Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

The lower you fall, the higher you'll fly [Dan]

 :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Camden Town Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 6 Fév - 21:29
Après avoir acheté ses filtres dans un tabac, qu’il cale dans sa poche, Matt est paré pour rouler les joints de Sammy chez lui. Changement de plan pour cet aprèm, par contre, car sur son chemin, il croise la route de ce type qu’il reconnaît au premier coup d’œil. Ses Ray-Ban Aviator sur le nez l'en cachent bien, mais à ce moment, le rouquin scrute le mec un long moment. Ce brun, qui rentre tout juste dans un café pour sa pause 16h, c’est le stalkeur qui a pris en photo le devant de l’agence de Mello. Les raisons de ce geste sont totalement inconnues. Matt n’a toujours pas réussi à les déterminer, et si seulement il pouvait au moins déterminer l’identité de ce gars, en premier lieu, ce serait déjà bien… Il a l’impression de voir d’autres problèmes poindre. Et s’il avait été engagé par Harlaown ? Bordel.

Matt s'arrête pour réfléchir, la tête basse. Enquêteur, flic, autres… comment le savoir sans avoir à lui parler directement ? Le rouquin arrive certes à socialiser, parfois, mais il est plutôt mauvais acteur –ou du moins, il se juge mauvais acteur. S’il venait aborder ce type, ça aurait certainement pas l’air naturel, encore moins s’il posait des questions indiscrètes. Dans le meilleur des cas, il passerait pour un gay. Oui, dans le meilleur des cas, c’est dire. Matt n’étant pas très bavard sur lui-même, il a tendance à juger que les autres sont comme lui, puisque… il ne fréquentent pas beaucoup d’autres, justement. Même Mello, son propre frère, garde des choses pour lui. Il lui semble donc, à Matt, que le meilleur plan pour arriver à la vérité, ce serait de faire parler les actions… Comment réagirait le stalker s’il surprenait un type en flagrant délit ? Matt regarde nonchalamment autour de lui. Des passants passent. On l’ignore. C’est ça que d’être habillé normalement. T-shirt, blouson, jean, rangers. Rien d’extravagant. Remarque, les londoniens ont un degré 100 de tolérance, même les gens fringués de façon chelou –comme il pourrait l’être- passent inaperçus.

Le rouquin se met en marche en réfléchissant. Il est arrivé par là, donc, il aura toutes les chances de repartir par là. Putain, on dirait qu’il planifie un meurtre. Rien à foutre. Matt prend le chemin qu’il présume que l’autre prendra en sortant du café, puis tourne la tête vers une petite ruelle solitaire sur le côté. Parfait, le geek se cale donc là. Il laisse le reste au destin. L’inconnu pourrait choisir une autre route. Ou il pourrait très bien prendre celle-ci, mais ne même pas tourner la tête vers Matt. S’il est flic, toutefois, il sera assez observateur pour le faire. Matt apprend à rouler ici-même, debout, le dos calé contre le mur. C'est tellement chiant –il perd du tabac dans la foulée, mais pas la fameuse herbe, heureusement- au point que le stalkeur a certainement eu le temps de prendre des gateaux avec son café. Puis le rouquin est enfin prêt, et il tient dans sa main un bon… Gros… Joint. Il l’allume, et commence à le fumer, se sentant l’âme d’un Bob Marley. Sensation étrange...

Premier petit délit pour Matthiew Macfarlane, mec sans problème, sans histoire, sans rien -tu parles. Dès que quelqu'un passe, le joint se trouve savamment dissimulé dans l’intérieur de sa main au point que seul l’odeur peut le trahir. Tour de passe-passe qui peut tromper une personne lambda, mais certainement pas un keuf. Ce n’est pas la bonne personne, t’façon. Matt tire donc une autre latte de son pétard, puis, une deuxième personne passe. Deuxième combine discrète. Le joint dans son poing presque fermé, Matt tourne la tête. C’est lui, le stalkeur. Un sourire poli s’esquisse sur les lèvres du geek, qui garde le joint planqué. C’est le sourire réservé et simple du mec qui a l’impression d’avoir affaire à un confrère, et non à un type des forces de l'ordre.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Localisation : MI5. Ou avec Sammy. Sammy, c'est celui qui conduit, celui qui ne boit pas.
Mer 10 Fév - 20:51
Dan en avait ras le bol de bosser. Il croulait actuellement sur des dossiers tous plus immondes les uns que les autres et si faire du terrain était une chose qui le satisfaisait plutôt car il était doué en déduction et en improvisation, la paperasse était la hantise du O'Riley. Il avait même proposé à son supérieur hiérarchique de donner, pour une économie de temps et d'argent, ses plus gros dossiers à sa secrétaire...mais après une gros gueulante, il en avait été dissuadé. Quel intérêt il y avait-il de tout organiser, de classer  ou encore d'archiver lorsqu'il y avait du personnel payé pour cela ? Le pire, c'était que maintenant, la plupart de son temps était consacré à cela...Et c'était sans doute pour cela qu'on le retrouvait aussi souvent à la machine à café.

Aujourd'hui n'était pas coutume, Daniel avait sorti un énième prétexte complètement invalide pour sortir plus tôt. Celui du jour était « je dois emmener mon chien chez le véto » : pas inhabituel, mais irréfutable. Avec les années, il avait développé une sorte de bouclier d'excuses bidons lui permettant d'avoir son vendredi après-midi...et puis, au boulot, tout le monde savait que le britannique était fou de ses chiens, deux labradors très affectueux. Il en avait des photos un peu partout – et c'était surtout que ça lui permettait de cacher des trucs louches derrière les cadres.

...C'était donc pour ça que, un peu plus tard, il se promenait tranquillement dans Camden. Toujours en costard cravate, il dénotait pas mal avec la faune locale, eut le plaisir de s'arrêter dans un café pour s'acheter en vitesse un fish n'chips – et quelques méths au passage – et salua de loin un tatoueur qu'il connaissait. Il se sentait bien, ici, comme si le bordel ambulant le reposait...Ouais, il était 16 h, et alors ? Il n'avait pas bouffé de la journée pour la simple et bonne raison qu'ils avaient dû faire le piquet devant une maison déserte pendant bien quatre heures avant de s'apercevoir que les trafiquants s'étaient tous faits la malle. Et toujours cette paperasse de merde, aussi, qui lui avait pris tout son temps.

Ce qui amena Dan à croiser Matt fut finalement plus un coup de bol qu'autre chose : n'étant pas vraiment en pause de 16 h, il aurait pu prendre une autre rue, ne jamais le rencontrer et là, alors, tout le plan de Matt aurait été ruiné jusqu'à la prochaine fois. Cependant, il se souvint qu'il lui manquait du tabac pour son narguilé et fit donc demi-tour, empruntant de nouveau le chemin qu'il avait pris pour venir...Il connaissait bien cette Londres obscure et un peu bizarre et avec le temps, avait appris à l'aimer. On y trouvait de tout et Dan aurait pu vous dire qu'au croisement de cette route, là-bas, il y avait un punk qui réalisait des sculptures extraordinaires, mais également, un peu plus loin, une boîte de nuit qui était uniquement ouverte de 3 à 6 h du matin les vendredis...et puis également qu'il sentait une drôle d'odeur qui venait du coin de la rue.

Ses narines humèrent et il reconnut la bonne odeur d'un bon pétard.  Son regard se posa sur son propriétaire qui n'avait pas l'air d'avoir été trop déchiré par la vie – Dan savait à quoi ressemblait un drogué, il travaillait quotidiennement avec – sûrement un type qui voulait s'essayer un peu à autre chose.

Son instinct de flic lui aurait peut-être dit de l'arrêter, de lui confisquer ce qu'il fumait.

Son instinct de fumeur, surtout de récidiviste lui soufflait de foutre la paix à ce gamin.

Dan ne répond pas au sourire, tout de même. Il se souvient de l'allure de Foxworth, de l'air déçu qu'il a pris lorsqu'il a découvert qu'il s'était de nouveau fait embrigader là-dedans. Il se dit qu'il est un très mauvais exemple pour la population, mais qu'il ne peut pas non plus encourager ça.

« Gamin. Lâche ce joint, il pue comme c'est pas permis, t'as même pas choisi les bonnes herbes, bordel. À force d'imprudence, tu vas mourir d'un peu tout à la fois dans deux ans...t'as envie de ressembler à ces clodos qui se trimbalent dans les squats ? Nan, j'crois pas. »

Dan ne se gêna pas, d'ailleurs : il poussa Matt et lui piqua le pétard...en fuma une latte avant de tousser de dégoût. Bordel, ce type n'avait aucun goût ! Il l'écrasa sans aucune pitié sur le sol.

« Si tu veux des conseils, demande. Mais te bouffe pas la santé à cause de trucs dégueulasses. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 6 Mar - 10:44
Matt hausse légèrement les sourcils, feignant l'air d'un mec assez surpris de s'être fait aussi facilement cramer. Ça le fait intérieurement marrer qu'un gars de son âge le traite comme un adolescent; il n'est pas le premier à penser Matt plus jeune. À force de fumer autant et de bouffer n'importe comment, le geek aurait dû se dessécher mais non, sa bonne gueule défiant la science est restée juvénile. Matt n'obéit pas et garde le joint dans sa paume. Le jeter serait reconnaissance de faute, or un "gamin" n'admettrait pas aussi facilement.

Le type n'a pas l'air bien content de le voir ainsi, comme tout brave flic surprenant une petite frappe en fait. Brave flic ? Le mec s'approche pour lui chiper son joint et tirer une bonne latte de champion, qui aurait pu laminer le cerveau de Matt si lui-même s'était permis de reproduire un truc pareil. Un bon amateur en drogue quoi, le geek. Surpris, il en reste la main en l'air, puis l'abaisse lentement en même temps que le menton, constatant que le bedot a fini sa course par terre. Serieusement ?! Non seulement le mec n'est pas pédagogue, mais en plus il sort un baratin vaseux à un type conscient d'avoir acheté sa came au meilleur dealer du milieu. L'assurance d'une personne lambda ne sera jamais suffisante pour faire douter Matt sur ses acquis.

« Merci, mais si tu voulais que je partage, il suffisait aussi de demander. Inutile de balancer 2£ par terre. »

Prix moyen d'un joint, en effet. Matt profite d'avoir le type bien en face pour le jauger du regard. Derrière son air blasé, presque indifférent, il est en réalité déstabilisé. Cet inconnu est aussi moralisateur et "sympa" que la police londonienne... Mais fumer les joints des autres, et s'y connaître un peu en bonnes herbes, c'est tout bonnement digne d'un délinquant. L'air de rien, Matt sort son paquet de clopes fétiches qu'il ouvre du pouce avant d'en tirer une entre ses lèvres.

Si ce gars n'est ni flic, ni enquêteur, qu'est-ce qu'il foutrait à photographier l'enseigne de Clarke ?! C'était pas un site touristique, bordel.

« Sinon t'es qui ? Et le sermon, c'est en quel honneur ? », demande t-il d'un ton traînant, tout en allumant sa clope.

Il inspire une bonne bouffée. Ah. Là ça fait du bien ! L'autre connerie lui était un peu montée au cerveau, vivement que ça redescende.

« Moi c'est Matthiew, j'aime bien savoir qui veut me donner des conseils.»

La clope au bec, le rouquin lui tendit poliment la main.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61
Localisation : MI5. Ou avec Sammy. Sammy, c'est celui qui conduit, celui qui ne boit pas.
Sam 12 Mar - 23:23
Un petit con : c'était bien ça. En face de lui, il y avait un de ces petits cons comme celui qu'il avait été et qu'il était toujours. Qu'il était dur pour lui, un flic en fonction, de faire la morale à un gosse aurait eu l'âge de son fils s'il en avait eu un. Il regarde avec douleur le joint écrasé sur le sol : en temps normal, il n'aime pas gâcher de la marchandise mais...C'est pour son bien...Enfin c'est ce qu'il se dit, c'est ce qui diraient la plupart de ses collègues des stups, ceux qui sont normaux et sans addiction. Ceux qui n'ont pas chez eux une cave remplie de lumières artificielle et de plantes en pots.

Pas étonnant qu'il l'ait saisi : Daniel n'avait jamais été un très bon comédien. Il le regarda allumer sa clope en lui posant des questions : c'était là que les sujets sensibles allaient arriver. S'il avait pu se contenter de lui faire la leçon et de se tirer après, on en serait resté là, mais non. Il lui demandait carrément de donner son identité : Daniel ne savait pas vraiment comment tout ça pourrait se terminer. Faire semblant d'ignorer la demande ? Mauvaise idée, il finirait bien par le relancer, et puis ça paraîtrait vraiment louche...Et en fin de compte, il se demanda ce que vraiment il en avait à foutre de tout cela. Il ne reverrait sûrement pas ce type et en plus, il était sûrement en train de rater un match super important à la télé qu'il ne pourrait plus revoir de sa vie. Et son café était sans aucun doute en train de refroidir.

Sauf qu'il était britannique. Ce n'était pas son genre de se tirer sans rien dire, et en plus, il était sociable. Quand quelqu'un lui tendait la main, il ne lui tournait pas le dos.

« O'Riley. Dan O'Riley. Trois cures de désintox', mec. J'suis mal placé pour te conseiller, mec, mais ça commence comme ça et ensuite, tu te retrouves à dealer et à te faire choper par les poulets. Et crois-moi...Tu ne veux pas que ça t'arrive, surtout à ton âge. »

Dan lui serra la pince, tout simplement.

Il sortit également une clope, l'alluma, posa ses affaires contre le mur et s'assit, faisant genre que lui-aussi pouvait s'intéresser aux problèmes d'un type comme lui. L'écoute, il n'y avait que cela, et en fin de compte, il allait peut-être tomber sur un type super avec qui descendre des shots. Soufflant la fumée, il se rendit compte à quel point ce joint lui avait fait envie, à quel point enquêter tous les jours sur des crimes ayant la drogue en lien était compliqué...Il suffisait de voir le nombre exceptionnel de rechutes qu'il avait faites pour comprendre et d'ailleurs, Dan n'avait pas vraiment menti : en effet, le boulot l'avait bien obligé à suivre ces cures. Il en était ressorti plus maigre, complètement anéanti, mais toujours lui-même.

« Ta petite amie t'emmerde ? Laisse-moi deviner...une blonde complètement caractérielle ? C'est affreux, quand elles ont leurs règles, hein... Putain, quand ma secrétaire a les siennes, je la trouve tellement charmante que j'ai envie de l'emmener dans les chiottes pour la tringler, peu importe comment... »

Il oubliait vraiment à qui il s'adressait, emporté pour l'amour – faute de pouvoir toucher ladite secrétaire – qu'il portait à son associée.

« ...Désolé pour le joint, j'ai une envie soudaine. », il sortit son propre matériel et s'en roula un. « On partage, si tu veux. Assis-toi, va. Tu permets que je t'appelle Matt ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
» WHY DO WE FALL ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Camden Town-
Sauter vers: