Pitié et allégeance à toi, Kira ! La foule s'inclina en silence, respectueusement devant cette idole masquée et inconnue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une affiche de trop - Mello ♠

 :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Camden Town Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 31 Aoû - 19:28
Le soleil. Un petit vent frais.

C’était une fin de journée parfaite pour Mysha. Après avoir été assommée par des chiffres pendant 7h de cours, une petite pause entre amis était bien méritée ! Ils avaient décidés de se rendre dans un café sympa, d’ambiance futuriste où  ils servent, apparemment, des cocktails bizarres. La tête posée dans ses bras, avachie sur une table de la terrasse, la jeune fille riait entre ses camarades. Elle regrettait de ne pas avoir pu y participer auparavant, devant rentrer à une heure fixe, pour faire plaisir à papa et à maman. Maintenant, elle prenait part aux cancans, racontait les siens, sa vie, ses malheurs. On lui dressait enfin une liste de lieux à éviter de telle à telle heure, on lui apprenait un peu la vie. Lewisham… Haha, pas étonnant. La jeune fille était devenue un peu plus méfiante depuis. C’est pourquoi elle décida de rentrer chez elle, pendant qu’il faisait encore jour.

« C’est pas que j’vous aime pas, mais je devrais vraiment y aller maintenant »

Elle ramassa son sac, et les quitta de bonne humeur. Ses potes, eux, la charriaient en lui disant de faire gaffe sur la route. Evidemment qu’elle allait faire attention aux personnes louches !

D’un pas joyeux, l’étudiante traversait les rues de Camden Town, admirant des peintures à la bombe exposées sur le sol. Les passants aussi. Ils avaient tous des styles différents, et elle était fière de passer inaperçue parmi eux, avec son nouveau poncho. C’était le seul lieu de Londres où elle pouvait s’habiller comme elle le voulait, sans se faire regarder de travers. Tellement pratique. La jouvencelle continuait son chemin. Sur les murs, des affiches de tout  genre défilaient au rythme de son pas. Concerts, expos, tags, et au loin des taches rousses, qu’elle ne pouvait encore distinguer. Mais bon, quel intérêt ? Ce ne sont que des affiches de tout et n’importe quoi, puis il fallait traverser.
Alors elle changea de trottoir, en attendant gentiment que le feu piéton passe au vert. Au fur et à mesure du trajet, la folie du quartier s’estompait, les artistes se faisaient plus rares, les murs devenaient presque vierges. Les gens plus normaux. Elle enleva, puis rangea son poncho dans son sac. Pas question de se faire repérer par un vieux loup. Mais pour l’instant, tout se passait pour le mieux. Seulement, le trajet devenait ennuyeux ici, il n’y avait plus rien à regarder. Son regard se porta alors sur les rares affiches encore présentes. C’était toutes les mêmes. Et en plus, l’ado discernait les mêmes taches rousses aperçues quelques mètres avant. Intrigant. Cela ressemblait à un avis de recherche.

Mysha s’arrêta devant l’une d’elle. Si elle en prend connaissance, ça lui fera une personne de plus à éviter, et des problèmes en moins. L'individu représenté était roux, une clope au bec, avec des lunettes cheloues sur le pif. En fait, elle trouvait qu’à cause de ces binocles, on ne voyait pas très bien son visage. Tant pis. Puis en dessous se trouvait des inscriptions. Le Chat du Cheshire. Ce nom lui disait quelque chose. Oui, c’est bien ça ! Un pote passionné d’informatique. Un beau jour, en déconnant, il lui avait sorti qu’il aimerait bien voir la tronche du plus grand hackeur. Un hackeur...

"C'est pas un criminel en soit, ça bute des ordis, pas des personnes" murmura-t-elle. Juste quelqu'un qui a, d'après ce même ami, bien fait chier le gouvernement de Kira. Ce qui n'est pas pour lui déplaire.

Un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche. Personne à proximité. Mysha arracha l’avis de recherche vite fait bien fait. Elle l’enfonça discrètement dans son sac, en se remettant à marcher. Personne ne lui a jamais dit qu'emprunter une affiche pourrait lui attirer des soucis! Puis ça lui faisait plaisir. De une, il allait pouvoir la voir, sa tronche. Et de deux, statistiquement, la probabilité qu'un pro-Kira tombe sur un des portraits diminuait. Une pierre en deux coups !

Une journée qui commence et se finit bien. Cela faisait longtemps qu’elle n’en avait pas vécu !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 439
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 1 Sep - 19:24
Mello se promenait, comme à son habitude, à la recherche de témoignages et de personnes qui pourraient lui parler ouvertement de ce qu'il se passait en ce moment. Sans la collaboration des autorités du coin et de la résistance, il commençait à sérieusement patauger dans la semoule. Tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent pour se monter un réseau semblait plus ou moins inutile. Et dire qu'à côté, cet enfoiré de Near avait réussi à avoir une place de choix au sein du MI6 : ils le lui cachaient tous, que ce soit à la Wammy's House, quand il y était retourné, ou même les enfoirés qui bossaient là-bas. Si cela se trouvait, même Matt en saurait plus que lui, ce qui ne serait franchement pas étonnant.

Mello shoota dans une canette de bière. Il n'avait pas déchargé la rage qui pesait en lui depuis trop de temps. Si Near pouvait être le centre de ses problèmes, tout se passerait bien, mais malheureusement, ce n'était plus le cas. Sa vie était monopolisée par la présence de Kira en ce bas-monde, et s'il avait quitté le territoire japonais, il vivait très mal cette amère défaite, surtout que le héros de son enfance, L, était mort à cause de lui.

L'ancien chef de la mafia remontait lentement la route. Il ne ressemblait pas du tout à un voyou, encore moins à un gosse rebelle, l'âge ayant eu raison de ces considérations. Ses cheveux avaient poussé, éparses, et il les avait attachés grossièrement, les laissant partiellement tomber sur cette cicatrice qui le marquerait à jamais. C'est alors qu'il tomba de nouveau sur elles, sur ces affiches : celles que Suzaku avait fait imprimer par milliers et qui diffusaient aux yeux du monde le portrait-robot de son ami. Le portrait n'était pas fiable à cent pour cent, mais il était tout de même possible de reconnaître Matt de loin, vu son attirance si caractéristique pour les lunettes de plongée moches. Il lui avait déjà conseillé de changer de look comme lui-même l'avait fait – il portait actuellement un jean lambda et un tee-shirt en coton qui n'avaient plus rien à voir avec ses tenues de cuir – mais c'était peine perdue. Il l'avait évidemment engueulé pas mal de fois pour avoir rencontré un des hommes les plus dangereux du Japon en personne sans avoir l'intention de le tuer. Heureusement que le geek ne sortait pas vraiment de base, parce qu'il avait bien mérité ce qu'il lui arrivait. Il faillit tout de même lui dessiner une moustache, mais à la pensée de ce geste puéril, il haussa les épaules, et reprit son chemin.

À quoi bon, puisqu'il avait le même à la maison ?

...Et s'il faisait demi-tour pour prendre en photo l'affiche, afin de l'envoyer à Matt. Voire même la choper ? Le rouquin serait tellement heureux d'avoir un souvenir de Nathan à l'appartement...Et bien justement, il retournait sur ses pas lorsqu'il la vit, cette fille. Par prudence, il se cacha là où le mur était en angle, et continua de l'observer. Un témoin qui avait déjà aperçu Matt et qui était pris d'un doute ? Une groupie de la Wammy's House ou, moins probable encore, une des meufs de son forum à la con qui avait prouvé qu'il n'attirait que les couillons. La première solution était tout de même plus probable, ce qui convint Mello qu'il devait rester pour en être certain, et supprimer cette personne si jamais ses doutes s'avéraient vrai.

Discrètement, il s'approcha d'elle. Il était social, pas comme l'autre truc blanc. Lui savait comment commencer une conversation !

« J'ai vu ce type, l'autre jour. Toi-aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 2 Sep - 19:09
« J'ai vu ce type, l'autre jour. Toi-aussi ? »


Mysha poussa un petit cri de surprise. Son cœur venait de faire un bond. Elle ne l'avait pas vu arriver celui-là, persuadée que son trajet se déroulerait sans encombre, pour une fois. Encore un con qui l'aborde, ça allait bientôt se finir? En lui demandant quoi,  si elle a vu ce type ? Qu’est-ce qu’il en avait à foutre, à moins qu’il soit à sa recherche, ou qu’il le connaisse ? Pro-Kira ou Rébellion, pas question  qu’elle s’attarde sur lui. Depuis l'épisode du parc, ils étaient tous louches. Celui qui venait lui demander de l'argent. Celle qui déambulait dans la rue complètement pétée. Même l’autre jeune au sac à dos, là-bas. Oui, louche. Ce mot lui revenaient sans cesse à l'esprit comme une sonnette d'alarme.

De plus, elle ne l'a pas vu, ce hackeur. Mais comment expliquer pourquoi elle prenait l'affiche, sans froisser celui qui se tenait devant elle? Pro-Kira, Rébellion? Oui, non ? Les idées ne venaient pas. Les excuses ne se bousculaient pas dans son cerveau. Pourtant, il fallait parler maintenant, au lieu de faire la muette.  

"Je... je ne vous connaît pas!" Couina-t-elle, serrant son sac dans ses bras.

Il l'observait bizarrement. Ou peut-être que non, Mysha ne savait pas. Ce blond n'avait qu'un seul œil de visible. Du coup, impossible de savoir sur quoi se porte son regard. Impossible de tenter de deviner son expression à travers sa barrière de cheveux. Pourquoi se sentait-elle dévisagée comme une criminelle ? Pas à cause de l’avis de recherche, du moins elle l’espère. C’est ridicule.

Un vent de panique soufflait sur l'étudiante.

Elle se sentait quand même piégée. Si elle répondait non, elle serait obligée de baratiner un truc pour expliquer le fait qu'une affiche se trouve dans son sac. Un truc qui puerait le mensonge. Ou dire la vérité, mais se foutre du Cheshire en face d’un éventuel résistant, ce n’est pas futé. Si elle répondait oui, et qu'il appartient à la Rébellion, il pourrait l'obliger de se taire. Et peut-être n'est pas une réponse dans cette situation. Décidément, cette question était vraiment embarrassante. Elle aurait préféré répondre sans se poser de soucis, comme toujours. Sauf que là, elle s’en posait des problèmes. Elle s’en posait trop, ça lui paralysait la langue. Elle voulait fuir, mais ne pouvait pas non plus partir en courant, car c’est suspect. Que faire…


Un bus approchait. Il pouvait la rapprocher de chez elle, un peu. Il pouvait la tirer de ce qu’elle pensait être un pétrin. La jeune fille se persuada qu'il ne s'agissait pas d'une fuite, mais juste un... gain de temps pour atteindre son appartement.

"Ah... c'est mon bus"

Mysha esquissa un sourire à la hâte avant de tenter de partir. Dans quelques secondes, il s’arrêterait. Et elle sauterait dedans, en priant qu’il ne la suive pas.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 439
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Dim 6 Sep - 20:01
Mais Mello n'était pas ce genre de mec qui se décourageait si facilement. Il l'avait vue avec le portrait de Matt, et avait la preuve qu'elle l'avait foutu dans son sac à dos. Il en allait de la vie de son meilleur ami : il devait savoir ce qu'il en retournait. Et pour cela, il se ferait sans nul doute passer pour l'inverse de ce qu'il était vraiment : un pro-Kira, un gamin pourri gâté par ses parents, alors qu'il s'agissait sûrement de l'engeance qu'il détestait le le plus sur terre.

Le bus approchait, c'était vrai. Il farfouilla au fond de sa poche, réussissant à trouver son titre de transport - ses enquêtes étaient dix fois plus concluantes depuis qu'il en avait obtenu un. La carte magnétique était au nom de Mickael Robinson, qui, selon son background, était un petit merdeux dont la famille était au placée dans la noblesse londonnienne. Il avait vécu toute son enfance entouré des meilleurs précepteurs et gouvernantes de ce pays pour devenir une petite racaille pendant son adolescence et le reste de sa vie. Qu'elle cherche dans les commissariats de ce pays pas étanche et elle trouverait les différents mandats d'arrestation. Qui pourrait dire qu'il s'agissait alors de faux papiers ? C'était bien la première fois que Mello utilisait un prénom qui était aussi proche du sien, mais cela augmentait très favorablement son temps de réaction.

"Le mien aussi, ça tombe très bien. Je ne te veux pas de mal, tu sais."

Il y avait d'avantage de chances pour qu'elle soit du côté de la résistance que de l'autre, tout de même : un pro-Kira ne s'enfuit pas, lorsqu'il vient de reconnaître quelqu'un qu'il recherche. Il contacte directement les flics, au contraire. Le résistant, lui, il a plus tendance à récupérer minutieusement l'information pour pouvoir l'exploiter plus tard et...prévenir Matt.

Mais s'il y avait quelque chose dont était sûr Mello, c'était que Matt n'avait pas de pion sur le territoire anglais. Autant que le fait que son plus terrible ennemi, Hadès, était mort, et qu'il n'avait rien à voir dans le meurtre. Et sûr à 100 % qu'elle ne pouvait pas l'avoir reconnu pour la bonne et simple raison que son portrait n'avait jamais été communiqué - et que Kira se serait déjà fait un plaisir de l'exécuter.

Il lui prit la main pour l'empêcher de monter dans le bus qui venait de s'arrêter...Et qui repartit comme il était venu.

"Je suis détective privé...Je venais te parler parce que j'ai des informations à ce propos. Et que je veux savoir tes informations. Suis-moi."

Au Japon, tout était tellement plus difficile. Ici, quand on parlait de résistance, c'était plutôt en rapport avec ces joyeux loulous qui faisaient péter des boules puantes au centre-ville et à l'ambassade du Japon un peu n'importe comment. Leur mascarade le faisait rire : ici, il n'y avait ni rondes de nuit, ni couvre-feu : tout était tellement plus facile car Kira, lui, était hors de portée, sur son île.
Il réussit à entraîner Mysha jusqu'à un petit parc. Il n'avait pas vraiment peur d'être suivi, mais il savait qu'il était parfaitement possible - vu sa véritable identité - qu'il se fasse surveiller par Near, le gouvernement japonais ou pire encore. Aucune ombre à perte de vue, pas de bruit suspens. Il lui montra ses mains et retourna ses poches pour lui prouver qu'il n'avait pas de mauvaises intentions. Sa mèche de cheveux lui chatouillant le visage, il se les rattacha, lui laissant voir l'impressionnante cicatrice qui le marquait.

"Blessure de guerre. Parlons de Cheshire. Mh...Déjà, je ne suis pas de ceux qui veulent les tuer. Au contraire. As-tu déjà entendu de lui ? Et où ? Je le file tout doucement...il est plus glissant qu'une anguille."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 11 Sep - 23:52
Mysha était perturbée. Il venait de lui dire qu'il ne lui voulait pas de mal. Sauf que cela ne devrait pas lui venir à l'esprit, s'il ne l'avait pas pensé. Et en plus, il la suivrait. Enfin, c’est ainsi qu’elle l’interprétait. Décidément où qu’elle passe, des gens l’importunaient. On lui collait aux pattes, on la foutait dans des situations gênantes. C’était insupportable.

La grosse caisse rouge approchant, elle afficha son sourire le plus aimable, poli, balbutia un truc incompréhensible pour s’excuser, avant de s'éclipser vers le très cher bus qui allait la sauver. Même si il montait, elle pourrait toujours sortir au dernier moment, de manière à ce qu'il reste coincé dedans.
Du moins c'est ce qu'elle crut, jusqu'au moment où elle s'apprêta à monter. Car une main s'empara de la sienne, l'empêchant d'avancer, et lui brisant les métacarpes au passage.

"Hé!"

Elle n'eut même pas le temps de se retourner pour vérifier que cette poigne appartenait au blond, qu'elle fut traînée vers l'arrière.
Cet inconnu l'entrainait elle ne savait où, sous prétexte qu'il, enfin ce soit disant détective privé, voulait des informations qu'elle n'avait pas. Le pire c'est qu'elle ne pouvait même pas résister, sinon son poignet se disloquerait sur le champ, tant elle était fragile.

"Mais t'es qui putain? Lâche moi tu m'fais grave mal là!"

Elle pesta, grogna, bref, gueula pendant tout le chemin, à en devenir grossière. Malgré le vacarme incessant des rues, celle qui n'était rien d'autre qu'une pauvre étudiante espérait qu'on la remarque, qu'on vienne l'aider. Mais tout le monde s'en foutait. Elle en avait presque les larmes aux yeux. Elle qui avait appris tant de chose, pourquoi se trouvait-elle faible face à un p'tit blond? Dans un parc? Pourquoi toutes des merdes se finissent dans un parc?
Au bout de quelques mètres, il la lâcha. Enfin. Son réflexe ne fut pas de se sauver elle, mais plutôt sa main. De toute façon elle pouvait bien courir, vu comment il est foutu, il l'aurait rattrapée.
Alors tout en s'étirant les doigts, Mysha attendant la suite des évènements avec méfiance. Elle ne comprit pas vraiment quand il lui montra ses mains et ses poches. Elles étaient vides. C’est bien, il n’avait pas d’arme. De toute façon, il n’était même pas question qu’il en ait, elle se sentait déjà assez en danger comme ça. Alors quand elle découvrit ce qui se cachait derrière ses petites mèches blondes, on ne peut pas dire que l'effet la rassura.

Affreux.

La moitié de sa face avait été abîmée elle ne sait trop comment, et avait cicatrisé. Sur le coup la jeune fille fut estomaquée. Elle n'avait jamais vu ça en vrai. Puis ce n'était pas comme si elle le croisait dans la rue, non, il se tenait devant à elle. Elle allait devoir lui parler, le regarder dans les yeux. Surtout que son œil a visiblement survécu.
Elle était choquée. Les mots restaient bloqués dans sa gorge, et tant mieux. Au moins ça lui éviterait d’encore dire des bêtises. Du moins, jusqu’à ce qu’il lui parle.

« Une blessure de guerre pareille pour un détective privé d'Londres? Tu te fous de ma gueule? »

C’était sorti tout seul. En même temps sa vision des détectives privés était celui d’un citoyen normal, suivant des gens normaux, qui s’assurent que des hommes ne trompent pas leur femme. Mais pour une blessure pareille, il a dû tremper dans des affaires pas nettes du tout. Ce n’est pas un citoyen pris sur le fait qui lui aurait fait ça…
Perdue dans sa vision de la cicatrice et ses réflexions, elle ne fit pas attention au reste de la phrase.

En fait à cet instant, Mysha se demandait si on lui mentait encore, mais surtout comment le bleu de son œil a pu rester si profond après cet accident.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 439
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Lun 14 Sep - 16:09
Mello avait conscience qu'il avait du charisme : que les gens avaient du mal à lâcher ses yeux lorsqu'il parlait et qu'il n'aurait eu aucun mal à ordonner la mort de quelques personnes. Il l'avait déjà fait d'ailleurs et n'en avait pas le moindre remords. La mort de Hadès ? Il savait sûrement qui l'avait commise – et c'était assez évident. Contrairement à ce que pensait la plupart des gens, il ne s'agissait pas de lui. D'ailleurs, la plupart des gens normaux était persuadé qu'il était mort...assez étonnant, la capacité des individus lambdas à croire des conneries.

Bref. Mello était juste immobile, la fixant de son regard ferme, conscient de lui infliger la vue de son visage abîmé par les flammes. Les gens détestaient tout ce qui avait été abîmé par la vie et avaient tendance à se sentir étonnamment gênés lorsqu'ils le fixaient. Il s'amusait alors à soutenir le regard, sans même un sourire, pour voir jusqu'à quel point ils pourraient continuer l'affront. Il s'assit sur un banc, profitant du fait qu'il y en avait un juste à côté, sortit une clope et se l'alluma. Si Matt était là, il pourrait l'entendre à deux mètres pour l'emmerder à chaque fois que lui-aussi essayait de fumer en sa présence.

« C'est une expression, « blessure de guerre ». La maison a pris feu, fin de l'histoire. J'vois pas pourquoi tu devrais me parler comme ça, gamine. Moi j'suis ici pour parler sérieusement avec toi, que je sache, pas pour me battre. »

S'il avait dû se battre, après tout, il aurait sorti son flingue de son pantalon – oui, il avait montré ce qu'il y avait dans ses poches, mais quel intérêt de retourner ses poches alors que c'était l'endroit qui était le plus systématiquement fouillé ? Et puis il ne mentait pas tellement, en réalité, puisque la cicatrice qui l'avait durement marqué provenait d'un mauvais feu, mais causé par une explosion.

« J'suis pas ici pour parler de ma vie. Tu as déjà vu Cheshire, ou entendu parler de lui ? Reste tranquille, ce n'est pas comme si j'étais du côté de ces hystériques de résistants ou des pro-Kiras. Non. Je mène l'enquête, je résous des meurtres. Et en ce moment, je suis sur un problème : pourquoi de plus en plus d'élites de la résistance ou de l'ancien gouvernement japonais viennent-elles à Londres ? Et pourquoi retrouve-t-on la trace de Cheshire à Londres alors même qu'on a annoncé la mort de Mello et celle du chef résistant Hadès ? Ça ne te titille pas un peu ? »

Ces questions étaient parfaitement légitimes, pour un néophyte et à la différence d'eux, Mello pouvait se targuer d'avoir la plupart des réponses à ces interrogations pas vraiment débiles. Matt et lui avaient immigré ici pour refaire leur vie dans le pays dans lequel ils avaient grandi après dix années plus ou moins inutiles à résister à Kira. Hadès, pendant ce temps-là, était mort et l'innocence de Matt à ce propos était plus ou moins discutable...et lui-même...lui-même avait monté sa propre mort en déguisant un cadavre d'après les portraits robots que possédaient de lui les flics japonais. C'était ressemblant, et son meurtre semblait logique : un règlement de compte entre mafieux tel qu'il y en avait des milliers. Vu la situation au sein de la mafia japonaise, cela semblait franchement logique.

« J'ai besoin d'une assistante. Je sais que cela ne se fait pas de demander à la première personne trouvée dans la rue. Je sais que je dois certainement te faire peur. J'ai un bureau officiel, un permis de détective, je peux payer des employés et le fait que tu aies pris cette affiche a piqué ma curiosité : il ne m'en faut pas plus. Alors ? Je ne laisse pas beaucoup de chances aux gens que je rencontre, tu dois être la deuxième en 30 ans. Réfléchis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 16 Sep - 19:56
Alors comme ça il ne voyait pas pourquoi elle lui parlait comme ça. Un inconnu débarque, te traîne là où tu ne veux pas, et il faut rester sympathique. Ben non. Ce n'est pas comme ça que l'étudiante fonctionne.
En signe de désapprobation, elle quitta son regard pour froncer ses sourcils. Mysha lorgnait à présent la clope avec dédain. Les petites braises formaient de petits nuages de fumée, montant dans le ciel. C'était joli, cela captait une partie de son attention. L'autre étant consacrée au soit-disant détective. Elle restait debout, face à lui, mais observant le ciel, d'un air si lunatique. On aurait cru qu'elle se fichait de ce qu'il lui disait. En réalité, elle écoutait chaque phrase, chaque mot. Cheshire, résistant, pro-Kira, meurtre. Mello. Le seul problème étant que la vue de cette cicatrice était gênante. Ses yeux cherchaient alors un autre paysage. Ainsi, tortillant quelques  mèches entre ses doigts, elle lui répondit, le regard dans le vide :

« Certes, c'est titillant comme tu dis, mais tu  penses pouvoir trouver des réponses en pêchant 2-3 personnes au hasard, et encore en espérant qu'elles acceptent de parler? »

Qu'il ne s'attende pas à ce qu'elle parle. Il n'y avait rien à dire, elle ne savait rien. Pour l’affiche, c’était juste un acte puéril. Après tout, elle est encore une gamine comme il l'a dit. C'est vrai, on a beau se dire qu'on est majeur, que c'est ouf, qu'on est adulte, en fait pas du tout. Alors Mysha ne comprenait pas en quoi elle avait les capacités d'être une assistante. Elle n’avait aucune formation, rien, puis il l’avait piochée dans la rue, comme ça. Un truc clochait.


« Je ne laisse pas beaucoup de chances aux gens que je rencontre, tu dois être la deuxième en 30 ans. »

« Attends tu... tu me menaces? » D’un geste brusque, elle se remit à fixer Mello.
« Ne m’en veut pas, mais ne pense pas que je vais te croire sur de simples paroles en l’air. Je me suis  déjà fait couiller. C’est tellement simple de mentir sur son identité. »

Sous-entendu, il lui en faudra plus. Même son permis peut être faux, et elle ne pouvait pas vérifier immédiatement qu’il possédait un bureau, des employés ou n’importe quoi d’autre. Bien que quelque part, si tout était vrai, son quotidien serait moins… quotidien.

« Le fait que j’ai chopé cette affiche t’intrigue tellement que tu veux que je devienne ton assistante ? Tu sais, je suis encore qu’une étudiante. En sciences en plus, pas en lettres. Je ne sais même pas ce que ça exerce exactement. Après, je t’avoue que tes petites interrogations sont intrigantes, mais le fait que tu me demandes de te suivre encore plus. »

Son cœur balançait entre deux possibilités : se laisser entrainer par le blondinet, encore à ses risques et périls, ou lui montrer à quel point elle était inintéressante. Et encore, avec la dernière solution, il y avait un problème. Soit il la croyait, et il lui fouterait peut-être la paix. Ou alors il devinerait qu’elle essaye juste de partir, ce que la prudence lui conseillait vivement d'ailleurs.
Mais d'un autre côté, sa vie avait bien changé depuis son départ. Elle se retrouvait à faire des choses dont elle n’aurait même pas pensé avant. Se frotter au danger, c'était amusant. C'est une aventure, totalement différente de la période où la jeune fille était surprotégée. Alors pourquoi ne pas continuer dans cette voie ? Oui, non… Mysha voulu vérifier un point. Et en même temps, cela lui laisserait encore un peu de temps pour réfléchir.

« En fait, tu veux juste savoir ce que fait l’affiche dans mon sac ? J’te préviens, tu vas être déçu. »
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mello
Enfoiré
avatar
Messages : 439
Age : 26
Localisation : Dans ton...
Mar 6 Oct - 18:46
Mello rit. Ces derniers temps, il n'a pas vraiment l'occasion de rigoler, mais en fait, c'est pour le mieux. Il l'aime bien, cette fille un peu godiche. Il n'avait pas parlé à d'autres personnes de cette offre, en fait, certainement parce que c'était bien trop stupide et qu'il cherchait quelqu'un de fiable. Lui ne connaissait Mysha que depuis quelques secondes et ne pouvait déduire des choses d'elle que de l'affiche qu'elle avait enlevée du mur et de la manière dont elle se comportait, tout elle était vêtue...et pour être lui-même dans ce cas, Mello savait très bien que l'on pouvait faire semblant sur une très longue durée.

"Putain, mais qui te dit que je cherche quelqu'un en lettres ? Ils sont trop dans l’abstrait...il me faut quelqu'un de concret, qui sache comment fonctionne le monde. Je dis pas que ce sera facile, au contraire. Et si j'ai demandé à tous les gens à la ronde s'ils veulent être mon assistante ? Mh...Je dois avouer que non. Tu es la première, que je sache, mais tu es également la première que je vois décoller une affiche que le gouvernement japonais veut voir collée sur nos murs. Alors, que tu le veuilles ou que tu ne le veuilles pas, je te le demande. Réponds ce que tu veux."

Ce qui lui faisait poser des questions, en revanche, c'était le fait qu'elle lui ait dit qu'elle s'était déjà faite avoir. Il supposait qu'un type devait vaguement avoir essayé de la draguer, sans doute de l'enlever dans sa bagnole...quelque chose comme ça, c'était le genre des gens de la cité, et quand on était naïf, on pouvait se voir embarqué dans pas mal de trucs.

"Je veux pas savoir ce que fait l'affiche dans ton sac, mais j'en ai une petite idée. Pas la peine de trop en dévoiler."

Mello s'assit sur le banc : il avait décidé de jouer à quitte ou double. Puisqu'il tenait tant à savoir l'avis de son interlocutrice, il allait la faire causer et probablement, sans devoir dévoiler sa propre identité, parler un peu de Matt. Ce dernier s'en fouterait sûrement, il était sûrement bien à l'abris chez eux, le mode autiste activé comme il en avait l'habitude. Bordel, à ce moment, ce qu'il avait envie de bouffer une tablette de chocolat : sa vie lui semblait tellement creuse, sans goût, sans sa petite friandise...il en était de mauvaise humeur. C'était sans doute pour cela, d'ailleurs, qu'il proposait à Mysha un bon poste dans son agence de détective prometteuse : il voulait s'amuser. Voir toujours les mêmes têtes était terriblement lassant, Mello avait envie de faire danser d'autres personnes, et cette fille était très bien tombée.

"Je connais Cheshire. Je sais à quoi il ressemble, je lui parle même régulièrement. Et je pourrais mentir, comme je pourrais mentir sur mon permis de conduire. Après tout, tu dois te dire : pourquoi insister sur son nom si ce n'est pour persuader qu'il n'est pas faux ? Et t'as raison : mon nom est un faux nom...mais c'est la condition pour bosser correctement, sans prise de risque et de menace au-dessus de ta tête."

Il sortit une carte de visite de sa poche "Willy and cie", la lui tendit. Mello se leva, et, rapidement, se leva pour la laisser en plan ici. Il n'avait pas l'intention de lui tenir la jambe, encore moins de la kidnapper...elle viendrait d'elle-même.

"Viens à toute heure, de toute façon, je ne dors pas."

Il partit comme il était venu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» [Foret] Cette chasse est gardée et il y a un prédateur de trop ici... [PV: Len Tsukimori & Lena Carter]
» un site ke trop crampant XD
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Death Note RPG : une nouvelle ère :: Le Monde - Zone RP :: Le Monde :: Europe :: Londres - Zone RP :: Camden Town-
Sauter vers: