Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

We all go a little mad sometimes... | PV NM

 :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: La Banlieue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Apollo
Perséphone
avatar
Messages : 161
Age : 26
Localisation : Sur la toile
Dim 27 Mar - 17:52
C'est pressée qu'Apollo court dans les couloirs du métro londonien. Pas le temps de regarder, écouter, même les annonces, elle prend les chemins les plus courts, en sueur. Elle sait à présent qu'elle est dans une merde peut-être plus grosse que lorsqu'elle est partie de chez Arashi et pour s'en tirer, il lui faudra sûrement Fate et quelques autres contacts aussi juteux. L'hôtel que la jeune femme lui a indiqué se trouvait dans la périphérie de la capitale : elle mit donc un peu de temps à l'atteindre, grimpa dans un ou deux bus avant d'y parvenir. Elle s'arrêta deux ou trois fois, épuisée, la nausée aux lèvres, semblant plus fatiguée que mesure.

Dès qu'elle verrait Fate, elle s'effondrerait sans doute dans ses bras : la blonde lui avait terriblement manqué. Qu'importe leurs différences de camp, elle était bien plus humaine que tous ces Cheshire qui se foutaient des humains et n'écoutaient que leurs convictions. Plus elle s'avançait, plus les rames semblaient désaffectées et un peu abandonnées. Elle croisa deux ou trois connaissances qu'elle salua d'un signe de main, échangea avec eux deux ou trois barres de bouffe et un bonnet. Habillée de la sorte, elle était tellement mal grimée qu'on aurait eu de la peine à l'identifier en tant que femme. Seuls ses yeux ressortaient du déguisement, et encore, on aurait pu la prendre pour un garçon assez jeune. Elle avait rentré ses cheveux dans le bonnet, avait gardé l'imperméable qu'elle avait échangé au clodo rencontré juste après sa fuite qui cachait habilement le moindre centimètre de sa peau.

Sortie de la bouche de métro, elle releva la tête pour enfin se permettre de respirer un air potable. Elle se dirigea vers une carte du quartier, évalua où, à peu près devait se situer le Motel Blackwell que Fate lui indiquait. Apollo avait eu deux ou trois doutes, au début. Elle avait même pensé à contacter la blonde pour lui demander pourquoi elles ne pouvaient pas se voir chez elle...et puis elle avait un tout petit peu réfléchi et s'était rendu compte que non seulement il y avait le problème de Daniel, le coloc' de Fate, avec lequel elle avait couché et qui, la dernière fois, s'était tiré en la voyant et puis le simple fait qu'elle était recherché dans tout le monde. Ce dernier problème était de taille, et surtout que Fate tentait d'enquêter sur la mort de son ami, elle ne souhaitait pas qu'elle ait des problèmes à cause d'elle.

Son portable avait du mal à capter. De temps à autre, il faisait de petites vibrations étranges et elle ne parvenait pas à savoir d'où ça venait. Elle se dit qu'elle étudierait le problème d'un peu plus près ce soir, et qu'il fallait se concentrer sur ce fameux motel pour le moment...Celui-ci ne fut pas super difficile à trouver, d'ailleurs. Elle se présenta à la réceptionniste qui lui dit que sa connaissance était arrivée. Apollo sourit, sa mine blanchâtre à présent soulagée, elle monta également jusqu'à la chambre qu'elle trouva entre-ouverte. Y entra.

« Fate ? »

Il n'y avait encore personne. Apollo checka les toilettes : vides. Avait-elle pu manquer son amie en passant par l'ascenseur ? Sûrement. Elle ne devrait pas trop tarder, et en attendant, posa l'imper' dégueulasse sur le lit et libéra ses cheveux, lorsqu'elle eut l'impression d'entendre quelque chose à l'autre bout de la pièce.

« Fate ? ...C'est pas drôle...Faut pas me faire de trucs comme ça, surtout en ce moment, je suis vraiment cardiaque ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 116
Age : 15
Localisation : Coincé sous mes jouets º^º
Mer 20 Avr - 20:31

Quelques secondes après avoir reçu le message du rouquin, auquel il avait d’ailleurs répondu, Near s’était empressé de téléphoner à son chauffeur personnel, histoire de pouvoir rejoindre le lieu de la 'rencontre'. Cette fois, il n’allait évidemment pas prendre le train ou autre moyen de transport, ce n’était pas une partie de plaisir. Ayant entendu le son de l’obturateur, il avait bien entendu compris que la jeune femme avait réussi l’exploit de prendre une photo de lui… malheureusement. Et il faut bien avouer qu’il a eu vraiment peur pour sa petite vie, pendant deux, ou trois, secondes, juste le temps pour lui de recevoir le message de Matt. Enfin, sûrement plus si il n’avait pas était assommé de cette manière si lâche. Enfin.

Heureusement pour Near, la photo prise était de ‘mauvaise qualité’ pour les yeux d’un homme possédant les yeux de shinigami. Certes, il ne connaissait pas tout sur le Death Note et ses règles tordues –et qui pourrait y prétendre ?- mais il avait au moins pu apprendre au fil de ses aventures que certaines positions n’étaient pas valables. On remercie l’agaçante touffe de cheveux qui siège sur son crâne !

Motel Blackwell, hein ? Pourquoi pas, après tout. Le blanc connaissait bien –et même très bien- les lieux, pour y avoir séjourné quelques temps de ‘flottage’ après son arrivée à Londres. Vous savez, ces moments où on cherche à s’installer dans un lieu très fréquenté et qu’au final, on se rend compte que la recherche va s’avérer plus ardue.. et surtout plus longue.. que prévu. Même si ce n’était pas exactement le cas de Near.. : lui, il avait juste attendu que le C de l’époque démissionne de ses fonctions, afin de prendre la place. Oh, non, le blanc n’avait pas utilisé machinerie –pour une fois…- afin de prendre la tête du MI6 ! Cela avait été convenu entre les deux hommes, suite à une longue conversation dont je vous épargnerai les détails.

Near ramassa la perruque et les lunettes qui avaient valsé lorsque Apollo l’avait frappé, sans toutefois les réajuster sur lui ; il était en une sorte démasqué, cela ne servirait donc à rien à part le gêner quelque peu, car le blanc n’aime pas porter autre chose que ses habituels habits blancs, bien qu’il le fasse de mauvaise grâce pour se protéger. Malencontreusement, il n’avait pas de vêtements de rechange avec lui, et n’allait sûrement pas faire un détour plutôt long pour juste se changer. Il était bien trop concerné par le problème du moment pour ça.

C’est donc dans une drôle de tenue, moitié soignée, moitié négligée, qu’il monte dans la voiture censée l’amener à bon port. Il dépose ses affaires sur la banquette arrière, à ses côtés, avant de fermer les yeux, espérant que rien ne foirera. La prochaine fois, il suivra ce que son instinct –ou plutôt son imparable logique, c’est plus sûr- lui dicte, au lieu de tenter quelque chose qui ne fonctionne pas avec sa nature propre.

Autant éviter de se mettre en danger, n'est-ce pas ?  


grumpy grumpy grumpy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 16 Mai - 22:36
Il est surpris que l’odeur de la clope dans le couloir ne l’ait pas trahi. Probablement un peu trop lointaine pour des narines qui ont l’habitude. Ceux qui ont déjà fréquenté le Cheshire ont ce type d’immunité. Ou alors ils ont appris à ne pas y prêter attention. Il n’a pas fréquenté Apollo tant que ça, si ? La preuve, il n’arrive même pas à se souvenir si elle fume également. Il ignore que s’il n’attire pas les soupçons, c’est que Fate Harlaown est aussi une fumeuse, et qu’Apollo s’attend donc bien à ce que ça sente la clope au fur et à mesure qu’elle approche de la bonne chambre. Même si c’est un motel non fumeur. Pour en revenir à la hackeuse en herbe, Matt ne se souvient plus de sa voix et même les traits de son visage lui sont flous. Il n’arrive pas à se rappeler à quoi elle ressemble précisément. Il a juste le souvenir qu’elle est brune, qu’elle a des yeux bleus, et qu’il la trouvait mignonne. Quelle importance ça a, maintenant ? Qu’à cela ne tienne, sa rancœur contre elle ne tient pas d’une histoire de jalousie envers celui qui se l’est tapée, leur ‘ennemi’, même si on aimerait bien y croire. Ce genre de relation délie les langue –dans les deux sens du terme-, or Matt a une allergie profonde pour toute forme de trahison. C’est peut-être un syndrome, tout comme la loyauté de Matt est probablement un syndrome. Un geek surdoué se doit d’avoir une instabilité mentale, un peu, non ? Mello est légèrement sadique sur les bords, pour sa part, et Near est un sociopathe comme L l’était avant lui. Chacun sa merde.

Les yeux rivés sur sa PSP, le rouquin joue à un Need for speed très moyen, cela lui permet de ne pas être pleinement concentré dessus. Matt a loué l’étage pour ce soir, car ce serait dommage que des oreilles indiscrètes profitent de leur conversation grâce aux murs en cartons. Quand Apollo entre dans la chambre où elle est invitée, lui occupe celle d’à côté et il l’entend arriver, il entend la porte se fermer. Matt range sa PSP. La nana est tombée dans le piège aussi facilement qu’un poisson mord à l’hameçon. L’interception de ces messages est peut-être d’un degré de perfidie trop élevé pour qu’elle ait pu concevoir que ça puisse lui arriver. Mais il ne faut pas en attendre moins d’un cracker qui vous en veut, même s’il est un bon gars comme Matt. Les crackers ont l’habitude de baiser la vie privée d’autrui, quand celle-ci est une menace. On se demande pourquoi c’est illégal : l’Etat exactement fait la même chose, après tout. Matt quitte sa place et, peu après Apollo, il rentre à son tour dans la bonne chambre. Il se contente ensuite de s’adosser à la porte qu’il a refermée derrière lui et s’allume une autre clope. La brunette s’est éloignée pour chercher sa camarade mais ne tarde pas à revenir, sur ses gardes. Sûrement le bruit du zippo, qui l’a alerté. Autrement, Matt a été aussi discret… qu’un chat.

« Fate ? ...C'est pas drôle...Faut pas me faire de trucs comme ça, surtout en ce moment, je suis vraiment cardiaque ! »

« S’il n’y avait que ça », rétorque t-il d’un ton trainant.

Le rouquin a presque sa dégaine habituelle. Presque. Ayant troqué ses gants de geek contre des gants de motard, et son pull rayé contre un t-shirt noir sans manche à l’effigie de Led Zeppelin, le gars a l’impression d’être sobre. Certes, il l’est un peu plus qu’à son habitude, mais il y a encore du chemin à parcourir. Ses Ray-ban sont suspendus par la branche à son haut, et quand il relève le nez après avoir rangé son briquet, son regard azur rencontre directement celui de la brune. Matt a probablement un côté sociopathe, lui aussi, c’est étrange de ne rien ressentir quand on regarde quelqu’un qu’on a côtoyé pas mal de temps. Ni nostalgie, ni empathie, ni colère, ni rien. Un vide complet. Il se demande si tout le monde ressent ça quand on refait face pour la première fois à la personne en qui on a perdu confiance. C’est ce qu’on devrait, en tout cas. Impassible, il expire une bouffée de nicotine après avoir jaugée Apollo un bref instant, puis reprend non sans sarcasme :

« Salut Dafne. Contente de me voir ? » Question rhétorique, il ne la laisse même pas répondre : « Tu t’assoies, qu’on discute ? J’attends un pote, au fait. C’est plus convivial qu’à deux. »

Ce qu’il dit est carrément ironique. Comme si ce mec en avait quelque chose à foutre que ça soit plus convivial. Au contraire d’ailleurs, il préfère les duos que les comités… ah tiens, il est complètement sociopathe en fait. A force de rencontrer des gens ces temps-ci, le geek l’aurait presque oublié.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Apollo
Perséphone
avatar
Messages : 161
Age : 26
Localisation : Sur la toile
Dim 5 Juin - 23:31
En effet, il y avait bien eu un bruit à côté de la porte, mais ce n'était pas Fate. Par réflexe, elle avait jeté un ultime regard vers son téléphone, mais l'écran restait désespéramment noir, comme s'il avait été victime d'une panne surnaturelle. C'est en entendant la voix plutôt masculine qu'elle comprit qu'elle avait été piégée. À ce moment-là, moult émotions surgirent de nouveau : la panique dans un premier temps, car elle était fatiguée, enceinte et qu'elle ne connaissait pas ce que ce type allait faire d'elle, puis, un courage un peu fou de le renverser et de s'enfuir à nouveau. Enfin, la résignation suivie d'une prise de conscience : si Cheshire, car c'était bien Cheshire, avait pris la peine de l'entraîner jusqu'ici, il avait sûrement pris ses précautions pour qu'elle ne puisse pas sortir de la chambre.

Dafne ne connaissait pas non plus les liens qui existaient entre le type qu'elle avait pris en photo et le Chat, mais le comportement du type en blanc était pour elle trop louche pour qu'il puisse agir seul. Elle pariait sur un employé de Cheshire ou un truc comme ça : après tout, il l'avait bien prise en train de hacker un site dans une église...Elle choisit donc de ne pas courir : ce n'était « que » Cheshire. Certes, ce n'était pas très rassurant, mais elle savait au moins le chat assez intelligent pour bloquer toutes les issues. Elle était encore persuadée qu'un discours pacifiste et l'éclairant sur sa situation serait bien pour clarifier les choses.

C'est pourquoi elle choisit de rester dans la chambre d'hôtel et, comme il le lui demandait, s'assit sur la chaise en face de lui.

Dafne était blanche. Elle repensait à sa dernière rencontre avec le hacker et à la bourde qu'elle avait faite. À l'époque, Matt avait comme projet de détruire tous les serveurs des pro-Kiras. Ils s'y étaient mis à trois, elle, Matt, Billie. Elles deux faisaient partie des modérateurs du forums et étant celles qui avaient le plus de capacités en informatique. Elle avait tenté de sauver les fichiers d'Arashi, il avait menacé de la tuer. Depuis, ils n'étaient pas vraiment en très bons termes. Elle ne le haïssait pas, non ; elle se disait juste qu'il avait des valeurs étranges et qu'ils n'essayaient pas de voir les choses sous plusieurs angles.

« Cheshire. »

Sa voix lui paraissait ridiculement basse par rapport à d'habitude. Elle retenait ses mains de trembler et les avait d'ailleurs plongé dans la couette du lui pour qu'il ne puisse les voir. Elle n'avait aucune arme à part ses mains et ses pieds, mais Matt était sans doute armé.

« Contente ? Pas vraiment. Au message que tu m'as envoyé, j'en déduis que lorsque j'écrivais un message à Fate, il t'arrivait, et du coup, c'est pour cela que je n'ai pas de nouvelles depuis quelques mois. »

Elle soupira : si seulement elle avait pu s'en douter.

Plus que ce qu'il s'était passé avec Arashi, au vu de son amitié avec Fate, Matt devait la prendre pour une traîtresse. Surtout si la photo envoyée était celle de quelqu'un d'important.

« A tes mots, je devine que ton ami est le mec au comportement bizarre dans l'église...Et que tu crois que je collabore avec Kira car j'ai envoyé sa photo à Fate...Sauf que non. C'est juste une amie. Je l'aide à régler le meurtre de Hadès et c'est tout. J'ai tourné la page avec le passé. Je ne veux plus entendre parler d'Arashi, ni de Mello, ni d'aucun camp de la résistance. Je veux juste vivre une vie à peu près normal, même si là, ce n'est pas le pied. Tu comprends ? »

Elle savait d'avance qu'il ne comprendrait pas, mais au moins, elle aurait essayer. Dafne se souvenait des rumeurs comme quoi ce type était le bras droit de Mello. Qu'ils étaient très proches...Mello était mort, maintenant : tentait-il de régler tous ses comptes et les trahisons passés ? Si c'était le cas, elle avait à s'inquiéter.

« Je suis désolée pour Mello. Je ne penserai pas qu'il se ferait tuer aussi facilement... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 116
Age : 15
Localisation : Coincé sous mes jouets º^º
Mer 29 Juin - 12:06


La voiture s’arrêta. L’albinos en descendit, observant pour la seconde fois les lieux. L’endroit n’avait absolument pas changé depuis la dernière fois qu’il était venu ici –normal, étant donné que sa discussion avec Matt ne remontait pas à si longtemps que cela… Le motel semblait toujours aussi miteux, toujours aussi vide. Toujours aussi tranquille. Une bonne chose pour les affaires. Moins il y avait de clients, moins il y avait de personnes, et moins il y aurait de possibles témoins dérangeants. Pas d’oreilles indiscrètes, donc.

Lorsqu’il entra dans le hall du bâtiment, le gérant ne fut même pas surpris de le voir… Ce dernier était maintenant habitué à ce que d’étranges extraterrestres fréquentent son lieu de travail. Ledit alien blanc traîna les pieds jusqu’à l’escalier, qu’il gravit d’un pas lent. Direction chambre vingt-deux.

Sauf que cette fois, il n’était pas seul. Le chauffeur qui l’avait accompagné jusqu’ici faisait aujourd’hui aussi office de garde du corps. Eh oui. Near avait été très prudent. Le gars se posta à droite de la porte, bras croisés ; il n’interviendrait que si cela serait nécessaire. Pour l’instant, il sera juste un porte-manteau pour la veste que portait le chef du MI6.

Celui-ci écouta tout d’abord à la porte, décelant les bribes de la conversation. Il attendit qu’il y ait une sorte de pause, une respiration, ou quoi que ce soit du genre avant de toquer, patientant le temps que l’on daigne le faire entrer. Un signe de tête en direction du chat et un regard impassible pour la jeune femme en guise de salut. Il n’allait tout de même ne pas être autrement avec la femme qui l’avait frappé dans la même journée !

« Bonjour » fit-il quand même de manière futile. « Je suppose qu’il n’y pas besoin de faire de présentations. »

Il passa devant le rouquin, s’asseyant de sa manière bizarre -et un peu inconfortable si l’on reste ainsi longtemps.. ; mais bon, c’est Near…- entre ses deux interlocuteurs, l’arrière-train directement en contact vers le sol. Il les fixa un instant, l’un après l’autre, avant de reprendre :

« Nous avons certaines choses à clarifier. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 16 Aoû - 13:56
La réaction sobre et docile d’Apollo est appréciable, il faut le reconnaître. Elle est parfois du genre impulsive et irréfléchie. Alors, avec Matt et sa patience légendaire, ça aurait pu passer autrefois, sauf que là, ils ne sont plus potes, et sa patience avec elle a été épuisée. Ainsi donc, son attitude posée est intérieurement bien accueillie par le rouquin. Cela rend les choses plus simples. Matt aime bien la simplicité dès que ça touche aux hostilités ou au social.

« Contente ? Pas vraiment. » Matt affiche une moue faussement vexée, qui fait osciller sa clope vers le bas, « Au message que tu m'as envoyé, j'en déduis que lorsque j'écrivais un message à Fate, il t'arrivait, et du coup, c'est pour cela que je n'ai pas de nouvelles depuis quelques mois. »

« Ta perspicacité ne m’a jamais déçu », ironise t-il.

Un fin sourire en coin s’esquisse sur ses lèvres, mais son regard demeure très neutre, dénué de la moindre lueur. En soi, il n’a pas l’air moins indifférent que d’habitude. Peut-être un peu plus froid. C’est aussi parce qu’il ne gobe pas le baratin qu’elle lui sert. L'air las et exténué de la demoiselle ne crédibilise en rien ses paroles décousues. Matt ne sait pas comment elle fait, mais Apollo réussit l’exploit de se contredire et démonter ses arguments en deux phrases issues du même discours.

« Une amie qui bosse pour Kira », précise Matt, « Tu dis que tu veux une vie normale, que t’as tourné la page, mais tu continues à tremper dans la merde pour un truc qui n’te regarde même pas. Elle est où, la putain de logique ? »

Y en a pas, d’ailleurs, Apollo lui présente des sortes de condoléances qui le prennent au dépourvu. Heureusement, sa confusion passe aisément pour la douleur d’une perte, mais l’avait-elle deviné proche de Mello ? Peu importait, au point où ils en étaient.
« Aussi facilement », l’insulte. Le blond en serait vert.

« Nan », fait-il alors, vaguement narquois, « nan, t'es pas désolée. »

Vraisemblablement, elle a une dent contre Matt désormais. Alors elle ne serait sincèrement désolée d’aucune de ses pertes. Bien sûr, il ne lui en veut pas pour ça. Lui non plus, il n’est pas désolé. Near choisit ce moment pour entrer en scène. Se décollant de la porte, Matt se retourne pour la déverrouiller et l’entrouvrir. Après avoir vérifié que c’est bien le nabot qui a toqué, il s’écarte un peu et le laisse entrer. Si Matt tenait un peu plus de Mello, il lui aurait fait remarquer qu’il a mis un foutu temps à se bouger le cul.

Le rouquin ferme après Near.

« Nous avons certaines choses à clarifier. »

« Va droit au but », dit Matt en croisant les bras.

Sa clope est sur le point de se terminer, c'est comme un sablier pour Matt, qui lui rappelle le temps qu'ils perdent pour cette meuf. Le geek est pressé de retrouver la solitude, pourtant c'est pas lui qui va lancer le débat. Il est suiveur, pas négociateur. Son job n’est pas tout à fait terminé toutefois, puisqu’il épaulera Near dans ces décisions, dans l’espoir qu’elles ne soient pas mauvaises.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Apollo
Perséphone
avatar
Messages : 161
Age : 26
Localisation : Sur la toile
Dim 28 Aoû - 22:38
Il est arrivé, le mec qu'elle a rencontré dans l'église. Il a toujours l'air aussi bizarre, maintenant qu'il n'a plus de perruque et bizarrement, elle est persuadé que Fate l'aurait payée cher si elle avait su qu'elle était en possession de cette fameuse photo. C'est étrange que de voir ce type aux cheveux et au teint totalement blanc : à ce moment, Dafne se demande quel âge il doit avoir...un teint pareil, ça trompe tout le monde. 20 ? 30 ans ? Seules ses cernes lui donnaient plus que son âge.

Cheshire et l'homme en blanc faisaient un drôle de couple. D'un côté le geek qui paraissait se foutre de tout, de l'autre, ce type qu'elle n'aurait pas su qualifié, mis à part le fait qu'il ne semblait pas très heureux d'avoir été frappé, puis prit en photo par une femme enceinte. Apollo ne bougeait pas du siège de fortune qu'elle s'était fait. Elle était un peu triste car Cheshire en personne était persuadé qu'elle avait trahi pour de bon...

Elle n'aurait jamais dû aider Fate : vivre un moment avec Arashi avait changé sa façon de penser plutôt bipolaire. Soit d'un côté le mal, Kira, de l'autre tous les résistants. En vivant avec le ministre de la justice, elle avait découvert un monde plus gris qu'elle ne l'aurait cru...et en ressentant la mort d'Hadès à ses côtés, quelque part, elle s'était dit qu'en allant aider Fate, peut-être que Arashi réussirait à s'en remettre. Et non : la preuve en était, cette chasse sur sa tête expliquée par les affiches qu'elle avait vu un peu partout en ville.

« Nan j'suis pas désolée. », dit-elle sans émotion aucune. « J'aimais pas ce gars, mais pas au point de rire de sa mort. Hadès était un bon gars par contre, et j'suis atterrée qu'il soit décédé. Il mérite qu'on le venge...même si la démarche de Fate est un peu bizarre, étant donné ce qu'elle était avant. Et toi, tu fumes alors que je suis enceinte. C'est pas super poli. »

Ils avaient des choses à clarifier.

Quoi ? Elle pensa sur le coup à la rencontre dans l'église, et puis à avant, lorsqu'un espion sur le forum des hackeurs avait déjà mis en doute sa loyauté. Elle espéra que Cheshire ne pensât pas que, déjà, à l'époque, elle n'était qu'une traîtresse. Pointant Near du doigt, elle posa deux ou trois questions : après tout, sur ce type, on ne pouvait que se poser des questions.

« Vous êtes qui ? Et pourquoi vous connaissez Cheshire ? Et qu'allez-vous faire de moi ? Il a raison, j'ai merdé sur toute la ligne, mais je ne mérite pas d'être arrêtée. J'ai juste voulu aider mon amie, c'est tout. Surtout que sur le fond, j'ai toujours été d'accord avec vous : Kira doit être arrêté. »

Elle se tut, attendant leurs explications, à eux qui semblaient être plus intelligents que tous le monde, eux qui prenaient les décisions sans laisser le temps au commun des mortels de s'expliquer. Elle fut malheureusement prise d'une nausée assez violente et courut s'enfermer dans les toilettes dans la seconde qui suivit...C'était immonde et dégueulasse et, les larmes aux yeux, elle put avoir le déplaisir de s'observer dans le miroir de luxe que leur offrait l'hôtel : le reflet d'une nana fatiguée, enceinte. Elle n'était pas jolie à voir. Pendant un moment, elle hésita à éclater les murs en parpaing fins de la salle de bain, mais cette idée aussi stupide qu'inutile finit de la fatiguer. Elle sortit de la pièce pour aller se rasseoir sur le lit.

« Pardon, contretemps inutile. Vous disiez ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 116
Age : 15
Localisation : Coincé sous mes jouets º^º
Dim 27 Nov - 17:43

Le petit blanc entra donc en ces lieux et s'assit par terre ; comme il venait de le dire, ils avaient des choses à clarifier. Des choses très importantes~

Il réfléchit un peu à ce qu'il allait dire mais un déluge d'interrogations le coupa net dans sa réflexion ; et alors qu'il s'apprêtait à y répondre -pour la plupart-, la jeune femme lui mit ce qu'on peut qualifier de "vent" lorsqu'elle s'enfuit dans la salle de bain attenante à la chambre pour y... vomir d'après les bruits peu ragoûtants qu'il pouvait entendre. Ok.

Le chef du MI6 profita de son absence pour déjà expliquer ce qu'il pense de la situation à Matt :

« Il sera difficile de la laisser partir après ça... » commença-t-il, sachant pertinemment qu'elle est intelligente -ce n'était pas pour rien qu'elle avait été choisie pour être modératrice du forum des hacheurs. Ses mains cherchent quelque chose sur le sol. Rien. Pas de jouets qu'il affectionne tant. Heureusement pour le bonhomme, il ne bougeait jamais sans un paquet de cartes de tout ce qu'il y a de plus simple. Un mouvement, et hop ! la base est déjà érigée. Il reprend :

« Les locaux du MI6 sont grands, et la plupart ne sont pas utilisés... » laissant sous-entendre à Matt ce que ce dernier doit comprendre.

Apollo revint à ces instants, l'air pas très en point. La base de tout à l'heure avait pris du galon entre-temps, et la pyramide pointait maintenant vers le plafond. Near pu enfin répondre à ses questions, une main distraitement déposée dans sa chevelure décolorée -ou plutôt, à un seule, pour le moment :

« Tu peux m'appeler N. »

A elle de faire le lien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: La Banlieue-
Sauter vers: