Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 15 Nov - 18:33
Une, deux, une, deux.

Les enjambées du blond se font lourdes et violentes.

Le fugace souvenir du hurlement de la foule revient à ses oreilles. L'agitation, le sentiment d'euphorie vif, celui d'être bousculé et de soudainement tomber en arrière.

Tout va bien, tout va bien, lui dit son cœur qui bat encore la chamade.

Tout va bien, malgré cette fracture du poignet due à la cohue post-assassinat, malgré l'écran brisé de son téléphone qu'il a lâché après s'être fait bousculer.

Tout va bien.

Ishtar va bien, son fils également. Malheureusement, tout va un peu trop bien pour Yagami, pour qui, selon ses informateurs les plus secrets, les choses commencent à aller mieux. Mello éprouve cependant un contentement intense de, pour la première fois en dix ans, avoir réussi à toucher Kira. Bon, cette fois-ci, c'était avec l'aide de Near, mais il l'avait presque fait tout seul, non ?

Ses enjambées se font lourdes, alors qu'il arrive sur le perron de son agence : bordel, il ne s'était jamais aperçu que son insigne faisait autant clodo. Pourquoi déjà n'a-t-il plus d'escla-de secrétaire pour s'occuper de tout ça ? Il secoue lentement de la tête avant d'ouvrir la porte.

Le couloir sentait une idée de renfermé, c'est pourquoi il se dépêcha d'ouvrir les quelques fenêtres de l'agence. Il enjamba les piles de dossiers pour se frayer un passage jusqu'à son bureau et s'assit sur l'imposant fauteuil en cuir non sans un soupir. Puis se tira une clope, l'alluma, leva les yeux jusqu'à la lampe un peu pourrie accrochée au plafond.

Mello avait du mal à le croire, mais il y avait deux jours, Kira avait failli mourir.

Il savait qu'il ne devrait pas se relâcher, préparer un nouveau plan, sans doute celui-ci pour faire exploser l'hôpital dans lequel il était soigné, mais il ne pouvait pas s'en empêcher.

Voyez-vous, pour la première fois en dix ans, Mello sentait que quelque chose allait en leur faveur. Qu'ils étaient sur le point de gagner, ne serait-ce que par les timides avancées de l'ONU contre le Japon, ou par ce dernier acte qui avait failli exterminer un dictateur de plus hors de ce monde.

« Bordel... », fit-il, cigarette coincée entre les dents.

Ses cheveux étaient ébouriffées comme s'il ne s'était pas coiffé depuis deux jours, comme si son sens des précautions s'étaient arrêté au moment où Kira avait été poignardé. Il tira un miroir d'un des tiroirs, s'observa longuement dedans, ne put retenir une longue grimace avant de se coiffer : il avait toujours le matériel pas très loin. Il enleva ses rangers, jeta sur une autre pile de dossiers ses chaussures puantes et posa ses pieds sur le bureau. De là, il pouvait observer ses neuf orteils, trop blancs pour avoir un jour profité du soleil.

Nouvelle inspiration, nouvelle bouffée de cigarette, et puis du mouvement dans le couloir.

Mello grimace, sans pour autant reposer ses pieds sur le sol.

«  ...C'était trop beau.  »
Revenir en haut Aller en bas
Fate Harlaown
Juliette sans Roméo
avatar
Messages : 809
Age : 19
Mar 27 Déc - 1:00
S'il y avait quelque chose que Fate détestait par dessus tout, c'était bien rester inactive. C'était sans doute ce qui la rendait folle à Londres. Elle restait sans cesse dans l'attente d'une nouvelle information, cherchait encore et encore sans trop savoir quoi, se heurtait à des murs et recommençait. Rien de concret, juste du vent. L'agression de Light Yagami l'avait considérablement affectée. C'était un excellent officier et, plus que ça, un ami à qui elle devait la vie. Une fois les terribles événements du carnaval passés, elle s'était immédiatement portée volontaire pour mener l'enquête. Pourtant, on lui avait non seulement refusé cette mission, mais également l'entrée de l'hôpital où séjournait Yagami. Le premier refus avait été un coup dur, même si elle avait conscience que son retrait des forces actives de Kira après son départ du Japon ne lui donnait plus la même valeur militaire qu'auparavant, et l'impossibilité de rendre visite à son collègue l'avait tout bonnement achevée.

C'est ainsi qu'elle s'était retrouvée là, bêtement assise sur les marches du Saint Thomas' Hospital, à regarder les passants. « Pas de visite » avait conclu l'homme chargé de la sécurité, son nom et son visa diplomatique n'y avaient rien fait. Il lui avait fallu prendre cinq minutes pour elle, le temps de remettre ses idées en place et de faire le bilan sur ce qui lui semblait être un instant catastrophique. Il y avait eu l'attaque de l'avant-veille qui avait porté un coup dur à Kira et, bien qu'elle restait persuadée qu'un renforcement de la sécurité n'aurait pas empêché ce cinglé de s'attaquer au hasard à l'un d'entre eux, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle aurait pu rattraper son agresseur si elle avait réagi à temps, ou pire, que l'attaque aurait aussi bien pu la viser elle. Autant de questions auxquelles elle ne pourrait apporter de réponses en l'absence des éléments d'enquête. Son enquête personnelle semblait d'ailleurs au point mort elle-aussi. Penser positif, il fallait penser positif ! Oui,car il y avait bien du positif dans sa vie. Sa rencontre avec Dan avait soufflé un vent de fraîcheur sur son quotidien en plus de lui redonner espoir dans sa quête.

On lui interdisait de s'inquiéter pour Yagami, elle penserait à Dan. Décidée, elle se releva d'un bond, prit le temps de dépoussiérer son manteau sali par les marches en pierre et se dirigea d'un pas prompt vers la station de métro la plus proche. Elle comptait se rendre à l'agence de Clarke et récupérer la totalité du dossier sur l'affaire. Clarke était un lâche, un sale con qui n'avait pas eu le courage de lui venir en aide, mais ces informations étaient précieuses et ne pouvaient rester entre ces mains. Une bonne demi-heure et quelques stations plus tard, Fate poussa la porte du bureau du pseudo-enquêteur sans prendre la peine de frapper. L'agence était vide, il y résidait une sale odeur d'humidité qui agressait ses narines et le bureau dans lequel il recevait ses clients était un bordel sans nom : il y avait juste Clarke, sa mine insupportable et ses... neufs doigts de pied ? Drôle de tableau, mais elle n'y prêta pas attention.

« Vous devriez faire preuve d'un peu plus de tenue. Si je ne vous connaissais pas déjà, je dirais que ce serait susceptible de faire mauvaise impression auprès des clients. » glissa t-elle sèchement.

Il n'avait visiblement pas l'air ravie de la voir, mais elle se fichait pas mal de l'importuner. Elle ne prit pas le temps de s'asseoir. Pour tout dire, elle comptait partir aussi vite qu'elle était arrivée avec un gros chèque dans son portefeuille et un épais dossier sous le bras. Puisque Clarke se le permettait, elle glissa une main dans sa poche de manteau et en sortir une cigarette qu'elle alluma nonchalamment.

« Puisque je suppose que vous n'avez toujours pas changer d'avis -et de toute façon, il est un peu tard pour ça-, j'aimerais récupérer ce qui me revient de droit et la compensation financière résultant de votre incompétence. »


Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 387
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mer 4 Jan - 22:03
Les neuf doigts de pied de Mello, aussi puants étaient-ils, profitaient du courant d'air qu'il avait volontairement provoqué. Il se sentait gagnant, en la regardant comme ça, à l'aise sur son fauteuil de vainqueur. À défaut d'avoir gagné contre Kira et par conséquent contre elle, il avait réussi à bloquer une enquête d'une importance majeure pour la survie de son meilleur ami et caché sa véritable identité pendant des mois.

Son regard fixe le ventre rebondit de Fate : combien de mois, de semaines, encore ? Était-ce l'enfant d'Hadès et si la réponse était positive, devait-il s'attendre à plein de merde lui tombant dessus de tous les côtés ? Hier encore, un éditorialiste japonais s'était amusé à faire une chronique en mettant l'avant l'hypothèse du faux cadavre, et il ne fallait pas oublier que l'agression sur Kira d'il y avait quelques jours avaient sûrement amené les copains de Harlaown, voire elle-même, à rouvrir son dossier. S'il avait un jour été fermé.

« Le dossier. »

Son regard parcourut la pièce de long en large comme si le fameux dossier pouvait potentiellement être enfoui dans le bordel omniprésent. Mello finit pas soupirer, finalement, puis se leva. L'air nochalant, le pseudo-détective ne passer à côté de Fate sans remettre ses chaussettes – L faisait ça et à ce moment, il se sentait un peu plus comme L.

« Vous pouvez vous asseoir sur le fauteuil en face du bureau. Dégagez les dossiers, c'est l'affaire de l'étrangleur de Londres, il a encore sévi. »

Puis, il se dirigea vers une étagère située au fond de la pièce, et récupéra un gros dossier jaunâtre qui devait être celui d'Hadès. Le chèque qu'elle lui avait donné n'y était plus, ayant été encaissé depuis longtemps, mais il lui rendrait le montant équivalent dès qu'il aurait son chéquier sous la main. Demain, il y avait pas mal de preuves, donc quatre feuilles complètes d'interrogatoires regroupant les aveux de la femme nommée Gazelle et le rapport complet de la police à ce sujet. L'affaire avait été classée et s'il ne savait pas qui avait commis le crime, il ne comprendrait pas pourquoi elle ne lâchait pas l'affaire.

Mello revint, s'allumant une autre clope et soufflant à son aise la fumée vers la fenêtre ouverte, s'asseoir à sa place. Il poussa le dossier vers Fate, suffisamment prêt pour qu'elle puisse l'ouvrir et le parcourir. Un dossier de cette taille, c'était rare dans son métier, et même s'il allait de fausses preuves en fausses preuves, il fallait avouer qu'il avait bien fait son boulot. Dans le genre, il y avait une analyse complète des endroits où se trouvaient Hadès et Mello à certaines heures, où il s'était surtout appuyé sur les faits étudiés par la police de Kira : quand il avait été assassiné, Hadès était toujours chez Fate. Mello savait que ce genre de faits ne suffiraient pas à convaincre Fate, mais il avait établi une liste solide de toutes les personnes qui étaient susceptibles d'en vouloir à Hadès et leur alibi au moment des faits. En plus de l'enquête minimaliste sur Mello, il avait fait un bon travail sur tous les portraits robots dont disposait le gouvernement et avait souligné l'implication de cette hackeuse du nom de Apollo dans la modification du rapport de police.

Si Fate ne trouvait pas au moins un suspect idéal, mis à part lui, c'était bien sûr qu'elle était une grosse connasse – ce qui n'était pas un mensonge.

« Le dossier. Vous trouverez aussi l'élégant e-mail de votre supérieur. Celui dont je vous ai parlé. »

Mello secoua la tête, toujours autant dépité par l'attitude de Fate quand il la voyait. Il sortit d'ailleurs son chéquier et en profita pour noter le montant que Fate avait dépensé avant de signer le bout de papier et lui filer.

« Le chèque. Cadeau. Vous avez trouvé quelqu'un d'autre et vous allez l'emm-lui faire perdre du temps avec vos salades qui pourraient le conduire au fond du trou ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» picture perfect memories - nolà
» Perfect World
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Perfect night ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: City :: "Willy and cie", agence de détective-
Sauter vers: