bouteille. Tu veux que je continue ou tu continues de t'enfoncer tout seul ? Je peux appeler les services scientifiques, car j'pense que t'es une buse débutante niveau empreintes et traces ADN. »

Il leva les sourcils.

« Donc non, je ne compte pas te tuer. En revanche, tu viens de me menacer de le faire sur ma personne. Qu'en dis-tu ? Tu suis le gentil détective que je suis jusqu'au commissariat. Si t'es gentil, ils te laisseraient sortir avec du foie gras en prime. Si t'es méchant...sérieux, mec, lâche l'affaire tout de suite et mène-moi à tes commanditaires, j'en ai rien à foutre des mulets comme toi. »

La clope lui brûlait les doigts, il eut une brève pensée pour Matt qui n'aurait eu aucun mal à effacer la base de données dont Aaron parlait. Il aurait même pu effacer toute identité de ce clodo qui l'énervait de bon matin alors qu'il aurait dû être au pieu avec Ishtar en train de lui faire un deuxième gosse. Enfoiré.




Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mar 3 Jan - 3:26
Aaron sentit une certaine fatigue s'emparer de son esprit autant que de son corps. Non seulement, il devait débattre avec ce pseudo-flic, mais qui plus est, il se demandait toujours si ses employeurs avaient reçu son texto. Le contenu du texto était simple, un petit message codé disant que le lieu de rendez-vous était compromis et qu'il attendait de nouvelles informations pour le nouveau lieu de rendez-vous. Mais le chef de cette opération, un jeunot qui avait hérité des affaires du paternel, malgré son talent, était inexpérimenté et peu impressionnable. Son arrogance était au plus haut point, en vue de son jeune âge. Les médicaments étaient prisés ces temps-ci pour une raison qu'Aaron ne connaîtrait sans doute jamais. Probablement des américains essayant de s'en procurer. Leurs médicaments étaient des plus dispendieux.

Il se retint le long du discours de l'autre de soupirer, pour ne pas montrer son ennui. Il avait mieux à faire et il savait que l'autre avait mieux à faire aussi. Il se croisa les bras avec lenteur et clignait des yeux avec cette même lenteur. Alors ouais, il savait pour ce qui se passait ici. Bon, en même temps, le fait qu'Aaron passait par là n'était pas des plus discret alors bon... À peine allait-il rétorquer d'une manière plus froide qu'il entendit soudainement un bruit métallique et tourna son regard vers l'origine du bruit. Une caméra venait de tomber. Trouée. Une autre tomba. Encore une autre. Toute trouées.

Puis un sifflement presque discret se fit entendre, un éclat rouge salissant le sol, Harry tombant devant lui, la jambe traversée par une balle tirée d'un pistolet silencieux. Un groupe de cinq hommes pénétra dans la ruelle.

''Oi, le chien de garde. C'est de lui que tu parlais ?'' Interpella le chef de la bande, un homme de petite taille aux cheveux noirs et aux yeux verts, tenant le dit pistolet.

''Évidemment que oui.'' Répondit celui-ci en observant l'homme a terre d'un air indifférent. Le chef lui tira une deuxième balle dans l'autre jambe, le bruit de la détonation réduite par le silencieux.

Un homme de main du chef vint donner un coup de pied au ventre d'Harry une fois qu'il fut proche, pour lui couper le souffle, et les autres entreprirent de le fouiller, en retirant ce qu'il avait de dangereux sur lui, incluant son flingue.

''Bon, bon, bon... C'est un joli flingue que t'as là, mec. Ou je devrais t'appeler gonzesse, vu ton apparence de fillette avec ta coupe de cheveux.''

Cette réplique tira quelques rires des hommes, sauf celui d'Aaron, qui conservait toujours ce visage calme et presque hautain, bien qu'il ne ressentît rien d'autre en ce moment qu'une envie pressante d'en finir. Le chef se tourna vers Aaron et Aaron lui rendit son regard, toujours de ce même air inexpressif.

''Comment ça se fait qu'il était là, le chien ?''

''Je ne sais pas. Il semblerait qu'il ait eu une information quant au sujet du lieu de rendez-vous. Personnellement, je pense qu'il y a peut-être une taupe.''

''Tu es en train de me dire qu'il faut que je me méfie de mes propres hommes ?''

''La bonne chose avec la trahison, c'est qu'on sait qu'il vient toujours de ses amis et de ses alliées. Non d'ennemis. Ou peut-être que quelqu'un avait remarqué des activités suspectes dans les environs. Qui sait ? En tout cas, je ne pense pas qu'il nous dira rien. Il a l'air bien trop fier pour ça.''

Le chef laissa échapper un grognement irrité et regarda Harry, les bras maintenus fermement par deux hommes de main des plus musclés.

''Assommez-le, qu'on puisse s'en charger personnellement.''

L'un des hommes donna donc un coup vers l'arrière de la tête d'Harry, l'assommant.

''Bon, le chien, tu as les médicaments ?''

Aaron plissa des yeux.

''C'est toi qui devais les ramener... Moi, je ne fais que garder.'''

Tout ce qu'il eut comme vision avant de tomber dans l'inconscience, c'était le regard noir du chef. Quand il se réveilla, c'était dans l'arrière d'un camion qui était à peine illuminé par une simple ampoule électrique bon marché. Il était attaché à une chaise les mains dans le dos comme l'inspecteur Harry devant lui. Le camion semblait rouler, mais d'une vitesse très lente. Il donna un coup de pied a son genou, le réveillant.

''Hey, la Belle au bois Dormant, réveille-toi.'' Dit Aaron en essayant de se débarrasser de ses liens. Ou du moins les déserrers s'il le pouvait, ayant été attaché solidement. ''Je crois qu'on est dans un sacré merdier...''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Sam 7 Jan - 15:26
Mello commençait à en avoir marre de toute cette histoire : pour un peu, il se serait mis à espérer se remettre à enquêter sur Kira : au moins, ça le mettait moins sur les nerfs et c'était moins chiant. C'est sans doute ce qui causa sa perte. Grimaçant, prêt à laisser tomber Aaron pour se barrer sans aucun autre mot, il était beaucoup moins sur ses gardes. Le Mello d'avant, celui qui avait été chef de la mafia, aurait sûrement eu quatre hommes sur le coup, en train de surveiller ses arrière. Ce Mello-là n'avait pas même Matt, alors, c'est à peine s'il entendait le son si caractéristique des balle en train de détruire les caméras de surveillance.

En fait, il était plus juste de révéler que Mello les avaient entendues. Il avait eu légèrement eu le temps d'ouvrir la bouche et avait même mis la main vers la crosse de son arme pour la dégainer à toute vitesse. C'était sans compter sans la rapidité des bandits qui étaient manifestement préparés à cet affrontement et surtout en surnombre. Il n'avait aucune chance depuis le début et se vautra comme une merde au premier coup de feu dans ses jambes.

La douleur était intense, presque irréaliste et sur le coup, le blond lâcha son arme qui tomba à quelques centimètres de son corps. Il n'avait pas conscience de ce qu'il faisait, s'il saigna, si le morceau touché risquait de le faire crever : il était à peine conscient, voyait à peine, assommé par la douleur. Sa main tentait de se déplacer un peu en vain pour retrouver son arme. Le second impact lui coupa le souffle et même la deuxième main s'arrêta de chercher le revolver. Ce n'était pas pire que cette brûlure sur le visage – ce ne pouvait pas être pire. Il n'osa bouger de peur de provoquer une hémorragie pire que celle qu'il subissait déjà et sentit les mains de ce connard d'enfoiré le fouiller, puis le frapper de nouveau.

Savait-il au moins qui il était, se dit-il à la limite de l'inconscience ? Il ne comprit pas les insultes qu'il proféra à son égard, tant mieux, quelque part. Un coup derrière la nuque plus tard et Mello se retrouva plongé au pays d'Alice.

Une heure environ plus tard.

Une douleur crue le tira du sommeil fiévreux dans lequel il était plongé. Après une rapide évaluation de la situation, il se rappela que le fait que des connards l'avaient tiré comme un lapin n'était pas un rêve. Il constata également qu'ils lui avaient grossièrement effectué les premiers soins sur ses blessures, comme s'ils désiraient le garder un peu avant de le faire crever. Ses yeux se réveillaient douloureusement et ils voyaient ses fringues tâchées de sang.

« Putain. »

De l'ADN partout. De l'ADN pour les flics qui le retrouveraient sûrement, et le meilleur moyen de faire croiser des fichiers purement improbable. S'il y avait un endroit où les poulets ne devaient jamais se rendre, c'était ici. Mello se jura alors de faire flamber le lieu, s'il parvenait à s'en sortir vivant.

Il était attaché à une chaise et le peu de force qu'avaient ses mains ne lui suffisaient pas à se libérer...Et si ? Il fouilla grossièrement dans la doublure de sa manche et constata que ses agresseurs l'avaient très mal fouillé. Il y retrouva un petit couteau et coupa ses liens maladroitement. Un rapide regard autour d'eux lui apprit qu'un des gardes leur tournait le dos et était en train de préparer son matériel à torture. Les trois autres étaient à l'avant du camion. Ils ne s'attendaient pas du tout à ce que quelqu'un les dérange.

Connards.

Sa main serrait sa lame et Mello se leva.

Comment put-il ne pas crier ? Comment réussit-il à esquisser deux pas l'un après l'autre sans s'écrouler sur le sol ?

La rage et le désir de vengeance expliquaient sans doute cela et c'est porté par l'adrénaline que Mihael Keehl bondit sur le premier lascar et lui trancha la gorge. Sentir le sang projeté partout lui fit ressentir un sentiment d'euphorie assez flippant, qui lui rappela que de L à BB, il n'y avait qu'un pas. Il s'appuya sur un mur – plutôt un bout du camion – emprunta l'arme du mort car ses copains avaient compris qu'une merde se tramait. Balança la lame en direction d'Aaron pour qu'il puisse au moins se défendre, voire même se libérer s'il n'avait pas fini.

Puis tira.

La première balle toucha le chef en pleine tête, la deuxième son adjoint en plein ventre. Il ne resta que le troisième qui lui fonçait dessus, tandis qu'il sentait ses jambes de plus en plus le lâcher.




Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Sam 7 Jan - 22:59
Heureusement qu'Aaron n'était pas blessé. Qui sait ce qu'il aurait pu faire avec deux jambes réduites a une ridicule inutilité ? Ou avec un bras cassé ? Dans un combat, il fallait que le corps soit fonctionnel ou la capacité à se battre en était grandement réduite. La principale utilisation des techniques d'Aaron était, hey bien... Utiliser tout son corps contre des adversaires bien plus grand ou bien plus fort, jouer de l'équilibre et de la force contre l'autre. Se retrouver avec un membre en moins serait catastrophique. Aaron essayait de se libérer de ses liens, mais n'y arrivait pas. Il se trouvait lentement frustré et tirait de plus en plus fort. Malgré cela, il ne céda point. Un regard vers Mello et il vit, avec une certaine stupeur, que celui-ci s'était libérée avec un petit couteau. Il s'était même levé et en voyant l'expression de son visage, Aaron en conclut qu'il éprouvait une grande rage, au point ou sa douleur semblait presque éteinte. Impressionnant était le mot.

Mello bondit sur un adversaire qui se trouvait prés d'eux. Le camion s'était arrêté pendant qu'il s'était libéré et l'un d'eux semblait avoir du temps a consacrer à du matériel peu recommandé pour faire parler quelqu'un. Il ramassa l'arme et lança au brun son couteau. Il n'eut pas le temps de le remercier, car l'un des hommes fonça sur Mello. Rapidement, il attrapa le couteau du mieux qu'il le pouvait, se libéra en toute vitesse et alors que le gars allait lui planter une lame dans le ventre de Mello, aveuglé par la colère d'avoir perdu son boss et que son ami s'est fait tuer, Aaron se leva rapidement et lança la lame droit dans le dos du mec qui tomba a terre. Aaron descendit du camion et s'approcha du mec planté, retira la lame et lui trancha froidement la carotide. Il mourut rapidement.

Puis il se retourna vers l'un des mecs qui fut tiré au ventre. Lui aussi agonisait, mais bien plus lentement cependant. Tant mieux. Aaron laissa la lame au sol et s'approcha du blessé, le relevant et le lança à l'intérieur de l'arrière du camion. Aaron en fit de même avec les autres corps, aidé par Mello. Personne ne devait savoir ce qui s'était passé ici. Aaron trouva un bidon d'essence et en versa partout dans l'arrière du camion, avec le mec qui gesticulait.

''T-Tu fais quoi, le chien...?''

Aaron sortit ensuite du dit camion avec Mello et sortit de sa poche une boite d'allumettes. Il en alluma une.

''Je me fais un BBQ.''

Puis il lança l'allumette dans le camion qui s'alluma soudainement en flamme. Les cris d'agonies de l'homme emplirent l'air. Le visage d'Aaron n'avait changé nullement d'expression tandis que le camion se faisait consumer et qu'il avait pris des distances de sécurité en cas d'explosions. Puis il tourna son regard vers Mello.

''Je pense que tu aurais bien besoin de ces médicaments, non ? Ou plutôt de béquilles ?''

Une partie de son visage était illuminée par les flammes, l'autre cachée par les ombres, l’œil se trouvant dans cette partie ombrée semblait s'illuminer toute seule. Du sang était poissé sur son visage.


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 9 Jan - 23:20
Le feu avait pris si rapidement que Mello, de là où il était avait eu du mal à se rendre compte de la suite des événements.

Le troisième type lui avait foncé dessus et le connard au jogging l'avait poignardé. Il avait entendu ses râles et les pleurs de l'homme dont avait blessé au ventre lorsque Aaron Lake avait vidé un bidon d'huile sur la surface du camion. Il était sorti du véhicule, s'appuyant avec peine au type et menaçant de s'écrouler à chaque pas. Tomba à terre dès qu'ils furent assez loin, à quelques mètres à peine de ce qui aurait pu devenir son tombeau.

Pour une fois, le feu ne le frappa pas. Il régnait une drôle d'atmosphère et le blond brûlé se sentit presque calme en observant le brasier qui les réchauffait presque doucement. À leurs narines était remontée comme une odeur de cochon qui grillait, de plastique qui fondait et de camion qui sautait. Mello ne sourcillait pas : il aurait pu se prendre un résidus dans la gueule et mourir ici comme une merde, mais il ne croyait plus à ce destin depuis longtemps. Kira aurait sa peau, il le savait, et si ce n'était pas lui, ce serait la vieille, il en avait décidé de la sorte.

« Haha. À ce stade, ce serait plutôt le fauteuil roulant. Mais j'pense que tu vas devoir me porter, j'vais pas tenir jusqu'à l'hosto. »

Il aurait bien proposé d'appeler une ambulance, mais Mello ne voulait pas qu'on associe sa venue et ses blessures aux exécutions sommaires qui avaient eu lieu dans le camion. Ni à l'incendie qu'ils avaient aidé à déclencher. Il se déplaça péniblement sur le sol, regarda ses vêtements qu'il avait l'impression de traîner plus qu'autre chose. Une fois l'adrénaline passée, la douleur avait repris, plus vive que jamais.

Il essaya une ultime fois de se relever, plein de bonne volonté, mais s'effondra sur le sol comme une loque.

[Un peu court, mais je ne voyais pas quoi dire. Soit on clôt ici, soit on continue à l'hôpital :) ]



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mar 10 Jan - 19:40
Cette sensation était familière pour le brun, non les flammes et la chaleur ambiante, mais le sang sur son visage qui venait de quelqu’un d’autre, qui avait appartenu à quelqu’un d’autre avant de se faire poignarder et tuer. Aaron n’était pas un meurtrier, mais pourtant, il ne montrait aucune hésitation quant à tuer pour se sauver lui-même. Il n’était pas un psychopathe, mais pourquoi devait-il se sentir si coupable de tuer quelqu’un d’aussi mauvais ? Était-il mauvais ? Seuls ceux qui sont en haut pourraient, s’il y en avait, le juger d’un meilleur point de vue. Mais cela faisait longtemps qu’Aaron avait cessé de croire en eux, le jour ou l’empire Kira s’est abattu sur le monde.

Il mit ses mains dans ses poches en regardant Mello. En effet, il allait devoir le porter jusqu’à l’hôpital.

‘’Oui, oui, ne t’inquiète pas. Tu veux une gélule contre les maux de transport aussi ?’’

Puis, aussi facilement que si Mello avait été une plume, il transporta Mello jusqu’à une voiture du chef qu’il avait trouvé au hasard, qui allait servir surement d’échappatoire et conduisit jusqu’à un hôpital proche d’ici et Aaron paya un des médecins pour qu’ils se taisent sur l’origine des blessures avec l’argent qu’il avait trouvé sur le corps du chef avant de le brûler avec le camion. Un beau petit paquet.

Un peu plus tard, il revint dans la chambre d’hôpital de Mello, une bouteille de soda dans chaque main. Il en tendit une vers le blond.

‘’A boire?’’


HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Ven 20 Jan - 23:00
Mello ne se réveilla pas tout de suite : il se sentit flotter, il se sentit partir. Il avait l'étrange impression d'être entouré par des gens, sans pour autant pouvoir les contacter ou bouger un seul muscle. Il se sentait épuisé par les efforts qu'il venait de fournir et, plus encore, par l'hémorragie.

Mihael Keehl ouvrit les yeux dans un lit d'hôpital. Bien qu'il sentait toujours la fatigue – à moins que ce ne soit la morphine – l'abrutir, il y avait une nette différence avec toute à l'heure. Il était calé contre un gros coussin, le dos un peu surélevé, lui permettant d'observer ce qu'il se passait autour de lui. Il ne sentait plus ses jambes, mais ce n'était pas vraiment étonnant : à ce qu'il avait pu constater dans l'immédiat, il était vêtu d'un de ces habits chers aux hôpitaux, complètement ridicules pour lui-même. Un rapide coup d’œil sous les draps suffirent à le renseigner sur l'état de ses blessures.

Il regarda le plafond, un peu lassé de tout ça, lorsque le bruit environnant l'avertit de l'arrivée d'Aaron.

« A boire ? Okay.  »

Il était vrai qu'il ressentait une soif aiguë, qui, additionnée à la fatigue, n'était pas vraiment bonne. Il aurait vidé un bon litre d'eau, si c'était ça qu'Aaron lui avait proposé.

« Je dois te remercier, même si il y avait quelques années, ce simple terme aurait fait beaucoup de mal à mon honneur. Tu aurais pu me laisser là-bas, comme joli cadeau bonus pour les flics. »

Il aurait tout à fait pu le faire, à vrai dire, surtout vu comment il l'avait emmerdé pour avoir ses preuves, un peu avant l'incident. Near n'allait pas être content de voir ce camion bourré d'ADN et tout ce qui en suivait disparaître tout d'un coup et lui allait devoir mettre les bouchées doubles pour retrouver les commanditaires les plus hauts perchés.

Mello remua un peu, portant à ses lèvres asséchées le goulot de la bouteille. Il en but la moitié sans reprendre sa respiration.

« J'ai deux questions pour toi, des remarques, pour certaines. Enfin trois. Tu es libre de répondre ce que tu veux à la troisième. Un : tu n'as pas vu ce qu'il s'est passé, si on te demande. Mais je pense que tu dois déjà t'en douter. Deux : as-tu un moyen de remonter vers les amis de ces gens ? Trois : ...Dans Willy and Cie, le nom de mon agence, il y a « and Cie ». Que dirais-tu de devenir mon associé ? C'est réglo, bien payé. Retraite, treizième mois, logement compris si tu veux squatter à l'agence. À prendre ou à laisser. »

Avec Mysha, il s'y était mal pris car il l'avait eu en l'attirant grâce à Cheshire. Aaron n'avait rien vu qui aurait pu lui faire penser qu'il était Mello, juste ce qu'il avait fait dans le camion, ce qui avait pu vaguement lui indiquer qu'il n'en était pas à son premier meurtre. Un gars comme Aaron Lake dans sa boîte, c'était moins de terrain, une couverture plus grande de Londres et une disponibilité plus aisée.

Mello croisa les mains.

« Je sais que c'est un peu bizarre de demander ça sur un lit d'hôpital. Réfléchis-y si tu veux, mais je suis sérieux. »



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Sam 21 Jan - 4:19
Aaron s'ouvrit sa bouteille de soda après lui avoir donné le sien et y prit une gorgée. Aaron n'avait que très rarement était dans un hôpital pour des raisons de santé. Il avait toujours été de quelqu'un en santé et en forme physiquement, sachant aussi s'occuper de ses propres blessures. Un doigt tordu, un bras cassé, c'était pour les hôpitaux. Les blessures pare-balles ou causées par des armes blanches, il s'en occupait lui-même. Ce serait provoqué les autorités que de se présenter dans une hôpital avec des blessures pare-balles. Bien sûr, le fait qu'il avait payé les médecins avait contribuer à leurs discrétions, mais c'était parce qu'Aaron savait qu'ici, de nombreux mafieux se faisaient soigner en discrétion. Les avantages de connaitre des personnes...

Mello le remercia de ce qu'Aaron avait fait, mais il ne haussa que les épaules en retour comme réponse. Il l'avait amené dans cette situation sans le vouloir, il était normal de l'en tirer de là. Aaron pouvait être un connard sur bien des points, il savait pourtant se montrer redevable. Et qui sait ce qui se serait passé sans lui ? Des choses mauvaises, sans doute. Bien mauvaises. Ce qui lui dit ensuite le surprit. Il lui proposait un travail dans une agence du nom de Willy and Cie. De devenir son associé. Aaron tint silence tandis qu'il s'avançait vers une fenêtre proche du lit de Mello, lui tournant le dos, son regard porté vers l'horizon.

S'ensuivit une minute entière de silence et d'une réflexion profonde. Aaron était un mercenaire, une main que l'on pouvait louer pour faire des solutions et régler des problèmes et des soucis. Il aimait bien de jouir de sa liberté. Mais d'un autre côté, ce que le blond lui proposait était tentant. Il l'avait vu à l'action, il n'était pas à prendre à la légère.

''Je vois. En effet, c'est tentant. De quoi me nourrir, me payer, me loger... Me trouver une meilleure boite ou vivre.'' Dit Aaron en buvant une nouvelle fois son soda sans détourner son regard de l'horizon noir de Londres. ''J'ai cependant... Des exigences. Qui serait des plus profitable a nous deux, pour notre propre bien. Tu vois, je t'ai menti concernant mon identité, tu t'en es franchement douté, avoue-le. Mais je ne pense pas que tu m'aies dit la vérité aussi, concernant la tienne. Pour bien commencer, mieux vaudrait se présenter sous nos vrais noms, hmm? Ensuite... La vérité sur ce que nous faisons. Je t'ai vu à l'action et je ne pense pas que tu sois un pauvre inspecteur, Harry. Non, je pense que tu es autre chose qu'un inspecteur. Quelque chose de plus illégale.''

Il sirota de nouveau son soda et poussa un soupir de contentement.

''Si je te rejoins, j'aimerais bien m'assurer de mon indépendance et de ma liberté. Ne pense pas que je vais me mettre a penser comme toi ou si tu as une quelconque opinion politique ou une position quant à certains sujets. Je ne me mettrais ni à genoux ni te lécherais le cul. Cependant, si tu dis que c'est bien payer... Je peux faire de tout. Du racket, du vol, casser des dents, faire parler... Et parfois, je peux tuer. Sans trop poser de questions. Tant que tu me paies, ça m'ira grandement. Et oui, nos petits amis farcis avaient des amis a eux aussi que je connaissais et que je peux te retracer, voire même donner leurs nom et certaines de leurs adresses.''

Il se retourna enfin finalement et s'accota contre la fenêtre, regardant Mello droit dans les yeux.

''Mon nom est Aaron Kayne. Le tien ?''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 30 Jan - 18:42
Il était là, aussi impuissant qu'il pouvait l'être dans un lit d'hôpital et ce type aux fringues de clodo lui demandait son nom pour qu'il soit encore plus impuissant. Si il avait voulu griller sa couverture, il aurait sûrement ri de tout son saoul.

Se rendait-il compte, Aaron ? Sans doute que non, et il valait mieux. Peu de personne possédaient son nom et parmi elles, Yagami aurait tout fait pour lui mettre la main dessus. Il était Mello, et il savait qu'aussi parfaite qu'avait été orchestrée sa mort, il y avait toujours un service aux ordres de Kira qui cherchaient des preuves du contraire. Sans oublier Harlaown qui, visiblement, s'était fait un luxe de se persuader qu'il écumait les rues de Londres. Ce n'était pas pour lui faire avoir un sommeil tranquille.

Il était certain qu'il ne pouvait pas être un simple détective au vu de ce qu'il venait de faire : sans sourciller, il avait tout de même abattu trois hommes et élaboré vite fait un plan qui permette à Aaron de supprimer le troisième qui allait le tuer. Mello savait qu'un détective normal n'était pas censé faire cela, et c'était d'ailleurs pour cette raison qu'il avait des alias foutrement efficaces au sein de la mafia.

« Nan, Clarke n'est pas mon vrai nom, mais que veux-tu. Quand tu traficotes avec les mafieux, surtout de nos jours, vaut mieux être assez prudent. »

Un ou deux mois auparavant, il avait été en infiltration dans la mafia locale pour Near. Là-bas, il avait laissé traîné le nom qu'il employait. Avec un peu de chance, Lake avait peut-être entendu parler de ce « Summerfield », chargé de missions d'information. Ça collait avec son actuel métier de détective et, surtout, il était important de préciser qu'il avait eu un mal de chien à s'intégrer à cette bande de malfrat. Rien de comparable à ce qu'il avait déjà fait avant, bien sûr, mais le plus dur avait été de soutirer les informations nécessaires pour Near sans se faire choper, tout en effectuant les petits travaux qu'ils lui demandaient.

« Ray Summerfield. L'ébruite pas, mec. J'suis censé être discret, et si mes patrons apprennent que j'ai buté tes gugusses pour me défendre, je serai vraiment dans la merde. »

Il lui tendit la main, comme pour se présenter une nouvelle fois.

« J'te demande pas de me lâcher le cul. J't'embauche pas comme secrétaire, que je sache. J'te demande juste d'être sur le terrain et de ne servir d'informateur quand tu le peux. Ou d'effectuer des missions, selon les enquêtes de mes commanditaires. Comme tu le dis, ça peut aller du cassage de dents à la surveillance de mari trompeur. Je fais un métier passionnant. »



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mar 31 Jan - 4:53
Aaron se tromperait en disant qu'il avait le pouvoir sur Mello. Bien sûr qu'il avait vu celui-ci tuer des gens, combattre comme un diable, mais il était tout aussi impliqué que lui dans l'affaire. Il avait des preuves contre Mello comme contre lui. Il avait payé des médecins, brûlé des preuves, participer dans divers échanges criminels et avait fait des sales boulots. Bien nombres de sales boulots en fait, bien trop pour en compter exactement le nombre. Leurs natures variaient, mais avaient tous une chose en commun : Leur illégalité. Vols, tabassages, brisages d'os... Aaron n'était pas un tendre. De taille maigre, il avait cependant une force, il l'avait noté, un peu supérieure a la moyenne... Et une certaine rapidité de réaction comme de vitesses.

Il était aussi intelligent, certes, malgré le fait qu'il ait arrêté l'école. Au fond, il le regrettait, et ce, pour plusieurs raisons. Notamment le fait qu'il aurait pu trouver un meilleur travail et un meilleur appartement et aussi le fait qu'il aurait pu s'éviter tant de misère et de douleurs... Pour simplement avoir suivi ses sentiments. En était-ce une erreur aussi ? Était-ce simplement une suite d'erreurs qui l'avait mené jusqu'ici, dans cette chambre d'hôpital, son regard poser sur un mec dont les deux jambes étaient inutilisables pour le moment.

Et qu'avait-il donc fait pour se retrouver lui, ici ? Il était tenté de le savoir. Il répondit que Clarke n'était pas son vrai nom, ce qui ne surprit guère le brun. Il n'avait pas la gueule d'un Clarke, de toute manière. Il s'appelait plutôt Ray Summerfield... Ses sourcils se froncèrent un instant avant de hocher la tête et de lui secouer la main en retour en écoutant ce qu'il disait ensuite avant de le relâcher.

''Oui, je suis sure que ça doit être... Fascinant. Les balles dans les jambes viennent en prime avec cela ?'' Répondit Aaron d'un ton quelque peu moqueur avant de regarder l'horizon de nouveau. ''Je dois te dire que ça m'intéresse... Bon. Très bien. Tant que cela n'empiète pas sur ma neutralité. J'accepte de travailler dans ta compagnie...''


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 6 Fév - 22:02
La main en question était moite, mais Mello ne fit aucune remarque là-dessus. Faire de Aaron un allié était suffisamment important pour ne pas tout gâcher suffisamment. Pensif, il songea qu'il avait intérêt à se faire des alliés...entre la gamine détective qu'il avait soigneusement menacée et dont l'attitude était bizarre et toutes les personnes susceptibles de lui causer des emmerdes, dont Fate Harlaown, Mihael Keehl allait devoir faire attention à ses arrières.

Un mercenaire ne serait pas de trop.

Il aurait bien engagé celui qu'il avait eu pour le plan B, lors de l'intervention sur Kira, mais ce type, un russe, était beaucoup trop cher. Pour un boulot comme celui-ci, il valait mieux quelqu'un comme Aaron, qui ne connaîtrait pas les gros détails des opérations. Le russe en savait trop sur son combat contre Kira, sur la tentative d'assassinat qu'il avait commanditée...lui, en revanche, il savait qu'il était un détective, tout au plus un connard qui fréquentait la mafia, mais c'était tout. En aucun cas, il ne pouvait faire flancher sa couverture : c'était irréaliste.

Mello remua un peu sur son lit, réalisant qu'il avait une faim grandissante de chocolat. Sa main tremblait, il dût la cacher sous les draps pour cacher ce manque, prendre sur lui pour se retenir de se gueuler contre Aaron ou quiconque d'humain par ici.

« Aaron Kayne, donc, je t'engage. Les balles dans les jambes...putain...seront la raison officielle de ton embauche. Tu seras moi sur le terrain. T'es pas mon chien, t'as le droit de faire toutes les pauses que tu veux tant que tu fais les deux trois trucs que je te demande. Attends, t'as un papier ou une bonne mémoire ? »

Il lui récita l'adresse de son agence, en lui racontant à peu près par où il devait passer pour s'y rendre. Si Aaron voulait juste cambrioler l'agence, il ne gardait rien d'important là-bas. Il n'y avait pas d'alarmes, juste une clé cachée sous un bac à fleurs. C'était un lieu de boulot, et non une de ses habitations, il n'y avait aucun ordinateur à chourrer là-bas, Mello amena toujours un ordinateur portable à chacune de ses venues.

« Y'a une clé sous le bac à fleur à côté, on a un canapé, tu peux y pioncer si t'as nulle part où crécher. Ha, et y'a une p'tite salle de bain et un coin cuisine, tu devrais trouver des trucs dans le frigo. Quand tu seras en forme, je te demanderai d'enquêter sur un truc. Une nana d'une agence concurrente avait décidé de me piquer des clients, alors j'lui ai un peu foutu les ch'tons en la kidnappant. Résultat, elle est folle de moi. Y'a un dossier sur ça sur mon bureau. june, un nom dans ce genre. Possible que tu la voies débarquer aussi, elle est super collante, putain. Dès que t'en as l'occasion, tu la suis, t'essaies de voir si elle me filoute pas, et, si possible, remonter sur ses activités passées, ses liens avec Kira, tous les voyages ou conneries qu'elle a pu faire. Ça marche ? »

Bordel, la morphine, ça envoyait tellement du lourd.

Il en prenait son pied.



Revenir en haut Aller en bas
Aaron Kayne
Lucky Luke
avatar
Messages : 42
Age : 19
Mer 8 Fév - 4:52
La conscience d'un mercenaire ne devait jamais entrer en ligne de compte lorsqu'un travail était accepter. La seule chose qu'il devait faire était de suivre les instructions et d'accomplir son objectif dans le but de recevoir sa prime jetée a ses pieds pour ensuite disparaitre, cherchant un travail ailleurs. Malgré la dureté et la stoïcité d'Aaron depuis son enfance, son premier contrat avait été difficile, un meurtre. Certes, c'était celui d'un homme détestable, mais jamais il ne s'était senti aussi sale et... Puissant, avec une arme a la main. Mais encore une fois, il s'était rapidement endurci pour faire ce genre d'actes encore sans pour autant y prendre du plaisir. Presque rien ne le dégoûtait a présent... Il était comme une machine quand un travail devait être accompli, et ce, sans bavure.

Il le rassura quant à ses exigences, ce qui soulagea Aaron. Il allait pouvoir conserver ses principes tout en travaillant parfois pour quelqu'un. Il écouta ensuite avec une grande attention l'adresse de l'agence et retint ce qu'il devait retenir, notamment l'emplacement de la clé et la description des lieux ainsi que de son prochain travail. Enquêter sur une jeune femme du nom de June, sur ce qu'elle était, ses liens avec Kira et toute sorte de frivolités de ce genre.

''Oui, je comprends ce que tu me demandes de faire. Dés que j'aurais le temps et l'énergie, ce qui ne prendra pas beaucoup de temps pour me reposer, j'irais en savoir plus sur cette June.'' Dit-il en buvant le reste de son soda avant de le lancer dans une poubelle, touchant sa cible. ''En tout cas... Je dois te laisser. Je n'ai pas envie d'écouter un gars sous morphine dont les effets secondaires vont bientôt commencer. Salut, l'handicapé''

Aaron, sur ces mots, sortit donc de la chambre d'hôpital et de l'hôpital en lui-même en soupirant.

Quelle connerie ai-je donc fait, se dit-il en s'en allant dans la nuit.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul
» Partenaire particulier cherche partenaire particulière
» Cherche partenaire ... particulier. [ Tomas ]
» Cherche partenaire pour jumeler
» Cherche partenaire pour une première fois ! [En cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Westminster :: St Mary's Hospital-
Sauter vers: